AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.52 /5 (sur 21 notes)

Biographie :

Ariane Audouin-Dubreuil est la fille du Commandant Louis Audouin-Dubreuil, chef en second des missions Citroën Centre-Afrique 1924-25 et Centre-Asie 1931-32. Passionnée de théâtre, elle étudie pendant six ans au conservatoire et interprète le Journal d’Anne Frank à 18 ans. A vingt ans, elle traverse l’Afrique jusqu’à Madagascar avec une troupe de théâtre missionée par André Malraux.
Mannequin pendant quelques années, elle suit surtout des études de psychologie et devient thérapeute. Parallèlement, elle ouvre une société de recrutement. Aujourd’hui, elle est psychothérapeute et maire-adjoint (en charge des affaires sociales) de la ville de Boulogne-Billancourt.

Ariane Audouin-Dubreuil est restée fortement marquée par l’aventure de son père : "Un jour je trouverai les mots pour parler de cette aventure humaine exceptionnelle, c’est un devoir de mémoire. Un jour j’espère faire partager, aux lecteurs, mes émotions, mes émerveillements, ma curiosité, mes découvertes en leur livrant les archives de mon père". Auteur des albums La Croisière Jaune, La Croisière Noire et La Croisière des Sables, parus chez Glénat dans la collection de la Société de Géographie, elle a effectué de nombreux voyages, entre autres à Tombouctou pour préparer une exposition sur le thème de "La première traversée du Sahara en automobile", ainsi que des échappées en Chine et en Amérique.

Membre d’honneur de la Société de Géographie, Ariane Audouin-Dubreuil organise régulièrement des conférences sur le thème des Croisières Citroën.
+ Voir plus
Source : http://www.etonnants-voyageurs.net
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
gill   20 mars 2015
La Croisière jaune : Sur la route de la soie de Ariane Audouin-Dubreuil
Le 12 juillet, les autochenilles du deuxième groupe s'accrochent aux premières pentes de l'Himalaya. L'épreuve se déroule sur vingt-neuf jours.

Au fur et à mesure de l'avance, les obstacles sont plus difficiles à surmonter.

Entre Tragbal et Gourais, sept ponts branlants au-dessus de précipices nécessitent un tractage par filin à la main, moteur arrêté, sans pilote.

Des blocs de rocher sont déblayés, on les déplace au levier, on les décortique à la masse.

Il n'est pas question de se servir de dynamite, cela risquerait de provoquer des avalanches.

Les virages des sentiers muletiers sont très serrés, les voitures les abordent après des manoeuvres préalables au bras ou au cric.

Ces manoeuvres répétées immobilisent le convoi au bord des précipices.

Tout dépassement est impossible en raison de l'étroitesse du sentier.

On stationne debout, les hommes s'épuisent dans l'attente, les bêtes lèchent les roches....
Commenter  J’apprécie          170
gill   01 avril 2015
La croisière jaune : les documents inédits de Ariane Audouin-Dubreuil
Redécouvrez la croisière jaunes au travers des souvenirs inédits des explorateurs de l'époque.

L'expédition Citroën "Centre-Asie" constitue l'une des aventures les plus exceptionnelles du XXème siècle.

42 hommes courageux, prêts à affronter tous les obstacles de la nature, tous les dangers, s'engagèrent délibérément dans une Asie centrale alors profondément troublée, sur un parcours de 13.000 kilomètres entre Beyrouth, Pékin et Saïgon.

Ils remontèrent ainsi l'antique route de la soie en franchissant les hauts cols du Karakorum, dans l'Himalaya.

Pour raconter cette expédition, il fallait la plume alerte et émouvante d'Ariane Audouin Dubreuil....

(extrait du 10ème numéro de la revue "Histoires de France")
Commenter  J’apprécie          40
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
La forêt équatoriale ? L’homme s’y sent étranger dans un monde hostile. Là, c’est la domination absolue, impérieuse, de toutes les formes d’enlacement. La sève exacerbée n’y connaît plus de loi, elle enfante dans la démence. Cette forêt-là, sombre et silencieuse car à l’exception du reptile et de l’insecte les animaux ne peuvent y survivre, est un véritable temple de l’horreur, un organisme monstrueux qui prolifère sans repos ni trêve, pisant éternellement dans sa propre décomposition les éléments d’une renaissance sans cesse renouvelée. L’arbre y devient la proie de l’arbre. Celui qui meurt chargé de siècles est aussitôt saisi par les cryptogames, dont la chair épaisse et visqueuse sécrète des sucs destructeurs : les mousses et les fougères, qui lui tissent un linceul vivant, hérissé d’innombrables tentacules taraudant son cadavre. Devenu poussière, celui-ci est pompé jusqu’à sa dernière molécule par les jeunes pousses avides de croître à leur tour, et de monter aussi de la nuit qui les enveloppe vers la libération des sommets, vers l’air libre, vers le soleil. Mais elles-mêmes sont enlacées par les lianes. Les orchidées s’y suspendent, des graines étrangères se gonflent dans chaque gerçure de leur écorce, elles retombent et l’humus leur donne une nouvelle forme : la branche devient racine, engendre de nouveaux bourgeons, recommence son effort de libération. Cette lutte pour la vie est la plus cruelle, la plus âpre, la plus obstinée qu’on puisse concevoir. Il en résulte un chaos prodigieux dans lequel les espèces confondues deviennent un seul et même monstre aux formes colossales : cette masse verte, chaude, spongieuse, morbide, pleine de parfums et de puanteurs, est le décor où opère l’homme panthère poussé par son instinct, et qui s’est identifié à son totem le félin.



(Julien Maigret, pour Louis Audouin Dubreuil)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
Adossé à une porte en bois, un homme est occupé à extraire d’une de ses jambes, énorme et tuméfiée, un long filament blanchâtre qu’il enroule lentement sur une baguette.

Le professeur, ravi, s’approche de lui. Ménageant ses effets comme un vieil acteur, il nous donne de curieux détails touchant les mœurs de ce répugnant parasite.

— Vous connaissez ce crustacé presque microscopique qui pullule dans certaines eaux stagnantes et qu’on appelle le cyclope ? Son intestin est habité par la larve filaria medinensis, ou ver de Guinée. Si vous buvez de l’eau parasitée, ces larves voyagent dans les replis de votre intestin, qui deviendra leur lit nuptial. Ayant alors assuré la conservation de l’espèce, la larve mâle meurt tandis que la larve femelle, négligeant vos voies naturelles, perce, taraude, perfore. Son corps filiforme chemine à travers vos muscles, glisse entre vos aponévroses et gagne votre tissu cellulaire. Il ne lui reste plus alors qu’à vaincre un dernier obstacle : votre peau. Un coup d’emporte-pièce et c’est fait !

Nous écoutons tous, horrifiés.

— Le traitement de cette affection consiste à extirper le ver à la manière dont cet homme le fait. Travail de patience, le parasite peut atteindre plus d’un mètre, et s’il se brise, les conséquences sont graves : phlegmon, gangrène, voire tétanos…

Bergonier s’apprête à nous parler de la filaire de Bancroft, mais Haardt l’interrompt :

— Cher docteur, cela suffit !

Et, tandis que Bergonier déçu s’éloigne, il me glisse :

— Je soupçonne cet homme d’être un pervers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
Haardt est pris d’une irrésistible envie de scotch whisky. Mais qui détient la dernière bouteille ? Minutes de lourd silence, regards accusateurs qui finissent par se porter sur Bergonier, dont la mine est suspecte.

— Monsieur, dit-il à Haardt, la science n’est-elle pas plus importante que la satisfaction de nos plaisirs immédiats ? J’ai pris la liberté de disposer de cette bouteille car l’urgence était grande de préserver un spécimen exceptionnel. Sa main droite ramène de derrière son dos un bocal où flotte dans notre whisky un fœtus de biche-cochon.

— Seriez-vous un empoisonneur, Bergonier ?

Haardt fait-il allusion à la dégustation au déjeuner d’un plat confectionné par Bergonier ? Plat exquis, mais dont il a maladroitement commenté la qualité, révélant ainsi son secret aux consommateurs ahuris :

— Pour que des épinards soient aussi fins et parfumés, il suffit qu’ils aient séjourné quelques heures dans une panse d’animal. (…)

Pour l’heure, Haardt, frustré du plaisir de déguster un whisky, (…) fait allusion au dramatique incident de la veille. En effet, quatre Noirs ont bu dans les boîtes qui renfermaient les produits destinés à la taxidermie. Des douleurs fulgurantes les ont abattus au sol, gémissant, hurlant, se contorsionnant. Personne ne comprenait la cause de cette tragédie jusqu’au moment où on vit, serrée dans la main d’un boy, une des fameuses boîtes. Par solidarité, seize hommes qui n’avaient rien bu se roulaient au sol avec leurs camarades. De fortes doses d’ipéca rétablirent l’ordre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
Les indigènes, chaque nuit, détruisent ainsi la forêt. Est-ce pour se protéger des bêtes sauvages, pour se réchauffer ou pour éclairer les ténèbres ? Le matin, avant l’aube, on rencontre des indigènes se promenant avec un tison à la main. Ils le portent tourné vers la poitrine et soufflent continuellement dessus pour en aviver l’éclat. Ce tison les protège des bêtes fauves la nuit et leur permet, au lever du jour, d’allumer un feu rapide pour se sécher de l’humidité de la nuit et se réchauffer.
Commenter  J’apprécie          20
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
Avec les flagellants, la mystique religieuse reparaît. Chez les Peuls, c’est une coutume rituelle de grande importance que l’on pratique chez les jeunes parvenus à l’âge de la puberté et qui veulent acquérir le droit de se marier. Les femmes chantent et battent des mains à la cadence des tam-tams. Les jeunes gens se présentent nus jusqu’à la ceinture. Un homme muni d’une branche flexible s’approche, tandis qu’un autre s’accroupit aux pieds de celui qui sera flagellé pour surveiller ses mouvements. Un violent coup de baguette cingle le jeune sur la poitrine et sur le dos. Il ne doit pas esquisser un geste, pas laisser échapper un frémissement de souffrance, et continuer à chanter la gloire de Dieu. Dix coups tombent ainsi sur chacun, le sang gicle, les femmes encouragent et applaudissent. Ceux qui ont supporté vaillamment l’épreuve sont consacrés hommes et jouissent désormais de toutes les prérogatives attachées à ce nouveau statut. Cependant, la cérémonie n’est pas terminée. Les anciens briguent la faveur d’être flagellés à leur tour afin de témoigner que la souffrance n’a pas de prise sur eux. Honneur suprême sur un Peul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
Dans son harem des Mille et Une Nuits, Barmou retient cent femmes et supporte cent belles-mères. (…) Les épouses sont conviées à assister au repas de leur seigneur, mais massées dans un coin de la cour et le visage tourné vers le mur de tob. Elles se tiennent silencieuses. Seules leurs hautes coiffures en cimier, cloutées de cabochons d’argent, attirent le regard. Des musiciens rendus aveugles – car tout regard d’un serviteur est une insulte – accompagnent les agapes du souverain de sons très doux, tirés d’instruments à cordes grattées par une plume. L’eunuque musqué Kaka et l’ancienne favorite Iaogari (…) sont autorisés à faire rire le sultan. Poirier, trouvant le profil de Kaka intéressant, lui fait signe de détourner légèrement la tête. Le sultan entre dans une terrible colère : inciterait-on son serviteur à enfreindre la loi du harem et à oser regarder le seigneur ? Le malentendu se dissipe, mais notre cinéaste ressort violemment ému de cette séance.
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
À Mogroum, les explorateurs découvrent le monde fétichiste chez les Sara-Massas. Sur les rives du Logone. Les hommes, de très belle stature, ne portent qu’une peau de chat-tigre fixée sur les reins ; les femmes sont nues ou simplement parées d’une ficelle rougeâtre comme cache-sexe. Elles arborent les déformations rituelles : un plateau métallique de 5 à 6 cm de diamètre incrusté verticalement dans les lèvres ; une paille implantée dans la narine gauche. Plus impressionnantes encore, les Sara-Djingués ont les lèvres déformées par des plateaux de bois dont le diamètre peut atteindre 24 à 26 cm. Toutes leurs dents sont tombées sous la pression du plateau. Lorsqu’elles les ôtent, leurs lèvres pendent, réduites à deux anneaux de chair. Elles se nourrissent de boulettes de viande corrompue qu’elles lancent au fond de leur gosier et boivent de l’eau versée délicatement sur le plateau inférieur.
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44   24 février 2019
La croisière noire : Sur la trace des explorateurs du XIXe siècle de Ariane Audouin-Dubreuil
L’horizon est un fil que nos yeux brûlés ne cessent de voir vibrer. Un point blanc, c’est un chameau mort de soif. Ses pattes sont recouvertes de peau parcheminée, sa tête rejetée en arrière est renversée et tendue en direction de Tessalit. Avant de mourir, a-t-il, malgré l’énorme distance, senti l’eau du puits qui aurait pu le sauver ? 80 km plus loin, un squelette humain repose, recouvert d’une légère couche de sable. Une main sort de ce linceul. Plus loin on aperçoit encore deux squelettes d’adultes, et, tout proche, celui d’un enfant, les bras en croix. Un jour, ils se sont couchés là pour mourir. Ont-ils alors vu, comme nous en cet instant, ce mirage trompeur : une dune au pied de laquelle court une eau transparente ? Cette eau factice fut-elle leur dernier désir, leur dernière souffrance ? Les mirages se forment-ils pour supplicier davantage ceux qui meurent de soif ?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Ariane Audouin-Dubreuil (17)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..