AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.17 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Nazaire , le 26/01/1868
Mort(e) à : Paris , le 10/07/1947
Biographie :

Charles Edmond Petit-Dutaillis est un historien médiéviste français.

Spécialiste de l'histoire du Moyen Âge en France et en Angleterre, il est membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Charles Petit-Dutaillis obtient en 1887 sa licence en lettres, et sort en 1888 diplômé de l'École des hautes études. Il intègre l'École nationale des chartes et en sort archiviste paléographe en 1890. La même année, il est reçu à l'agrégation d'histoire. Ensuite, pendant deux à trois ans, il voyage à travers l'Europe.

Il devient professeur d'histoire médiévale à l'Université de Lille à partir de 1894 et directeur de l'École supérieure de commerce de Lille à partir de 18993. Il collabore à l'histoire de France publiée sous la direction d'Ernest Lavisse. En 1898-1900 il fonde et dirige des séances instructives et récréatives pour les ouvriers dans les faubourgs de Lille.

Il passe en 1908 à l'Université de Grenoble et devient le recteur de l'académie de Grenoble, jusqu'en 1916.

Petit-Dutaillis est ensuite Inspecteur général de l'Instruction publique en 1916-1917. Il est directeur de l’Office national des universités et écoles françaises (ONUEF), de 1917 à 1936, et inspecteur général de l'Instruction publique de l'enseignement secondaire, en histoire, de 1920 à 1936.

Charles Petit-Dutaillis est élu en 1930 à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est président de l'Institut en 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté et incarcéré quelques jours à Fresnes par les Allemands.

Président de la Société de l'École des Chartes, il est membre de la Société de l'Histoire de France, de la Royal Historical Society, de la British Academy, du Comité consultatif de l'Enseignement public et de divers organismes universitaires ou scientifiques. Il est Commandeur de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique, grand-officier de l'Ordre national du mérite de Tchécoslovaquie
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Sarindar   08 novembre 2018
La Monarchie féodale en France et en Angleterre (Xè - XIIIè) de Charles Petit-Dutaillis
À mesure que le régime féodal se systématise, la logique oblige à reconnaître que la pyramide féodale a un sommet.
Commenter  J’apprécie          520
finitysend   05 octobre 2012
La Monarchie féodale en France et en Angleterre (Xè - XIIIè) de Charles Petit-Dutaillis
Début du Xe siècle ,

Malgrés la faiblesse des rois , malgré l'équivoque du terme France nous pouvons cependant admettre qu'il y a un royaume de france , non pas seulement dans les formules de chancellerie , mais dans l'opinion et le langage des habitants . Il y a un royaume de france par opposition à l'empire et aux principautés chrétiennes et musulmanes d'Espagne . Les capétiens sont rois de France , parce qu'ils sont soutennus par la forte tradition populaire que les carolingiens ont créés : l'étude des clauses finales des chartes montre qu'ils sont reconnus comme tels jusqu'aux lointaines frontières meridionales .
Commenter  J’apprécie          100
Jcequejelis   09 septembre 2012
La Monarchie féodale en France et en Angleterre (Xè - XIIIè) de Charles Petit-Dutaillis
Contre les mauvais prêtres, les chrétiens blasphémateurs, les hérétiques, les Juifs, les païens, on pressent que Philippe Auguste, Louis VIII et saint Louis soutinrent fidèlement la cause de la foi. Ils intervinrent dans les questions de discipline, s'inquiétèrent de faire réformer les églises et les monastères où le culte divin était négligé, et saint Louis demanda au pape Alexandre IV qu'on ne l'empêchât point de sévir contre les clercs mariés ou criminels. Philippe Auguste faisait jeter à l'eau les blasphémateurs. Saint Louis se montra si dur pour eux que Clément IV intervint, conseilla au roi de déterminer, de concert avec ses barons et ses prélats les peines temporelles qui pourraient leur être infligées, " sans aller jusqu'à la mutilation ou la mort." Saint Louis essaya, sans grand succès, de convertir des juifs. Les rabbins essayèrent en vain de défendre le Talmud, dont le pape avait ordonné la destruction ; le (...) roi fit anéantir tous les exemplaires qu'ont pu découvrir. Il n'aimait pas les discussions, alors à la mode, entre théologiens chrétiens et israélites et il défendait aux laïques de s'y mêler, de crainte qu'ils eussent le dessous ; la seule façon de faire, disait-il, pour un laïque qui entend médire de la loi chrétienne par un Juif, c'est de tirer son épée et d'en "donner parmi le ventre dedans, tant comme elle y peut entrer".



541 - [Evolution de l'humanité n°29, p. 266-267]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Histoire de France de -52 av jc au XVI siècle

De quel peuple Vercingétorix est-il devenu le chef en -53 av jc ?

Chef des Gaulois
Chef des Arvernes
Chef des Helvetes
Chef des Burgondes

12 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire de france , antiquité , moyen-âgeCréer un quiz sur cet auteur