AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.57/5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Florence , le 10/01/1952
Biographie :

Fulvio Caccia est un écrivain italien, poète, nouvelliste et essayiste.

Il a publié cinq recueils de poésie parmi lesquels "Irpinia" (Guernica, 1983), "Scirocco" (Triptyque, 1985), "Aknos" (Guernica, 1994, Prix du Gouverneur-général du Canada) et "La chasse spirituelle" (le Noroît, 2005).

En 1994, il publie "Golden Eighties", un recueil de nouvelles (Montréal, Balzac) et en 1997 "La république métis" (Balzac), une réflexion sur les rapports entre culture, politique et mondialisation.

Ensuite il se consacre au roman. "La ligne gothique" (2004), "La coïncidence" (2005) et "Le secret", publié à l’automne 2006 chez Triptyque, (Montréal) forment une trilogie qui interroge les ressorts de la fiction.

Il a publié avec Bruno Ramirez et Lamberto Tassinari "La transculture et viceversa" (Triptyque, Montréal 2010) et "Italie et Autres Voyages" (le Noroît, Montréal / Bruno Doucey, Paris 2010).

Fulvio Caccia est conseiller à la direction d'"EuroCanada", revue de littérature et de politique en ligne.

Il vit trente ans au Canada, avant de s'installer à Paris en 1988.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Fulvio Caccia   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Fulvio Caccia. La diversité culturelle.


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Maintenant que les mots ne viennent plus
que le sable a comblé
la place du marché
que le temple est vide

Tu redeviens l’étranger
par qui l’inquiétude ancienne
psalmodie ses silences
sur nos mémoires effrangées

Vieille idole sacrifiée
tu retournes
dans les limbes sans coup
de feu sans intrigues

Alors parmi les ombres il ne restera
sur la piste muette
au centre du cercle rompu
que la silhouette d’un homme seul

un danseur
virevoltant
sur une valse
à quatre temps
Commenter  J’apprécie          50
Puisqu’il faut être là
sans ambages et tout d’une pièce
devant toi
Ne feins pas l’indifférence
du siècle déclinant
Reste je t’en prie
Je mettrai mes pas dans les tiens
Nous échangerons
nos atomes nos paroles
et le monde recommencera
Peut-être
Commenter  J’apprécie          50
Chaque langue a sa manière d’exprimer le sentiment amoureux. Par ce biais se raconte également le rapport que toute langue entretient avec sa littérature…
Dans la langue de Molière, on notifie sa flamme par une expression qui englobe et réduit toutes les nuances de l’affection en une seule locution rendant du coup le sentiment qu’il exprime impératif : je t’aime. En le soutenant devant l’être aimé, il peut induire un silence imperceptible... Moment de suspension qui est aussi moment de grâce où tout est possible.
« Je t’aime » est une déclaration magistrale. Elle engage celui que le dit comme celui qui la reçoit. Le commandement n’est pas loin et oblige le destinataire à se déclarer de concert. Un seuil est franchi où la prise de risque est complète et l’exposition maximale. Si le sentiment est partagé, tout va bien. L’amour préserve sa légèreté et prodigue alors des ailes aux amants transfigurés par leur reconnaissance mutuelle  !
Mais que faire si on en pas aimé en retour ? Angoisse et déception. D’où la tentation de mettre à distance cette assertion intempestive, d’en jouer d’autant plus que le sentiment qui le porte peut devenir éphémère ou cacher le jeu de la séduction. Aussi bien alors s’en divertir... D’où le sarcasme à la Gainsbourg : « Je t’aime ! Moi non plus ! »
La langue italienne à cet égard est plus souple, moins absolutiste. Car si on aime une personne, on lui veut forcément du bien ! L’amour est tout entier tourné vers l’autre et non sur soi comme en français qui convoque d’emblée le moi. « C’est moi qui t’aime et pas un autre ! ». En italien on est moins obligé. On peut alors déclarer son amour sans exclusive. 
…. « Entre deux expressions de l’amour, aurait dit Paul Valéry, dont la mère était italienne, il faut choisir la moindre ». Ti voglio bene.
Commenter  J’apprécie          10
Alors que la ville remue tout bas
alors que la lueur gravite sur son axe
alors que le désert abrase le souvenir
que le scirocco dévale les ruelles safran
que sa densité éprouve mon désir
alors que
toi là-bas
tu entres dans l’oubli
Commenter  J’apprécie          00
le cybersexe est-il Méduse, dissimulée sous le masque avenant de la fée Interactivité, ou Aphrodite nous initiant aux nouveaux jeu de l'amour ?
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Fulvio Caccia (10)Voir plus

Quiz Voir plus

Marc Levy ou Guillaume Musso

Où es-tu ?

Marc Levy
Guillaume Musso

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}