AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.42 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Angers , le 12/02/1917
Mort(e) à : Suresnes , le 14/02/1988
Biographie :

Né dans une famille française très pauvre, Joseph Wresinski fut le porte-parole des miséreux auxquels il sut redonner une dignité en leur permettant de s'intégrer dans la société.

Ayant lui-même subi très tôt la honte et la violence inhérentes à la pauvreté, il songe à libérer ses frères en devenant “prêtre de Jésus-Christ”. Ordonné en 1946, son ministère s'exerce dans des paroisses rurales pendant une dizaine d'années. Mais désireux de partager l'existence des exclus de la société, le père Joseph rejoint un camp de sans-abri, créé par l'Abbé Pierre dans la région parisienne. Là, il se mêle aux pauvres et tente chaque jour de « communier à leurs aspirations comme à tout ce qu'ils sont », car, dit-il, les pauvres ont avant tout besoin d'une “présence”. Et c'est ainsi que nous pouvons tenter de « refaçonner le monde par le bas… sans nous laisser emporter par nos propres idées ». Il faut dire qu'à cette époque le père Joseph se méfie de « l'activité qui rassure, satisfait et risque de nous faire perdre le sens de la fragilité de l'autre » susceptible de n'être plus que l'objet de notre propre réussite.
+ Voir plus
Source : http://www.fraternet.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Joseph Wresinski   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Geneviève de Gaulle, les yeux ouverts (Éditions Calmann Lévy) À croire que le courage est une affaire de famille. Bien moins connue que son oncle général, Geneviève de Gaulle-Anthonioz a pourtant marqué par son action, et jusqu?à aujourd?hui, la vie des Français.À 20 ans, résistante déportée à Ravensbrück, enfermée, affamée, réduite à la misère et à la servitude, elle fait l?expérience de la fraternité, de la solidarité qui sauve. de ces heures noires et d?un inébranlable sens du devoir et de la justice, elle a tiré la force de dédier sa vie à la défense des plus pauvres. Après la Libération, le père Joseph Wresinski lui montre en effet l?inadmissible : aux portes de Paris, le bidonville de Noisy. Fidèle à sa nature, elle ne peut se résoudre à ignorer la souffrance des malheureux qui lui sont présentés. Son nom lui servira dès lors à défendre ATD Quart Monde pendant 34 ans. Et elle sera d?ailleurs à l?origine de la loi anti-exclusion adoptée par le Parlement en 1998. Mais Geneviève n?est pas seulement une De Gaulle, elle revendique aussi le patronyme Anthonioz, celui de son époux. Après tout, c?est elle qui l?a demandé en mariage, lors d?une scène mémorable qui ouvre le récit de Bernadette Pécassou et qui donne la mesure du personnage ! Ce portrait intime d?une héroïne française, d?une « petite dame » à la volonté d?acier. Bernadette Pécassou a été journaliste et réalisatrice pour la télévision avant de se consacrer à l?écriture. Elle est l?auteure de nombreux romans à succès dont La Belle Chocolatière, L'Impératrice des roses, La Passagère du France, La Dernière Bagnarde, Sous le toit du monde et tout dernièrement L?Hôtelière du Gallia-Londres en 2018.
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
zazimuth   13 août 2019
Une pensée par jour de Joseph Wresinski
Faire fructifier en nous ce que nous avons reçu au sein de nos familles, au cours de nos rencontres, et le partager à fonds perdus avec celui qui n'a rien reçu, c'est une manière de perdre en gagnant car on récolte un surcroît d'amour. (p.51)
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth   06 décembre 2016
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
En ce qui me concerne, ma rencontre avec le Père Joseph a été décisive. Il m'a aidé à mieux comprendre que, fondamentalement, les droits de l'homme sont le droit "d'être" un homme et surtout que ce n'est pas pour le respect des droits qu'il faut se battre mais pour le respect des personnes privées de ces droits ; car chaque droit doit avoir pour nous un visage. (p.10) - Pierre-Henri Imbert dans la Préface)
Commenter  J’apprécie          20
LegrenierdelaCelestine   07 janvier 2017
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
Le pire des malheurs est de vous savoir compté pour nul, au point où même vos souffrances sont ignorées. Le pire est le mépris de vos concitoyens. Car c'est le mépris qui vous tient à l'écart de tout droit, qui fait que le monde dédaigne ce que vous vivez et qui vous empêche d'être reconnu digne et capable de responsabilité.  (p.23)
Commenter  J’apprécie          20
zazimuth   06 décembre 2016
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
...ces droits qui se rapportent à la dignité humaine dans ce qu'elle a de plus élémentaire et immédiat : avoir un toit, manger à sa faim, se laver, se soigner, en somme participer aux formes les plus simples de la vie sociale." ; " c'est bien la nature indivisible des droits de l'homme qui se trouve ici en question. Le droit à une vie décente, le droit au logement, le droit aux soins de santé, le droit au travail, le droit à l'éducation, le droit à la participation sociale et politique doivent être considérés comme des droits fondamentaux de l'homme" (p.9 de la Préface)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth   06 décembre 2016
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
Reconnaître un droit à la garantie des besoins humains matériels élémentaires (nourriture, vêtement, hébergement). Cette garantie constitue en effet la condition d'existence de tout être humain et aussi de son épanouissement.

Reconnaître, en tenant compte de l'indivisibilité et de l'interdépendance des droits de l'homme, un droit à la garantie des besoins humains matériels élémentaires comme étant une condition préalable à l'exercice des autres droits et libertés. (p.7, Préface de Pierre-Henri Imbert)
Commenter  J’apprécie          10
LegrenierdelaCelestine   07 janvier 2017
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
Là encore, je retrouvais des familles traitées en objets de mesures, d'aide et de contrôle, plutôt qu'en sujets de droit. Des familles n'ayant pour seule identité qu'une appellation négative : « asociales », « inadaptées » « lourdes » « familles à problèmes » la seule étiquette à peu près neutre de « sans-abri » leur étant peu à peu subtilisée.  (p.18)
Commenter  J’apprécie          10
LegrenierdelaCelestine   07 janvier 2017
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
Sans domicile reconnu, sans travail, sans carte d'électeur, mais aussi sans possibilité de faire inscrire les enfants à l'école, la famille était poursuivie pour squattage. (…) Curieusement, la famille avait un dossier auprès des instances judiciaires, alors qu'elle n'existait pas pour les instances scolaires ou de relogement.  (p.20)
Commenter  J’apprécie          10
LegrenierdelaCelestine   07 janvier 2017
Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski
Car la précarité de l'habitat engendre l'insécurité des relations, de l'amitié entre voisins, de l'amour entre époux, entre parents et enfants. Naissent alors le désordre et la violence. Ainsi, les familles, par leur misère, deviennent peu à peu des indésirables, sources de répugnance et de peur pour leur environnement.  (p.21)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth   13 août 2019
Une pensée par jour de Joseph Wresinski
Les pensées rassemblées ici ne sont donc pas les pensées d'un philosophe, d'un théologien, d'un bibliste, d'un expert des droits de l'homme. Elles sont celles d'un homme, né dans la pauvreté et qui n'a jamais cessé de la fréquenter, de la méditer, de la porter en son cœur tout au long de sa vie, jusqu'à son terme, le 14 février 1988. (p.7 de la présentation de Jean Tonglet)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   13 août 2019
Une pensée par jour de Joseph Wresinski
Les plus pauvres nous le disent souvent : ce n'est pas d'avoir faim, de ne pas savoir lire, ce n'est même pas d'être sans travail qui est le pire malheur de l'homme. Le pire des malheurs est de vous savoir comptés pour nuls, au point ou même vos souffrances sont ignorées. Le pire est le mépris de vos concitoyens. (p.49)
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
310 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur

.. ..