AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.38 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Philippe Loul Amblard est un autodidacte de 53 ans, papa d'une fille de 22 ans. Il est fasciné par l'incroyable diversité des paysages de notre planète, par sa faune et sa flore stupéfiantes et donc écologiste convaincu. Profondément attaché à son Auvergne natale, il aime les livres et les mots, les voyages, les bonnes bouffes entre potes, le tout dans la simplicité et l'amitié.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
CREER   18 janvier 2021
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
Fernand Mourel a garé sa caisse dans une ruelle de Trifoux bourg. Il s'est mis sur son trente et un mais le cœur n'y est pas et il rase les murs, un pli soucieux barrant son front. Craignant il ne sait trop quoi, il a remonté frileusement le col de sa veste et jette des regards soupçonneux autour de lui. D'un geste brusque il pousse la porte du premier bar rencontré et s'accoude au comptoir. Certainement pour se donner un peu de courage, il commande un alcool fort qu'il avale d'un trait en tentant de maîtriser les tremblements de mains. Quand il atteint le perron de le gendarmerie le clocher

du village sonne trois coups.
Commenter  J’apprécie          00
fun177   31 janvier 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
Y'a p'us d'jeunesse, se contente de bêtifier le Gus, n'étant que de passage, ne veut pas se mêler d'un différent qui pourrait lui faire rater une vente. Dans ces patelins où tout le monde est plus ou moins en famille avec tout le monde, prendre parti pour l'un ou pour l'autre pourrait nuire gravement à son commerce.
Commenter  J’apprécie          70
CREER   06 janvier 2016
Rouge printemps de Philippe Loul Amblard
J’ouvre un œil… glauque.

Comme tous les matins depuis trois ans, j’ai la langue aussi pâteuse qu’une tartine de beurre de cacahuètes (qui fait tant pour la jeunesse américaine) et comme tous les matins depuis trois ans, sous mes cheveux collés par la sueur, les tambours du Bronx battent la chamade.

Dés qu’il m’a entendu bouger dans le canapé, Kerouac s’est manifesté. Il tourne et couine devant la porte. J’ai compris le message, je me lève péniblement et vais lui ouvrir. Comme tous les matins, il attend la petite tape sur la tête auquel il a droit et, de sa démarche claudicante de vieux chien, il part lever la patte en des endroits stratégiques connus de lui seul, mais qui doivent avoir leur importance, compte tenu du zèle quotidien dont il fait preuve.

D’un pas traînant, j’entre dans la cuisine… dégueulasse.

Comme tous les matins depuis trois ans, je passe un coup d’eau froide à une tasse piochée au hasard dans la vaisselle sale qui encombre l’évier. Comme tous les matins depuis trois ans, je me tape un caoua improbable qui n’arrange pas mon mal de crâne, j’avale un cach’ton censé arranger mon mal de crâne et finis par me rouler un joint (de ma propre production s’il vous plaît !) qui relance mon mal de crâne.

Trois cafés et deux pétards plus tard, je n’ai toujours pas bougé mon cul quand Kerouac gratte à la porte. Je sais très bien ce qu’il veut, on n’a pas besoin de se causer tous les deux. C’est con ce que je viens de dire… quoique, certains soirs, quand j’ai un peu trop tutoyé la dive bouteille, on a de longues discussions, enfin, quand je dis « discussions », je parle. Je parle avec sa tête amoureusement posée sur mon genou, je parle de ma douleur, de ma solitude, de mon désarroi et les grands yeux mouillés du vieux briard me crient qu’il partage ma peine, qu’à lui aussi ELLE lui manque beaucoup, que lui aussi est malheureux. Alors j’éteins l’ordinateur où je me passe en boucle des photos d’ELLE, de nous, des jours heureux, des jours de vie et de projets… puis je m’écroule sur le canapé (aussi défoncé que moi) de mon « bureau » histoire de replonger dans mes cauchemars familiers.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
la_fleur_des_mots   12 janvier 2013
Sapiens Au matin du Monde, Tome 2 : Par-delà les montagnes de la lune de Philippe Loul Amblard
L'écho du grondement de l'avalanche roule encore entre les pics déchiquetés. Lentement, les particules de neige en suspension dans l'air glacial se dispersent au vent sauvage puis un silence oppressant enveloppe la montagne.



A mi-pente, sur le versant vertigineux où la coulée meurtrière a tracé un large sillon tourmenté, des créatures s'agitent. Habillés de vêtements de peau sous d'énormes pelisses de fourrure, les yeux protégés de la réverbération par de larges bandes de cuir fendues, armés de lances ou de sagaies à pointe de silex, des hommes fouillent fébrilement les abords de la tranchée blanche.

- Là ! Il y en a un ! crie un des chasseurs en commençant à creuser.

A l'appel de Torlok, deux hommes se sont précipités et rapidement un visage bleui émerge de sous la neige.

- C'est Tornan.

- Il y en a un autre ici ! C'est Maravan.

- Ils respirent ? interroge Devedar.

- Oui, ils sont vivants, affirme Rhanor.

- Ça y est ! J'ai repéré Wabarh. C'est le dernier.

- Heureusement qu'ils n'étaient pas au milieu du passage de l'avalanche. Ça leur aura probablement sauvé la vie.

- A condition qu'ils ne meurent pas de froid.

- Redescendons jusqu'au petit lac. Aakin et sa bande y ont laissé une provision de bois.



Clopin-clopant, les uns soutenant les autres, la petite troupe rallie l'ancien bivouac de ceux qu'ils pourchassent depuis une lune. Ils avaient failli les rattraper, arrivant à une portée de propulseur des fuyards puis l'avalanche les avait surpris. Heureusement, leur oreille aguerrie avait décelé le chuintement funeste qui précédait l'effondrement de la couche neigeuse. Ils avaient eu le temps de s'écarter, évitant le gros de la coulée et une mort certaine. Immédiatement, ceux qui étaient restés en arrière s'étaient précipités pour découvrir trois de leurs compagnons, groggy mais intacts. Sans perdre une seconde, du manche de leurs lances, ils avaient sondé l'épaisseur bleutée. Après quelques tâtonnements, les trois qui manquaient à l'appel avaient été libérés de la gangue froide et compacte avant qu'elle ne les étouffe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RosenDero   01 février 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
Il leur tarde d'aller se poser au zinc en prenant des airs de conspirateurs, attendant les questions avec délectation, faisant traîner les réponses, s'amusant de l'impatience de l'auditoire.
Commenter  J’apprécie          60
Vivi38   09 décembre 2012
Sapiens Au matin du Monde, Tome 1 : La Grande nation Na'Hirï de Philippe Loul Amblard
Passionné d'histoire, j'adore tous les romans historiques. Sapiens nous emmène dans une période très mal connue (enfin pour moi). C’est donc avec un très grand intérêt que le l’ai lu. Ce livre possède les 2 grandes qualités que je recherche : 1) l’apport historique : le livre est très bien documenté. Il nous livre moult détails sur la préhistoire. On s’y croirait! 2) le côté romanesque : C’est une saga à laquelle on s’accroche à tous ces personnages. Je vais lire le 2ème tome avec impatience. Bravo pour ce très beau livre.
Commenter  J’apprécie          40
fun177   31 janvier 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
Francine lève les yeux au ciel. Ah, elle en aura entendu des conneries dans sa vie et son mari n'est pas le dernier à se distinguer dans cette spécialité universelle.
Commenter  J’apprécie          50
lechristophe   13 février 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
De sa bouche à l'haleine avinée s'échappe un flot d'injures et de menaces à l'adresse des femmes, des jeunes, des gays, des arabes, des noirs, des jaunes, des intellos, des pauvres, des chômeurs et, d'une façon générale, de tous ceux qui ne pensent pas comme lui.
Commenter  J’apprécie          40
fun177   31 janvier 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
Les gens ne font plus la différence entre modérés et fanatiques et ils suffit de quelques illuminés pour jeter l'opprobre sur des millions d'innocents.
Commenter  J’apprécie          40
fun177   31 janvier 2016
La Lièvre et le Corbeau : Enquête Rurale de Philippe Loul Amblard
- C'est Madame Lagrod, elle nous fait un malaise "vaginal".

- Un malaise vagal? n'exagérons rien. Tout au plus un gros coup de chaleur.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Philippe Loul Amblard (26)Voir plus


Quiz Voir plus

Révolutions, insurrections et autres trumperies ....

La révolution en Iran, racontée par Marjane Satrapi

Persécutée
Persepolis
La révolte des perses
Perse et Police

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolution française , insurrectionCréer un quiz sur cet auteur