AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.65 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nogent-sur-Marne , le 06/03/1933
Mort(e) le : 22/10/2020
Biographie :

Pierre Oster est un poète et éditeur français. Il est d'origine luxembourgeoise. Après son mariage avec Angella Soussouev, en 1971, il joint à son nom celui de sa femme.

Il fait ses études au Collège Sainte-Croix de Neuilly, au lycée Buffon, en khâgne au Lycée Louis-le-Grand puis à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Il publie Premier poème dans Le Mercure de France en 1954, grâce à Pierre-Jean Jouve et, tout de suite après, Quatre Quatrains gnomiques dans La Nouvelle Revue française, grâce à Marcel Arland et Jean Paulhan. Son premier recueil, Le Champ de mai, paraît en 1955 dans la collection "Métamorphoses", dirigée par Jean Paulhan. Il reçoit pour celui-ci le Prix Felix Fénéon, comme il recevra en 1958 le Prix Max Jacob pour Solitude de la lumière, une année après la résiliation de son sursis, qui provoque son départ aux armées, en Algérie, où il restera jusqu'en 1959.

En 1961, Jean Paulhan lui ménage par surprise une rencontre avec Saint-John Perse, qui lui donne les plus grands espoirs poétiques. Il travaille auprès de Claude Tchou, éditeur chinois de livres libertins, et sur les indications de Pascal Pia, qui le fait profiter de sa connaissance de l'Enfer de la Bibliothèque nationale. C'est chez Claude Tchou qu'il édite, avec Jean-Claude Zylberstein, la première édition des œuvres complètes de Jean Paulhan, avant celle qui paraît aujourd'hui chez Gallimard en collection Blanche, sous la direction de Bernard Baillaud. Grâce à Denis Roche , il entre au comité de lecture des éditions du Seuil, où il siègera jusqu'en 1995. Le Dictionnaire de citations françaises publié par Le Robert est pour lui un travail alimentaire. Une certaine "consécration" lui vient avec la publication de Paysage du Tout dans la collection « Poésie » chez Gallimard, volume anthologique précédé d'une élogieuse préface d'Henri Mitterand. Il est fidèle aux éditions Babel dirigées par Gaspard Olgiati à Mazamet. Attentif à l'expression de la plénitude, il ne cesse de corriger ses textes, comme si la variation était l'essentiel de son art poétique. Avec Pratique de l'éloge Gallimard, 2009, il dit, à travers de brefs textes en prose, "ce qu'il doit, et à qui".
+ Voir plus
Source : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/10/27/la-mort-du-poete-et-editeur-pierre-oster_6057
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   23 octobre 2019
Paysage du tout de Pierre Oster
L’essentiel est de savoir pratiquer l’attente méthodique…





L’essentiel est de savoir pratiquer l’attente méthodique,

de ne rien peindre avant que de raison.

Je n’aurai garde de combler mon vide

(je le consulte).
Commenter  J’apprécie          90
coco4649   24 octobre 2020
Paysage du tout de Pierre Oster
TREIZIÈME POÈME







Extrait 1



J’épie, en faveur de la Nuit, un oiseau noir et blanc,

  une pie.

J’épie, ô univers, un oiseau noir et blanc qui m’épie.

L’ombre est divine… elle devine mes rivaux :

Les derniers sangliers, la sanglante forêt, et les

  derniers chevaux !

Semblable aux meutes des feuillages qu’un dieu tourmente,

J’écoute, et les oiseaux écoutent, l’unique voix véhémente.

Partout une promesse approfondit l’hymne de l’air.

Solitaire, je me confonds à la disparition de l’éclair.
Commenter  J’apprécie          50
Julian_Morrow   27 mars 2017
Paysage du tout de Pierre Oster
Un arbre dans le ciel. Et la force se lave.

Un arbre dans le ciel, que protège un oiseau.

Ah! qui protègera l'arbre assiégé d'épaves

De regarder au ciel trop haut ?
Commenter  J’apprécie          50
Jcequejelis   01 février 2014
Nouveau dictionnaire de citations françaises de Pierre Oster
Tous les secours de l'érudition et de la critique, toute l'écriture amassée autour des textes, celle des autres comme la mienne, ont pour fin dernière la lecture personnelle des textes.



1571 - Gustave Lanson (1857-1934)
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   25 octobre 2020
Paysage du tout de Pierre Oster
TREIZIÈME POÈME







Extrait 2



Mon âme est accordée à l’ordre des choses. Qu’importe

Si la pluie en novembre abîme un peu le toit, arrache un

  peu la porte !

Mon âme seule… Ainsi les arbres absolus,

En s’insurgeant contre la mer, ne s’insurgent qu’en vain

   contre ce qui n’est plus.

Un Nom toujours nouveau a consacré ma bouche indigne.

D’autres signes que le Soleil gravitent autour du Signe.

Je dispute l’Espace à la ténuité des torrents…

Des feux très solennels font les feuillages transparents.

L’univers est une prairie incomparable…
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   01 décembre 2020
Paysage du tout de Pierre Oster
Présages







Présages arbres gonflés de pluie   /   Inassouvi



désir de lumière   /   Espace du recueil



Ruissellement   / le jour ses fruits



Répandus dans l’ombre   /   Ensanglantée de l’été



Océan royaume docile des   /   Secrets de l’âme



sur la crête   /   Triomphe qui s’impose à toi



Embellie du vieil édifice céleste   /   Rendu présent à ta vue
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   26 octobre 2016
Les dieux de Pierre Oster




Ainsi le jour paisible à mes pieds se prépare et se nuance.

Une même ferveur enfantine, un même amour, un même nom

M'incline à découvrir entre les lourdes racines d'un saule

Toute une étroite grotte à l'abri du soleil et des eaux !

Le nid que je préfère est comblé par les feuilles qui tombent…

Commenter  J’apprécie          30
Jcequejelis   02 février 2014
Nouveau dictionnaire de citations françaises de Pierre Oster
[...] Appliquer un regard aux premiers mots du Poème pour que de suivants, disposés comme ils sont, l'amènent aux derniers, le tout sans nouveauté qu'un espacement de la lecture.



1572 - Stéphane Mallarmé, Un Coup de dés jamais n'abolira le hasard.
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   08 décembre 2019
La grande année de Pierre Oster
Dix-neuvième poème

(fragment initial)





Extrait 4



La rivière déjà si haute affleurera ses bords à l'heure

  du serein.

Un cheval noir, que j'ai loué, hennit et galope sans

  frein.

Contre la terre encore humide, longtemps je colle

  mon oreille.

Quand je me dresse, la lune est là : qui me pose

  une énigme pareille

Au bourdonnement des beaux jours, au reflux de

  la saison,

À la caducité, dans la bouche des dieux, des mots

  que nous taisons !
Commenter  J’apprécie          20
Jcequejelis   07 mars 2015
Nouveau dictionnaire de citations françaises de Pierre Oster
Les gens qui prient perdent du temps.



2496 – [p. 998] Gustave Courbet
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..