AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.67 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pouldrezic , le 12/03/1923
Mort(e) à : Pouldrezic , le 05/05/2021
Biographie :

En 1933, âgé de 10 ans, René Le Corre, issu d'une famille de onze enfants, entre au Petit séminaire de Pont-Croix. Il y restera jusqu'à l'obtention de son premier baccalauréat, à 17 ans. Il étudiera ensuite la philosophie et la théologie au séminaire de Lesneven jusqu'en 1945, où il est mobilisé et envoyé en Allemagne durant un an en force d'occupation. À son retour, il est ordonné prêtre et
poursuit ses études à Rome puis à la Sorbonne.ses convictions sociales de plus en plus mises à mal, Il quitte l'église en 1962. Il travaille alors comme libraire,puis comme professeur de lettres à l'UBO et se marie. Aprés avoir écrit plusieurs éditoriaux dans « Le Progrès du Finistère », il publie la" Bretagne, le clos et l'ouvert » en 1982. Suivront« Pourquoi la mer ? », en 1984; « Couleur du temps », en 1985, « L'Ombre bleue », en 1996; « L'Inespéré », en 2007, « Les saisons » et « Les voix », en 2011.



+ Voir plus
Source : Le Télégramme , Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de René Le Corre   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Sachka   24 juin 2021
Mon Finistère. Racines du Bout de la Terre de René Le Corre
Comme vous, je viens de lire, non sans émotion, les moments forts de l'enfance et de l'adolescence de mon bon papa qui vient de quitter ce monde en ce début de nuit, en ce début d'année, le 26 janvier 2002, à 00h13. Ce fut dans sa maison pour laquelle il a tant donné. Tant donné aussi et plus encore pour maman qui fut longtemps malade, partie pour toujours depuis plus de quinze ans déjà.



Après ce grand vide, papa se trouva si désemparé que je dus remuer ciel et terre pour le sortir de cette rude épreuve. Nous avons beaucoup parlé ensemble, mais je l'ai surtout sollicité et écouté. Devant son flot magnifique de paroles au travers desquelles je retrouvais la sensibilité parfois exacerbée d'un être attachant et généreux, toujours prêt à rendre service, ouvert aux autres, à l'esprit vif et créatif où mille pensées se bousculent, je l'ai incité à écrire. Ce qu'il a fait, comme il vient de le dire.



L'existence de ses récits m'apporte un réconfort ineffable, car je sais maintenant que je n'oublierai rien de ce qu'il a lui-même ancré à jamais dans sa mémoire.



Isabelle Paul-Le Corre

Paris, avril 2002.

(Post-face)





* Un roman que j'ai lu en juin 2020 dont j'ai déjà eu le plaisir de vous parler. Les mots d'Isabelle Paul-Le Corre qui s'est battue pour que le roman de son papa puisse voir le jour (à titre posthume) méritent d'être partagés ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          447
Sachka   23 juin 2020
Mon Finistère. Racines du Bout de la Terre de René Le Corre
Je me blottissais dans l'âtre, assis sur le banc de bois. En face de moi, ma grand-mère sur l'autre banc égrenait son chapelet à voix basse. C'était un des rares moments où elle ne nous parlait pas des lutins. Dès que nous n'étions pas sages, ces lutins étaient partout, envahissants, menaçants. Petits êtres velus de couleur sombre, ils pouvaient, d'après elle, passer au travers d'une serrure et se reconstituer de l'autre côté. C'était là, à mes yeux d'enfant, pour le moins terrifiant. Elle aimait raconter des histoires de revenants. Ainsi, lorsqu'il y avait un décès éloigné du bourg, le carrigue an ankou, char de la mort aux roues grinçantes, passait vers minuit, attelé à deux chevaux blancs efflanqués. Tout le monde l'avait entendu, mais personne n'osait dire qu'il l'avait vu. On retenait son souffle. Avec mon frère Étienne, de deux ans mon aîné, on écoutait les bruits du dehors et j'essayais de reconstituer la vie terrible de tout cet univers étrange et invisible qui m'entourait.
Commenter  J’apprécie          343
Sachka   24 juin 2020
Mon Finistère. Racines du Bout de la Terre de René Le Corre
En Bretagne, c'était la coutume d'inviter à déjeuner un membre de la famille des domestiques de la ferme le jour de Noël et le jour de l'An. Comme nos frères et soeurs étaient placés dans des fermes, ma mère nous répartissait de telle sorte que nous puissions manger de la viande ces jours-là. C'était formidable. La vraie fête ! On savourait d'abord le bouillon de pot-au-feu, puis on se régalait de viande et de lard bouillis accompagnés des légumes On buvait aussi du cidre : c'était encore meilleur que l'eau limpide de notre puits municipal.

Une fois l'an donc, nous mangions de la viande ; à moins que, tout à fait par hasard, nous arrivions à prendre une garenne au collet. Mais c'était si rare...

Dès que nous attrapions nos douze ans, la ferme nous prenait ; c'était la réserve de main-d'oeuvre des domestiques.
Commenter  J’apprécie          340

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de René Le Corre (4)Voir plus