AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.82 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Rodolphe Macia est conducteur de métro depuis 17 ans. Il est né en région parisienne et a grandi à Paris. il raconte son expérience dans "Je vous emmène au bout de la ligne".

Source : http://www.auboutdelaligne.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Rodolphe Macia   (1)Voir plus


Rodolphe Macia et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Un livre que j`ai lu il y a longtemps c`est « Invitation au supplice » de Nabokov. J`ai bien aimé l`atmosphère de ce roman. C`est l`histoire de quelqu`un complètement perdu dans son monde et qui se sait condamné. J`ai beaucoup aimé ce roman.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Le premier livre que j`ai dévoré c`est «La conjuration des imbéciles » que j`ai lu en deux jours. C`est la première fois que ça m`arrivait même si c`est vrai que je lisais peu avant.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Je n`ai jamais relu un livre. Il y a déjà tellement de livres que je n`ai pas lus…


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Il y a peu de temps j`ai entendu la lecture d`une scène d` « American Psycho » par Gaspard Proust et c`est vrai que je me suis dit que c`était dommage de ne pas l`avoir lu alors qu`on l`a à la maison.

Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Je pourrais en citer deux. « L`élu » de Chaïm Potok. le destin croisé de deux enfants qui ne veulent pas du tout être ce qu`ils sont sensés devenir.
Ce n`est pas un roman mais je citerais également « La Longue route » de Bernard Moitessier, un navigateur qui a fait la première course à voile autour du monde en solitaire. Il a fait toute la course en tête et au moment de remonter en Europe, il s`est dit que ce n`était pas possible. Il aurait pu gagner la première course en solitaire mais au lieu de ça il a continué tout droit, renonçant par la même à la gloire.
Il a eu le temps de beaucoup réfléchir à tout ça et ça donne un très beau livre.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Une citation de Paul Valery : « La guerre c`est le massacre d`hommes qui ne se connaissent pas, au profit d`hommes qui se connaissent mais ne se massacreront pas. »


Et en ce moment que lisez-vous ?

Je lis « La femme et l’ours » de Philippe Jaenada. J`aime bien le parcours du personnage qu`il décrit.


Sophie Adriansen et de Rodolphe Macia : « Je vous emmène au bout de la ligne »


Est-ce la première fois que quelqu`un de la RATP parle du métro ?

Rodolphe : En tant que conducteur de métro, oui, je pense que c`est la première fois.


Sophie : Il y a des ouvrages écrits par des machinistes notamment mais qui étaient très techniques et réservés à des gens dont c`est le métier.


Beaucoup d`œuvres parlent du métro, et vous le rappelez dans un chapitre, mais il semble que l`intérêt du public pour celui-ci est très récent.

Sophie : « Métronome », le livre de Lorant Deutsch, a ouvert pas mal de portes alors même que ce n`est pas un livre sur le métro à proprement parler : c`est davantage un livre d`histoire. Mais depuis la sortie et le succès de ce livre, les gens s`intéressent un peu plus à des parcours qu`ils font tous les jours.


Avez-vous consulté beaucoup d`ouvrages de sociologie pour l`écriture de l`ouvrage ?

Sophie : Non, mais depuis la sortie du livre, on a découvert un bouquin qui s`est intéressé à ce que la place que l`on choisit dans le métro dit de nous.
De même, la bibliographie a considérablement augmenté après l`écriture du livre, grâce aux suggestions de lecteurs !


Avez-vous fait appel à la RATP pour l`écriture de l`ouvrage ?

Sophie : Non, on ne les a pas sollicités. Rodolphe emmagasine de la documentation sur le matériel depuis longtemps et on s`est un peu replongé là-dedans mais le métro fait partie de la culture populaire et on a pu voir beaucoup de choses ailleurs. La question a bien sûr été évoquée à un moment mais Rodolphe et moi voulions proposer un point de vue personnel non pas sur une entreprise mais sur un métier qui comporte des rapports humains.


Et une fois le livre publié, quelle a été la réaction de cet établissement public ?

Sophie : Avant la publication, deux exemplaires des épreuves ont été envoyés à la RATP : un au comité d`entreprise et l`autre à la direction générale. le comité d`entreprise a été conquis : une pleine page a été consacrée à Rodolphe dans le magazine interne qui touche tout de même environ 100 000 personnes, des séances de dédicaces dans les médiathèques ont été organisées, nous avons été invité pour une rencontre-débat à la fête annuelle du comité d`entreprise… Il y a eu plein de choses car ils ont compris que c`était le point de vue d`un agent qui prenait la parole. de même, la direction générale a relayé l`info sur l`intranet.


Vos collègues se sont-ils reconnus dans ce livre ?

Rodolphe : Les retours ont été très positifs. Ça leur a rappelé beaucoup de souvenirs.


Sophie : Au-delà des collègues de la RATP, on a eu beaucoup de retours de la part de retraités de la RATP qui ont été conducteurs sur d`autres lignes. Ils sont venus nous remercier parce qu`on donnait une existence à des individus assez peu visibles qui sont pourtant dans la vie de tout le monde.


Chaque chapitre s`achève par quelques rappels historiques ou statistiques. Comment s`est fait l`équilibre entre anecdotes personnelles et perspectives plus générales ?

Sophie : J`ai fait le plan du livre en m`intéressant aux sujets qui me plaisaient en tant qu`usagère du métro. Une fois que ces thèmes ont été identifiés, on a essayé, sur chacun de ces derniers, de lier des choses générales et des anecdotes passées très identifiables dans le temps et sur la ligne.
Avec les encadrés, qui proposent des chiffres et des informations sur les lignes et la RATP, on voulait proposer différents niveaux de lecture. C`est quelque chose qui plait aux lecteurs car les usagers ne connaissent pas ces chiffres.


Toutes ces anecdotes racontées dans ce livre sont-elles vécues ?

Rodolphe : Oui, toutes. Certaines sont celles de mes collègues mais je les cite à chaque fois, je ne me les approprie pas !


Quelle a été la méthode pour coucher sur du papier plus de 20 ans de métier et de souvenirs ?

Rodolphe : Beaucoup de choses sont venues assez rapidement. Pour d`autres, il a fallu se replonger dans des souvenirs.


Sophie : Comme on se connait bien et depuis un certain nombre d`années, je connaissais déjà certaines anecdotes et ça a été un peu plus facile de les mettre sur le papier et j`ai plus facilement fait parler Rodolphe que si ça avait été une autre personne - et lui s`est plus facilement confié.

On a vraiment fonctionné par thème. Une fois le plan établi on a essayé d`épuiser chaque thème. On ne passait pas au suivant tant que l`on n`avait pas suffisamment de choses.

Avez-vous écarté certains sujets ?

Sophie : Non, mais par exemple la RATP est une entreprise très politique et si Rodolphe n`est pas syndiqué on s`est tout de même dit qu`on ne pouvait pas ne pas parler des grèves. Ce qui nous a aidés pour déterminer les sujets c`est le fait que les gens qui rencontrent Rodolphe lui posent souvent les mêmes questions sur son métier, qui sont devenus nos thèmes. Dans les trois premières questions il y a par exemple toujours : « est-ce que tu as déjà renversé quelqu`un ? » et il est évident qu`il fallait donc évoquer les « accidents graves de voyageurs » dans un chapitre.


Mais le point de vue général reste positif.

Sophie : Rodolphe aime son boulot et il le dit. On n`a pas eu besoin de faire attention à ne pas cracher sur la RATP. On voulait parler directement aux usagers et on n`avait rien de tellement négatif à écrire.
Rodolphe : Les gens ont suffisamment une image négative pour ne pas en rajouter !


Dans un chapitre malicieusement intitulé « Voie sans issue » vous faites cependant part d`une certaine inquiétude, notamment en ce qui concerne l`automatisation des lignes… Etes-vous inquiet pour l`avenir ?

Rodolphe : Il y a moins de conducteurs, moins de personnel, moins de tout…


Sophie : Il y a un vrai paradoxe : l`automatisation de la ligne 14 apporte un vrai progrès et un confort d`utilisation réel. Mais si quelqu`un fait un malaise, étant donné qu`on peut difficilement compter sur les autres usagers, il n`y a plus la personne qui sera susceptible de l`aider ou d`appeler les secours.


Rodolphe : Sur ma ligne quand il y a un accident je suis là, je suis sur place et je peux assez rapidement appeler les secours. Quand il n`y a pas de personnel ou de conducteur on perd du temps…


On voit aussi l`évolution du métro à travers cet ouvrage. Votre métier a-t-il changé depuis que vous avez commencé ?

Rodolphe : le métier non mais les utilisateurs oui. Ils sont moins solidaires, plus pressés…


Un chapitre est consacré à la figure du métro dans l`art. Mais vous montrez aussi que le métro est un véritable foyer d`artistes.

Sophie : Depuis qu`on a écrit le livre, on a découvert un groupe de gens qui font des croquis dans le métro. On peut les retrouver sur le site de lignes en ligne, et dans le cadre de l`exposition sur le métro qui a lieu en ce moment aux Arts et Métiers. L`un d`entre eux, Luc Grateau, fait des croquis sur des tickets de métro. le visage tient sur la largeur du ticket. Il ne les fait que dans le métro, malgré les secousses, les interruptions, la lumière qui s`éteint, etc. Il y a beaucoup d`artistes dans le métro.



Merci à Sophie (dont vous pouvez retrouver les réponses ici) et à Rodolphe ! Découvrez "Je vous emmène au bout de la ligne" aux éditions Max Milo. Vous pouvez trouver de nombreuses informations sur le site du livre : www.auboutdelaligne.fr


étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Je vous emmène au bout de la ligne, vidéo promotionnelle


Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Litterature_et_Chocolat   03 février 2012
Je vous emmène au bout de la ligne - Tribulations et secrets d'un conducteur de métro de Rodolphe Macia
Oui, je vous vois, je vous observe, je vous épie. Je vous donne des prénoms, je vous attribue une origine, une profession, un conjoint, des enfants ou une perruche, un drame ou une bonne nouvelle, une histoire en somme.

Cela changera-t-il quelque chose en vous, la prochaine fois que vous prendrez le métro? Aurez-vous davantage conscience de l’image que vous véhiculez, de l’idée que l’on peut se faire de vous, de la case dans laquelle vous entrez?
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'affaire Jennifer Jones

Chez qui habite Alice?

Carole Jones
Patricia Coffey
Rosie

15 questions
222 lecteurs ont répondu
Thème : L'Affaire Jennifer Jones de Anne CassidyCréer un quiz sur cet auteur