AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.88/5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Rochelle , 1975
Biographie :

Née d'un père français et d'une mère indo-mauricienne, Virginia Besson Robilliard a beaucoup voyagé, vécu au Canada, à L'île Maurice et en Inde.

Elle a commencé à écrire très jeune, c'est l'été de ses 14 ans qu'elle a écrit et terminé son premier livre qu'elle n'a jamais montré à qui que ce soit.

"Les Sorcières de Salers, Tome 1 - Le Renard à neuf queues" (2016) est son premier roman de fantasy.

Elle adore faire des recherches pour ses livres et c'est pour ça qu'elle a créé son blog, "Le Cabinet Fantastique", pour partager avec ses lecteurs toutes ces recherches qu'elle fait et qu'elle transforme ensuite en romans.

Elle coule une vie heureuse avec ses deux enfants et son mari.

son blog: http://lecabinetfantastique.com/
son site: http://virginia-bessonrobilliard.iggybook.com/fr/
pages Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Cabinet-Fantastique-Virginia-Besson-Robilliard-953820871336240/
https://www.facebook.com/profile.php?id=100009445372278
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Virginia Besson Robilliard   (29)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Quoi qu’il en soit, j’ai respecté votre règle de raconter une histoire vraie. Et puisqu’il est temps pour moi de retourner vaquer à mes occupations, messieurs, je vous laisse à vos réflexions.
Commenter  J’apprécie          70
Il faut dire pour sa défense qu'une personne me voyant pour la première fois pouvait être très surprise par mon apparence. J'ai toujours eu à cœur de m'habiller selon mon humeur, et aujourd'hui, je me sentais l'âme d'un mousquetaire. Je m'étais donc tout naturellement habillé en conséquence. Mes costumes étaient toujours de belle facture et représentaient très bien l'air d'authenticité que je recherchais.
Commenter  J’apprécie          40
Ah ! Quel était ce temps misérable que nous avions encore eu aujourd’hui, je vous le demande !? Je suis d’accord pour admettre que pour une fin d'octobre dans ce vieux comté de Cornouaille, c’était de saison. Mais enfin, la météo se sentait-elle absolument obligée de rester ainsi attachée aux traditions ?! La pluie, la grêle et la neige mêlées tombaient sans discontinuer depuis maintenant trois jours et n’avaient certes pas contribué à améliorer mon humeur, d’ordinaire déjà peu encline à la clémence.

Tout à mon irritation de circonstances, je me dirigeais ce soir là vers la taverne du village. Le pas lourd, le front barré de ce pli de contrariété qui semblait avoir élu domicile à cet endroit dès ma naissance, je pris place à une table oubliée dans un coin.
Commenter  J’apprécie          30
Que ce soit bien clair : un esprit vagabond ne peut pas rougir. Mais mon Zeph, ayant l'énorme chance de pouvoir jouir d'une enveloppe physique quelques heures dans la journée, était une exception à la règle de son espèce. Je le vis donc devenir rouge comme une pivoine, ce qui allait plutôt bien avec l'air de furieuse indignation qu'il affichait à ce moment.
Commenter  J’apprécie          30
Il y a un peu moins de 400 ans, une immense vague de pouvoir a secoué le monde invisible. Pendant les trois jours qui ont suivi cet évènement, les ondes magiques de tout l'univers féerique ont été particulièrement instables. Nombre de choses bizarres, qui semblaient inconcevables un moment auparavant, se sont produites.
Commenter  J’apprécie          30
Je me doutais de la suite et me félicitai de ma perspicacité en ayant demandé à Zeph le matin même de préparer un repas plus conséquent pour mon déjeuner. Je l'entraînai dans l'arrière-boutique ou une petite cuisine était installée et l'invitai à prendre place à table. Je profitai de cette opportunité pour observer à la dérobée ce drôle de jeune homme que le hasard avait placé sur ma route. Un frisson de satisfaction parcourut mon échine. Ma première intuition concernant mon invité se transformait de plus en plus en conviction, à savoir : que cette personne assise en face de moi n'était pas aussi ordinaire qu'elle le paraissait de prime abord. Conscient de l'attention dont je faisais à mon tour l'objet, le repas se termina sans que nous eûmes échangé autre chose que des banalités.
Commenter  J’apprécie          20
Pour vous décrire un peu l'ambiance générale ici-bas, je dirais que sont encore plus complexes qu'une série de labyrinthes dispersés sur de nombreux étages et dont tous ne comportent pas forcément une sortie. Condamner un être à errer dans les limbes, croyez-moi, ce n'est pas jolie jolie comme magie. C'est bien noir, bien terrible et bien définitif, qui plus est. D'où l'importance d'éviter de se faire maudire de son vivant, vous voyez ?
Commenter  J’apprécie          20
Le nouveau venu s’inclina.
–   Je suis moi aussi heureux de te voir kyūbi-no-Kitsune.
Un sourire bon enfant se dessina sur les lèvres de Yoshitsune.
–    Toujours pas décidé à m’appeler par mon prénom je vois. Je ne croyais pas te revoir, cela fait si longtemps. Viens te joindre à nous, fit-il en désignant un espace vide à ses côtés.
Il se tourna vers le reste de la petite troupe.
–    Shou est un Nūe, expliqua-t-il, et lui aussi est un envoyé du prince dragon. Il était déjà coincé dans ce livre lorsque j’y suis moi-même arrivé. Il m’a beaucoup aidé à m’adapter pour survivre ici. Et au fait, dit-il en se tournant vers son ancien camarade retrouvé, où sont passés les jumeaux tengus ?
Une ombre passa sur le visage taillé à la serpe du Nūe.
–    Ils sont morts tous les deux. Les deux Bakeneko et les deux Inugami également.
Commenter  J’apprécie          10
Cette femme était un démon camouflé en ange, peut-être la pire des trois sœurs. Le dénommé Grimpel était bien placé pour le savoir. Un frisson glacé lui parcourut l’échine à ces mots et brisa ce qui lui restait de fierté lutine.
–       C’est d’accord ! C’est d’accord ! glapit-il de sa voix fluette. Je vais tout vous dire, sortez-moi de là !
Une créature aux yeux vairons, l’un orange, l’autre bleu, avait été témoin de toute la scène. Apparemment satisfaite, elle disparut sans se faire remarquer.
Commenter  J’apprécie          10
Ils voulaient des histoires et du frisson ? Très bien, nous étions la veille d’Halloween après tout et je me sentais en veine d’inspiration…
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Virginia Besson Robilliard (53)Voir plus

¤¤

{* *}