AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.91/5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chateauroux, Indre, France , le 03/03/1952
Biographie :

Yves Peyré est un écrivain et bibliothécaire français né le 3 mars 1952.

Conservateur des bibliothèques, Yves Peyré a été directeur de la bibliothèque littéraire Jacques-Doucet. Il est désormais directeur de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

Auteur de poèmes et de récits, il a en outre publié des essais sur la peinture (Fautrier, Bacon, Michaux, Sima, Bram van Velde) aussi bien que sur la poésie (Du Bouchet, Michaux).

Yves Peyré, en plus de ses publications personnelles, associe volontiers sa plume aux illustrations d'artistes contemporains (Zao Wou-Ki, Pierre Alechinsky, Bertrand Dorny pour ne citer qu'eux) dans des livres de bibliophilie des plus artisanaux aux plus élaborés.

La Bibliothèque de la ville de Riom, où il a vécu quelques années, conserve et enrichit depuis une vingtaine d'années un fonds consacré à son œuvre à travers ses nombreuses publications.

Yves Peyré figure dans l'Anthologie de la poésie française du XVIIIe au XXe siècle (Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2000) ainsi que dans celle de Bernard Noël, Un certain accent, anthologie de la poésie contemporaine (L'Atelier des Brisants, 2002) comme dans le Dictionnaire de poésie de Baudelaire à nos jours (PUF, 2001).
+ Voir plus
Source : Wiki, Decitre, http://www.art-metiers-du-livre.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Yves Peyré   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Claude Simon et la peinture .
Patrick Longuet,Brigitte Ferrato-Combe,Yves PeyréCC-BY-NC-ND 2.0Table ronde animée par Patrick Longuet, maître de conférences à l?université de Savoie, auteur de "Lire Claude Simon", conseiller scientifique de l?exposition. Avec : Brigitte Ferrato-Combe, maître de conférences à l?université Stendhal-Grenoble 3, auteur de "Écrire en peintre. Claude Simon et la peinture" ; Yves Peyré, écrivain, spécialiste des relations arts-ittérature
+ Lire la suite

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
QUI VEILLE


I

Ciel de cœur
noir,
un éperdu silence aux tempes,
tout battement
est nuit
qui sèche sur la page
en abrupt
visage de terre.

La cassure
du ciel s'énonce comme un fracas,
toute peur,
frisson, plénitude,
et se retire
la terre sans visage.

La nuit,
je la retourne comme un soleil
dans la plaie du ciel,
une voix
crie et hésite entre soi et azur,
flexible
indécision mêlant sanction et désir,
la page seule
est noire de cœur.
… là où une corde
se rompt,
prend vol une autre vie.
Commenter  J’apprécie          110
La reliure est une manière assez fascinante de rencontrer l’histoire des formes et des mentalités. L’art dont elle est incontestablement le plus proche est l’architecture. Sans doute parce qu’elle fait partie elle-même d’une construction, le livre matériellement érigé. Elle a plus de connivence avec cet art qu’avec la sculpture par exemple malgré sa part d’objet, infiniment plus qu’avec la peinture en dépit du décor.
Commenter  J’apprécie          110
Longtemps la reliure a été la simple façon de finir un livre, de le porter à son achèvement. Ce fut ainsi des manuscrits à peintures jusqu’au tout début du XIXe siècle. On ne se posait pas la question de la reliure mais de quel type de reliure, on pouvait opter pour une individualisation partielle par les armes qui renvoyait à l’appartenance, à l’identité du possesseur ; on avait la latitude au contraire de commander une véritable œuvre d’art comme s’y engagea merveilleusement un collectionneur tel que Grolier ; on ne manquait pas aussi, plus simplement encore, de s’en remettre à une reliure fonctionnelle, assez modeste, souvent en parchemin. Avec l’apparition de la couverture imprimée, l’ordre des choses changea considérablement. D’absolument nécessaire, la reliure devint aléatoire. Sa présence tenait désormais à la volonté du lecteur qui pouvait privilégier le livre broché ou souhaiter le recouvrir d’un signe distinctif. La reliure du Consulat et de l’Empire connut cette alternative. À côté des livres brochés et parfois cartonnés, la présence de la reliure se maintint et fut un signe souvent de beauté à l’époque romantique. Si l’apparition de l’ère des modernités (à compter de 1870) exigea une nouvelle forme de reliure en franche rupture le plus souvent, le dilemme demeura : reliure ou pas reliure. Soit on gardait le livre dans la forme que lui avait donnée l’éditeur, soit on le parait d’une originalité protectrice et monstratrice que ni l’éditeur ni l’auteur n’avaient choisie. La reliure relevait du libre arbitre du collectionneur, de la reprise d’une tradition ancienne, de la soumission à une règle tacite.
Commenter  J’apprécie          80
C'est de correspondance qu'il faut plutôt parler ou, avec Ponge, d' "orgasmes rigoureusement homologues" (ou encore) d' "amitiés stellaires" selon le raccourci de Nietzsche.
Commenter  J’apprécie          90
La reliure est en somme l’un des reflets de l’art du moment. La période moderne qui commence dès 1870 en témoigne au plus haut point. Ainsi, le japonisme, l’Art nouveau sous toutes ses formes et sous toutes les latitudes, l’Art déco, le fonctionnalisme, les tendances du constructivisme et du surréalisme l’imprègnent, la poussant vers la quête incessante de chefs-d’œuvre.
Commenter  J’apprécie          80
Les peintres peuvent en venir autrement à la langue et même sans écrire. Il leur suffit de lire, d'accueillir la parole du poète qui tombe en eux comme la différence bienfaisante, la confirmation de soi par le tout extérieur.
Commenter  J’apprécie          70
Quelle soie aux baumes de temps

Où la Chimère s'exténue
Vaut la torse et native nue
Que, hors de ton miroir, tu tends !

Les trous de drapeaux méditants
S'exaltent dans notre avenue :
Moi, j'ai la chevelure nue
Pour enfouir mes yeux contents.

Non ! La bouche ne sera sûre
De rien goûter à sa morsure
S'il ne fait, ton princier amant,

Dans la considérable touffe
Expirer, comme un diamant,
Le cri des Gloires qu'il étouffe.
Commenter  J’apprécie          20
Quelle soie aux baumes de temps

Où la Chimère s'exténue
Vaut la torse et native nue
Que, hors de ton miroir, tu tends !

Les trous de drapeaux méditants
S'exaltent dans notre avenue :
Moi, j'ai la chevelure nue
Pour enfouir mes yeux contents.

Non ! La bouche ne sera sûre
De rien goûter à sa morsure
S'il ne fait, ton princier amant,

Dans la considérable touffe
Expirer, comme un diamant,
Le cri des Gloires qu'il étouffe.

(Stéphane Mallarmé)
Commenter  J’apprécie          10
Une dentelle s'abolit

Dans le doute du Jeu suprême
A n'entr'ouvrir comme un blasphème
Qu'absence éternelle de lit.

Cet unanime blanc conflit
D'une guirlande avec la même,
Enfoui contre la vitre blême
Flotte plus qu'il n'ensevelit.

Mais, chez qui du rêve se dore
Tristement dort une mandore
Au creux néant musicien

Telle que vers quelque fenêtre
Selon nul ventre que le sein,
Filial on aurait pu naître.

(Stéphane Mallarmé)
Commenter  J’apprécie          10
Très tôt, au milieu des lectures fiévreuses (...), Mallarmé a excepté deux hommes qu'il considéra à tout jamais à part, ils furent pour lui des paradigmes, des saints, des élus, des proches tout autant, des frères même, bien qu'ils fussent des devanciers, aussi immédiats que possibles cependant. A ses yeux, ils incarnèrent l'absolu de la poésie. Il s'agit de Baudelaire et de Poe, par plusieurs côtés indissociables.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Yves Peyré (52)Voir plus

Quiz Voir plus

Des fleurs pour Algernon de Léa

Qui est le personnage principal

Algernon
Dr strauss
Charlie Gordon

20 questions
2332 lecteurs ont répondu
Thème : Des fleurs pour Algernon de Daniel KeyesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}