AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 205 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1975
Biographie :

Autrement est une maison d'édition française présente dans le domaine des sciences humaines, de la jeunesse et de la littérature.

Créé en 1975 par Henry Dougier, soutenu financièrement par Christian de Bartillat, dirigeant des éditions Stock et par Marc Ladreit de Lacharrière, le projet des éditions Autrement naît avec une première revue publiée sous le nom d'Autrement.

Dans chaque ouvrage, des thèmes comme l'école, la famille ou l'église sont traités par des intervenants spécialistes dans leur champ : philosophes, sociologues et historiens.

En 1982, sous la direction de Alin Avila une collection intitulé Autrement l'Art voit le jour.

À partir de 1983, le projet éditorial s'élargit avec la création d'une nouvelle collection intitulée Monde. Cette collection est composée d'enquêtes sur des populations singulières, proches ou lointaines.

En 1995, la maison d'édition sort une première collection d'albums jeunesse. Ce secteur s'enrichit progressivement avec, en 2001, la création d'une nouvelle collection intitulée « junior » et en 2004 la collection « Histoire sans paroles » au format original.

Toujours en 1993, une première collection d'atlas voit le jour : Atlas/Monde, complétée en 1994 par une collection Atlas/Mémoires et en 2000 par les Atlas des guerres.

Ces ouvrages donnent une vision graphique du monde bouleversé par son histoire, les grandes guerres par exemple, ou par des faits actuels, comme la question du réchauffement climatique.

En 2009 naît une nouvelle collection intitulé Atlas Mégapole sous la direction de Thierry Sanjuan, La création des Atlas Autrement marque une nouvelle étape dans la vie de la maison d'édition.

En avril 2010, les éditions Autrement rejoignent le groupe Flammarion, leur diffuseur depuis 2008.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Guide Autrement : Madrid
Depuis les hauteurs de Tolede, Olivier BARROT présente le guide "Madrid" de la collection "Autrement ". Il évoque la préface de Jorge SEMPRUN puis parle des Madrilènes et des bars à tapas.

Citations et extraits (105) Voir plus Ajouter une citation
HaLoHan   18 octobre 2020
L'Algérie : Des origines à nos jours de Autrement
Dans son rapport sur L'Algérie en 1847, Tocqueville, historien français, écrit : '' c'est-à-dire que nous avons rendu la société musulmane beaucoup plus misérable, plus désordonnés, plus ignorante et plus barbares qu'elle n'était avant de nous connaître. ''

C'est tout le paradoxe algérien qui se met en place.

D'un côté les Français d'Algérie disent qu'ils ont contribué à développer le pays, alors que de l'autre côté les Algériens soutiennent que la France l'a détruit.

Les deux ont raison mais les uns se placent en 1830 et les autres en 1847.
Commenter  J’apprécie          00
moravia   07 juin 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
En 1939, après la mobilisation, je me souviens du "vin chaud du soldat". C'était une campagne nationale. On buvait un coup à la santé des soldats. On vendait des timbres pour le "vin chaud du soldat" et il y avait des messages à la radio pour nous encourager à soutenir nos troupes.



(Jean Tougne - Une enfance ordinaire dans des circonstances exceptionnelles).
Commenter  J’apprécie          180
moravia   04 mai 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
J'allais à l'école et, comme tous les enfants de l'époque, j'ai chanté "Maréchal, nous voilà" devant le drapeau français qui était hissé chaque matin. Nous avons écrit au maréchal, et je lui ai envoyé un dessin. Pour nous remercier, il nous a adressé un portrait de lui que j'ai immédiatement accroché à côté du crucifix qui ornait le mur au-dessus de mon lit.

Quand mon père est rentré en 1943 et qu'il a vu ça, il a violemment déchiré le portrait du maréchal.

J'ai pensé qu'il était malade. Mais j'ai compris, ensuite, qu'il n'avait pas perdu la tête, même si, en captivité, il avait fini par avoir un ulcère à l'estomac !



(Guy Moreau - Les copains d'abord).
Commenter  J’apprécie          170
Nastasia-B   27 mai 2014
NOURRITURES, Plaisirs et Angoisses de la Fourchette de Autrement
Dans ce climat, dans le ciel, si on peut dire, de cette relation sans faille, entre tous et chacun, plus délicieuse paraît, en sa tendre chair blanche, la baudroie. Plus proche de vous et rayonnante et gaie, innocente même, la chère mayonnaise, remontée de notre enfance. Et ce vin blanc, qu'on a versé délicatement, brille lui aussi, dans les verres, d'un éclat particulier. Alors, tout en mangeant avec un très grand plaisir — un plaisir tout intérieur, infiniment subtil —, on mâche avec lenteur et retenue. Comme pour ne pas déranger l'ordre du silence qui se fait par moments. Ne pas perturber cette grâce, comment dire autrement, qui est venue, non s'installer — une grâce jamais ne s'installe — mais vous visiter. Une présence. Qui, l'instant d'après, peut s'évanouir.



GEORGES HALDAS, Le repas du soir.
Commenter  J’apprécie          160
moravia   12 juin 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
Nous sommes allés la voir quand elle a été embarquée à Drancy. J'ai pu l'embrasser encore, mais mon père a dû rester sur le trottoir comme un simple badaud. Ils ont échangé un regard. Ils étaient plusieurs à partir dans le panier à salade : comme elle et mon père, ces personnes devaient être recherchées depuis la rafle. Ma tante nous a ensuite emmenés à Drancy.

Il y avait un café en face du centre de détention, et, depuis le premier étage de ce bistrot, on pouvait apercevoir les prisonniers. Nous étions loin, mais nous nous sommes aperçus.

Quelques temps plus tard, mon père a reçu une carte. Maman ne savait pas écrire. Elle avait probablement demandé à quelqu'un d'écrire ces quelques mots : " Cher mari, chers enfants, je vais bien, nous partons pour une destinations inconnue..."

Elle a quitté Drancy le 24 août 1942, dans le convoi n°23. Elle est arrivée le 26 août à Auschwitz et a été immédiatement gazée avec mille cent autres personnes. Quatre-vingt-douze hommes furent laissés en vie, et, en 1945, trois survivants seulement de ce convoi n°23 rentrèrent en France.



(Lucien Zlotowski - Oublier le pire, cultiver le meilleur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
moravia   06 juin 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
Le fils du boulanger de Raust était milicien. Il avait dû tremper dans l'histoire de la ferme. En représailles, le groupe a fait exploser le four de son père, mais nous avons compris plus tard que nous avions puni le père et non le fils.



(Léon Sapir - Le curé, ma mère et un chien...).



Commenter  J’apprécie          150
moravia   11 juin 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
Pour l'heure, les juifs étaient à peu près tranquilles, mais, rapidement, les premières lois sont apparues. En octobre 1940, mes parents ont été informés qu'ils devaient se déclarer comme Juifs au commissariat de police. Ils y sont allés comme un seul homme. Ils faisaient ce qu'on leur demandait. Quelques semaines après, nous avions nos étoiles, sauf Maurice, mon frère, qui n'avait pas encore six ans.

Nous ne pouvions plus aller au cinéma, au café, dans les piscines, nous devions prendre le dernier wagon du métro.

Puis les premières rafles ont eu lieu. A partir de ce moment-là, mes parents ont décidé que nous ne porterions plus notre étoile. Mon père avait un ami bijoutier rue de Belleville, un artisan comme lui. Ce dernier connaissait un policier. Il pouvait ainsi prévenir mon père des rafles, et nous avons plusieurs fois quitté la maison pour éviter de nous faire prendre.



(Lucien Zlotowski - Oublier le pire, cultiver le meilleur)
Commenter  J’apprécie          130
moravia   22 avril 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
Comme la majorité des Juifs, ma mère était allée se déclarer au commissariat et chercher son étoile jaune.

Je n'en portais pas, car j'avais moins de six ans à cette époque.

Vint le 16 juillet 1942, jour de la grande rafle du Vél'd'Hiv.



(Irène Bibergal - La petite fille du Vél'd'Hiv).
Commenter  J’apprécie          120
moravia   10 juin 2015
Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Autrement
Ma mère a crié. Les "flics" essayaient de la tirer hors de l'appartement. Elle s'accrochait à l'un des pieds du lit. Moi, j'ai été très docile. J'ai pris mes affaires et ma poupée, à tel point que les "flics" ont dit à ma mère : "Voyez votre petite fille...elle est plus raisonnable que vous !"

Ils nous ont alors emmenées au Vél'd'Hiv.

Il parait que nous y sommes allées en bus, mais je ne me souviens plus.



(Irène Bibergal - la petite fille du vél'd'Hiv).
Commenter  J’apprécie          110
Walktapus   08 septembre 2014
L'ironie. Le sourire de l'esprit de Autrement
On ne pourrait être ironique avec ceux qu'on méprise ou qu'on estime absolument. L'ironie, si elle ne suppose pas nécessairement la sympathie, requiert néanmoins l'estime.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur

.. ..