AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions du Petit Pavé


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
verobleue
  10 février 2020
Maria et le Templier de Béatrice Nourry
Si j'ai coché « Maria et le Templier » de Béatrice Nourry dans la dernière Masse Critique, c'est parce que ce roman se passe dans cette époque que j'aime beaucoup : le Moyen-âge. Bonne pioche : c'est un livre qu'on ne lâche pas avec de la belle écriture et des personnages qui ont de l'épaisseur dans une histoire bien documentée.

Avec ce livre, nous sommes au XIIIe siècle, celui qui vit la fin du royaume latin de Jérusalem et des Croisades. On y parle donc des templiers, ces Don Quichotte de la foi, acharnés à défendre l'honneur du Christ. On y parle également des pèlerins, ces croyants se déplaçant vers un lieu de dévotion, tenu pour sacré selon leur religion.

Mais ce qui m'a frappé et d'autant plus dans le titre, c'est la place qu'occupe l'héroïne. Béatrice Nourry nous parle de Maria, femme, épouse, maman au 13ième siècle. Maria, à sa rencontre avec le Templier Jehan du Quessac, a 26 ans. Elle est déjà veuve et maman de 5 enfants dont un bébé mort-né et une petite fille enterrée à Damiette avant la traversée. Elle rentre en France à Nantes, retrouver les siens après la mort de son mari, chrétien catholique maronite. Partir ainsi sur les routes avec peu d'argent, ses enfants, retrouver une famille dont elle n'a plus aucune nouvelle font de Maria un personnage qui se distingue par son courage.

Les Templiers, ordre religieux, ont pour mission de protéger les pèlerins se rendant sur les Lieux saints, ainsi que les routes qu'ils empruntent. Mais surtout de défendre les États latins d'Orient, mis en place par les croisés en Syrie-Palestine. On rencontre le Templier Jehan du Quessac, 30 ans , chevalier adoubé avant son entrée dans l'ordre, qui porte un manteau clair et son sergent d'arme, Eudes 38 ans, non-noble vêtu d'un manteau sombre. Les templiers sont redoutés parce qu'ils sont disciplinés, font preuve de bravoure et surtout sont déterminés. Jehan a demandé à sa hiérarchie l'autorisation de rentrer quelques mois en France, revoir sa famille qui a fait le choix de suivre la croyance Cathare, persécutée par l'Inquisition.

Ce livre raconte la rencontre de ces deux écorchés vifs qui s'apprivoisent, se plaisent, détaille leur traversée en mer suivie du long voyage sur les côtes adriatiques et dans les Alpes, tant de route périlleuse à parcourir.

Merci à Masse Critique et aux Éditions du Petit Pavé de m'avoir offert ce petit bijou de roman historique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SeverinePirovano
  05 février 2020
Par humanité de Jean-Luc Nativelle
Une dystopie ? comme toutes les dystopies, une fiction terriblement réaliste. Le lecteur, comme le personnage principal, se sent prisonnier et obligé de voir, de savoir, de s'interroger - non pas sur l'acceptation d'une forme "douce" de pratique de la torture, mais sur les moyens de résister à toute acceptation de l'inhumain. C'est donc un livre qui, loin de tout voyeurisme, fait réfléchir.
Commenter  J’apprécie          00
Helene1960
  04 février 2020
Maria et le Templier de Béatrice Nourry
En Terre Sainte au lendemain des premières croisades, la mission d'un chevalier du Temple est multiple : défendre ardemment cette Terre qui a vu la naissance du Christ, transmettre des messages entre les commanderies et, s'il voyage, prendre sous son aile un groupe de pèlerins pour le préserver des mauvaises rencontres.

Au début de ce roman une situation particulière va rendre possible la rencontre des deux personnages principaux de cette intrigue moyenâgeuse.

Maria et ses enfants doivent quitter cette terre. Maria est devenue veuve et désire retrouver sa "France" natale.

Jehan de Querrac et le sergent Eudes ont une mission à accomplir en Europe.

C'est ce voyage de retour que Beatrice Nourry conte dans une langue francaise ponctuée de mots de vocabulaire de l'époque pour décrire les vêtements, le temps qui passe, la nourriture et autres lieux géographiques. Elle transcrit également des bribes de conversation en latin, italien, allemand ou espagnol pour bien faire comprendre à son lecteur qu'il n'était pas toujours simple de communiquer à l'intérieur d'un groupe de marcheurs. Cette diversité des langues n'a pas réellement changé dans l'Europe d'aujourd'hui.

J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir l'écriture de Beatrice Nourry et me suis régalée des aventures de Maria, Jehan, Eudes et tous les autres...même si à la fin de l'histoire je suis restée sur ma faim...

Merci à Masse-critique pour cette lecture enrichissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20