AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gwen Catala


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
sheigh
  24 avril 2019
Une chambre à soi (ou) Un lieu à soi de Virginia Woolf
Un très bon livre qui nous montre le chemin parcouru des femmes considérées moins qu'un esclave et mises à l'écart sur le plan Littéraire (mais pas que). Ecrit par une femme et qui se questionne bien plus profondément sur le sujet que les hommes eux-mêmes ne le font sur eux et ne le feront peut-être jamais.

Ce qui est extraordinaire, c'est une fois le chemin ouvert, les femmes ont galopé glorieusement pour être aux même niveaux que les hommes en Littérature, Virginia Woolf en est un très bon exemple.

Mais près de 90 ans après la publication de cet essai, une réflexion reste encore à faire sur le sujet, la route est certes ouverte aux femmes mais sujettes trop encore à des brimades, et il serait intéressant de se demander ce Mme Woolf penserait de la situation actuelle.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  22 avril 2019
Lire, écrire, se révolter: Reading, writing, rebelling de Sébastien Doubinsky
Lier avec force et assurance trois actions littéraires et politiques que trop de doxas s’évertuent à cloisonner.



Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2019/04/22/note-de-lecture-lire-ecrire-se-revolter-sebastien-doubinsky/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          30
Vielivre
  17 avril 2019
Une chambre à soi (ou) Un lieu à soi de Virginia Woolf
La femme est au centre de l’essai de Virginia Woolf, Une chambre à soi, publié en 1929.

Dès les premières lignes, Virginia Woolf explique la raison de son titre : Une chambre à soi. Elle débat ensuite sur la place de la femme en littérature dans la société britannique. Elle montre que souvent elle n’était qu’un personnage de fiction. Très peu de femmes ont osé enfreindre la supériorité que les hommes ont montré dans la société. La femme n’est pas inférieure à l’homme mais l’homme se sent supérieur à elle et ça l’a incité à se placer sur le devant de la scène constamment, en art mais aussi en politique, son domaine de « chasse gardée ».

Elle revient sur le parcours de nombreuses femmes qui ont osé, mais trop tardivement d’après Virginia Woolf: les sœurs Brontë, George Eliot, Jane Austen, à qui elle voue une admiration, et son analyse fine de sa personnalité montre combien était ambivalente les relations de la femme avec le monde littéraire, le monde extérieur. Jane Austen écrivait sur une table dans la salle à manger et cachait ses écrits au moindre passage.

Elle porte un regard scrutateur sur la création, ses possibilités, l’attitude nécessaire pour créer. L’acte de création est pour elle un acte de paix que l’on trouve en soi en toute sérénité, loin des exigences et tracas matériels.

Ce livre est une belle découverte même s’il ne fait pas la part belle à l’homme qui d’après Virginia Woolf a étouffé le désir créateur de la femme.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10