AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 4233 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 25/01/1882
Mort(e) à : Rodmell, East Sussex , le 28/03/1941
Biographie :

Virginia Woolf, née Adeline Virginia Alexandra Stephen, est une femme de lettres anglaise.

Elle est une petite fille fragile qui ne pourra suivre ses études normalement. Fille du philosophe et écrivain Sir Leslie Stephen, Virginia est marquée par l'enseignement de son père, érudit et austère, qui encourage sa curiosité intellectuelle. Elle perd sa mère en 1895 puis son père en 1904 et s'installe ensuite à Londres dans le quartier de Bloomsbury. Elle souffre déjà de dépression et se consacre alors entièrement à l'écriture.

À cette époque, elle reçoit dans sa maison un cercle d'amis (Bloomsbury Group), dont Leonard Woolf qu'elle épousera, et Vita Sackville-West, avec laquelle elle entame une liaison qui durera tout au long des années 1920. Après la fin de leur liaison, les deux femmes resteront amies. Cependant, Virginia et Léonard ont des liens très forts et fondent ensemble la maison d'édition Hogarth Press en 1917 qui publiera K. Mansfield et une bonne partie de l'œuvre de T. S. Eliot. Elle commence à militer pour le droit de vote des femmes et participera toute sa vie à la cause féministe ("Une chambre à soi", 1929). En 1922 paraît "La Chambre de Jacob", texte novateur qui tente de s'éloigner des canons de la narration (influence de Proust et de Joyce).

Son style est constitué de voix intérieures, de rythmes poétiques, d'envolées lyriques. Elle se révèlera comme une des grandes voix sensibles de la littérature avec ses deux romans suivants, "Mrs. Dalloway" et "La promenade au phare", publiés respectivement en 1925 et en 1927. Son roman "Les vagues" lui donne une reconnaissance auprès du grand public.

Également critique, elle dissèque les œuvres de Wells ou de Galsworthy. Régulièrement en proie à de graves crises dépressives, elle se sent devenir folle.

Elle poste son dernier manuscrit "Entre les actes" puis dépose, le 28 mars 1941, une lettre sur le bureau de son mari où elle annonce son suicide (elle se jettera dans la rivière Ouse près de sa maison dans le Sussex). Elle lui écrit : « J'ai la certitude que je vais devenir folle : je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles. Je sens que je ne m'en remettrai pas cette fois-ci. Je commence à entendre des voix et ne peux pas me concentrer. Alors je fais ce qui semble être la meilleure chose à faire. Tu m'as donné le plus grand bonheur possible... Je ne peux plus lutter, je sais que je gâche ta vie, que sans moi tu pourrais travailler.»
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marie Darrieussecq est une romancière fêtée. Vingt-trois ans après la parution tonitruante de l'inaugural Truismes, elle affiche une ample et belle bibliographie (Bref séjour chez les vivants, le Pays, Il faut beaucoup aimer les hommes...) dont La Mer à l'envers, le dernier jalon en date, paru mi-août aux éditions P.O.L, s'impose comme le roman-phare de cette rentrée littéraire 2019. « Comment peut-on écrire aujourd'hui sur un autre sujet que les migrations ? », s'interrogeait-elle lorsqu'on l'a rencontrée au début de l'été, à Paris, pour évoquer avec elle cette fiction à la fois grave et légère qui met en scène une jeune femme dont l'existence ordinaire est soudain bouleversée par sa rencontre avec un jeune réfugié nigérien. Marie Darrieussecq est aussi traductrice (notamment de Virginia Woolf et de James Baldwin), elle préside depuis l'an dernier la Commission d'avance sur recettes au Centre national du cinéma (Cnc) et s'apprête à prendre en charge la chaire d'écrivain en résidence récemment créée à Science Po. Où trouve-t-elle le temps et l'énergie ? Quel est son moteur : la curiosité, la passion, ou la peur de l'ennui ?
+ Lire la suite
Podcasts (29) Voir tous

Citations et extraits (1365) Voir plus Ajouter une citation
Virginia Woolf
Nastasia-B   01 septembre 2014
Virginia Woolf
Dans le mariage, il faut un peu de liberté, un peu d'indépendance pour vivre ensemble, chaque jour de la vie, dans la même maison.



MRS DALLOWAY.
Commenter  J’apprécie          1320
Virginia Woolf
Jooh   25 mai 2014
Virginia Woolf
Ce qui compte c'est se libérer soi-même, découvrir ses propres dimensions, refuser les entraves.
Commenter  J’apprécie          1253
Virginia Woolf
milamirage   20 mars 2013
Virginia Woolf
" Chacun de nous a son passé renfermé en lui, comme les pages d'un vieux livre qu'il connaît par cœur, mais dont ses amis pourront seulement lire le titre. "
Commenter  J’apprécie          1160
Virginia Woolf
wiggybis   11 juin 2013
Virginia Woolf
Aucun de nous n'est complet en lui seul.
Commenter  J’apprécie          1080
Nastasia-B   16 octobre 2014
Mrs Dalloway de Virginia Woolf
Dans l'intimité, on peut faire ce que l'on veut. On peut pleurer si personne ne regarde.
Commenter  J’apprécie          990
ay_guadalquivir   31 mars 2010
L'art du roman de Virginia Woolf
Le seul conseil en effet qu'une personne puisse donner à une autre à propos de la lecture c'est de ne demander aucun conseil, de suivre son propre instinct, d'user de sa propre raison, d'en arriver à ses propres conclusions.
Commenter  J’apprécie          910
Virginia Woolf
milamirage   30 mai 2013
Virginia Woolf
Je ne crois pas à la valeur des existences séparées. Aucun de nous n'est complet en lui seul.
Commenter  J’apprécie          910
Nastasia-B   02 septembre 2014
Mrs Dalloway de Virginia Woolf
C'était l'heure, entre six et sept, où chaque fleur s'embrase — les roses, les œillets, les iris, les lilas ; blanche, violette, rouge, orange profond ; chaque fleur semble brûler de son propre feu, douce et pure, dans les plates-bandes embrumées.
Commenter  J’apprécie          850
Nastasia-B   05 novembre 2014
Mrs Dalloway de Virginia Woolf
Étonnant, incroyable ; elle n'avait jamais été aussi heureuse. Rien ne pouvait être assez lent ; rien ne pouvait durer trop longtemps. Il n'y avait pas de plus grand plaisir, pensa-t-elle en redressant les chaises, en repoussant un livre sur l'étagère, que d'en avoir fini avec les triomphes de la jeunesse, après s'être perdue à force de vivre, que de trouver le bonheur, dans un choc délicieux, quand le soleil se levait, quand le jour finissait.
Commenter  J’apprécie          820
Virginia Woolf
Nastasia-B   14 septembre 2018
Virginia Woolf
Mais qu'est-ce que " soi-même " ? L'être que l'on voit ? ou l'être que l'on est ?



FLUSH : UNE BIOGRAPHIE, Chapitre III.
Commenter  J’apprécie          813
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Virginia Woolf Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
158 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur cet auteur
.. ..