AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Max Milo

Les Éditions Max Milo sont une maison d`édition française créée en 2000 par Jean-Charles Gérard, Christophe Guinel et Daniel Gérard. Max Milo a pour devise « provoquer à juste titre ». La maison d’édition est basée à Paris. Elle a 400 titres à son catalogue.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Max Milo



Dernières critiques
Patmarob
  17 mars 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard


« L’éternelle truanderie capitaliste » est sorti en librairie en février 2019, l’analyse est donc étayée par l’actualité des faits et la présentation de protagonistes contemporains. Jean –François Bouchard est économiste, écrivain et romancier. Il a travaillé pour les grandes banques et les grandes institutions internationales. En poste dans plusieurs pays étrangers (Roumanie, Bulgarie, en Afrique..), il a acquis une expérience élargie des problèmes de la finance au niveau mondial.

Jean –François Bouchard rend hommage à un économiste russe Nicolas Dimitrievitch Kondratieff exécuté sous l’ordre de Staline en septembre 1938. Sa remarquable capacité d’analyse mathématique et son intelligence l’avaient amené à établir que le capitalisme est un système éternel. Secoué par des crises cycliques d’une soixantaine d’années, la capacité du capitalisme à se renouveler, à dynamiser la recherche et le profit lui ont permis de rebondir et de s’adapter. Pourtant, le développement sans mesure de la finance ne produit plus de croissance. Le système accélère les inégalités, la recherche sans limite du profit financier provoque des crises à répétition qui sème doutes, critiques et violentes réactions des peuples. Dans une première partie, l’auteur expose le « nouveau visage des dictatures capitalistes ». Il souligne le lien étroit des politiques et des financiers, quand les responsables et décideurs (Tony Blair, José Manuel Barroso…) empruntent les chemins professionnels des deux entités. Une caste se constitue, elle cherche la stabilité en se cooptant . Les liens étroits entre les deux mondes, pouvoir et grande finance, épargne les banques des poursuites judiciaires. Elles agissent en toute impunité. Dans « la fin des nations », J-F Bouchard dénonce la loi des marchés boursiers, quand une liberté sans contrôle profite à des escrocs sans morale. Les états ont perdu l’autorité sur leurs choix économiques et financiers, ils font partie du grand marché mondial. Certes, l’Histoire rappelle que Jakob Fugger a appuyé et assuré le pouvoir de Charles Quint au XVIème siècle. Une troisième partie souligne « l’émergence des aveugles », ces spécialistes qui expliquent les crises a posteriori avec la « bêtise la plus insensée ».Quand les opinions des grands économistes ne sont « qu’un pathétique foutoir ». Dans une quatrième partie,« le cynisme et la propriété », l’auteur reconnaît que le capitalisme a permis un accroissement des niveaux de vie, le recul de la misère mais qu’il produit plus aujourd’hui de richesses. La recherche maximale du profit accélère les inégalités, le déplacement des zones d’activité, l’exploitation des richesses…En conclusion, l’auteur reconnait que le système actuel ne correspond plus au libéralisme originel. Les impasses imposeraient des réformes de fond, l’auteur en souligne leur venue hypothétique. Sans être pessimiste, il montre que tous les possibles sont devant nous.

Le livre est clair, actualisé et présente un champ d’analyse intéressant car il est remis en perspective. L’auteur ne manque pas d’humour et d’autocritique sur son poste d’expert économiste. Le langage est lisible, compréhensible, certains commentaires et expressions reprennent les réactions et mots familiers que le lecteur peut utiliser devant les annonces de salaires, bonus, retraite chapeau…. Vertigineux.

Merci aux éditions Max Milo et à Babelio pour cette découverte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathanaelbentura2709
  17 mars 2019
Ces cons de journalistes de Olivier Goujon
Une lecture d'intérêt public ! L'auteur présente en 20 chapitres à problème différent à chaque fois qui tue la profession. Étant moi même étudiant en journalisme, cette lecture à été très intéressante, enrichissante mais surtout alarmante. J'espère que ce livre pourra éclairer ceux qui n'y connaissent rien et les poussera à plus consommer les médias qui permettent aux journalistes de vivre.
Commenter  J’apprécie          00
Guillaume17
  16 mars 2019
Autobiographie d'un menteur de Graham Chapman
Roman autobiographie ..? Peu importe en tout cas très drôle par ce fondateur des Monty python

Fan des Monty python je n' ai pu que me délecter devant tant de délires si british
Commenter  J’apprécie          10