AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bayard Canada


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Shaynning
  23 novembre 2020
La plus grosse poutine du monde de Poulin Andree
Membre de la fratrie "Zèbre" aux Éditions Bayard, "La plus grosse poutine au monde" est plus profond dans ses thèmes que laisse supposer son titre cocasse.

Thomas a 14 ans et se prépare à célébrer son anniversaire en ce 14 Juillet. Il nourrit l'espoir de recevoir des nouvelles de sa mère disparue, qui se contente de lui envoyer un simple "bonne fête Thomas" accompagné d'un petit montant d'argent. Thomas aimerait bien savoir pourquoi il n'a plus de mère depuis neuf ans. de plus, son père semble s'être enfoncé dans une indifférence chronique, qui lui donne l'impression de ne plus avoir de père non plus. Lorsqu'il constate que cette année ne sera pas différente des autres, Thomas élabore alors un plan: faire parti des records Guiness en concoctant la plus grosse poutine du monde. Pour ce faire, il devra monter une équipe, trouver des commanditaires et affronter toute sorte de situations, dont certaines dramatiques. Il fera entre autre la connaissance de Éliane, une jeune fille récent arrivée avec sa mère à la fromagerie du coin, qui est jugée en raison de sa main artificielle. Il devra aussi arriver à convaincre l'intraitable mairesse et son youyou insultant à lui permettre de louer l'aréna. À travers tout cela, il parviendra aussi à connaitre la vérité sur le retrait de sa mère de sa vie, mais la vérité fait parfois beaucoup de mal.



C'est une histoire amusante, sans grandes descriptions, qui utilise plusieurs formes dont les textos, les e-mails en plus des dessins. Un roman très adapté aux ados de notre ère électronique. Les thèmes, comme je le disais, sont tout-de-même profonds. Thomas vit une réalité difficile avec sa mère absente et son père qui ne s'intéresse pas vraiment à lui. On apprendra que la mère souffre d'une dépendance et qu'elle aura mit son fils en danger à cause de son intoxication. On manoeuvre donc dans un sujet lourd, mais très pertinent, susceptible de trouver écho chez les jeunes, ou de conscientiser ceux-ci à cette réalité. On a par ailleurs la réalité d'Éliane, qui est né avec une seule mains et qui se retrouve isolée parce que les gens sont mal à l'aise avec sa prothèse. Finalement, nous avons la réalité de la mairesse, qui vit seule et pour qui son animal de compagnie est un membre de la famille.



Je suis donc impressionnée par ce petit roman par sa pertinence, qui garde un ton amusant malgré la porté de ses thèmes. le tout est écrit simplement, mais pas de manière simpliste ou infantilisante. Je comprend mieux pourquoi les professeurs québecois en font souvent une ouvre de lecture pour leurs élèves du primaire ( niveau 4 à 6).

P.S: Vous trouverez aussi plusieurs variantes de la poutine, un met québecois ( et non canadien!) , dans le bas des pages et à la page 72-73!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable
  14 novembre 2020
Un parfum de fausses nouvelles de Bonin Pierre-Alexand
Roman jeunesse réaliste qui raconte l'histoire de Félix qui est convaincu d'être un journaliste extraordinaire (pour le journal de l'école) et qui ne comprend pas pourquoi les élèves lisent la chronique de potins plutôt que ses articles sérieux. En cherchant à tout prix une manière d'attirer leur attention, il décide de donner dans la fabrication de fausses nouvelles.

Comme le récit est très court, il est peu approfondi et peu détaillé, donc les actions et les explications sont trop rapides. Ça donne tout de même une bonne idée à des enfants ou à des adolescents des dommages que peuvent causer les fausses nouvelles, mais c'est assez enfantin, donc plus pour les élèves du primaire ou à la limite de première secondaire.
Commenter  J’apprécie          00
Cielvariable
  11 octobre 2020
Scene de Crime de Sonia K. Laflamme
Très court roman avec une chute (fin inattendue). C'est intrigant, mais beaucoup trop court pour mon goût, rien n'est approfondi.
Commenter  J’apprécie          60