AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bayard Canada


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Lovehorse
  01 novembre 2019
La comète, tome 1 : Matricule A390G7 de Yaël Lipsyc
Isis est curieuse, passionnée et intelligente. Elle aime comprendre ce qui l’entoure. Mais sa curiosité est mal vue dans cette société où la censure est reine. Alors le jour où, en devenant Sauveteuse, elle découvre la raison de tous ces mystères auxquels elle n’a pas de réponses et que l’on tente de réduire au silence une des rares personnes qui en ont connaissance, elle va tout faire pour faire éclater la vérité.





J’ai passé un bon moment avec ce roman. Il y a du positif, mais aussi du négatif, donc finalement je reste assez mitigée sur ce premier tome.



Bon, commençons par le positif. Tout d’abord, la plume de l’auteure. Elle est fluide, abordable et agréable à lire. On est assez vite plongé dans son univers et ses intrigues. Celui-ci est d’ailleurs assez intéressant et bien construit. On comprend assez vite dans quel monde vivent nos personnages : ses codes, ses préoccupations, son fonctionnement, ses dangers, … Malgré tout, il reste un grand classique du genre dystopique jeunesse: des ados qui prennent leur destin en mains et qui vont sauver le monde tyrannique dans lequel ils évoluent. Mais c’est vrai qu’avec le nombre de dystopie écrites et le succès retentissant de certaines d’entres-elles, il devient difficile de se démarquer (mais j’y reviendrai plus tard).



Un autre point positif : les personnages. Ils sont attachants, intéressants et crédibles.

Isis, notre héroïne, est curieuse et déterminée (ce qui va la mettre dans des situations délicates). Elle se donne à 200% pour obtenir ce qu’elle veut et est prête à tous les sacrifices, même si ceux-ci sont difficiles. Elle évolue au cours de ce premier tome en effectuant sa formation de sauveteuse et prend conscience d’un certain nombre de choses qui la pousseront à agir (probablement dans le tome 2).



Ethan, notre héros, est à la limite du cliché du héros masculin mystérieux, que tout le monde évite, sauf … l’héroïne, avec qui naitra l’inévitable romance. En effet, ce personnage cache un secret qui le pousse à s’exclure du groupe, mais pourquoi ? A vous de le découvrir … Dans tous les cas, il s’avère être un soutien pour Isis, qui, je pense, sans lui, aurait eu du mal à supporter tous les évènements qui s’enchainent dans sa nouvelle vie.



Pour les aspects négatifs, j’en ai 2. Déjà, le rythme. Il est assez lent malgré le fait qu’il soit ponctué de quelques actions et rebondissements qui apportent du suspense et de nouvelles questions sans réponses, bah oui, c’est toujours censuré … Je trouve donc ce premier tome plutôt introductif. L’auteure donne des cartes à ses personnages, crée des liens entres-eux pour les amener à évoluer ensemble, et pose son décors et la situation critique pour sa suite, cela dit, étant le premier tome d’une trilogie, cela se comprend.

Le deuxième point négatif, et celui qui m’a le plus embêté, est le fait que les trois premiers quart de ce roman m’ont énormément rappelé Divergente, de Veronica Roth. En effet, le caractère de certains personnages, le test qu’ils doivent passer à 16 ans pour choisir leur métier, la classification des professions (construction, défense et protection, …), … sont assez semblable à Divergente ce qui m’a un peu empêché d’apprécier pleinement ma lecture sur le début. J’avais toujours l’impression de lire une réécriture moins élaborée de Divergente (pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris, j’ai ADORÉ Divergente …). Cependant, ce petit manque d’originalité du début s’estompe petit à petit et l’histoire emprunte son propre chemin, ce qui laisse envisager un tome2 plus intéressant.





Bref, une lecture sympathique, mais un tome 1 un peu décevant malgré tout avec une intrigue un peu trop introductive et un manque d’originalité sur la première partie de l’histoire. En espérant que ces petits défauts ne se retrouvent pas dans la suite (que je lirai). Affaire à suivre …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MilleetunepagesLM
  12 octobre 2019
J'avais tout prévu sauf les bélugas de Andrée Poulin
Le commentaire de Martine :

L’histoire que nous présente Andrée Poulin, se situe après que Thomas ait réussi son record du monde, de la plus grosse poutine du monde, que nous avons suivi dans le roman précédent. Thomas se retrouve avec le désir de rencontrer sa mère qui l’a abandonné depuis une dizaine d’années, il reçoit un petit mot avec un billet de 10 $ lors de son anniversaire, mais il ne sait rien de cette femme. Il veut la revoir une fois afin de lui dire qu’il veut passer du temps avec elle. Mais cela ne se passera pas comme Thomas l’a imaginé.

Thomas ne veut plus ressentir ce vide dans son ventre, cette colère qu’il ressent, la violence que ce petit engendre dans son esprit.

Dans ce récit, on touche le terme de la mère manquante, la mauvaise mère, la mère absente. C’est en intégrant les bélugas que l’auteure va créer son fil conducteur de l’histoire, elle met en scène l’importance de l’écologie, la comparaison des relations familiales, la maternité.

Est-ce que Thomas va arriver à comprendre sa mère et son agissement. Est-ce que Thomas acceptera cette femme comme elle est ?

J’ai aimé ma lecture, Andrée Poulin a une belle plume, qui est facile à lire. Elle inclut dans son intrigue des préoccupations importantes comme l’écologie, l'alcoolisme, l’amitié, la loyauté, l’estime de soi. C’est une bonne lecture pour les jeunes qui leur permet de comprendre certaines réalités et vivre avec l’espoir.
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Rougikone
  09 octobre 2019
Une Parisienne a Saint-Zenon de Chabert Joelle
Depuis la publication du livre des aventures d'adaptation de l'auteur à Saint-Zénon, il s'y en est passé des choses, au village ! L'auteur pourrait faire une suite à son livre, pour raconter les infamies, dignes de la Révolution française, dont a été victime un jeune prêtre camerounais venu y officier ainsi que la façon dont il a été chassé des villages de Saint-Zénon et de Saint-Michel-des-Saints par des villageois haineux ameutés et conduits par une Française, en raison de la couleur noire de sa peau, de sa soutane, du tam-tam qu'il utilise, parfois, pour accompagner ses chants de messe devant un public qui ne sait pas chanter, de sa joie authentique toute africaine d'être prêtre et de sa façon toute traditionnelle de donner l'hostie dans la bouche (ce que font tous les chrétiens orientaux, entre autres). Seuls les autochtones de Manawan l'ont accepté et l'aiment comme s'il était l'un des leurs. Mais voilà que l'évêque de Joliette, suite à la plainte de la Française pleine de haine, vient de le chasser aussi du village autochtone ! Cela se passe en 2019 et, de Manawan à Joliette, en passant par Saint-Michel-des-Saints et Saint-Jean-de-Matha, tout le monde attend une suite ; que quelqu'un poursuive la Française en justice, peut-être ??? Le titre pourrait s'intituler :"La Française et son âne, ou l'art de faire de l'agitation raciste".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00