AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nadiouchka


nadiouchka
  06 novembre 2017
Au programme de mon prochain club de lecture : « La théorie des nuages » de Stéphane Audeguy. Je me suis dit : « Chic moi qui aime regarder les nuages et les photographier quand c'est possible, ça devrait me plaire ». Mais je vous signale que je n'ai jamais la tête dans les nuages, au contraire. Et puis ce premier roman de cet auteur a obtenu le Grand Prix Maurice Genevoix de l'Académie Française. Donc, bonne référence.

L'auteur commence par une citation de Lutèce : « Tout ce qu'on voit encore se développer dans les airs et naître au-dessus de nous, tout ce qui se forme dans les nuages, tout enfin, neige, vent, grêle, gelées, et le gel si puissant qui durcit le cours des eaux et ralentit ou arrête çà et là la marche des fleuves, tout cela peut aisément s'expliquer, ton esprit n'éprouvera aucune peine à en comprendre et à en pénétrer le secret, du moment que tu connais les propriétés des atomes. » (préface).

L'histoire débute avec un vieux couturier japonais, Akira Kumo, grand passionné des nuages et qui leur consacre une grande bibliothèque. Il embauche une jeune femme, Virginie Latour, pour mettre un peu d'ordre dans ses livres et les classifier. Étonnée par la simplicité du travail et la rémunération importante qui lui est allouée, elle fait taire ses scrupules et se découvre un intérêt dans cette tâche ainsi que d'affection pour ce vieil homme qui semble rechercher de la compagnie.

L'ouvrage est composé de trois chapitres :
- Première partie : L'étude des ciels (avec une phrase de Constable : « What a glorious morning in this for clouds ! »).
- Deuxième partie : Vers d'autres latitudes (je vous épargne la préface du International Cloud Atlas car elle est aussi en anglais mais surtout longue).
- Troisième partie : le Protocole Abercrombie (« Chose assez curieuse, il ne m'arriva pas une seule fois, devant ces magies liquide ou aériennes, de me plaindre de l'absence de l'homme ». Baudelaire).
Ces trois histoires, en fait, forment un tout et se rejoignent.

Le texte est assez poétique mais il faut bien garder la tête sur les épaules car, finalement, on évolue vers les débuts de la météorologie – on y parle de Luke Howard qui est devenu célèbre grâce à son « système de nomenclature des nuages » ; surnommé aussi « le parrain des nuages », c'est lui qui a désigné trois principales catégories de ceux-ci : cumulus, stratus et cirrus.
On y parle aussi du fameux et très recherché Protocole de Richard Abercrombie ainsi que du peintre Carmichael et de Goethe. On passe du présent au passé.
Parfois j'ai trouvé des paragraphes un peu trop longs, complexes (instructifs certes mais j'ai fait un effort pour les lire). Il y est aussi question de la sexualité de Virginie (avec des descriptions plutôt crues, mais bon, si elle fonctionne ainsi c'est bien son droit…). On trouve aussi tout de même de l'amour.
Au milieu de tous ces nuages, le personnage d'Akira Kumo est touchant par sa sensibilité – il ne connaît pas vraiment son âge et lorsqu'il le découvre c'est la stupéfaction.

L'auteur a fait preuve de beaucoup d'imagination pour ce livre et on constate qu'il s'est bien documenté. Par exemple, il nous fait part d'évocations historiques avec la bombe d'Hiroshima...

Les personnages sont assez pittoresques dans l'ensemble, avec chacun leur particularité. Mais ce livre est également une réflexion sur le temps qui passe, le temps météorologique bien sûr au gré du vent qui fait défiler les nuages.

Au final, « La théorie des nuages » a bien mérité son prix car il n'était pas facile de faire passer autant de notions scientifiques en prenant, au départ, l'histoire d'un couturier japonais.
Les sentiments sont bien décrits, les thèmes écologiques font partie intégrante de la réflexion : on y trouve l'évocation du volcan Krakatoa en 1883…

Je vais donc pouvoir dire lors de mon club de lecture que, si j'ai plutôt aimé ce livre, il m'a laissée malgré tout un peu sceptique : sujet très intéressant, certes ; je n'ai rien (au contraire) contre les indications scientifiques… Mais (eh oui il y a un mais) : avait-on besoin de tant compliquer les choses ? Mais (un autre mais pour celui-ci çà va) : le livre se rattrape avec son humanité, sa tendresse, sa poésie. Mais (encore ?) : dommage pour le dernier geste tragique d'Akira (je ne dirai pas lequel).
D'un autre côté l'écrivain a bâti son histoire ainsi et il nous faut l'accepter (ce n'est pas à moi de récrire quelques passages).

En fait, ainsi va l'histoire qu'à la fin on se retrouve tout de même avec un joli premier roman, bien construit et, si l'on y réfléchit, ce n'était vraiment pas facile quand on pense aux chemins par lesquels on passe.
En conclusion, je donne un 4 étoiles qui vont briller dans les nuages.
Commenter  J’apprécie          292



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (29)voir plus