AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de caro8711


caro8711
  06 juin 2019
Un essai passionnant et passionné qui ne laissera personne indifférent face à ce «génocide environnemental prévu». L'astrophysicien Aurélien Barrau dresse ici un état des lieux alarmant de la situation écologique actuelle, étayé par de nombreux chiffres et statistiques, qui fond littéralement froid dans le dos. Il propose également des pistes concrètes à mettre immédiatement en place au quotidien pour faire avancer les choses dans le bon sens, tout en précisant néanmoins que cela ne sera pas suffisant : un changement collectif d'ampleur planétaire est désormais vital car le pire est avenir…

Je n'ai pas l'habitude de lire ce genre d'essai, mais je dois dire que le choc des propos d'Aurélien Barrau m'a interpellé dès les premières lignes. La planète se meurt et ne survivra pas si l'on continue à foncer droit dans le mur.

Le ton n'est cependant absolument pas moralisateur, ce n'est pas nécessaire puisque les faits parlent d'eux-mêmes : la situation de notre planète est désespérée.

Grâce à des propos très clairs, l'ouvrage est aisément compréhensible et accessible, mettant le lecteur devant l'insoutenable paradoxe de notre monde moderne : « il ne s'agit que de décider si nous préférons sauver des biens ou des vies, des espèces ou un système, un avenir ou un instant ».

Il donne également à voir qu'en modifiant quelque peu nos habitudes, il est possible de migrer vers un mode de vie et de consommation plus juste et équitable, mais il y'a urgence. Me reste une envie de révolte en refermant ce petit livre, l'envie de m'indigner, pour qu'enfin nous cessions de nous voiler la face face à l'imminence et à la certitude du désastre à venir. Une lecture inspirante qui éveille les consciences.
Lien : https://unlivredanslapoche.h..
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus