AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Marti94


Marti94
  16 février 2019
Ce que j'aime chez Audiolib ce sont les belles voix associées aux textes et l'interview qui les accompagne. Daniel Mesguich lit la dernière oeuvre de Roland Barthes intitulée "La chambre claire" et Benoît Peeters, qui fut son élève et ami, la commente.
Contrairement à ce qu'évoque le sous-titre, "Note sur la photographie", cet essai ne traite pas la photographie d'un point de vue technique. Alors peu importe si la photo est numérique aujourd'hui, ce livre reste d'une grande originalité car il présente les pensées de Roland Barthes qui s'interroge sur ce qu'est la photographie pour lui. Pour cela, il se place du point de vue de celui qui regarde.
Alors que ce livre est une commande, il ressemble à une autobiographie car il nous permet de rentrer dans l'intimité de l'auteur qui évoque le deuil de sa mère à travers les photographies de famille.
Roland Barthes utilise beaucoup de termes latins surtout dans la première partie du livre construit comme un recueil de textes courts à la manière de "Mythologies" mais de façon personnalisée puisqu'il utilise le « Je ». Il nomme le photographe Operator et celui qui regarde le Spectator. Il a créé aussi les termes de Studium et de Punctum.
Barthes choisit d'observer en précisant qu'une photo témoigne de ce qui a été mais aussi de ce qui sera, par exemple les personnes que l'on voit vivantes sur la photo qui sont mortes aujourd'hui. C'est un réel qu'on ne peut plus toucher et en cela il fait le lien entre la photo et la mort.
Barthes parle peu de la photographie d'art même si Robert Mapplethorpe est souvent cité. Alors qu'il la présente comme inclassable, il compare la photographie au théâtre, à la peinture ou au cinéma et la met en avant, « la distingue de la communauté des images ».
Je trouve que les propos de Roland Barthes ne sont pas si simples que ça, ils sont profonds et sa belle écriture sublime une grande sensibilité, en écho au développement dans une chambre noire mais qu'il choisit claire parce que les photographies peuvent apporter la lumière.

Lu en février 2019
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus