AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 305 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/08/1956
Biographie :

Benoît Peeters est un écrivain, un scénariste et un critique français.

Après une licence de philosophie à la Sorbonne (Université de Paris I), il a préparé le diplôme de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) sous la direction de Roland Barthes. Il est titulaire d’une habilitation à diriger des recherches.

Il est l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre de Hergé. Il est l’auteur du Monde d’Hergé, ouvrage de référence sur l’univers du père de Tintin, de Hergé, fils de Tintin, une biographie d’une grande densité, ainsi que de Lire Tintin, Les Bijoux ravis, une lecture minutieuse de l’album Les Bijoux de la Castafiore.

De son style comme scénariste de bande dessinée, il faut retenir une originalité et une capacité à renouveler son art d’un album à l’autre. C’est précisément ce qui a fait le succès de la série dont il est l’auteur (avec son ami le dessinateur François Schuiten), les Cités obscures.

Théoricien et critique, il est l’auteur de nombreux essais sur la bande dessinée, le scénario, le storyboard et l'écriture en collaboration, mais aussi sur Paul Valéry‚ Alfred Hitchcock, Töpffer, Nadar et Victor Horta.

Il a réalisé de nombreux documentaires, dont la série Comix pour Arte et l’INA, plusieurs courts métrages, un moyen métrage (L’Affaire Desombres) et un long métrage, Le Dernier Plan.

Conseiller éditorial chez Casterman, il est aussi le directeur d'une maison d'édition indépendante Les Impressions Nouvelles.

François Schuiten et le Français Benoît Peeters ont été les premiers Européens à recevoir le Grand Prix Manga, pour leur saga « Les Cités obscures». Ils ont reçu le prix à Tokio le 12 février 2013.

Il est père de deux fils, Archibald et Vladimir. Il partage aujourd’hui son temps entre Bruxelles et Paris.
Egalement passionné de cuisine, il publie en 2018 avec Aurélia Aurita "comme un chef".

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Benoît Peeters   (95)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (90) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A l'occasion des Nuits de la lecture 2021, et pour lancer officiellement le Prix Facile à lire Bretagne à Saint-Méen-le-Grand en janvier 2021, la médiathèque avait prévu des lectures musicales en partenariat avec l'Ecole de Musique du Pays de Brocéliande. Le contexte sanitaire a compromis l'organisation de cette présentation avec du public, mais Christèle Bichot, la responsable de la médiathèque, a pu bénéficié de l'aide précieuse de Véronique Piron pour enregistrer en vidéo des lectures, accompagnées par ses élèves mévennais de l'Ecole de Musique. Une Nuit de la lecture 2021 inédite, que la médiathèque et l'Ecole de Musique proposent à tous de découvrir en vidéo, un grand merci ! Dans cette vidéo, l'ouvrage "Comme un chef" de Benoît Peeters et Aurélia Aurita (Casterman) est présenté au son de l'accordéon diatonique joué par les élèves de l'Ecole de Musique. #livre #Bretagne

+ Lire la suite
Podcasts (13) Voir tous


Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Bazart   28 octobre 2016
Hergé, fils de Tintin de Benoît Peeters
« Si je vous disais que dans Tintin j’ai mis toute ma vie » me disait Hergé quelques semaines avant sa mort. Il ne s’agissait pas d’une simple formule. Les aventures de Tintin peuvent-être lues comme une autobiographie indirecte, ou plus exactement comme une sorte de journal à travers lequel se donnent à lire tous les évènements, publics ou privés qui marquèrent Georges Remi, dit Hergé. Mais dans ce singulier roman de formation, c’est surtout le personnage qui a construit son auteur. »
Commenter  J’apprécie          220
Bazart   01 mars 2018
Comme un chef de Benoît Peeters
Plat ineffable : une terrine d’artichauts, de carottes, de haricots verts et de truffes, tenus entre eux par une mince coulée de mousseline de foie gras et accompagnée d’un hachis de tomates à l’estragon.
Commenter  J’apprécie          180
Musardise   03 décembre 2020
Les portes du possible de Benoît Peeters
Voitures-cocons (Porte12)

En voulant reprendre manuellement la conduite, ils n'ont réussi qu'à enclencher le système de sécurité. Toutes les fonctions du véhicule se sont bloquées, à commencer par le chauffage. Frigorifiés, Arnold et Gilda ont dû attendre plus de deux heures avant qu'on vienne les secourir. Ce n'est que le lendemain qu'ils ont pu rejoindre le château de Troussalay, pour un week-end bien écourté.

Le couple, furieux, était prêt à demander le remboursement du véhicule. Mais selon le constructeur de la voiture-cocon, l'erreur serait en réalité humaine : Arnold aurait indiqué "Trou Salé" et non "Trousssalay" au programmeur de conduite. "L'orthographe et lui, ça a toujours fait deux", a reconnu sa compagne. Mais le plus étonnant est que, tout au charme du voyage, Gilda et Arnold ne se soient jamais aperçus de leur erreur. "Une preuve supplémentaire du confort de ce véhicule", souligne Étienne Parizet. "À se demander s'ils avaient réellement besoin d'une chambre d'hôtel !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Musardise   29 novembre 2020
Les portes du possible de Benoît Peeters
Bruxelles-sur-Senne (Porte 1)

L'année 2030 est décidément pour Bruxelles celle de tous les changements. Tandis que le travail de pétrification se poursuit à vive allure et que les protestations se font de moins en moins nombreuses, une nouvelle opération de grande ampleur vient d'être lancée : la mise sous eau de plusieurs quartiers.

Lors de la cérémonie d'inauguration de la première rue, Mme Mary-Lou Delafosse, Ministre des Cinq Communes et du Tourisme bruxellois, n'a pu cacher sa fierté.

"Venise et Bruges n'ont qu'à bien se tenir. Car voici que Bruxelles devient à son tour une ville d'eau. Il y a cent cinquante ans, Bruxelles avait fait disparaître sa rivière, la Senne, en la transformant en égout. Aujourd'hui, notre Cité se réconcilie avec son histoire. Grâce à la pétrification, les maisons sont devenues étanches. Nous avons voulu prolonger cette idée en lui donnant sa véritable dimension..."



Bruxelles pétrifiée - Un bicentenaire d'eau et de pierre
Commenter  J’apprécie          130
Tandarica   03 avril 2020
Demi-tour de Benoît Peeters
Parlez pas de malheur !! Vous voyez le tableau si certains Français se mettaient à voter pour le candidat qu'ils détestent !?

(p. 9)
Commenter  J’apprécie          121
Musardise   05 août 2015
Case planche recit de Benoît Peeters
Certes, en ces premiers temps de la série, demeurent quelques traces de primitivité. La bande dessinée n'a pas dix ans et ses codes sont loin d'être tous établis. Mais ce n'est pas le moindre charme de ces pages que de nous montrer Mc Cay apprenant à se passer de ces béquilles que sont les commentaires disposés sous les images. Après vingt épisodes de Little Nemo, le dessinateur se rend compte de leur caractère superflu : ce qui peut être vu excède si largement ce qui se donne à lire que toute légende est inutile. Quelques semaines durant, il relègue le commentaire dans le bandeau-titre, puis il décide de s'en dispenser complètement.

En moins de six mois, au début de ce siècle, Winsor Mc Cay a donc franchi le pas qu'un Edgar Jacobs ne pourra se résoudre à faire en plus de trente ans de carrière : assumer dans toute sa force la nouveauté de l'art qu'il pratique.



Lisible, visible
Commenter  J’apprécie          100
darkdays   11 juin 2021
Comme un chef de Benoît Peeters
De cette volonté de lisibilité, les énoncés des plats servis chez Apicius sont éminemment symptomatiques. Les chroniqueurs gastronomiques les accusent souvent d'être sophistiqués à l'excès : ils se méprennent absolument. Sils sont longs, ces énoncés ne sont rien d'autre que précis. Ils n'intitulent pas le plat (comme le cassoulet ou la bouillabaisse), encore moins se contentent-ils d'y faire culturellement allusion (comme la sole Colbert ou le filet de bœuf Régence). Ils le décrivent lorsque Willy Slawinski parle d'un "mille-feuilles d'agneau aux endives, coulis aux oignons" ou de "noisettes de chevreuil au thé et citron vert poêlée de poire et mangue au gingembre confit", il donne de ces plats l'idée la plus juste qui se puisse concevoir.
Commenter  J’apprécie          20
darkdays   11 juin 2021
Comme un chef de Benoît Peeters
La cuisine synthétique (des plats français traditionnels comme la blanquette et le bœuf bourguignon en constituent de parfaits spécimens) est un mode d'élaboration où, dès la casserole, les divers éléments qui composent le plat sont mêlés les uns aux autres, donnant naissance à une sorte de matière générale, uniforme et indifférenciée. De cette cuisine synthétique (qui semble trouver dans la bouillie sa forme superlative), on pourrait dire qu'elle censure à la fois le rôle du préparateur et celui du mangeur. Du préparateur puisque son travail se trouve dissimuler, comme enfoui dans cette sauce épaisse qui rend invisibles les opérations effectuées. D u mangeur puisque sa place se trouve escamotée, la fusion des différents ingrédients étant d'ores et déjà accomplie, le plat lui-même étant d'emblée quasiment pré-mâché.
Commenter  J’apprécie          10
darkdays   11 juin 2021
Comme un chef de Benoît Peeters
La cuisine analytique (les compositions de poissons crus, de piments et de riz que propose la cuisine japonaise en sont les plus célèbres exemples) est, à l'inverse, un mode d'élaboration où les multiples éléments, loin de se fondre l'un dans l'autre, voisinent sur l'assiette de manière reconnaissable. De cette cuisine analytique (que plusieurs restaurateurs contemporains amènent chaque jour à de nouveaux sommets), on devine qu'elle révèle aussi bien la tâche de l'opérateur que celle du dégustateur. De l'opérateur puisque son activité s'offre de manière visible au regard, pour peu que celui-ci sache se faire attentif. Du dégustateur puisque c'est lui qui, associant à sa convenance des éléments jusque-là séparés, permet au plat d'exister véritablement.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   04 février 2020
Hergé, fils de Tintin de Benoît Peeters
Au fil des ans, je n’ai cessé de retrouver Hergé : j’ai lu des dizaines de livres et de manuscrits à son propos, préfacé de nombreux volumes, parlé de lui plus souvent qu’à mon tour. L’exposition Hergé dessinateur, réalisée en 1989 avec Pierre Sterckx, est peut-être mon souvenir le plus fort. Nous nous penchions longuement sur les planches originales, aussi émerveillés que les spectateurs qui allaient bientôt les découvrir dans la pénombre et le silence des musées de Bruxelles, d’Angoulême, de Paris et de Londres. Mon regard sur Hergé avait changé : son travail continuait de me parler, mais chaque fois différemment. Devenu scénariste de bande dessinée, j’appréciais de plus en plus l’intelligence de ses récits, l’audace de ses ellipses, l’habileté de ses découpages.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des cadeaux pour le 160ème !! 🥁🎺

On va passer d'abord chez Günter. J'y ai vu *** militaire rouge et blanc :

des poupées
des billes
un tambour
des dominos
une boîte à musique

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : jouets , livres , cadeaux , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..