AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de MarieC


MarieC
  07 septembre 2015
Une très agréable lecture que ce deuxième volume des aventures du bâtard de Kosigan.

A signaler tout d'abord, la qualité de l'écriture de Fabien Cerutti : fluide, simple, mais riche et précise dans son vocabulaire. Et surtout, atout maître dans ce roman en partie épistolaire, l'écrivain sait changer de ton selon le personnage à qui il prête voix.

Pourtant, ces personnages sont nombreux et variés : le narrateur principal, le chevalier de Kosigan, capitaine d'une compagnie de mercenaire embauché à la fois par le roi d'Angleterre, pour découvrir le fin mot d'un complot, par le roi de France pour démasquer le meurtrier du dauphin, et accessoirement par les amis du conte de Lens, pour dénoncer une trahison ; quelques lieutenants (ni toujours masculins, ni toujours humains) de Kosigan ; divers aventuriers, professeurs d'université, érudits du 19e siècle...

Après cette énumération, inutile de préciser qu'on ne s'ennuie pas pendant cette lecture, qui reprend la trame narrative du précédent tome : on y suit parallèle les aventures, de plus en plus haletantes, du chevalier de Kosigan, lors d'une guerre de Cent ans qui n'est pas tout à fait la nôtre, et l'enquête de Kergaël de Kosigan, au 19e siècle, décidé à percer un mystère historique et à prendre possession de l'héritage de son ancêtre, malgré de mystérieux ennemis. On bascule ainsi constamment d'un univers de fantasy médiévale un peu sombre à une ambiance de roman d'aventure populaire du 19e siècle. Cela est d'un charme certain !

Un petit bémol, cependant, j'ai préféré le premier volume à celui-ci : l' intrigue "dix-neuvième siècle" devient un peu convenue, s'appuyant sur les ficelles du genre, et perd son aspect intriguant. Et le personnage de Kosigan, moins âpre et ironique m'a paru un peu moins fort.

Commenter  J’apprécie          160



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (9)voir plus