AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Amaruel


Amaruel
  21 janvier 2016
J'avais un peu peur que, comme pas mal de séries que j'ai pu découvrir, la malédiction du tome 2 frappe à nouveau… Mais si vous savez cette malédiction qui vous fait dire du livre « Ouais c'est pas mal mais j'ai préféré le premier… » ou encore « Bah, on a déjà vu ça dans l'opus précédent », etc. Bon et bien je suis heureuse de dire que ça n'est pas le cas dans le Fou Prend le Roi.

Voici donc la suite des aventures du Bâtard de Kosigan, Pierre Cordwain de Kosigan de son vrai nom. On retrouve le mercenaire et sa compagnie quelques mois seulement après les avoir laissé dans l'opus précédent, retrouvant ainsi quelques personnages marquants dans l'entourage de notre personnage principal, comme Dun, la Changesang, qui étant une des rares présences magiques de L'Ombre du Pouvoir ou encore Janvier qui, à quelques reprises, à sauver les fesses de son chef.

Les choses que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre, sont, sans doute, les quelques révélations concernant notre « héros ». On entrouvre le rideau qui cache le passé de Pierre Cordwain, découvrant des éléments surprenants sans pour autant en voir la globalité : les informations distillées donnent envie d'en apprendre plus – de manière viscérale : le tome 3, vite ! Un autre point qui m'a littéralement ravie : la magie qui imprégnait l'Ancien Royaume de Fabien Cerutti dans le tome 1 prend un autre aspect dans ce tome-ci, puisqu'une foultitude de créatures merveilleuses fait son apparition : striantes (équivalent des harpies), elfes noirs, dragons, vouivres…

Concernant cette nouvelle intrigue, l'auteur ne perd pas de temps pour nous y entraîner, puisque dès les premières pages l'action prime. le Bâtard vole – littéralement – au secours d'une jeune fille en danger… si cela rappelle les scénarios archétypaux des romans chevaleresques, ici il prend une dimension tout autre, quand très rapidement l'on se rend compte que tout est orchestré par plus haut que le simple rang de « chef d'une troupe de mercenaires ».

La série du Bâtard de Kosigan prend également une autre dimension, puisque on y aborde également la religion. La montée du culte de l'Eglise, éclipsant toutes les autres religions dans l'opus précédent, est remise largement en question dans ce second volet, prenant une place centrale dans le déroulé de l'histoire, avec la présence et la résurgence de culte ancien mené par un dru-wi-dès. Finalement tout – ou presque – n'est que jeux de pouvoirs qu'ils soient politiques ou religieux.

Comme dans L'Ombre du Pouvoir, l'intrigue dans le Fou Prend le Roi est ciselée avec une telle habileté, que le fin mot de l'histoire nous échappe jusqu'aux dernières révélations. le monde du Bâtard de Kosigan est complexe et ce tome 2 nous le prouve aisément.

Et outre la trame que je qualifierai de principale, on retrouve comme dans le tome 1, le descendant de Kosigan, Kergaël, près de cinq siècles plus tard. Ces échanges épistolaires sont agréables, même si je me suis moins attachée aux personnages de cette partie du livre. Un point à soulever aussi : si l'intrigue concernant le mercenaire peut se lire indépendamment d'un tome à l'autre, il n'en va pas de même, à mon sens, pour son descendant. Cette partie de l'intrigue a connu de nombreux rebondissements dans le tome 1 qui ne sont pas forcément réexpliqués dans le tome 2.

En Bref : Un deuxième tome captivant et plus marquant encore que le précédent. Les personnages du Bâtard de Kosigan s'étoffent et le héros déjà complexe, le devient encore plus après les quelques révélations sur son passé. L'intrigue servit par l'auteur n'est que jeux de pouvoirs et de dupes et installe définitivement un monde qu'il va falloir suivre de très près. Fabien Cerutti est, finalement, un des auteurs contemporains qu'il est indispensable de lire si l'on se targue d'être amateur de fantasy historique – à bon entendeur !
Commenter  J’apprécie          170



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (10)voir plus