AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de jg69


jg69
  24 octobre 2019
Le récit commence en avril 2010, Benjamin Trotter, 55 ans, s'est retiré dans un moulin, il essaye de terminer l'écriture de son roman et s'occupe de son père, récemment veuf, et farouche partisan de la sortie de l'Angleterre de l'Europe. Benjamin quant à lui s'intéresse peu à la politique. Sa nièce Sophie, brillante universitaire historienne d'art a épousé Ian, un homme aux idées politiques diamétralement opposées aux siennes. le meilleur ami de Benjamin, Doug, est un journaliste politique de gauche dont la fille Coriandre va adopter des positions extrêmes en participant à des émeutes qui ravageront le pays en 2011.

Après une grave crise financière dans cette société dominée par la finance, la coalition Nick Clegg/David Cameron arrive au pouvoir marquant la rupture du vieux système de l'alternance. Une politique d'austérité féroce aboutira aux émeutes de 2011. Les Jeux Olympiques de juillet 2012 à Londres vont provoquer un élan de ferveur patriotique au sein de la nation britannique mais les élections législatives de mai 2015 porteront au pouvoir le conservateur Cameron dont le programme prévoyait un référendum sur l'UE pour calmer la frange eurosceptique de son parti, un pari très risqué qui débouchera sur le Brexit.

Dans ce roman Jonathan Coe mêle des histoires individuelles et l'histoire collective de la dernière décennie en Angleterre, de 2010 à l'après Brexit. Il met ses personnages dans des situations en lien avec les problématiques du moment de l'Angleterre, comme l'homophobie, la xénophobie, le racisme, la montée du nationalisme, le déclin de l'industrie britannique, les difficultés de la classe moyenne, la montée du nationalisme, le politiquement correct qui met à mal le maintien de certaines traditions essentielles aux yeux de certains britanniques... Avec un regard très aiguisé et sans concession, un humour délicieux et une ironie mordante, il dresse un saisissant portrait de la société britannique depuis 2010 et montre de façon très cohérente l'enchaînement qui a mené les britanniques à la situation qu'on connaît.
Le tout est à la fois très romanesque et historique. Certains passages sont jouissifs, comme celui qui relate les réactions des britanniques découvrant la cérémonie d'ouverture des JO qui retraçait l'histoire de leur pays, le passage où Benjamin retrouve Jennifer, une jeune femme avec qui il a eu une liaison près de 40 ans plus tôt est jubilatoire, sans parler des dialogues croustillants entre Doug et le responsable de la communication du premier ministre lors de leurs tête à tête secrets. Avec son humour si british Jonathan Coe n'hésite pas à égratigner au passage le milieu des politiques, des écrivains et de l'édition.
Ce roman empreint d'humour et de mélancolie est une fresque historique passionnante, c'est un roman très riche sur le Brexit. Les 560 pages s'avalent avec délice et j'ai très envie de lire les ouvrages précédents de cet auteur que je n'avais jamais lu. Même s'il reprend ici les personnages de ses précédents livres il n'est absolument pas nécessaire de les avoir lus pour se régaler avec celui-ci.
Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus