AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de hcdahlem


hcdahlem
  10 mars 2018
J'ai quinze ans et je vous em…

Pour son second roman, Jérôme Colin s'appuie sur son expérience de père de famille pour raconter l'adolescence. Et mettre du baume au coeur de bien des parents.

S'il existe bien des raisons de choisir un livre, la principale – vous en conviendrez – est l'envie que l'on a d'être emporté par l'histoire. Soit qu'elle vous emmène très loin, vous fait découvrir un monde inconnu, soit qu'elle vous touche parce que vous avez vécu de semblables situations, de pareilles émotions. Jérôme Colin m'a touché au coeur. À tel point que nous avons organisé une séance de lecture collective en famille et à haute voix. Mon épouse a eu ce cri du coeur après le premier chapitre «nous ne sommes pas seuls!», mon fils de quinze ans s'est soudain trouvé tout à fait «vivable» et moi je suis pris pour un psy, capable de réconcilier tout le monde avec cette bibliothérapie!
En parlant de psy, je crois que la meilleure façon de vous faire entrer dans ce roman est de suivre la séance chez la psy du narrateur, père de famille confronté à un adolescent difficile qui use son couple:
« – Alors, comment ça se passe ? m'a-t-elle dit.
– Pas trop mal. C'est la rentrée des classes... Jusqu'ici, tout va bien.
– Très bien ! Et votre femme ?
– Elle me manque.
Elle m'a regardé comme les psys savent le faire. J'ai embrayé. J'avais envie de retrouver notre vie d'avant les enfants. de retrouver la femme dont j'étais tombé amoureux, celle qui laissait traîner ses culottes, qui acceptait de rester au lit toute la journée pour regarder des films, et qui, en passant derrière moi, , caressait doucement mes fesses. Tout avait disparu. Combien de temps reste-t-il pour s'aimer quand vous devez vous réveiller à l'aube, préparer le petit déjeuner, torcher un cul, ramasser du vomi, donner à manger, changer le lange, habiller l'enfant, calmer ses pleurs, le mettre dans la voiture alors que le jour n'est pas encore levé ? L'attacher à ce satané siège-auto. L'emmener chez la gardienne et le lâcher avec une certaine culpabilité pour être à l'heure au travail. Supporter ensuite les demandes infondées et l'autorité abusive d'un patron pendant huit heures. Perdre son temps dans les embouteillages. Reprendre le gamin. Apprendre qu'il a tapé un petit copain chez la gardienne. Rentrer chez soi. Les mettre dans son parc. Payer quelques factures. Donner à manger. Torcher le cul. Faire une lessive. Relever ses e-mails pour ne pas être mal vu au boulot. Donner le biberon. Raconter une histoire. Mettre la lessive au sèche-linge. Repasser. Payer le reste des factures. Et enfin, alors qu'on termine à peine le rangement de la cuisine, aller se coucher. À l'instant où notre tête s'affaisse sur l'oreiller, penser que c'est décidément le plus beau moment du monde. Demander à son conjoint s'il a passé une bonne journée. Tomber de sommeil avant même d'entendre sa réponse. Et se réveiller toutes les trois heures. Combien de temps reste-t-il pour s'aimer dans cette vie là? »
Un long extrait, mais qui résume bien l'état d'esprit du narrateur. Et donne une bonne idée du style de ce roman qui sonde le quotidien avec un sens de l'observation très pointu et un humour dévastateur. Vous allez beaucoup rire à partager les péripéties familiales et sans doute aussi avoir quelque fois la larme à l'oeil. Mais n'anticipons pas.
Si avec Léa, la femme de sa vie, «l'indicible a disparu», il imagine que partir pourrait être une solution. Mais il ne part pas de peur d'être seul. Et sans doute pour essayer de se prouver qu'il peut encore sauver cette famille. Mais je vous laisse découvrir l'épisode de reconquête de son épouse préparé avec minutie («Cet anniversaire, c'était notre Everest. Un sommet auquel nous avions souvent rêvé») pour en venir à la pièce de résistance de ce roman lu d'une seule traite, à savoir Paul, le fils rebelle qui nous vaut cette belle définition : « Avoir un adolescent, c'est accepter de savoir perdre son temps. Et avoir de fréquentes envies de meurtre sans jamais passer à l'acte. » Car ce dernier a tous les symptômes de la crise d'adolescence. Il essaie de franchir les limites, il décide que les adultes sont des incapables et qu'ils ne sont sur terre que pour «faire chier», ils transforme sa chambre en foutoir, il s'en prend même à sa petite soeur Élise et, bien entendu, il ne travaille plus à l'école. Ce dernier point offre au père l'occasion de se solidariser avec son fils, car il s'oppose lui aussi cette école du Moyen-Âge et ce proviseur affublé du surnom de Monsieur Mollasson. L'école doit plutôt accueillir, aider et soutenir que rejeter et sanctionner. Mais Paul n'a cure des théories paternelles et poursuit son travail de sape.
Au fur et à mesure que le ton monte, que se mère essaie de recoller les pots cassés, on sent l'ampleur de la tâche, la difficulté à vivre ce psychodrame permanent. On attend le prochain coup plutôt que la rémission.
Jusqu'à ce jour où Bruxelles est à son tout victime d'attentats terroristes. Que la seule chose qui compte alors est de s'assurer que Paul et Élise sont sains et saufs. Que l'amour qu'on porte à ses enfants est au-dessus de leurs crises. Je n'en dirais toutefois pas davantage. S'il est un champ de bataille sur lequel vous devez vous précipiter, c'est bien celui-là! (pour ma part, je cours chercher le premier roman de Jérôme Colin que je n'ai pas encore lu).

Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          390



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (34)voir plus