AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Aryia


Aryia
  05 décembre 2018
Lorsque l'on évoque les bienfaits de la lecture, on pense généralement aux « grands classiques » : lire diminue le stress, apporte connaissances et vocabulaire, stimule l'imagination, la mémoire et la concentration … Pour ma part, la lecture m'a également apporté quelque chose de bien plus inattendu : la patience. Car il en faut, parfois, pour attendre « sagement » la suite d'une saga que l'on apprécie énormément ! Cela fait maintenant plus d'un an que j'ai tourné la dernière page de Grandir, et que je trépignais d'impatience de retrouver Emilie pour de nouvelles aventures … Les premières semaines furent les plus difficiles : j'avais tellement du mal à quitter cet univers passionnant que je devais me faire violence pour ne pas relire en boucle, indéfiniment, le premier tome dans l'attente du second. Et puis, la douleur s'est estompée … pour revenir au grand galop lorsque Vivre a débarqué dans ma boite aux lettres alors que mon planning de lecture du mois était déjà surchargé ! Mais j'ai appris à dompter cette impatience livresque … et même à la savourer. Alors je tapotais gentiment la couverture en lui promettant que son tour viendrait bientôt, j'ai savouré lentement ma relecture du premier tome pour enfin me plonger dans cette suite tant attendue …

Emilie a désormais quinze ans. Son apprentissage de Bibliothécaire se poursuit, lentement mais surement … Elle plonge aujourd'hui dans son second livre-rêve, qui fait d'elle la princesse héritière d'Alma. A peine couronnée, la jeune fille se retrouve confrontée à un terrible et douloureux dilemme : quelle décision doit-elle prendre pour garantir paix et sécurité à ses sujets ? Tantôt conseillée tantôt contrôlée par l'Autre, qui l'empêche d'exprimer ses opinions propres et qui veille à ce que « l'histoire suive son cours », Emilie se lance donc dans un audacieux voyage : elle va parcourir les pays voisins afin de déterminer la voie qu'elle devra suivre pour faire de son royaume un pays où le bonheur sera à la portée de tous. Quel exemple doit-elle suivre : celui du roi d'Abyss, de l'empereur de Promété ou du prince de Zénit ? le choix est difficile … et cela d'autant plus qu'elle ne sait pas que son pire ennemi se cache sous les traits d'un personnage. Saura-t-elle déjouer ses pièges ?

On retrouve ici la mise en abyme que j'avais tant appréciée dans le premier tome : le lecteur lit l'histoire d'une lectrice qui lit une histoire … Mais Emilie fait bien plus que lire, elle rêve, elle vit, cette histoire couchée sur papier. Car là est tout le charme d'un roman : ce ne sont plus de simples mots assemblés en phrases, mais bien une aventure dans laquelle le lecteur est invité à plonger, de tout son coeur, de toute son âme. Quand on ouvre un livre très bien écrit, on n'est plus tout à fait soi-même : on se fond progressivement dans le personnage principal, on se laisse guider par lui, on tremble et on rit à l'unisson avec lui. On peut ne pas être d'accord avec ses actes ou ses paroles, mais qu'importe : on continue de le suivre dans ses pérégrinations, on a peur pour lui comme si notre propre vie était en jeu. Et quand l'histoire est achevée, on relève la tête comme on sort d'un rêve : il faut du temps pour reprendre contact avec la réalité ! Il est donc incroyablement facile de s'identifier à Emilie, plongée dans ce livre-rêve : elle est nous, nous sommes elle. Et le plus incroyable, c'est que l'on oublie à la fois que nous ne sommes pas Emilie, et qu'Emilie n'est pas l'enfant d'Arès ! Vivre, c'est un livre dans un livre, une histoire dans une histoire, et c'est aussi sympathique que déconcertant de jongler avec les différents niveaux de réalité et de fiction !

Et cela d'autant plus que l'autrice s'en est donnée à coeur joie dans ce livre : nous retrouvons à la fois des éléments du technomonde présenté dans le premier tome, des allusions à des grands classiques de la littérature (mention spéciale à la description des grands magasins, qui m'a rappelé le merveilleux roman de Zola, Au bonheurdes dames !), et des bribes de notre propre société et histoire … Tout se mélange allégrement, tout s'imbrique naturellement, pour constituer un monde aussi étrange que familier. A mes yeux, c'est vraiment l'une des grandes forces de cette saga : elle ne se cantonne pas à un genre, à un style, mais pioche de-ci de-là pour former un ensemble d'une richesse et d'une finesse incroyable ! J'aime les récits atypiques et audacieux, qui osent transcender les codes et les règles pour affirmer leur identité propre, et je pense que La Bibliothèque ne place aisément en haut du podium de ce point de vue ! Une pincée de romance, une bribe de science-fiction, une touche d'heroic-fantasy, un soupçon de steampunk, sans oublier de l'aventure, de la dystopie et de l'historique ! Adeptes de tous les genres y trouveront leur bonheur, et se laisseront porter par cette fantastique histoire riche en rebondissements et en émotions !

Et aussi, bien sûr, en réflexion … A travers ce second livre-rêve, Emilie poursuit son apprentissage, son initiation. le coeur de la jeune fille est bourré d'idéaux : elle rejette formellement la guerre et la violence et souhaite ardemment rendre son peuple heureux, abolir les inégalités et les injustices. Tout au long de son voyage, cependant, Emilie va progressivement se rendre compte de la noirceur de la nature humaine : dans chaque pays qu'elle traverse, au nom de la tradition, de la religion ou du progrès, des hommes sont opprimés, rabaissés, tués, par d'autres qui se considèrent « supérieurs » … Révoltée, Emilie se souvient avec nostalgie du technomonde qu'elle haïssait alors : plus d'inégalité, plus de misère, plus de guerre ni d'injustice … mais plus de liberté non plus. Une à une, toutes ses illusions se délitent tandis que la terrible réalité s'impose à elle, s'impose à nous, tandis qu'une lancinante question s'imprime dans son coeur et son esprit : que faire ? y a-t-il quelque chose à faire ? un monde meilleur est-il possible ? le bonheur est-il possible ? et si oui, à quel prix ? C'est une douloureuse leçon qu'Emilie et le lecteur doivent affronter … surtout si on est aussi idéaliste qu'elle. Qu'il est difficile d'admettre que nos bonnes intentions, nos rêves, ne suffisent pas à changer le monde, ne peuvent pas changer le monde ! C'est un livre qui secoue, qui remue, un livre qui transforme, car ce que vous vivez aux côtés d'Emilie va vraiment changer le regard que vous portez sur le monde … C'est intéressant, mais c'est à vos risques et périls !

En bref, vous l'aurez compris, je suis toujours aussi amoureuse de cette saga, qui mêle avec brio fiction, action, émotion et réflexion, et je suis toujours aussi amoureuse de la plume de Pauline Deysson, si belle, si riche, si magique. Cela valait vraiment le coup d'attendre : ce livre est vraiment incroyable, peut-être même meilleur que le premier ! C'est vraiment un monde que l'on quitte à regret, un livre que l'on peine à fermer, des personnages que l'on ne veut pas quitter et qui nous manque à peine la dernière page tournée. Cette saga, c'est une ode à la lecture, une déclaration d'amour aux livres, qui nous font rêver et grandir, qui nous font voyager et réfléchir, qui nous transforment, qui nous soignent … Cette saga, elle met en évidence la magie qui se cache derrière chaque phrase de chaque page de chaque livre. Mais surtout, cette saga ne nous raconte pas une seule histoire, mais plusieurs histoires : vous avez deux livres pour le prix d'un, alors n'hésitez plus et achetez donc Grandir et Vivre, vous ne le regretterez pas !
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus