AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de tichoulit


tichoulit
  29 août 2019
Tout commence par un courrier posthume, reçu par Jeanne de la part d'Enguerrand, un photographe de guerre rencontré lors d'une de ces missions d'aide aux réfugiés. Un courrier contenant les lettres qu'ils se sont envoyées depuis des années, un carnet de notes de ses voyages dans les pays en guerre ainsi que des négatifs de photographie. Jeanne est déterminée à accomplir son dernier voeu : révéler à la face du monde ces 4 photographies de guerre. Des photos qui montrent l'horreur, la véritable vision de la guerre, bien plus que toutes celles qu'il a prises durant ces années de photojournaliste.

Dans les premières pages, il se passe tellement de choses ! On rencontre Jeanne qui évoque Enguerrand en lisant ses lettres. On la voit comme une femme nostalgique, mais combative, avec ses démons et le désir de faire la lumière sur le passé en rendant hommage à son ami. Pour cela, elle va se rapprocher de Gilles, un galeriste parisien réputé. Son objectif : organiser une grande exposition faisant la lumière sur le travail d'Enguerrand.

J'ai découvert en une centaine de pages des personnages forts, et un contexte de guerre terrible : le Rwanda. La première de ces féroces destinations. Autant dire que je suis happée par la construction de l'histoire qui fait des allers-retours entre les carnets, les lettres et le présent. Un récit qui en entremêle d'autres dans la forme et dans les pensées de trois personnages. Et ce n'est pas fini. Car la suite du roman ne nous épargne pas non plus : Bosnie, Afghanistan, Irak.

Le point fort du roman est d'aborder la guerre par le point de vue des images, de la photographie, de l'art. On s'interroge : Est-ce que l'image qu'on a des pays en guerre est vraiment ressemblante à la réalité ? À ce que vivent les gens ? Comment l'art et la photo peuvent transcrire l'horreur, la peur ? N'est-ce pas une vaste mise en scène qui nous permet de recueillir réellement ce qui a eu lieu, ce que les victimes ont vu de leurs propres yeux ? de questionnements foisonnants en narration d'une réalité terrible, le roman aborde la philosophie de l'art. La guerre n'est pas décrite par son aspect historique mais par des descriptions de sentiments et de la manière dont nous la ressentons à travers les images que la photo propose.

J'ai aimé m'imaginer les photos, des décors, l'ambiance pesante. Cela est rendu possible par la force des descriptions, des références, des comparaisons de l'auteure. C'est une écriture simple, rythmée, mais non dénuée de style.

C'est un roman fort, terrible par le sujet mais aussi envoûtant, car les mots suffisent à faire jaillir les photos dans l'imagination du lecteur. Une lecture passionnante et envoûtante, qui nous emmène dans un beau voyage à travers le temps et les images.

Merci Lecteurs.com #Explorateursrentréelittéraire
Commenter  J’apprécie          120



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus