AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Kirzy


Kirzy
  28 avril 2019
La couverture, le titre, la quatrième de couv' te feront immédiatement penser à un énième avatar, plus ou moins poussif, du Da Vinci Code.
Ne pas se fier aux apparences ! car ce n'est absolument pas le cas, et tant mieux je dirai ( en tout cas pour moi , je suis loin d'être une fanatique de Dan Brown ).

Pourtant, on a bien une enquête, celle menée par Léonard de Vinci et son ami dominicain, le célèbre mathématicien Luca Pocioli, pour retrouver de précieux manuscrits byzantins volés suite à un meurtre ; on a bien un code ( mathématique, autour du nombre d'or ) à décrypter pour y accéder ; on a bien un – très léger – fil ésotérique autour d'une société secrète néo-platonicienne.

Mais nous sommes là dans le registre du prétexte car cette enquête est finalement menée de façon très décousue, au fil des années, et manque de rebondissements permanents habituels. Si vous souhaitez livre avant tout un thriller / polar historique, vous n'y trouverez pas votre compte.

En fait ce qui intéresse cet auteur italien d'une profonde érudition, c'est le registre historique. le passionnant de ce roman réside dans le portrait sensible et vivant de Léonard de Vinci dont on découvre le quotidien et le travail sur une dizaine d'années : son intérêt pour la dissection et l'anatomie ; sa passion pour les mathématiques considérés comme une syntaxe du monde imprégnant toute la matière et l'âme de l'univers ; les affres de la création lorsqu'il doute laborieusement sur la conception d'une oeuvre ; son immense curiosité et goût de la vie :

« Peindre était pour lui maintenant une fatigue surhumaine. C'était à cause de sa méthode, qui rendait longue et pénible chacune de ses entreprises. Devait-il par exemple représenter un détail ? C'était le début d'une nouvelle enquête sur la nature. Et peindre un bras dans une certaine position ? Il se mettait à étudier l'anatomie : les os, les tendons, les muscles, les veines et les artères, les nerfs du bras. Mais chaque observation suscitait une kyrielle de questions, et chaque question une kyrielle de questions, et chaque question, une nouvelle recherche. La façon dont se meut le bras lui suggérait des treuils et des poulies, la machine humaine faisait naître dans son esprit des projets de nouveaux engins mécaniques. Jusqu'à la question suprême : l'âme. Tu peux refaire des machines artificielles semblables à celles dos et de tendons du corps humain, mais après, c'est à pleurer, parce que ces engins ne bougent pas. Comment insuffler une âme les machines qu'il concevait ? Il allait parfois sur les bords de l'Arno et restait des heures à contempler les mouvements de l'eau, les vagues, les tourbillons, les courses vertigineuses entre les nouveaux avoirs et les ruines des vieux foulons abandonnés. Il essayait de se faire une idée de la consistance des fonds d'après les mouvements de la surface, de deviner la présence de grandes masses sous l'eau à la fréquence des bulles, au dessin des ondulations à la surface de l'eau ».

En fait, j'ai lu équipée de mon téléphone pour avoir sous les yeux tous les tableaux évoqués et profité des explications données par l'auteur : la Dame à l'hermine, la bataille d'Anghiari, la Vierge l'enfant Jésus et sainte Anne, la Belle ferronnière et bien évidemment la Cène, fresque peinte dans le couvent de Santa Maria della grazzie à Milan ( l'oeuvre la plus décrite dans le livre ). Un vrai plaisir !

Mon téléphone m'a pas mal servi aussi pour bien appréhender le contexte historique. Francesco Fioretti est un sacré érudit et nous plonge dans une époque tourmentée ( 1495 – 1505 ) fort complexe après la période pacifique de Laurent le Magnifique ( Florence ) et Ludovic Sforza ( Milan ). Les grands princes italiens se font la guerre sur fond de tensions avec la papauté d'Alexandre VI Borgia, les rois de France Charles VIII puis Louis XII en profitant pour revendiquer royaume de Naples et duché de Milan. On en croise des personnages, de Savonarole à Machiavel en passant par le condottiere César Borgia ou Michel Ange et Raphaël.
C'est très pointu, touffu, résolument passionnant , rendant la lecture exigeante.
On referme ce livre avec la sensation de s'être empli d'art et d'histoire. Très envie, du coup, de lire le précédent roman de cet auteur, Dans le miroir de Caravage !
Commenter  J’apprécie          7910



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (77)voir plus