AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de latina


latina
  16 octobre 2018
Eh bien voilà, je viens de terminer la série palpitante pour les ados, de Michèle Gagnon.
Après un 2e tome décevant, nous replongeons ici dans l'action. Les méchants sont encore plus présents, et la mystérieuse maladie, la PEMA, dont sont victimes beaucoup d'adolescents continue à faire des ravages.

La bande de Noa Torson, qui combattait les méchants dirigés par le richissime et omnipotent Charles Pike, s'est réduite à 4 personnes, elle comprise. Peter et Noa, Daisy et Ted fuient perpétuellement, poursuivis par les agents à la solde de Pike. Ceux-ci doivent capturer Noa à tout prix, car c'est en elle qu'est la solution peut-être miraculeuse à la maladie : son 2e thymus qu'on lui a greffé (voir 1er tome). Malgré sa faiblesse physique de plus en plus manifeste, elle ne renonce pas à confondre ces agents du diable qui n'ont pas hésité, et qui continuent encore, à sacrifier des adolescents sans parents, SDF, pour trouver le moyen de vaincre la PEMA.

Qui est dans le clan des bons ? Qui est dans le clan des méchants ? Difficile quelquefois de se faire une idée claire. Ce qui est sûr, c'est que les adultes en prennent pour leur grade. Les lecteurs adolescents se sentiront concernés, probablement, d'autant plus qu'une suite continue d'actions fuse de toutes parts. Tout ce qu'ils aiment, finalement.

Je suis contente d'avoir lu cette série, même si en tant qu'adulte, je trouve le côté psychologique assez peu fouillé et les actions assez « clichés ». Un tome aurait suffi, je pense. C'est souvent le cas dans beaucoup de séries.

Bref, si vous êtes jeunes, parents ou professeurs, n'oubliez pas : Noa Torson est une fille très spéciale qui s'attire plein d'ennuis mais qui s'en sort toujours. Et la morale est sauve.
Commenter  J’apprécie          271



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (27)voir plus