AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de belette2911


belette2911
  09 décembre 2016
Voilà encore un livre qui fiche la pétoche ! Non pas parce que ce genre d'horreur pourrait nous arriver, mais parce qu'il met en scène des animaux que nous aimons peu : les rats !

Pourtant, un rat domestique, c'est charmant… Et les rats sont aussi propres qu'un chat !

De plus, les rats sont des sacrés nettoyeurs d'égouts et ils nous débarrassent d'un tas de saloperies en les bouffant avec leurs petites dents qui poussent sans arrêt.

Paraît que pour la ville de Bruxelles, c'est un rat par habitant. Pour d'autres métropoles, c'est de l'ordre de 1,5 rat par tête de pipe, mais je me demande bien si la moitié du rat correspond à l'avant ou à l'arrière de la bestiole…

Bon, fini de rire, maintenant ! Dans la ville de Londres, des gens se sont fait attaquer par des rats noirs bien plus gros que les rats gris habituels ! Ils ne craignent pas l'Homme, ces grosses bêtes, ils attaquent et semblent doués d'intelligence autre que celle de l'animal.

Après les rats musqués, voici l'ère des rats mutants…

My god, en peu de pages l'auteur est arrivé à me foutre une trouille monstre ! Je voyais ses sales bêtes dévorer l'enfant dans son berceau, je les voyais dévorer les chiens des flics, je les vu bouffer le dératiseur, attaquer les métros,…

Le roman est court, à peine 190 pages, mais il est prenant, éprouvant, épouvantable et horrible ! La tension monte crescendo, les tripes se nouent doucement et quand ça vous pète à la gueule, vous avez juste une envie : hurler (mais pas lâcher le roman).

Les personnages principaux sont Harris, professeur de dessin dans l'East End et sa femme, Judy. Des gens normaux, pas des super-héros. C'est avec eux que l'on va passer du temps et tenter d'éradiquer (avec d'autres) la vermine qui attaque tout le monde et qui infecte les gens.

Comment les scientifiques vont-ils faire pour se débarrasser de ces horribles bestioles mangeuses d'Hommes ? J'avoue qu'ils avaient trouvé un super moyen, mais son application a failli me faire fermer le roman durant quelques minutes… Mon petit coeur s'est serré, comme celui de Harris.

Attention, le roman ne se contente pas d'être un roman d'épouvante et point barre, non, il dissèque aussi la ville de Londres dans ce qu'elle a de moins reluisant : les quartiers pauvres !

James Herbert nous décrit la vétusté et l'insalubrité de certains lieux, toutes les ruines d'immeubles détruits pendant la Seconde Guerre mondiale et dont on a reconstruit dessus, sans rien assainir, et il dresse aussi un constat amer sur l'apathie des hommes politiques en place qui n'ont jamais rien fait pour aider ces quartiers.

Si les rats ont proliféré dans ces endroits là et pas ailleurs, c'est parce que les lieux s'y prêtaient aussi. Bon, ce n'est pas à cause de cela qu'ils ont muté, mais après leur mutation, on ne pouvait rêver de meilleur décor que ceux des quartiers défavorisés.

Là, je dis génial dans l'utilisation de la ville de Londres ! On s'y croirait ! Attention, on ne fait pas le circuit touristique… N'oubliez pas la combinaison étanche si vous ne voulez pas finir dans les estomacs des rats.

Bon, on savait déjà grâce à Pénélope Solette (les Nuls) que Régis était un con, mais maintenant, je peux dire aussi que Harris est un con ! Mais bordel de dieu, Harris, qu'est-ce que tu avais besoin de courir derrière le sous-secrétaire à la Santé publique, cet imbécile imbu de lui-même de Foskins ??

Enfin, cela a permis au lecteur de comprendre l'origine de l'horreur et d'avoir les yeux qui s'agrandissent d'horreur dans les dernières lignes. Jusqu'au bout j'aurai eu peur… et même encore après !

Un roman d'épouvante, un roman sans temps morts, un récit qui monte crescendo, l'horreur qui vous prend à la gorge, une écriture qui, sans être exceptionnelle, nous plonge dans l'horreur absolue et nous fait dresser les poils sur les bras, sursautant au moindre bruit dans la maison.

Suspense et angoisse garantis ! Moi, c'est décidé, je ne vais plus au cinéma et je vais éviter les stations de métro le soir…

Âmes sensibles, s'abstenir !!

(3,5/5)
Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          181



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (18)voir plus