AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacqueline Huet (Traducteur)
ISBN : 2266028251
Éditeur : Pocket (12/09/1999)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 250 notes)
Résumé :
Ils avaient appris à vivre dans l'ombre, furtivement, à sortir surtout la nuit et à craindre les hommes. Et soudain ils commencèrent à réaliser leur force et à prendre goût à la chair humaine. A leurs dents tranchantes comme des rasoirs, à leur nombre venait s'ajouter une arme supplémentaire: l'horreur et le dégoût qu'inspirait leur multiple grouillante. Bientôt on découvrit les restes ensanglantés des premières victimes...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
LanaTurner
  15 décembre 2016
« C'en est donc fait de ton impassibilité, hein ? Tu as peur ! de moi ! »
Je vous présente le premier roman de James Herbert ! Premier tome d'une histoire qui l'a propulsé au sommet, suivie de peu par Fog. Il est également l'auteur de « Fluke », roman adapté au cinéma !
Levons-nous et remercions-le pour ce Chef-d'oeuvre.
Bien. Merci.
Revenons aux rongeurs ! Il ne faudrait pas qu'ils prennent l'ascendant. C'est qu'ils sont rusés, en plus d'être imposants! Non seulement énormes, mais bien plus intelligents ! Du mordant! Eux, vous griffant! Ajouter à cela, leur reproduction rapide, et PAF, les emmerdes arrivent.
James ne badine pas! Il aime nous faire entrer rapidement dans l'action. Ce fut le cas pour Fog, et là encore avec « Les rats ». IL n'aime pas se perdre en ce qui pour lui, équivaudrait à des niaiseries, en description, ni-même en sentiment. (Ce qui pourtant, n'est pas sans saveurs. ) Il va droit au but, et c'est sa façon d'écrire. L'avantage, c'est que nous sommes rapidement exaltés, le désavantage... c'est le manque d'émotions que l'on peut éprouver (parfois). Peut-être justement à cause de ce manque de description et de temps sur les sentiments.
De la satisfaction en terme d'action : oh ça oui ! IL ne laisse pas place à l'ennuie, et ça, c'est un sacré point fort!
On n'éprouve AUCUNE envie de prendre l'air ! Pourquoi le faire, quand il nous fait tant de bien ? Mm ? Oui, j'aime cet auteur. J'AIME ses idées, ses scénarios, ses mises à mort ! Massacre à l'école ; Massacre dans le métro ; Massacre dans le zoo ; Capitale assiégée de bêtes noires à la queue repoussante! CHECK!
Le héro du roman est sympathique, bien qu'il se montre parfois (à mon goût), un peu trop dictatorial devant l'uniforme. le professeur qui dit quoi faire aux pompiers, etc. Sa petite amie est... inutile, mais gentille. A mes yeux, cette dernière n'a rien apportée au roman. Ni même de motivation particulière à son compagnon. C'est pourquoi, il aurait tout autant gagné à être célibataire.
Une fin au top, qui laisse entrevoir, bien évidemment, un tome 2 !
(Le repaire des rats).
Merci Jamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8020
Windvaan
  28 mars 2017
Un court thriller horrifique narrant l'apparition et l'invasion londonienne de gros rats noirs aux dents comme des coupe-choux, porteurs d'un virus fulgurant.
Ce n'est pas que l'intrigue, somme toute banale -mais absolument accrocheuse- qui fait qu'on reste scotché aux pages qui défilent. C'est également le style d'écriture, naturel et surtout très visuel, de l'auteur qui nous amène à voir et à vivre ce quartier de l'East End où James Herbert est né en 1943.
On s'attache tout aussi facilement aux personnages "vivants" de ce quartier populaire. Mais ne fraternisez pas trop... les rats sont à l'oeuvre et vous raviront vite l'espoir de vous en faire un jour des amis...
Exception faite du protagoniste, professeur de dessin et témoin, dès le départ, des événements horrifiants et sanglants qui iront en s'intensifiant. Est-ce que Harris, le prof', est un alter ego de l'auteur qui s'interroge (e.a.) sur la situation sanitaire déplorable dans la capitale anglaise, encore tant d'années après la 2e guerre mondiale ? On sympathise rapidement avec cet homme qui sait réfléchir, décider et agir. C'est d'ailleurs lui qui nous conduit vers l'élément fantastique dans ce 1e roman de l'auteur... à moins qu'il s'agit encore d'autre chose ? Il n'y a qu'une façon de le découvrir, il va falloir lire le deuxième tome sans trop tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
Foxfire
  05 octobre 2015
Certains critiques prétentieux à l'esprit étriqué prennent de haut la littérature d'horreur, prétendant que c'est un genre facile. Ils pensent sans doute qu'il suffit d'aligner les scènes sanguinolentes pour écrire un tel roman. Pourtant le registre horrifique demande beaucoup de savoir-faire. Et James Herbert n'en manque pas et propose avec "Les rats" un récit de terreur de haute volée.
"Les rats" est à la fois un roman d'horreur et un roman-catastrophe. Dans ce registre de roman-catastrophe, l'utilisation des lieux est primordiale. Ici, c'est une réussite totale. L'auteur intègre parfaitement Londres dans son récit. Les paysages londoniens, les quartiers populaires, les rives de la Tamise, sont judicieusement exploités.
A cette utilisation maîtrisée de la géographie s'ajoute une galerie de personnages réussis, en particulier le personnage principal qui est intéressant et bien campé. En choisissant comme héros, un professeur, un type ordinaire, l'auteur fait fonctionner à fond l'identification.
Herbert imprime à son récit un rythme haletant ne laissant aucun répit à son lecteur. Il parvient à maintenir une tension permanente en alternant suggestion et gore explicite. Les morceaux de bravoure et les séquences intenses s'enchaînent à toute allure. A ce titre, les passages se déroulant dans le métro sont tout à fait exceptionnels, des chefs-d'oeuvre d'angoisse et de tension.
Et je suis ravie de savoir qu'il existe deux suites à ce roman, c'est avec plaisir que je retrouverai la menace grouillante et mordante de Herbert.
Challenge Petits plaisirs 41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
Wiitoo
  10 décembre 2013
Fuyez pauvres fous !
Ces énormes rats sont particuliers, ils ont goûté au sang humain et maintenant plus question de se nourrir des restes, l'homme est un met noble et savoureux, une nourriture riche et abondante et l'homme ne leur fait plus peur, ils le narguent, ils ont faim, ils sont des milliers et se reproduisent en masse. Fuyez pauvres Londoniens. (vous avez de la chance les Parisiens, ce n'est pas encore votre tour ! :-)) euhhh je m'égare…. Fuyez pauvres Londoniens disais-je, les rats sont organisés et efficaces, ils attaquent en groupe. Bientôt une école, un cinéma, c'est terrifiant… imaginez qu'en pleine séance, un tapis de rats se mettent à dévorer les chevilles des spectateurs. Un carnage.
Une aventure au comble de l'épouvante menée de main de maître par James Herbert. le roman est très court et très dynamique, difficile de le fermer en cours de route car la tension, le suspens et l'angoisse sont présents tout au long de ce page turner de bonne facture.
Je vous disais que le roman est très court mais vous pourrez toujours vous jeter sur « le repaire des rats » pour le deuxième tome de la trilogie des rats. Enfin pour autant que vous soyez encore capable après cette lecture de vous endormir dans votre lit en laissant votre tête déborder de la couverture…… moi personnellement, depuis, je dors dans un sac de couchage totalement étanche avec une bouteille de plongée et un détendeur dans la bouche pour respirer. Ca laisse une haleine de phoque au réveil mais j'ai toujours mes deux oreilles !
Merci à Greg320i pour son conseil de lecture et cette plaisante initiation dans le domaine de l'horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4417
Siabelle
  28 avril 2015
Le livre «Les rats» est le premier livre de la trilogie. Je me suis achetée l’intégrale de l’édition «L’ombre de Bragelonne», c’est plus facile à se retrouver et tout y est. C’est mon premier de cet auteur et c’est par cette trilogie que je veux apprendre à connaître cet auteur James Herbert.
Je ne suis pas une admiratrice des rats, qui aime les rats dans le fond. Je suis déjà effrayée juste à penser à ses animaux. Il y a une image dans ma tête qui se définit bien et voici cet extrait : «Ils ont appris à vivre dans l’ombre. À ne sortir que la nuit et à craindre les hommes. Mais aujourd’hui, ils ont pris conscience de leur force et à leurs dents tranchantes comme des rasoirs, ont ajouté de nouvelles armes : l’horreur qu’inspire leur multitude grouillante….
Et leur goût pour la chair humaine….»
Je les vois très bien manger et déguster les corps humains… J’ai mal au cœur, je frissonne et je tremble de peur. Je me suis donc laissée intriguée, imprégnée par cette histoire. James Herbert me transporte dans les banlieues voisines de Londres. Je fais alors la connaissance de Harris, il est enseignant et il débute sa carrière. Dès le début, Harris est confronté à la réalité. Il découvre à cause d’un de ses étudiants, qui est mordu à un bras, l’horreur de la situation.
En fait, ici, tu n’as pas affaire à des petits rats qu’on peut attraper, tué par nous-mêmes. Ah non ! Il y a deux espèces de rats : Tu as les rats bruns et tu as les rats noirs géants. Ils ont chacun leur territoire et si jamais ils se croisent, c’est la guerre entre eux.
Je me mets alors à frissonner à ses scènes terrifiantes. Ici, dans ce livre, c’est eux la vedette qui se faufile et qui manipule les humains avec la peur et l’horreur….
C’est ainsi au cours de l’histoire, on voit arriver des carnages soient dans le métro, soient à l’école et dans d’autres endroits publiques. Les rats vont se glisser partout pour attaquer. Les autorités sont pris au dépourvus, les gens ont peur et les morts ne cessent d’augmenter.
On suit alors Harris à travers ses aventures, ses peurs et ses réflexions. Je ne voudrais pas comme Harris me retrouver face à ses animaux dangereux. Harris en fait l’expérience : « Qu’est-ce qu’ils fabriquent bon sang ! Qu’est-ce que je vais faire de ce truc affreux ? Il jeta un coup d’œil désespéré autour de lui. La bête échappait peu à peu à sa prise. Il ne pourrait pas la tenir encore très longtemps. Et une seule morsure, même s’il tuait cette foutue saloperie, une seule morsure…. »
J’imagine la terreur qu’on doit éprouver si on se fait mordre….
Je tremblote de sueur maintenant…
Dans ce premier livre, l’auteur met en place l’histoire et les personnages. Les descriptions sont aussi morbides, très détaillés. Tu te vois dans un autre monde. Je cite cette extrait : «Il était pratiquement dépourvu de poils, à l’exception de quelques soies grises, çà et là; il était entièrement blanc, ou gris-rose, on pouvait mal le distinguer dans l’obscurité, et ses veines étaient apparentes, obscènes sous sa peau translucide, pulsant au même rythme que le reste.»
On retrouve aussi des chapitres courts, l’écriture est fluide et l’action est présente tout au long de l’histoire. Il y a aussi quelques moments romantiques entre Harris et sa copine. J’aime cette tendresse et cette complicité qui s’y dégagent. Il y a cette citation qui le représente bien :
« - Ne t’en fait pas. J’y serai avant lui – il va falloir qu’il cherche son chemin alors que je peux y aller tout droit, les yeux fermés. Je pourrai au moins l’empêcher d’y entrer dit Harris.
- Mais, les ultrasons… ils vont commencer à émettre d’une seconde à l’autre, maintenant dit Judy.
- Tant mieux. Je serai d’autant plus en sûreté. Les rats vont se précipiter vers les parcs.
- Tu n’en sais rien, ils pourraient t’attaquer.
- Je serai à l’abri dans la voiture. J’ai un masque à gaz et une combinaison – comme tout le monde.
- Je t’en supplie…
Il la prit dans ses bras.
- Je t’aime, Judy. (Il déposa un baiser sur son front.) Mais j’y vais. »
Pour conclure, c’est très intéressant pour le lecteur, car c’est très bien décrit, c’est très imagé et l’imagination est au rendez-vous. Il y a alors une question qui me vient à l’esprit : «Est-ce que Harris va s’en sortir en un seul morceau ? Est-ce que le gouvernement va trouver des solutions pour faire face à ce prédateur redoutable qu’est LE RAT ?.... »
À mes yeux, c’est un agréable moment de lecture. Dans ce premier tome, l’auteur se base et on voit où il veut nous amener. Je suis fébrile de poursuivre mon aventure. C’est sur cette note que je quitte mais je préviens ce roman émane une atmosphère sanguine et bestiale.
Je préviens, gare aux cœurs sensibles, j’avertis !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          307
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   26 avril 2015
Tout à coup, les sombres créatures sortirent de l'eau et entreprirent de gravir la berge. Les deux hommes les virent alors en entier pour la première fois.
- Bon Dieu, ils sont énormes ! s'écria Harris.
- Je n'en ai jamais vu de cette taille, confirma Harris, bouche bée. On n'a pas intérêt à s'approcher mon pote; inutile de... heu, de les exciter hein ?
- Il va quand même falloir que nous les suivions dit Harris, non sans fermeté. Ils nous conduiront peut-être à leur repaire.
Alors qu'il parlait, le rat de tête s'arrêta court et tourna la tête dans leur direction. Les deux autres se figèrent et en firent autant.
Harris n'oublierait jamais l'horreur qu'il ressentit sous le triple regard des petits yeux aigus et méchants. Ce n'était pas seulement leur taille ou la répulsion naturelle qu'on ressent devant cette vermine. Ils ne faisaient pas mine de s'enfuir, ne cherchaient pas à se cacher. Ils ne donnaient aucun signe de frayeur. Trois formes immobiles, dévisageant les deux hommes avec malveillance, comme si les animaux se demandaient s'ils allaient traverser le canal pour les attaquer pour poursuivre leur chemin. Harris savait que si les rats manifestaient la moindre intention de les attaquer, il s'enfuirait de toute la vitesse de ses jambes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   27 avril 2015
- Par ici, par ici ! lança Henry.
Ils furent bientôt entourés d'uniformes ; policiers et employés du métro. Henry les mit au courant et ils ouvrirent des yeux ronds, incrédules.
- Voyons monsieur, des rats ne pourraient jamais - n'oseraient jamais - attaquer tout un train de voyageurs ! protesta un brigadier en secouant la tête. Gênants ou pas, ils ne pourraient pas entrer dans les voitures. C'est la fumée, les émanations qui vous auront tourné la tête.
Violet bouscula le petit clerc d'avoué pour venir faire face au policier en criant avec colère.
- Vous n'avez qu'à y aller voir, puisque vous êtes si malin ! (Puis se tournant vers Henry, elle lui prit la main puis se radoucit ;) Merci, merci de nous avoir aidées.
Henry rougit et baissa les yeux.
- Ouais, bon, ben très bien dit le brigadier. Nous continuons, deux hommes vont vous raccompagnez jusqu'à la station.
- Pas moi dit Henry. Je retourne avec vous. Vous allez avoir besoin de toute l'aide que vous pourrez trouver. (Il regarda la femme qui n'avait pas desserré son étreinte). Au revoir. Nous nous reverrons.
Avant qu'il ait pu retirer sa main de la sienne, elle s'avança et lui déposa un baiser sur la joue.
- Au revoir, chuchota-t-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   14 avril 2015
Une fois debout, il sentit des pattes courir sur tout son corps. Baissant la tête pour tenter d'apercevoir ce qui pouvait bien grimper aussi vite que lui, il reçut de plein fouet une haleine tiède et fétide. Destinées à sa gorge, de longues dents se plantèrent dans sa joue dont elles arrachèrent un gros morceau.
Il titubait à travers la pièce, battait l'air de ses bras, le sang giclant de son corps. Il crut avoir trouvé la porte, mais quelque chose de lourd lui sauta sur la nuque et le jeta de nouveau par terre.
DES RATS ! Ce mot hurlait dans sa tête. DES RATS ME DÉVORENT VIVANT !
Dieu, mon Dieu, au secours.
La chair de sa nuque fut arrachée par lambeaux. Il ne pouvait plus se relever à présent ; il avait trop de rats sur son dos, mangeant sa chair, buvant son sang. Des frissons parcouraient son échine jusqu'à son cerveau hébété.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Eric76Eric76   26 août 2015
Il suivit le rail argenté du rayon de sa torche jusqu'à quatre formes sombres. Quatre rats gigantesques. Qui les attendaient. Tapis dans l'obscurité, ils les attendaient. Pendant quelques instants, les deux groupes se figèrent dans une contemplation mutuelle et totalement immobile. Puis les humains commencèrent à reculer lentement. Les rats continuaient de les regarder fixement. Henry entendit une exclamation étouffée dans son dos et la main de Violet resserra son étreinte sur son bras.
- Derrière nous. Il y en a d'autres ! parvint-elle à articuler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
WiitooWiitoo   09 décembre 2013
- Avez-vous vu ce qu'il y a dans la cour de récréation ?
- Ce sont les rats géants, les tueurs.
Ils rentrèrent dans le bureau pour regarder par la fenêtre. Les rats continuaient à s'assembler. Ils pouvaient être deux cents.
- La cour en est noire, dit le jeune professeur qui n'en pouvait croire ses yeux.
- Que cherchent-ils ?
Le directeur se tournait vers Harris comme s'il faisait autorité en ce domaine.
- Les enfants, répliqua Harris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Videos de James Herbert (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Herbert
Bande annonce de la série,The Secret of Crickley Hall, adaptation du roman de James Herbert
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
614 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre