AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Floyd2408


Floyd2408
  14 juillet 2016
Un livre devient une obsession lorsque il vient roder la nuit vos songes comme la marée s'amusant de son va et vient sous la puissance de la Lune, pouvoir de son abstraction ensorcelante, M le mari écho d'une émission venait tinter mes émotions pour être enfin lu et dévoré puis digéré avec délectation! Outre l'intrigue bien orchestrée et la folie dévorante de la narratrice, cette aimantation imaginaire s'effondra tel un château de cartes lorsque les pages s'effeuillaient sous mon regard imperturbable, noyé par la simplicité de l'écriture et l'amertume de ma déception. Marcela Iacub frôle l'inachevé avec ce roman sans prétention.Une folie terne où se meurt le pauvre Baudelaire pris en otage par ce tueur en série de la vieille lune.
Le merveilleux s'éparpille dans les divagations intellectuelles de notre héroïne, ce long couloir de pensées s'étire avec maestria et enflamme notre appétit érudit, danse avec fièvre les réflexions sur ce tueur artiste mettant en scène ces actes meurtriers tel un tableau d'un grand artiste, voulant devenir une sommité reconnu par son talent incompris...M le mari est une fable moderne sarcastique sur l'adultère, caché par les éventements du tueur en série devenu un symbole français au détriment des sérial killer outre atlantique. Marcela Iacub aime disséquer les sentiments avec une originalité incroyable dans une mise en scène presque cinématographique, s'entrecroisant l'amour d'un couple jusqu'à sa rupture totale, la relation difficile d'une femme célèbre dans l'écriture avec son entourage, toujours prisonnière de son succès et de la jalousie des autres, la frustration intellectuelle des hommes face à la réussite sociale de leur femme. Un roman plaisant avec de beau passage, des réflexions amusantes et surprenantes au soupçon policier, au souffle romanesque, à la douceur littéraire.
Commenter  J’apprécie          51



Ont apprécié cette critique (4)voir plus