AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Aline1102


Aline1102
  12 août 2013
Cela fait maintenant trois mois que Becky Bloomwood a décidé de changer de vie. Elle a remboursé ses dettes et est devenue chroniqueuse financière pour l'émission Morning Coffee où elle répond aux questions des téléspectateurs. Accessoirement, Becky file le parfait amour avec Luke Brandon, le séduisant entrepreneur qu'elle a rencontré quelques mois plus tôt. Les deux tourtereaux s'apprêtent justement à partir en week-end romantique, loin de Londres et de leurs emplois respectifs... du moins Becky le croit-elle. Mais Luke lui avoue qu'il doit assister à une toute petite réunion d'affaire durant leur escapade.

Ce volume est le second tome des aventures de Rebecca Bloomwood, L'accro du shopping de Sophie Kinsella. Et bien que l'héroïne paraisse plus raisonnable lors de la lecture des premières pages du roman, on constate très vite qu'il n'en est rien... pour notre plus grand plaisir !
Afin de ne plus se trouver dans une situation dramatique (telle que celle vécue il y a quelques mois lorsqu'elle était au bord de la faillite personnelle), Becky a mis au point une nouvelle "philosophie du shopping" : elle n'achète que ce dont elle a besoin. Elle permet également à sa meilleure amie et colocataire, Suze, de vérifier et critiquer toutes ses dépenses.
Cette nouvelle façon de gérer son budget semble idéale pour une accro au shopping comme Becky, mais la méthode est pourtant loin de fonctionner...
Tout d'abord, Becky a énormément de besoins. Elle ne peut s'habiller pour un événement particulier sans acheter une paire de chaussures, puisque les souliers qu'elle possède déjà ne seront pas du tout assortis à la tenue. Et puis, bien entendu, la paire de chaussure en question existe en deux coloris et, comme on n'est jamais assez prévoyant, autant prendre les deux.
Notre accro du shopping est en plus très convaincante quand il s'agit de faire comprendre à Suze que, si elle n'achète pas immédiatement une paire de chaussures hors de prix / un sac de designer / un masque d'escrime, sa vie sera totalement fichue ! le système de contrôle mis en place par Suze ne fonctionne donc pas toujours de façon optimale. D'autant plus que lorsque Becky sait que son amie ne sera pas d'accord avec ses dépenses, elle cache ce qu'elle vient d'acheter.
Ajoutez à cela une légère tendance à la jalousie, et vous aurez compris que Miss Bloomwood continue à dépenser (presque) autant qu'avant. Un exemple ? Alors qu'elle vient de s'acheter une paire de sandales LK Bennett mauve lilas, Becky rêve déjà de posséder le même modèle en couleur clémentine. Et lorsqu'elle voit passer une fille avec deux boîtes à chaussures dans un sac de chez LK Bennett, Becky est persuadée que la fille en question s'est permis d'acheter "ses" sandales. Il n'y en aura plus pour elle ! Que faire ? Becky trouve la solution : elle se rue dans la boutique qu'elle vient de quitter et achète la seconde paire de sandales.
La situation financière de la jeune femme ne s'arrange donc pas. Car, en plus de faire des folies à Londres, Becky se déchaîne dans les magasins new-yorkais lorsqu'elle accompagne Luke en voyage aux Etats-Unis.
Notre héroïne pathologiquement dépensière va donc une fois de plus se retrouver dans une situation difficile...
Vous l'aurez compris, Shopaholic Abroad (son titre original) est un roman agréable et délassant, même si l'intrigue est très similaire à celle du premier opus des aventures de Becky. J'ai parfois eu l'impression, lors de certains passages, que Sophie Kinsella manquait un peu d'imagination en ce qui concerne les rebondissements de son roman : Becky s'endette de façon phénoménale, dépense encore plus pour oublier ses soucis financiers, évite d'ouvrir les enveloppes qu'elle sait contenir des factures... Et bien entendu, tout s'arrange lorsque Miss Bloomwood découvre une arnaque financière (que personne n'a remarqué, sauf elle) visant Luke. Ca ne vous rappelle rien ? A part le décor qui change (New York remplace Londres), on a parfois l'impression de relire le premier tome de la saga.
Malgré cette intrigue un peu prévisible, certains bons moments font sourire et l'humour est bien au rendez-vous. Pour une lecture détente, ce roman est idéal : Sophie Kinsella écrit bien (pour une auteure de chick-lit, certain(e)s de ses collègues étant pitoyables), les personnages du roman sont attachants et pas trop stéréotypés. C'est donc une bonne "suite" au premier tome et j'espère que les volumes suivants vont encore gagner en qualité. Ils m'attendent dans ma PAL, mais ça vous vous en doutiez, non ? ;-)
Commenter  J’apprécie          120



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (11)voir plus