AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de LivresdAvril


LivresdAvril
  16 août 2021
C'est avec appréhension que j'ai ouvert "L'Année de Grâce". Crainte d'être déçue après avoir vu passer tant d'avis enthousiastes, et qu'une fois de plus tous les personnages masculins soient des monstres (ce qui est souvent le cas dans les romans dits "féministes").
Mais Kim Liggett mérite la moyenne de 4,23 étoiles attribuée par les babeliotes : son univers se révèle bien plus complexe et nuancé que ce à quoi je m'attendais.
Sur la couverture, ce roman est comparé (à raison) à "La servante écarlate", "Sa majesté des mouches" et "Hunger Games". J'ai aussi pas mal pensé au film "Le village" pour l'ambiance mortifère, les règles qui semblent arbitraires mais ont une raison cachée et le rôle de la couleur rouge.
Nous découvrons Tierney à la veille de son départ pour la mal-nommée "Année de Grâce", une année que toutes les filles de 16 ans passent dans camp de fortune, sans autre ressources que les leurs. Elles devront survivre et revenir purgées de leur magie.

Ce roman est assez pessimiste sur les rapports humains que ce soit entre hommes et femmes (les uns usant de tous les stratagèmes imaginables pour contrôler les autres) ou entre femmes elles-mêmes (jalousie et cruauté font bon ménage). Cette vision initiale est assez clichée, mais elle garde toute sa pertinence au vu de ce qui se passe dans certains pays. Et évidemment elle évolue en cours de route.
Car, heureusement, certains personnages ne se laissent pas entraîner dans ce tourbillon d'obscurantisme et luttent chacun à leur manière pour faire changer cette société sclérosée.
Commenter  J’apprécie          160



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (15)voir plus