AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Arakasi


Arakasi
  28 janvier 2015
A chaque fois que je lis un nouveau livre de Jack London, je suis ébahie… Comment diable ai-je pu gâcher tant d'années à ignorer l'oeuvre de ce merveilleux auteur, alors que j'aurais dû passer des nuits blanches à béer d'admiration devant chacun de ses romans ? « Martin Eden » ne fait pas exception et je suis un peu honteuse d'avoir tant tardé à l'ouvrir, alors qu'il trainait depuis plus d'une année sur mon bureau. Un plaisir retardé n'en est pas moins intense et, une fois la première page tournée, le roman m'a littéralement fondu entre les mains. Ce bouquin est absolument brillant ! Si brillant, si complexe, si riche que je ne sais par quel bout l'aborder pour faire partager mon enthousiasme. Histoire de ne pas déroger à une routine bien établie, je débuterai donc par la traditionnelle présentation de l'intrigue, parce que c'est facile et que cela me permet de débroussailler mes idées pour la suite.

Alors, « Martin Eden », de quoi ça parle ? Ou plutôt qui est « Martin Eden » ? Eh bien, Martin est un marin de vingt ans, aux épaules larges et aux bras musclés, un petit dur capable de dérouiller n'importe poivrot en quelques crochets bien ajustés, pas stupide – loin s'en faut – mais complètement ignorant comme la majorité des malheureux de sa classe sociale. Après avoir sauvé un jeune homme de bonne famille d'un pugilat, il est invité à dîner dans la famille de celui-ci. L'épreuve est terrible pour ce jeune colosse, terrifié à l'idée de commettre une maladresse et de ne pas savoir que répondre à ces riches bourgeois bien habillés et cultivés. Mais à l'arrivée chez les Morse, Martin voit une apparition, un éblouissement : Ruth Morse, la fille de la maison ! Aussitôt fou amoureux de la jeune femme, Martin désespère d'être jamais digne d'elle, si belle, si pure et si savante.

Afin de devenir son égal et de la conquérir, Martin se lance à coeur perdu dans l'étude. Doté d'une intelligence, d'une sensibilité et d'une force de volonté hors-du-communs, il se passionne pour tous les champs de la culture, de la poésie à la biologie en passant par la politique, et découvre dans les livres un univers plus vaste et plus magnifique que tout ce qu'il avait pu rêver auparavant. de l'apprentissage, il passe naturellement à la création et se lance sur le terrain périlleux de la littérature, confiant dans son génie et dans son imagination fertile. Ce que Martin ne comprend pas et qu'il ne saisira que trop tard, c'est que ces beaux et riches bourgeois ne sont guère différents des matelots ivrognes et des ouvrières aux mains couturées de cicatrices qu'il souhaite si ardemment laisser derrière lui ; qu'ils sont tout aussi obtus, bornés et refermés sur eux-mêmes. de rêves fous en échecs, d'échecs en cruelles désillusions, Martin Eden fera son apprentissage amer du monde dit « civilisé », jusqu'à que, par miracle, ses yeux se dessillent enfin, mais trop tard, bien trop tard pour sauver son âme et son talent...

Considéré à juste titre comme l'un des chefs d'oeuvre de Jack London, « Martin Eden » s'est révélé pour moi la plus belle expérience de lecture de ces derniers mois. L'écriture de London est d'une force rare et rend captivante l'épopée intellectuelle de ce jeune marin affamé de reconnaissance sociale. On suit les épreuves traversées par Martin Eden, ses nuits à trimer sur quelques vers de poésie, ses journées d'étude et de labeur exténuantes avec autant de passion que l'on en mettrait à lire un récit d'aventures maritimes ou polaires – à ceci près qu'ici le voyage est cérébral, ce qui ne le rend pas moins dangereux et désespéré.

L'analyse de la société américaine de l'époque est brillante, subtile et d'une acidité à retourner l'estomac des âmes trop sensibles. Elle reste d'ailleurs d'une actualité féroce malgré le siècle écoulé depuis la mort de Jack London. Quant à l'analyse des caractères, n'en parlons même pas… Il y a du thriller psychologique dans Martin Eden et d'une très grande qualité, qui plus est ! L'ensemble du livre est sublime, mais j'avoue avoir été particulièrement soufflée par la fin. Les tout derniers paragraphes sont parmi les plus puissants que j'ai eu l'occasion de lire et j'en suis encore un peu sonnée. Un roman semi-autobiographique tristement prophétique quand on pense à la fin tragique de London : glaçant mais superbe !
Commenter  J’apprécie          14816



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (104)voir plus