AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Alfaric


Alfaric
  10 janvier 2015
Durant les années 1990 j'ai été un manga addict enchaînant titres sur titres… avant de finalement passer à autres choses avec la généralisation des séries dépassant les 50 tomes. Maintenant que la médiathèque municipale est bien achalandée dans ce domaine, je m'y remets de plus belle. En tant qu'amateur fantasy, mon premier s'est porté sur le phénomène "Fairy Tail"…
L'univers des mangas est pleins de conventions à et de gimmicks éculés, et la galaxie shonen est de loin la plus touchée par les effets de modes en étant régulièrement victimes de guerres des clones… Je ne connaissais pas du tout l'auteur Hiro Mashima, et pourtant j'ai l'impression de le connaître son style et ses idées depuis une éternité tellement tout est repiqué d'ailleurs. C'est quand même bien dommage pour un mangaka qui n'a jamais subit l'influence d'une école ou d'un mentor de n'avoir pas su apporter de véritable plus-value personnelle à ses nombreux emprunts / hommages…


Un tome essentiellement consacré aux attaques terroristes d'Eisen Wald, la guilde clandestine qui veut à tout prix se venger du système qui les a ostracisés pour leurs nombreux méfaits antérieurs.
Tout est prétexte à l'action et à la baston :
- On sent l'héritage "Soulcalibur" et cie dans les combats d'Erza Scarlett (dommage que les auteurs se sentent obligés de jouer à la poupée Barbie guerrière avec elle).
- On sent l'héritage de Yoshihiro Togashi dans les combats de Natsu Dragnir, surtout dans son mano à mano avec l'aéromancien gothique Shinigami Eligoal (donc l'attaque ultime se somme « Stormbringer »… un hasard sûrement ^^).
- On met à contribution les valeurs traditionnelles du shonen classique, et tout se termine par un grand discours sur l'espoir et l'amitié… avant un quatrième acte ou nous héros affronte à coup de combos un boss de fin à la "Dragonquest" ! ^^

Dommage que les plans des méchants aient mis ma suspension d'incrédulité à l'épreuve (ben oui, pourquoi autant de ramdam et être ainsi obligés de créer une diversion, alors que la discrétion aurait été tellement plus simple et plus efficace pour parvenir à ses fins ? mais dans ce dernier cas de figure, pas d'action et pas de baston…). Si les combats sont un peu plus lisibles, c'est dommage de retrouver encore autant de grimaces, de cabotinages, et de fanservice relou voire vulgaire à base de gros nibards, de fesses douces, de petites culottes et de cuissardes… (Gros Soupirs.)

La fin du récit met en scène un duel en Erza et Natsu pour savoir qui est le plus fort des deux, avant qu'un représentant de la magiocratie d'Earthland ne mette la mage des lames en état d'arrestation en raison des nombreuses destructions occasionnées tout au long de ce tome 3… (ben oui, c'était qui était la chef donc la responsable du groupe composée d'elle-même, Lucy, Grey et Natsu.)

Cette fois-ci satisfait (car on lorgne plus du côté du nekketsu que de la yankee fantasy), j'enchaîne avec le tome 4…
Commenter  J’apprécie          1615



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (12)voir plus