AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de belette2911


belette2911
  13 septembre 2019
Homme Blanc a la langue fourchue comme celle du serpent.

Sa langue dit une chose et son coeur en pense une autre.

Sa parole ne vaut rien, sa signature non plus. Ses traités, il ne les respecte jamais.

Son avidité est sans limites, sans bornes, toujours les autres doivent reculer devant lui.

Même la Nature, même les animaux, même nous, les Premiers Hommes qui étaient là bien avant son arrivée.

L'Homme Blanc se révolte lorsqu'on veut lui faire adhérer à une religion qu'il ne veut pas, mais il impose la sienne à tous, parle de son Livre que son Dieu lui a transmit, mais jamais deux Hommes Blancs ne disent la même chose sur leur religion. Mais ils voudraient que nous laissions la nôtre pour la sienne…

L'Homme Blanc a fait des révolutions lorsque les riches ne lui laissaient rien à manger, mais il fait la même chose lorsqu'il est arrivé sur les Terres des autres, tuant les Bisons et gaspillant l'animal en ne prenant que sa langue ou sa fourrure.

Puis il a voulu imposer l'élevage à nous, les Hommes Rouges, alors que nous étions des chasseurs et non des éleveurs.

Tremblant et ne sachant pas se défendre ou se nourrir lorsqu'il est arrivé, l'Homme Blanc était content que l'Homme Rouge lui donne de quoi remplir son estomac.

Pleurnichant, il supplia qu'on lui accorde un petit lopin de terre afin de poser son tapis et d'y vivre tranquillement, mais ensuite, il ne cessa de vouloir plus et ce qu'il aurait pu avoir par amitié, il le prit de force. Et nous traita ensuite de voleur…

Nous chassant de la terre de nos Pères et des Pères de nos Pères, l'Homme Blanc n'avait jamais qu'un seul ordre à la bouche : "Cassez-vous, pov'cons" et, tels ses politiciens aux coeurs fourbes et à la langue fourchue, toujours ils nous firent des promesses qu'ils ne tinrent jamais.

Les Lois de l'Homme Blanc sont faites pour être respectées, qu'ils disaient. Mais en fait, leurs lois sont faites par des Hommes Riches, pour être appliquées aux Hommes Pauvres car le Riche sait toujours s'y soustraire. Mais l'Homme Rouge, lui, il doit s'y plier et s'il tue un Blanc, le châtiment sera terrible, alors que l'inverse n'est pas vrai.

L'Homme Blanc est un fléau pour nous, les Indiens. Il nous a toujours méprisé, considéré comme des Sauvages, nous a empêché de vivre comme nous avions toujours vécu (alors que nous étions chez nous), nous a spolié nos terres, nous a pris nos droits, a fait de nous des esclaves alors que nous étions, avant son arrivée, des Hommes Libres.

Toujours nous avons essayé d'être conciliants, nous avons respecté les traités signés, nous avons espéré être enfin tranquille, mais jamais nous ne le fûmes !

Nous avons, comme demandé, envoyé nos fils dans les écoles de l'Homme Blanc, mais il ne nous est revenu que des lettrés ne sachant ni chasser, ni pêcher, ni se débrouiller. L'Homme Blanc nous a-t-il envoyé ses Fils pour que nous en fassions des Hommes ? Jamais.

Surtout ne faite pas lire ce recueil de nos textes au Président Blond Décoloré Et Mal Coiffé des Américains, il penserait qu'il a raison de vouloir ériger un mur à la frontière mexicaine car, prenant ce recueil à témoin, il dirait « Regardez ce qui est arrivé aux Indiens qui ont accepté les premiers arrivants et qui les ont accueillis : ils ont été envahis, assassinés, déplacés, virés, éliminés et presque remplacés ».

Groupant les textes des grands chefs Indiens, ce petit recueil est de la dynamite, un condensé d'émotions brutes qui vous touchent en plein coeur.

Voilà un peuple qui était considéré comme « sauvage », qui ne savait ni lire, ni écrire mais qui a une analyse tellement juste, tellement vrai de ce qu'est l'Homme Blanc qu'on se dit qu'il n'est pas nécessaire d'aller à l'école pour être instruit et arriver à lire dans le coeur des Hommes.

Tout ce que j'ai lu était vrai, avant, pendant et maintenant : l'Homme Blanc est avide, rapace, envieux, querelleur, casseur, envahisseur et veut toujours tout au détriment de tout le reste. Il a dicté aux autres ce qu'ils devaient faire, mais n'a jamais voulu qu'on lui dicte à lui ce qu'il devait faire.

Les Poppies peuvent ressortir leur titre et chanter à tue-tête ♫ Non, non, rien n'a changé, tout, tout à continué ♪

Le recueil est court, mais il est intense. C'est du concentré de sagesse, mais aussi d'acide, c'est un tacle violent sous la ceinture mais un tacle mérité.

Ce roman, que l'on pourrait qualifier de Noir, puisqu'il est social, c'est aussi un condensé de la colère de tout un peuple qui a vu les siens mourir de faim, de froid, d'épuisement, alors qu'ils ne manquaient jamais de rien avant l'arrivée des Colons.

C'est âpre, tout en étant bien dit car les Indiens avaient le sens de la diplomatie et savaient tourner leur phrases pour ne pas choquer l'Homme Blanc qui a parfois des airs de vierge effarouchée lorsque l'on met la tête dans sa propre merde.

On sent aussi dans les textes que les Indiens sont forts, qu'ils ne pleurent pas, qu'ils détestent la pitié, qu'ils sont fiers.

C'est beau, c'est puissant, c'est finement analysé, c'est magnifiquement envoyé (dommage qu'on ne les ai que si peu écouté) et c'est le coeur lourd qu'on termine ce petit recueil qui est aussi un plaidoyer pour un retour à la Terre, à la Nature, le tout dans le respect de tout un chacun, Humains, animaux, ainsi que les plantes et tout le reste.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus