AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Bonheur_Lecture


Bonheur_Lecture
  25 juin 2015
« L'instinct de mort », voici un récit que j'avais depuis un bon moment dans ma PAL. Pourquoi je ne l'ai pas lu avant ? Je n'en ai aucune idée !

Tout le monde connait Jacques Mesrine, au moins de nom. Tout le monde sait que c'était « l'ennemi public numéro 1 », tout le monde sait ses nombreuses évasions des prisons, que ce soit en France ou au Canada, tout le monde connait ses nombreux crimes… Je ne vais donc pas revenir sur cela.

« L'instinct de mort » c'est 472 pages dont je n'ai pas pu me lasser. Impossible de m'arrêter, j'étais fascinée ! Bien sûr, je ne suis pas cruelle, je ne suis pas une « Mesrine » donc je ne peux approuver ses divers crimes, ces vies qu'il a enlevé, tout aussi froidement, sans une once de regret. Ah si, j'oubliais, il a eu qu'un seul regret dans sa vie en ôtant une vie : celle d'un petit oiseau alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'année.

Mais malgré tout cela, Jacques Mesrine reste pour moi un Homme, celui avec un grand H. Il a fait un choix de vie, qui, il le reconnaît lui-même, n'était peut-être pas le bon, mais il a assumé, jusqu'au bout. Ne l'assume-t-il pas en écrivant ce témoignage où il prend le risque de tout raconter ? Vivre dans ce milieu, c'est aussi accepter tout ce que cela engrange : les années d'enfermement, les années de cavale, les années loin de sa fille Sabrina, « la Puce » comme il la surnommait. Certes, il fait des braquages et est plein aux as, mais ce n'est pas de tout repos… Loin que je veuille lui trouver des excuses, ne pensez pas ça de moi, mais je trouve cela admirable un homme qui assume comme il a pu le faire tout au long de sa vie de criminel.
Comme beaucoup d'hommes de ce milieu, Mesrine collectionne les femmes, tout comme les armes d'ailleurs, mais réellement, combien ont su conquérir son coeur ? Oui, parce que je pense que même si c'est un des plus grands criminels de l'Histoire, c'est un homme avec un coeur que j'ai découvert pendant cette lecture. Il suffit juste de savoir lire entre les lignes.

Je savais à l'avance que ce livre allait me plaire, parce que je suis comme beaucoup de monde, fascinée par les histoires interdites, celles qui font froid aux yeux et au coeur parfois. Cet homme, il a du bon et du mauvais en lui, comme tout être humain qui se respecte. A une autre échelle, dans notre société d'aujourd'hui, qui aiderait son prochain comme il a pu aider des hommes qu'il sentait dans le besoin ? Personnellement, j'en connais très peu capable d'aider autrui à la hauteur de ce qu'il a fait, même si c'était pour relâcher des criminels dangereux dans la nature.

Il nous parle aussi des conditions de vie d'un détenu et l'après prison ici. Tout le monde a le droit de faire des erreurs dans la vie, aussi graves soient-elles. Mais que ce soit avant ou maintenant, une chose est sûre, c'est que la société ne pardonne pas. Comme il le dit lui-même, après ses « conneries », il a essayé de se remettre dans le droit chemin, pour éviter de faire souffrir du monde, alors il a essayé de travailler, mais avec un casier judiciaire comme celui qu'il a, très peu de monde l'a accepté, alors on est dans un engrenage, on replonge, c'est comme la drogue !
Puis la prison, je me suis déjà posé la question à plusieurs reprises, est-ce vraiment la solution ? Quand on voit le nombre de récidiviste que l'on a dans notre pays, peu importe le délit commis ? Cela nous amène tout de même à réfléchir…

Je vais terminer cette critique en disant à tout ceux qui sont comme moi, fascinés par les histoires de crimes, qu'ils ne seront pas déçus en lisant ce livre, et aux autres, je les rassure, je ne considère pas Mesrine comme un héros ou un exemple à suivre, je condamne au plus haut point les crimes qu'il a pu commettre, mais juste, essayez de lire entre les lignes…
Commenter  J’apprécie          200



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (15)voir plus