AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Melopee


Melopee
  09 septembre 2019
Nous sommes au XXIIème siècle. L'Afrique est devenue une nation unifiée et prospère appelée Katiopa. L'exode s'est inversé et les populations européennes ont fui leur continent, devenu invivable, pour ce nouvel eldorado qui se trouve maintenant au sud. Les nouveaux arrivants sont appelés les Sinistrés.

Boya est enseignante auprès des Fulasi - les descendants des migrants français - et Ilunga est un chef de l'Etat respecté. Entre eux, l'alchimie est immédiate. Et ce n'est pas Seshamani, la femme d'Ilunga qui sera un obstacle à leur liaison. Quand l'amour s'immisce au coeur même des débats politiques, rien n'est plus pareil. Ragots et complots s'enchaînent dans l'intrigue et pimentent encore plus la marche en avant inéluctable, à moins que la décroissance s'amorce...

Ce beau pavé est un entremêlement fascinant de passions amoureuses, d'intrigues politiques et de géopolitique fantasmée. Cela fait, de loin, penser au Trône de fer : c'est diablement ambitieux et magistralement exécuté. Il y a un aspect un peu feuilleton qui est loin d'être déplaisant, bien au contraire. Léonora Miano a développé tout un lexique et a fait jaillir des luttes intestines dans un grand territoire désormais objet de toutes les convoitises. Entre les membres du gouvernement qui n'aspirent qu'au repli et ce couple tiraillé en son essence, les inimitiés sont tenaces.
La plume est incisive et les rebondissements multiples. En somme, cette nouvelle lecture de la rentrée littéraire tient toutes ses promesses.

Ce roman fait parmi de la première sélection du prix Goncourt. Et je dois reconnaître que je comprends tout à fait cette place, s'il y reste ! Je lui souhaite un bon bonhomme de chemin parmi toutes les sélections littéraires.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus