AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246813606
608 pages
Grasset (21/08/2019)
3.42/5   142 notes
Résumé :
Le lieu : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge.
L’époque : un peu plus d’un siècle après le nôtre.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’Etat.
Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
3,42

sur 142 notes

Eve-Yeshe
  22 décembre 2019
Cela fait donc plus de trois mois, que j'essaie de lire ce roman. Je l'ai commencé, posé, remis à plus tard, retenté, reposé à nouveau et à la troisième tentative, j'ai abandonné au milieu du troisième chapitre.
L'idée de départ me plaisait, situant l'action autour de 2124 (?), un nouveau Continent prospère, Katiopa, qu'on ne sait pas très bien où situer, une préférence pour l'Afrique, mais parfois, les noms font penser à l'Inde, avec à sa tête le chef Ilunga….
De l'autre côté, Boya, professeur qui s'occupe des minorités dites inassimilables. Si j'ai bien compris, il s'agit de descendants d'émigrés Français ayant lui leur pays qu'ils jugeaient envahi par les migrants….
Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, un peu trop capillotractée, et ni Boya ni Ilunga ne m'ont plu.
Je n'ai pas aimé le style de l'auteure, trop pompeux et parfois limite incompréhensible. Les dystopies ne me plaisent certes pas toujours, mais j'en lis quand même. J'ai vu passer beaucoup de critiques enthousiastes et je vais probablement me trouver seule à ne pas l'encenser. Ce n'était peut-être pas le bon moment pour moi de lire ce roman…
Il m'arrive rarement de laisser un livre en cours sans donner un maximum de chances à l'auteure de me convaincre.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m'ont permis de tenter l'expérience (et pour leur patience aussi !)
#RougeImpératrice #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4216
Verdure35
  22 juillet 2019
---Au XXII ième siècle àKatiopa , nom des nouveaux" Etats Africains "quasiment tous réunis et prospères.
---A leur tête, Ilunga, chef de guerre devenu chef d'Etat choisi par un Conseil.
---Depuis que l'Europe s'est effondrée au siècle précédent, usée par l'accueil de migrants de plus en plus nombreux jusqu'à imposer leurs moeurs et leurs cultures sans qu'aucun chef des Etats qui la composent aient eu le courage de dire ;Assez!
---Une migration a eu lieu en sens inverse, certains français je suppose( ils ont le coq en bannière) sont partis retrouver la langue et un sentiment d'appartenance au pays dus aux premiers colons., on les appelle "les Sinistrés"
---Mais dans les années 2100, c'est la troisième génération de ces "Fulasi" qui dérange le gouvernement. Ils sont de moins en moins assimilables, faut -il les expulser voire les exterminer? le problème est pressant.
---Surgit dans la vie d'Ilunga(premier mariage malheureux qu'il respecte cependant) une femme au teint cuivré, en fait, certainement un cas d'albinisme pas terminé.
C'est une femme d'une quarantaine d'années, superbe, intelligente et flamboyante, professeur qui travaille parfois avec des Sinistrés....
La partie romanesque qui commence là est addictive, la puissance d'une Afrique moderne, pardon, Katiopa, est intimement liée à la sagesse ancestrale, aux esprits, aux traditions; tout ce à quoi à renoncé l'Europe auparavant.
C'est un roman captivant, bien écrit, je n'ai pas eu recours au glossaire du fond du livre, les mots se sont ajustés au fur et à mesure.Et une fois entrée dans cette saga ambitieuse, le fleuve de mots a coulé vivement. Tous les sujets "embarrassants" pour lesquels les élites emploient des circonvolutions frisant le ridicule parfois par souci de bonne conscience sont ici abordés sans embarras, clairement, avec l'intelligence du coeur, du bon sens , avec recours aux Esprits si nécessaire.
Un livre MIROIR .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Cer45Rt
  29 octobre 2019
Il est des romans qui, par leur densité, par leur force, par leur puissance, par leur audace et par leur complexité, par leur caractère foisonnant, par les questionnements qu'ils posent, qui, par leur ambition, par ce que l'on pourrait appeler leur ampleur, semblent ne pouvoir être bien critiquer, tellement ils en imposent, et tellement ces livres, semblent échapper aux mots, qui sont vains, pour en parler, et tant le foisonnement, dans ces livres, ces romans, ces ouvrages, est grand. "Rouge impératrice", fait partie de ces livres-là, et j'ai presque hésité à le critiquer, tant l'idée de critiquer un tel livre, semble presque effrayante, tellement l'ouvrage est dense, et admirable.
Mais je le critique quand même, premièrement, parce que j'aime critiquer des livres, et, si cette raison ne vous suffit pas, pour parler de ce livre, dont on parle trop peu, et, qui, pourtant, mérite autant ou plutôt, plus d'éloges, que nombre de livres, de cette rentrée littéraire, dont l'on parle, pourtant plus. Et pourtant... "Rouge impératrice" est, à mon avis, plus nouveau, plus grand, plus accompli, plus abouti, que la plupart des romans, de cette rentrée littéraire, c'est un texte d'une auteure, que l'on sait beaucoup plus épanouie, que les autres écrivains et écrivaines, de cette rentrée.
C'est un texte, aux multiples aspects ; il y est question de philosophie politique, mais c'est aussi un hommage, aux différents aspects des cultures, du continent africain ; c'est aussi un roman très beau, très poétique, un livre qui se veut à la fois épique et intimiste. Léonora Miano, a aussi une parfaite maîtrise, de la langue ; c'est avec un français riche, un phrasé de toute beauté, qu'elle suscite l'enchantement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Sevlipp
  19 juillet 2021
Une histoire d'amour dans une nouvelle Afrique conquérante et futuriste qui domine une Europe dévastée.
Le récit est original, politique, féministe, écologiste et engagé.
La langue est riche, dense, poétique et foisonnante.
Le sujet est ambitieux mais c'est long vraiment trop long avec des lourdeurs qui ont engendré chez moi des pertes d'attention ; c'est vraiment dommage car cela aurait pu être un grand roman éclairé.
Commenter  J’apprécie          271
Maghily
  07 septembre 2019
Rouge impératrice est d'abord une histoire d'amour entre deux quarantenaires dont les chemins ne pouvaient faire autrement que de se croiser. Dans cette histoire, il est question d'âmes soeurs et de puissances spirituelles qui dépassent notre seule présence terrestre.
Boya et Ilunga vont devoir apprendre à s'apprivoiser dans cette vie, à faire des concessions pour que leurs vies professionnelles, amoureuses et personnelles puissent se concilier au mieux.
A travers Boya, Léonora Miano nous propose une héroïne qui sait exprimer ses envies et ses besoins, notamment sur les plans sexuels et sentimentaux. Avant de rencontrer Ilunga, c'était une femme libre, ayant choisi de vivre seule et qui n'hésitait pas à choisir ses amants lorsqu'elle avait envie ou besoin d'évacuer certaines tensions. C'est également une femme intelligente, impliquée dans la vie sociale et politique de son pays, qui ne craint pas de se battre pour faire valoir ce qui lui semble juste.
La spiritualité a aussi une grande place dans la vie de nos personnages, que ce soit à travers la voix des ancêtres ou des forces sacrées du féminin.
Mais Rouge impératrice n'est pas qu'une romance. C'est également un roman futuriste dans lequel l'autrice développe un nouveau modèle de société. Elle offre au continent africain la vision d'un futur dans lequel il aura repris ses droits tant sur ses richesses terrestres que sur l'avenir de ses citoyens.
La question du racisme est d'ailleurs abordée d'une manière très intéressante. Parmi la population du Katiopa se trouve un groupe de marginaux, appelés Les Sinistrés. Ce sont des blancs, venus d'Europe [et plus précisément de France, si je lis bien entre les lignes], qui ont fui leur pays car celui-ci était, à leurs yeux, envahi par la vermine. Ils ont alors, paradoxalement, cherché à rejoindre l'Afrique où certains États étaient encore prêts à les accueillir avec le respect dû à leur rang. Cependant, les changements politiques ont fait qu'ils ont été dépouillés des terres et des biens qu'ils avaient eux-mêmes spoliés aux autochtones. Ne voulant pas mélanger leurs précieux gènes et culture à ceux des Katiopiens, ils se trouvent isolés et démunis. On voit alors apparaître une inversion du discours raciste par rapport à ce que nous sommes habitués à entendre aujourd'hui, dans nos pays : ce sont ces Sinistrés qui sont considérés comme des êtres inférieurs, qui n'ont pas su évoluer et que la population tend à rapprocher à des parasites. Elle ne s'est pour l'instant pas pour autant abaissé à les exploiter, comme ils avaient pu le faire en leur temps. La question de savoir comment gérer “le problème Sinistrés” occupe une grande place dans le roman. C'est susceptible d'amener les lecteurs et lectrices à réfléchir sur leurs propres considérations face à ce qu'ils estiment leur être étranger. Cela m'a pas mal remuée et je pense que c'est un roman qui peut ouvrir au débat.
L'autrice place également la question du respect de l'environnement au coeur de son récit, notamment, dans la manière dont la société s'organise [suppression des transports individuels, pour ne citer qu'un exemple].
Enfin, ce qui peut dérouter mais fait toute la beauté et la force de ce roman, c'est le fait que Léonora Miano intègre énormément de vocabulaire provenant de la langue camerounaise. C'était déjà le cas dans La Saison de l'ombre mais c'est encore plus présent dans Rouge impératrice et cela nous aide vraiment à nous immerger dans le futur qu'elle nous propose.
Vous l'aurez compris, j'ai été véritablement conquise par ma lecture. Celle-ci fut dense : le roman ne se laisse pas dévorer mais demande que l'on prenne le temps de l'assimiler. Je pense d'ailleurs m'en procurer une version au format papier pour le relire et m'arrêter plus attentivement sur certains passages qui demandaient réflexion.
Si vous aimez les romans qui font réfléchir, écrits dans une langue travaillée et poétique, vous ne pourrez qu'adorer Rouge impératrice !
Lien : https://www.maghily.be/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (3)
LeMonde   10 septembre 2019
L’écrivaine franco-camerounaise signe son roman le plus ambitieux, tant par son ampleur que par la force de ses idées. Les malaises de notre époque y sont scrutés depuis l’Afrique, où se dessinent d’autres possibles. De nouvelles manières de faire de la politique et de penser l’économie, l’éducation ou l’identité.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs   10 septembre 2019
Léonora Miano pourrait bien être la romancière la plus épanouie de la rentrée. [...] Avec « Rouge impératrice », elle signe une ambitieuse fresque d’anticipation, servie par une langue nourrie de vocables africains.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   23 août 2019
Katopia, Etat utopique africain, est-il menacé par les immigrés français ? Le nouveau roman de l’écrivaine franco-camerounaise est un puissant remède aux crispations identitaires.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
croquemiettecroquemiette   23 août 2019
La journée avait été longue, et la nuit promettait d'être courte. Le Conseil tenait une de ses assemblées nocturnes au cours desquelles les affaire du Continent étaient abordées sur le plan de l'éthique traditionnelle. Cette terminologie avait été choisie pour éviter le recours au terme de spiritualité qui s'appliquait aujourd'hui à tout et son contraire. Il arrivait, comme en ce moment, que les membres ne siègent pas sous leur apparence diurne, révélant leur vrai visage. En tant que mokonzi [chef d'état de Katiopa], Ilunga prenait part à certaines de ces réunions, mais il ne faisait pas partie de l'ennéade des Conseillers. Il se trouait là, cette nuit, en compagnie d'humains faisant corps, pour l'occasion, avec la dimension de leur être se rapportant à une force de la nature. p. 114.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
michelekastnermichelekastner   15 octobre 2019
Boya n'était pas de celles qui se sentaient incomplètes sans une présence masculine permanente à leurs côtés. Elle n'était ni obsédée par la nécessité de trouver un compagnon, ni emmurée en un lieu supposé la protéger du chagrin. La femme s'épanouissait dans cette aisance intérieure quand le souffle bleu d'Ilunga l'avait enveloppée. C'était un cadeau de la vie, une porte ouverte sur de nouvelles expériences. Leur présence dans cet endroit improbable, la manière dont ils s'y étaient rendus, le confirmaient. Qu'il n'y ait aucune ombre au tableau aurait sans nul doute retiré une partie de sa saveur à cette histoire. Elle était à la fois donnée et à faire, comme ce grand saut qu'ils exécutaient ensemble dans le premier rêve où l'homme lui était apparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
miriammiriam   21 octobre 2021
"Elles refusaient que ces étrangers fassent l’objet d’un rapatriement forcé, mais se satisfaisaient de les voir mordre la poussière, faire l’expérience de l’infériorité, de l’invisibilité, du silence. Ce n’était pas le comportement le plus charitable, mais c’était ainsi, le passé avait laissé des traces. Sans se l’avouer, on se réjouissait de voir les maîtres de l’ancien monde réduits à leur plus simple expression humaine, passés de premiers à derniers. Cette petite revanche n’avait pas encore duré assez longtemps pour que l’on en soit repu. Le mokonzi devait tenir compte de cela."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FifibrindaFifibrinda   22 septembre 2019
Une déficience intellectuelle les empêchait de comprendre une loi élémentaire : ce n'était pas parce qu'il était possible de réaliser certaines choses qu'elles devaient être mises en œuvre. Dans un grand nombre de cas, être en mesure d'accomplir ceci ou cela impliquait qu'on se l'interdise. Parce que toute création devait aller dans le sens de la vie. Autrement il ne fallait pas hésiter à la qualifier de maléfique. Telle était désormais la nature de ces gens, la qualité de leur intellect, lequel avait d'ailleurs supplanté en eux toute autre capacité humaine. Le désir d'anéantir les autres les traversait souvent, réfréné seulement par les pertes que causerait pour eux cette destruction : il était difficile de faire disparaître les hommes sans que les matières premières soeint elles aussi pulvérisées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Verdure35Verdure35   18 juillet 2019
Comprendre en profondeur la tradition, c’était aussi savoir l’interpréter au mieux.L’ancien se plaisait à rappeler que les racines connaissaient une dégénérescence toute naturelle.Il leur fallait faire place à d’autres afin que la plante subsiste et se perpétue.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Léonora Miano (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léonora Miano
Lire Magazine littéraire s'est entretenu avec Mariette Navarro à propos de son roman "Ultramarins", Prix Frontières - Léonara Miano 2022.
Ils commencent par là. Par la suspension. Ils mettent, pour la toute première fois, les deux pieds dans l'océan. Ils s'y glissent. A des milliers de kilomètres de toute plage. A bord d'un cargo de marchandises qui traverse l'Atlantique, l'équipage décide un jour, d'un commun accord, de s'offrir une baignade en pleine mer, brèche clandestine dans le cours des choses. de cette baignade, à laquelle seule la commandante ne participe pas, naît un vertige qui contamine la suite du voyage. Le bateau n'est-il pas en train de prendre son indépendance ? Ultramarins sacre l'irruption du mystère dans la routine et l'ivresse de la dérive. .
+ Lire la suite
autres livres classés : afriqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4004 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre