AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de AMR


AMR
  14 novembre 2018
Guillaume Prié a travaillé dans la finance d'entreprise… Il écrit pour mettre une once de poésie dans une vie un peu trop cartésienne…
Le Poème dont vous êtes le héros est son premier roman. En me demandant un service de presse, il le présente ainsi : « la vie est un poème, et les personnages du livre découvrent qu'ils ont le pouvoir de choisir leur prochaine rime, de détourner la rivière qui les emmène au loin ». Tout un programme !

Les premiers chapitres me déroutent un peu : je les perçois comme des passages introductifs ou d'exposition car ils ont tous un prénom et une situation dans le titre ; mais les personnages mis en scène n'ont pas de lien apparent et évoluent dans des milieux, des pays et des époques différents : deux cadres dynamiques, des jeunes habitants de banlieue défavorisée, un professeur de français écrivain en devenir, un SDF, un riche marchand des Mille et un nuits... Aux côtés des personnages titres évoluent des protagonistes secondaires tout aussi attachants. Puis ces héros réapparaitront en chassé-croisé dans les chapitres suivants, chacun poursuivant sa vie et ses rêves et certains rapprochements ou évolutions vont faire toute l'originalité du récit.
Ainsi j'ai été émue par le désir d'enfant de Mickael et d'Annie dont les démarches pour adopter n'aboutissent pas, j'ai compris le rêve de révolution de Thomas et d'Hamid devant le mur symbolique, j'ai été fasciné par la gémellité et l'interconnexion de Mickael et de Jean, j'ai compris avec le vagabond qu'on pouvait être enfermé dehors, accepté la promesse d'aventures mystérieuse dans le sillage de Ban Bayan et compris le besoin de changement d'Anatole ou la détresse de Leila…
Mais il y a aussi de l'humour et de la dérision dans ce livre, un regard acéré sur les excès et dérives de notre monde. Cependant, la tonalité générale reste optimiste et porteuse.

L'écriture est recherchée, poétique, à la fois fluide et complexe. Les descriptions sont belles, les dialogues sonnent assez juste. Il y a toujours quelques vers en épigraphe pour chaque nouveau chapitre, quelques rimes dans le récit ; ces poèmes sont de Guillaume Prié et il nous les livre en intégralité à la fin du livre mais j'ai aussi relevé des citations d'auteurs connues disséminées dans le texte ainsi que quelques références qui m'ont interpellée : faut-il lire une intertextualité balzacienne dans le mur de Frenhoffer ? Il y a des interprétations hasardeuses dans lesquelles je ne me lancerai pas… mais Baudelaire, quant à lui, est bien présent dans et entre les lignes.
Guillaume Prié a un réel talent de conteur qui se révèle peu à peu. J'avoue avoir mis un peu de temps à entrer dans l'histoire, dans les différentes histoires en fait. Sous des dehors narratifs et poétiques, l'auteur plante aussi des décors familiers : le mal-être des cités, les lois du marchés, l'aspiration à une vie meilleure, le développement personnel, les animaux familiers considérés comme des succédanés d'enfants…
J'ai aimé les formules métaphoriques, les comparaisons et les jeux de mots distillés par l'auteur : « c'est l'histoire impossible d'un malade en mort cérébrale qui décide de se débrancher... », « rêvolution », le « Chalallah... le paradis des chats », le mur vu à la fois comme obstacle et support, la bouteille à la mer, les rêves et cauchemars…
Passer d'un univers à l'autre n'est pas trop gênant, même si le lien n'apparaît pas avant d'être assez avancé dans les différentes intrigues. Chaque lecteur trouvera ou pas ses propres passerelles et clés de lecture. J'ai pensé, quant à moi, à l'écriture mise en abyme, aux chats présents sur la couverture du livre et dans le récit, à des interconnexions fantastiques ou fantasmées, à des nouveaux départs (« le courage de rater, puis de repartir sur un autre chemin »), à un certain art de vivre et de développement personnel, au désir d'enfant et aux différentes formes de filiation…

Quel étrange roman qui pousse ses lecteurs et lectrices, à l'instar des personnages, à considérer la vie comme un poème dont ils ou elles seraient les héros… L'idée est belle, son illustration en récits croisés est intéressante, même si l'ensemble peut sembler un peu confus au premier abord.
Finalement, après une mise en route laborieuse, je me suis surprise à revenir avec plaisir à cette lecture, profession de foi et chemin de vie dont j'ai apprécié les problématiques très actuelles. Les dénouements (c'est volontairement que j'emploie ici le pluriel) m'ont surprise agréablement et, pour ceux encore en suspens, j'ai imaginé les derniers vers des poèmes et je crois bien que c'est ce que voulait l'auteur…
Commenter  J’apprécie          102



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (9)voir plus