AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Pois0n


Pois0n
  09 août 2020
Avec ce quatrième volume, nous voilà déjà à la moitié de la série Fort Boyard. du moins, pour le moment, le huitième venant tout juste de paraître, il n'est pas exclu qu'un neuvième voie le jour plus tard. Et si, du haut de ses 156 pages, il ne paraît au premier abord guère plus épais que ses prédécesseurs de la même taille, le texte plus petit et moins aéré cache un récit plus développé.

Ce qui se ne voit pas d'emblée, puisque l'on a droit, une fois de plus, à une histoire d'enlèvement ! Ceci dit, celle-ci ne tarde pas à se distinguer des précédentes. Si Alain Surget n'oublie pas en route la fin du troisième volume, la série s'émancipe enfin des manigances de Blaise et Médusa. le côté SF est toujours là, mais de nouveau plus discret, et l'aventure fait son grand retour, de même que Jérôme et Émilie en tant que personnages principaux.

Malgré les apparences, pour la première fois, la série quitte donc les sentiers qu'elle rebattait jusque là encore et encore pour renouveler totalement les enjeux de son intrigue, ce que l'on ne découvre véritablement qu'à la moitié du tome. Et ça marche. le regain d'intérêt est immédiat, les petites précisions historiques accentuant la crédibilité de cette nouvelle orientation. A partir de là, le livre se dévore chapitre après chapitre ! En revanche, oubliez les allusions au jeu télévisé, qui n'est même plus mentionné. Clairement, ce qui intéresse ici, c'est le Fort et son passé.

Si Alain Surget n'abandonne pas complètement sa recette habituelle, ce quatrième opus tranche nettement avec les précédents, en plus d'apporter une conclusion, que l'on peut supposer définitive, à ce qui était jusque-là le fil rouge de la série. Il est même possible d'arrêter là sans frustration.

Un très bon tome !
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (4)voir plus