AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Scaldie


Scaldie
  26 juin 2021
Lecture coup de poing, roman coup de coeur !

Premier roman de Marie Tétart, Valadonne est un roman âpre et puissant, servi par une plume poétique, envoûtante et percutante. Particulièrement sombre et violent, mais sans complaisance, il nous raconte l'histoire d'Aniélis, une petite fille prisonnière de guerre, arrachée à la quiétude d'une vie sans histoire par un empire religieux qui ne tolère pas les moeurs matriarcales du royaume dont elle est issue. le choc est rude pour l'héroïne qui, après avoir perdu les siens d'une bien sanglante façon, doit se soumettre aux diktats d'une société misogyne qui veut l'asservir. Mais la petite fille refuse de courber l'échine, et se déroule alors sous ses pieds une route pavées d'épreuves, toutes plus ardues les unes que les autres...

S'adressant à un public averti, en raison de l'omniprésence de la violence (sexuelle, psychologique et physique) Valadonne est un roman de fantasy réaliste, intelligent et subtil, qui n'emprunte pas le chemin de la facilité. Loin de se complaire dans un manichéisme convenu, l'autrice questionne les différentes facettes de son univers et de ses personnages pour les pousser jusque dans leurs derniers retranchements. Qui sont les gentils ? Qui sont les méchants ? Impossible de répondre à cette question de manière tranchée après avoir refermé le manuscrit.

Tout au long du roman, l'héroïne suscite des sentiments contradictoires et des émotions très ambivalentes. Je l'ai autant adorée que détestée. Malgré ses défauts et ses emportements, malgré ses errances et ses torts, le lecteur sait ce qu'elle a traversé. À défaut de lui pardonner, il comprend d'où lui vient ce feu intérieur qui ravage tout sur son passage. Indomptable et insoumise, Aniélis est avant tout un personnage humain, faillible et vulnérable. J'ai trouvé vraiment bluffante la façon que l'autrice a de construire, déconstruire, puis reconstruire son héroïne pour faire éprouver à son lecteur tout le spectre des émotions face à elle : empathie, tristesse, indulgence, colère, mépris, haine, compréhension, pardon, etc. J'ai pleuré à plusieurs endroits, preuve que ce roman m'a beaucoup touchée.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste face à l'héroïne : ils sont merveilleusement écrits et caractérisés. L'autrice a fait le choix de leur donner la parole, apportant un contrepoint stimulant au point de vue d'Aniélis. C'est si bien fait que je ne saurais dire quel personnage est mon préféré.

En ce qui concerne l'univers du roman, c'est un petit bijou. Marie Tétart l'a construit avec beaucoup d'intelligence, de subtilité et de sensibilité. Je suis particulièrement attentive à ce point-là dans mes lectures, et j'ai vraiment adoré. Il n'y a pas de place pour le manichéisme, comme je le disais plus haut, sauf dans les souvenirs idéalisés d'Aniélis. Il y a une réelle profondeur, un vrai souci du détails et des réflexions pertinentes, presque philosophiques par moment. le monde créé par l'autrice est palpable, tangible ; elle le dessine avec beaucoup de talent. J'ai vraiment hâte de voir ce riche univers développé dans ses autres romans.

En conclusion, je ne peux que vous inviter à découvrir cette superbe pépite ! L'autrice réussit un véritable tour de force avec ce premier roman, auto-édité qui plus est (ce qui prouve que l'auto-édition peut être qualitative (et même plus que certains bouquins édités par des moyennes ou grosses maisons...))
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (2)voir plus