AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Krout


Krout
  24 mai 2016
C'est volontairement que dans la critique du tome 1 j'ai laissé tomber la partie Dark Walker. Hors ce procédé a un triple avantage.
- Dark Walker, tout un chacun le comprend, est imaginaire puisque littéralement dessiné sous nos yeux par Mikio Hobino le mangaka, héro de Poison City. Est ainsi créée pour le lecteur une évidente distanciation par rapport aux scènes d'horreurs de son manga, devenues indubitablement virtuelles.
- A contrario, l'histoire du mangaka semble d'autant plus réelle et le lecteur est ainsi habilement amené à embrasser le point de vue du héro par empathie et parce qu'il est soudain indéfendable de considérer une confusion possible entre l'univers de Dark Walker -par extension, de tous les mangas- et la réalité.
- Enfin, l'histoire de Dark Walker peut être considéré comme une allégorie. Un mal mystérieux envahi la terre, une grande partie de la population se transforme en zombies uniquement guidés par leur pulsions débridées. Et évidemment, cette meute de dégénérés s'attaquent aux quelques uns qui ont gardé leurs facultés de penser, parce qu'ils sont différents. Question sous-jacente : les rares rescapés qui ont gardé la raison seront-ils capables d'échapper à la folie de cette majorité de tarés pour trouver les moyens de sauver l'humanité malgrès elle ?

Le graphisme est très épuré mais beaucoup moins dans les scènes de violences de la partie Dark Walker ce qui accentue le contraste entre le monde réel et imaginaire. Immanquablement il m'évoque la ligne claire d'Hergé car mon imaginaire a été nourri par Tintin. Tintin dont les aventures au Congo publiées en 1931 et parfait reflet de toute une époque coloniale font l'objet de retraits en librairie en 2007 en Angleterre et en France soumis aux attaques d'un groupe de bien-pensants en 2014. Dégénérescence ? Où est l'intolérance ? Ci-joint partie d'un article paru dans Le Figaro en décembre 2014 : " Tintin au Congo est de nouveau dans le collimateur d'un collectif antiracisme. Lundi 8 décembre, plusieurs membres du Groupe d'intervention contre le racisme se sont rendus à la Fnac des Halles, au centre de Paris, afin d'apposer des autocollants sur des albums de la bande dessinée d'Hergé. Reprenant le logo avertissant de la nature toxique d'un produit, avec une tête de mort dans un triangle jaune cerclé de noir, les stickers mentionnaient «Produit toxique, relents racistes, peut nuire à la santé mentale». " Non dites moi que je rêve, que c'est un cauchemar. HELAS !!! Alerte : quand la liberté n'est plus, disparaissent peu après l'égalité et la fraternité !

Face à l'urgence d'une société voulue de plus en plus sécuritaire et face à la montée des totalitarismes qui l'accompagnent, je me présente comme promis dans ma critique sur le tome 1 à la séance biaisée du tribunal de la censure si bien décrit au chapitre 12 : La violence du bon droit.

Voici mon témoignage. Moi, Krout, n'ayant jamais fumé, affirme solennellement n'avoir acheté aucun album de Lucky Luke après l'âge de mes 14 ans suite au remplacement des cigarettes à rouler par un brin d'une herbe (au passage admirez l'ironie) quelconque. Non, je ne voulais pas d'un héro bête à bouffer du foin pour complaire à la censure américaine !!! J'affirme que l'original n'a jamais généré en moi aucune envie de cigarettes. Mes deux grands-pères fumaient et si j'avais dû succomber c'eût été en m'identifiant à eux ou plus simplement pour faire comme mes camarades. Oui j'ai subi le tabagisme passif, comme aujourd'hui je subi l'air de la bêtise qui résonne (et non raisonne !) de plus en plus fort autour de moi !

Je n'ai pas fini ! Derrière la bien-pensance se cache l'hypocrisie, derrière toute loi se tapi l'injustice, derrière toute religion se masque l'intolérance. Aussi je préfère paraître malpoli, sauvage et mécréant, soit chanter avec Brassens "Je ne fais pourtant de mal à personne en suivant des chemins qui ne mènent pas à Rome." Une petite voix dissonante, contre l'air de la bêtise ce n'est pas assez. Mais elle peut, pour un temps encore, dire je suis avec vous Mr Tsusui, contre la censure. Juste un petit colibri apportant sa petite goutte dans l'espoir d'éteindre la résurgence des autodafés des livres d'abord mais ensuite d'hommes et de femmes.

Mais n'allez pas imaginer que c'est votre manga seul qui crée mon opinion et me fait agir. Non, vous n'avez pas cette puissance. Cependant je vous suis gré de m'avoir averti dès le ch.1 que le Manneken Pis était en grand danger. T1 p.23 "Cette statue est une représentation réaliste d'un jeune enfant en train d'uriner et le personnage exhibe son sexe en public... Il s'agit clairement d'un cas flagrant d'infraction à la loi contre la pornographie infantile ! Cette oeuvre obscène doit disparaître !" Arggg...
Et merci de nous rappeler à la fin de ce tome p.196 "La lueur de l'espoir... sera toujours entre nos mains"

SAUVEZ TINTIN, SAUVEZ LE MANNEK..... AU SECOURS !!!
Commenter  J’apprécie          172



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (16)voir plus