AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de michfred


michfred
  25 février 2015
Voilà un moment que je reporte lâchement cet exercice de haute voltige: m'attaquer à la critique de Terminus radieux.

Faut que je vous dise, d'abord: Volodine m'a tuer.

Rien de moins. Ce roman m'a soufflée, comme si Nagazaki et Hiroshima avaient soufflé ensemble mes bougies d'anniversaire...ou plutôt comme si Tchernobyl avait obligeamment arrêté son nuage juste au-dessus de mon carré de fraises (non, je ne les sucre pas encore!);

ça a commencé comme ça- L.F.C., sors de ce corps!- :par la fin du monde. Eh bien, cette histoire c'est juste après, ou tout comme...

Imaginez une Sibérie post-soviétique où un train plein d'irradiés en armes mais presque sans cartouches arpente indéfiniment le réseau ferroviaire encore en état pour trouver un hâvre qui les accueille, ces irradiés radieux et déraillés. Et ce hâvre, ce nirvana, ce paradis sur steppe, c'est...un bon vieux camp de concentration, un chouette goulag des familles , avec ses petits miradors bien dressés, ses jolis barbelés dentelés, et ses clôtures électrifiées pour en finir car la fin n'en finit décidément pas de s'achever...

Cela vous donne l'étiage des perspectives d'espérance de ce monde-là...

Pour en remettre une couche, une centrale, baptisée , je vous le donne en mille, Terminus radieux, dont le coeur fonctionne encore grâce à une vieille vestale K.G.B. en chapka , la Mémé Oudgoul.

Et planant sur cet univers en déglingue et dans les esprits de tous les malheureux survivants , un mage noir, un chaman infernal, père incestueux et vrai despote- une sorte de réincarnation du petit père des peuples- l'inoubliable Solovieï .

Pour la petite touche glamour , il y a ses trois filles, justement: la rebelle Samiyia Schmidt, la voluptueuse Myriam Oumarik et la mystérieuse Hannko Vogoulian qui se disputent les faveurs d'un des survivants échoués au bord de la voie ferrée, le beau, le baraqué, le mâle Kronauer qui tente de résister de toutes ses forces à leurs charmes vénéneux et à l'emprise sur son mental d'acier de leur papa possessif, le mage Solovieï déjà nommé, qui s'introduit jusque dans ses rêves érotiques!

Raconté comme ça- je ne suis pas Volodine, ça se saurait- vous êtes en train de vous dire qu'à côté de Terminus radieux, le Jour d'après c'est de la dentelle de Bruges..

Bon, je reprends un ton docte et sérieux: ce livre, c'est de la balle! du nanan! (il en faut pour toutes les générations) du pur délice!

Bourré d'humour, assez cynique , mais d'humour quand même-oui, c'est possible, même devant une centrale atomique en plein syndrome chinois-, et d'une incroyable poésie - oui, c'est possible, etc...

Voyez plutôt:"Les corbeaux tombent. Ils sont de petite taille, silencieux et sans odeur. Ce sont les innombrables mailles d'un linceul noir qui se déploie sur la clairière. Une impression de légèreté noire et sans odeur dans les airs et, sur le sol, une couche de plus en plus compacte, qui va rester, qui va tout couvrir et qui promet de ne pas fondre." C'est pas beau, ça? On dirait les Chants de Maldoror, non? Bon, bon, à vous de voir...

D'ailleurs, - et c'est mon dernier mot, si je en vous ai pas convaincus de lire Terminus radieux, aller vous faire cuire un oeuf sur la pile de la Mémé Oudgoul, moi je rends ma faucille, pas mon marteau- faites très attention aux corbeaux, quand vous lirez ce livre époustouflant...ils sèment leurs signes noirs un peu partout, dans le ciel, sur le sol gelé, ils hantent les esprits, ils pullulent et ils prennent même la parole, vers la fin, préparant " l'avenir immédiat. Immédiat ou lointain. L'avenir; Où, quoi qu'il arrive, il n'y aura rien."

Commenter  J’apprécie          293



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (25)voir plus