Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Juanjo Guarnido (Illustrateur)

ISBN : 2205049658
Éditeur : Dargaud (2000)


Note moyenne : 4.32/5 (sur 794 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Il y a des matins où l'on a du mal à digérer son petit-déjeuner. Surtout si on se retrouve devant le cadavre d'un ancien amour." Dès la première case, le ton est donné. Nous sommes dans un polar. Avec les ingrédients habituels: un meurtre, une grande ville américaine r... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (102)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par marina53, le 24 février 2015

    marina53
    Natalia, une actrice de cinéma, vient d'être retrouvée morte chez elle, une balle dans la tête. Pas de mobile et aucun suspect à déplorer. le chef de la police, Smirnov, a fait venir le détective privé John Blacksad, qui se trouve être l'ancien amant de la jeune femme, pour avoir son avis, même s'il lui somme de se tenir à l'écart de l'enquête. Conseil, évidemment, qu'il ne compte pas suivre. Il se rappelle alors l'époque où ils étaient ensemble, les inquiétudes ou les faiblesses de l'actrice. Il se met en tête de la venger et de punir les meurtriers. Pour ce faire, il rend visite à son vieil ami, Jack, l'ancien garde du corps. Celui-ci se rappelle juste d'un "admirateur", un certain Léon Kronski, scénariste et ancien amant de Natalia. Il pénètre son appartement, en toute discrétion, et ne peut s'empêcher de penser que ce Léon est parti précipitamment, comme s'il fuyait quelque chose. La femme de ménage prend peur lorsqu'elle tombe nez à nez avec le détective. Elle lui révèle qu'un autre ami de Léon est passé aussi, un ami aux yeux globuleux...
    Bienvenue dans le monde animal de Blacksad... Dans ce premier tome d'une série qui en compte déjà 5 et dont le 6ième et le 7ième sont déjà prévus pour 2016, l'on suit John Blacksad, un chat noir détective privé qui n'a pas froid aux yeux. Dans ce polar aux allures américaines, l'ambiance est plus que jamais sombre et malsaine, les personnages corrompus et sans état d'âme et l'enquête menée par le détective palpitante jusqu'au dénouement. Les auteurs donnent vie à tous ces animaux représentatifs de la fonction qu'ils occupent. le scénario est diablement rythmé, la voix off apportant un second souffle aux dialogues richement travaillés. Juanjo Guarnido nous plonge avec délectation dans des décors somptueux, fourmillant de détails. le trait est expressif et tout en finesse.
    Un premier tome largement prometteur...
    Blacksad se faufile quelque part entre les ombres...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par carre, le 05 août 2014

    carre
    Première incursion dans l'univers de Juan Diaz Canalès et Juanjo Guarnido et bien que je ne sois pas un chat, j'en ronronne de plaisir. Une intrigue policière bien ficelée, avec un détective un brin désabusé qui néanmoins attend l'occasion de se rappeler l'époque ou tout allait bien pour lui (on pense à Marlowe) , mais surtout, surtout les amis un graphisme à tomber par terre. Car les dessins de Guarnido sont d'une beauté sidérante. On ne se lasse pas d'admirer la précision de ces traits. Chaque page est un régal. On arrive complètement à oublier que tous les protagonistes sont des animaux.
    Une belle réussite, un duo au top niveau.
    Chat alors ! promis, vous m'en direz des nouvelles !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 54         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lehane-fan, le 16 février 2015

    lehane-fan
    Blacksad, littéralement noire tristesse, j'imagine que pour le grand prix de l'humour animalier, le matou repassera. Par contre, dans la famille " série incontournable ", Blacksad se pose là !
    Une femme, un meurtre. Rien que de très classique dans la vie de notre enquêteur.
    Là où le bât blesse, c'est la découverte de la dépouille d'un ancien amour. Souvenirs qui affluent, palpitant à l'agonie, Blacksad a la tristesse digne et l'envie d'en découdre mortelle.
    Ce qui frappe d'entrée de jeu, c'est cette claque visuelle à laquelle viendra se greffer progressivement un scénario à la noirceur ciselée. Blacksad multiplie donc les pains au propre comme au figuré ! Blacksad 1 – Jésus 0.
    Choc graphique s'il en est, doux euphémisme.
    Pureté des traits, précision chirurgicale du détail, encrage aux couleurs passéistes fleurant bon le polar d'antan.
    Perfection à tous les niveaux, reste plus qu'à souhaiter que l'histoire soit à l'unisson.
    Et elle l'est, la bougresse.
    S'inscrivant pleinement dans la lignée des grands privés cabossés par la vie, Blacksad fascine de par son écriture émotionnelle majoritairement introspective et sa petite touche personnelle qu'elle est rien qu'à lui, un anthropomorphisme bluffant au point d'en oublier l'animal pour ne focaliser que sur la narration.
    Sublime et tourmenté, ce premier tome pose des fondations que rien ne saurait ébranler.
    Culte !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 43         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 08 novembre 2012

    LydiaB
    Waouh ! Attention, bande dessinée de qualité ! le graphisme est comme je l'aime. le moindre détail, le moindre mouvement est artistiquement souligné. Il met en relief les moindres sentiments, les moindres émotions... Ceci dit, au niveau des émotions, c'est le lecteur qui s'y colle et il est servi royalement !

    Blacksad est un chat détective. Oh, mais pas le gentil petit minou. Oh non alors ! Il est plutôt du genre gros matou qui, comme son nom l'indique, n'est pas là pour rigoler ou pour faire des câlins ! Il recherche l'assassin de son ex-fiancée, une beauté courtisée, visiblement, par beaucoup, et pas spécialement par des gens honnêtes. Pour cela, il n'hésitera pas à braver les coups, à mettre en péril sa propre vie pour venger cet amour malheureux. Smirnov, son supérieur, un chien, finira d'ailleurs par lui laisser carte blanche.

    Ce bouquin est bien plus qu'une BD. C'est un véritable polar. Les couleurs - délicieusement surannées- et la mise en scène inscrivent l'enquête dans une époque et lui confèrent un charme fou. L'idée est originale et les animaux ont l'air tellement humains que l'on en oublie presque que tout cet univers n'est qu'une fiction.

    Bon, je vous laisse, j'ai trois autres tomes qui m'attendent !

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/bande-dessinee/diaz-canales-guarnido/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par boudicca, le 03 février 2014

    boudicca
    Splendide. Voilà le premier mot qui me vient à l'esprit pour qualifier ce premier volume des aventures de Blacksad. Car une chose est sûre, Juan Diaz Canales (au scénario) et Juanjo Guarnido (aux dessins) se sont ici surpassés ! L'intrigue, tout d'abord, peut certes paraître un peu classique mais se révèle finalement très bien ficelée : une actrice de renom est retrouvée assassinée à son domicile et l'un de ses anciens amants décide de remonter la piste de son meurtre. Et étant donné le nombre de ses admirateurs un peu psychopathes et de ses amants, autant dire que ce ne sont pas les suspects qui manquent... C'est donc à la résolution d'une enquête policière que nous invitent les deux auteurs, une enquête dont on suit avec intérêt les retournements de situation et le dénouement. Mais ce n'est pas là qu'il faut s'attendre à trouver la véritable originalité de l'ouvrage, non. Celle-ci serait plutôt à chercher du côté de l'univers et surtout des personnages dépeints par Canales et Guarnido.
    Car si le monde décrit est bien le notre, ses habitants, eux, ne sont pas à proprement parler des hommes mais bel et bien des animaux anthropomorphes. le protagoniste est ainsi un beau et grand chat noir qui côtoie aussi bien serpent, gorille, rat ou encore souris. Et on y croit ! A tel point que l'on en vient rapidement à trouver parfaitement naturel de voir un chien occuper la fonction d'inspecteur de police, ou un rhinocéros et un ours servir de gros-bras à un riche puissant. Mais là où réside le véritable point fort de l'ouvrage, c'est au niveau des graphismes. Jamais auparavant je n'étais tombée sur des dessins aussi marquants ! Chaque planche constitue ainsi en soi une petite œuvre d'art devant laquelle on s'attarde encore et encore avec un plaisir constamment renouvelé : on admire la qualité de la colorisation, on s'émerveille devant l'habileté de Guarnido à retranscrire le mouvement, et surtout on ne peut s'empêcher de rester bouche-bée devant la qualité de la représentation de chacun des personnages qui semblent véritablement prendre corps et vie.
    Cela faisait des années que j'entendais vanter les mérites de « Blacksad », et je comprends sans mal aujourd'hui la raison de toutes ces louages ! Me voilà complètement séduite par ce beau félin aux talents de détective dont j'entends dès que possible poursuivre les aventures. Si vous n'avez pas encore sauté le pas, courez-y !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

> voir toutes (27)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par marina53, le 24 février 2015

    Cette histoire m'avait laissé un goût amer. Je me sentais enveloppé dans une atmosphère viciée par la haine, la vengeance et la corruption... Désormais, j'étais condamné à ce monde-là : une jungle où le gros dévore le petit, où les hommes se comportent comme des animaux. Je m'étais engagé dans un chemin du côté le plus sombre de la vie... au milieu duquel je marche encore.

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 07 février 2014

    Là dehors, se cachait le coupable de deux meurtres, au moins : celui d'une personne et celui de mes souvenirs.
    Et ce salaud allait le payer.

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la citation

  • Par marina53, le 24 février 2015

    C'est comme ça, la vie. Dès que quelque chose cesse d'être utile... TAC! ... on la transperce d'une épingle et elle devient un objet de collection.

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par Jumax, le 09 août 2012

    "Ma cliente a été ravie des résultats. A tel point qu'elle a décidé de ne pas se passer de mes services. ce fut la plus heureuse époque de toute ma vie."

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par garrytopper9, le 23 mars 2015

    Désormais, j’étais condamné à ce monde-là : une jungle où le gros dévore le petit, où les hommes se comportent comme des animaux. Je m’étais engagé dans un chemin du coté le plus sombre de la vie…au milieu duquel je marche encore.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

Lire un extrait

> voir toutes (7)

Videos de Juan Diaz Canales

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Juan Diaz Canales

La chronique de Jérôme Pitt - Prix Griffe Noire de la meilleure BD intégrale








Sur Amazon
à partir de :
12,00 € (neuf)
12,34 € (occasion)

   

Faire découvrir Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1582)

> voir plus

Quiz