> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Marleen Cappellemans
    Marleen Cappellemans
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42980 MOI, UDOLPHO,..
  • Franz Kafka
    Franz Kafka
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45521 ÉCRIRE LA FAIM..
  • Jacques Lacan
    Jacques Lacan
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47100 LE TOUT DERNIER..

Participez à notre jeu de l'été et remportez un livre
Découvrez notre dossier sur Jean Teulé
Gagnez la Babelio Box de l'été

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Milena  Milena Busquets


    Blanca, l’héroïne de votre roman, vient tout juste de perdre sa mère. Au début de l’ouvrage, cette dernière est décrite par sa fille comme une personne amère et égoïste, mais son portrait s’adoucit à mesure que le récit avance. Pensez-vous que le deuil implique une phase de rejet du défunt ?


    Je ne crois pas du tout que la mère soit décrite comme une personne amère, comme quelqu’un de compliqué peut-être, comme quelqu’un qui soufre (on devient tous un peu méchants quand on souffre), mais pas amère. Et non, dans mon cas, il ni a pas eu « une phase de rejet ».


    Les femmes apparaissent comme les actrices principales de ce roman, notamment Blanca, sa mère et ses amies. Souhaitiez-vous faire passer un message particulier à ce sujet ?


    Non. Je crois que c’est un roman avec plein d’hommes, et que les hommes sont des personnages importants, à travers d’eux Blanca cherche à se sauver, à retourner à la vie.


    Le père de la narratrice n’est d’ailleurs que très peu évoqué dans l’ouvrage. Pensez-vous que les relations mères-filles soient les plus fortes et les plus compliquées ?


    Pas plus fortes, plus compliquées peut-être. J’ai choisi de parler de la relation mère-fille dans ce roman, peut-être dans le prochain je parlerais de la relation père-fille,...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Suivez le quotidien d’un manoir perdu dans la campagne Londonienne, dont le propriétaire est un jeune garçon de 12 an...


Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce se...


Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaite*. Vous y découvrirez no...


Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deu...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par sabrinastories, Aujourd'hui

    La trilogie des gemmes, tome 2 : Bleu saphir de Kerstin Gier

    Beaucoup aimé!
    Ce 2ème tome était riche en aventures et beaucoup plus vif que le 1er tome.
    [spoiler][/spoiler]
    La relation entre Gwendolyn et Gideon devient plus intéressante, bien que je trouve peu crédible que Gideon lui tombe subitement dans les bras. J'ai beaucoup aimé la petite gargouille et sa franchise, ainsi que la rencontre entre Gwendolyn et son grand-père quand il était très jeune. Gwendolyn m'a par contre un peu agacée à force de prendre Gideon pour un dieu, mais en même temps, j'avais de la peine pour elle du fait que beaucoup de membres du Cercle la trouvent incompétente et la critiquent. La fin du roman est un vrai cliffhanger, une découverte sur le secret du Cercle! Je lirai la suite avec grande impatience!
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par La_Desordonnee, Aujourd'hui

    Miss Pas Touche, Tome 1 : La Vierge du bordel de Yohan Hubert

    Années 30, Agathe et Blanche sont deux jeunes soeurs engagées comme bonnes à Paris. Alors que Blanche est d’un naturel calme et réservé, Agathe sort tous les soirs aux guinguettes sur le bord de Marne pour danser et rencontrer des hommes, sans se soucier des rumeurs concernant un tueur en série surnommé le Boucher. Une nuit où Blanche est seule dans leur chambre, elle surprend un meurtre dans l’appartement mitoyen. Au retour d’Agathe, elle lui montre la brèche dans le mur qui lui a permis de faire sa macabre découverte. Mais celle-ci n’a pas le temps de regarder par la fissure qu’un coup de revolver retentit. Agathe meurt et la police conclut rapidement à un suicide.

    Mais Blanche sait qu’il s’agit du Boucher en personne. Pour découvrir son identité et confondre l’assassin, elle devra s’engager au Pompadour, la maison close la plus prisée de Paris. Entre les filles jalouses, les accords tacites avec la police et son nouveau rôle de « Miss pas touche », Blanche aura du mal à tenir le coup et mener son enquête tout en préservant sa virginité. Mais surtout, elle se rapprochera dangereusement du tueur et devra être constamment sur ses gardes.

    Miss pas touche est un polar extrêmement bien ficelé où les apparences sont souvent trompeuses, le tout soutenu par des dessins superbes et une colorisation en accord avec le thème et l’époque. Le Paris de l’avant-guerre est un décor fascinant et le trio Hubert – Kerascoët fait partie de ces rares artistes qui peuvent vous plonger dans une autre époque en quelques coups de crayon. Il y a aussi de nombreux décalages dans Miss pas touche, que ce soit entre la naïveté de Blanche et le milieu dans lequel elle est obligé d’évoluer ou entre les tons chaleureux de l’album et l’histoire sordide de notre héroïne. Des combinaisons qui font le succès de ces deux premiers albums.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Juliefrisette, Aujourd'hui

    Rebelles de Anna Godbersen

    Déniché sur une brocante, j'ai acheté la saga complète pour 10€ et je ne regrette pas.

    Honnêtement je m'attendais à un peu plus d'action et d'addiction mais c'est tout autre chose que j'ai découvert.

    Nous sommes en 1899, il y a les Lady de grandes familles et les domestiques. Des célibataires prisés et des cochers. Mais aussi
    des soirées coûteuses, des robes onéreuses, des coups bas et des histoires d'amour.

    Nous suivons plusieurs personnes et de classes différentes ce qui permet d'enrichir l'histoire : d'abord et principalement Miss Elizabeth Holland, déchirer entre faire
    le bien pour sa famille et épouser le plus riche célibataire ou écouter son cœur. Douce et naïve, on peut facilement s'y comparer. Cependant c'est sa sœur Diana que j'ai préféré : l'âme ouverte et moderniste, elle apporte vraiment un côté frais.

    Miss Peneloppe Hayes, la garce de la bande : jalouse et prétentieuse de la popularité de son "amie" Elizabeth. Vous l'aurez compris elle est le personnage qu'on ne peut pas apprécier.

    Il y aussi le point de vue de domestiques, de garçons et des parents des jeunes gens : une diversité de caractères bienvenue.

    A chaque début de chapitre il y a une coupure de presse, un petit mot ou un morceau de lettre : on comprend vite que les apparences sont importantes mais aussi trompeuses. C'est un vrai plus apporté au livre !

    Dans l'ensemble l'histoire est lente et on peut y trouver quelques passages ennuyeux parce qu'avec un si grand nombre de personnages l'auteure qui a pourtant un style sympathique doit installer et développer beaucoup d'histoires parallèles à celle d'Elizabeth.

    De plus la fin est prévisible à des kilomètres à la ronde. Si ce premier tome avait fini quelques paragraphes plus tôt nous aurions plus envie de lire la suite : là ce tome pourrait se suffire à lui même.

    Conclusion : Un premier tome agréable mais pas extraordinaire.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Moovanse, Aujourd'hui

    Du feu dans les herbes de Ile Eniger

    Il m'importe toi.
    Toi sur mon fil, sur mon rire.
    Toi sur mes rives.
    Rien de plus que délices, de sauges, verveines, jasmins ou fleurs d'orangers.
    Ces odeurs de maquis où les benjoins font les jardins contraires.

    La double lune de tes bras m'écarlate.

    Il m'importe toi,
    Au plissé des yeux,
    Là où gagnent les rides de mémoire.
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Les névroses : les âmes - les luxures - les refuges - les spectres - les ténèbres - avec portrait en frontispice par F. Desmoulin de Maurice Rollinat

    BALLADE DES LÉZARDS VERTS

    À Saint-Paul Bridoux.


    Quand le soleil dessèche et mord le paysage,
    On a l’œil ébloui par les bons lézards verts :
    Ils vont, longue émeraude ayant corps et visage,
    Sur les tas de cailloux, sur les rocs entr’ouverts,
    Et sur les hauts talus que la mousse a couverts.
    Ils sont stupéfiés par la température ;
    Près d’eux, maint oiselet beau comme une peinture
    File sur l’eau dormante et de mauvais conseil ;
    Et le brin d’herbe étreint d’une frêle ceinture
    Leurs petits flancs peureux qui tremblent au soleil.

    Puis, ils gagnent après tous leurs circuits d’usage
    Les abords des lavoirs toujours si pleins de vers ;
    Aux grands arbres feuillus qui font le tamisage
    De l’air en feu stagnant sur tant de points divers,
    Ils préfèrent les houx chétifs et de travers.
    Lazzaroni frileux des jardins sans culture,
    Côtoyeurs du manoir et de la sépulture,
    Ils s’avancent furtifs et toujours en éveil,
    Dès qu’un zéphyr plus frais lèche par aventure
    Leurs petits flancs peureux qui tremblent au soleil.

    Par les chemins brûlés, avides d’arrosage,
    Et dans les taillis bruns où cognent les piverts,
    Ils s’approchent de l’homme, et leur aspect présage
    Quelque apparition du reptile pervers
    Qui s’enfle de poison pendant tous les hivers.
    Un flot de vif-argent court dans leur ossature
    Quand ils veulent s’enfuir ou bien chercher pâture ;
    Mais parfois, aplatis dans un demi-sommeil,
    Ils réchauffent longtemps, sans changer de posture,
    Leurs petits flancs peureux qui tremblent au soleil.

    envoi

    Ô Crocodile ! Œil faux ! Mâchoire de torture,
    Apprends que je suis fou de ta miniature.
    Oui ! J’aime les lézards, et, dans le jour vermeil,
    J’admire, en bénissant l’Auteur de la nature,
    Leurs petits flancs peureux qui tremblent au soleil.

    p.198-199
    > lire la suite

  • Par Luniver, Aujourd'hui

    Le Golem de Gustav Meyrink

    « Et pourquoi je devrais m'échapper de la prison ? objectai-je timidement. Je suis innocent, non ... ? »
    « C'est pas une raison pour pas s'échapper », répartit le beau Wenzel en faisant les yeux ronds, tant ma réponse l'étonnait.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio