> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos


Retrouvez vos critiques sur les stands des éditeurs
Découvrez la collection Signé des éditions Le Lombard
Nouveau Challenge

> tous les entretiensEntretien avec…




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Accompagné de Dwight Cochrane, de Miss Pennywinkle et de Silky, Largo Winch se rend à Londres pour pr...


Emprisonné en même temps que ses parents, c'est à l'âge de sept ans que Pavel a découvert l'enfer du goulag. Séparé des siens,...


Dans la vie d'un couple, la naissance d'un enfant handicapé est un ouragan, une tempête. Quand sa petite f...


Il deviendra le meurtrier de plus de trente hommes, et sur mon âme, je peux jurer que ce navire ira à la mort, si on ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par nelson43, Aujourd'hui

    Une Main Encombrante de Henning Mankell

    C'est une main bien encombrante que découvre Kurt Wallander dans un jardin , d'où le titre du livre.
    Le commissaire Wallander est fatigué , déprimé , ne prend plus de plaisir à exercer son métier et il cherche donc une maison à la campagne pour y prendre sa retraite. Il se trouve que son collègue lui en propose une qui convient à ses gouts et qui est correspond à son budget . Lors de sa visite , il se prend les pieds dans un obstacle qui est une main sortant de terre . Aussitôt, une enquête est diligentée mais le cadavre est là depuis plus de 50 ans ; il faut donc fouiller le passé des habitants de la maison et les témoins sont très âgés ce qui rend le travail difficile . C'est un roman court que j'ai lu avec plaisir car je suis fan de Mankell
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par solpoin, Aujourd'hui

    Le Royaume du Nord et des Trolls de Pierre Dubois

    Que dire de ce livre... UNE MERVEILLE!
    J'ai rencontré Pierre Dubois une fois (ho de loin, j'ai gardé mes distances, je suis beaucoup trop timides) avec une amie à un festival féérique. J'ai été emportée par son talent dde conteur! Je ne lui en ai même pas voulu de retarder légèrement le concert de Sieur Arbogast juste après lui. C'est dire!
    Et ce livre m'a replongé dans cet état fabuleux! Une perle!
    Tout d'abord, l'objet livre lui même esst superbe! Un gros bébé aux illustrations magnifiques qui nous emmènent en scandinavie, nous donnent froid au pieds et envie de se rouler en boule sous un plaid au crochet, dans un fauteuil devant la cheminée avec un livre dans une main, un thé dans l'autre et un chat sur les genoux.
    Et puis les contes sont jolis et tellement bien écrits! Quel plaisir! J'avais de nouveau cinq ans, de nouveau des rêves plein la tête, des créatures se sont mises à hanter ma ville. Car après tout, pourquoi n'auriont nous pas nos trolls aussi? Nos fées? Nos sorcières? Nos nisses et nos tomtes?
    Et voila, Pierre Dubois a ce talent de rouvrir les portes de notre imagnaire, de nous faire dire "et pourquoi pas?" Et ça, c'est son pouvoir magique! Car plus j'y pense, et plus je suis certaine que lui même est une de ces créatures magiques! Un sorcier? Un conteur qui fait le lien entre les deux mondes? Qui sait... En tout cas, bravo!
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Soleney, Aujourd'hui

    Fils des brumes, Tome 3 : Le héros des siècles de Brandon Sanderson

    Je crois bien que ce tome est le meilleur de la série. C’est rare, souvent une saga peut s’essouffler et perdre de son charme, mais j’ai de plus en plus aimé les volumes au fur et à mesure que je progressais. Et Le Héros des Siècles est pour moi l’apothéose, le bouquet final des aventures de Vin et de son groupe.

    Pourquoi donc ?
    Parce que toutes les problématiques abordées dans L’Empire Ultime et Le Puits de l’Ascension sont encore plus approfondies. Sazed, après avoir perdu son grand amour, remet en question toutes les religions qu’il connaît et s’efforce de chercher la vérité à travers les croyances. La question « qu’est-ce qui nous attend après la mort ? » revient avec d’autant plus de force que c’est la fin du monde. Ravage est libéré, les brumes tuent et grignotent de plus en plus de jour, les séismes sont quotidiens, la cendre ne cesse de tomber, les cultures meurent, les peuples s’affrontent… L’Église du Survivant se répand de plus en plus parmi les skaas, et les doctrines se multiplient, frôlant parfois le fanatisme. Où est la vérité dans tout ça ? La religion a-t-elle besoin d’être véritable pour être utile ? Est-ce mauvais de croire en des mensonges s’ils nous font espérer et nous rendent meilleurs ?
    Mais ce n’est pas tout : la politique et ses dangers menacent Elend, qui doit prendre des décisions extrêmement dures pour ce qu’il estime être le bien collectif. Lui et Vin ont énormément évolué à cause des responsabilités, au point qu’ils se demandent qui ils sont désormais. Manœuvres, complots, menaces, persuasions font partie de leur quotidien, car ils doivent trouver des alliés, les dominer et déjouer les pièges qu’on leur tend. Ils commencent même à penser que le Seigneur Maître n’était pas quelqu'un de mauvais et que son Empire avait l’avantage d’offrir une chose dont tout le monde a besoin : la stabilité. Stabilité qui apparaît comme une utopie : beaucoup de personnes (y compris des skaas !) regrettent l’ancien régime et cherchent à rétablir l’ordre passé, au prix de la liberté. Je pense que c’est une réaction très réaliste : quand on a passé sa vie à être conditionné pour obéir, c’est très dur après de gérer sa propre liberté. Ça fait peur.
    On voit le Seigneur Maître, Rashek, sous un autre jour. Lui qui était perçu comme quelqu'un de mauvais dans le premier tome est progressivement assimilé à quelqu'un de bon qui, finalement, ne cherchait que la sécurité de son peuple. Comme quoi, tout est question de point de vue. La question du pouvoir revient donc : être dur envers les gens pour leur bien, fait-il de nous des personnes mauvaises ? Est-ce l’intention ou l’action qui compte ?

    En plus de cela, toutes les choses inexpliquées sont enfin rationalisées ! On sait comment sont créés les Inquisiteurs d’Acier et comment ils peuvent survivre avec toutes ces tiges plantées dans le corps, et on en sait aussi plus sur les kandras et les koloss (je comprends maintenant pourquoi leur peau ne pouvait pas grandir…). En plus de cela, on apprend qu’il existe une nouvelle magie des métaux : l’hémalurgie. Et on apprend à faire connaissance avec Ravage, la force maléfique qui envahit le monde. On sait aussi pourquoi Zane était fou (quoique je me doutais qu’il y avait une explication de ce genre) et on apprend même des choses pour lesquelles on ne se posait pas de questions !

    Mon seul regret est que l’univers est finalement peu développé. À part Luthadel, Urteau et Fadrex, on voit relativement peu de choses de l’Empire ultime. Et la mer, et les montagnes ? Mais après réflexion, je me suis dit que c’est un monde à l’agonie où la cendre chute dru, où tout devient gris et terne et où tout devait plus ou moins être pareil. Il n’y avait pas grand intérêt à visiter tout l’Empire.
    Et je me serais arrêtée là s’il n’y avait pas le Dominat du Croissant. C’est celui qui m’intrigue le plus, non seulement parce que son nom me donne faim, mais en plus parce que je me demande ce qu’il peut y avoir de l’autre côté. On voit bien que les terres continuent, mais on ne sait pas vers quoi. Un autre empire ? Des hommes sauvages ? Des monstres ? C’est impossible qu’il n’y ait rien, quand même !
    Il y a eu aussi quelques passages en longueur – surtout au milieu. J’ai parfois eu du mal à continuer ma lecture et j’ai dû me forcer un peu. Je crois que l’auteur aurait dû faire moins de pages pour ôter ces passages à vide, dans lesquels les personnages principaux (et notamment Sazed) ont tourné en rond. Mais ils n’ont pas représenté une grande part du roman, et ils ont été totalement éclipsés par le final grandiose de la série.

    Ah, la fin, la fin était absolument incroyable ! Brandon Sanderson m’a totalement prise de cours car il a conclu sa saga de manière innovante. J’en suis à la fois heureuse et déçue. Heureuse parce que ça change : ce n’est pas un happy end, la fin colle parfaitement au reste de l’histoire, et tout ce que je croyais sur le Héros des Siècles se révèle être faux ou en-deçà de la réalité. Mais déçue parce que c’est sacrément frustrant pour les personnages principaux.
    Bref, une fin très bien maitrisée qui montre de nombreuses révélations, et des révélations sur les révélations. On croit tout savoir parce que l’auteur nous a donné une piste et finalement, tout est faux ou tout est à revoir. Brandon Sanderson a une maîtrise excellente des techniques d’écriture, du suspense, des vérités à demi-cachées. J’ai été conquise par cette saga, par ses personnages, par son intrigue complexe et par la plume de son auteur, et je suis d’ores et déjà curieuse de lire ses autres romans !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par verobleue, Aujourd'hui

    Tigre, tigre ! de Margaux Fragoso

    C’est comme si les pédophiles vivaient dans une sorte de réalité fantastique, et ce fantastique contamine tout. Comme s’ils étaient eux-mêmes des enfants, mais pleins d’un savoir que les enfants n’ont pas.

  • Par SZRAMOWO, Aujourd'hui

    Varsovie de Schalom Asch

    En Pologne, les nuits d'automne sont d'un noir d'encre. Ciel et terre, étroitement enlacés, se livrent à des actes secrets, énigmes du monde crée.
    Dans la grisaille du petit matin, le ciel se sépare de la terre, laissant les champs et les prés couverts d'une gelée blanche, immaculée. De mystérieuses gouttes perlent des arbres. Tout est silencieux : pas un cri d'animal, le monde n'appartient encore à personne et, comme un nouveau-né abandonné, il vient à peine d'éclore sous la rosée fraîche et le ciel qui s'élève.
    Semblables au clapotis d'invisibles rigoles retentit quelque part dans les champs un cliquetis métallique.Emergeant des brumes matinales, les premières voitures sortent de Praga par la route empierrée. les bidons de lait s'entrechoquent dans l'aube naissante et réveillent le monde endormi.
    Chargés de choux, de pommes de terre, de caisses d'oeufs, de volailles, de tonneaux de prunes, de baquets de poires, une procession de chariots cahotant sur les pavés inégaux se détache de l'obscurité. Juifs et paysans viennent des campagnes et des villages environnants nourrir la grande ville. Sur les bottes de foin sont juchés de robustes jeunes filles, bien en chair, le visage rougi par le vent, la chevelure cachée sous des foulards multicolores.

    > lire la suite

  • Par stcyr04, Aujourd'hui

    Erewhon de Samuel Butler

    La doctrine des Banques Musicales érewhoniennes (du moins en tant qu'elle se distingue des théories presque idolâtres qui vivent à côté d'elle, et dont je dirai un mot plus loin), possédait une particularité qui la protégeait : c'était que, tout en affirmant l'existence d'un royaume qui n'est pas de ce monde, elle ne cherchait pas a percer le voile qui le cache aux yeux des hommes. C'est là la pierre d'achoppement de presque toutes les religions : leurs prêtres essaient de nous faire croire qu'ils en savent plus long sur le monde invisible que ceux dont les yeux sont encore aveuglés par le monde visible n'en peuvent savoir, — oubliant que, s'il est mauvais de nier l'existence d'un monde invisible, il n'est pas moins mauvais de prétendre en savoir rien, sinon qu'il existe.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio