> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Kim Suk-kyeong
    Kim Suk-kyeong
    L'ART ET L'ESTHÉTIQUE DU VIDE - Hyeon-Suk Kim..
  •  Justin Gakuto Go
    Justin Gakuto Go
    Interview de Justin Gakuto Go Justin Gakuto Go nous parle de Passent les heures, son premier..
  • Sonia Delaunay
    Sonia Delaunay
    Paroles de libraires spéciale littérature de jeunesse .Située dans le treizième arrondissement de..

Retrouvez vos critiques sur les stands des éditeurs
Découvrez la collection Signé des éditions Le Lombard
Nouveau Challenge

> tous les entretiensEntretien avec…




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



À présent unie par les liens du mariage à Jolan, Kriss règne sur...


Accompagné de Dwight Cochrane, de Miss Pennywinkle et de Silky, Largo Winch se rend à Londres pour pr...


Emprisonné en même temps que ses parents, c'est à l'âge de sept ans que Pavel a découvert l'enfer du goulag. Séparé des siens,...


Dans ce septième tome de Pico Bogue, nous retrouvons l'enfant terrible de la bande dessinée dans ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par BlackFrancis, Aujourd'hui

    Exister de Robert Neuburger

    Robert, pour ceux qui lisent « Psychologie Magazine», c’est le gars qu’on voit de dos dans « La première consultation ».Sorte de Woody Allen avec une calvitie.
    Depuis une dizaine d’années, Robert constate que des femmes et des hommes se plaignent d’un mal nouveau : celui de ne pas exister.
    La vie est une donnée biologique, exister c’est une construction qui commence tôt (avant la naissance nous dit Robert qui est psychanalyste).
    Exister consiste à être en accord avec ce que nous vivons.
    Pour Robert la dépression n’est pas une maladie mais le symptôme qu’un élément est venu troubler la construction de notre sentiment d’exister.
    Exister précède le sens de la vie : c’est parce que l’on se sent exister que l’on va chercher à donner un sens à sa vie.
    La construction de l’existence : c’est pour échapper à l’angoisse de la mort.
    Dans nos groupes d’appartenance il y a la famille dont la fonction est de nous transmettre la capacité de transmettre.
    Nous sommes le maillon d’une chaîne entre ascendant et descendant.
    La liberté consiste à choisir ses dépendances.
    Il nous faut rechercher une dignité individuelle et une dignité d’appartenance.
    Les deux ont leur importance, plus ou moins selon les personnes ou les organisations sociales.
    Une personne qui ne se sent plus exister, souvent ne veut plus vivre ou devient artiste.
    Freud s’est suicidé car l’odeur que dégageait la nécrose de sa mâchoire a fait que son chien (offert par Marie de Bonaparte) ne voulait plus rentrer dans la même pièce que Sigmund.
    Il ne l’a pas supporté.
    La fille de Simenon n’a jamais pu exister auprès d’un père qui ne lui a jamais donné sa vraie place d’enfant.
    Althusser a tué sa femme Hélène car ne se sentant pas existé, il ne voulait pas que les autres vivent.
    Robert nous parle aussi de l’ordalie qui est non pas une volonté de mourir mais une de se sentir exister.
    La scarification qui est une pratique plutôt féminine qui sert à dissocier (cliver dit Robert) la douleur psychique et physique : c’est pour cela que l’on retrouve beaucoup de jeunes femmes qui ont été abusé car le processus est le même.
    La drogue est aussi une façon de sentir exister, les excès.
    Il cite Gainsbourg mort à son cinquième infarctus et qui a donc survécu quatre fois.
    Robert ne s’est pas trop foulé à écrire ce livre de 150 pages (avec des pages blanches et de longues citations) c’est un psychanalyste pur jus qui ne croit pas à la génétique (alors que Cyrulnik lui parle de gros et de petits porteurs de sérotonine) qui pense encore que l’autisme est dû à un défaut de communication des mères (thèse depuis longtemps battue en brèche par les progrès de la science).
    Il pense aussi que la dépression est une étiquette que l’on colle aux gens pour pouvoir les gaver de médocs et donc enrichir les labos pharmaceutiques : c’est sur ce dernier point que je suis le plus d’accord. Il y a je pense une médicalisation à outrance qui masque les vraies causes de la dépression et si celles-ci ne sont pas traitées par une thérapie le risque de récidive est quasi inéluctable.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par BlackFrancis, Aujourd'hui

    Ego surf : Un journal de l'an 2000 de Arnaud Viviant

    Journal de l’an 2000 tenu par Arnaud Viviant.
    L’année du fameux bug, du Pacs.
    Le lire quatorze ans après : c’est délicieusement désuet.

    • Livres 0.00/5
    Par Spania, Aujourd'hui

    Les amours insolentes : 17 variations sur le couple de Jacques de Loustal

    Cette bande dessinée aux traits grossiers m'a surprise...je ne peux dire si j'ai aimé, les histoires en elles mêmes sont celles des couples parfois touchants et d'autres détestables mais c'est ainsi qu'est faite la nature humaine.
    ! Je n'ai donc pas trouvé de sens mais peut être que je n'ai pas compris...
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par ChtiSuisse, Aujourd'hui

    Ératosthène de Thierry Crouzet

    sans l’amour, la vie ressemble à la suite des nombres premiers. Bien qu’imprévisible, elle n’offre aucune surprise.

  • Par Spania, Aujourd'hui

    Les amours insolentes : 17 variations sur le couple de Jacques de Loustal

    " tout individu au monde n'est qu'à six degré de séparation de l'amour de sa vie"

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    La Cible du fou de Nancy Taylor Rosenberg

    C’est toujours la même histoire, vieille comme le monde : les gentils contre les méchants. Eh ! La première chose à faire, c’est de choisir son camp. Ensuite, on se demande quel bénéfice on peut en tirer. L’ennui, pour un flic, c’est qu’on ne tire jamais de bénéfice. C’est ça, la dure réalité… Pour nous, la seule façon de devenir célèbre, c’est de se faire descendre. Alors on inscrit votre nom sur une belle plaque de métal, qu’on affiche dans le hall.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio