> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Frank Lafond
    Frank Lafond
    Dictionnaire du cinéma fantastique et de science-fiction - Frank Lafond - Ed. Vendémiaire De A..
  • Jean-Paul Didierlaurent
    Jean-Paul Didierlaurent
    Autour d'un verre avec Jean-Paul Didierlaurent .
  • Pierre Cabanne
    Pierre Cabanne
    "Un jour, un livre" sur France 3 - "Entretiens avec Pierre Cabanne" de Marcel Duchamp

On fête Halloween avec un challenge de listes
Ecrivez un texte sur le thème d'Halloween
Découvrez notre entretien avec Olivier Adam

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de John  John Burnside

    Le roman se déroule en Norvège. Quel rapport entretenez-vous avec ce pays ? Les légendes norvégiennes ont-elles quelque rapport avec leurs homologues écossaises ?

    La première fois que je suis allé dans le nord de la Norvège, c`était en 1996, pour assister à une conférence. En survolant les îles du comté de Troms, je me suis immédiatement senti chez moi. C`était en juillet donc les nuits étaient assez claires, la terre magnifique, la mer sombre et je dois dire que j`ai toujours eu un faible pour les îles. Pendant quelques années, j`y retournais même tous les ans et les îles de Kvaloya, que m`a fait découvrir mon ami Dag Andersson, sont devenues un point central, non seulement pour ce roman mais aussi pour mes autres écrits.
    Certains mythes norvégiens ont des similitudes avec les histoires écossaises, d`autres sont très différents. J`ai été attiré par les deux, par une sensation de familiarité et d`étrangeté en même temps.


    Il est question, tout au long du roman, d`une mystérieuse créature appelée Huldra, très peu connue en France. Quelles sont les caractéristiques de cette créature ? Qu`est-ce qui vous a intéressé en elle ?

    La Huldra est une femme magnifique, souvent représentée portant une robe rouge, qui rencontre les jeunes gens dans la nature – généralement dans les bois ou les champs, parfois près de la côte - et les...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que per...


Après la contre-attaque de Negan sur Alexandria, les dégâts et les pertes sont lourds. Negan a réuss...


Dodin-Bouffant, le plus fin des gourmets, doit trouver une nouvelle cuisinière. Cette quête, qui lui semble ...


L'histoire vraie de Robert Leroy Johnson (1911-1938), guitariste virtuose, mort prématurément à 27 ans. Son talent était ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par JCOates, Aujourd'hui

    La peste de Albert Camus

    Oran dans les années 1940. Les rats surgissent et viennent mourir sur les trottoirs, dans les halls d'immeuble. Puis les hommes à leur tour tombent malades, souffrent, meurent. Le docteur Rieux qui tient à appeler un chat un chat lâchera le nom : la peste. Envahie par la terrible maladie, la ville prend des mesures draconiennes pour limiter la contagion. Les portes d'Oran se ferment. Que l'on soit enfermés à l'intérieur ou à l'extérieur de la ville, on doit se résoudre à oublier la présence de l'être aimé. La maladie se propage, les dernières souffrances des pestiférés sont insoutenables, les proches mis en quarantaine dans des locaux mis à disposition. La ville ne vit plus, comme dirigée par le règne autoritaire du fléau. Dans tout ça, peu de personnages. Le docteur Rieux, tout d'abord, que l'on suit dès le début. Personnage plus distancié que froid. Camus l'a voulu clinique, reflet également de sa profession. Peu à peu pourtant, le personnage s'ouvrira aux émotions par la force des choses. Autour de lui, Rambert, le journaliste qui vit mal la séparation avec sa bien aimée, Paneloux le prêtre (pour porter la voix de la religion face à la maladie), Tarrou, le chroniqueur, Grand, l'écrivain en devenir, ou encore Cottard. Seuls personnages mis en avant, et seuls personnages actifs dans l'offensive contre la peste, dans une ville où les habitants semblent résignés, d'ores et déjà vaincus.

    Camus décrit la peste dans la ville d'Oran. Sauf que ce serait trop simple et ça ne suffirait pas à donner à ce roman la place qu'il a aujourd'hui parmi les grands classiques de la littérature françaises. Camus décrit la guerre, le nazisme, la résistance et la collaboration. Ce sont par de petits signes subtils que le lecteur bien renseigné peut voir au-delà de ce qui est dit. Même si, il faut l'avouer, sans connaître l'auteur et sans s'être renseigné auparavant sur le roman, on peut passer à côté.

    Camus disait : « La Peste, dont j’ai voulu qu’elle se lise sur plusieurs portées, a cependant comme contenu évident la lutte de la résistance européenne contre le nazisme. La preuve en est que cet ennemi qui n’est pas nommé, tout le monde l’a reconnu, et dans tous les pays d’Europe. Ajoutons qu'un long passage de La Peste a été publié sous l'Occupation dans un recueil de Combat et que cette circonstance à elle seule justifierait la transposition que j'ai opérée. La Peste, dans un sens, est plus qu’une chronique de la résistance. Mais assurément, elle n’est pas moins. »

    Dans un style que je qualifierai maladroitement de froid, clinique, mais surtout, encore une fois, distancié, Camus parle des Hommes, de la bonté, de la cruauté, de l'acceptation, de la résignation, de la résistance et du combat. Et on ne peut s'empêcher de se demander quels rôles nous endosserions si nous étions dans une situation aussi critique. Le style est donc a priori froid et distancié mais, grâce à des formules d'une beauté stylistique, d'une intelligence et d'une universalité incontestables, Camus touche au cœur et nous interroge sur notre humanité, notre rapport à l'autre, à l'amour et à la mort.

    Je reconnais la beauté de l'ouvrage, son importance littéraire et ses prouesses stylistiques et métaphoriques évidentes. Pourtant, j'ai trouvé la lecture plus ardue que celle de l'Etranger. Je vais persister avec l'oeuvre de l'auteur, car j'ai encore le sentiment de passer parfois un peu à côté tant le style est différent de ce que je peux lire d'habitude. Peut-être est-ce seulement dû à un manque de maturité. Je recommande en tout cas !
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Bruno_Cm, Aujourd'hui

    Traiter les agresseurs sexuels ? de Amal Hachet

    Introduction assez bien faite.
    Qui alterne entre théorie et exemples cliniques.
    Et ceci en alternance également avec des idées, un point de vue assez clair sur l'état de la question au niveau institutionnel et politique. Et éthique.
    Dommage que je n'apprécie pas le ton, quelque chose me dérange.
    Et dommage aussi que ce secteur et ce type de problématiques semblent squattée par la psychanalyse uniquement. Que font les autres "écoles" ?
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par cats26, Aujourd'hui

    Là où j'irai de Gayle Forman

    J'ai toujours un peu peur quand je prends un roman d'amour.
    Pourtant, j'aime bien les histoires d'amour lorsque je lis de la science-fiction, de la fantasy, du policier mais quand l'histoire d'amour est le thème même du roman, j'ai toujours l'impression que cela va être gnangnan, plein de guimauve et que je vais lever les yeux au ciel toutes les dix minutes. Pourtant, j'en ai lu et cela m'avait bien plu, sans plus, à une ou deux exceptions près. J'ai lu pas mal de critiques élogieuses de ce roman et me suis dis "Pourquoi pas?" et ...Waouh!
    C'est une histoire d'amour, de passion, d'obsession, forte et intense comme la musique que le protagoniste masculin écrit pour son groupe : d'ailleurs, les extraits des chansons sont d'une intensité et d'une violence dans l'expression des sentiments alors que le personnage lui-même a du mal à exprimer ce qu'il ressent, hormis par la violence et le rejet des autres.
    C'est un roman aussi sur le deuil, la résilience après un terrible traumatisme et pour l'héroïne, Mia, c'est la musique qui va être sa porte de sortie. C'est également un roman sur les non-dits, l'inexprimable même à la personne qu'on aime le plus au monde et la préférence pour la fuite : là encore, c'est la musique qui sert de passerelle et de moyen d'expression.
    Bref, un superbe roman d'amour, de perte et un hymne à la musique (avec au passage, une description sans fard du star system et de ses dangers)
    Ce n'est pas souvent que je lis des romans d'amour mais des romans comme celui-là, ça vaut le coup!

    A partir de 16 ans
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par dido600, Aujourd'hui

    La maison d'à côté de Lisa Gardner

    Il avait lu tout un roman sur les fées à sa fille, les cent pages, de la première à la dernière. Il avait mal à la gorge, ne savait plus aligner trois mots, mais sa fille était enfin endormie.

  • Par Bruno_Cm, Aujourd'hui

    Traiter les agresseurs sexuels ? de Amal Hachet

    Le TIG [Travail d'Intérêt Général] peut s'inscrire dans une dimension réparatrice, grâce à une confrontation de l'agresseur à la souffrance de l'autre. Il s'agit de l'impliquer dans des situations extrêmes, telles un contexte de crise ou de souffrance humaine, où il sera amené à accompagner une personne en souffrance (par exemple dans un service de soins palliatifs ou en gérontologie ou en se rendant avec des soignants sur le lieu d'une catastrophe). L'objectif est de déclencher chez l'agresseur sexuel une identification empathique au semblable qui souffre. Ceci reste l'une des actions prioritairement et directement ciblées dans les stratégies des soins proposées aux agresseurs sexuels.
    > lire la suite

  • Par cats26, Aujourd'hui

    Là où j'irai de Gayle Forman

    Mia fait partie de notre histoire et nous vivons parmi les fragments de son héritage.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio