> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Amy Harmon
    Amy Harmon
    Le blog : http://ellielivre.blogspot.fr La chaîne de Lili :..
  • Stéphanie S. Sanders
    Stéphanie S. Sanders
    Voici ma PAL pour l'édition 2015 du BOOKTUBE-A-THON qui se déroule du 3 au 9 août 2015 ! Pour plus..
  • Richard Harris
    Richard Harris
    Hello tout le monde !! Je vous propose aujourd'hui ce tag consacré à notre grand ami : Harry..

Jouez autour du thème des vacances
Découvrez notre dossier sur Emile Zola
Derniers jours pour participer au défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Un adolescent nain, Redwin, de l'ordre de la Forge, malmené régulièrement par un sale gosse Rom, veut de...


On a demandé à Marion Montaigne, auteure des célèbres aventures du Professeur Moustache, son avis dessiné sur l...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 2.00/5
    Par Yggdrasil, Aujourd'hui

    Cahier d'un retour de Troie de Richard Brautigan

    J'aime Brautigan, mais ici ce Cahier ne m'a pas emmené sur les chemins vaporeux de son onirisme. A l'image de sa vie, de son destin tragique, Cahier d'un retour de Troie nous entraîne dans l'ombre de la mélancolie, de la mort. L'être s'efface peu à peu, s'estompant du paysage, de la mémoire pour ne devenir que le minimum, une simple initiale dans ces instants de vie, cette carte. Des rencontres fugaces, condamnées d'avance, comme si la fin de l'auteur rôdait tel un fantôme dans ces pages où "les mots sont des fleurs de néant". Le suicide d'une femme comme un leitmotiv obsessif, des digressions et des imbroglios temporels jalonnent ces voyages, ces souvenirs. Parfois tel un ciel meringué, des interrogations s'amoncellent, s'effritent, et tombent ininterrompues en une pluie d'orage sans suite. Brautigan se livre peu à peu, se vide même de sa moelle créatrice, la plume fuit, s'échappe comme les femmes de sa vie. Richard se retrouve seul face à Brautigan, face à ses peurs, une finitude que l'on sait prochaine.

    Cahier d'un retour de Troie fut remis en 1983 à Marc Chénetier et publié à titre posthume en 1994 donnant ainsi une valeur prophétique, mais indéniablement ce texte sorte de bilan garde le goût de l'inachevé, d'une forme de déclin et d'abandon. Un texte que chacun complètera à sa guise. "Il reste dix lignes d’écriture sur cette page et j’ai décidé de ne pas me servir de la dernière. Je vais la laisser pour la vie de quelqu’un d’autre. J’espère qu’ils en feront meilleur usage que je ne l’aurais fait."
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, Aujourd'hui

    The Expanse, tome 1 : L'éveil du Léviathan de James S.A. Corey

    ça réveille.

    Premier tome d'une longue série à venir (deux traduits pour l'instant avec la guerre de Caliban) qui obtient un vif succès outre atlantique.

    L'humanité a essaimé dans le système solaire. Mars est colonisée ainsi que de nombreux astéroïdes de la ceinture (de Kuiper pour les intimes) et autres lunes des planètes géantes (mais elles n’interviennent que très peu dans le récit).
    Miller, vieux flic ceinturien sur le retour se voit confier une mission : Retrouver une petite fille de riche qui s'amuse à jouer les rebelles pour l'APE (Alliance des Planètes Extérieures).
    Holden, Capitaine (en second au début) bourlingueur dans le système solaire se voit entraîné bien malgré lui dans une mission de sauvetage qui se transforme rapidement en un complot interplanétaire avec risques de guerre à la clé sur fond de risque bactériologique, viral ou invasion extraterrestre, on ne sait pas, on ne sait plus.
    Leurs destins sont évidemment amenés à se croiser (à mi roman à peu près).

    Avant toute chose, on lit çà et là, Games Of Throne de l'espace. STOP. Je ne sais pas qui a trouvé cette analogie, mais je la trouve, absolument, mais absolument pas justifiée. Un background légèrement différent, vous en conviendrez. Une histoire sans aucun rapport. Beaucoup moins de personnages, un style d'écriture totalement différent. Une dimension politique beaucoup moins présente. Un rythme beaucoup plus rapide, une lecture plus accessible, plus divertissante. Bref, rien à voir.

    Mon analogie à moi, c'est plutôt un mix entre la dernière série de Orson Scott Card (les guerres forniques) pour le background, la simplicité de l'écriture et le côté space op populaire (la hard science est très très light, même si on reste du coté réaliste du voyage spatial), rythmé et immersif et du Hamilton pour le côté thriller technologique noir (bon gris plutôt, il ne faut pas exagérer) sur fond sf du flic solitaire.

    Les deux personnages principaux sont un peu caricaturaux. Miller, bourru, sur le retour (mais il ne le savait pas) compétent et sa dernière mission pour le barouf d'honneur. Holden, capitaine un peu psychorigide, pétri de grands principes, droit dans ses bottes (mais qui couche avec son second, ah zut j'ai spoilé). Mais si ces personnages sont devenus des clichés, c'est parce que cela fonctionne. C'est efficace, enlevé et très distrayant.

    Au final, un pur space opéra de divertissement sans temps mort (sauf pour le tout début début).
    Et en plus, Syfy va en faire une série. Chouette non ?
    Quatre étoiles en vrai, mais j'en mets cinq pour tous les livres auxquels j'en ai mis quatre alors qu'ils n'en méritaient que trois...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Presence, Aujourd'hui

    Usagi Yojimbo, Tome 9 : de Stan Sakai

    Ce tome comprend les épisodes 7 à 14 de la série publiée par Mirage, initialement parus en 1994/1995, tous écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai. Ces histoires sont en noir & blanc.

    The music of Heaven – Usagi Yojimbo rencontre Omori Kazan, un prêtre d'une secte zen, en train de jouer de la flute (Shakuhachi) en pleine forêt, son visage recouvert d'un casque en osier (tengai). Mais celle-ci dissimule également un assassin appartenant au groupe Shi. The gambler, the widow and the ronin – Dans un village, Usagi Yojimbo se retrouve malgré lui impliqué dans la mésentente entre un organisateur de pari et son combattant au sabre. Slavers – Usagi Yojimbo sauve un enfant d'un groupe d'esclavagistes. Il lui promet d'aller aider son père lui aussi fait esclave par ce même groupe.

    Daisho – Usagi Yojimbo s'est lancé aux trousses du général Fujii qui lui a dérobé sa paire de sabres (appelée Daisho, c’est-à-dire la paire d'épées traditionnelles portée par les samouraïs). Les circonstances l'amènent à accepter l'aide d'Hanako, une femme du village qui connaît les environs, et de 2 chasseurs de prime Gennosuke et Stray Dog. Runaways – Dans un autre village, Usagi Yojimbo doit s'écarter pour laisser passer le palanquin de Lady Hirano. Il se souvient de la première fois où il avait croisé son chemin, alors qu'il lui servait d'escorte.

    Il est possible qu'il faille un petit temps d'adaptation au lecteur pour se plonger dans un recueil d'Usagi Yojimbo. Stan Sakai écrit des histoires tout public. Il a donc choisi sciemment d'édulcorer la violence. Lorsque 2 personnages se battent à l'épée, les blessures ne sont pas représentées, le lecteur ne voit jamais la lame taillader la chair. Il ne voit pas non plus le sang couler des blessures (une seule exception lorsqu'un ninja est blessé à la gorge). Quand les personnages meurent au combat, ils s'écroulent par terre en faisant des grimaces outrées, presque comiques.

    L'autre particularité de la narration de Stan Sakai est d'avoir choisi de représenter les personnages sous la forme d'animaux anthropomorphes. Certes, le lecteur subodore que ce choix tient autant de l'envie de leur donner une apparence agréable à l'œil, que des limites techniques du dessinateur, pas forcément à l'aise pour représenter la forme humaine avec exactitude. Oui, les personnages ont des têtes évoquant celle d'un lapin (Usagi), d'un rhinocéros (Gennosuke), ou d'un ourson (Omori Kazan), ou tout autre animal qui passe par la tête du dessinateur. Oui, parfois, ils ont une tête qui ressemble vaguement à celle d'un animal, sans qu'il soit possible de déterminer avec exactitude lequel, et ils ont tous 4 doigt au lieu de 5.

    Si le lecteur est allergique à ce genre partis pris (violence édulcorée + personnages un peu mignons), il vaut mieux qu'il lise autre chose. Sinon, il peut se laisser guider par sa curiosité et se fier à l'introduction dithyrambique de James Robinson (scénariste réputé de comics, telle que la série "Starman"). Dans la première séquence, il se retrouve confronté à une autre bizarrerie de cette série : la présence de Tokage, des lézards de grande taille, un peu facétieux, une race d'animal inventée par l'auteur. Il contemple également un rônin avançant sur un sentier boueux, revêtu d'un vêtement pluie, et d'un chapeau à large bord. Ce dessin a une apparence simple, facilement lisible, avec une représentation basique de la texture des écorces.

    Ce simple dessin comprend également beaucoup d'informations visuelles, malgré son apparente simplicité : tenue historiquement exacte, réalité des déplacements (surtout à pied sur des chemins de terre), importance du milieu naturel (faible densité de population). Effectivement, le lecteur a le plaisir de découvrir tout au long de ces histoires que s'il écrit pour un public jeune (y compris des enfants), il ne prend pas son public pour des idiots. Sans avoir l'air d'y toucher, dans cette première histoire, il évoque l'art musical, par le biais de ce moine jouant de la flûte, ce dernier expliquant ce qu'il essaye d'exprimer par sa musique. Quand on y pense, il s'agit d'un propos ambitieux pour un musicien d'expliquer ce que ses compositions instrumentales essayent de refléter (d'autant plus qu'ici le musicien le fait avec humilité).

    Dans le même ordre d'idée, ce personnage explique pourquoi il voyage avec un tengai sur la tête, masquant son visage. On est loin d'un comics récupérant les conventions graphiques et les stéréotypes des mangas pour les utiliser sans les comprendre. Par la suite, le lecteur bénéficie encore d'une explication sur la fabrication (artisanale) des sabres, ainsi que d'une mise en scène de la force des classes dans ce Japon féodal (ce comics se déroule au début du dix-septième siècle). On est dans une reconstitution historique effectuée par un auteur qui maîtrise son sujet. Les histoires ne prennent jamais la forme d'un cours, mais le lecteur peut repérer les éléments qui attestent de la connaissance de Stan Sakai. Il s'agit souvent de détails, comme les techniques de construction des bâtiments (les toits lestés par des pierres), ou les occupations des villageois, souvent des travaux des champs, avec des outils réels.

    La forme de la narration reste celle d'un récit d'aventure mettant en scène un héros, un rônin errant (un samouraï sans maître) parcourant le pays, et s'attaquant aux injustices, dans sa volonté de s'améliorer. Il se retrouve souvent mêlé à des intrigues entre fiefs, ou à des pratiques plus communes comme l'esclavagisme, ou des drames personnels (une personne souhaitant se débarrasser d'une autre de manière définitive). Dans ce tome, il n'y a pas d'intervention surnaturelle, de type fantômes ou yokais.

    Malgré le dispositif très traditionnel du héros redressant les torts, Stan Sakai sait introduire des variations, élevant les histoires au-dessus de la simple dichotomie Bien / Mal. Le joueur de shakuhachi introduit une composante spirituelle à la fois concrète et mystique. Celle avec les paris sur les combats montre Miyamoto (son vrai prénom) Usagi essayant par tous les moyens possibles d'éviter de se battre (la confrontation physique ne résolvant pas tout). Dans la suivante, le lecteur rencontre un chasseur de primes antipathique, mais aux motivations inattendues. Avec ce personnage, Stan Sakai rappelle que l'art du sabre a pour fonction de tuer des individus, et que ses pratiquants payent le prix de cet objectif (comme dans les meilleurs mangas de sabre). Dans la dernière, le scénariste oppose les élans du cœur aux aspirations des individus et à leur culture. Tout compte fait, il s'agit de thèmes ambitieux et adultes, sous couvert d'une narration tout public.

    La lecture de ces différentes histoires fait bien ressortir le dispositif générique qui veut qu'Usagi effectue un pèlerinage du guerrier qui l'emmène de village en village, et donc d'aventure en aventure. Néanmoins Stan Sakai se renouvelle à chaque histoire avec des personnages secondaires, et des intrigues qui ne se ressemblent pas. Si son caractère reste un peu générique, le lecteur constate qu'il est sensible à l'aspect spirituel de l'existence, qu'il n'est pas bagarreur pour le plaisir de se battre, qu'il n'est pas au-dessus de chercher à se venger, qu'il peut tomber amoureux, et qu'il exècre l'injustice, ou encore la tyrannie de la loi du plus fort. Du fait de sa compétence principale (le maniement du sabre, c'est-à-dire tuer), Usagi Yojimbo échappe à la caricature du personnage mignon et gentil.

    Outre la qualité de la reconstitution historique, la lecture de ces épisodes procure le plaisir de se promener dans des lieux d'une autre époque. Il y a bien sûr ces cheminements en forêts, ces petits villages rustiques à faible population, les routes en terre, les grandes étendues herbeuses. Comme le montre la première image, Usagi Yojimbo progresse en devant supporter l'inconfort de la pluie (il n'est pas sec à la page suivante). Si l'artiste ne le montre pas allant aux toilettes, il le dessine en train de se restaurer, ou en train de se reposer. Lorsqu'Usagi séjourne dans une ville, le lecteur peut admirer les différents motifs des vêtements, à l'opposé d'un dessinateur qui représenterait tout de manière standardisée.

    Au détour d'une situation, le lecteur peut prendre conscience que l'auteur n'utilise pas cette époque comme un simple artifice décoratif, ou un raccourci narratif. Par exemple lorsqu'un parent indique à un enfant qu'il faudra aller quérir un médecin, Stan Sakai rappelle qu'à l'époque se faire soigner tenait de l'aventure, à la fois parce que les médecins étaient rares et éloignés, mais aussi parce qu'il n'y avait pas d'ambulance. Cet exemple montre également que Stan Sakai prend soin d'établir que les actions des uns et des autres ont des conséquences qui ne disparaissent pas une fois la page tournée.

    Pourquoi ce tome de cette série plutôt qu'un autre ? Il n'y a que le premier pas qui coûte. Alors qu'il s'agit d'une série au long court (> 200 épisodes en 2015), chaque tome peut se lire indépendamment, sans rien perdre à l'intrigue. Dans ce tome, Stan Sakai fait ce qu'il sait faire, et le fait bien. Il invite ses lecteurs (quel que soit leur âge) à suivre Miyamoto Usagi (un lapin anthropomorphe) qui croise la route d'un joueur de flûte, de ninjas pas commodes, d'une belle princesse, d'esclavagistes, au Japon, au dix-septième siècle. L'auteur trouve un équilibre délicat entre aventures, combats au sabre, reconstitution historique et moments plus intimes.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par balto-at77, Aujourd'hui

    Calcutta de Shumona Sinha

    Les livres sont des glaciers où nos rêves insensés se trouvent piégés et fossilisés. Et nous rodons autour.

  • Par fanfanouche24, Aujourd'hui

    Un homme regarde une femme de Paul Fournel

    Séparés, je te regarde.

    (...)lorsque tu t'éloignes, c'est comme si je changeais de continent. Je subis un décalage horaire. A peine rentré du bureau, je joue le rôle de l'homme seul, celui qui enfile des pantoufles et un vieux pyjama. Celui qui, à dix-neuf heures trente, met à chauffer une crêpe surgelée dans sa poêle Téfal, qui vide un fond de bouteille de bordeaux et croque une pomme canada. La maison est tellement silencieuse que la pomme craque dans ma tête. (p.40)
    > lire la suite

  • Par fanfanouche24, Aujourd'hui

    Un homme regarde une femme de Paul Fournel

    Un bout de chemin

    Là, j'ai senti que tu me prenais vraiment pour amant. tu me serrais fort contre ton ventre, tu te moquais d'être aimée, mais tu voulais que cela dure longtemps; Tu voulais entre nous quelque chose d'interminable comme une histoire d'avant les romans qui finissent, quelque chose qui rebondisse dans l'oasis, me disais-tu, et qui aille se perdre dans le sable. (...)
    Tu aimais les histoires d'amour, tu m'aimais et ton sentiment était neuf. (p.42)
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio