> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Amy Harmon
    Amy Harmon
    Le blog : http://ellielivre.blogspot.fr La chaîne de Lili :..
  • Stéphanie S. Sanders
    Stéphanie S. Sanders
    Voici ma PAL pour l'édition 2015 du BOOKTUBE-A-THON qui se déroule du 3 au 9 août 2015 ! Pour plus..
  • Richard Harris
    Richard Harris
    Hello tout le monde !! Je vous propose aujourd'hui ce tag consacré à notre grand ami : Harry..

Jouez autour du thème des vacances
Découvrez notre dossier sur Emile Zola
Derniers jours pour participer au défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Un adolescent nain, Redwin, de l'ordre de la Forge, malmené régulièrement par un sale gosse Rom, veut de...


On a demandé à Marion Montaigne, auteure des célèbres aventures du Professeur Moustache, son avis dessiné sur l...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par EFourn, Aujourd'hui

    La Question : Suivi de La torture au coeur de la République de Henri Alleg

    Je m’interroge . . . Comment peut-on glorifier Jean Moulin et décliner à l’infini les horreurs de la seconde guerre.
    Et tabouiser celles de la guerre d’Algérie ?

    En tout cas je salue le courage d’Henri Alleg qui a su souffrir pour ces convictions !

    • Livres 4.00/5
    Par Loryane, Aujourd'hui

    Trois secrets entre nous de Monica Murphy

    C'est une suite satisfaisante et plutôt plaisante, mais elle ne vaux certainement pas les deux premiers tomes de la saga. Déjà ce n'est plus Drew et Fable qui sont les personnages principaux, cette fois c'est Jennifer et Colin ; toutefois Fable est présente dans l'histoire en tant que protagoniste secondaire. Ce roman a du charme, pour sa part de sensualité mais en dehors de ça les émotions profondes manque de développement ; hors bien évidemment l'attirance et le désir, prennent une grande partie du récit.

    Jen Cade est une jeune femme au lourd passé. Après la mort prématurée de son frère, elle s'enfuit de chez ses parents pour vivre loin de la douleur des siens et connaître enfin la liberté. Mais tout ne se passe pas comme prévue et elle rencontre des difficultés dans sa vie, puisqu'elle n'a personne pour l'aider. Mais le chevalier blanc vient la sauver de son triste sort. Et là elle retrouve un semblant d'existence, son ami de toujours l'embauche dans son restaurant-bar et l'héberge chez lui. Mais cette fille n'approuve pas autant cela, elle pense que c'est juste de la charité. Elle souhaite faire ses bagages et repartir en conquête de ce qu'elle a toujours voulu : l'indépendance. En dehors de ça, elle est amoureuse de son patron qui était aussi le meilleur ami de son frère. C'est une héroïne très forte pour garder ses secrets, en tout cas je l'admire pour ce qu'elle a enduré. Je me suis plutôt attachée à Jennifer, sauf que l'étincelle n'y est pas ; son personnage n'exprime pas suffisamment ses sentiments, sauf pour Colin. Ce qui donne un aspect incomplet au roman tout comme à cette fille.

    Colin est un homme débordant de culpabilité envers la famille Cade, il se sent responsable de Jen et de son point de vue ; il n'a pas réussi à la protéger. C'est quelqu'un qui garde le contrôle sur pratiquement tout, en particulier sur les sentiments qu'il ressent envers son amie. Toutes les nuits il est hanté par des cauchemars, le mettant dans un état de désespoir ; il finit tremblant avec à ses côtés Jennifer qui le réconforte. Malgré sa peur de se mettre en couple avec elle et de son idée qu'il ne la mérite pas ; il va s'abandonner et se laisser aller petit à petit. Rien que pour ça, il m'a charmé. Cependant il n'est pas un personnage très émouvant, il est plutôt dans la séduction. J'ai été totalement conquise par son autorité et son côté protecteur.

    Leur relation est un peu complexe, spécifiquement dans la communication. Avant tout ce sont des amis, en dépit de leur désir l'un pour l'autre ; la honte de Jen et la culpabilité de Colin les empêche de céder à leur tentation. Mais ils vont trouver un compromis, simplement il ne suffira pas à retenir Jen. Colin réussira-t-il à la garder auprès de lui et a accepter son passé mystérieux ? En tout cas c'est un couple sympathique, même si le début de leur liaison tourne en rond.

    L'intrigue est un peu plate tout de même, par rapport à « Une semaine avec lui » et « Deux mois sans elle ». Tout d'abord c'est soit trop lent, soit trop précipité, il n'y a pas de suspense en plus de ça. C'est un roman New-Adult, donc de la Romance. Et franchement ? Il n'y a aucune originalité. La synopsis est peut-être un peu trop simple et mal explorée, ce qui est fortement embêtant puisque les protagonistes ont énormément de potentiel, ils ne sont pas mis en valeur comme ils se doit ; ce qui est regrettable.

    Pour les émotions, je ne suis pas vraiment convaincue. Elles ne sont ni subtiles, ni enrichies. Par contre ce n'est pas non plus terne, il y a tout de même la passion, la culpabilité et la honte qui sont plutôt bien retranscrites, mais peut-être pas autant que nécessaire.

    Le dénouement me laisse un petit goût amer tout de même, pour le coup je suis déçue par cette fin. C'est tellement plein de déclaration, de « je t'aime », l'absence d'authenticité m'a clairement ennuyé.

    La plume de Monica Murphy me plait, c'est déjà ça ! C'est facile à lire et léger pour l'été. Il y a un bon rythme, en dépit d'un début en longueur. Elle a un don pour écrire deux point de vues différents, ce n'est pas la tâche la plus simple. Ses mots sont naturels et ses phrases très fluides. En revanche, il y a bien trop de scènes érotiques et peu de propos échangés entre les personnages.

    Pour conclure ; je suis mitigée sur certain point de cette œuvre. Mais au-delà du négatif c'est une belle histoire, en dépit des détails émotionnels peu abondants. Jennifer et Colin sont intéressants, j'ai bien aimé leur personnalité respective même si elles ne sont pas extraordinaires. Au fond, malgré un suspense inexistants et une intrigue banale ; c'est une lecture plaisante avec laquelle j'ai passé un bon moment.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par EFourn, Aujourd'hui

    Poussières d'étoiles de Hubert Reeves

    Poussières d’étoiles . . . Je suis de la poussière d’étoiles . . . Il y a dans cette idée quelques chose d’impalpable, de définitivement hors de portée. L’espace et le temps infini, l’insignifiance, la fugacité.
    Ce n’est pas un livre qui traite de cosmologie, . . . factuellement . . . oui, évidemment.
    Mais la vraie question est : y a-t-il une volonté ?
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Les Quatre éléments (1937-1955) de Luc Estang

    ICARE

    II


    Métal ailé l'avion vole
    au vent lumineux, les éclairs
    de soleil aux flancs, l'auréole
    de lune à hélice ; mais l'air
    qu'il chante est-ce l'hymne d'Icare ?

    Plus que la flûte d'alouette le matin,
    ou le fifre le soir, que rien ne contrecarre,
    de l'aigle, dans l'espace aux bords déjà éteints
    les orgues de plein sang jaillirent en fanfares
    verticales quand l'homme fait oiseau monta.
    Flèche vivante il fut son propre sagittaire
    libre, et perçant le ciel de tout un poids de terre.

    Comment savoir si l'altitude le dompta
    et s'il fondit d'une chaleur autre qu'humaine,
    ou si vainqueur des hauts plateaux il perdit pied
    dans le gouffre où leur courbe aux confins les entraîne ?

    Le gouffre où les dédales du sol nous ramènent :
    qui dira si la chute est un crime expié ?
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Arentelles de Maurice Fombeure

    CRÉPUSCULES ANCIENS


    LES jours — les anguilles sous roche —
    Où la tête est comme une cloche,
    Où l'on voit charger des aurochs
    Dans les forêts d'aristoloches.

    Des chevaux à carapaçon
    Galopent au fond des chansons
    Le cœur des belles se décroche
    Au bruit des pistolets d'arçon.

    Hennissez, bondissantes eaux
    Où se dandinent les galères,
    Cavalerie meuglante étale
    Sur nos rives occidentales.

    Toute ville fantomale
    Carguée dans le grand vent du soir
    Subit les astres les rafales.
    Au cœur, les lampes de l'espoir

    En attendant l'aube écarlate
    Et la bise aigüe du matin.

    p.32-33
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    LA VOCATION DES MOTS de Michel Seuphor

    II/PENSIFS

    berceuse et fugue


    1.
    un jour est noir un jour est blanc
    allons-nous en
    un jour est noir un jour est blanc
    laissons tout là
    un jour est noir un jour est blanc
    c'est sans remède
    un jour est noir un jour est blanc
    et mal conçu

    ah ! que la vie

    pourtant demain tu seras là soleil
    peut-être
    demain tu seras là chaleur

    ah ! que la vie

    pourtant demain nous allons faire
    quand même
    quelque chose

    demain nous allons tout faire et tout
    refaire
    mieux

    JE NE VEUX PAS ATTENDRE
    JE NE VEUX PAS ATTENDRE
    JE NE VEUX PAS ATTENDRE

    p.45

    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio