> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Hervé Suhubiette
    Hervé Suhubiette
    Hervé Suhubiette chante Pas vu pas pris (textes de Bernard Friot) Acheter le livre-disque :..
  • Akira Yoshimura
    Akira Yoshimura
    BooKalicious Versus : Akira Yoshimura Premier débat / versus de BooKalicious. Tara Lennart & M...
  • Bernard-Henri Lévy
    Bernard-Henri Lévy
    Bernard-Henri Lévy "L'engagement d'un philosophe, aux prises avec le réel" .Bernard-Henri Lévy..

Lecteurs numérique, tentez de remporter un titre Chemin vert
Rejoignez notre club de lecture !
Challenge : La Première Guerre mondiale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Camille  Camille Emmanuelle

    Comment s`est opérée la sélection des lieux conseillés dans le livre ? Quels types de lieux avez-vous voulu mettre en avant ?

    J`ai sélectionné une soixantaine de lieux ou d`expériences. J`ai privilégié la diversité des lieux (cela va de la créatrice de lingerie, à la boutique de sex toys, jusqu`au club BDSM). L`idée était de montrer comment Paris peut être une capitale érotique, si on s`amuse à la voir ainsi. Proust a écrit « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » Dans ce livre, j`ai tenté d`apporter un regard érotique et léger sur la capitale.



    Y a-t-il au contraire des lieux que vous avez voulu garder pour vous ? Des adresses que vous avez voulu écarter ?

    Il y a, à Paris, beaucoup de clubs libertins, mais je ne voulais pas faire un « guide libertin », donc je n`en ai sélectionné que six. Par ailleurs, il y a des lieux gays, où en tant que femme, je n`étais la bienvenue. Mais j`ai trouvé une solution : j`ai missionné un ami journaliste !



    Qu`est-ce qui vous a le plus surpris à propos du Paris coquin au cours de vos pérégrinations nocturnes ?

    Dans les « guides roses » de l`entre deux-guerres, ou dans les revues...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Problème de poids, manque de confiance en soi, timidité, peur d’être ridicule, absence d’es...


Face à la colère des villageois, et alors qu'Aaricia semble croire que Thorgal est bel et bi...


Il est L'oracle. Au travers de 5 tomes il voyage en Grèce antique et conte les vengeances de 5 mortels contre les...


Certains livres peuvent changer une vie... Camélia est assise sur un banc public. À côté d’elle, un livre...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par BVIALLET, Aujourd'hui

    Il faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieussecq

    A Los Angeles, Solange, jeune actrice française cantonnée dans les seconds rôles et les utilités pour le cinéma hollywoodien, rencontre Kouhouesso, un bel acteur d'origine camerounaise, qui débute dans la mise en scène et voudrait tourner son premier film au Congo. C'est vite le coup de foudre entre cette blanche et ce noir. Solange ne vit plus que dans l'attente du retour de Kouhouesso lequel semble un peu moins emballé que sa nouvelle partenaire tout occupé qu'il est par la préparation de son film. Il lui propose néanmoins un petit rôle aux côtés de George (Clooney ?) et de Vincent Cassel. Sur quoi débouchera leur relation ?
    Roman sentimental à fort potentiel introspectif, « Il faut beaucoup aimer les hommes » présente surtout l'intérêt de dépeindre à petites touches, de façon impressionniste et aléatoire, les moeurs du petit milieu du cinéma américain, un monde un peu (beaucoup) frelaté, faisandé, hypocrite et snob avec ses fêtes, ses excès (sex, drugs & rock n' roll) et ses paillettes. Trompe l'oeil, miroir aux alouettes et convivialité artificielle avec de cruelles déceptions à l'arrivée. Solange et Kouhouesso donnent l'image d'un couple « beau, riche et heureux », mais est-ce bien la réalité ? Qu'y a-t-il derrière tout ce glamour ? La présentation de la quatrième de couverture donne dans le minimalisme : « Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. L'homme est noir, la femme est blanche. Et alors ? » Elle se veut provocatrice et choquante. L'éditeur a dû se tromper de siècle. En 2014, un thème comme celui-là est d'une parfaite banalité. Il suffit de mettre le nez dehors pour s'en convaincre. Nous ne sommes plus dans les années 60 de l'autre siècle quand un certain Guy des Cars décrivait les amours d'un noir et d'une blanche et choquait le bourgeois bien pensant. Alors qu'est-ce qui distingue vraiment ce livre ? Sans doute le style particulier de l'auteure. Il sort de l'ordinaire par la magie d'une suite de maladresses voulues, de répétitions, de lourdeurs et de redondances assumées. L'ennui c'est que l'intrigue et les personnages laissent relativement indifférents. Plus intéressantes sont les difficultés que rencontre le héros pour réaliser son film. Sans doute faut-il être très fleur bleue et très sensible à la psycho style « Biba » ou « Cosmopolitan » pour crier au chef d'oeuvre. Pourtant ce livre a déjà obtenu le Prix Médicis.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par BVIALLET, Aujourd'hui

    La grâce des brigands de Véronique Ovaldé

    Au début des années 70, Maria Cristina Väätonen a quitté Lapérouse, une bourgade perdue du grand nord canadien pour venir s'installer en Californie à Santa Monica. Elle a laissé derrière elle une mère dérangée, un père alcoolique et une soeur jalouse et handicapée suite à un accident. Elle s'est installée en colocation avec Joanne, une jeune hippie qui est enceinte. Maria Cristina rêve de devenir écrivain. Pour subvenir à ses besoins, elle accepte un poste de secrétaire auprès de Rafael Claramunt, un auteur célèbre en lice pour le prix Nobel de littérature. Sera-t-il le Pygmalion ou le mauvais génie de la jeune fille ?
    « La grâce des brigands » est un roman sentimental dans lequel, comme souvent chez Véronique Ovaldé, les femmes ont le beau rôle, même si elles ont des vies difficiles et se retrouvent souvent dans des situations dramatiques. Maria Cristina est un joli personnage plein de traumatismes et de contradictions auquel on s'attache facilement et qui, à elle seule, maintient l'intérêt pour cette histoire douce-amère. On n'en dira pas autant de Claramunt, le vieux jouisseur qui, après avoir collectionné les conquêtes, se prend d'affection pour cette très jeune fille dont la pureté réanime une sexualité chancelante. Il n'écrit plus depuis longtemps et envisage même un instant de s'approprier le travail de Maria Cristina. Le style de l'auteure est agréable même si celle-ci se permet certaines privautés avec les règles de ponctuation. (Quel besoin de se servir de la virgule en lieu et place des deux points/ guillemets ?) Bien que ce roman reste quelques crans en dessous de « Ce que je sais de Véra Candida », il n'en demeure pas moins de belle qualité et d'un intérêt certain à la condition de se montrer indulgent sur la faiblesse de personnages masculins plutôt caricaturaux.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par BVIALLET, Aujourd'hui

    Aux frontières de la soif de Kettly Mars

    A Haïti, un an après la catastrophe du grand tremblement de terre de 2010, Fito, auteur d'un unique mais très rémunérateur best-seller, se laisse conduire par un maquereau auprès de Mirline, une petite fille que sa mère prostitue sous une tente du camp de réfugiés de Canaan. Dans cet endroit désolé, les gens sont si pauvres et si démunis que tous les moyens sont bons pour parvenir à survivre. Le lendemain, Fito va accueillir à l'aéroport Tatsumi, une journaliste japonaise avec qui il a longuement correspondu via Internet.
    « Aux frontières de la soif » est un court roman (160 pages) qui se situe entre le sentimental et le social. Les conséquences du malheur qui a frappé Haïti ne sont envisagées que sous un angle particulier, celui du sexe autant dire par le petit bout de la lorgnette. Les mères poussent leurs petites filles à coucher avec des hommes riches qui viennent ainsi raviver une sexualité souvent défaillante et assouvir leurs pires fantasmes. Plus les gamines sont jeunes, mieux c'est. Et si elles sont vierges, elles n'en ont que plus de valeur. Kettly Mars a choisi un ton distancié et parfaitement neutre pour raconter les « exploits » de Fito qui n'en demeure pas moins un vieux pédophile pervers pour lequel il est difficile voire impossible d'éprouver la moindre empathie. Pire, Tatsumi, personnage sans épaisseur et réduite à sa seule dimension d'androgyne érotique, laisse également indifférent. Et pour ne rien arranger, une intrigue qui tiendrait sur la surface d'un timbre poste. Un style assez agréable, bien entrelardé de phrases et d'expressions créoles (heureusement traduites), mais sans originalité particulière. Heureusement, qu'on ne perd pas trop de temps avec ce livre qui sera donc vite lu et vite... oublié.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Witchblade, Aujourd'hui

    La Fille aux Licornes, tome 2 : La poursuite de Lenia Major

    Jorgan parcourut la foule du regard.
    - Le roi ne vous accompagne pas ?
    Asdile eut un rire grinçant.
    - Il n'y a pas de roi. Vous devrez traiter avec moi et les miens. Cela vous pose-t-il un problème, roi Jorgan ?
    - Ma foi... non, répondit-il après une courte hésitation. Suivez-moi dans ma tente, nous y serons plus à l'aise pour discuter.
    - Pourquoi ne pas débattre en public ? Faire tous connaissance ? Avez-vous des choses à cacher ? Il semble que nos sociétés diffèrent dans leur fonctionnement.
    - C'est possible, reine Asdile.
    > lire la suite

  • Par sandraboop, Aujourd'hui

    La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

    Pensez à cette devise à chaque fois que vous êtes face à un choix difficile. Qui ose, gagne.

  • Par JOSMINE, Aujourd'hui

    Une vie à coucher dehors de Sylvain Tesson

    Lorsqu'un homme travaille d'arrache-pied, il connaît la fatigue, l'inquiétude et parfois même l'angoisse. Mais il fabrique un bien matériel. Le fruit de son travail s'ajoute à des millions d'autres et leur addition forme une montagne à la disposition des consommateurs.
    - Oui cela s'appelle l'offre et alors ?
    - Alors, les toxines accumulées pendant la production de cette offre peuvent se résorber par le shopping. On achète ce qu'on a fabriqué pour se débarrasser des mauvais effets engendrés par la fabrication. Tu comprends ?
    Acheter est l'antidote à l'angoisse générée par le travail ! Le principe de l'offre et de la demande n'est pas tant une équation économique qu'un maintien de l'équilibre psychosomatique des individus.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

roman   aventure   littérature   récits   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   témoignage   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   psychologie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   italie   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio