> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Mark Perry
    Mark Perry
    Livre / Book SNIFFIN' GLUE - Mark Perry (Omnibus Press) librairie La Petroleuse La..
  • Emmanuel Carrère
    Emmanuel Carrère
    La chronique de Gérard Collard - Le royaume Le royaumeLe royaume de Emmanuel Carrère aux..
  • Olivier Saladin
    Olivier Saladin
    La voiture de Groucho, une histoire racontée par Olivier Saladin La Voiture de Groucho aux..

Nouvelle compétition de quiz : l'érotisme en littérature
Notre entretien avec Carine Fontaine, éditrice jeunesse
Les meilleurs livres de la rentrée littéraire 2014

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Scarling

    .

    Sascha est l`héroïne de votre premier roman, Requiem pour Sascha, tome 1 : Lacrimosa. Un peu rebelle et quelque peu blasée, il faut un certain temps au lecteur pour l`apprécier. Comment la définiriez-vous ?

    Sascha est une fille "paumée". Son histoire personnelle compliquée en a fait une personne peu sûre d`elle qui sait que la moindre faille peut représenter un danger mortel ; alors elle se blinde contre le monde extérieur, fait semblant d`être bien plus assurée que ce qu`elle n`est, ce qui n`est sûrement pas la meilleure façon d`aborder les choses. Elle ne veut pas qu`on puisse percer son armure donc elle se cache derrière ses attitudes rebelles et blasées. C`est une "badass" à la fragilité cachée.


    Ce premier tome raconte une histoire de vengeance mais ne se résume pas à cette intrigue. Que cherche Sascha tout au long de ce roman ? Retrouver ses origines ?

    Comme je le disais, Sascha est paumée. Paumée au point d`ignorer même ce qu`elle cherche. Elle pense vouloir venger les bonnes sœurs et souhaiter mener une vie normale mais les deux sont incompatibles et elle est incapable de choisir. C`est ce déchirement profond qui la fait avancer, pas toujours dans la bonne direction.
    Sans le savoir, ce qu`elle cherche, c`est une sorte de...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias améric...


Une réécriture des contes de fées dans un décor steampunk Il était une fois un couple de fées, le...


Un portrait sensible et fascinant d’un artiste jamais égalé ! Ce diptyque nous entraîne dans l’...


Après un dernier briefing, Rick rassemble ses troupes et va au Sanctuaire. Il annonce ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Shana08, Aujourd'hui

    La déesse des petites victoires de Yannick Grannec

    Qui n'a jamais rêvé de fréquenter l'illustre Albert Einstein ? Le gratin intellectuel de l'université de Princeton ? De découvrir à quoi ressemblaient les soirées et les discussions des génies ? C'est chose possible avec « La déesse des petites victoires » de Yannick Grannec. Comment vivaient les plus grands mathématiciens, physiciens ? Comment se comportaient-ils dans leur intimité ? Vous découvrirez cet aspect plus méconnu de leurs vies en lisant ce titre. Vous pourrez rire des plaisanteries d'Einstein, vous effrayer des lubies de Kurt Gödel. C'est à ce génie moins connu du grand public que ce roman s'intéresse. Proche d'Einstein, marié à une femme dévouée, maniaque et paranoïaque, il a eu un destin éprouvant marqué par son génie et sa folie destructrice.

    « La déesse des petites victoires » retrace la vie houleuse de Kurt Gödel à travers le témoignage émouvant de sa femme Adèle. En 1980, deux ans après le décès du mathématicien, la jeune Anna, mandaté par l'université de Princeton, rend visite à Adèle dans son « mouroir » – la maison de retraite où elle est placée – afin de récupérer les archives du mathématicien. Une amitié étonnante naît de ces rendez-vous réguliers entre Anna, jeune documentaliste réservée, peu sûre d'elle, austère et Adèle, cette grosse dame revêche et amère. Au fil de ces visites une complicité se noue entre les deux femmes, qui ont finalement beaucoup de choses à se dire... A tour de rôle, les chapitres évoquent le passé d'Adèle, sa jeunesse, sa vie avec son époux et sa vieillesse, qui consiste à languir dans une maison de retraite abominable en attendant la mort...

    Ce roman contient des longueurs dérangeantes pour les lecteurs qui ignorent tout du monde des mathématiques. Des conversations interminables et obscures sur la physique, les mathématiques et la philosophie ralentissent le rythme du roman. Bien qu'elles soient indispensables pour comprendre la vie de ces personnages – elles étaient le terreau de leur quotidien – elles pèsent à de nombreuses reprises...
    Mais « La déesse des petites victoires » est bien plus qu'un roman sur le génie Kurt Gödel : c'est un roman sur la vie, la force de l'amour, la fidélité et le dévouement. L'histoire narrée est celle d'Adèle, une modeste danseuse Autrichienne, une femme amoureuse qui sacrifié sa vie pour la mettre au service de son époux, génie prodigieux mais fragile et irresponsable. Épouse, mère, infirmière, cuisinière, présence rassurante et aimante, la petite danseuse inculte et vulgaire a œuvré dans l'ombre toute sa vie pour procurer au génie un foyer sain et stable. Pour qu'il puisse se réaliser en toute quiétude. Jusque dans les dernières années elle n'a vécu que pour lui, supporté son égoïsme, ses névroses, son hypocondrie et ses lubies. Son abnégation n'a eu d'égale que sa persévérance. Elle a été le témoin du délitement progressif de leur amour et du déclin de la santé physique et mentale de l'homme qu'elle aimait. Ce roman magistral est le récit d'un homme qui, dans sa folie, a détruit sa vie et emporté celle sa femme. Le récit d'une femme admirable et passionnée qui s'est vouée corps et âme à son mari : pour le meilleur et pour le pire.

    La passion d'Adèle, obstinée, a traversé l'Histoire et les continents. De Vienne à Princeton, de 1928 à 1980, cette passion a survécu et bravé les intempéries. Ce roman précis, documenté, au style ébouriffant est un monument d'érudition et de tendresse.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par myriampele, Aujourd'hui

    Salam Ouessant de Azouz Begag

    J'ai dévoré ce petit roman avec beaucoup d'appétit. D'abord parce qu'il est vrai, et que le coeur de ce papa débordant d'amour pour ses filles un peu ingrates m'a touchée, ensuite parce que l'atmosphère d'Ouessant est tellement justement décrite et aussi parce que j'aime l'écriture de Azouz Begag et l'honneur qu'il fait à son pays, sans entrer dans la dégoulinante nostalgie. Une belle histoire!
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par legoergosum, Aujourd'hui

    Charlotte de David Foenkinos

    Je ne connaissais pas David Foenkinos, j'ai donc lu "Charlotte" sans a priori. L'histoire de Charlotte, cette artiste qui, visiblement, a fasciné l'auteur, est particulièrement tragique. L'écriture essaie de refléter le destin de cette jeune femme, remarquable artiste qui a eu la mauvaise idée de vivre à la mauvaise époque, celle du nazisme, et qui n'a pu voir reconnaître son talent, aux antipodes des canons prônés par Hitler et ses comparses. De plus, Charlotte a eu une autre mauvaise idée : celle de naître dans une famille juive, qui plus est, marquée par un sombre destin jalonné de suicides. David Foenkinos, dans un roman composé de phrases brèves, au style dépouillé, nous donne à ressentir la détresse de son héroïne, qui n'aura pu ni laisser s'épanouir son art, ni voir ses oeuvres reconnues : un immense gâchis...
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par mireille.lefustec, Aujourd'hui

    La ville rouge de Paolo Roversi

    cette nuit-là,Milan est une amante distraite mais envoûtante. Calme et silencieuse, langoureuse et séduisante. Terriblement vivante. Palpitante, sous le voile fin du léger brouillard qui en salit les contours, avec ses cafés bondés, les gens qui se promènent après le cinéma,.......p.303

  • Par alzaia, Aujourd'hui

    Difficile conquête du calme. suivi de Trois lettres sur la poésie. et de Trois poèmes de Jean-Paul Michel

    D'un livre seul, on peut tout attendre. Il vaut a proportion du pari désespéré qui le porte, des richesses qu'il jette, avec joie, dans son feu, pour qu'il flambe.

    Rien ne l'excuse, puisqu'on y doit tout choisir. Que l'on y doivent répondre de "tout" fait devoir, pousse à devenir meilleur.
    On y lutte avec les Puissances, c'est dire les chances de se perdre. Cela vaut déjà mieux, pourtant, que la plupart des "succès" du monde : méditer un assaut souverain, désintéressé, pur de toute bassesse, étranger à la cautèle ordinaire des intentions, vriament voué au vrai jusqu'à se perdre.
    > lire la suite

  • Par Pixie-Girl, Aujourd'hui

    Blood Of Silence, Tome 1 : Hurricane & Creed de Maryrhage

    Règles des Blood Of Silence       
    1) – L’adhésion est à vie, seules la mort ou l’exclusion peuvent y mettre fin.  2) – Le tatouage du logo du club sur une partie du corps est obligatoire. 
    3) – L’acquisition d’une moto est obligatoire. 
    4) – Chaque membre à une voix, le groupe décide à l’unanimité, mais les présidents tranchent en cas d’égalité. 
    5) – Soyez toujours fidèles et honnêtes avec vos frères. 
    6) – Ne laissez personne vous manquer de respect. 
    7) – Soyez calmes, gardez la tête haute et traduisez toujours vos paroles par des actes. 
    8) – Ne trichez jamais, ne mentez ou ne volez jamais. Ne mouchardez jamais. 
    9) – Ne geignez jamais. Gardez la tête haute. Vous êtes un biker, pas un moins que rien. 
    10) – Ne laissez jamais tomber et n’abandonnez jamais. Quelle que soit la difficulté, un biker ne montre jamais la moindre faiblesse, un biker n’abandonne jamais. 
    11) – Aidez les autres. Les bikers n’abandonnent jamais un frère. 
    12) – Tenez toujours vos promesses. 
    13) – Ne faites jamais confiance à personne, si cette dernière n’a pas fait ses preuves. 
    14) – La loi du « Silence » est une règle d'or chez les Blood Of Silence. 
    15) – La trahison est passible de la peine de mort. 
    16)……..
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio