> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Jean-Luc Gaspard
    Jean-Luc Gaspard
    LA SOUFFRANCE DE L'ÊTRE : Formes modernes et traitements Sous la direction de Jean-Luc..
  • Lisa Carver
    Lisa Carver
    LADYLAND, anthologie de littérature féminine américaine LADYLAND est une anthologie de..
  • Frédéric Mur
    Frédéric Mur
    Frédéric Mur alias FedM en action... .

Le 24 avril, recevez un livre en l'échange d'une critique !
Gagnez peut-être une Babelio Box !
Challenge : La Première Guerre mondiale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Camille  Camille Emmanuelle

    Comment s`est opérée la sélection des lieux conseillés dans le livre ? Quels types de lieux avez-vous voulu mettre en avant ?

    J`ai sélectionné une soixantaine de lieux ou d`expériences. J`ai privilégié la diversité des lieux (cela va de la créatrice de lingerie, à la boutique de sex toys, jusqu`au club BDSM). L`idée était de montrer comment Paris peut être une capitale érotique, si on s`amuse à la voir ainsi. Proust a écrit « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » Dans ce livre, j`ai tenté d`apporter un regard érotique et léger sur la capitale.



    Y a-t-il au contraire des lieux que vous avez voulu garder pour vous ? Des adresses que vous avez voulu écarter ?

    Il y a, à Paris, beaucoup de clubs libertins, mais je ne voulais pas faire un « guide libertin », donc je n`en ai sélectionné que six. Par ailleurs, il y a des lieux gays, où en tant que femme, je n`étais la bienvenue. Mais j`ai trouvé une solution : j`ai missionné un ami journaliste !



    Qu`est-ce qui vous a le plus surpris à propos du Paris coquin au cours de vos pérégrinations nocturnes ?

    Dans les « guides roses » de l`entre deux-guerres, ou dans les revues...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Face à la colère des villageois, et alors qu'Aaricia semble croire que Thorgal est bel et bi...


"C'est ainsi qu'a commencé cette semaine extravagante. Extravagante à l'échelle d'une vie où il ne s'était finalement rie...


Il est L'oracle. Au travers de 5 tomes il voyage en Grèce antique et conte les vengeances de 5 mortels contre les...


Picasso est le quatrième et dernier tome de Pablo, la série que Julie Birmant et Clément Oubrerie consacrent au ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Gustave, Aujourd'hui

    Les Croisades vues par les arabes de Amin Maalouf

    Une très belle synthèse, accessible pour un public peu familier de l'Histoire, qui évite l'aridité de certains ouvrages universitaires. Le souci de la documentation est également très présente, avec de nombreux extraits issus des sources d'époque.

    L'on est frappé de constater, lorsque l'on referme le livre, à quel point certains rapports de force constitués lors des croisades semblement maintenant encore structurer l'image qu'ont de l'Occident les pays arabes ou musulmans. Maalouf lui même en apporte la preuve lorsqu'il cite l'exemple de bataillons du Hamas nommés Saladin ou encore Hattin, d'après le nom d'une victoire remportée par le premier.

    On ne peut que louer par ailleurs la nuance dans les propos tenus par l'auteur, qui ne se prive pas de présenter les deux camps en présence dans ce qu'ils ont chacun de peu reluisant: à la cruauté parfois insoutenable des envahisseurs croisés (voir le chapitre sur le cannibalisme pratiqué lors de la première croisade à Maara...) répond la désorganisation, voire la lâcheté et la collaboration avec les occupants de la part de bon nombre de souverains locaux musulmans, expliquant que l'expulsion des Croisés ait pris autant de temps. La bêtise reste toujours la valeur la plus équitablement partagée.

    Pour le plaisir de la lecture autant que pour avoir certains éléments d'explication de l'image qu'ont les pays arabes de l'Occident, ce livre est à lire.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par denisarnoud, Aujourd'hui

    La nuit grecque de Pierre Vens

    Vincent, la quarantaine vit une période difficile professionnellement, les banquiers, les actionnaires ne lui font plus confiance pour gérer son entreprise. La société est au bord de la faillite, il faut trouver de l'argent pour honorer les salaires des employés et payer les fournisseurs. Vincent est constamment sous pression, son téléphone ne cesse de sonner, il passe son temps au travail à essayer de trouver une solution pour sauver son entreprise.


    A la maison, la situation n'est guère plus enviable, son mariage aussi est au bord de la faillite. Miné par ses soucis professionnels, il n'a plus le temps de s'occuper de sa femme et de son fils, il vit avec eux mais sans les voir. La vie du foyer repose sur les seules épaules de son épouse.


    Afin de recouvrer une créance qui pourra au moins servir à payer les salaires de ses employés, Vincent se rend en Grèce. Epuisé par le stress, il s'accorde une soirée de répit : La vodka a succédé au vin blanc et Vincent boit trop. Rester au bar, assumer la solitude , perdre le contrôle. Voilà, c'est ce que veut Vincent, cesser de maîtriser, d'anticiper, de prévoir." C'est dans ce bar, dans les vapeurs de l'alcool que Vincent va tomber sous le charme d'un sourire, celui de Théo avec qui il va passer la nuit.


    Une relation ambiguë, entre plaisir et douleur, entre enfer et paradis va se nouer entre les deux hommes. Vincent l'homme responsable, chef d'entreprise, et le jeune homme passionné de mode, oisif et capricieux. Une relation dont il ne peut plus se passer. "Il est persuadé que, sans cette frénésie du corps, sans cette relation qui ne se conçoit qu'au moment précis où il l'expérimente, qui ne s'inscrit dans aucun passé et qu'il n'arrive pas à conjuguer avec sa vie de couple ni avec son rôle de père, il n'arriverait pas à affronter le réel." Dans le même temps les actionnaires réussissent à faire démissionner Vincent. Après la perte de son emploi, il finit par révéler son homosexualité à sa femme. Ses relations avec Théo, se détériorent et ils finissent par se séparer. Vincent a tout perdu.


    Sept ans plus tard, Vincent a repris sa vie en main, il a retrouvé du travail et vit bien sa nouvelle sexualité. Il découvre que son ancien amant a légué à son fils une maison dans une Ïle grecque. Il s'y rend pour comprendre le pourquoi de ce legs. Il découvre que son ancien amant a disparu et qu'il était malade. Il va découvrir alors que Théo était bien plus complexe qu'il ne le pensait.


    La nuit grecque, nous montre le cataclysme que peut représenter dans une vie la découverte par un homme d'une identité qu'il ne se connaissait pas. Pierre Vens nous décrit avec poésie, franchise et parfois crudité la naissance d'une passion, la destruction qu'elle engendre, une sorte d'apocalypse dans son sens originel de révélation. La nuit grecque étant cette période d'obscurité, de doute et de violence avant la renaissance que représente une nouvelle journée. Un premier roman très réussi.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Gustave, Aujourd'hui

    Fouché de Stefan Zweig

    Il s'agit du premier Zweig que j'ai lu: si depuis je n'en ai pas lu d'autres, ce n'est pas par désaffection, mais par simple arbitrage avec d'autres lectures...En attendant d'y revenir, certainement dans pas très longtemps.

    Bien que cela fasse plus de deux ans que je l'aie lue, la vivacité, l'efficacité du récit et l'impression de réalité presque vécue que m'ont imprimé cette biographie demeurent à ce jour intactes.

    Stefan Zweig fait preuve d'une efficacité redoutable dans le récit de la vie de celui qui fut successivement professeur chez les Oratoriens, Conventionnel girondin avant de passer chez les Montagnards les plus extrémistes parmi les extrémistes (Lyon, où je fais mes études, s'en souvient encore maintenant), puis, après une période de misère Ministre de la Police du Directoire, de Napoléon 1er et de Louis XVIII...Avant que son passé de Conventionnel régicide ne le rattrappe.

    Zweig possède en effet l'art d'alterner savamment entre recul critique à l'égard du personnage Fouché, lorsqu'il en élucide les ressorts et une capacité à nous faire quasiment vivre la vie de Fouché lui même, en particulier dans ses instants les plus critiques: le chapitre consacré à sa confrontation à mort avec Robespierre est à cet égard d'une tension parfois à la limite du soutenable, quand on songe à la lame de la guillotine si près de la nuque de celui qui venait de commettre un bain de sang à Lyon: et l'on se surprend alors à éprouver de l'empathie pour cet individu sanguinaire, à plus forte raison lorsque l'on apprend qu'il vient de perdre sa fille encore au berceau.

    Il est également passé maître dans la capacité à tirer des évènements historiques particuliers, des comportements individuels des lois générales qui valent de manière universelle. Il n'est qu'à songer à la manière dont il fait de la lâcheté le moteur de la plupart des désastres historiques ayant causé les bains de sang, que ce soit la Terreur, la Première guerre mondiale et la Révolution russe.

    L'écriture est par ailleurs d'une grande élégance. Je me souviens encore de certaines citations, à la fois finement ciselées et terribles par ce qu'elles expriment de vérité sur Fouché ou tout autre personnage historique: "le manteau ducal ne suffira pas à effacer les traces de sang sur ses mains", à propos des mitraillades de Lyon, ou encore lorsqu'il relate la manière dont Bonaparte encore consul se défait (pour pas longtemps d'ailleurs) de son ministre, en lui octroyant une retraite particulièrement généreuse: "à défaut de les lier (ses mains), on les charge d'or"

    Le talent de pédagogue dont fait preuve par ailleurs Zweig fait que le livre est facile d'accès pourvu qu'on dispose de connaissances élémentaires en histoire. C'est certainement lié au fait qu'écrivant à l'origine à un public de langue allemande, il devait leur faire comprendre les tenants et aboutissants de l'Histoire de France que celui-ci ne connaissait peut-être pas forcément.

    A mon sens, il suffit de de connaître les fondamentaux absolus suivants: savoir que la Révolution commence en 1789 et qu'on y a coupé la tête à Louis XVI, que Napoléon a pris le pouvoir en 1799 avant de devenir empereur en 1804, qu'il a quasiment dominé l'Europe avant de perdre définitivement à Waterloo en 1815 et que la monarchie est rétablie par Louis XVIII.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Shan_Ze, Aujourd'hui

    Le Dernier sacrifice, tome 3 de John Marsden

    Je ne sais pas pourquoi il m’arrivait parfois de parler comme un héros de cinéma. Ce doit être la pression. Je ne me sens jamais, mais vraiment jamais, héroïque.

  • Par marina53, Aujourd'hui

    Le retour à la terre, Tome 3 : Le Vaste Monde de Jean-Yves Ferri

    - Tu as besoin de changer d'air... Pourquoi tu n'irais pas en ville deux ou trois jours? Tu sais, dans le festival BD qui te réclame tout le temps.
    - Que je te laisse et que je parte pour Château-Moignon alors que tu es enceinte?
    - Dans le magasine, ils disent que tu pourrais avoir un prix..
    - Que je t'abandonne en pleine grossesse dans cette campagne isolée?! Mais tu es devenue folle?!
    - Et puis mes parents arrivent après-demain.
    - Dans quel magasine tu dis?
    > lire la suite

  • Par Ptitelfe, Aujourd'hui

    Blood Song, tome 1 : La voix du sang de Anthony Ryan

    Dans la demeure de son père, il arrivait que les domestiques utilisent cette expression, la plupart du temps à mi-voix quand ils pensaient que personne ne pouvait les entendre. C'était elle qu'on invoquait quand arrivait ce qui ne devait pas arriver : des enfants nés avec le visage anémié, décoloré par la sanguine, des chiennes accouchant dune portée de chats ou des navires retrouves à la dérive, sans équipage. La Ténèbre.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

roman   aventure   littérature   récits   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   témoignage   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   psychologie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   italie   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio