AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Nouvelles régions et écrivains

26 juillet 2016

quiz

Dans quelle région actuelle, sont nés ces auteurs ? Une petite révision des nouvelles dénominations des régions françaises, tout en littérature.

Prix du roman FNAC

19 juillet 2016

liste

La Fnac célèbre cette année la 15e édition de son Prix du Roman Fnac. Premier temps fort de la rentrée littéraire, il constituera le coup d’envoi du premier Forum Fnac Livres. Découvrez les 30 romans finalistes en lice pour la remise du prix.

Apprenez-en plus sur Romain Gary

07 juillet 2016

Dossier auteur

Écrivain, aviateur et diplomate aux multiples origines, Romain Gary est l’auteur d’une oeuvre éclectique, résultat d’une histoire personnelle riche en mystères et d’un état d’esprit révolté. (Re)découvrez la vie et l'oeuvre de ce célèbre écrivain.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Jouez avec les auteurs

19 juillet 2016

quiz

Vous avez tous entendu ces célèbres phrases ; mais qui sont leur auteur ? hirakimono vous propose un quiz autour de ces phrases qui ont fait la littérature.

Retour sur la rencontre avec Ruta Sepetys

08 juillet 2016

Information

Découvrez l'interview vidéo de Ruta Sepetys réalisée lors de sa rencontre avec les lecteurs Babelio dans les salons de Gallimard Jeunesse.

Défi d'écriture de juillet/août : L’été

06 juillet 2016

Défi d'écriture

Si le soleil a du mal à s'imposer dans le ciel en ce moment, nous avons décidé de lui forcer la main. Pour ce faire, nous vous proposons un défi d'écriture sur le thème de : L'ETE. Retrouvez tous les détails dans le forum.

La presse en parle Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Le diable sur les épaules
Tatooa23 juillet 2016
Le diable sur les épaules de Christian Carayon
  • Livres 5.00/5
Pour un premier roman, c'est du lourd. du très lourd. Et dans tous les sens du terme !

Sur fond d'après-guerre de 14/18, dans un village paumé dans les Causses, déjà bien amoché par ses morts à la guerre, les meurtres se succèdent. Camille, la jeune maîtresse d'école, a un ami enquêteur qu'elle appelle à la rescousse, Martial. Lui est amoureux d'elle depuis toujours, et elle le fut de lui, mais, parti à la guerre puis faire des études au loin, celle-ci s'est fiancée à Edouard, lasse de l'attendre.

Voilà à peu près la trame, plutôt simple, de l'histoire. Mais ici, ce n'est pas tant l'histoire, ni l'intrigue policière qui est au centre de ce livre, c'est le village. Son atmosphère, ses habitants. Et c'est là que Christian Carayon fait preuve d'une puissance évocatrice peu commune.

Par ses descriptions, sa capacité à nous dépeindre des personnages vivants, forts, psychologiquement très aboutis, physiquement remarquables, j'ai été totalement immergée dans l'ambiance très glauque de ce roman. La lourdeur des relations humaines dans un petit village, des rancoeurs, les secrets inavouables, les gros et petits "péchés" des uns et des autres, plus ou moins connus de tous mais que l'omerta protège, très franchement, on s'y croirait !

Alors oui, il est vrai que j'ai su assez tôt "qui" était le meurtrier. Mais ce n'est pas cela l'important dans ce livre. L'important c'est la justesse de l'évocation d'ensemble de tous ces gens, précise, sans fard, sans illusions. Personne n'est tout blanc, personne n'est tout noir (à part les Gresse, et surtout la vieille Henriette, rapace et mauvaise, qui contamine toute sa famille, forcément), tout est dans les nuances de gris chez les autres. Tout est dans le dit ou le non-dit, les blessures cachées et les apparences, les clair-obscurs de cette vie de village "autarcique". Cette ambiance m'a rappelé le film "la maison assassinée", si d'aucuns s'en souviennent, car c'est également ce qui m'en a marquée...

Bref, un vrai tour de force, pour un premier roman, c'est tout à fait exceptionnel. L'auteur vient d'en sortir un second, je guette (le poche, lol, puisque mon homme a adoré et qu'il n'a pas de liseuse, lui... (pas encore, on va dire...)).
Je me dois d'ajouter que, si ce livre m'a autant touchée, c'est aussi que je connais un épisode de mon histoire familiale pas très reluisant du même acabit que ce que qui arrive aux deux frères Pujol dans ce livre... qui date à peu près de la même époque et qui concerne ma grand-mère et une sienne nièce (qui en plus porte le nom de famille d'un des personnages du livre). C'est fou comme les orphelins de l'époque servaient d'esclaves à la famille qui leur restait... Une honte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Tristessa
CrazyMan25 juillet 2016
Tristessa de Jack Kerouac
  • Livres 4.00/5
« Ô, Éternité Dorée, comme je le sais, que la mort c'est ce qu'il y a de meilleur mais : « Non, je t'aime, ne meurs pas, ne me laisse pas… Je t'aime trop » ».
Un amour inhalé dans les pas de la brumeuse Tristessa, vestale éthérée. Une passion incomplète entre deux fix de belle Hélène, une adoration mortifère, destructrice, « séduire un ange en enfer, cela vous donne le droit de descendre avec lui encore plus bas, là où c'est pire, ou alors peut-être y aura-t‐il un peu de lumière, un tout petit peu, tout en bas ». Tristessa, vierge mexicaine au halo opiacé, « Madone triste et bleue et mutilée », déesse psychotrope injectée de misère et de douleurs. « Elle a des milliards de raisons de ne pas comprendre, des milliards de raisons qui nagent dans le flot laiteux de ses pensées enfouies dans sa souffrance ».

Goutte à goutte, les sentiments saignent, les mots hésitent, se diluent dans les effluves artificielles, dans la pluie incessante de Mexico. Les regrets jaillissent, piqûres mélancoliques nimbées de poudre blanche. « Je ne veux plus voir cette ville de Mexico où l'on patauge dans la pluie et les flaques, je ne me plains pas, ça m'est égal, tout ce qui m'intéresse c'est de rentrer me coucher, mourir ».« Elle ne s'est jamais affaiblie, la pluie fine qui n'avait brisé aucune sérénité — Je ne lui ai pas dit que je l'aimais mais quand j'ai quitté le Mexique j'ai commencé à penser à elle et j'ai commencé à le lui dire, dans des lettres, je le lui ai presque dit tout à fait, et elle a écrit aussi, de jolies lettres espagnoles, elle disait que j'étais gentil et qu'il fallait vite revenir, s'il te plaît — Je suis revenu en hâte mais c'était trop tard, j'aurais dû revenir au printemps, j'ai failli le faire mais je n'avais pas d'argent, je n'ai fait alors que frôler la frontière mexicaine, juste le temps de sentir l'atmosphère nauséeuse du Mexique — et j'ai continué jusqu'en Californie où j'ai vécu dans une hutte où venaient tous les jours des visiteurs dans le genre jeunes moines bouddhistes et je suis parti vers le Nord jusqu'à la Pointe de la Désolation et j'ai passé un été maussade dans des contrées sauvages, je mangeais seul, je dormais seul — je me disais : « Bientôt je retournerai vers l'étreinte tiède de Tristessa » — mais j'ai trop attendu ».

Entre poésie et sentiments rapiécés, Tristessa nous invite dans une relation impossible entre Kerouac et la prostituée Esperanza Villanueva. Dans un Mexique miséreux, souffreteux, les êtres erratiques survivent dans la religion ou le réconfort d'une cuillère chauffée à la bougie. « On tourne dans la ruelle puante où se trouve la pauvre maison de Tristessa, un bâtiment sans étage — On passe sous des robinets qui fuient, entre des seaux et des petits garçons en baissant la tête sous le linge qui sèche, on arrive devant une porte en fer ouverte, on entre dans la cuisine où la pluie traverse les planches du toit — ça dégouline dans un coin sur un tas de caca de poule — Miracle, voilà le petit chat rose qui pisse sur des piles de gombo et de grain — La chambre est entièrement dévastée, comme si des fous étaient passés par là, des journaux déchirés par les poulets qui ont picoré du riz et des bouts de sandwiches traînent sur le plancher ». Un roman fort, confus comme un désir inassouvi, comme un shoot interrompu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Calling Cthulhu - In Tenebris
Domi_V26 juillet 2016
Calling Cthulhu - In Tenebris de Romain Billot
  • Livres 4.00/5
Il y a beaucoup d'auteurs -souvent américains- connus qui composent dans le genre fantastique-horreur... Or, il existe autant d'écrivains francophones qui ne demandent qu'à sortir de l'ombre afin d'être reconnus : Frédéric Livyns, Jean-Pierre Favard, Gaëlle Dupille, Sylvain Johnson et ... Romain Billot.

Après avoir lu une première (très courte) nouvelle de ce dernier ("Kidnapping") qui m'avait peu emballée, j'étais par contre immédiatement absorbée par "In Ténébris", avec ce délicieux frisson courant le long de l'échine jusqu'au final horrifique. (Mais à éviter par chaque lecteur ayant tendance à vomir bile et âme en lisant des descriptions gore).

Le style d'écriture de Romain Billot n'est peut-être pas exceptionnel, mais possède ce naturel et cette fluidité qui permettent de visualiser rapidement l'histoire qu'il conte.
Et si le thématique du récit (une étudiante ayant subi un acte affreux a fui son Québec natal pour trouver un destin non moins horrible en France), n'est pas non plus innovateur, l'auteur sait, sans conteste, capter son public-avide-de-frémissements en insufflant du regain (sexualité née d'amour, mais aussi de la perversité) dans cette ode à une créature désormais mythique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228
Quiz à l'affiche Voir plus

le monde de la guerre des clans tome1

5 questions
1 participants

Prénom d'auteurs en trois lettres

10 questions
25 participants

Ça décoiffe

10 questions
34 participants

Simenon ? oui et non (1)

20 questions
17 participants

Littérature ou confiture ?

8 questions
31 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Nastasia-B24 juillet 2016
Vie de Joseph Roulin de Pierre Michon
Roulin […] compta tout cet argent proposé. Il avait un jardinet, les enfants étaient grands ; pour les gnôles, la cuite est vite atteinte à un prix fixe, le salaire y suffisait. Et que peut-on acheter ? Tout, quand on a appris ; ce n'était pas son cas.
Commenter  J’apprécie          540