> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Marie-Hélène Lafon
    Marie-Hélène Lafon
    Marie-Hélène Lafon - Joseph .Marie-Hélène Lafon - Joseph. Parution le 28 août 2014 aux éditions..
  • Fouad Laroui
    Fouad Laroui
    Fouad Laroui - Les tribulations du dernier Sijilmassi .Fouad Laroui vous présente son ouvrage "Les..
  • Anthony Horowitz
    Anthony Horowitz
    Anthony Horowitz - Moriarty .Anthony Horowitz vous présente son ouvrage "Moriarty". Parution le 3..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Christophe  Christophe Maris

    « Les entrelacs de la mémoire » est votre neuvième journal. Vous avez également écrit des romans. Qu`est-ce-qui vous attire dans ce genre particulier qu`est l`écriture d`un journal ?


    Le travail autour du journal est totalement différent puisque genre littéraire différent. En ma qualité de journaliste, c`est une autre façon d`aborder le quotidien mais aussi la possibilité pour moi de jouer entre le grave et le léger à savoir : quand un événement marquant est d`ordre plutôt lourd, je le traite avec une certaine légèreté, il m`arrive même d`en faire un petit sketch et de jongler avec les mots ; à l`inverse quand je traite d`un sujet dit « léger », je m`applique à le traiter avec gravité. Cela permet la distance et la résistance à la sympathie, à ne pas confondre avec l`empathie.



    Lorsqu`on lit votre journal, on vous imagine écrire au jour le jour, comme une tâche quotidienne parmi d`autres. Est-ce le cas ? Vous imposez-vous d`écrire tous les jours ?


    J`écris effectivement quasiment tous les jours mais ce n`est pas une tâche anodine, presque vide de sens, loin de là. Cela demande une rigueur et une veille permanente autour de l`info ; il en va de même pour les rencontres effectuées (rencontres personnelles, interviews relatées de personnes connues ou pas). Je ne m`impose pas d`écrire tous les jours, je m`y applique avec un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



À quelques jours de leur mariage, Lynette et Bran partent se promener en forêt. Le rendez-vous amoureux tourne rapidement au cauchemar qu...


Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement bien organisées, appelées les Mimics, ont l...


Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’i...


Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par michelardan, Aujourd'hui

    Souvenirs de l'empire de l'atome de Thierry Smolderen

    Cette bd m'avait beaucoup surpris : son graphisme, la compréhension de l'intrigue ... J'ai été à deux doigts de le refermer ...et de ne jamais apprécier le talent de Smolderen et Clérisse : ce sont des personnages secondaires, les sbires de Zelbub qui ont ranimé mon intérêt !... Ou plutôt leur tenue : cette bd n'hésite à "emprunter" quelques éléments à des confrères !...
    Ainsi les hommes de main "volants" du "savant fou" de service proviennent de "les grosses têtes" , le second épisode de la série "Babiole et Zou" créée par le prolifique Greg au début des années 60, contemporain de sa série "Rock Derby" : en combinaisons d'hommes-grenouilles, les casques sont munis d'une double enveloppe que l'on peut gonfler et ainsi "nager" dans les airs, flottant et dérivant à quelques dizaines de mètres maxi d'altitude, selon le vent favorable au-dessus d'enceintes militaires bien gardées, sous la couverture-radar , excellent matos d'espionnage !...
    On évoque beaucoup le cas de Cordwainer Smith ( et ses "seigneurs de l'Instrumentalité " ) .... mais en ignorant que Zarth Arn est un personnage de Edmond Hamilton , apparu dans sa saga space-opera de 1947, " les rois des étoiles" !... Lui aussi est prince-scientifique vivant à 200.000 ans dans le futur, et avec une "résidence secondaire" sur Terre, devenue une petite "sous-préfecture" dans un empire qui s'étend à toute la galaxie !... Lui aussi communique à travers le Temps avec un de nos contemporains,( comme Paul ) , mais simple employé commercial, pas technicien au Pentagone !... Par contre, Paul utilise son bagage scientifique pour soutirer des schémas technologiques à son correspondant !... Le Zarth Arn d'Hamilton lui, ne livre rien : ils échangent même leurs esprits pour que chacun puisse découvrir la civilisation de l'autre !... Parasite comme Zorglub, Zelbub va réussir à fracturer l'esprit de Zarth Arn pour piller les réalisations de nos lointains descendants !... En vain ,, puisque comme il va le découvrir trop tard, il n'a pas volé les modes d'emploi : il dispose de plans de machines dont l'utilisation lui reste inconnue !...
    La suite sera donc un immense bluff : faire croire à un cercle d'initiés qu'il a effectivement développé les nouvelles technologies et que son entreprise s'étend déjà dans le système solaire, sur plusieurs planètes !... Il espère ainsi qu'on lui accordera des crédits mirifiques pour continuer sur sa lancée!... Là, l'influence du scénario est plutôt celle du "le congrès de futurologie" de Stanislas Lem !... Grâce notamment à Zarth Arn (1) qui lui a conservé son amitié, Paul parvient à découvrir l'imposture et à prévenir ses amis !... En fin de roman , Zelbub se retrouve piégé par ses technologies volées et transféré dans le futur ,comme dans le tome 2 de la saga d'Hamilton ( "Retour aux étoiles" ) mais comme criminel en détention sur une planète terrifiante !...

    (1) étrange prophétie d'Hamilton : on découvrira vers 1960 le rôle "mémoriel" de l'acide ribonucléique , dont l'acronyme est A.R.N. ( Arn ) !...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par sweetie, Aujourd'hui

    Le standinge le savoir-vivre selon berurier de San-Antonio

    Bienvenue au festival des jeux de mots, du calembour et de l'argot franchouillard. J'ai beaucoup rigolé à la lecture de ce roman policier humoristique quoique les premières phrases m'ont déroutée mais à force, une certaine musique des mots s'est installée et à partir de là, ça a été une joie jusqu'à la fin. Vivement un autre San-Antonio entre deux lectures austères!
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Bookover, Aujourd'hui

    Rose Morte, tome 1 : La floraison de Céline Landressie

    Lors du salon des Imaginales 2014, je suis passée par le stand de L’Homme sans Nom, et j’avoue que j’ai eu un mal fou à choisir parmi les ouvrages présents.
    Cette maison d’édition est l’une de mes préférées, pas très connue en Belgique, ce que je déplore.
    Bien que l’ensemble des livres proposés sur le stand me faisaient de l’œil et me suppliait de rejoindre ma bibliothèque, j’ai fini par jeter mon dévolu sur le premier tome de Rose Morte.
    L’auteur proposait une intrigue intéressante, dans un univers où, histoire, enquête, romance et fantastique se mêlent.
    Et le moins que je puisse dire, c’est que ce premier tome est extrêmement addictif.

    Durant les quelques premières pages, je me suis réellement demander à quelle sauce j’allais être mangée.
    Cette première impression s’est rapidement estompée, dès que l’action s’établi.
    Je ne parviens pas à déterminé si le fait que l’auteur jongle avec le ressenti de ses lecteurs est, agaçant ou tout bonnement génialissime !

    Quant aux personnages, ils sont vrais et humains (si l’on peut dire).
    Rose, est une jeune femme qui ne désire que sa liberté, futée, elle a aussi ses défauts. Comme le fait d’être une tête brulé qui fait tourner en bourrique toute la maisonnée de Janlys.
    Quant à Artus, le comte de Janlys, est tout simplement sublime, la personnification même du charisme. Il est respecté, craint par ses ennemis, à juste cause.
    Bref, l’auteur le fait apparaître comme LE chevalier servant de service, beau, fort, mais c’est également un personnage avec ses failles et ses mystères que ce premier tome insère tout en douceur.
    Néanmoins, on voit poindre un terrible drame dans son passé.
    Mais, mon petit préféré est Adelphe, l’adorable frère d’Artus. J’espère en apprendre bien davantage sur lui dans la suite de cette série.

    On dit que « la couverture ne fait pas le livre », mais dans ce cas-ci, sans nul doute que l’illustration de Magali Villeneuve sert d’écrin au bijou.

    Je ne tarderai pas à me replonger dans la suite de Rose morte.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par pyrouette, Aujourd'hui

    Canada de Richard Ford

    Il faut savoir s'adapter. Les gens qui ne savent pas le faire ne vont pas loin dans la vie.

  • Par Kassuatheth, Aujourd'hui

    Les patins d'argent de MAPES DODGES MARIE

    Les Hollandais ne s’adressent pas la parole d’une manière aussi intime que les Français et les Allemands ; mais dame Brinker avait, dans sa jeunesse, brodé pour une famille française et elle en avait rapporté dans sa chaumière rustique les « tu » et les « toi » pour s’en servir dans les grands moments, dans les moments où son cœur ému avait besoin d’expansion.
    Page 58
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    LES FLEURS DE GIVRE 1912 de William Chapman

    Dans la forêt
    Au poète Henri Allorge.

    À travers les fourrés de la forêt déserte
    Le clair soleil vernal glissant un chaud rayon,
    Depuis une heure, y teint d’or et de vermillon
    Un frais ruisseau d’argent – frangé de mousse verte –
    Qui fredonne et bénit sans doute en sa chanson
    Le clair soleil vernal glissant un chaud rayon
    À travers les fourrés de la forêt déserte.

    En gazouillant parmi les cailloux pailletés,
    L’eau nous semble égrener un chapelet d’opale.
    À l’aurore, posé sur la branche natale,
    Un oiseau chanteur dit la splendeur des étés.
    Et, pendant qu’il épand sa flamme musicale,
    L’eau nous semble égrener un chapelet d’opale
    En gazouillant parmi les cailloux pailletés.

    Vers le soir ; un grand cerf s’approche, pour y boire,
    En suivant un sentier creusé sous les rameaux.
    La brise y fait jaser les pins et les ormeaux ;
    Mais, dès que tout se tait dans l’ombre morne et noire,
    Dès que l’autel astral luit de tous ses émaux,
    – En suivant un sentier creusé sous les rameaux,
    Vers le soir, un grand cerf s’approche, pour y boire.

    Tout à coup il bondit, au hasard de la fuite,
    Si la clameur des chiens retentit au lointain ;
    Il court furtivement, il court jusqu’au matin.
    Sa narine est en feu, tout son être palpite,
    Chaque fois qu’il retourne au courant argentin,
    Si la clameur des chiens retentit au lointain,
    Tout à coup il bondit, au hasard de la fuite.

    Comme le cerf, au bord du frais ruisseau des bois,
    Le poète est saisi de tremblements fébriles.
    En entendant au loin la meute des zoïles
    Qui lui jette ses longs et farouches abois,
    Penché pour boire au flot de l’art divin, parfois
    Le poète est saisi de tremblements fébriles,
    Comme le cerf, au bord du frais ruisseau des bois.

    p.118-119
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio