> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Michel Conversin
    Michel Conversin
    Michel Conversin en interview pour PlaneteBD.com .
  • Renaud Dély
    Renaud Dély
    Valls II : va-t-on vraiment assister au tournant néo-libéral ? .Chaque semaine, Renaud Dély du..
  • Minh Tran Huy
    Minh Tran Huy
    Minh Tran Huy - Voyageur Malgré Lui .Minh Tran Huy vous présente son ouvrage "Voyageur Malgré Lui"..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Notre entretien avec Carine Fontaine, éditrice jeunesse
Les meilleurs livres de la rentrée littéraire 2014

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Scarling

    .

    Sascha est l`héroïne de votre premier roman, Requiem pour Sascha, tome 1 : Lacrimosa. Un peu rebelle et quelque peu blasée, il faut un certain temps au lecteur pour l`apprécier. Comment la définiriez-vous ?

    Sascha est une fille "paumée". Son histoire personnelle compliquée en a fait une personne peu sûre d`elle qui sait que la moindre faille peut représenter un danger mortel ; alors elle se blinde contre le monde extérieur, fait semblant d`être bien plus assurée que ce qu`elle n`est, ce qui n`est sûrement pas la meilleure façon d`aborder les choses. Elle ne veut pas qu`on puisse percer son armure donc elle se cache derrière ses attitudes rebelles et blasées. C`est une "badass" à la fragilité cachée.


    Ce premier tome raconte une histoire de vengeance mais ne se résume pas à cette intrigue. Que cherche Sascha tout au long de ce roman ? Retrouver ses origines ?

    Comme je le disais, Sascha est paumée. Paumée au point d`ignorer même ce qu`elle cherche. Elle pense vouloir venger les bonnes sœurs et souhaiter mener une vie normale mais les deux sont incompatibles et elle est incapable de choisir. C`est ce déchirement profond qui la fait avancer, pas toujours dans la bonne direction.
    Sans le savoir, ce qu`elle cherche, c`est une sorte de...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



A la fin du XIXe siècle, la communauté scientifique pense l'espace fait d'éther, q...


Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias améric...


Une réécriture des contes de fées dans un décor steampunk Il était une fois un couple de fées, le...


Après un dernier briefing, Rick rassemble ses troupes et va au Sanctuaire. Il annonce ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par AngelArekin, Aujourd'hui

    2nd Love, tome 1 de Akimi Hata

    Je ne suis pas une fan des mangas où il est question d'host, mais celui-ci reste, dans ce premier tome, un détail qui permet d'enclencher l'histoire d'amour, car il s'agit bien ici d'un shojo à l'état pur.

    Notre héroïne, un peu masochiste, a le béguin pour le même garçon depuis le lycée. Elle bosse avec lui, traîne avec lui, fait tout ce qu'elle peut sans jamais oser lui avouer ses sentiments. Conclusion, dix ans plus tard, elle est toujours dans la même panade et voit lui échapper peu à peu "l'homme de sa vie", jusqu'au jour où sa patronne décide, pour faire plaisir à une équipe de choc typiquement féminine, d'ouvrir un bar où les serveurs, beaux gosses évidemment, sont au service de ces damoiselles éreintées par un dur labeur. C'est là qu'elle croise le chemin du frère de "l'homme de sa vie". Séduisant, très ambigu vis à vis d'elle (on se demande bien pourquoi ?!) Et voilà notre duo prêt à s'embarquer dans de belles aventures, car la demoiselle doit affronter la pire réalité qui pouvait s'offrir à elle. En effet, "l'homme de sa vie" doit se marier... avec une autre.

    L'histoire est assez classique, mais elle se lit bien. La narration est sympathique. L'héroïne est fraîche, assez éloignée des cul cul la praline ordinaire. Elle a de la répartie, elle fume comme un pompier, est accro aux pichenettes. Une bonne héroïne, facile pour s'identifier. Un séducteur plutôt séduisant, aux sourires charmeurs et nuancés, avec des phrases qui font fondre les coeurs les plus endurcis. Bref, un duo charmant.

    Le chara-design est, quant à lui, joli à regarder, même si, pour ma part, ce n'est pas celui que je préfère.

    Pour conclure, j'ai envie de lire le 2e tome, ce qui est plutôt bon signe, en général. Une bonne petite histoire d'amour, comme on les aime. Laissez-vous tenter.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par kris334, Aujourd'hui

    Comme une bête de Joy Sorman

    Lu ce livre il y a deux ans, lors de ma participation au Grand prix du Jury du roman de France2 (nous avions fait gagner Antoine Choplin).
    J'en garde un souvenir mitigé.
    A notre époque du consommer vert, des cinq légumes par jour sinon crève, Joy Sorman prend le parti-pris de la carne. Faut qu'ça saigne (petit clin d'oeil à Boris Vian et ses garçons bouchers...), bien fort.
    Très bonne écriture de Joy Sorman, imagée, rapide, précise, en un mot, cinématographique, même si l'on peut déplorer quelques redondances et passages un peu longuets sur les abattoirs...
    Sorman a du faire un incroyable travail de recherches dans ces abattoirs pour maitriser ainsi son sujet. (Avez-vous déjà visité des abattoirs ? c'est puant et sanglant. C'est choquant. Normal, on y tue des bêtes...)
    Elle écrit comme on tranche de la viande, la vie de ce garçon boucher est exposée, disséquée, et étalée comme une pièce de boeuf.
    On va donc suivre les tribulations de Pim, apprenti boucher limite autiste, à qui seule la viande fait de l'effet ; seule la chair, dans son plus brut état, l'émeut ou le transporte de plaisir. S'il aime les vaches, c'est qu'il pense aux morceaux tendres et juteux qu'ils deviendront dans une assiette. S'il aime les femmes, c'est quand elles lui rappellent une vache...
    De la boucherie à l'abattoir, Pim suit son parcours de boucher comme une initiation. Ce qui était au début un sacerdoce, devient une obsession, une quête mystique, de l'ordre du chamanisme.
    Pour conclure, c'est un livre étonnant que ce "Comme une bête", prenant malgré une intrigue "inexistante" : le sujet est le nerf de ce court roman, le boucher, la viande, le rapport du consommateur au consommé...
    Histoire d'une obsession poussée à son paroxysme avec un style affirmé, parfois trop technique, mais plein de fougue et de passion, et on voit, on sent, la montée du désir de cet apprenti, on sent son amour de la viande, c'est indéniable. Et on suit avec un amusement mêlé d'inquiétude, ce jeune homme devenir artiste de la carne jusqu'au délire Bacchusien digne d'un dieu Pan, de la célébration originelle de la chasse pour se nourrir, et du chamanisme spirituel qui tourne au fanatisme dans une fin en apothéose.
    A lire, par curiosité, ou si, comme Pim, vous êtes un déglingo de la bidoche...




    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par bdelhausse, Aujourd'hui

    Roseanna de Maj Sjöwall

    [Notes de lecture en cours] J'avais entendu dire que la série des 10 romans écrits par Sjöwall et Wahlöö constituaient une oeuvre incontournable, de haute qualité, pour qui voulait/aimait lire du polar.

    En ouvrant le premier tome de cette "décalogie", quelle ne fut pas mon agréable surprise de voir une préface, dithyrambique, d'Henning Mankell, que je tiens pour un des grands du genre.

    Et il ne mâche pas ses mots pour dire à quel point il aime ce livre et à quel point la série a forgé son écriture et son approche. Après une telle entrée en matières, reste à voir par moi-même si le roman est à la hauteur. Fan d'Ed McBain, je me disais que la barre était placée bien haut...

    Le style est lent. Posé. Pas à pas, le lecteur visualise l'action (ou la non-action). Je dirai que l'on est (presque) dans le banal. Les dialogues ne tonifient pas l'action mais constituent la pleine illustration de cette banalité de l'existence. Les policiers, ici, sont des gens comme vous et moi.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par catherine974, Aujourd'hui

    La Chapelle des Damnés de Samuel Gance


    Il se rapprocha lentement, jusqu’à effleurer le lobe translucide de son oreille. Il sentit le duvet transparent qui lui caressait les lèvres, le métal glacé qui la transperçait par endroits.

  • Par moravia, Aujourd'hui

    J'ai faim de Georg Fink

    Une de nos voisines avait été appelée à Cologne pour voir son mari à l'hôpital. Elle ne revint jamais...Nous sûmes plus tard ce qui s'était passé. Elle avait eu beaucoup de mal à pénétrer chez son mari. Un infirmier sachant que le blessé la réclamait jour et nuit, la fit entrer. Trente paires d'yeux la suivirent dans le couloir qui longeait les trente lits, il était dans le dernier; trente jeunes gens ne pouvaient plus que voir; ils ne pouvaient plus ni marcher ni se servir de leurs bras ! Ce n'étaient plus que des troncs. Son mari ne la vit même pas, il était aveugle, il l'entendit seulement, il n'était plus que ventre et poitrine. Comme il ne lui tendait pas les bras, elle enleva la couverture et ne vit qu'un paquet de linge, un tronc sans membres, comme les poupées en chiffons que font les gosses.
    Elle perdit la raison et on ne put la renvoyer chez elle.
    > lire la suite

  • Par krzysvanco, Aujourd'hui

    Le jeu sérieux de Hjalmar Söderberg

    — Te souviens-tu que je t’ai demandé, l’après-midi au Continental, si tu aimais ta femme ?
    — Oui.
    — Te souviens-tu de m’avoir répondu : “Je l’aime à la manière luthérienne” ?
    — Oui. Lydia pâlit. Mais sa pâleur était lumineuse.
    — Viens, dit-elle. Moi, tu peux m’aimer à la manière païenne !
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio