> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Gilles Bornais
    Gilles Bornais
    Gilles Bornais - J'ai toujours aimé ma femme .Gilles Bornais vous présente son ouvrage "J'ai..
  • Michele Astrud
    Michele Astrud
    Michèle Astrud - Jour de l'effondrement .Viviane du Guiny vous présente l'ouvrage de Michèle..
  • Rufus Dayglo
    Rufus Dayglo
    Rufus Dayglo en interview sur PlaneteBD.com .

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Pascal  Pascal Ory

    Pascal Ory, vous avez publié il y a quelques mois le Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France. Comment est né ce projet ?


    Au fond, c`est la découverte, il y a un quart de siècle, du musée américain de l`immigration, à Ellis Island, qui est à l`origine de ce livre. J`avais été séduit par sa muséographie, très novatrice à l`époque, qui impliquait fortement les visiteurs. Mais la conclusion que j`en tirais était au second degré : la France était elle aussi, comme les États-Unis ou le Canada -et au contraire de quasiment toutes les autres nations européennes-, un pays d`immigration, à cette réserve près qu`elle ne l`affichait pas, qu`elle ne construisait pas son mythe national autour de l`immigration, alors que les pays d`immigration neufs, eux, s`en glorifiaient. De retour en France, je fis une note en ce sens à Jack Lang, alors ministre de la Culture. Dans l`immédiat cela n`a rien donné, malgré la mobilisation de plusieurs historiens comme Pierre Milza. Jacques Chirac a repris le dossier, ce qui a donné la Cité nationale de l`histoire de l`immigration. Restait, à mes yeux, que la France devait disposer d`un second lieu de mémoire,...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Je m'appelle Eugène Ysaÿe. Je suis violoniste. Le Gouverneur m'avait invité au Congo pour donner un concert. Je comptais passer ens...


Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...


C'est dans la ville d'Aspen logée dans le froid du nord que commence cette histoire... Alors qu...


Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’i...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par oukouloumougnou, Aujourd'hui

    Le petit loup rouge de Amélie Fléchais

    Nous connaissons tous le fameux conte du petit chaperon rouge. En voici l'étonnante réécriture, où le loup n'est pas le méchant de l'histoire, mais bel et bien la victime. Cette BD met en avant l'innocence du loup et la méchanceté de qui peut sortir de l'être humain qui pense "faire le bien" en tuant les "méchants animaux". Voilà une réécriture anti-humanisme (mais pas complètement) comme je les aime. Evidemment, tous les êtres humains ne sont pas montrés comme des bêtes sauvages et sans coeur, non. C'est bien la différence avec le conte original qui montrera un loup représentatif de tous les loups, alors qu'ici l'homme sera représentatif de sa propre personnalité qui ne sera pas généralisée. Le loup n'est d'ailleurs pas non plus tout innocent, il mange quand même des petits lapins ! On est dans un entre-deux intéressant : rien n'est tout beau, rien n'est tout noir.
    Cet hybridité est aussi montrée à travers les merveilleux dessins qui nous plongent dans une forêt à la fois glauque et accueillante, subtil mélange entre des images supra-mignonnes et d'autres beaucoup plus noires. L'oeuvre nous plonge dans une ambiance unique qui se dégage de chacun des pages que l'on tourne. Une magnifique oeuvre que l'on voudrait moins courte.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Jangelis, Aujourd'hui

    80 jours autour du monde de Matthew Goodman

    J'ai trouvé ce livre passionnant, et je remercie énormément Babelio et les éditions Arthaud, sans qui je ne l'aurais probablement pas lu, ce n'est pas trop habituellement mon genre de lecture.

    Il s'agit d'une histoire vraie, une aventure qui ne me semble pas très connue en France (mais je peux me tromper, ce n'est pas parce que je ne connaissais pas que personne ne connaît ...)

    Une jeune journaliste américaine, Nelly Bly, déjà un peu connue pour ses reportages clandestins, persuade Joseph Pulitzer de l'envoyer faire le tour du monde, en moins de 80 jours, pour le journal New York World.
    En novembre 1889, elle se lance dans l'aventure, seulement munie d'un petit sac de voyage.
    Le lendemain, le directeur du Cosmopolitan, persuadé qu'on gagnerait du temps à faire le tour en sens inverse, envoie une autre jeune femme, Elisabeth Bisland, pour tenter de battre le record.
    La compétition va tenir en haleine toute l'Amérique, surtout après que le World ait lancé un concours pour déterminer le temps exact que va mettre sa journaliste, avec à la clé un voyage en Europe pour le gagnant !

    Les deux jeunes femmes ont écrit le récit de leur voyage, et à partir d'eux, et de nombreux autres documents, Matthew Goodman retrace leur tour du monde, et aussi leur vie avant et après.


    J'avoue qu'au départ, je ne voyais pas trop pourquoi lire le récit de l'auteur plutôt que ceux écrits directement par les deux journalistes. (Mis à part le fait que je ne lis pas l'anglais !).
    Or, j'ai trouvé ce document réellement passionnant, bien au delà d'un simple récit de voyage ou d'une compétition.

    On y découvre le monde à la fin du 19e siècle, mais surtout l'Amérique.
    J'ai appris énormément de choses sur les Etats-Unis de la fin des années 1880, et de façon vraiment intéressante.
    Par exemple l'importance prise par les compagnies ferroviaires à cette période, et leur rôle dans la fixation des fuseaux horaires légaux.
    Ce n'est qu'un exemple, on voit vraiment vivre l'Amérique sous nos yeux.

    Mais bien entendu, on découvre aussi d'autres pays, la façon de voyager de l'époque, les paquebots côté première classe, (et l'entrepont vu d'en haut !)

    Nellie et Elisabeth sont fort différentes, et cela ajoute à l'intérêt du récit.
    Nellie a voulu ce tour du monde, alors qu'Elisabeth est partie sans aucun préparatifs, du jour au lendemain et un peu à contrecoeur. L'une par ses reportages défendait la classe ouvrière, l'autre invitait à des thés littéraires. L'une est choquée que les Anglais se conduisent partout en conquérants, l'autre découvre qu'elle aime se déplacer dans tous ces pays où on parle et vit à l'anglaise.

    Avant même que cette idée de tour du monde ne germe, on découvre Nellie se lançant dans des reportages à risques. Notamment, ce qui lui valût le début de sa notoriété, se faisant enfermer dans un asile de New York, où les patients étaient très maltraités. Et d'où elle faillît ne pas parvenir à ressortir. Toujours elle défend les malheureux, les opprimés.
    J'ai donc trouvé assez curieux que lors de son tour du monde, elle ne semble plus du tout s'émouvoir du sort des pauvres habitants des pays traversés, ou des malheureux qui font la traversée sur l'entrepont. S l'on en croit Matthew Goodman, elle ne leur aurait jamais rendu visite, se contentant de les observer avec amusement depuis les ponts de première classe, comme les autres passagers.
    Cela ne colle pas bien avec l'idée qu'on se fait de cette journaliste après avoir lu ses débuts.
    Et l'auteur ne cache guère que ses préférences vont plutôt à Elisabeth me semble-t-il.

    La dernière partie du livre, qui retrace la vie des deux héroïnes après le tour du monde, m'a un peu moins intéressée. Mais j'aurais regretté ne pas savoir ce qu'elles sont devenues. Donc, j'apprécie que l'auteur ait continué, même si c'est forcément moins passionnant.

    Malgré mon enthousiasme pour ce livre, j'ai bien entendu quelques petits regrets ou reproches ! :

    Il y a des cartes très succinctes au début de chaque chapitre, mais j'aurais apprécié des cartes présentant mieux l'ensemble du voyage, avec le parcours de chaque journaliste.

    Une table des matières des chapitres aurait facilité les recherches éventuelles, les retours en arrière.
    Et aussi une police de caractères différente lorsque l'on suit l'une ou l'autre.

    J'aurais aimé, je sais que j'en demande beaucoup, quelques photographies des personnages et des lieux.
    On a juste les médaillon des deux jeunes femmes en quatrième de couverture, sans même savoir laquelle est qui. Et on ne voit pas le fameux sac de Nellie !

    Il m'a semblé rencontrer quelques phrases curieuses voire incorrectes, que j'ai lu et relu pour voir si vraiment on disait comme ça en français (surtout dans les subordonnées un peu longues). Un problème de traduction ?

    Mais tous ces reproches ne sont que des points de détail.

    En résumé, un gros livre (500 pages) qui se lit comme un roman, et que je conseille à tous.
    J'ai noté quelques citations, mais j'avais sans cesse envie d'en relever, presque à chaque page quelques phrases me paraissaient dignes d'intérêt.

    Et en bonus, j'ai bien aimé la rencontre entre Jules Verne et Nellie, au cours de son périple. Comme un clin d'oeil entre un personnage réel, et celui imaginaire qui l'a inspiré !
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Amnezik666, Aujourd'hui

    Bande originale de Rob Sheffield

    Pour tout vous dire en prenant ce bouquin je ne savais pas trop à quoi m’attendre, OK c’est estampillé Sonatine mais on est bien loin de leur répertoire thriller. Soyons fou, osons tout ! Rock n Roll puisque c’est justement la musique qui est mise à l’honneur.

    A travers la musique Rob évoque non seulement ses cinq années de bonheur avec Renée , mais aussi des souvenirs plus éloignés et d’autres après le décès de Renée (en 1997, suite à une embolie pulmonaire). Trois période (on pourrait même dire quatre : Avant Renée – Renée et Rob – Le deuil – Nouveau départ) liées par un fil rouge : la musique. Car ce bouquin est avant tout une ode à la musique. D’ailleurs chaque chapitre commence par une playlist, nul doute que vous retrouverez certains titres qui vous ont fait (et vous font sans doute encore) vibrer (à moins d’avoir de sacrées lacunes musicales).

    Drôle d’idée de lire une tranche de vie d’un gars dont je n’avais jamais entendu parler, et donc forcément son idylle brisée avec Renée m’était tout aussi inconnue. J’aurai pu battre en retraite dès les premiers chapitres mais c’est exactement l’inverse qui s’est produit, je me suis laissé happé par les mots et bercé par la musique.

    Le style de l’auteur respire le naturel, c’est comme s’il écrivait simplement ce que lui dicte son coeur sans fioritures inutiles et du coup forcément on ne partage que plus intensément ses émotions, toutes ses émotions. Et puis il faut tout de même un certain talent pour faire d’une communion un moment excitant ; oui, oui je parle bien de la communion catholique. Cherchez pas il faut le lire pour comprendre.

    Comme vous l’aurez sans doute compris (dans le cas contraire il est temps de vous poser des questions sur vous même) la musique est omniprésente dans ce bouquin. Le rock (et tous ses dérivés, "classique", hard, indépendant, underground…) se taille la part du lion mais l’on se laissera flotter aussi sur des rythmes funk, pop, RnB, country et autres ; des années 60 aux années 90 les titres se mêlent sans se soucier d’une quelconque chronologie. Juste au feeling.

    Le cinéma est lui aussi souvent (mais dans une moindre mesure) mis à l’honneur au fil des pages. Comme pour la musique il ne s’agit pas forcément d’oeuvres considérées comme majeures par de prétendus experts (souvent auto-proclamés) mais juste de films, d’albums ou de morceaux qui ont su titiller une corde sensible chez Rob.

    Outre la musique et le cinéma ce bouquin est à la fois une splendide déclaration d’amour posthume et un lourd et difficile travail de deuil. Jamais l’auteur ne s’apitoye sur son sort, évidemment qu’il déprime après la mort de Renée, il essaye juste de nous faire partager le sentiment de vide qui l’a alors envahi.

    Une fois encore je ne regrette pas d’avoir foncé les yeux fermés dans l’inconnu et une fois encore Sonatine a réussi à me surprendre et à me faire vibrer. Certes pas un chef d’oeuvre mais un agréable moment de lecture. J’en suis le premier surpris.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par petitsoleil, Aujourd'hui

    13 trucs infaillibles pour être bien vu en entreprise : Souriez, vous êtes évalué ! de Laurence Bourgeois

    Prendre le risque de se tromper et, implicitement, de se faire mal voir, requiert une bonne dose de confiance en soi, conditionnée par les messages que nous ont transmis nos parents, mais aussi, plus tard, dans l'entreprise, par les signes de reconnaissance et de valorisation reçus par nos collègues et notre chef.

    A ce sujet, les psychiatres Christophe André et François Lelord nous font remarquer qu' "au travers de toutes nos activités, nous recherchons le plus souvent à satisfaire deux grands besoins (...) :
    - nous sentir aimés (appréciés, sympathiques, populaires, désirés, etc.)
    - et nous sentir compétents (performants, doués, habiles, etc.)".
    > lire la suite

  • Par petitsoleil, Aujourd'hui

    13 trucs infaillibles pour être bien vu en entreprise : Souriez, vous êtes évalué ! de Laurence Bourgeois

    On apprend toujours, non seulement de ses réussites (qu'est-ce qui a fonctionné et que je vais pouvoir reproduire ?),
    mais aussi de ses échecs (quelles difficultés n'avais-je pas anticipé et comment pourrai-je faire la prochaine fois pour les éviter ?)

  • Par Chimere, Aujourd'hui

    Dans un mois, dans un an de Françoise Sagan

    Elle partit seule donc au volant de sa voiture, un matin de bonne heure, et roula lentement dans la campagne dénudée de l'hiver. Il faisait très froid et un soleil pâle, étincelant, luisait sur les champs rasés. Elle avait baissé la capote de sa voiture, remonté le col du chandail qu'elle avait emprunté à Jacques et le froid lui durcissait le visage. La route était déserte".
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio