> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Yoland Simon
    Yoland Simon
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45682 DU THÉÂTRE ET DES..
  • Jules Sandeau
    Jules Sandeau
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=46175 GEORGE SAND - MARIE..
  • Galia Ackerman
    Galia Ackerman
    Galia Ackerman - Colloque "La Seconde Guerre Mondiale dans le discours politique russe" .Colloque..

Recevez un livre en échange d'une critique
Découvrez la liste pour la fête des mères
Participez au défi d'écriture autour du thème

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Kettly  Kettly Mars



    Suite au séisme de 2010 en Haïti, Alexandre ne peut plus être pris en charge par l`institution qui le garde. Son retour au sein de sa famille constitue un immense bouleversement, faisant ressurgir secrets et questions. Avec le recul, ce retour est-il une bonne chose pour les personnages principaux ?



    Il ne fallait surtout pas présenter de certitudes. Le sujet de la maladie mentale dans les familles est extrêmement complexe, quelles que soient les sociétés considérées. Oui, je crois qu`avec le recul le retour d`Alexandre parmi les siens est une bonne chose, mais qui n`est pas arrivée sans douleurs. Ce retour d`Alexandre après 40 ans d`enfermement dans une institution psychiatrique est une sorte d`exorcisme, qui va provoquer la cautérisation d`une blessure secrète longtemps portée par chacun des membres de cette famille.




    Eliane, la matriarche est également la narratrice. Pourquoi avoir choisi de vous exprimer au travers de ce personnage ? Vous ressemble-t-elle ?


    Je dirais qu`il y a plusieurs narrateurs dans ce roman polyphonique, mais Eliane est la voix de l`autorité, de la blessure et de l`amour qui s`élève par-dessus celle des autres. Je ne crois pas que ce personnage me ressemble, sinon peut-être par sa façon d`être directe et de ne pas se leurrer d`illusions. A 86 ans, on ne peut plus se...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Avril 1945. Alors qu'Hanna a pour mission de sauver le IIIe Reich, Werner, un ami proche d'elle 15 ans aupa...


Recueil de sept histoires parues au Japon entre 1968 et 1973, dans lesquelles l'angoisse côtoie l'horreur. Elles mette...


Un livre pour les amoureux des livres Depuis qu’elle a mis la main sur ce livre oubl...


Willa Ayre s'est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des peti...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par lys, Aujourd'hui

    Une fille, qui danse de Julian Barnes

    Un roman qui se lit très bien. L'histoire d'une bande de copains prometteurs, qui s'entendent bien et se complètent à merveille. Vient ensuite les 1ers émois amoureux et les complications qui vont avec. La mort d'Adrian va tout changer surtout pour le narrateur qui 40 plus tard devra replonger dans cette époque pour chercher des réponses à cette question: pourquoi Adrian s'est il suicidé ? en est il responsable ? A lire absolument
    > lire la suite

    • Livres 1.00/5
    Par Valimaro, Aujourd'hui

    L'instant présent de Guillaume Musso

    Autant à la fin de Central park le livre m'est tombée des mains tellement la fin est surprenante, là il m'est aussi tombé des mains et m'a quasiment assommé (!) tellement la fin est décevante... Je suis même revenue en arrière pour être sûre de n'avoir rien loupée... Sois je n'ai plus l'âge de lire Musso, soit cet écrivain a trouvé le bon filon et son imagination est en perte de vitesse...
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par addsc, Aujourd'hui

    La faiseuse d'anges de Camilla Läckberg

    Je ne sais pas si cet opus est réellement moins bon que les précédents ou si, d’avoir déjà lu toute la série, une certaine lassitude s’est installée en moi, mais je n’ai que modérément accroché à ce nouvel ouvrage de la célèbre écrivaine suédoise.

    Soyons clair, l’histoire n’est pas moins bonne que les précédentes. Encore qu’au niveau de l’énigme, Camilla Läckberg aura déjà été plus inspirée. Non, ce sont plutôt les ficelles utilisées par l’auteure qui commencent doucement à manquer de nouveauté. Tant dans la construction du récit que dans l’évolution de l’histoire, la répétition du même modèle semble avoir fait son temps. Une longue et lente mise en place de l’énigme et des nombreux personnages entrecoupée par des flashbacks qui donnent, au compte-gouttes, des informations censées expliquer les évènements récents. Pour finir, une subite accélération dans les dernières pages mène droit au dénouement. Il n’y a presque plus aucune surprise et la qualité même de l’intrigue s’en trouve altérée.

    La même remarque peut d’ailleurs être faite concernant l’évolution des personnages principaux que sont, entre autres, Erica, Anna, Dan, Patrick, etc... On ne suit plus leurs différents parcours avec autant d’intérêt et même eux semblent s’essouffler.

    Vous l’aurez compris, ce n’est donc pas le meilleur livre de la série.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Ledraveur, Aujourd'hui

    Le cerveau sur mesure de Pierre-Marie Lledo

    Ce territoire avancé du cortex agit en effet comme un contrôleur capable d'anticiper, de planifier, d'évaluer sans cesse les alternatives possibles, de rendre conscientes les émotions négatives (avec le cortex préfrontal droit) ou positives (cortex préfrontal gauche) et d'assurer les fonctions exécutives. Cependant, la fonction dominante de ce contrôleur zélé tient dans la remarquable inhibition qu'il est capable d'exercer. Il peut, si l'envie lui prend, stopper brutalement la programmation d'un mouvement avant même qu'il ne soit exécuté. C'est grâce à son action sur l'amygdale que nous pouvons refréner une joie ou refouler l'apparition d'une larme, en public. Le cortex préfrontal est donc le support même de l'Homo sociable qui, même devant la plus grande injustice, peut toujours garder son calme. Or, chez l'adolescent, cette région corticale reste encore immature ; elle n'est pas capable d'apporter la stabilité émotionnelle qui caractérise (en principe) l'adulte devenu sage, d'où des comportements instables, parfois à risques, chez certains adolescents.
    Cette immaturité qui se caractérise par une grande instabilité des fonctions cognitives de l'adolescent pose d'ailleurs le problème de l'efficacité des sélections scolaires opérées au collège sur des sujets dont les capacités psychiques ne se ressemblent pas d'un mois à l'autre. Nous reviendrons aussi, au chapitre consacré au cerveau malade, sur la très grande vulnérabilité du cerveau adolescent à sombrer dans les maladies mentales ou les troubles de l'addiction.
    p. 115 et 116
    > lire la suite

  • Par Ledraveur, Aujourd'hui

    Le cerveau sur mesure de Pierre-Marie Lledo

    Tous les travaux chez les adolescents confirment que leur cerveau n'a pas encore atteint la pleine maturité. Si le cerveau d'un enfant de 10 ans représente déjà 90 % du volume de l'adulte, le chantier reste encore loin d'être achevé. L'imagerie cérébrale indique par exemple qu'il continue de croître jusqu'entre 20 et 30 ans ; ses neurones voient leur gaine de myéline les envelopper de plus en plus étroitement. Le cerveau adolescent subit aussi d'importantes modifications structurelles sous l'action des grandes poussées hormonales et cela même après la puberté. Une seconde vague de formation des synapses et d'élagage culmine à l'adolescence (entre 12 et 20 ans), après la première vague de l'enfance. Plusieurs zones sont particulièrement concernées par ces remaniements secondaires. La première concerne le striatum qui contribue à la régulation des systèmes désirants ; il sera responsable des conduites à risques des adolescents en quête de récompenses immédiates. La seconde concerne la région épiphysaire qui sécrète la mélatonine permettant de synchroniser nos activités avec la lumière du jour. On le sait, l'adolescent qui produit de la mélatonine beaucoup plus tardivement dans la journée que le jeune ou l'adulte, présente de grandes difficultés à l'endormissement avant minuit. Enfin, le cortex préfrontal est aussi la cible privilégiée où peuvent s'exercer de grands remaniements des circuits de l'adolescent.
    p. 115
    > lire la suite

  • Par Ledraveur, Aujourd'hui

    Le cerveau sur mesure de Pierre-Marie Lledo

    LA PLASTICITÉ JUVÉNILE
    Pour certaines espèces, la période nécessaire pour atteindre la maturité est très courte. Les invertébrés, par exemple, développent au cours de leur très brève ontogénie, les traits phénotypiques caractéristiques retenus par les conditions de sélection qui se sont exercées à l'échelle phylogénétique sur l'espèce avant même l'existence du sujet. Cette rapide phase de développement représente là un avantage acquis puisqu'il permet au jeune animal de survivre plus efficacement dans un monde qui lui est hostile. Ainsi faut-il à peine dix jours après la naissance pour que la drosophile puisse déjà se reproduire. En revanche, d'autres espèces choisissent une stratégie inverse en privilégiant une longue période de développement. Dans ce cas, pour que quelques individus puissent survivre, un grand nombre de jeunes sont sacrifiés. L'autre voie de survie pour ces animaux à l'ontogenèse étendue consiste à recevoir des soins parentaux prolongés qui peuvent protéger les jeunes d'un environnement où les prédateurs de toutes sortes ne manquent pas. Chez les mammifères pour lesquels la durée nécessaire afin d'atteindre la maturité sexuelle peut nécessiter jusqu'à plusieurs décennies, c'est la seconde option qui est choisie. Cette période d'intenses échanges entre la nouvelle créature et ses parents offre au jeune de nombreuses confrontations avec son environnement qui pourra dès lors orienter et participer à son développement. Ainsi en va-t-il pour l'homme, qui reste durant les vingt premières années de sa vie un sujet fragile, tributaire de la cellule familiale, et dont le cerveau néoténique — c'est-à-dire qui n'atteint que tardivement le stade adulte — est « nourri » par les interactions sociales. L'ordre biologique s'efface alors devant l'ordre psychique, et la transmission sociale et culturelle devient primordiale pour le développement du cerveau. Des facteurs comme la diversité du régime alimentaire ou la complexité des soins parentaux apparaissent comme autant d'acteurs importants qui participent au modelage nerveux. Ce type d'ontogenèse flexible qui précède la maturité du cerveau se rencontre chez la plupart des espèces douées de plasticité phénotypique importante. Cette plasticité juvénile n'a pas de délimitations temporelles précises.
    p. 112 et 113
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio