> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Antonin Artaud
    Antonin Artaud
    C'était le 2 juin 2015, à Paris, Denis Lavant lisait un extrait de LAVA, de Rémi David, paru aux..
  • Karine Papillaud
    Karine Papillaud
    #RentréeLittéraire : Explorateurs 2015 voici venu le temps des chroniques | lecteurs.com..
  • Jean-Benoît Nadeau
    Jean-Benoît Nadeau
    (Version originale anglaise) Mai 2015 ? 35 min. Welcome to Between the Pages, the program where..

Gagnez le dernier roman de Paul Colize et venez le rencontrer
Participez au challenge éditeurs de la rentrée
Prix du roman Fnac : la sélection finale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Astrid  Astrid Manfredi


    Votre roman se déroule dans un cadre très sombre, celui d’une banlieue sauvage et désespérée. Quelle expérience avez-vous de la banlieue ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour donner vie à ce décor ?


    En premier lieu, je suis animée par une insatiable curiosité pour les êtres humains, sans discrimination et quels que soient leurs horizons. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse notamment, de fréquenter divers milieux, dont celui de la banlieue. La cocotte-minute frémissait déjà et on sentait que le vent allait tourner. Un vent aussi rouge qu’impitoyable, issu d’un fort sentiment d’abandon et de rejet. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée. Après, c’est une histoire de littérature et de liberté, celle du romancier, qui par le travail de l’écriture peut s’approprier n’importe quel milieu s’il sait l’écouter et l’observer un peu.



    Vos personnages sont brisés et semblent enfermés dans un quotidien auquel ils ne voient pas d’issue possible. C’est le manque d’espoir qui précipite la chute ?


    Oui. Pour eux, l’espoir c’est vouloir. Vouloir quelque chose puisque l’avenir n’est pas un mot qui fait partie de leur vocabulaire. La petite barbare et sa bande de jeunes animaux féroces ne veulent rien d’autre qu’accumuler des biens, ces biens vides et rutilants qu’exposent les vitrines des magasins. Ils...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Grandis un peu, Titeuf ! La vie de Titeuf est bien bousculée ! Lui qui avait jusqu’ici l’habitude de se p...


La chance tourne. Ce qui devait être un coup sans risque, garanti sur facture, se transforme en descente aux enf...


Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Javi, dit le maigrichon, est un adolescent de 16 ans qui, à l'insu de sa famille, a quitté l'école pour devenir une sorte de m...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par olivberne, Aujourd'hui

    La Chanson de Roland de Anne-Marie Cadot-Colin

    On connaît tous l'histoire de Roland et de Roncevaux, on connaît moins ce qu'il se passe avant et après ce terrible carnage qu'est sa mort. Ce petit livre pour élèves, adaptation par passages du texte du moyen-âge vous permettra de le découvrir de manière simple, facile et agréable.
    Ainsi, Marsile, Ganelon, Olivier et Turpin seront vos familiers, comme Durandal ou joyeuse.
    Ce qui m'a plus gêné, même si on ne refait pas l'histoire, c'est la bêtise de Roland qui se met ses compagnons dans cette situation par trop d'orgueil ou vanité, les commentaires du narrateur prenant franchement parti et surtout les actions de ces Chrétiens qui ne déplairaient pas aujourd'hui à n'importe quel aspirant de l'état Islamique.
    C'est ainsi un texte moderne, qui peut être lu avec un œil admiratif et historique mais aussi un œil franchement critique car même replacé dans son contexte, on se sent très éloigné de cette épopée parfois afligente.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par AbdElSalam, Aujourd'hui

    Désarmorcer l'islam radical : Ces dérives sectaires qui défigurent l'islam de Dounia Bouzar

    Que d'hypocrisie et d'amalgames ! Les salafis sont dans les faits ceux qui suivent le mieux l'ordre du Messager d'Allah : « Prenez garde à ne pas exagérer dans la religion, car ce qui a perdu ceux d’avant vous est l’exagération dans la religion. » (Sahih An Nasâ’î, Sahih ibn Mâjah 3029 et takhrîj as Sounnah de ibn Abî Asim 98)
    Le terrorisme fait allusion aux attentats, et ce n'est pas le djihad tel que nous le trouvons dans l'islam authentique.

    Les sectes terroristes takfiries ne sont jamais salafis, et ils ne combattent jamais dans le sentier d'Allah. Il n'y a pas de radicalisation au coeur de l'islam. L'islam originel n'est pas radical et ses adeptes ne sont jamais extrémistes. Pratiquer cet islam ne peut être un signe de radicalité, mais ils sont dans la droiture. L'islam est juste par nature et par essence ; il n'est jamais radical.

    Le Messager d'Allah (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Je vous ai laissé sur une voie claire de nuit comme de jour, ne s'en égare, après moi, que celui qui est voué à la perdition. » Hadith authentique rapporté par l'Imâm Ibn Mâdjah.

    En revanche, Jules Ferry était vraiment radical, lui qui a dit : « Nous voulons organiser l'humanité sans rois et sans Dieu. »
    Prenez donc garde à ne pas finir comme lui. Il refuse d'avouer que Dieu organise le monde ! Le Prophète, prière d'Allah et paix sur lui, a dit : « Ne rentrera pas au Paradis celui qui a dans son cœur ne serais-ce qu'un grain d'orgueil... »

    Manuel Valls a dit : «Le salafisme est souvent l’antichambre de la radicalisation. Et la radicalisation, elle peut conduire au terrorisme.»
    C'est un mensonge. Les antichambres du terrorisme sont le kharijisme (dont Al Qaïda), le mouvement tabligh, le chiisme, le sionisme, le judaïsme "ultra-orthodoxe", le nazisme et d'autres idéologies contraire à l'islam et à la voie des salafs (les compagnons du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم ).

    Il ne faut pas faire d'amalgame ; l'islam interdit toute injustice. Ceux qui font des crimes ont soit une mauvaise foi, soit pas de foi. Le jihad n'est pas un crime, ni un attentat, ni un complot, ni une conspiration, ni une lâcheté, ni une trahison, ni une folie.

    Ceux qui pensent que les attentats sont du jihad ou de l'islam ne seront pas agréé par Allah, car le Messager d'Allah a clairement dit : « Celui qui pratique une pratique ne faisant pas partie de notre religion, sa pratique sera rejetée. » et dans une version autant authentique : « Celui qui innove dans notre religion ce qui n'en fait pas partie sera rejeté. » Même si quelqu'un ne fait pas d'attentat mais s'en réjoui quand il en prend connaissance, alors il commet un grand pêché.

    Il faut certes détester ceux qui falsifient le jihad, car Allah n'aime pas ces gens. Et la fin ne justifie pas les moyens.
    Sur le sens du jihad, l'imam Ahmed ibnou Taymiya رحمه الله a dit dans Majmou' al fatawa (10/191) :
    « La réalité du djihâd est l'ijtihad (l'effort, le combat) dans l'obtention de ce que Allah aime parmi la foi et les œuvres vertueuses, et le rejet de ce que Allah déteste parmi la mécréance, la perversité et le pêché. »

    Le 13 Janvier dernier Manuel Valls parla de "tentation du jihad", mais il aurait plutôt fallu dire "tentation du crime". C'est un amalgame dangereux qu'il a fait. Dans ce même discours il scanda "laïcité, laïcité, laïcité". Or, ce n'est pas la réaction que Dieu nous demande d'avoir face aux crimes, au racisme et aux injustices.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par SebastienCreo, Aujourd'hui

    Robocop, tout sur le plus célèbre flic de Détroit de Calum Waddell

    J'avais douze lorsque le premier Robocop est sortie au cinéma en 1987 mais c'est lors du deuxième opus qui est sortie en 1990 que j'ai finalement eu la chance de le voir au cinéma. Ce documentaire explique la genèse d'une icone de la culture populaire ainsi que ses suites réussies ou non. On parle même de la nouvelle monture de 2014, que je n'ai pas trop aimé autant de la version original Robocop veut ce venger de ces bourreaux que le Reboot où le personnage fait trop allusion à sa famille (pas que cela n'est pas important dans le film mais cela apporte une longueur inutile car on comprend très vite le propos du réalisateur). Je comprends un peu pourquoi il est dans ce section ado pourtant ce livre est plus fait pour leurs parents.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Wewillcarryyouoverthemountains, Aujourd'hui

    Récoltes et semailles de Alexandre Grothendieck

    Le petit tableau que je viens de brosser n’est pas spécial au monde des mathématiciens. Il illustre des conditionnements invétérés et immémoriaux, qu’on rencontre dans tous les milieux et dans toutes les sphères de l’activité humaine, et ceci (pour autant que je sache) dans toutes les sociétés et à toutes les époques. J’ai eu occasion déjà d’y faire allusion, et je ne prétends nullement en être exempt moi-même. Comme le montrera mon témoignage, c’est le contraire qui est vrai. Il se trouve seulement qu’au niveau relativement limité d’une activité créatrice intellectuelle, j’ai été assez peu touché par ce conditionnement-là, qu’on pourrait appeler la "cécité culturelle" - l’incapacité de voir (et de se mouvoir) en dehors de l’ "Univers" fixé par la culture environnante.
    > lire la suite

  • Par olivberne, Aujourd'hui

    La Chanson de Roland de Anne-Marie Cadot-Colin

    L'empereur a pris Saragosse. Mille francs sont chargés de fouiller la ville, les synagogues et les mosquées. Avec des maillets de fer et des haches, ils fracassent les statues et toutes les idoles: il ne doit subsister ni sortilège, ni hérésie. Le roi croit en Dieu et veut le servir fidèlement. Les évêques bénissent les eaux et les païens sont conduits au baptistère. Si l'un d'eux fait mine de refuser, Charlemagne le fait pendre, bruler ou décapiter.
    > lire la suite

  • Par Wewillcarryyouoverthemountains, Aujourd'hui

    Récoltes et semailles de Alexandre Grothendieck

    La plupart des mathématiciens, je l’ai dit tantôt, sont portés à se cantonner dans un cadre conceptuel, dans un "Univers" fixé une bonne fois pour toutes - celui, essentiellement, qu’ils ont trouvé "tout fait" au moment où ils ont fait leurs études. Ils sont comme les héritiers d’une grande et belle maison toute installée, avec ses salles de séjour et ses cuisines et ses ateliers, et sa batterie de cuisine et un outillage à tout venant, avec lequel il y a, ma foi, de quoi cuisiner et bricoler. Comment cette maison s’est construite progressivement, au cours des générations, et comment et pourquoi ont été conçus et façonnés tels outils (et pas d’autres. . . ), pourquoi les pièces sont agencées et aménagées de telle façon ici, et de telle autre là - voilà autant de questions que ces héritiers ne songeraient pas à se demander jamais. C’est ça "l’ Univers", le "donné" dans lequel il faut vivre, un point c’est tout ! Quelque chose qui paraît grand (et on est loin, le plus souvent, d’avoir fait le tour de toutes ses pièces), mais familier en même temps, et surtout : immuable. Quand ils s’affairent, c’est pour entretenir et embellir un patrimoine : réparer un meuble bancal, crépir une façade, affûter un outil, voire même parfois, pour les plus entreprenants, fabriquer à l’atelier, de toutes pièces, un meuble nouveau. Et il arrive, quand ils s’y mettent tout entier, que le meuble soit de toute beauté, et que la maison toute entière en paraisse embellie. Plus rarement encore, l’un d’eux songera à apporter quelque modification à un des outils de la réserve, ou même, sous la pression répétée et insistante des besoins, d’en imaginer et d’en fabriquer un nouveau. Ce faisant, c’est tout juste s’il ne se confondra pas en excuses, pour ce qu’il ressent comme une sorte d’enfreinte à la piété due à la tradition familiale, qu’il a l’impression de bousculer par une innovation insolite. Dans la plupart des pièces de la maison, les fenêtres et les volets sont soigneusement clos - de peur sans doute que ne s’y engouffre un vent qui viendrait d’ailleurs. Et quand les beaux meubles nouveaux, l’un ici et l’autre là, sans compter la progéniture, commencent à encombrer des pièces devenues étroites et à envahir jusqu’aux couloirs, aucun de ces héritiers-là ne voudra se rendre compte que son Univers familier et douillet commence à se faire un peu étroit aux entournures. Plutôt que de se résoudre à un tel constat, les uns et les autres préféreront se faufiler et se coincer tant bien que mal, qui entre un buffet Louis XV et un fauteuil à bascule en rotin, qui entre un marmot morveux et un sarcophage égyptien, et tel autre enfin, en désespoir de cause, escaladera de son mieux un monceau hétéroclite et croulant de chaises et de bancs...
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio