> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Michael Almodovar
    Michael Almodovar
    Michaël Almodovar - Les torches d'Arkylon A l'occasion de la Japan Expo à Paris, la..
  • Jean-Christophe Rufin
    Jean-Christophe Rufin
    Un mont Blanc en quête d'auteurs (avec Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson au mont..
  • John Banville
    John Banville
    La lumière des étoiles mortes - John Banville RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 Dans la veine..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Christophe  Christophe Maris

    « Les entrelacs de la mémoire » est votre neuvième journal. Vous avez également écrit des romans. Qu`est-ce-qui vous attire dans ce genre particulier qu`est l`écriture d`un journal ?


    Le travail autour du journal est totalement différent puisque genre littéraire différent. En ma qualité de journaliste, c`est une autre façon d`aborder le quotidien mais aussi la possibilité pour moi de jouer entre le grave et le léger à savoir : quand un événement marquant est d`ordre plutôt lourd, je le traite avec une certaine légèreté, il m`arrive même d`en faire un petit sketch et de jongler avec les mots ; à l`inverse quand je traite d`un sujet dit « léger », je m`applique à le traiter avec gravité. Cela permet la distance et la résistance à la sympathie, à ne pas confondre avec l`empathie.



    Lorsqu`on lit votre journal, on vous imagine écrire au jour le jour, comme une tâche quotidienne parmi d`autres. Est-ce le cas ? Vous imposez-vous d`écrire tous les jours ?


    J`écris effectivement quasiment tous les jours mais ce n`est pas une tâche anodine, presque vide de sens, loin de là. Cela demande une rigueur et une veille permanente autour de l`info ; il en va de même pour les rencontres effectuées (rencontres personnelles, interviews relatées de personnes connues ou pas). Je ne m`impose pas d`écrire tous les jours, je m`y applique avec un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement bien organisées, appelées les Mimics, ont l...


À quelques jours de leur mariage, Lynette et Bran partent se promener en forêt. Le rendez-vous amoureux tourne rapidement au cauchemar qu...


Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...


Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’i...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par PiertyM, Aujourd'hui

    Les Misérables, tome 3 : Marius de Victor Hugo

    Entre les détails sur la guerre de Waterloo et le regard sombre d'une société assujettie aux différentes formes de misères, c'est au tour de la misère de Marius que Victor Hugo va nous partager après celle de Jean Valjean, Fantine et Cosette...

    Marius est un jeune révolté, qui met comme une suspension sur sa vie, sur ses connaissances lorsqu'il découvre que son père a été un vaillant officier de la guerre de Waterloo, racine à laquelle son grand-père, M Gillenormand a toujours voulu l'en détacher...Mais quand les fourmis d'ADN fourmillent, reconnaître sa racine devient une nécessité. C'est alors que Marius va se révolter contre son grand-père d'abord ensuite contre lui-même...
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Lire-une-passion, Aujourd'hui

    L'apprenti d'Araluen, Tome 2 : Le chant des Wargals de John Flanagan

    RISQUES DE SPOILERS !!

    J’ai lu le tome 1 de cette série il y a déjà un petit moment, et je dois dire que j’avais vite été prise dans l’histoire et l’univers que nous dépeint l’auteur. J’avais adoré l’humour de Halt, l’innocence de Will et l’imagination qui en déborde. Alors c’était avec plaisir que j’ai voulu continuer cette aventure et je n’en suis pas déçue, bien au contraire ! Finir en un jour un livre, c’est ce qui prouve qu’on l’a apprécié, non ?

    Cette fois-ci, nous retrouvons certes Will, mais il ne fera pas la route avec son maître, Halt, mais un ancien apprenti de ce dernier : Gilan. Devenu Rôdeur aguerri, il souhaite prendre sous son aile le plus jeune, le temps d’un voyage pour aller en Celtica, afin de prévenir le roi des Celtes, des plans maléfiques de Morgarath. Cependant, ce voyage ne se passera évidemment pas comme c’était prévu. D’embuscades en événements inattendus, Will, Gilan et leurs coéquipiers vont devoir faire montre d’une grande patience et d’autant d’intelligence mais surtout de finesse.

    Concernant les personnages, j’étais ravie de tous les retrouver. Bien qu’il ait gardé sa part d’innocence, Will est un jeune homme que j’apprécie beaucoup. Dans ce second tome, il a pris de l’assurance et on sent en lui un fin stratège et une grande intelligence qui l’aidera bien des fois. Cependant, sa fougue et son envie de réussir le mèneront sur des chemins sinueux où il n’en sortira pas vraiment indemne.

    Gilan, quant à lui, est le sosie de Halt. Rigolo, sarcastique, stratège et un sacré Rôdeur, il se verra être un allié de taille pour Will et Horace. Pendant leur périple, il ne perdra pas de vue que les deux plus jeunes se doivent de s’entraîner encore, et c’est pourquoi il leur donnera des leçons dès qu’il le pourra. J’ai beaucoup retrouvé de Halt en lui, et même si le premier m’a manqué dans ce tome, l’absence n’a pas été aussi grande que je le pensais, grâce à Gilan.

    Quant à Horace, si dans le premier tome je ne le supportais pas, ici, je l’ai trouvé changé, grandi et fier. Fier d’être un soldat mais aussi un fidèle ami pour Will. Bien que les deux aient eu des rancœurs dans leur jeunesse, ils ont su mettre cela de côté pour s’allier le temps d’un voyage.

    Un nouveau personnage fait aussi son entrée dans ce cercle très serré, et si au début je n’arrivais pas à le cerner et que je voyais le mal dès qu’il parlait ou faisait un geste, je me suis vite attachée à sa personne. Il est doux, amicale, calme mais à plusieurs faiblesses qui le rendent attachant.

    Passons à l’intrigue. Même si je n’ai pas été aussi emballée que le premier tome étant donné que je connais le fil conducteur et que le plaisir de la découverte n’est plus vraiment complet, j’ai tout même beaucoup aimé les retournements de situation. Toute l’action se cantonne au fait de devoir prévenir le roi des Celtes de la future invasion de leur ennemi commun. L’action et le suspense sont au rendez-vous tout le long du récit, et même si malgré tout on connaît l’issue de ce livre, l’on est totalement pris par les événements et les retournements de situation que nous offre l’auteur. Malgré cela, le combat final, bien qu’il ait été magnifique et pour lequel j’ai réussi à imaginer parfaitement les actions, est arrivé bien trop vite pour moi. Vous allez trouver cela bizarre, étant donné que nous nous y préparons depuis le début du roman, mais… je l’ai trouvé trop soudain. C’est peut-être moi qui ai un souci, sait-on jamais !

    En résumé, un second tome qui reste dans la lignée du premier, qui se dévore, aussi vite, voire plus. Des personnages qu’on apprécie retrouver car ils ont grandi autant physiquement que mentalement. Des actions et du suspense jusqu’au bout du roman, mai un combat final qui arrive un peu trop soudainement à mon goût, bien qu’on y est été préparés dès le départ. Une saga que je continuerai évidemment avec grand plaisir au plus vite !

    Justine P.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Malivriotheque, Aujourd'hui

    Cent ans de Solitude de Gabriel Garcia Marquez

    Quand José Arcadio Buendia et Ursula font un mariage consaguin, ils ne se doutent pas que leur choix va plonger leurs descendants dans cent ans de malédictions au coeur du village de Macondo...

    C'est présenté comme l'ouvrage d'une vie, comme un chef-d'oeuvre, comme l'origine mythologique même de l'écriture colombienne contemporaine, comme l'un des meilleurs livres du siècle dernier.
    Et d'un certain côté, c'est vrai.
    C'est prenant, poétique, lyrique, mystique, massif, superbement traduit, inimitable, abouti.
    C'est une fresque, une saga, un univers, un enchantement, un conte, une épopée, un voyage dans l'espace et le temps.
    C'est frais, c'est beau, inégalé.
    Mais c'est long, très long. Mais c'est redondant, très redondant. Et même si ça se laisse très bien lire (quoique de manière contradictoire ce livre ne soit pas accessible à tout le monde), le lecteur embarqué dans cette croisière atypique finit un peu par se décourager. Pour entrer en pleine communion avec l'auteur lors de ce pèlerinage artistique, cette expérience quasi unique, il faut néanmoins connaître un minimum la vie de l'auteur qui rend hommage à ses racines, créant le mythe en y ajoutant une part de surnaturel presque naturel.
    Nous n'avons pas affaire à un roman quelconque, on ne peut pas lire ce dernier cinq minutes chaque soir avant de se coucher. Il faut s'y plonger. Réellement. Au risque de trop en attendre, alors que l'auteur joue sur la durée et le caractère répétitif de son récit. Après tout, cent ans, il faut les vivre ! Mais à force de lecture, on se perd avec les personnages, et sur les personnages, qui ont tous les mêmes noms. Bien que ce procédé stylistique soit hautement significatif et constitue une part fort symbolique du récit, il engendre toutefois lassitude et désorientation dans les méandres labyrinthiques de l'intrigue familiale.
    La fin, quant à elle, est absolument sublime, une merveille de poésie abymique (permettez ce néologisme) et d'excellence littéraire.
    Il faut vraiment prendre le temps de savourer cet ouvrage, pour en apprécier toutes les saveurs et surtout ne pas se laisser dépasser par la longueur et les répétitions qui peuvent freiner un lecteur trop impatient ou qui a un temps limite de lecture.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Koneko-Chan, Aujourd'hui

    Fruits Basket, tome 1 de Natsuki Takaya

    Shigure : C'est la première fois que je voyais Yuki perdre son sang froid !
    Yuki : Mais... Je n'ai pas du tout perdu... ... ... ... mon sang froid.
    Kyô : Tu parles ! Il mourrait d'inquiétude !
    Yuki (frappe Kyô) : Tu es sûr que tu ne parles pas de toi ?!
    Kyô : Yuki ! Tu vas me le payer !

    Shigure : ... Eh oui... Bienvenue chez nous, Tohru !
    Tohru : ... Merci beaucoup !
    > lire la suite

  • Par Koneko-Chan, Aujourd'hui

    Fruits Basket, tome 1 de Natsuki Takaya

    Kyô (à Tohru) : Moi, je ne sais pas pourquoi je fais ça ! D'ailleurs, dès que tu es partie, ça m'a énervé ! Et comme il n'y avait pas de raison, ça m'a énervé encore plus !

  • Par gertrudeiam, Aujourd'hui

    Un soir de décembre de Delphine de Vigan

    Parler de soi est aussi une manière de donner.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio