> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • GONZAGUE TOSSERI
    GONZAGUE TOSSERI
    GONZAGUE TOSSERI - Le Bal des hommes RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 La Brigade mondaine mène..
  • Jennifer Murzeau
    Jennifer Murzeau
    JENNIFER MURZEAU - Il bouge encore RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 Jennifer Murzeau analyse la dérive..
  • Romain Slocombe
    Romain Slocombe
    ROMAIN SLOCOMBE - Avis à mon exécuteur RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 Parce que la réalité dépasse..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Christophe  Christophe Maris

    « Les entrelacs de la mémoire » est votre neuvième journal. Vous avez également écrit des romans. Qu`est-ce-qui vous attire dans ce genre particulier qu`est l`écriture d`un journal ?


    Le travail autour du journal est totalement différent puisque genre littéraire différent. En ma qualité de journaliste, c`est une autre façon d`aborder le quotidien mais aussi la possibilité pour moi de jouer entre le grave et le léger à savoir : quand un événement marquant est d`ordre plutôt lourd, je le traite avec une certaine légèreté, il m`arrive même d`en faire un petit sketch et de jongler avec les mots ; à l`inverse quand je traite d`un sujet dit « léger », je m`applique à le traiter avec gravité. Cela permet la distance et la résistance à la sympathie, à ne pas confondre avec l`empathie.



    Lorsqu`on lit votre journal, on vous imagine écrire au jour le jour, comme une tâche quotidienne parmi d`autres. Est-ce le cas ? Vous imposez-vous d`écrire tous les jours ?


    J`écris effectivement quasiment tous les jours mais ce n`est pas une tâche anodine, presque vide de sens, loin de là. Cela demande une rigueur et une veille permanente autour de l`info ; il en va de même pour les rencontres effectuées (rencontres personnelles, interviews relatées de personnes connues ou pas). Je ne m`impose pas d`écrire tous les jours, je m`y applique avec un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement bien organisées, appelées les Mimics, ont l...


À quelques jours de leur mariage, Lynette et Bran partent se promener en forêt. Le rendez-vous amoureux tourne rapidement au cauchemar qu...


Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’i...


Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Sayyadina, Aujourd'hui

    Les oiseaux se cachent pour mourir de Colleen McCullough

    Qui ne connait pas ce livre? Tout du moins le titre de ce livre. Je devrais plutôt dire qui n'a jamais vu le téléfilm ou la mini série (comme vous avez envie de le dire). Tout le monde en a au moins entendu parler.

    D'ailleurs quand j'en parle ou quand j'entends ou voit le titre, je pense à Père Ralph et à son interprète aux charmes ravageurs: Richard Chamberlain (ne me demandez pas le nom des autres acteurs, je ne pourrais vous les dire).

    En lisant ce livre, j'étais souvent entrain de penser à revoir la série et j'ai vraiment envie (j'ai demandé à une amie de me passer ses DVD et c'est pour bientôt). A chaque passage, je m'apercevais que je me rappelais relativement bien de certains passages et d'autres qui ne me disaient rien.

    En avançant, je me suis aperçue que le roman m'en rappelait un autre: Autant en emporte le vent, de part le fait que c'est un peu la saga familiale autour d'un domaine et l'histoire d'amour relativement impossible (même si elle l'est un peu moins dans Autant en emporte le vent).

    Pendant un moment, je me suis souvent demandé comment l'auteur allait réussir à mettre sur le tapis, les sentiments de Ralph et Meggie sans tourner sur un ton qui aurait ressemblé à de la pédophilie (dois je rappeler qu'ils se sont rencontrés quand Meggie avait 10 ans et lui avait une vingtaine d'années).

    Mais en plus des malheurs amoureux des deux personnages principaux, il y a souvent les malheurs familiaux qui sont relativement nombreux et par moment sont très rapprochés (Paddy et Stu). Si certains passages font pleurer, d'autres me font rêver et me donnent envie de me rapprocher de la culture australienne et d'en savoir un peu plus sur la construction de ce pays.

    Malgré une certaine longueur, je peux pas dire que j'ai beaucoup ressenti cette longueur même si j'ai eu des débuts fort lents (qui sont dûs à des évènements plus personnels que littéraires).

    C'est une "petite" lecture que je recommande surtout si vous avez vu la série et qu'elle vous a plu.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par malko, Aujourd'hui

    Reflex de Maud Mayeras

    J'ai découvert Maud Mayeras avec Hématome : C'était bien sympatoche mais ca ressemblais plus à du réchauffé qu'autre chose…On fait un mélange de plusieurs romans et hop hop hop ni vu ni connue j'embrouille mon lecteur…

    Avec reflex, on retrouve une écriture beaucoup plus mature. Chapitres courts, concis, dynamique…On n'a l'impression que ce n est plus du tout la même auteure ! (sort de ce corps satanas ! )et j'avoue ne pas avoir deviné un instant le dénouement.

    Reflex (malgré quelques invraisemblances) est un très bon thriller , original et imprévisible qui tient en haleine le lecteur jusqu' au bout….
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par x-livres-passion-x, Aujourd'hui

    The Lying Game, tome 6 : Pas vu pas pris de Sara Shepard

    Et voilà, je viens de terminer les aventures du jeu du mensonge. Le sixième et dernier tome de cette saga est parfait. La couleur de la couverture me plait beaucoup, elle met réellement le titre en valeur.

    Le corps de Sutton est enfin découvert. Mais pour la police, tous les soupçons se concentrent sur Emma. C’est pourquoi, elle va devoir prouver son innocence mais surtout trouver qui a tué sa sœur jumelle.

    Comme tous les autres tomes de cette série, les pages défilent très rapidement, l’intrigue est mystérieuse et me plait toujours autant. L’écriture de Sara Shepard est très addictive et fluide. On ne s’ennuie jamais dans aucun des tomes et ici encore, c’est pareil. L’action est présente dès le début.

    Emma est en danger, le tueur est constamment en train de la surveiller. Et elle ne peut toujours rien dire à personne pour ne pas mettre dans les mains du tueur la famille et les amis de Sutton. Mais ce n’est pas évident de cacher cela alors que tout se retourne contre elle et que la police est sur son dos et la surveille également.

    Ce qui est dommage dans Pas vu pas pris, c’est qu’on oublie complétement le jeu du mensonge, on n’en parle pratiquement pas. Mais au final, cela est sans importance, tellement Pas vu pas pris est rempli de rebondissements.

    Pas vu pas pris est un excellent tome, et clôture en beauté cette série. Je suis très étonnée par l’identité du tueur, et je peux donc affirmer que Sara Shepard a su me mener en bateau, et me faire soupçonner tous les proches de Sutton sauf le tueur. Je recommande cette série, n’hésitez pas à la découvrir.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio