> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos


Ecrivez un texte sur le thème d'Halloween
Découvrez notre entretien avec Olivier Adam
Nouvelle compétition autour de l'écologie et de la nature

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Myriam  Myriam Levain

    Si vous deviez présenter Romy en quelques mots à un ou une amie qui s`apprête à la rencontrer, que diriez-vous ?

    Qu`il ou elle va l`adorer, car Romy, c`est nous en pire.


    Y comme Romy fait suite à la publication de La génération Y par elle-même, un essai à quatre mains que vous aviez publié en 2012. Après ce travail d`enquête, qu`est-ce qui vous a donné l`envie d`incarner cette génération sous forme fictionnelle ?

    Y comme Romy, finalement c`est la suite de la génération Y par elle-même. Mais cette fois-ci, on a choisi de partir d`une individualité pour parler de notre génération de façon plus personnelle et plus intime. Romy Idol incarne la génération de ces jeunes adultes, qui ont gardé un côté ado tout en étant dans la vie active, qui galèrent en amour et au travail et sont les rois du système D.


    On sent la part documentaire (autobiographique ?) dans les anecdotes qui émaillent la vie de Romy. Mais a-t-elle des antécédents romanesques ? On pense par exemple à Bridget Jones d`




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



La fin du diptyque de Mariolle et Bourgouin: le destin du guitariste prodige ...


Enrique Rodríguez Ramírez est professeur d’Histoire de l’Art à l’université du Pays Basque (où Altarriba a enseigné la li...


Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que per...


Après la contre-attaque de Negan sur Alexandria, les dégâts et les pertes sont lourds. Negan a réuss...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par marina53, Aujourd'hui

    Ceux qui me restent de Laurent Bonneau

    Florent quitte la terre ferme le temps d'un voyage en Angleterre. Là-bas, il espère de tout cœur retrouver Jenny, une jeune anglaise rencontrée 2 fois mais dont il est tombé fou amoureux et ainsi commencer sa vie avec elle. Surprise par cette venue inattendue, elle se laisse charmer par le jeune homme et lui fait une déclaration des plus surprenantes. Elle veut une véritable histoire d'amour avec une maison en Normandie, manger du camembert toute la vie et surtout une petite fille au doux prénom de Lilie...
    5 ans ont passé... La petite Lilie est bien là tandis que Jenny n'est plus... Sans réellement comprendre ce qui lui arrive, la petite fille assiste aux obsèques de sa maman sur sa terre natale tandis que Florent voit subitement sa vie s'écrouler. Lilie est tout ce qui lui reste et lui, son seul refuge. Sur le bateau qui les ramène en France, alors que la petite s'en va chercher un coca, il la perd de vue quelques minutes, plongé dans ses pensées, à se demander comment il va faire pour surmonter cette terrible épreuve. Elle reste introuvable alors il part à sa recherche. Partout, il court, demande si quelqu'un ne l'aurait pas aperçue...

    N'était cette quatrième de couverture trop bavarde qui mentionne "Voyage en Alzheimer", l'on est bien loin de se douter de la tragédie qui se joue entre ce père et sa fille. Une seule planche, pleine page, et l'on comprend que Florent voyage dans ses souvenirs qu'il voit s'envoler petitement et qu'il essaie de rattraper. Damien Marie et Laurent Bonneau nous offrent une escapade intense, émouvante et d'une force incroyable. Ce huis clos entre un père trop absent et sa fille qui se cherchent continuellement sans vraiment parvenir à se rejoindre. Entre passé et présent, l'on est pris dans le tourbillon de ces souvenirs qui peu à peu se dérobent. Tout en retenue et d'une justesse incroyable, ce récit émeut de par ses quelques silences évocateurs, ses sentiments confus et pudiques et ses quelques touches de couleurs. Le dessin de Laurent Bonneau est d'une sobriété déconcertante.

    Ceux qui me restent ... à ne pas oublier...
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par tomboy, Aujourd'hui

    Le singe en nous de Frans de Waal

    Voilà un livre qui m'a passionné, un livre important à lire pour comprendre la nature humaine et nous remettre à notre place dans le règne animal. Frans de Waal semble avoir été influencé par Desmond Morris, dont il est le digne héritier. En tout cas ce grand scientifique donne du crédit à la psychologie évolutionniste. Il nous livre un agréable mélange d'observations, de réfléxions, d'explications d'expériences, de théories, d'anecdotes professionnelles ou personnelles sur les singes (la plupart du temps) ou sur les être humains (pas assez souvent). Il opère une synthèse de différentes idées reçues et travaux qui sont cités et parfois critiqués ; mais il raconte aussi ses propres découvertes en tant que primatologue. Ce document est très abordable, il n'y a quasiment pas de jargon scientifique, cela s'adresse vraiment au grand public, voire aux gouvernants. Car effectivement c'est aussi un livre politique, militant et empreint d'un optimisme un peu forcé et opportuniste, car aujourd'hui l'espoir est plus vendeur que le cynisme des années 80.

    Le titre de cet ouvrage aurait dû être « le singe bipolaire ». L'auteur explore en effet toutes les nuances de gris qui font la complexité humaine entre le pôle « bonobo» et le pôle «chimpanzé». Entre bien et mal, amour et guerre, égalitarisme et autoritarisme, intérêts partagés et intérêts particuliers, coopération et compétition, il s'agit de trouver le juste milieu. L'auteur est connu pour un certain optimisme sur la bonne nature des êtres humains. A la fin du livre il avoue exagérer un peu les bons côtés de l'Homme car ce dernier est traditionnellement vu comme un loup.
    Ce n'est donc pas un livre très objectif mais l'auteur exprime cependant clairement que la nature est violente, et la compétition (intra et intersexuelle, spermatique, sociale) omniprésente. Mais la coopération est possible si le couple est stable. Frans de Waal défend donc le modèle monogame de la famille nucléaire et suggère de vivre en petites communautés homogènes. Afin d'inciter les gens à plus d'empathie et de générosité, il compte sur les émotions. Je pense qu'il faut faire très attention à l'instrumentalisation des émotions par les médias notamment. On peut pleurer devant la misère du monde devant la télévision mais cela ne changera pas forcément notre vote. Selon moi il est préférable de faire appel à notre raison et se demander dans quelle société voulons-nous vivre : une société de chimpanzés ou une société de bonobos.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Mariloup, Aujourd'hui

    A Game of Thrones, Le Trône de Fer : Volume 1 (Bande Dessinée) de Daniel Abraham

    La grande fan du Trône de Fer que je suis, que ce soit de la série télévisée ou de la saga littéraire, s'est jetée sur ce premier volume de la saga en BD ou Graphic Novel et j'ai bien fais car tout ce que j'ai vu dans la série et lu dans les livres est retranscrit en images et en écriture dans cette BD donc pas de grand dépaysement pour moi mais pas de grandes découvertes du coup. J'ai juste un nouveau point de vue sur les personnages qui se rapprochent peut-être plus de l'image que je me faisais d'eux par rapport aux livres et qui ne ressemblent pas aux acteurs de la série, ce qui est un très bon point à mon sens comme les Targaryen qui ont bel et bien les yeux violets ici ainsi que dans les livres.
    J'ai noté quelques passages changés ou absents dans la série mais qui sont ici bien présents.

    La BD est plutôt sombre, c'est très sanglant et violent; le contraste entre les couleurs est fort; de plus, le trait est épais et très grossier surtout pour les visages; les dessins sont bien exécutés même si il y a plus d'images que de dialogues; j'ai remarqué que quelques répliques de la série sont répétées mot pour mot et voici un très bon point: les scènes clés de Game of Thrones sont toutes présentes.

    Je ne vais pas rappeler les bases de la saga (ce qu'est le Mur, qui est qui...), partant du fait, que c'est sans doute ceux qui ont vu la série ou lu les livres, qui liront cette nouvelle graphique.

    #Spoilers#
    1. Au-delà du Mur. (ce qui correspond au début de la série et du tome 1)
    Nous découvrons trois patrouilleurs de la Garde de Nuit qui devaient localiser un groupe de Sauvageons, ces derniers ne trouvent qu'un campement fantôme et tombent nez à nez avec des Marcheurs Blancs. La mort est inéluctable, un seul homme survivra et fuira.
    2. Changement de décor. Le Nord.
    On se retrouve en compagnie de la famille Stark: Robb, l'aîné, son jeune frère Bran et leur demi-frère Jon qui ont accompagné leur père Eddard Stark, gouverneur du Nord et seigneur de Winterfell pour l'exécution du déserteur de la Garde de Nuit qui jura jusqu'à son dernier souffle que les Marcheurs Blancs étaient de retour. Lors du voyage de retour, ils tombent sur le cadavre d'un loup géant avec des cinq louveteaux bien vivants. Le loup géant étant l'emblème de leur famille et Stark ayant cinq enfants (trois garçons, deux filles), ils leur furent assignés et Jon Snow, exclus pour cause de sa bâtardise, trouvera un /albinos qu'il gardera pour lui.
    3. Retour à Winterfell.
    La dame de Winterfell et épouse de Ned Stark, Catelyn, le rejoint dans le magnifique bois sacré pour lui annoncer une terrible nouvelle: la mort de son presque père, Main du Roi, Jon Arryn et la venue prochaine du Roi et de sa suite dans le Nord.
    4. Autre continent, de l'autre côté du Détroit.
    Un frère et une sœur. Viserys et Daenerys (ma préférée) Targaryen facilement reconnaissable à leur chevelure blonde presque blanche et à leurs yeux violets. La sœur étant jeune et soumise à son frère qui tient plus de la vipère que du dragon (emblème de leur famille). Leur fuite de Westeros (qui m'était plutôt étrangère) est rapidement décrite, ainsi que la déchéance de leur famille (la guerre de Robert Baratheon contre les Targaryen pour récupérer Lyanna Stark, la mort du Roi Fou...). Daenerys, réticente à souhait, est obligée de se faire belle pour rencontrer son futur mari imposé par son frère car ce dernier fait tout pour pouvoir un jour retrouver son trône. Il la vend à un barbare dothraki, Khal Drogo, pour disposer de sa gigantesque armée. La BD se termine sur leur première rencontre.

    En bref, cette BD est un bon complément à la série télévisée et à la saga littéraire mais elle n'est pas non plus indispensable et ne provoque aucune surprise. Je compte bien continuer à lire les prochains volumes, rien que pour le plaisir que me procure l'une de mes sagas préférées.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio