> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • François Descraques
    François Descraques
    À quelques heures de l?ouverture de la Japan Expo 2015, découvrez les réponses de François et Slim..
  • Vincent Colin
    Vincent Colin
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44686 ET POURQUOI..
  • Philippe Gervais-Lambony
    Philippe Gervais-Lambony
    Désordre et pacification des périphéries .Intervenants : Michel Agier, Stéphane Gatignon, Philippe..

Les écrivains et Twitter
Découvrez notre dossier sur Jean Teulé
Gagnez la Babelio Box de l'été

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Milena  Milena Busquets


    Blanca, l’héroïne de votre roman, vient tout juste de perdre sa mère. Au début de l’ouvrage, cette dernière est décrite par sa fille comme une personne amère et égoïste, mais son portrait s’adoucit à mesure que le récit avance. Pensez-vous que le deuil implique une phase de rejet du défunt ?


    Je ne crois pas du tout que la mère soit décrite comme une personne amère, comme quelqu’un de compliqué peut-être, comme quelqu’un qui soufre (on devient tous un peu méchants quand on souffre), mais pas amère. Et non, dans mon cas, il ni a pas eu « une phase de rejet ».


    Les femmes apparaissent comme les actrices principales de ce roman, notamment Blanca, sa mère et ses amies. Souhaitiez-vous faire passer un message particulier à ce sujet ?


    Non. Je crois que c’est un roman avec plein d’hommes, et que les hommes sont des personnages importants, à travers d’eux Blanca cherche à se sauver, à retourner à la vie.


    Le père de la narratrice n’est d’ailleurs que très peu évoqué dans l’ouvrage. Pensez-vous que les relations mères-filles soient les plus fortes et les plus compliquées ?


    Pas plus fortes, plus compliquées peut-être. J’ai choisi de parler de la relation mère-fille dans ce roman, peut-être dans le prochain je parlerais de la relation père-fille,...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce se...


Suivez le quotidien d’un manoir perdu dans la campagne Londonienne, dont le propriétaire est un jeune garçon de 12 an...


Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deu...


Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaite*. Vous y découvrirez no...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par latina, Aujourd'hui

    Une année à la campagne de Sue Hubbell

    « La Dame aux Abeilles », quel joli nom, n’est-ce pas ? C’est comme cela qu’on appelle la botaniste-bibliothécaire Sue Hubbell, installée dans les monts Ozark, dans le Missouri.
    Cette femme et son mari ont voulu quitter la vie urbaine, découvrir la vie sauvage en communion avec les bêtes et les plantes. Elle s’est retrouvée seule, et après quelque temps de furieux désespoir, a décidé de vivre.
    Vivre ! Quel programme merveilleux ! Car quoi de plus stimulant que de vivre dans les monts Ozark, entourée de lynx, de cerfs, de serpents, d’araignées, de cafards, de grenouilles, d’oiseaux, de chiens, de termites, de chats, de chauves-souris, de papillons...
    Quoi de plus exaltant que de marcher dans la forêt, dans des chemins bordés de fougères, de grimper le long de falaises et de découvrir le plus beau paysage du monde ?
    Mais quel programme difficile quand on est une femme seule, et qu’il faut apprendre à se débrouiller avec le camion et sa mécanique, les bâtiments – même si ce n’est qu’un chalet et une grange – à rafistoler, à chauffer, et surtout, les ruches et la miellerie à entretenir ! Car j’y reviens, la Dame aux Abeilles est apicultrice et possède des ruches disséminées dans tous les monts Ozark.
    Le travail ne manque pas, mais cela ne l’empêche pas de s’occuper de ses voisins (éloignés, cela va sans dire), d’accueillir ses amis dans son chalet, de participer à un barbecue avec les anciens combattants, de sauver de l’embourbement un camion enlisé dans un sentier, de s’engager dans la lutte contre la construction d’un barrage sur la rivière en bas de chez elle, et surtout d’observer, observer la vie grouillante, rampante, volante, végétale.

    J’ai adoré lire ces pages pleines d’humilité et d’humour, ces pages où explose la vie et où l’être humain a une position non pas prépondérante, mais tout à fait adéquate. Sue Hubbell ne se proclame pas maitresse des abeilles, des animaux et des plantes. Elle les accompagne et fait les bons gestes, c’est tout. Elle prend sa place dans un monde où chaque être a un rôle, du parasite d’oreilles du papillon de nuit au lynx.

    Si je devais trouver une bonne dénomination pour ce livre, je dirais que c’est un condensé instructif de sagesse souriante, oui, c’est tout à fait ça.
    Bonnes vacances dans les monts Ozark !
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par mazou31, Aujourd'hui

    Franquin, le Géant du Rire - Lire Hors-série de Collectif

    Un survol bien fait sur ce génie de la BD. Des inédits savoureux– pas assez évidemment ! –, beaucoup d'informations intéressantes et peu connues sur lui-même et ses amis, beaucoup de références bibliographiques, hélas sur des livres souvent épuisés. Indispensable à tout amoureux du plus grand dessinateur de BD du XXe siècle.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par TheWind, Aujourd'hui

    François sans nom, Tome 1 : Le Sculpteur et la voleuse de Matthieu Ricard

    La guerre de Cent ans est achevée. Sous le règne de Louis XI, la France se redresse peu à peu mais l'ombre de cette période triste et sanguinaire plane toujours au-dessus des villes moyenâgeuses.
    Sur les routes, des milliers de mercenaires désœuvrés errent et se regroupent en compagnie pour le plus grand malheur des villageois qu'ils attaquent impunément. C'était le cas des Coquillards qui sévissaient principalement en Bourgogne.

    On se souvient bien sûr de François Villon à qui la légende prête l'appartenance à cette bande malfaisante. François Villon, ce poète joyeux, ce poète maudit, ce mauvais garçon, disparu sans laisser de trace.


    C'est sur cette disparition que les auteurs de cette bande dessinée vont rebondir en créant le personnage de François sans nom. Ce François, homme rude et narquois, travaillant pour un sculpteur serait-il le poète ? Serait-il celui qui a côtoyé les Coquillards, ceux-là même qui s'en sont pris à la famille de Félyzée, jeune voleuse à la tire insolente que le hasard d'une fuite mettra sur son chemin ?
    Toujours est-il que la destinée de ces deux-là semblent désormais scellée, pour le meilleur peut-être mais plus certainement pour le pire !


    J'aime beaucoup cette bande dessinée. Pour plusieurs raisons.
    Cette fin de guerre de Cent ans est une époque que j'affectionne beaucoup. Empreinte d'une violence et d'une terreur pas tout à fait mises aux oubliettes, elle marque cependant un temps révolu où tout ne peut être que porteur de progrès.
    Les deux héros me plaisent bien. Des voyous qui ne reculent devant rien, que le destin force à cheminer ensemble envers et contre leur caractère indépendant et buté.
    Le graphisme est agréable et ça dans une bande dessinée, c'est tout de même primordial. Les dessins sont réalistes et nous plongent dans un décor médiéval qui me fascine. Ruelles étroites propices aux traquenards, maisons en colombages et en encorbellement, tavernes bondées où s'entremêlent brigands et prostituées, une main tenant la chope, l'autre plus audacieuse...
    On n' échappe pas bien sûr à quelques clichés historiques ( pour exemple, l’évêque puissant et colérique) mais qu'importe !
    Cette bande dessinée est une belle découverte et je compte bien lire la suite.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio