> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  •  Aristote
    Aristote
    Chronique littéraire du roman Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin..
  • Simone de Beauvoir
    Simone de Beauvoir
    Livres mentionnés dans la vidéo : - le deuxième sexe (Simone de Beauvoir) - Une chambre à soi..
  • HISA Masato
    HISA Masato
    Toutes les créatures mythologiques et légendaires existent et vivent dans une île : Area 51 ! Les..

Jouez autour du thème des vacances
Découvrez notre dossier sur Edgar Allan Poe
Derniers jours pour participer au défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deu...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par lebbmony, Aujourd'hui

    Cinder de Marissa Meyer

    Ce livre fait parti de la sélection baby challenge jeunesse 2015 de Livraddict, c'est donc naturellement que je l'ai ajouté à ma wichlist.
    Je dois avouer que de prime abord, la quatrième de couverture ne m'a pas convaincue.
    Mais après quelques pages, j'ai été séduite par le style de l'auteure et par Cinder notre héroïne.

    Sous ses faux airs de conte de fées, se cache une histoire bien plus complexe que le Cinderella dont nous avons l'habitude!

    Le récit est riche et pleins de rebondissements, les Lunaires et les menaces de guerre, le prince Kai, la belle mère, la maladie...Les personnages sont attachants et bien construits, il y a de nombreux personnages intéressants ce qui rend vraiment l'histoire complète . Le monde est complexe et bien construit un vrai petit bijou de SF.

    Même si on se doute très vite d'une partie du "dénouement", la fin de ce premier tome m'a tout de même surprise...

    Un vrai coup de cœur pour moi

    Les +: Un univers ou pleins de choses s’entremêlent .Une héroïne haute en couleur.

    Les -: Un peu prévisible pour une partie de l'histoire...

    Conclusion:

    J'attend la suite avec impatience!
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par DD78, Aujourd'hui

    Walking Dead, Tome 16 : Un vaste Monde de Robert Kirkman

    De nouveau beaucoup de rebondissements dans ce 16ème tome de la série "Walking dead" : une nouvelle communauté (à qui il va falloir faire confiance... ou pas...), un convalescent, un mort, l'amour... Bref, toujours une vie loin d'être facile pour notre Rick préféré, mais jusqu'où va-t-il être malmené ? Direction le tome 17 !!!
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par ninoule69, Aujourd'hui

    Musée du quai Branly de Michel Daubert

    Voici un très beau livre qui est certes consacré au Musée du Quai Branly. Mais c'est essentiellement un recueil de photographies qui fait la part belle aux oeuvres, avec très peu de textes. En fait, chaque chapitre consacré à un univers géographique souvent associé à un continent est introduit par quelques pages introductrices, puis laisse se succéder les oeuvres photographiées sous toutes les coutures ou presque. Qu'on soit clair, si vous espérez mieux comprendre en détails le sens, la facture de certains masques, totem ou objet funéraire, passez votre chemin, mais si vous aimez de temps à autres comme moi, feuilleter un album avec de belles images qui vous feront vagabonder en esprit comme lorsqu'on tourne au hasard les pages d'un album de famille, alors bienvenue, vous etes exactement à la bonne adresse.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Kittiwake, Aujourd'hui

    Spinoza avait raison : Joie et tristesse, le cerveau des émotions de Antonio R. Damasio

    Ce n’est pas une coïncidence si le mot « question » apparaît plus d’une dizaine de fois dans Hamlet ou si la pièce commence par une interrogation bien particulière : « Qui est là ? » Spinoza est né à l’âge du questionnement, une époque qu’on pourrait aussi bien appeler l’âge d'Hamlet

  • Par agnesdds, Aujourd'hui

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

    J'ai beaucoup aimé ce roman qui traite de la haine des Blancs contre les Noirs dans le sud des Etats Unis, après la guerre de Sécession et de l'injustice commise envers les Noirs. Mais je regrette que la fin survienne aussi vite sans savoir qui a réellement tué Bob : Jem ? Boo ? ou lui-même ?

  • Par Charybde2, Aujourd'hui

    Le coeur du problème de Christian Oster

    Pour dire les choses vite, quand je suis rentré chez moi ce soir de juillet, il y avait un homme mort dans le salon. Pour le dire plus précisément, l’homme était allongé sur le ventre, à l’aplomb de la mezzanine où nous avions notre chambre, Diane et moi, et dont j’ai vu que la balustrade avait cédé. Nous devions depuis longtemps renforcer cette balustrade, qui commençait à présenter du jeu. Je sortais d’un rendez-vous de travail particulièrement improductif et j’étais plutôt de mauvaise humeur, si bien que ma première réaction a été une forme d’agacement, un peu comme si je venais de trouver le salon en désordre ou, pour être plus juste, comme si ce qui ressortait de ce que j’avais découvert avait prioritairement à voir avec le désagrément. J’ai rapidement pris conscience que l’homme était mort, du moins après l’avoir vérifié comme j’ai pu, palpation du pouls, test du miroir, constat d’un début de rigidité, mais l’agacement a persisté alors même que je me rendais compte de la gravité de la situation. Je tentais de me représenter, au-delà de cet écueil psychologique, les faits avec la plus grande objectivité, et je me suis mis en devoir, alors que je n’y parvenais pas encore, de les aborder de manière efficiente. Bien que je n’eusse pas vu sa voiture garée devant chez nous (ce qui était d’ailleurs normal à cette heure, dix-neuf heures, puisqu’en principe elle rentrait vers vingt heures de ses consultations à l’hôpital, j’ai pensé que Diane était peut-être là (avec ce corps au milieu du salon, tout devenait possible) et j’ai commencé par la chercher dans la maison, en évitant de crier son nom à cause du mort, par une sorte de pudeur qui interférait avec ma sidération, puis des voisins. Nous avions hérité avec la propriété, Diane et moi, d’une double mitoyenneté, et, en dépit de la distance de quelque cinquante mètres à laquelle s’érigeaient nos murs d’enceinte, les sons portaient. Si j’ai pensé que Diane pouvait être là, c’est aussi, évidemment, parce que l’homme n’ayant guère pu entrer chez nous par ses propres moyens – la serrure n’avait pas été forcée -, il n’y avait qu’elle pour avoir pu l’y introduire.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio