> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Joël Clerget
    Joël Clerget
    Joël Clerget "Comment un petit garçon devient il un papa ?" Devenir père n'est pas..
  • Denis Robert
    Denis Robert
    Avant-première de L'Enquête à Angoulême Le film L'Enquête de Vincent Garenq était..
  • Mathieu Lauffray
    Mathieu Lauffray
    Angoulême jour 3 - les dédicaces du samedi matin Nicoby et Eric Aeschimann dédicacent à 4 mains..

Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent
Rendez-vous à Angoulême !
Quand nos membres rencontrent Chimamanda Ngozi Adichie

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Amélie  Amélie Lucas-Gary

    A l`image du Minotaure dans son labyrinthe, ou du gardien d`hôtel du Shining de Stephen King, le gardien de votre livre est intimement lié à sa Grotte. Existerait-il sans elle ? Où s`arrête le gardien, et où commence la grotte ?

    J`aime bien penser leur relation en terme de volume. Ils sont tous les deux à la fois forme et contre-forme : le gardien invente la grotte et en même temps son récit vient épouser les parois de la cavité. L`un commence exactement où l`autre s`arrête.


    Chapitre après chapitre, la Grotte est tour à tour un refuge, une matrice, un boudoir, un musée, une tombe, un piège, un temple, un portail, un inconscient refoulé etc. Aviez-vous une volonté d`épuisement systématique des significations, à la manière d`un Georges Pérec ou d`un Italo Calvino ?

    J`avais davantage à l`esprit un débordement : occuper tout l`espace et même plus. L`aspect parodique de Grotte tient à cette outrance : il se passe beaucoup trop de choses, et en même temps, c`est assez creux, les mots résonnent. Ce paradoxe me réjouit.
    Je n`entretiens pas de rapport particulier avec l`écriture de Georges Pérec.




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Taniguchi met ici en scène la rencontre entre deux adolescents dans le Japon de l'entre-deux guerres (1925-1932). T...


"Lorsqu'un Don Juan se retrouve prisonnier sur une île remplie de femmes... Céleste Bompard est un « Coq en l'air », un as de la...


La Colline, Alexandria Quelque temps après la Guerre totale. Une autre vie commence pour les surviva...


Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’ava...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par Plumesdelune, Aujourd'hui

    Le Prince des Nuages, Tome 1 de Christophe Galfard

    J’étais attirée par cette belle couverture depuis un petit bout de temps déjà, mais ce n’est qu’au Salon de Montreuil que j’ai finalement franchi le pas en l’achetant. C’est un livre très agréable à lire avec une jolie histoire. Qui n’est certes pas hyper originale sur le fond (la quête typique du tyran qu’il faut détrôner pour à nouveau vivre heureux dans le meilleur des mondes), mais j’ai par contre beaucoup accroché aux décors et au monde dans lequel l’histoire se déroule. Forcément, ça se passe dans le ciel, sur les nuages et tout ça est très poétique ma foi. Ce monde est le reflet de notre Terre (dystopie ou anticipation, vous choisissez celui que vous voulez) et il est très intéressant à découvrir et puis ça donne au roman un côté tout doux tout duveteux (ou c’est juste moi qui aies un problème avec les nuages).

    Bref, outre ce décor onirique, le livre, bien qu’étant un livre pour enfant, adopte aussi un côté hyper écologique; notamment dans la guerre qui oppose le Tyran aux gentils et surtout dans l’explication des comportements des différents partis. C’est un bon moyen de faire réfléchir les jeunes générations à propos de tout ces sujets qui peuvent être un peu rébarbatifs à cet âge.

    Sinon, j’ai beaucoup aimé le fait que ce soit une histoire illustrée (et en plus les illustrations sont belles, quoiqu’en noir et blanc, mais bon c’est déjà ça hein, on va pas chipoter). Et puis surtout, entre les différents chapitres et au milieu de ma version du bouquin, on retrouve des explications scientifiques par rapport à certains éléments du ciel comme l’eau et les nuages, la lumière, les couleurs, l’effet de serre, pourquoi le ciel est bleu etc. C’est expliqué très simplement et du coup ça rend accessible tout un tas d’information auxquelles des fois on ne pense même pas. Donc voilà, ça rend un peu plus, si ce n’est intelligent, au moins au courant. Ce qui est déjà quelque chose.

    Le roman se lit rapidement et c’est très bien écrit. Si ce n’est que le style est très ciblé pour les enfants, c’est normal et je n’ai pas de problème avec ça, mais personnellement j’aime bien quand le style est un peu plus subtil, ça rend la lecture un peu moins superficielle (dans l’écriture hein) pour les grands enfants comme moi.

    Et puis des fois j’ai eu quelques bugs au niveau des changements de chapitre. Je n’ai parfois pas eu l’impression que le chapitre était terminé et pouf quand je tourne la page je me retrouve dans un autre chapitre. A plusieurs moment la transition n’était pas évidente pour moi.

    Et pour finir je dirai que j’ai beaucoup aimé le personnage du capitaine dépressif Wahking, c’était assez inattendu cette combinaison mais en fait, ça marche bientôt bien. En somme j’ai hâte de retrouver tout ce petit monde dans la suite de leurs aventures !
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Lire-une-passion, Aujourd'hui

    Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi

    J'aime de plus en plus les romances que publie City Editions. En plus d'une couverture fraîche qui pousse à les lire, les histoires à l'intérieur sont drôles bien que les séparations y soient pour quelque chose. Encore une fois, celle-ci m'a attirée, et je dois dire que j'en ressors très satisfaite ! Encore une romance qui me pousse à en lire d'autres et encore d'autres ! Alors en plus quand c'est une auteure francophone, je dis oui et re-oui !

    Marie a décidé de faire une grosse surprise à son mari pour ses quarante ans. Comme d'habitude, elle lui organise une petite fête, mais la petite spécialité de cette année c'est qu'elle part. Oui, oui, vous avez bien lu : elle le quitte après de longues années en sa compagnie et des jumelles qui ont aussi pris chacune leur indépendance. Ayant marre de sa vie monotone, elle a décidé d'aller faire le tour du monde en trois mois, sur un bateau où les histoires d'amour sont interdites, sous peine d'exclusion définitive du voyage. Ici, seuls les célibataires ou veufs sont accepter, pou réapprendre à vivre seuls et penser à autre chose qu'à leur vie passée.

    Lors de ce périple de trois mois, Marie fera la rencontre deux deux femmes qui deviendront très vite des amies proches, avec qui elle nouera rapidement des liens : Anne et Camille. La première est là pour oublier son mari avec elle a vécu plus de quarante ans, et qui a cause d'une erreur de sa part a brisé son couple. La seconde est plus jeune et, ayant peur de se fixer un jour en couple, a décidé de jouer la nymphomane et de coucher avec chaque garçon des pays qu'elle rencontre, sans histoire de lendemain. Mais rassurez-vous de suite : on ne voit aucun de ces moments explicités ! C'est une romance, pas de l'érotique !

    Marie est là pour oublier, vivre et rester seule. Mais bien sûr, le destin en décide toujours autrement et la met sur la route d'un bel homme qui ne la laissera pas indifférente, bien que leur première rencontre ne se soit pas soldée par une entente cordiale, bien au contraire. Rustre et pas du tout agréable, Marie va très vite se rendre compte que cet homme cache peut-être un cœur bien plus doux qu'il ne veut en laisser paraître.

    Même s'il est vrai que ce livre est classé en romance, on voit aussi une grande partie de remise en question, de rencontre et d'amitié entre trois femmes de générations différentes. Les pleurs, les rires, les passages loufoques vont rythmer leurs journées qui leur fera voir une autre parcelle de vie qu'elles n'ont jamais croisé. Une forte amitié va se créer rapidement entre elles, et même si en lisant ce passage vous trouvez que tout vient rapidement, croyez-moi, ce n'est pas le cas. Bien qu'elles ne se connaissent pas, c'est comme si le destin avait créé une ligne pour qu'elles s'y retrouvent et que leur rencontre se fasse aussi naturellement que possible.

    À travers cette épopée, elles vont se rendre compte chacune leur tour des priorités de la vie, mais vont aussi beaucoup profiter de leur tour du monde pour oublie les tracas de la vie courante. On sent que l'auteure a pris un gros plaisir à écrire ce roman. Ça se ressent dans sa plume mais aussi dans le voyage qu'elle aurait aimé faire à leur place (peut-être l'a-t-elle fait, qui sait!). J'ai particulièrement aimé l'hommage qu'elle rend à un chanteur que j'aime beaucoup écouter de temps en temps : Jean-Jacques Goldman. À plusieurs passages, elle glisse une de ses chansons, mais pas n'importe comment, non. Les paroles ont toujours un sens avec le moment présent, ce qui rend la lecture encore plus forte. Connaissant presque toutes les chansons qu'elle a citées (juste une que je n'ai pas reconnue), je n'ai pu m'empêcher de les fredonner et même de prendre le temps de les chanter avant de retourner dans l'histoire.

    Les chapitres sont très courts, et se terminent aussi d'une façon qui nous dit : « Allez, encore un chapitre, ça ne peut pas te faire de mal. » Et c'est à cet instant qu'on se rend compte que l'on est arrivé au bout du roman et que l'on est triste de quitter ces personnages et cette virée sur le paquebot. À plusieurs reprises j'ai rêvé d'être à leur place et de visiter tous ces pays qui me sont inconnus. Et comme à chaque fois qu'un auteur cite ma petite Bretagne chérie dans ses romans, je n'ai pu que craquer quand Virginie Grimaldi l'a fait. En plus, une ville proche de la mienne (non, deux, avec la fin!) alors encore mieux !

    Je dois dire qu'à la fin elle m'a fait un peu peur, que cette fameuse fin serait ouverte et qu'elle ne terminerait pas sur quelque chose de joyeux. Et pourtant, elle m'a bien eue et je dois dire que plus je tournais les pages et que j'approchais de la fin, plus je me disais : « Non, elle va pas nous laisser en plan comme ça ! Je veux savoir ce qui va se passer, si ce que je pense va arriver ! ».

    En résumé, cette romance est une sacré dose de fraîcheur (tout comme la couverture). Trois femmes qui se remettent en question, et qui, pensant faire un tour du monde en solo se rencontrent et ne se quittent plus le temps des trois mois. Même si la romance n'est pas à proprement parlé le sujet principal, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman et j'en redemande ! Dommage qu'il n'y ait pas de suite. Je rassure, la fin est bien une fin et n'appelle pas à quelques chose d'autre, mais mon petit cœur de midinette en voulait plus ! En somme, un roman court, qui se lit à une vitesse incroyable et que je conseille vivement à ceux qui veulent voyager sur un paquebot, tout en rester confortablement assis sur leur canapé !

    * Je remercie Eric Poupet et les éditions City pour leur confiance ! *

    Justine P.
    > lire la suite

    • Livres 1.00/5
    Par Marquise_de_Miaoucha, Aujourd'hui

    Conseils de séduction à l'usage des hommes de mauvaise volonté de Cécilia Dutter

    Merci à Babelio et aux éditions du Rocher pour ce livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique.

    J'avais choisi ce livre pour son titre, qui me faisait espérer un bon moment, frais, léger, drôle (un peu comme "La femme parfaite est une connasse").
    Quelle déception !
    C'est certes très bien écrit (trop bien, oserai-je même dire, pour ce genre de bouquin), mais je me suis ennuyée.
    Certes, les conseils pour les différentes catégories d'hommes (peureux, séducteurs, qui a peur de s'engager, qui ne dit jamais "je t'aime" etc...) peuvent s'avérer pertinents, mais cela manque cruellement de peps, d'humour, d'exemples, même débiles...
    J'espérais un livre amusant, qui ne se prend pas la tête, et j'ai lu de belles et longues phrases, travaillées, abstraites, trop riches.
    Cela ne correspond pas au titre qui annonce un texte drôle, ni à la couverture, colorée, amusante.
    L'auteure est romancière et essayiste, et cela se sent dans son texte.
    Ce n'était pas pour moi...
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio