AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Babelio défie la rentrée littéraire

17 août 2016

Information

Avez-vous déjà lu...toute la rentrée littéraire ? Impossible dites-vous ? Pas si sûr... Cette année, Babelio vous propose de mettre la main à la pâte pour participer à un défi collectif jamais encore entrepris : critiquer l'intégralité de la rentrée littéraire.

Rencontrez Jim Fergus

23 août 2016

Concours

A l'occasion de la sortie de La Vengeance des mères, suite de la célèbre épopée Mille femmes blanches, Babelio et le cherche midi éditeur lancent un concours pour sélectionner 30 lecteurs pour la soirée-rencontre avec l'auteur qui aura lieu le 26 septembre à Paris.

A la rencontre des membres de Babelio

22 août 2016

entretien

Découvrez notre nouveau portrait livresque ! Aujourd'hui, nous en apprenons un peu plus sur la bibliothèque de Carnetdelecture.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Participez à notre concours Instagram

17 août 2016

Concours

Vous aimeriez lire des romans de la rentrée littéraire ? Pour ce faire, rendez-vous sur Instagram et envoyez-nous une photo de votre lecture de l'été. Détails à découvrir sur le profil Instagram de Babelio.

Découvrez l'Insatiable Charlotte

16 août 2016

entretien

En juillet 2015, L’Insatiable Charlotte se lançait le challenge de lire tous les premiers romans de rentrée de Septembre. Six mois plus tard, c’est avec le soutien de nombreux éditeurs qu’elle lance la seconde édition des 68 premières fois. Elle a accepté de nous en dire un peu plus sur ce défi.

(Re)découvrez Gabriel Garcia Marquez

11 août 2016

Dossier auteur

Respecté et médiatique, l’auteur de Cent ans de Solitude a fourni l’une des oeuvres actuelles les plus pertinentes sur l’énigme humaine du pouvoir, sur la solitude et la misère, ce qui fait de lui l’un des auteurs les plus populaires du XXème siècle. Découvrez notre dernier dossier auteur.

La presse en parle Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
California girls
CrazyMan25 août 2016
California girls de Simon Liberati
  • Livres 4.00/5
Août 1969, le soleil darde des rayons d'acide en pleine vallée de la mort au rythme du White album des quatre cavaliers de l'Apocalypse et de versets bibliques. L'écho de la prophétie tinte à nouveau dans les oreilles du maître. L'heure du helter skelter, du grand chamboulement dont il serait l'élu, lui le proscrit des années cinquante, le rejeté de la pop. Le power flower insuffle un nouvel élan à sa vie, le marginal est devenu gourou, patriarche d'une famille réunie autour de lui à Spahn Ranch. « Depuis qu’il avait investi ces décors avec sa tribu, il se faisait l’effet d’un metteur en scène de cinéma qui tournait un film avec la vraie vie, il n’avait qu’à décider et les choses prenaient forme. Les acteurs jouaient leur rôle. Ça en devenait presque ennuyeux ». En cette nuit du 9 août, la vie de la famille va basculer, le mal, la violence auront des visages humains. Charles Manson, Charles Watson,  Susan Atkins, Patricia Krenwinkel marqueront Los Angeles du sang des cochons, « What they need a damn good whacking ».

Simon Liberati retrace les jours qui frappèrent l'Amérique, et jetèrent l’opprobre sur les cendres du mouvement hippie californien. Du quintuple meurtre chez les Polanski à celui du couple LaBianca, California girls humanise un bref instant « les sorcières de Manson » et de leurs accolytes. « Les coups de pétoire qu’il avait tirés quelques minutes plus tôt sur le jeune type en voiture avaient réveillé en lui une personnalité enfouie. Une digue s’était rompue et sa conscience était divisée en deux entités distinctes. L’une suivait les ordres de Charlie pendant que l’autre, le bon vieux Watson d’autrefois, Square Charles, continuait de vivre à ses côtés, bien au chaud, se livrant à de petites observations paisibles et amusées ». Entre horreur et vie bourgeoise, tout est bon pour s'approprier les faveurs, les lumières du « Christ ». Dans les entrailles de l'humanité, entre enfer et paradis la route des paumés camés en quête de spiritualité et de nouveaux repères s'avèrent un bain de sang,

Can you hear them in the darkness ? Helter skelter, spiral madness (yeah) Bloodbath in paradise But there's nowhere you can run to baby Bloodbath in paradise Forever sleep in paradise... (Bloodbath in paradise Ozzy Osbourne)
Lien : https://calameheros.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Le vent t'emportera
Tatooa24 août 2016
Le vent t'emportera de Jean-Marc Souvira
  • Livres 5.00/5
Souvira est un auteur qui prend son temps pour sortir ses bouquins. Un tous les cinq ans à peu près, pour les aventures du commissaire Mistral... Vous me direz, il a un métier à côté, prenant, qui plus est, puisqu'il commissaire divisionnaire et exerce au sein de la PJ depuis plus de 25 ans ! Pourquoi vous redis-je ce qu'on lit partout ?
Parce que je l'ai croisé sur un salon du "polar", parce qu'il m'avait raconté que "Le magicien", le livre qui précède celui-ci, était tiré d'une histoire "vraie", parce qu'il était très accessible et sympathique ! (je ne sais pas s'il fait des salons, encore, cet homme très occupé...) (et je vais changer sa biographie qui n'est plus à jour sur Babelio...)

Je précise également qu'il faut lire "Le magicien" avant de lire celui-là, parce que ce que vit Mistral (le héros, ou anti-héros, ou encore "l'être humain au centre de l'histoire") dans cette "suite" est directement lié à la fin du premier.

Et donc, ses bouquins ont un accent de réalisme et de vérité que j'ai rarement croisé ailleurs (et ce qui me passionne dans ces histoires, ce réalisme, semble ennuyer certains de ses lecteurs)... On a ici "la vie" d'une équipe de PJ au quotidien, équipe hétéroclite, qui essaie de concilier toutes les personnalités, les antagonismes, et la valse hésitation des relations humaines qui va avec...

On a ici une enquête complexe, pour ne pas dire tordue, et même si je me suis doutée du fin mot de l'histoire très tôt, c'est passionnant de suivre à la fois les "bons" et les "méchants", encore que, comme c'est réaliste, c'est plus compliqué que ça, forcément.

J'adore cet auteur et ses livres, maintenant je vais attendre que son tout dernier, inspiré directement de son poste à la répression du trafic des êtres humains, sorte en poche... Potopom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Le ventre de la fée
rabanne25 août 2016
Le ventre de la fée de Alice Ferney
  • Livres 4.00/5
Non, décidément, je ne peux pas mettre que trois étoiles à Alice Ferney, dont je viens de lire un cinquième titre. J'ai retrouvé la saveur d'une plume ciselée, précise et touchante, d'autant plus que je ne connaissais pas cette première publication.
Un roman-conte, court, effrayant de noirceur et de cruauté (moi qui fuis en général ces sujets). Mais je ne peux m'empêcher également d'y avoir vu une certaine poésie, déconcertante, désenchantée, à travers le personnage "monstrueux" de Gabriel...
Bref, ce n'est pas une histoire de psychopathe malsain pour moi, ni de dualité dans la personnalité. C'est le côté sombre, sans lumière, assumé, sans affect, aux confins de la folie, du deuil, de l'abandon.
Commenter  J’apprécie          312
Quiz à l'affiche Voir plus

Léo Ferré et la poésie

9 questions
26 participants

Jack Kerouac et ses avatars

10 questions
10 participants

Oscar Wilde

15 questions
32 participants

Noms de plume, pseudonymes

12 questions
104 participants

Histoires d'eaux (1)

15 questions
50 participants

Alfred Hitchcock et la littérature

10 questions
72 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Eric7626 août 2016
Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran de Eric-Emmanuel Schmitt
J'ai jamais vu des yeux rigoler comme ça, ils rigolent à gorge déployée, ses yeux, ils font un boucan d'enfer.
Soudain, branle-bas de combat, monsieur Ibrahim se met au garde-à-vous : Brigitte Bardot entre dans l'épicerie.
- Bonjour, monsieur, est-ce que vous auriez de l'eau ?
- Bien sûr, mademoiselle.
Et là, l'inimaginable arrive : monsieur Ibrahim, il va lui-même chercher une bouteille d'eau sur un rayon et il la lui apporte.
- Merci, monsieur. Combien je vous dois ?
- Quarante francs, mademoiselle.
Elle en a un haut-le-corps, la Brigitte. Moi aussi. une bouteille d'eau ça valait deux balles, à l'époque, pas quarante.
- Je ne savais pas que l'eau était si rare, ici.
- Ce n'est pas l'eau qui est rare, mademoiselle, ce sont les vraies stars.
Il a dit cela avec tant de charme, avec un sourire tellement irrésistible que Brigitte Bardot, elle rougit légèrement, elle sort ses quarante francs et elle s'en va.
Commenter  J’apprécie          424
 Alain-Fournier
sld0924 août 2016
Alain-Fournier
Il n'y a guère que le sublime qui puisse nous aider dans l'ordinaire de la vie.
Commenter  J’apprécie          500
fnitter25 août 2016
Silo de Hugh Howey
On riait soit pour rester sain d'esprit, soit parce qu'on avait renoncé à le rester. Mais dans les deux cas, on riait.
Commenter  J’apprécie          480