> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Patricia Highsmith
    Patricia Highsmith
    Chroniques littéraire - mars 2015 - Anne Michel PATRICIA HIGHSMITH, le roman Carol, quelques..
  • Jérôme Soligny
    Jérôme Soligny
    Autour de Bowie avec Jérôme Soligny .Un livre au titre énigmatique, "David Bowie ouvre le chien",..
  • Zoyâ Pirzâd
    Zoyâ Pirzâd
    Coup de coeur de Laura de Heredia, librairie L'Arbre à lettres - Salon du livre 2015 avec.....

Recevez un des deux romans à paraître de Linwood Barclay
Gagnez le premier roman d'Alain Gillot et venez le rencontrer
Participez au Prix des Lectrices 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Frédéric  Frédéric Aribit

    Dans Trois langues dans ma bouche, le narrateur redécouvre, presque subitement, la langue de son enfance, c`est-à-dire le basque, une langue qu`il n`a jamais vraiment apprise. Comment expliquer cette redécouverte ? Que provoque-t-elle pour le narrateur ?

    C`est comme une mémoire enfouie qui revient à travers quelques mots en basque que le narrateur entend de la bouche de sa mère, à la manière d`une madeleine de Proust.


    Par accident, on retrouve parfois des pans entiers de mémoire qui surgissent, qui jaillissent à partir de quelques mots entendus au hasard d`une conversation. Les mots font rejaillir des souvenirs, et inversement les souvenirs font rejaillir toute une langue. Au départ ce sont quelques bribes seulement, quelques comptines d`enfance peut-être, et tout à coup c`est un rideau qui tombe et un théâtre de souvenirs qui s`ouvre derrière. Et il redécouvre alors une langue oubliée.

    La langue basque a d`ailleurs ceci de particulier que c`est une langue menacée qui aurait pu disparaître de la surface de la Terre. C`est la métaphore même de la langue de l`enfance, que nous avons tous sue puis parfois oubliée. C`est en cela qu`il ne s`agit pas d`une autobiographie : cela n`aurait pas eu de sens de raconter ma vie...



> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Après leur première collaboration sur American Vampire Legacy, les deux plus grands talents actuels de l’industrie des comics, Scot...


112 pages N&B + couleur...


Le jour de son mariage, Simon aperçoit Héléna sur la grande place de la mairie de Nice. Héléna, la beauté de sa classe quand il était enfant...


Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le fil...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Laviniaa, Aujourd'hui

    Bébé boum de Josée Bournival

    Esther cache depuis toujours qui elle est vraiment. Lorsqu'elle apprend qu'elle est enceinte, elle voit toute sa routine exploser. Son mari la croit infidèle à cause de la vasectomie faite il y a des années et en profite également pour la quitter pour une petite jeune.

    Lili essaye depuis des mois d'être enceinte. Quand la petite croix apparaît enfin sur le test, elle se concentre un peu trop sur elle-même. Sa famille et son petit ami vont devoir apprendre à vivre avec sa personnalité explosive pendant toute sa grossesse.

    Frédérique a une vie sexuelle des plus chaotique, à un tel point qu'elle ne sait pas lequel de ses anciens amants est le père du bébé qui grandit dans son ventre, un bébé dont elle ne veut absolument pas.

    Jeannine est la mère de Frédérique qu'elle a eue alors qu'elle était très jeune. Cela fait à présent dix ans qu'elle essaye désespérément de tomber enceinte de l'homme de sa vie, Gerry. Voilà qu'à quarante-trois ans son rêve se réalise enfin, doublement même..


    J'avais entendu énormément de bien de ce roman et je n'ai absolument pas été déçue, j'ai passé un super bon moment avec ces quatre héroïnes.

    Quatre héroïnes très attachantes car véritablement imparfaites. Plus on apprend à les connaître et plus on découvre leurs défauts, ce qui les rend plus réelles, plus proches de nous. Dire que je les ai toutes appréciées serait néanmoins mentir, j'ai eu du mal avec Lili qui est égocentrique et hyper agaçante, sa grossesse lui sert en plus d'excuse pour se préoccuper uniquement de son nombril ce qui m'a vite agacée. Heureusement, je me suis beaucoup attachée aux trois autres. Esther avec sa volonté de toujours être parfaite et qui refuse d'assumer la moindre faiblesse, même devant ses amis proches. Frédérique, la gonzesse un peu paumée qui a décidé de profiter de la vie sans se prendre la tête et qui se retrouve bien malgré elle à devoir penser à l'avenir. Jeannine enfin, la mère de Frédérique qui souhaite d'amender de ses erreurs grâce à ses nouveaux bébés. On les voit évoluer pendant toute leur grossesse, toutes vivant cette période de façon très différente, c'était rigolo à voir. D'un autre côté, certaines vont parfois subir des événements assez difficiles et j'ai vraiment eu mal au cœur pour elles. J'ai vécu des moments de rire mais aussi de tristesse, c'était très intense, on n'a pas du tout le temps de s'embêter!

    Mon seul petit problème avec ce roman a été avec.. Les dialogues! Quand on ne connaît pas du tout le québécois, c'est perturbant au début de se retrouver à lire des expressions de là-bas, par moment j'ai vraiment du réfléchir en regardant ce qui se trouvait autour afin d'avoir une vague idée de ce que ça signifiait. Enfin, on s'habitue et c'est plutôt rigolo au final.

    Une chouette découverte donc! Des personnages attachants et une écriture agréable à lire, Bébé Boum est une excellente lecture de fifille. J'ai hâte de lire le deuxième tome qui sort très bientôt!
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Peteplume, Aujourd'hui

    Le Cid, le texte intégral en bandes dessinées de Pierre Corneille

    C'est par hasard que cette B.D. m'est tombée entre les mains. J'ai voulu savoir de quoi il retournait. Le Cid était-il aussi ennuyeux qu'en mon souvenir? Les images allaient-elle par leur attrait faire passer mieux la pilule de l'austérité des alexandrins? Eh bien, la lecture consciencieuse de ce texte intégral n'a pas su m'intéresser plus que dans ma jeunesse. Il m'est très difficile d'adhérer aux valeurs d'honneur et de souscrire à la vengeance exigée des héros lorsque celui-ci est bafoué; sans parler de l'amour idéalisé entre Rodrigue et Chimène... Je me demande comment on peut espérer intéresser les adolescents avec ce genre de classiques (Leur en impose-t-on, encore de nos jours, l'étude?) Quant aux images, elles sont par trop caricaturales: il ne me manquait que la coccinelle facétieuse pour me croire dans des pages de Gotlib:... Bref, une déception sur presque toute la ligne bien que je ne regrette pas l'expérience de cette lecture.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Aelynah, Aujourd'hui

    Divided de Elsie Chapman

    West est dorénavant une accomplie. Elle a survécu à l'activation et a réussi à tuer son Alt avant qu'elle ne le fasse.
    Baer, le maître d'armes l'a même embauchée comme assistante et Chord et elle se voit régulièrement pour roucouler.
    Tout est donc bien dans le meilleur des mondes? Seulement les nuits des cauchemars la hantent. Chaque nuit ou presque elle revit la traque qui a précédé l'exécution de son Alt. C'est pourquoi elle voit chaque semaine une psy.
    L'avantage du secret professionnel fait qu'elle a pu évoquer avec elle son ancien travail de chasseuse. Maintenant reste à déchiffrer ses cauchemars et à devenir apte pour accomplir chaque année son service sur l'Enceinte.
    Cette grande muraille de fer qui les protège des attaques extérieures et doit donc être protégée et surveillée.
    Pourtant tout change le jour où,à sa sortie de chez la psy, un Opérateur du Conseil l'attend.
    Et la proposition que va lui faire le Conseil, et plus précisément un Opérateur de rang 1, qui peut changer son avenir et celui de ses proches est tellement surprenante et en même temps tentante que nous sommes alors happés par le roman.

    L'attente du lecteur devant cette proposition mais surtout la réponse que va donner West est stressante.
    Même si je me suis dit que pour qu'il y ait un livre elle n'allait pas pouvoir faire autre chose que d'accepter, j'ai espéré un instant que je me trompais et que justement le roman allait se faire sur son refus et sa lutte pour son intégrité.

    Hélas lutter contre le Conseil et refuser une proposition de sa part ne semble pas une solution envisageable pour un futur serein même pour une Accomplie.
    Car il faut dire que cette proposition est choquante et en même temps compréhensible.
    Car les parents, qu'ils soient du conseil ou d'ailleurs restent des parents. Et sauver son enfant en lui donnant les meilleures chances qui soient pour vaincre son Alt et devenir un Accompli est le rôle que tous sont prêts à endosser. Même au détriment de la logique, de l'honnêteté ou de la vie.

    Nous pouvons donc dire que dès le chapitre 4 les bases du roman sont plantées et que nous sommes ferrés pour en savoir plus.
    Notre seul avantage sur West est notre chance de ne pas à avoir à choisir l'une ou l'autre des solutions qui lui viennent à l'esprit.

    Une chose que j'ai trouvé vraiment intéressante dans ce tome c'est de revenir en arrière et découvrir les débuts de Kersh, les origines de leur cité et des décisions qui ont fini par être prises pour en arriver à cette histoire d'Alter ego.
    Cela nous permet de voir un peu mieux le contexte général et d'appréhender différemment la situation comparé au premier tome.

    Kersh a un mode de vie créé de toute pièce par ses fondateurs en fonction de la situation à l'époque. Ils devaient lutter contre l'extérieur et se protéger sans augmenter trop la population du fait de l'espace restreint de la cité. Pourtant je suis persuadée qu'en cherchant bien il y aurait peut être pu y avoir des solutions différentes à mettre en place.

    Vivre avec le meurtre de son jumeau sur la conscience n'est pas évident et l'on comprend en tant que lecteur que les Alt accomplis aient besoin pour certains de l'aide de psy pour essayer de faire l'impasse sur ce traumatisme. Faire l'impasse ou en tout cas trouver une raison personnelle de ne plus s'en vouloir d'être en vie.

    C'est donc pour moi une lecture très introspective qui est faite ici.
    Car une fois les pages fermées que ce soit à n'importe quel moment du livre je n'ai pu rester sans me poser des questions sur ce que j'aurais fait ou ne pas fait dans ce monde.

    Tout comme dans le premier tome, West intellectualise beaucoup de choses. Elle s'interroge toujours énormément sur les conséquences de la survie d'un Alt plutôt que l'autre. Et la décision que va lui demander de prendre l'Operateur de rang 1 va remettre d'actualité ces questions personnelles. Certains Alts ont-ils plus le droit que d'autres à la vie de par leur fonction dans le système ou leurs compétences.

    Et surtout que cette fois sa décision ne va pas impacter qu'elle-même mais son avenir et celui de ses éventuels enfants.

    Du coup, malgré le fait que West nous a habitué à ses introspections, il arrive des moments où nous la trouvons un peu trop compliquée pour son bien. Car elle semble réfléchir à pleine vitesse et au final ne favoriser que son bien propre.
    Pourtant ses décisions semblent de primes abords réfléchies mais après un avis extérieur plus adulte, elles s'avèrent complètement immatures ou égoïstes.
    West l'Accomplie est un peu perdue et paradoxalement West la Chasseuse est toujours aussi rapide ou prompte au combat.

    Les quelques mois de "retraite" n'ont en rien émoussé ses talents et pourtant ce qui risque de la perdre va être encore et toujours ses décisions irréfléchies. Car à force de vouloir protéger ceux qu'elle aime, elle va risquer de les perdre ou de les entraîner avec elle vers la galère.
    Rien de ce qu'elle attend ne va se passer réellement comme elle l'espère. Et qui sait si sa seule façon de se sauver et de sauver les autres ne sera pas d'être la meilleure menteuse et la meilleure chasseuse que le ciel ait pu un jour créée sur Kersh.

    C'est donc un tome particulièrement sombre et stressant que nous avons l'occasion de découvrir cette fois-ci.
    Les situations , les décisions à prendre ou même les découvertes énoncées ne sont pas là pour nous bercer dans la guimauve. Au contraire tout semble vouloir nous pousser dans un océan de noirceur et de doute.
    Ce que nous sommes amenés à apprendre sur Kersh, ses origines et certaines décisions arbitraires de Conseil efface toute idée d'un monde acceptable pour l'humain extérieur que je suis.
    Nous ne pouvons rester insensibles devant ces inégalités, ces disparités ou simplement devant les raisons qui ont amené les fondateurs à ces idées plutôt extrémistes.
    De même notre image du pouvoir en place est-elle négativée du fait, hélas, des exactions de certains hauts placés qui pour le rester vont faire preuve de duplicité et de traîtrise.

    Kersh est en fait une bonne image du pire et bien peu du meilleur de l'homme.
    Et West par sa naïveté et son besoin d'espoir est une victime toute trouvée du système.

    Malgré tout cela il m'a tout de même manqué un petit quelque chose pour me sentir vraiment investie par l'histoire.
    Pour des raisons de lecture commune j'ai fait plusieurs pauses dans le roman et contrairement à d'autres livres que je n'aurais posé qu'à regret ce ne fut pas le cas ici.
    Mais j'avoue aussi qu'à chaque reprise je me suis remise très rapidement dans le bain grâce au style de l'auteur.
    Et aussi grâce au partage de mon ressenti avec ma binôme Émilie.
    L'une comme l'autre avons trouvé ce tome plus sombre et plus malsain que le premier. Car ce que l'on y découvre de Kersh trouble notre vision de la communauté et de la vie en général.
    Les personnages nous entraînent dans une image déformée d'une vie telle que nous la connaissons. Et lorsque la derniere page tournée nous restons bouche bée sur cette bombe lâchée par l'auteure , une seule question vient à nos lèvres? Y-aura-t-il un troisième tome? Il le faut pour développer cette ultime découverte.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Le Parti pris des choses, suivi de Proêmes, et précédé de Douze petits écrits de Francis Ponge

    DES RAISONS D'ÉCRIRE
    II


    N'en déplaise aux paroles elles-mêmes, étant données les habitudes que dans tant de bouches infectes elles ont contractées, il faut un certain courage pour se décider, non seulement à écrire mais à parler. Un tas de vieux chiffons pas à prendre avec des pincettes, voilà ce qu'on nous offre à remuer, à secouer, à changer de place. Dans l'espoir secret que nous nous tairons. Eh bien ! relevons le défi.
    Pourquoi tout bien considéré, un homme de telle sorte doit-il parler ? Pourquoi les meilleurs, quoi qu'on en dise, ne sont pas ceux qui ont décidé de se taire ?
    Voilà ce que je veux dire.
    Je ne parle qu'à ceux qui se taisent (un travail de suscitation), quitte à les juger ensuite sur leurs paroles. Mais si cela même n'avait pas été dit on aurait pu me croire solidaire d'un pareil ordre des choses.
    Cela n'importerait guère si je ne savais par expérience que je risquerais ainsi de le devenir.
    Qu'il faut à chaque instant se secouer de la suie des paroles et que le silence est aussi dangereux dans cet ordre de valeurs que possible.
    Une seule issue : parler contre les paroles. Les entraîner avec soi dans la honte où elles nous conduisent de telle sorte qu'elles s'y défigurent. Il n'y a point d'autre raison d'écrire. Mais aussitôt conçue celle-ci est absolument déterminante et comminatoire. On ne peut plus y échapper que par une lâcheté rabaissante qu'il n'est pas de mon goût de tolérer.

    1929-1930

    p.163
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Pièces montées de Claude Frisoni

    C'est leur ego qui empêche les hommes d'être égaux.

  • Par Groucho, Aujourd'hui

    Trois souris... de Agatha Christie

    - Miss Marple eut un sourire d'encouragement à l'adresse du policier.
    - Je vous garantis que "ça ne fera pas un pli."
    Le ton de la vieille demoiselle rappela au colonel celui qu'avait eu une de ses tantes autrefois pour lui assurer qu'il ne pouvait échouer à son examen d'entrée au Collège militaire de Sandhurst.
    Et elle avait vu juste.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio