> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Kim Suk-kyeong
    Kim Suk-kyeong
    L'ART ET L'ESTHÉTIQUE DU VIDE - Hyeon-Suk Kim..
  •  Justin Gakuto Go
    Justin Gakuto Go
    Interview de Justin Gakuto Go Justin Gakuto Go nous parle de Passent les heures, son premier..
  • Sonia Delaunay
    Sonia Delaunay
    Paroles de libraires spéciale littérature de jeunesse .Située dans le treizième arrondissement de..

Retrouvez vos critiques sur les stands des éditeurs
Découvrez la collection Signé des éditions Le Lombard
Nouveau Challenge

> tous les entretiensEntretien avec…




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



À présent unie par les liens du mariage à Jolan, Kriss règne sur...


Accompagné de Dwight Cochrane, de Miss Pennywinkle et de Silky, Largo Winch se rend à Londres pour pr...


Emprisonné en même temps que ses parents, c'est à l'âge de sept ans que Pavel a découvert l'enfer du goulag. Séparé des siens,...


Dans ce septième tome de Pico Bogue, nous retrouvons l'enfant terrible de la bande dessinée dans ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par BlackFrancis, Aujourd'hui

    Chronique d'hiver de Paul Auster

    Paul Auster se raconte à la deuxième personne, sans véritable chronologie, de façon éclatée.
    Par son corps, ses cicatrices, ses maladies, les accidents de son enfance, son accident de voiture, la mort de ses parents…
    Ce corps qu’il ne ménage pas : trop d’alcool, de cigarettes, pas de légumes… (Une hygiène de vie cauchemardesque pour feu David, brocolis, Servan-Schreiber).
    Ce corps qui réagit violemment quand son esprit est contrarié : mononucléose, gastrite, crises de panique… «… c’est toujours ton corps qui a pris à son compte le fardeau de tes peurs et de tes batailles internes, c’est toujours lui qui a encaissé les coups que ton corps ne pouvait ou ne voulait supporter. »
    A plus de soixante, l’auteur de « Mr Vertigo » a des événements à raconter…
    Et il le fait avec précision et délicatesse…
    Les passages les plus émouvants sont ceux qui concernent sa mère : « C’était le rocher auquel tu t’accrochais quand la mer devenait houleuse.»
    Cette scène aussi où elle n’hésite pas à jouer avec tes copains au base-ball, dans son costume de cheftaine de louveteaux.
    Le base-ball que rapidement tu préféreras au piano et qui deviendra la grande affaire de ta vie.
    Paul Auster se décrit comme un homme qui marche (il a passé la plus grande partie de sa vie à New-York avec un séjour à Paris).
    Son séjour en France n’est pas forcément à notre avantage : personnes antisémites, procédurières et assez odieuses (heureusement quelques belles rencontres sauvent « l’honneur »). Et puis un chauffeur de taxi Parisien…
    Le narrateur se raconte aussi à travers les vingt-cinq lieux de vie qu’il a occupés jusqu'alors.
    Un événement très marquant pour lui : la mort d’un garçon de quatorze ans, foudroyé, juste à côté de lui un soir d’orage.
    Il évoque sa magnifique relation avec sa femme (il est marié depuis trente ans et semble toujours très amoureux) : sa femme c’est lui en mieux !
    Il décrit leur union comme une discussion ininterrompue.
    Certains passages sont pour nous exotiques et c’est peut-être pour cela que ce livre a été mieux accueilli ici qu’outre-Atlantique (le compte-rendu des copropriétaires écrit par sa femme, par exemple).
    Parfois pointe la nostalgie : ah quand on pouvait cloper partout….J’y ai appris le mot intumescent = boursouflé…Des collines intumescentes…
    Certaines scènes sont intemporelles et universelles : l’obsession du petit garçon pour les filles, le passage au bordel, les bagarres (et son arme secrète pour les arrêter), un divorce…
    D'ailleurs le livre commence ainsi : « Tu crois que ça ne t’arrivera jamais, que ça ne peut pas t’arriver, que tu es la seule personne au monde à qui aucune de ces choses n’arrivera jamais, et pourtant, l’une après l’autre, elles se mettent à arriver, exactement comme à tout le monde. »
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par umezzu, Aujourd'hui

    Bien connu des services de police de Dominique Manotti

    Dominique Manotti sait parfaitement s'insinuer dans un passé très récent pour en faire ressortir les basses œuvres qui concourent aux jeux des puissants (Sombre Sentier, A nos chevaux, Nos fantastiques années fric...).
    Avec Bien connu des services de police, elle a cette fois su devancer l'actualité en imaginant les tripatouillages qui peuvent se commettre au nom de la justice dans un commissariat de police. Toute relation avec des affaires récentes dans la région lyonnaise n'est qu'un pur hasard, mais témoigne quand même d'une bonne analyse de la façon de fonctionner de certains policiers, et surtout d'une certaine hiérarchie policière.
    Le ballet s'ouvre en 2005 sur le commissariat de Panteuil, en banlieue nord de Paris, sa commissaire carriériste, adepte du chiffre et de la bâtonnite. Pour garantir leurs résultats, et une pseudo sécurité dans les quartiers, les agents font se qu'ils peuvent, et parfois trichent un peu, beaucoup, pour réussir à satisfaire la demande hiérarchique.
    Noria Ghozali, commandant aux Renseignements Généraux, n'est pas dupe de ce mode de fonctionnement. L'incendie d'un squat va mettre en lumière les intérêts croisés politiques et immobiliers, qui primes sur les considérations humaines dans de telles conditions.
    Encore un Manotti qui se lit d'une traite et qui amène à se poser bien des questions sur notre société.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par mosaique92, Aujourd'hui

    Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg Larsson

    Lue en 2007, cette trilogie a été, pour moi, une première à plusieurs niveaux.

    J’ai découvert l’éditeur Actes Sud sur lequel j’ai porté par la suite un regard bienveillant : l’expérience des années suivantes a renforcé cette bienveillance.

    J’ai découvert la littérature scandinave : introduction efficace à cette littérature qui m’a souvent offert de beaux romans par la suite.

    J’ai découvert Stieg Larsson… C’est la première et unique fois où j’ai lu 3 gros pavés d’une traite en prenant à peine le temps de manger et de dormir !!!

    Je ne rappellerai pas l’histoire : il y faudrait des pages et tout le monde doit plus ou moins en avoir entendu parler (ventes mondiales : 75 millions d’exemplaires).
    Pourquoi ces livres m’ont-ils passionnée ? Il y a, bien sûr, l’intrigue policière et l’atmosphère de thriller très réussis. Mais il y bien plus… Ce sont deux sagas familiales avec des personnages attirants, repoussants, marginaux ou atypiques et des secrets de famille. C’est la vie dans la rédaction d’un journal. Ce sont les pratiques des hackers de haut niveau. Ce sont les déviances de services sociaux et de certains journalistes, politiques, policiers, services de renseignement, etc… C’est la Suède pendant l‘occupation allemande et le fascisme ordinaire dans la Suède actuelle.
    Bref, une Suède bien différente de l’image de ‘’paradis social’’ accolée à ce pays : cela a également été une découverte.

    NB - J’ai aimé l’adaptation cinématographique faite par les suédois.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Clem_5, Aujourd'hui

    Frankenstein 2.0 de Roger Morris

    This record of the extraordinary life of the man called Victor Frankenstein was found on the BiblioFile implant we recovered from the body after his suicide.

  • Par toprob, Aujourd'hui

    La Guerre au XVIIIe siècle de Jeremy Black

    Il s'agit ici d'une description des armes utilisées durant cette période et leur impacts je ne considère pas ce livre comme un atlas.

    Si vous désirez connaître le type d'armement utilisé au XVIII siècle vous ne serez pas déçus.


  • Par Piatka, Aujourd'hui

    Le fantôme du petit Marcel de Elyane Dezon-Jones

    Le premier janvier suivant, le petit Valentin retenait ses larmes dans la chambre qu'avaient précédemment occupée Alix et Clarisse. Après avoir employé systématiquement toutes les ruses qu'il connaissait pour retarder l'heure de son coucher (redemandant du dessert, prétendant avoir soif, mal au ventre, se forçant à tousser, etc.) il avait fallu monter à contrecœur l'escalier détesté quand son père l'avait prié pour la troisième fois de " cesser sa comédie " et ordonné d'avant tout le monde d'arrêter ces " sensibleries ".
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio