> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Renée Robitaille
    Renée Robitaille
    Renée Robitaille : La journée des pets et des rots Entretien avec la conteuse Renée..
  • Pascal Ory
    Pascal Ory
    Peut-on rire de tout ? .Le dessin de presse, depuis les caricatures danoises en 2005, constitue un..
  • Dany Laferrière
    Dany Laferrière
    Dany Laferrière: Journal d'un écrivain en pyjama

Recevez un des deux romans à paraître de Linwood Barclay
Gagnez le premier roman d'Alain Gillot et venez le rencontrer
Participez au Prix des Lectrices 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Frédéric  Frédéric Aribit

    Dans Trois langues dans ma bouche, le narrateur redécouvre, presque subitement, la langue de son enfance, c`est-à-dire le basque, une langue qu`il n`a jamais vraiment apprise. Comment expliquer cette redécouverte ? Que provoque-t-elle pour le narrateur ?

    C`est comme une mémoire enfouie qui revient à travers quelques mots en basque que le narrateur entend de la bouche de sa mère, à la manière d`une madeleine de Proust.


    Par accident, on retrouve parfois des pans entiers de mémoire qui surgissent, qui jaillissent à partir de quelques mots entendus au hasard d`une conversation. Les mots font rejaillir des souvenirs, et inversement les souvenirs font rejaillir toute une langue. Au départ ce sont quelques bribes seulement, quelques comptines d`enfance peut-être, et tout à coup c`est un rideau qui tombe et un théâtre de souvenirs qui s`ouvre derrière. Et il redécouvre alors une langue oubliée.

    La langue basque a d`ailleurs ceci de particulier que c`est une langue menacée qui aurait pu disparaître de la surface de la Terre. C`est la métaphore même de la langue de l`enfance, que nous avons tous sue puis parfois oubliée. C`est en cela qu`il ne s`agit pas d`une autobiographie : cela n`aurait pas eu de sens de raconter ma vie...



> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Après leur première collaboration sur American Vampire Legacy, les deux plus grands talents actuels de l’industrie des comics, Scot...


112 pages N&B + couleur...


Le jour de son mariage, Simon aperçoit Héléna sur la grande place de la mairie de Nice. Héléna, la beauté de sa classe quand il était enfant...


Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le fil...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Delphine-Olympe, Aujourd'hui

    La décision de Britta Böhler

    Février 1936. Thomas Mann vit en Suisse depuis 3 ans.

    Alors qu’il était parti pour effectuer un simple voyage d’agrément, la situation politique de son pays s’est brutalement dégradée : après l’incendie du Reichstag, Hitler obtient les pleins pouvoirs ; la propagande et les violences anti-juives se multiplient.

    L’écrivain ne peut raisonnablement rentrer chez lui. Sa maison a été confisquée. Le danger est trop grand. Il se résout péniblement à rester en Suisse. Temporairement, croit-il - ou l’espère-t-il : l’Allemagne saura retrouver la raison. Mais plus le temps passe, plus le doute s’immisce en lui. Ce qu’il découvre dans les journaux, jour après jour, le plonge dans le désarroi. Le peuple allemand devient fou. Le grand homme ne reconnaît plus son pays et se réfugie alors de plus belle dans l’écriture. N’est-ce pas dans la solitude et le silence qu’il a jusqu’ici rédigé ses chef-d’oeuvre ?
    Pourtant, il le sait, de ce gouvernement ne sortira rien de bon, ni pour l’Allemagne ni pour le monde. S’il le sait, a-t-il le droit de se taire ? N’a-t-il pas le devoir au contraire d’alerter ses concitoyens ? Sous la pression de sa femme et de ses aînés - dont on sait à quel point ils s’opposèrent au régime -, il se sent finalement obligé de prendre position et rédige une lettre condamnant la politique de l’Allemagne.

    Britta Böhler concentre son roman sur trois jours durant lesquels la publication de la missive est suspendue. Rendant compte de tous les questionnements de Thomas Mann, de ses doutes, de ses peurs, elle interroge le statut de l’écrivain. Il ne s’agit ni plus ni moins que des questions qui se posent à tout écrivain, en toute époque, mais bien évidemment de façon beaucoup plus pressante lorsqu’on se trouve dans une situation politique instable ou lorsque la démocratie et les libertés sont menacées.
    L’écrivain doit-il observer sans prendre parti ? Doit-il se consacrer à son oeuvre sans se préoccuper d’autre chose ? Condamner son pays, est-ce le trahir, l’abandonner ? Ou, à l’inverse, est-ce l’aider à prendre conscience des événements pour tenter d’enrayer la catastrophe ? Doit-il se mettre en danger, se privant alors peut-être de la possibilité d’écrire ? A-t-il le droit de faire courir des risques à sa propre famille ? Aura-t-il la force de supporter l’opprobre qui s’abattra sur lui ?

    Aujourd’hui comme hier, chaque artiste apportera ses propres réponses.

    Au terme de ces trois jours d’incertitude, Thomas Mann finit par résoudre ses contradictions et prendre la décision qui s’imposait, trouvant ainsi une certaine paix avec lui-même : sa responsabilité n’est pas uniquement artistique. L’artiste, pense-t-il, ne peut se retrancher dans son monde intérieur. Lorsqu’un gouvernement brûle les livres, la sphère intellectuelle ne peut se séparer du politique. Et puisque son pays a tourné le dos à toute forme de culture, sa responsabilité est précisément de continuer à la faire vivre, où qu’il se trouve. Comme le chantait sa fille Erika dans ses spectacles :
    «De rencontre en rencontre, de lieu en lieu, l’émigrant emporte à ses semelles et dans son sac tout son pays et un bout de sa patrie.»


    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Eric75, Aujourd'hui

    En cherchant Majorana. Le physicien absolu de Etienne Klein

    Une fois n’est pas coutume, Étienne Klein a remisé au vestiaire sa blouse d’enseignant physicien pour endosser un trench-coat couleur mastic et un borsalino de détective privé... Car Monsieur Klein, cette fois-ci, nous raconte la surprenante enquête qu’il a menée personnellement, un essai digne des meilleurs polars noirs des années 30. C’est d’ailleurs dans ces années-là que se situe l’action principale de l’intrigue. Nous quittons (mais pas tout à fait) la hard science pour le hard boiled !

    Ettore Majorana a tout d’un personnage de roman : physicien infiniment doué, il est présenté comme l’un des scientifiques les plus prometteurs de sa génération. Mais comme nul n’est parfait en ce bas monde, il est aussi perçu comme pathologiquement introverti, timide, et peu apte aux relations humaines. Sa fulgurante carrière de physicien des particules et ses idées d’avant-garde bousculeront pourtant la communauté scientifique italienne de l’époque (dont le prix Nobel Enrico Fermi) « avec la vivacité d’un météore » précise la plaque commémorative posée sur l’immeuble où il est né. Car, en effet, Ettore disparaît mystérieusement le 26 mars 1938. Il a alors 31 ans.

    Sur les raisons de sa disparition, le mystère reste total. Son corps n’a jamais été retrouvé. Tout au plus peut-on, à l’instar de Sherlock Holmes, chercher à entrevoir la vérité après avoir examiné toutes les pistes et éliminé les hypothèses les plus saugrenus. On a presque tout dit sur la disparition de Majorana (et j’en rajoute un peu pour le fun) :
    - Il s’est suicidé lors d’une traversée à bord d’un paquebot reliant Naples à Palerme, ou à son arrivée dans l’une de ces deux villes ;
    - Il a trouvé refuge dans un monastère, où il a conservé l’anonymat pour le restant de ses jours ;
    - Il s’est exilé en Argentine, à moins que ce ne soit au Venezuela (ça dépend des différents témoins qui prétendent l’avoir rencontré des années plus tard) ;
    - Il a été enlevé par les services secrets d’un pays ennemi aux ressortissants à l’accent guttural pour travailler sur la bombe atomique ;
    - Il a été enlevé par des extra-terrestres intéressés par ses travaux utilisés dans la mise au point de moteurs supraluminiques ;
    - Il est devenu SDF, ne supportant pas l’idée d’avoir raté le prix Nobel ;
    - Il a basculé dans une autre dimension, après la découverte d’une particule susceptible d’engendrer un excès de matière noire et de provoquer des trous de ver dans le continuum spatiotemporel…

    Étienne Klein n’explore pas tous les scénarios exposés ici, loin s’en faut, mais son enquête, devenue obsessionnelle au fil du temps, le conduit quand même à se rendre en Italie, pour rencontrer les derniers témoins, la famille, pour visiter avec émotion les différents lieux fréquentés par le physicien, pour refaire le dernier trajet connu afin de mettre au clair ses idées par une ultime reconstitution, comme s’il devait élucider une scène de crime…

    Étienne Klein n’apporte avec cette enquête aucun scoop de nature à révolutionner l’histoire des sciences. Il ne creuse pas les scénarios spéculatifs en laissant ce travail aux journalistes à sensation (les pistes argentine et vénézuélienne ont été récemment réactivées par des enquêtes italiennes) mais se contente simplement de remettre au goût du jour un physicien longtemps ignoré, et s’appuie, en bon scientifique, sur les faits avérés (à savoir les courriers et les témoignages directs authentifiés).

    En annexe, le lecteur trouvera deux petits développements indispensables, de nature à satisfaire sa curiosité : une rapide présentation des contributions de Majorana à la physique quantique, montrant en quoi elles continuent d’intéresser la recherche actuelle (neutrino, antimatière, matière noire), et une thèse concernant l’un des motifs de la disparition du physicien : son refus de participer à la conception d’une bombe atomique dont il entrevoyait les conséquences irrémédiables.

    Le lecteur exigeant pourra regretter l’absence d’explications scientifiques plus poussées sur les théories de Majorana ainsi que l’absence d’une démonstration plus convaincante levant le voile sur la disparition du savant. Des essayistes en tout genre nous abreuvent régulièrement de révélations tonitruantes et de vérités enfin révélées – sur l’identité de Jack l’éventreur, sur l’assassinat de JFK, sur l’authenticité du Saint-Suaire… – et on s’était un peu habitué à ça, même si chacune des théories invalidait la précédente. Rien de tel en science. Nul ne sait vraiment si les neutrinos se révèleront être « de Majorana » ou « de Dirac ». Nul ne peut prédire si des particules supersymétriques seront un jour découvertes dans le LHC. Nul ne sait dans quelle dimension cachée de l’espace-temps a atterri Majorana. Il n’empêche que le présent essai d’Étienne Klein, même s’il n’apporte pas toutes les réponses malgré l’imperméable et le chapeau mou, reste, comme toujours avec cet auteur, accessible à tous et passionnant de bout en bout.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par soso3591, Aujourd'hui

    Damnés, Tome 1 de Lauren Kate

    J'ai rencontré Lauren Kate en 2009 elle m'avait dédicacé mon livre mais il est resté dans ma PAL bien longtemps...

    Dans ce roman nous faisons la connaissance de Luce, une jeune fille qui vient de passer une terrible épreuve un incendie à tuer un jeune homme avec qui elle flirtait! Devant l’ampleur de la situation (car beaucoup de gens pensent que Luce est l'assassin) ses parents décident de l'envoyer dans un lycée qui se trouve être un centre de réinsertion! L'univers de ce lycée fait froid dans le dos! L'établissement est sombre, délabré, il y a un cimetière dans le jardin...La piscine se trouve dans une ancienne église! Le centre est rempli de caméra, afin de surveiller les élèves!

    Nous apprenons au fil de la lecture que cette jeune fille est spéciale! Depuis sa naissance elle voit des ombres inquiétantes, ces parents ont emmené Luce plusieurs fois chez le psy, sans résultats.

    Dés les premiers jours elle va se faire plusieurs amies, Notamment Arianne une fille drôle et fofolle et Penn, qui va vite devenir l'allier de Luce! Elle est une vraie confidente et Luce pourra compter sur elle!

    Un étrange garçon la courtise depuis sont arrivée! Cam est un beau jeune homme aux cheveux noirs et yeux verts! Mais Luce n'a d'yeux que pour Daniel un jeune homme mystérieux et froid!

    Les journées passent, Luce essaie de se faire une place dans ce centre, mais les ombres ne tardent pas à revenir! Un autre drame dans le Lycée va de nouveau bouleverser la vie de Luce...

    Je n'ai pas tout de suite deviné le comment du pourquoi! L'auteur nous relève les choses par étapes! On se pose beaucoup de questions! Des personnages attachants! J'ai beaucoup aimé la personnalité de Luce! La fin est bien trouvé! Et j'ai hâte de lire la suite!!

    En bref: Un tome sombre, un univers mystérieux, on en redemande encore! Quelques longueurs! Un trio amoureux qui m'a encore déplu! Même si Luce fait vite son choix, l’entêtement de Cam fini par lasser! C'est pourquoi malgré son originalité, ce roman n'a pas été un coup de cœur!

    Note: 4/5
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par ptitelily01, Aujourd'hui

    Retour de Flamme de Théo Giciel

    Ma fille a toujours été secrète, commença-t-elle. Je n'ai jamais été au courant des hommes qu'elle fréquentait. Déjà enfant, elle ne me racontait jamais ce qui lui arrivait à l'école. Ce n'est pas une question de confiance... enfin je ne crois pas... c'est juste qu'elle doit penser que cela ne m'intéresse pas. Mon couple et ma famille ont toujours été primordiaux pour moi et j'ai toujours essayé que notre maison soit un havre de paix. Son père et moi ne nous sommes jamais disputés devant-elle. Presque jamais disputés en réalité, j'ai eu la chance de connaître l'amour de ma vie très jeune. De cette amour est né Ariette. Aujourd'hui encore, chaque fois que je regarde son père... mais passons : je suis là pour vous parler de ma fille. Elle n'a eu comme modèle de couple que le nôtre, un couple qui s'aime profondément et qui s'aimera éternellement. Elle n'a pas connu les tempêtes et la vaisselle cassée. Elle n'a pas vu les déchirements que peut engendrer l'amour mal partagé. Vous aviez une lourde responsabilité en acceptant son cœur, Thomas. Ariette est un être pur, elle se donne entière parce qu'elle recherche l'homme de sa vie. Même si elle ne me raconte rien, il y a des signes 68
    que l'on remarque. Lorsqu'elle vivait encore chez nous, je voyais bien qu'elle n’enchaînait pas les conquêtes. Elle passait son temps à réviser et ses copines la tiraient souvent de force pour la faire sortir. Et puis il y a eu vous, Thomas ! Vous êtes le premier homme dont elle m'ait parlé. Elle aimait cette sorte de détachement chez vous et me disait que vous deviez être facile à vivre. Mais ces derniers temps, elle doutait de votre amour. Elle avait noté des changements dans votre caractère.. et même... du désintérêt pour sa personne, ce sont ses mots ! Vous la voyez moins régulièrement et même lorsque vous êtes ensemble, vous semblez absent... enfin, c'est ce qu'elle m'a dit... Elle est persuadée qu'il y a une autre femme dans votre vie ! C'est ma seule enfant. Je ne veux pas que vous la fassiez souffrir ! Moi non plus je n'ai pas les armes, je ne sais pas quoi faire face aux gens comme vous, les gens du monde de l'amour changeant, des relations qui ne durent pas. Alors, je vous le demande, je vous en supplie ! Ne lui faites pas de mal ! Si vous ne l'aimez plus, dites-lui ! Ne la laissez pas vous attendre. Sinon, elle réitérera son geste, et cette fois, elle mourra. Et vous serez responsable. Elle mourra d'un chagrin d'amour... Ça existe vous savez ? Ah moins que vous soyez suffisamment cynique pour ne plus y croire ! Et bien... si vous êtes trop lâche pour vous en charger, alors dites le moi ! Dites-moi s'il y a une autre femme, et j'essaierai de l'aider à vous oublier ! Mais si vous pouviez lui dire vous-même...
    > lire la suite

  • Par Zebra, Aujourd'hui

    Soumission de Michel Houellebecq

    page 198 [...] Sur le plan intérieur Ben Abbes accomplissait un parcours sans faute. La conséquence la plus immédiate de son élection est que la délinquance avait baissé, et dans des proportions énormes : dans les quartiers les plus difficiles, elle avait carrément été divisée par dix. Un autre succès immédiat était le chômage, dont les courbes étaient en chute libre. C'était dû sans nul doute à la sortie massive des femmes du marché du travail -elle-même liée à la revalorisation considérable des allocations familiales, la première mesure présentée, symboliquement, par le nouveau gouvernement. Le fait que le versement soit conditionné à la cessation de toute activité professionnelle avait un peu fait grincer des dents, au début, à gauche ; mais, au vu des chiffres du chômage, les grincements de dents avaient rapidement cessé. Le déficit budgétaire n'en serait même pas augmenté : l'augmentation des allocations familiales était intégralement compensée par la diminution drastique du budget de l’Éducation nationale - de loin le premier budget de l’État auparavant. Dans le nouveau système mis en place, l'obligation scolaire s'arrêtait à la fin du primaire - c'est-à-dire, à peu près, à l'âge de douze ans ; le certificat de fin d'études était rétabli, et apparaissait comme le couronnement du parcours éducatif. Ensuite, la filière de l’artisanat était encouragée ; le financement de l'enseignement secondaire et supérieur devenait, quant à lui, entièrement privé. Toutes ces réformes visaient à "redonner toute sa place, toute sa dignité à la famille, cellule de base de notre société" [...]
    > lire la suite

  • Par Groucho, Aujourd'hui

    Le Cheval pâle de Agatha Christie

    Le brouillard s'épaississait très vite. Le Père Gorman hâta l'allure. Il connaissait bien le quartier. Peut-être avait-il conscience d'un bruit de pas derrière lui mais il n'y prêta pas attention. Pourquoi l'aurait-il fait ?
    Le coup de matraque le prit complètement par surprise. Il vacilla un instant et s'écroula.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio