> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Sylvie Dallet
    Sylvie Dallet
    Collection Ethique de la création - Sylvie Dallet..
  • Sylvie Dallet
    Sylvie Dallet
    ETHIQUES DU GOUT - Sylvie Dallet..
  • Gérard Bensussan
    Gérard Bensussan
    Colloque «Heidegger et "les juifs"» - Gérard Bensussan .Colloque «Heidegger et "les juifs"»..

Gagnez le premier roman d'Ivan Calbérac et venez le rencontrer
Rejoignez le Club des Lecteurs Relay 2015
Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Delphine  Delphine Bertholon

    D`où vous est venue l`idée de l`insensibilité physique du personnage principal de votre roman ? Aviez-vous entendu parler d`un tel cas réel, avez-vous fait des recherches médicales ?

    J`aime beaucoup les perturbations sensorielles. J`avais déjà exploré l`hyperacousie dans L`effet Larsen (hypersensibilité au bruit) et, dans une moindre mesure, l`achromatopsie (daltonisme extrême) dans Twist. Si l`hyperacousie est une affection réelle et terrible, je l`avais traitée dans le roman de manière symbolique : quand le sens de la vie est atteint, le sens physique est touché. J`ai poussé cette idée plus loin, avec une maladie qui n`existe pas – en tout cas, pas à un tel degré. Pour l`héroïne des Corps inutiles, cette affection est psychosomatique et, d`un point de vue romanesque, métaphorique. Je suis partie du fait que les victimes de violences, en particulier sexuelles, évoquent souvent l`impression d`un corps anesthésié.


    Votre héroïne cumule les particularités physiques : cheveux roux, yeux vairons… Ce qui lui arrive était-il trop exceptionnel pour arriver à un personnage au physique plus banal ? Est-ce une forme d`adéquation entre son apparence et son âme torturée ?

    Au contraire, j`ai voulu parler d`un fait...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Zack et Archer Goodwoody ont été envoyé à Fort Apache à cause de leur non respect des règles. Fort Ap...


Depuis quelques temps, sur l'église du village, monsieur Garg...


"L'humour est un coup de poing dans la gueule." Cavanna, cofondateur avec le Professeur Choron de CHARLIE HEBDO Ce liv...


Un petit renard ridicule veut devenir la terreur du poulailler. Le co-réalisateur d'Ernest et Célestine signe un...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Virginie94, Aujourd'hui

    La belle lisse poire du prince de Motordu : Un livre pop-up de Pef

    On retrouve l'histoire du Prince de Moturdu avec ses jeux de mots.
    Jai lu et relu cette histoire qui m.a fait tellement rire à sa sortie.
    Dans cette éditions, les illustrations ont été transposées en pop-up. Ce n'est pas le plus beau pop-pu Qu'on ait jamais vu mais il tout de même reussi.
    Entre le texte et le pop-pu, on a un livre divertissant qui retient l'attention et quun enfants n'hésitera pas à réouvrir.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Musardise, Aujourd'hui

    Ce jeudi d'octobre de Anna-Greta Winberg

    Il est particulièrement difficile de juger avec neutralité les livres qui ont été ou sont importants pour vous, et peut-être encore plus lorsqu'ils sont liés à l'enfance. Pour autant, j'ai aujourd'hui conscience que les "Club des cinq" que j'adorais petite sont, d'un point de vue littéraire, assez médiocres et que "Ce jeudi d’octobre" est de bien meilleure qualité. Cela dit, c'est un roman qui s'avère avoir une place spéciale dans mon histoire de lectrice et c'est donc un exercice périlleux pour moi que d'en rédiger la critique.

    J'ai lu et relu ce roman et il est resté mon livre préféré pendant des années. Je l'ai lu pour la première fois lorsque j'étais âgée d'à peu près douze ans( en tout cas il me semble que j'étais plus jeune que Madde, la narratrice), alors que mes parents s'étaient séparés depuis plusieurs années. Ce livre m'avait alors donné l'impression de me faire un bien fou. Je ne dirai pas que je m'étais reconnue en Madde : avec une mère comédienne discutant avec elle la nuit en rentrant du théâtre, son petit frère, avec lequel elle s'entend très bien, sa meilleure amie et son amoureux, sa vie était quand même plus sympa que la mienne. Mais je m'étais pas mal retrouvée dans ses rapports difficiles avec son père, et, surtout, dans l'évolution de sa relation avec la nouvelle compagne de celui-ci (du rejet à la complicité).

    C'est un roman qui dédramatise très bien le sujet du divorce, qui ne prend pas ses lecteurs pour des nouilles (comme trop de romans jeunesse, malheureusement), et qui traite aussi, très simplement, des premiers amours et des chagrins d'amour. Il est bien écrit, bien pensé, on sent que l'auteur n'essaie pas de faire la leçon à son public, mais qu'au contraire elle s'y identifie. Cependant, je ne l'ai pas relu depuis assez longtemps. Il a été écrit dans les années soixante ou soixante-dix. Je ne saurais dire s'il est aujourd'hui daté ou pas, et surtout s'il passerait bien pour un public préadolescent ou adolescent d'aujourd'hui.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par marina53, Aujourd'hui

    Les mères de Samantha Hayes

    Déjà belle-mère de jumeaux, Oscar et Noah, Claudia attend un heureux événement. L'accouchement est prévu pour bientôt mais malheureusement son mari, James, ne va pas pouvoir y assister. Militaire de carrière dans les sous-marins, il repart dans quelques jours en mission dans la Méditerranée. Pour pallier à son absence, la jeune maman fait paraître une annonce dans laquelle elle demande une nounou à plein temps pour s'occuper des jumeaux et la seconder dans quelques tâches du quotidien. Le temps presse d'autant plus qu'elle compte travailler jusqu'à la fin, son emploi d'assistante sociale la passionnant. Zoé Shepard se présente à l'entretien et satisfait tout à fait le couple, la jeune fille ayant un très bon C.V. et de très bonnes recommandations. Alors que la jeune femme s'installe chez eux, Claudia se sent très vite mal à l'aise en face d'elle...
    De leur côté, le couple de flics, Adam et Lorraine, fait une bien macabre découverte: une jeune fille est retrouvée morte dans sa baignoire, le ventre découpé par lequel le bébé avait été arraché, gisant tous les deux dans une eau rosée et visqueuse...

    Samantha Hayes signe ici un polar efficace et, finalement, redoutable. Elle nous induit en erreur au fil des pages, nous mène en bateau pour finalement nous surprendre dans les toutes dernières. L'on tourne les pages avidement sans se douter de ce qui nous attend. Elle dépeint des personnages à la fois denses et inquiétants mais aussi très touchants. Jouant sur les apparences et les mensonges, tissant ce roman autour de Zoé, Lorraine et Claudia, l'auteur créé une ambiance particulièrement angoissante. L'on pourra toutefois regretter certaines redondances et une écriture timide. Malgré cela, on se laisse porter par le récit et l'on se demande comment on a pu se laisser berner ainsi.

    Les mères... attention aux apparences!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Signe ascendant de André Breton

    FATA MORGANA


    Mais voici que la nappe ailée
    S’approche encore léchée de la flamme des grands vins
    Elle comble les arceaux d’air boit d’un trait les lacunes des feuilles
    Et joue à se faire prendre en écharpe par l’aqueduc
    Qui roule des pensées sauvages

    Les bulles qui montent à la surface du café
    Après le sucre le charmant usage populaire qui veut que les prélève la cuiller
    Ce sont autant de baisers égarés
    Avant qu’elles ne courent s’anéantir contre les bords
    Ô tourbillon plus savant que la rose
    Tourbillon qui emporte l’esprit qui me regagne à l’illusion enfantine
    Que tout est là pour quelque chose qui me concerne

    Qu’est-ce qui est écrit
    Il y a ce qui est écrit sur nous et ce que nous écrivons
    Où est la grille qui montrerait que si son tracé extérieur
    Cesse d’être juxtaposable à son tracé intérieur
    La main passe

    p.39-40
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Ma vie sans moi de Armand Robin

    IMAGE


    Image, grand tyran,
    Conscience passée de l'autre côté des rêves,

    Allégresse du poète sur le chaos du donné,
    Fuite du monde en troupeau de gazelles.

    Le ciel, les arbres, les eaux
    Arrondissent leur dos de parfait sommeil.

    Je songe, univers,
    Bleui de lune et de nuages, de brumes.

    Âme que rien n'enfante et qui rien n'enfante !

    p.162
    > lire la suite

  • Par Groucho, Aujourd'hui

    Voyez comme on danse de Jean d' Ormesson

    .../...
    Sa jeunesse était faite de cadavres et de larmes. Il avait pris la guerre avec une sorte d'inconscience et presque de gaité parce qu'il était très gai lui-même et ennemi de tout ce qui pèse, ennemi de la grandiloquence et de la pompe funéraire. La vie n'était pas gaie. Le monde était sinistre. Il était épouvanté de ce que les hommes si misérables étaient capables de faire.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio