> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Ken Follett
    Ken Follett
    En route pour l'Histoire avec Ken Follett 7 - Londres On continue à suivre Ken Follett dans..
  • Sonali Deraniyagala
    Sonali Deraniyagala
    "Wave" de Sonali Deraniyagala Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l'Océan..
  • Günther Anders
    Günther Anders
    Conférence de Michel Onfray sur "Et si je suis désespéré" de Gunther..

Nouvelle compétition de quiz : l'érotisme en littérature
Notre entretien avec Carine Fontaine, éditrice jeunesse
Les meilleurs livres de la rentrée littéraire 2014

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Scarling

    .

    Sascha est l`héroïne de votre premier roman, Requiem pour Sascha, tome 1 : Lacrimosa. Un peu rebelle et quelque peu blasée, il faut un certain temps au lecteur pour l`apprécier. Comment la définiriez-vous ?

    Sascha est une fille "paumée". Son histoire personnelle compliquée en a fait une personne peu sûre d`elle qui sait que la moindre faille peut représenter un danger mortel ; alors elle se blinde contre le monde extérieur, fait semblant d`être bien plus assurée que ce qu`elle n`est, ce qui n`est sûrement pas la meilleure façon d`aborder les choses. Elle ne veut pas qu`on puisse percer son armure donc elle se cache derrière ses attitudes rebelles et blasées. C`est une "badass" à la fragilité cachée.


    Ce premier tome raconte une histoire de vengeance mais ne se résume pas à cette intrigue. Que cherche Sascha tout au long de ce roman ? Retrouver ses origines ?

    Comme je le disais, Sascha est paumée. Paumée au point d`ignorer même ce qu`elle cherche. Elle pense vouloir venger les bonnes sœurs et souhaiter mener une vie normale mais les deux sont incompatibles et elle est incapable de choisir. C`est ce déchirement profond qui la fait avancer, pas toujours dans la bonne direction.
    Sans le savoir, ce qu`elle cherche, c`est une sorte de...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Une réécriture des contes de fées dans un décor steampunk Il était une fois un couple de fées, le...


Un portrait sensible et fascinant d’un artiste jamais égalé ! Ce diptyque nous entraîne dans l’...


Après un dernier briefing, Rick rassemble ses troupes et va au Sanctuaire. Il annonce ...


LE PEUPLE DES ELFES SYLVAINS À L’HONNEUR DANS LE DEUXIÈME TOME DE LA SÉRIE ÉVÉNEMENT. La ci...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par TiagoGreen, Aujourd'hui

    La face cachée de Margo de John Green

    Ce n'est pas une critique mais plutôt une métaphore que ce livre ma appris.
    La vie est une corde, et si tu ne suis pas l'alignment de cette corde (ex : fac, mariage, enfants) celle-ci ce casse. Et c'est à ce moment précis, que la vie nous appartiens enfin, quand la corde est brisé, cassé, inéxistante.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par najnaje, Aujourd'hui

    Macbeth de William Shakespeare

    J'ai lu Macbeth vraiment pour une raison saugrenu, avant hier je regardais les experts en replay et voilà que Grissom (personnage que j'affectionne beaucoup pour son intelligence, c'est mon mentor) cite un vers ni une ni deux je fais une recherche sur internet et découvre qu'il s'agit de Macbeth, le vers avait été modifié, Grissom devant la scène de crime a dit "Reste toujours l'odeur de sang, tout les parfums d'orient n'effaceraient cette souillure". Ayant Macbeth dans ma bibliothèque je décidais de le lire pour y chercher cette citation. La citation que j'ai troubé était tout autre "Reste toujours l'odeur de sang : tous les parfums de l'Arabie n'adouciraient pas cette petite main. J'ai quand même trouvé l'oeuvre pas facile à apprender je pense qu'une seconde lecture me sera nécessaire. Voilà pour la petite histoire.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Amnezik666, Aujourd'hui

    Cornes de Joe Hill

    Toute vérité n’est pas forcément bonne à entendre, c'est sans doute la première leçoçn que retiendra Ig. Il subira en effet quelques cruelles désillusions de la part de gens sur qui il pensait pouvoir compter. Il faut dire que Ig a été soupçonné pendant un temps d’être l’assassin de Merrin, sa petite amie, bien que blanchi, faute de preuves, sans jamais avoir été totalement innocenté.

    Une fois le décor posé, l’auteur alterne entre flash-back (où l’on découvre comment Ig a rencontré Lee, qui deviendra son meilleur ami, et Merrin ; et comment leur trio a évolué jusqu’au meurtre de Merrin) et l’intrigue présente (où Ig met son nouveau pouvoir à profit pour découvrir la vérité sur ledit meurtre). Un choix narratif plutôt bien assumé, les alternances font en sorte de ne pas trop casser le rythme de l’intrigue.

    Au niveau des personnages, outre le trio constitué par Ig, Merrin et Lee, il faudra aussi compter sur Terry, le frère ainé de Ig. Des personnages bien construits mais l’auteur parvient aussi à donner une véritable profondeur aux personnages plus secondaires. Pas de superflu, chacun a un rôle bien précis à tenir.

    Quid de l’intrigue ? L’identité de l’assassin de Merrin est dévoilée rapidement (vers la moitié du bouquin) mais on a de sérieux soupçons bien avant que Ig ne comprenne (il faut bien reconnaître que Ig n’est pas franchement une lumière). Malgré tout l’auteur maintient notre attention en constant éveil, connaître le meurtrier est une chose, l’éliminer ou le pousser à se dévoiler en est une autre.
    Une intrigue originale qui joue aussi avec les genres, on début Joe Hill semble privilégier la carte de l’humour (avec les premières confidences que reçoit Ig), puis au fil des souvenirs, la nostalgie prend possession des lieux avant que la noirceur ne vienne s’imposer en maître des lieux. On pourra peut être regretter quelques digressions et longueurs qui n’apportent pas grand chose à l’intrigue mais globalement ça passe plutôt bien.

    Joe Hill a décidé d’écrire sous un pseudo afin que ses romans ne soient pas comparés à ceux de son illustre paternel ; c’est vrai que l’on imagine bien cette histoire écrite par Stephen King. Mais laissons à Joe Hill ce qui est à Joe Hill, d’autant qu’il s’en sort plutôt bien, sans être parfait le résultat est plus qu’honorable.

    3,5 / 5
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio