> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • François Jonquet
    François Jonquet
    BooKalicious présente : Les vrais paradis de François Jonquet Chronique de "Les vrais paradis"..
  • Dan Fante
    Dan Fante
    BooKalicious présente : Point Dume de Dan Fante BooKalicious #17! Chronique de "Point Dume" de..
  • Nina Bouraoui
    Nina Bouraoui
    BooKalicious présente : Standard de Nina Bouraoui Chronique de "Standard" de Nina Bouraoui...

Gagnez le premier roman d'Ivan Calbérac et venez le rencontrer
Rejoignez le Club des Lecteurs Relay 2015
Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Delphine  Delphine Bertholon

    D`où vous est venue l`idée de l`insensibilité physique du personnage principal de votre roman ? Aviez-vous entendu parler d`un tel cas réel, avez-vous fait des recherches médicales ?

    J`aime beaucoup les perturbations sensorielles. J`avais déjà exploré l`hyperacousie dans L`effet Larsen (hypersensibilité au bruit) et, dans une moindre mesure, l`achromatopsie (daltonisme extrême) dans Twist. Si l`hyperacousie est une affection réelle et terrible, je l`avais traitée dans le roman de manière symbolique : quand le sens de la vie est atteint, le sens physique est touché. J`ai poussé cette idée plus loin, avec une maladie qui n`existe pas – en tout cas, pas à un tel degré. Pour l`héroïne des Corps inutiles, cette affection est psychosomatique et, d`un point de vue romanesque, métaphorique. Je suis partie du fait que les victimes de violences, en particulier sexuelles, évoquent souvent l`impression d`un corps anesthésié.


    Votre héroïne cumule les particularités physiques : cheveux roux, yeux vairons… Ce qui lui arrive était-il trop exceptionnel pour arriver à un personnage au physique plus banal ? Est-ce une forme d`adéquation entre son apparence et son âme torturée ?

    Au contraire, j`ai voulu parler d`un fait...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Depuis quelques temps, sur l'église du village, monsieur Garg...


Zack et Archer Goodwoody ont été envoyé à Fort Apache à cause de leur non respect des règles. Fort Ap...


Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le fil...


"L'humour est un coup de poing dans la gueule." Cavanna, cofondateur avec le Professeur Choron de CHARLIE HEBDO Ce liv...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Alcapone, Aujourd'hui

    Extorsion de James Ellroy

    Fred Otash (1922-1982) a fait choux gras dans les années 50 avec les scoops rapportés dans son journal à scandales. Flic corrompu et déchu, il s'improvise détective privé grâce à son réseau d'indics et fait fureur avec ses ragots sur le gratin d'Hollywood dans le magazine Confidences. A présent condamné au Purgatoire où il est torturé par les célébrités dont il a sali le nom, Otash est sollicité par James Ellroy qui souhaite recueillir ses confessions peu avouables pour une série télévisée... On rencontrait déjà Fred Otash dans 2 des romans de James Ellroy. Ses confessions sont ici rapportées dans le plus pur style de la presse à scandale des tabloïds anglo-saxons. Manifestement à l'aise dans ce registre qui lui est familier, James Ellroy livre avec Extorsion, un roman/tabloïd aux accents sulfureux : pratiques sexuelles déviantes et manies en tous genres, la société américaine est vivement critiquée au travers des excès de ses stars hollywoodiennes. Otash n'épargne d'ailleurs aucune humiliation à ces dernières... On a d'ailleurs l'impression que c'est avec un plaisir mal assumé qu'Ellroy fantasme sa série à venir. Si l'on reconnait la plume de l'auteur du Dahlia noir, Ellroy sacrifie ce court roman (135 p.) au profit de son projet. Il a voulu proposer ce roman en guise de teaser pour Perfidia, le premier tome de sa prochaine tétralogie. Si cette idée se défend, les fidèles lecteurs d'Ellroy ne s'y tromperont pas : c'est du réchauffé qui n'émoustillera même pas les plus férus de scandales fumeux et d'histoires sordides. Le style du 'Dog' est y. Malheureusement, cela ne suffit pas... Ne reste plus qu'à découvrir Perfidia (on peut lire en fin de livre les chapitres 4 et 8) en espérant qu'il soit moins décevant que ce fade interlude...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Gr3nouille2010, Aujourd'hui

    Nés à Minuit, Renaissance, tome 1 : Métamorphose de C.C. Hunter

    Un spin-off de la saga Nés à minuit que j'ai trouvé bien plus intéressant pour le moment ! Nés à minuit était principalement sur Kylie, alors que Renaissance concerne Della, la meilleure amie vampire de Kylie et Miranda. Un personnage haut en couleur qui promet une bonne saga, ne serait-ce que par son caractère et sa personnalité ! Je pense qu'on peut lire ce spin-off sans connaître Nés à minuit car certains faits nous sont rappelés quand c'est nécessaire. Toutefois, si l'on a envie de lire Nés à minuit un jour, il vaudra mieux commencer par le commencement pour éviter les spoilers.


    Les événements concernant Della se passent donc après le dernier tome de Nés à minuit (même si, encore une fois, les deux sagas peuvent être lues indépendamment). Della a très envie de faire partie de l'URF et fait tout ce qu'elle peut pour impressionner Burnett. Le problème est que certains de ses sens lui font souvent défaut... Et son caractère entêté n'aide pas non plus ! Burnett la met sur une première affaire de meurtres, puisqu'elle a assisté à la découverte des cadavres et qu'elle y tient tellement... Mais, à côté de ça, elle a d'autres petits problèmes à gérer. Qui est ce nouvel étudiant vampire qui lui tourne autour mais qu'elle n'arrive pas à supporter ? Que faire avec Steve ? Et où est donc passé son cousin Chan, qu'elle n'arrive pas à joindre alors qu'elle a désespérément besoin de lui ?


    Il y a d'autres problèmes que Della rencontre au cours de ses recherches et découvertes mais je ne peux pas parler de tout... Toutefois, c'est ce qu'il y a de bien dans ce premier tome, il se passe beaucoup de choses. Il y a pas mal d'intrigues qui se chevauchent et on a les réponses les plus importantes seulement à la fin ! Certaines bien prévisibles mais d'autres moins, et dans le pire des cas, tout est agréable à découvrir. Même si je pense que le personnage de Della aide beaucoup à tout apprécier : elle est simplement géniale.
    Comme c'est une saga jeunesse, on a évidemment droit au triangle amoureux basique mais ce n'est vraiment pas ce qui prime dans ce premier tome. Della a, de toute façon, tellement de choses à gérer, qu'elle prend ses problèmes de cœur au sérieux seulement quand elle les a en face. Et encore !
    Ce qui m'aura agacée finalement, c'est les répétitions de certains événements. Comme quand un sens fait défaut à Della, on a systématiquement droit à une phrase du style "ça devient vraiment inquiétant". Les deux, trois première fois ça va, mais pendant trois cent pages ça commence à faire long... Je suis consciente que c'est pour rappeler qu'il y a un problème mais on s'en doute à chaque fois vu que c'est décrit d'une autre façon en même temps que cette fameuse phrase persistante... C'est la seule chose qui m'a fait lever les yeux au ciel, alors que j'ai adoré tout le reste, donc ça vaut tout de même la peine de passer outre !


    Della est un personnage que j'ai adoré dès le tout début. Elle est pétillante, têtue, ne tient pas en place, n'a pas la langue dans sa poche, mais elle est également drôle grâce à ses répliques qui ne manquent pas de mordant ! Sa façon de faire pourrait être énervante mais pourtant ce n'est pas le cas, car à force de n'en faire qu'à sa tête, elle nous offre beaucoup d'action à nous mettre sous la dent.
    Kylie et Miranda sont des personnages un peu plus effacés de par leur personnalité. Elles sont plus calmes et posées, et maintenant que Della est au centre de l'intrigue, on le voit nettement. Quoiqu'il ne faut pas trop chercher Miranda non plus malgré sa personnalité de Bisounours...
    J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Burnett et Holliday, surtout cette dernière qui nous apporte du neuf également ! J'ai hâte de les retrouver dans d'autres tomes.


    Une saga qui démarre fort avec un personnage très intéressant à suivre, beaucoup d'action, de péripéties et de révélations. J'ai hâte de voir ce que Della nous réserve par la suite, en espérant qu'elle comme elle est !
    > lire la suite

    • Livres 2.00/5
    Par virago, Aujourd'hui

    Blog de Jean-Philippe Blondel

    Je n'ai pas tellement accroché même si l'idée de départ me paraissait pas mal. Ca m'a donné l'impression d'un vieux qui veut écrire comme les jeunes.

Dernières citations RSS

  • Par Peteplume, Aujourd'hui

    Autoportrait au radiateur de Christian Bobin

    Pour le reste, je fais comme tout le monde: semblant.

  • Par WhiteWalkers, Aujourd'hui

    L'amour et les forêts de Eric Reinhardt

    Vous savez, Éric, c’est terrible de ne plus être touché. Une femme qui n’a pas de vie affective, je le sens tout de suite, à sa peau, quand je la masse. Mes mains, elles se souviennent des peaux, elles lisent les vies à livre ouvert, elles comprennent beaucoup de choses. Une personne qui n’est jamais touchée, je le sens. C’est difficile à supporter, de n’être jamais touché. Je constate souvent ce manque chez mes clientes les plus âgées, plus personne ne veut entrer en contact physique avec elles et elles en souffrent, elles sont en demande, elles veulent qu’on leur caresse le visage, qu’on leur caresse les bras, qu’on leur caresse le dos et les épaules. Qu’on leur prenne la main. C’est un besoin, d’être touché, un besoin vital. J’ai vu des femmes s’écrouler, après un massage. Je leur masse longuement le corps, je sens qu’il se passe quelque chose de fort et juste après je les vois qui s’écroulent et qui pleurent dans mon salon sans pouvoir s’arrêter, au point que je doive annuler le rendez-vous d’après. Des femmes absolument inconsolables, dont j’avais senti qu’elles n’avaient pas été touchées depuis des années, comme si mes mains avaient fait remonter dans leur mémoire le souvenir qu’elles possédaient un corps, et que sentir son corps est essentiel, que c’est dans le fond la plus belle chose qui soit.
    > lire la suite

  • Par Peteplume, Aujourd'hui

    Autoportrait au radiateur de Christian Bobin

    Vouloir plaire — c'est mettre sa vie dans la dépendance de ceux à qui l'on veut plaire et de cette part en eux, infantile, qui veut sans fin être comblée.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio