> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Vincent Jolit
    Vincent Jolit
    Vincent Jolit - Harmonie, harmonie .Vincent Jolit vous présente son ouvrage « Harmonie,..
  • Catherine Mavrikakis
    Catherine Mavrikakis
    Sabine Wespieser - Editions Sabine Wespieser .Sabine Wespieser présente : « L?odeur du Minotaure »..
  • Romain Slocombe
    Romain Slocombe
    "Avis à mon exécuteur" : Romain Slocombe l'interview Retrouvez le roman "Avis à mon..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Notre entretien avec Carine Fontaine, éditrice jeunesse
Les meilleurs livres de la rentrée littéraire 2014

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Scarling

    .

    Sascha est l`héroïne de votre premier roman, Requiem pour Sascha, tome 1 : Lacrimosa. Un peu rebelle et quelque peu blasée, il faut un certain temps au lecteur pour l`apprécier. Comment la définiriez-vous ?

    Sascha est une fille "paumée". Son histoire personnelle compliquée en a fait une personne peu sûre d`elle qui sait que la moindre faille peut représenter un danger mortel ; alors elle se blinde contre le monde extérieur, fait semblant d`être bien plus assurée que ce qu`elle n`est, ce qui n`est sûrement pas la meilleure façon d`aborder les choses. Elle ne veut pas qu`on puisse percer son armure donc elle se cache derrière ses attitudes rebelles et blasées. C`est une "badass" à la fragilité cachée.


    Ce premier tome raconte une histoire de vengeance mais ne se résume pas à cette intrigue. Que cherche Sascha tout au long de ce roman ? Retrouver ses origines ?

    Comme je le disais, Sascha est paumée. Paumée au point d`ignorer même ce qu`elle cherche. Elle pense vouloir venger les bonnes sœurs et souhaiter mener une vie normale mais les deux sont incompatibles et elle est incapable de choisir. C`est ce déchirement profond qui la fait avancer, pas toujours dans la bonne direction.
    Sans le savoir, ce qu`elle cherche, c`est une sorte de...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



A la fin du XIXe siècle, la communauté scientifique pense l'espace fait d'éther, q...


Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias améric...


«Ces chroniques ont paru chaque samedi entre 2002 et 2005 dans The Gardian Review, supplément l...


Après un dernier briefing, Rick rassemble ses troupes et va au Sanctuaire. Il annonce ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par bdelhausse, Aujourd'hui

    La nuit sur terre de Pierre Pelot

    La 4è de couverture ne ment pas (pour une fois...). Ce livre m'a dérangé. Sombre, glauque, le récit s'enfonce de plus en plus profondément dans les méandres de l'âme humaine (et de ses déviances), tout autant que sous terre.

    J'ai eu l'estomac qui me revenait au bord des lèvres plusieurs fois. Sans doute étais-je un peu jeune, et ai-je eu tort de lire la nuit à la lumière tremblotante d'une veilleuse...

    Dans la tradition du plus pur roman noir, dont Pierre Pelot connaît tous les artifices.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par maevedefrance, Aujourd'hui

    Sauf quand on les aime de Frédérique Martin

    On se prend le début du roman comme un coup de poing, à travers la violence des propos : "Tu n'es qu'une pute, espèce de macaque, une salope descendue de l'arbre. Et moi je suis le messager de Dieu. File-moi ton 06, file-le moi!". On se demande se qui se passe l'espace de trois secondes , où l'on est, avant de comprendre : dans un train, une femme se fait agresser par un homme. On pourrait refermer le livre, quitter ce train de l'enfer et retourner à nos occupations comme si de rien n'était. Pourtant, on continue la lecture, outré par le comportement de cet individu, finalement calmé par une passagère plus courageuse que tous les voyageurs du train qui regardent leurs chaussures et ferment leurs oreilles. Le type disparaît du roman .
    On descend à Toulouse avec la femme agressée (Tisha) et une des passagères qui n'a pas moufté (Claire). Contre toute attente, Claire propose à Tisha de l'héberger. Claire vit en coloc avec Juliette et Kader.

    Peu à peu, les personnages se dévoilent. Ils ont la vingtaine, guère plus. Juliette est orpheline, ses parents ont eu un accident de voiture fatal. Elle a décidé d'emménager avec ses amis pour fuir la solitude de son studio où "il lui arrivait de s'avachir dans son canapé pour une heure et d'y passer plusieurs jours, se relevant seulement pour aller travailler". Kader se voyait conseiller en économie familiale mais il est interimmaire sur un chantier, depuis trop longtemps déjà. Claire joue du violon mais n'en vit pas, galère de petits boulots qui lui permettent "à peine de payer sa part de loyer et de courses au Leader". Tisha est barmaid.

    Kader en pince pour Juliette qui en pince pour un autre. Claire et Tisha sont ensemble, même si Tisha pense (du moins elle le dit) qu'elle n'appartient à personne. A eux quatre, ils forment une sorte de famille. Ils ont pour voisin un vieil homme qui s'ennuie ferme, emmuré dans sa solitude malgré lui.
    La solitude, c'est bien le dénominateur commun de ces personnages. Et la violence sous toutes ses formes, à laquelle ils doivent faire face.
    Néanmoins, ce livre regorge d'humour. En particulier les répliques de Tisha, jeune femme "brut de décoffrage" qui ne se censure pas, surtout quand il s'agit de remettre Kader à sa place. Tisha est le personnage que j'ai trouvé le plus attachant des quatre, avec ses grands principes à l'emporte-pièce et sa sensibilité à fleur de peau. C'est sans doute elle la plus solide des quatre. Du moins en apparence.

    On se prend des claques dans ce roman et à l'instar des personnages, on n'en sort pas indemne.

    L'écriture est vive, les répliques font mouche et font rire, le langage moderne, la focalisation multiple. Il s'agit pourtant d'une histoire tragique, mais pas sans espoir. Un roman qui parlera à toutes les générations.

    Une belle lecture de la rentrée littéraire.












    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par bdelhausse, Aujourd'hui

    Moi qui n'ai pas connu les hommes de Jacqueline Harpman

    Une pure merveille. J'ai rarement éprouvé cette excitation, cet appétit à tourner les pages. Je classerai sans peine ce roman dans la SF, tellement le propos surréaliste, décalé s'y prête. Mais c'est tout simplement un grand livre. Un livre qui renvoie à soi, à ses propres valeurs, à ses interrogations, au sens des choses.

    Un livre qui a fait écho en moi très longuement (et encore maintenant).
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par mila0707, Aujourd'hui

    Sans Famille, Tome 4 : Neige et loups de Yann Dégruel

    Il nous faut attendre le jour, dit Vitalis, et il s'assit devant le feu, la tête entre ses deux mains.
    Je n'osais pas le troubler. Je restais immobile près de lui, ne faisant un mouvement que pour mettre des branches sur le feu. Il me semblait que j'aurais mieux aimé qu'il me grondât plutôt que de le voir ainsi morne et accablé.
    Mais il ne disait rien, il ne me regardait même pas, il restait la tête penchée au-dessus du foyer, sans doute il songeait à ce que nous allions devenir sans les chiens, comment donner nos représentations sans eux ? Comment vivre ?
    > lire la suite

  • Par bdelhausse, Aujourd'hui

    La nuit sur terre de Pierre Pelot

    Elle l'entendait respirer à pleine bouche, rauquement, et renifler, aspirant le mucus glaireux qui débordait en permanence des ses narines béantes. (p.102)

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Les folles années, tome 4 : Eugénie et l'enfant trouvé de Jean-Pierre Charland

    Dans la province de Québec, le divorce était très difficile à obtenir. Il fallait chaque fois une loi privée du Parlement fédéral. Et pour les plus tenaces qui choisissaient cette voie, l’ostracisme s’avérait certain. La séparation de corps faisait en quelque sorte office de divorce chez les catholiques. Si le lien du mariage demeurait intact, au moins les conjoints ne supportaient plus une cohabitation déprimante.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio