> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Bruno Lemesle
    Bruno Lemesle
    Barbès - Château Rouge - La Goutte d'or .Barbès, historiquement sur la frontière de Paris, lieu de..
  • Rémi Sussan
    Rémi Sussan
    Tout doit être ludique, anatomie d'une idée reçue .Intervenants : Ziad Maalouf, Aurélien Fouillet,..
  • Marie Ladier-Fouladi
    Marie Ladier-Fouladi
    L'intime et le révolutionnaire ? Tenons et Mortaises .Intervenants : Sophie Wahnich, Philippe..

Gagnez Fenêtre sur crime et rencontrez Linwood Barclay
Recevez un livre en échange d'une critique mercredi 27 mai
Participez au défi d'écriture autour du thème

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Cécile  Cécile Reyboz


    Dans ce roman autobiographique, vous refaites le fil de votre vie, de la rencontre de vos parents à votre vie actuelle. Quel a été le déclencheur de ce récit ?

    Le mystère de ma (non-)relation avec ma sœur. Une énigme devenue un peu moins douloureuse avec le temps, sur laquelle je voulais écrire. On écrit mieux sur ce qu`on ne maîtrise pas tout à fait, et les relations humaines englobent tous les mystères. Pour parler d`elle et de moi, il fallait raconter nos parents, et Ivry, et tout ce que j`avais vécu avec, puis sans elle. J`ai tiré sur le fil.



    Ce roman retrace aussi les évolutions d`une certaine génération qui a grandi dans les années 1970. Malgré des vies et des rapports familiaux forcément différents, de nombreux lecteurs se sont reconnus dans cet ouvrage. Comment l`expliquez-vous ?

    J`ai voulu restituer tout ce qui compose une vie, les sensations, mots, et bruits captés de l`enfance au monde du travail, en passant par les vacances à la mer… les modes et les allures, la découverte du langage juridique, la découverte des subtiles différences selon les milieux sociaux, mais aussi les chansons, le nom des feuilletons télé, tous les bruits de la vie !


    Cette histoire brasse les étapes universelles : apprentissages, ambitions, déceptions et limites, tout le monde connaît cela....



> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Été. Angleterre, XXe siècle. Tom Long est contraint de passer ses vacances chez son oncle et sa tante, car son frère a la roug...


Paris 1910. Alors que la ville est envahie par les eaux de la grande crue de la Seine, un couple d'américains croulant sous les ...


S'il est une chose qu'a réussi le mage dans la grande guerre qui a ravagé le monde d'Oscitan, c'e...


Physiciens, mathématicien et militaire, ils ont été les acteurs cruciaux aut...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par freegum, Aujourd'hui

    Charabia de Patrick Lowie

    Patrick Lowie est un écrivain belge habitant au Maroc depuis plusieurs années. Il vient de publier aux éditions PAT sa dernière chronique de Mapuetos intitulée Charabia. Comme il aime le dire lui-même en présentant ce projet d’écriture comportant une quarantaine de volets, « Mapuetos est une ville qui n’existe pas dans un pays qui n’existe pas ». C’est une ville que l’on invente en s’éloignant des conceptions réalistes de l’urbanité et en imaginant des univers fantasmagoriques, possédant leur part de beauté mais aussi leur ignominie. Le monde des rêves est aussi celui des cauchemars. La première chronique Mapuetos, intitulée Amaroli Miracoli », commence dans une prison. Le narrateur est emprisonné sans vraiment savoir pourquoi. Les G.O.P (les Gentils Organisateurs Pénitenciers) sont des panoptiques foucaldiens qui s’occupent de remplir les vides de la prison, en emmenant à chaque fois des nouveaux venus. Il suffit de se promener dans la cité pour trouver quelqu’un à enfermer : « On enferme sans motif gravissime. Les lois et directives sont telles dans ce pays depuis quelques années qu’il est impossible de ne pas être en infraction de quelque chose ». Dans la prison, la première chose dont l’écrivain prend conscience est l’incapacité des gens à aimer. Nous vivons dans un monde où l’amour a disparu. Et c’est le monde qui est devenu en réalité une immense prison aux murs froids. Les parcs d’attraction, les plaisirs désincarnés sont des lieux d’enfermement sociaux.

    Comment repenser la liberté, notamment la liberté d’aimer ? En réinventant le nomadisme du cœur. L’écrivain prend son envol des ancrages identitaires qui enferment les émotions authentiques : « Je n’avais surtout aucun besoin de m’identifier à ce pays, à ses traditions, je n’avais pas à protéger mes acquis, mes possessions, et je n’avais pas l’impression d’appartenir à quelqu’un ou à quelque chose ». Le personnage est très proche de celui créé par Jean-Baptiste Messier dans le roman 3066 Lamia, qui s’affranchit des marqueurs identitaires et des aliénations conservatrices. Le narrateur de Patrick Lowie a soif d’air pur. Aux antipodes de ces individus qui aiment être ensorcelés, envoûtés, possédés par l’amour, il préfère sa liberté : « La liberté, c’est l’amour, le détachement ». Par moments, la solitude de l’homme libre l’amène vers de sombres émotions, où aucune lueur d’espoir ne semble possible : « Parfois, pour tuer le temps, pour tuer la mélancolie, ne gérant plus beaucoup le vide qui est en moi, je regarde les images insipides sur l’écran qu’on nous impose ». La prison reste un lieu de désolation. Et le seul espoir qui reste au narrateur est l’écriture, une écriture non mercantilisée et ouverte sur la création. Mapuetos peut exister.

    Dans Charabia, le périple surréaliste dans lequel nous entraîne Patrick Lowie commence par un chat qui se réveille en plein traumatisme, conscient d’avoir été chassé d’un Eden perdu : « Le chat étourdi se souvient des caresses reçues. C’est farfelu de se réveiller escorté par ce sentiment amoureux sans l’être vraiment ». Les « réalités imaginaires » sont teintées de la même ambivalence que les autres récits. Le but de l’écriture est de fuir le réveil qui nous ramène à la réalité. Même si dans les rêves, la peur d’aimer est toujours là et que la vie n’est qu’une série d’éclipses, de fossés permanents entre hier et aujourd’hui. C’est dans le lit que l’on sent « le sentiment amoureux d’un amour inexistant » qui s’accroche au corps et en berce la solitude. Les conceptions les plus libres de l’amour se trouvent-elles dans les mondes virtuels que l’on s’invente ? : « Il y a quelque chose de subtilement pessoesque dans les amours virtuels. On s’imagine, en observant les bateaux partir, les plus beaux voyages, les plus belles traversées du temps tout en restant murés devant l’écran de nos fantasmes. Les amours virtuels se projettent dans l’obsolescence de nos vies comme autant de rappels qu’elles ne sont qu’illusoirement béantes ». Tout est possible dans le monde des rêves, dans le monde des virtualités. La chair des mots se fait charabia et bascule dans un délire euphorique, à l’image du volcan et des coulées mécaniques dessinés par Pascal François à la fin de l’ouvrage. Dans Charabia, l’écriture crée un écrivain qui est hors du langage.

    Dans le charabia de mots, la littérature a le corps d’un ange et l’enjeu est dès lors de ne pas laisser ensevelir par « le flot brûlant de sa splendeur ». Là encore, rompant avec ces personnages littéraires qui trouvent la quintessence de l’amour au moment où l’être aimé prend possession de leur âme, les délires de Charabia restent une déclaration d’amour.

    *Enseignant chercheur CRESC/EGE
    Rabat, Cercle de littérature contemporaine

    Par Jean Zaganiaris*
    Jeudi 21 Mai 2015, Libération
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Chib, Aujourd'hui

    Les Royaumes invisibles, Tome 1.5 : Le Passage Interdit de Julie Kagawa

    Nouvelle de transition assez sympathique bien qu'un peu longuet .

    Nous suivons Meghan de son départ pour le pays de nulle part ,a la fin du Tome 1, et jusqu'a son arrivé au pays d'hiver .

    On fera un détour par la Nouvelle Orléans que j'ai trouvé assez sympathique et qui permet de compléter l'histoire déjà introduite lors du tome précédent. Permettant de recroisé les Dryades et Puck .

    On retrouvera pendant quelque temps Grimalkin et bien sûr Ash et sa relation amoureuse avec Meghan évoluant doucement. Celui-ci mettant doucement Meghan en garde contre la cour d’hiver et la préparant a ce qui l’attend.l’attend. Meghan quant a elle passera le plus clair de son temps a se pâmer devant son bel elfe .

    Ils croiseront aussi le loup, surement le meilleur passage du livre, avec la description de la femme au bébé. Il est dommage qu’on en apprenne pas un peu plus sur ces deux protagonistes, mais on les recroisera surement surtout le loup .
    Une nouvelle que j’ai apprécié toute en la trouvant un peu longue, pour pas grand-chose en définitive.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Shan_Ze, Aujourd'hui

    Datavision de David Mccandless

    Un sacré livre d’informations ! L’auteur a regroupé des données représentées de plusieurs façons différentes sur des centaines de sujets différents. David McCandless a du fournir un travail énorme pour parvenir à ce livre intéressant ; il parle du monde, de politique, de religion, de musique, de livres, de films qu’il met en relation avec à peu près tout. Certains sujets donnent un peu le cafard comme la pollution, la montée des eaux ou les maladies. Mais il a aussi beaucoup d’humour ! Exemple : ce nuage d’expressions des recherche de l’amour en ligne, ces différents types de films et leur rentabilité ou… cette carte de remerciements un peu spéciale.
    Le genre de livres qu’on apprécierait d’avoir dans ses rayons.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio