> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle Un parfum d'herbe coupée Préludes, nouveau label éditorial Premier roman
  • Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle Un parfum d"herbe coupée Préludes, nouveau label éditorial Premier roman
  • Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle
    Nicolas Delesalle Un parfum d'herbe coupée Premier roman Préludes, nouveau label éditorial

Recevez un livre en échange d'une critique mercredi 27 mai
Découvrez notre nouveau dossier sur George Sand
Participez au défi d'écriture autour du thème

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Kettly  Kettly Mars



    Suite au séisme de 2010 en Haïti, Alexandre ne peut plus être pris en charge par l`institution qui le garde. Son retour au sein de sa famille constitue un immense bouleversement, faisant ressurgir secrets et questions. Avec le recul, ce retour est-il une bonne chose pour les personnages principaux ?



    Il ne fallait surtout pas présenter de certitudes. Le sujet de la maladie mentale dans les familles est extrêmement complexe, quelles que soient les sociétés considérées. Oui, je crois qu`avec le recul le retour d`Alexandre parmi les siens est une bonne chose, mais qui n`est pas arrivée sans douleurs. Ce retour d`Alexandre après 40 ans d`enfermement dans une institution psychiatrique est une sorte d`exorcisme, qui va provoquer la cautérisation d`une blessure secrète longtemps portée par chacun des membres de cette famille.




    Eliane, la matriarche est également la narratrice. Pourquoi avoir choisi de vous exprimer au travers de ce personnage ? Vous ressemble-t-elle ?


    Je dirais qu`il y a plusieurs narrateurs dans ce roman polyphonique, mais Eliane est la voix de l`autorité, de la blessure et de l`amour qui s`élève par-dessus celle des autres. Je ne crois pas que ce personnage me ressemble, sinon peut-être par sa façon d`être directe et de ne pas se leurrer d`illusions. A 86 ans, on ne peut plus se...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Avril 1945. Alors qu'Hanna a pour mission de sauver le IIIe Reich, Werner, un ami proche d'elle 15 ans aupa...


Recueil de sept histoires parues au Japon entre 1968 et 1973, dans lesquelles l'angoisse côtoie l'horreur. Elles mette...


Physiciens, mathématicien et militaire, ils ont été les acteurs cruciaux aut...


Été. Angleterre, XXe siècle. Tom Long est contraint de passer ses vacances chez son oncle et sa tante, car son frère a la roug...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par Corboland78, Aujourd'hui

    La Vieille Fille et le Mort de Violette Leduc

    Violette Leduc (1907-1972) est une romancière française. Fille illégitime de Berthe Leduc et d’André Debaralle, un fils de famille de la haute bourgeoisie de Valenciennes qui refuse de reconnaître l'enfant, elle est marquée par la honte de sa naissance. Une vie difficile et scandaleuse pour l’époque, des liaisons homosexuelles, un court mariage ou des amours masculines sans retour car ce sont eux-mêmes des homosexuels, un avortement où elle manque mourir. En 1939, elle est secrétaire pour la Nouvelle Revue Critique, en 1942 elle commence à écrire des souvenirs d’enfance. En 1945, présentée à Simone de Beauvoir elle en tombe amoureuse et la compagne de Sartre qui reconnait immédiatement son talent, la soutiendra toute sa vie. En 1964 elle frôle le Goncourt pour son roman La Bâtarde, une fiction autobiographique. Violette Leduc a fait de sa vie la matière principale de ses livres, ce qui en fait une des pionnières de l’autofiction. La Vieille fille et le mort, paru en 1958, vient d’être réédité.
    Dans un petit bled de province, mademoiselle Clarisse tient un de ces petits commerces qui font café-épicerie-mercerie. Un samedi soir, à l’heure de la fermeture et qu’aucun client ne traine alentour, Clarisse découvre un homme mort au milieu de la salle du café. Un inconnu, arrivé ici on ne sait comment. Clarisse, vieille fille de cinquante-quatre ans, « Les hommes ne m’ont pas fait vieillir. Je les aimais d’amitié sans en aimer aucun », épuisée de solitude, voit ce mort comme une chance pour elle : « Il était temps que quelque chose arrive »
    Toute la soirée elle va s’inventer une vie avec cet homme tout en réparant ses chaussures ou lavant ses pieds et le col de son imperméable. Leur intimité n’étant troublée que par les arrivées d’un gamin souvent laissé seul par ses parents et qui trouve chez Clarisse un refuge accueillant, du commis voulant absolument boire une dernière bière avant d’aller se coucher ou de la vieille et suspicieuse madame Lambris venue acheter un métrage de ruban.
    Le roman est très court, d’une écriture singulière qui place Violette Leduc dans la catégorie des écrivains exigeants. Et si le titre de l’ouvrage, à la Simenon, pourrait évoquer une sorte de polar, il n’en est rien évidemment. Il s’agit d’un texte à la beauté poétique et émouvante, unité de temps (une nuit) et de lieu (le petit commerce) où quelques solitaires tentent désespérément de trouver une compagnie. Clarisse poussant cette quête aux limites du sensé en voulant arracher au mort un souvenir qui puisse enluminer le reste de sa propre vie.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par jimpee, Aujourd'hui

    Mathias Sandorf de Jules Verne

    Hommage de Verne à Dumas.

    L’histoire est pleine de rebondissements et nous captive vraiment. L’évasion vaut bien celle de la prison d’If et Antékirtt se retrouve richissime après un voyage en Orient, comme Monte-Christo. Les conjurés, leurs familles et leurs alliés sont pleins de noblesse alors que leurs dénonciateurs sont vils, incapables de retenir l’argent et terminent tous ruinés ; la grande richesse d’Antékirtt-Sandorf lui permet d’avoir des navires modernes, voire futuristes, un réseau de communication performant, mais au-delà de ces archétypes, le récit de Jules Verne est passionnant par ses descriptions géographiques, ethnologiques ou scientifiques et jamais ennuyeuses.

    critique complète sur le blog
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par mauriceandre, Aujourd'hui

    Colorado Saga de James A. Michener

    Colorado, rien que ce nom vous invite au voyage, et quel voyage si vous entrez dans ce gros bouquin de presque mille pages.
    Je me rappelle que je fus d'abord accroché par la photo qui était présente sur l'exemplaire qu'avait ma bibliothèque et qui représenté le grand canyon du Colorado.
    C'était mon premier livre de James A. Michener et ce fut une révélations, car je rencontrai pour la première fois le style et la manière dont il traite l'acteur principal de ses romans, qui ne sont pas les personnages pourtant nombreux et très bien décrit, mais la naissance et l'histoire d'une portion de notre belle planète.
    Dans ce récit, c'est le Colorado, et son histoire commence au temps géologique qui ont créés au bout de milliers d'années le Grand Canyon, pour se poursuivre aux longs des siècles jusqu'à notre époque.
    Dans les années qui ont suivis cette lecture je me suis fais plaisir en lisant tous les romans traduits que j'ai pus me procurer.
    Merci aux traducteurs, sans qui cette superbe Histoire, m'aurait échappée.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Corboland78, Aujourd'hui

    La Vieille Fille et le Mort de Violette Leduc

    Elle alluma dans le café pour revoir et pour vérifier, elle éteignit. La lumière était cruelle. Elle l’hébergeait, elle lui devait de l’intimité. IL était mort, ce n’était pas une raison pour sonner le tocsin. Il l’avait presque choisie en choisissant sa maison. Il ne se reposait pas aux environs du silo, la plaine avec le vent entrant par les trous de ses chaussures ne glaçait pas ses chevilles. « Ah non ! » dit tout haut Clarisse. Elle le dérobait aux rafales, aux coups de vent. La respiration est capricieuse. Un estivant qui venait en vacances dans le village, qui décousait et recousait les morts dans les amphithéâtres le lui disait. Elle lui a repris les pieds de la table. Il le lui reprochera s’il s’éveille. On le fouillera, on cherchera ses papiers. On ne lui essuiera pas le filet de sang si elle le déclare.
    > lire la suite

  • Par Coriolis, Aujourd'hui

    J'ai tué Phil Shapiro de Ethan Coen

    ( …) quand j'entrepris de soupeser mon avenir, je n'eus pas grand-chose à mettre sur le plateau noble art de la balance : la possibilité d'assurer ma propre promotion sous le pseudonyme de Le Punching Ball Humain. La possibilité de faire imprimer des cartes de visite : JOSEPH CARMODY – ENCAISSEUR. La possibilité, enfin, ayant adopté le sobriquet professionnel d'Arnolphe Tapis l'Atterrisseur de louer des espaces publicitaires sur la semelle de mes tatanes.
    > lire la suite

  • Par Nastasia-B, Aujourd'hui

    Le Scarabée de Jean-Henri Fabre

    Voyons donc, encore une fois, le Scarabée à l'œuvre des victuailles. Venus du mulet ou mieux du mouton, des vivres frais sont servis. Le fumet du monceau répand la nouvelle à la ronde. D'ici, de là, les Scarabées accourent, étalant et remuant les feuillets roux de leurs antennes, signe de vif empressement. Ceux qui faisaient la sieste sous terre crèvent le plafond sablonneux et sortent de leurs caveaux. Les voilà tous attablés, non sans querelles entre voisins qui se disputent le meilleur morceau et qui, de brusques revers des larges pattes antérieures, se culbutent les uns les autres.

    LE SCARABÉE SACRÉ : LA PILULE.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio