> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Nabil Malek
    Nabil Malek
    LE DERNIER CHRETIEN DE TAHRIR - Nabil Malek..
  • Christine Mateos
    Christine Mateos
    LE PENDU DE LA PORTE SAINT-MARTIN - Christine Mateos..
  • Joseph Cohen
    Joseph Cohen
    Colloque «Heidegger et "les juifs"» - Joseph Cohen .Colloque «Heidegger et "les juifs"» le spectre..

Recevez un des deux romans à paraître de Linwood Barclay
Gagnez le premier roman d'Alain Gillot et venez le rencontrer
Participez au Prix des Lectrices 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Frédéric  Frédéric Aribit

    Dans Trois langues dans ma bouche, le narrateur redécouvre, presque subitement, la langue de son enfance, c`est-à-dire le basque, une langue qu`il n`a jamais vraiment apprise. Comment expliquer cette redécouverte ? Que provoque-t-elle pour le narrateur ?

    C`est comme une mémoire enfouie qui revient à travers quelques mots en basque que le narrateur entend de la bouche de sa mère, à la manière d`une madeleine de Proust.


    Par accident, on retrouve parfois des pans entiers de mémoire qui surgissent, qui jaillissent à partir de quelques mots entendus au hasard d`une conversation. Les mots font rejaillir des souvenirs, et inversement les souvenirs font rejaillir toute une langue. Au départ ce sont quelques bribes seulement, quelques comptines d`enfance peut-être, et tout à coup c`est un rideau qui tombe et un théâtre de souvenirs qui s`ouvre derrière. Et il redécouvre alors une langue oubliée.

    La langue basque a d`ailleurs ceci de particulier que c`est une langue menacée qui aurait pu disparaître de la surface de la Terre. C`est la métaphore même de la langue de l`enfance, que nous avons tous sue puis parfois oubliée. C`est en cela qu`il ne s`agit pas d`une autobiographie : cela n`aurait pas eu de sens de raconter ma vie...



> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Je suis mon rêve (Soy mi sueño) est une bande dessinée historique qui aborde un sujet et une période mal connus du XXe si...


Après leur première collaboration sur American Vampire Legacy, les deux plus grands talents actuels de l’industrie des comics, Scot...


Alors qu'il s'apprête à fêter les deux ans de sa fille, Matthieu Blanch...


1720. Agée de huit ans, une petite fille, partie du Canada, fuit l'esclavage. Arrivée à Marseille, après avoir subit viols et brim...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par marina53, Aujourd'hui

    Notre Mère la Guerre, tome 2 : Deuxième complainte de Kris

    En Champagne pouilleuse, le lieutenant de gendarmerie Roland Vialatte est toujours sur le front à la recherche de l'assassin des jeunes femmes que l'on retrouve égorgées, une lettre d'adieu écrite de la main du tueur sur elle. En première ligne, il retrouve une vieille connaissance, la caporal Gaston Peyrac. A la tête de jeunes recrues, des repris de justice à peine sortis de l'enfance, il a bien du mal à croire que l'un d'eux pourrait être le meurtrier comme le suppose Vialatte. Tandis que les ripostes ne cessent de part et d'autre, que le sang coule, que les hommes doivent affronter toutes ces horreurs et que l'un d'eux, Jolicoeur, blessé et coincé entre les deux lignes de front, sert d'appât aux boches, Vialatte doit continuer à mener son enquête...

    L'enquête, ici dans ce deuxième volet, est reléguée au second plan tant la Guerre est omniprésente. L'on est en première ligne, et ce, dès les premières pages, criantes de vérité, dans lesquelles Maël réussit un rendu magnifique de ces combats. Les investigations de Vialatte pour débusquer le coupable des meurtres paraissent bien absurdes tant la violence règne, les compatriotes tombent les uns après les autres et que le sang coule à flot. Le scénario est toujours aussi captivant et bien ficelé. Les scènes se suivent avec un intérêt grandissant et l'on se prend d'affection pour ces soldats. Le coup de crayon réaliste de Maël est magnifique, les couleurs tristes créent une atmosphère plus que jamais oppressante et il nous offre de très belles aquarelles.

    Notre Mère la guerre, Deuxième complainte... au son des canons...
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par fx131, Aujourd'hui

    Exit le Fantôme de Philip Roth

    Ceux qui découvrent Roth par le biais de ces derniers romans ne doivent décidément pas avoir envie d'y revenir ...
    D'un coté on peut les comprendre .
    En effet Roth voit la vieillesse venir , et il décide de la raconter au travers d'un de ces personnages emblématiques.
    Certes , le ton ici est encore une fois très sombre , la mort rode , emportant des connaissances , des proches , et Roth pour exorciser sa peur somme toute bien légitime , décide d'"offrir" au lecteur une plongée dans les affres de la déchéance du corps , si tant est que l'on puisse parler de déchéance ...
    Le choc peut paraitre rude pour le lecteur qui ne connait pas son style , mais le ton est fort , il y a un véritable partage qui se fait entre lui et le lecteur .
    C'est une oeuvre assez difficile c'est vrai , mais la littérature se reconnait dans l'absence de compromis .
    A découvrir !
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par gaxelle1, Aujourd'hui

    The touch of love de Linda Saint Jalmes

    Flora est une jeune femme qui aurait pu être heureuse, mais hélas pour elle en moins de 5 ans elle perd son mari, sa famille, et un soir où elle part faire sa balade habituelle elle a un grave accident, elle en perdra la vue.
    Mais cette tragédie, lui apportera finalement peut-être plus de bonheur qu'elle n'aurait jamais cru en avoir un jour.

    Un mini roman historique et érotique que vous commencez et ne lâchez pas car vous voulez savoir ou tout ceci va emmener Flora et Philip. On découvre une jeune femme qui au début de roman est complètement anéantie et qui au fur et à mesure retrouvera le goût de la vie.
    Philip quand à lui est un jeune homme plutôt volage qui fera découvrir à Flora les plaisirs de la vie.
    On ne voit pas trop les autres personnages secondaires, j'aurais aimé en savoir un peu plus sur Anne la mère de Philip qui je suis sûre est un sacré personnage, et surtout une mère dévouée pour le bonheur de son fils.

    J'étais contente de retrouver la plume de Linda dans un tout autre genre. Et oui je commence à l'envers. D'abord Les bêtises de Lili et maintenant avec "The touch of Love" et j'avoue que je suis toujours séduite par son écriture.
    Elle nous fais découvrir la vie d'une jeune femme aveugle, je n'ai pas réussit à me mettre à sa place mais avec les mots de Linda j'ai pu ressentir les émotions et les sensations de Flora.
    Une plume légère, délicate et pleine de poésie peut importe le moment du roman.

    Un régal à lire!!!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Ciella, Aujourd'hui

    L'instant présent de Guillaume Musso

    Je ne vais pas jouer au donneur de leçons. Je sais qu’on porte tous en nous une grenade à côté du cœur. Certains n’osent jamais la dégoupiller, d’autres prennent ce risque et s’exposent au danger. Celui de faire bouger des lignes de faille capables de déclencher un séisme qui détruira leur vie.
    À l’hôpital, je vois chaque jour des patients lutter de toutes leurs forces contre des maladies qui les rongent. Des gens qui s’accrochent à la vie, qui donneraient n’importe quoi pour avoir droit à quelques jours de plus. Chacun trouve ses raisons pour continuer à se battre, chacun se fixe une échéance : voir la naissance d’un petit-fils, tenir jusqu’au printemps pour assister encore une fois à la floraison des cerisiers, espérer une réconciliation de dernière minute avec quelqu’un que l’on aime, mais que l’on a blessé. Parfois, on gagne. Mais souvent, l’existence est trop chienne et on y laisse sa peau.
    Je sais que l’amour peut tuer. Je sais que les sentiments sont meurtriers. Mais je respecte trop la vie pour cautionner un geste qui consisterait à y mettre fin, même lorsque l’horizon semble bouché.
    > lire la suite

  • Par marina53, Aujourd'hui

    Notre Mère la Guerre, tome 2 : Deuxième complainte de Kris

    On ne guérit pas de la folie. Regardez-moi: guérit-on de la guerre?

  • Par fanfanouche24, Aujourd'hui

    L'une & l'autre de Marie Desplechin

    (...) c'est l'un de ces "livres foudre" dont le gai savoir vous aide à renaître et à vous sauver. Un de ces volumes enchanteurs auquel s'applique l'étonnante définition que son auteur confère elle-même à l'excellence : "Un des rares objets en compagnie duquel (selon une définition fameuse du grand art) on pourrait rester en prison pendant des années sans devenir fou." ( p. 243)
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio