> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Patrick Deville
    Patrick Deville
    Autour d'un verre avec Patrick Deville .Viva, deuxième volet de la nouvelle trilogie de Patrick..
  • Julia Tissier
    Julia Tissier
    Y comme Romy - Myriam Levain, Julia Tissier et Louison Romy Idol, presque 30 ans, presque un..
  • Geo Art
    Geo Art
    Hokusai, son histoire, son art A l'occasion de l'exposition Hokusaï au Grand Palais à..

Masse critique revient le 18 septembre à 7h
Découvrez notre lecture du mois
Découvrez les nouveaux insignes

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Denis  Denis Michelis

    Une phrase des frères Grimm en exergue, une demeure au cœur de la forêt, jusqu`à la pomme symbolique que le héros est obligé de croquer, La chance que tu as est résolument situé dans l`univers du conte. Qu`est-ce qui vous a porté vers cet univers ?

    Lorsque j`ai commencé à écrire La Chance que tu as, j`avais une idée assez précise de ce qui allait advenir au personnage, du moins jusqu`à la deuxième partie du roman où il subit une humiliation physique particulièrement cruelle et retorse.
    Le problème de cette situation (qu`on ne révèlera pas !), est qu`elle sortait du cadre "réaliste".
    J`ai donc opté pour une écriture proche du conte car ce genre me permettait d`être à la fois dans quelque chose de très concret (le héros de La Chance que tu as, tout comme les héros chez Grimm, travaille dur, très dur même, et ce malgré les obstacles - comme Cendrillon !) tout en restant en retrait de la réalité (la neige en été, un chat qui pleure, une temporalité mystérieuse, des personnages qui lisent dans les pensées….).
    C`est en cela que le Conte est "pratique" : il nous parle du quotidien (le travail et les difficultés qui en découlent : rapports de force, jalousie etc.) mais il...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Un voyage en Alzheimer. Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune. Il a tenté d’élever seul sa trop petite Lilie...


Avec ce premier tome de Mort au Tsar, Fabien Nury et Thierry Robin imaginent un diptyque où polar et his...


Grâce au sacrifice de la princesse Llali et d'Yfass le Sylvain, fils de la reine de la forêt ...


Venise, 1510. Le peintre Giorgione, sur le point de mourir de la peste, jette ce qui lui reste de force dans un ultime ta...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Hammideche, Aujourd'hui

    Un oued pour la mémoire de Fatéma Bakhaï

    Roman allégorique, où tout est dans le titre, la mémoire vive, triste et enfouie d'une ville -Oran- et de tous ses "Djaafar".
    L'eau suit son cours et le retour aux sources est inéluctable.
    Jamais écrit dans le roman, cet adage que devait dire le grand père "Ne restent dans l'oued que ses pierres" revient en écho à chaque page...
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, Aujourd'hui

    Le ventre de la hyène de Clément Baloup

    Dans une boîte marseillaise, Talino, armé d'un couteau et le regard vengeur, se dirige vers un client, Roméo, genre mafieux de la banlieue et plutôt bien entouré. Il demande à lui parler mais l'autre refusant, une violente bagarre éclate entre eux. Les coups pleuvent, les clients sortent, apeurés. Un 9 mm pointé sur lui, Roméo n'a d'autre choix que de mener le jeune homme à son frère Anouar comme il le lui réclame. Cette nuit, il tient sa vengeance et veut en finir coûte que coûte...
    Des années plus tôt, dans ce petit village africain, Anouar et son petit frère Talino sont deux enfants insouciants ou presque. Leur oncle qui les élève n'est pas des plus tendres, surtout avec Anouar à qui il réclame beaucoup. En pleine nuit, leurs destins sont liés à jamais grâce à une hyène dessinée sur leurs ventres par le sorcier du village. Leur oncle a-t-il eu vent de cette escapade nocturne? Toujours est-il qu'il vient annoncer à Talino que son frère est parti et qu'il ne risque pas de revenir de sitôt....Pourtant des années plus tard, il reviendra chercher son petit frère. Mais la guerre est là, une milice sous le joug du colonel Taylor va prendre possession des terres, des hommes et des femmes. Une milice dans laquelle Anouar fait preuve d'une certaine autorité et dans laquelle il n'hésite pas à faire entrer Talino...

    Du petit village africain aux quartiers mal famés de Marseille, il n'y a qu'un pas. Comment deux frères que tout oppose, l'un est discret, presque peureux et timide alors que l'autre a un caractère très fort, est autoritaire, volontaire et sans pitié pour son prochain, peuvent-ils se retrouver tant d'années après? Pourquoi Talino veut-il à ce point se venger de son grand frère et faire table rase du passé? C'est ce que nous livre Clément Baloup dans cet album d'une rare noirceur et d'une grande profondeur. Il retrace l'itinéraire de ces deux garçons, baignés dès leur plus jeune âge dans la violence. De but en blanc, l'on est confronté à une bien triste réalité, des enfants soldats aux milices, des journalistes blancs en plein cœur du conflit aux chasseurs de faux réfugiés, rien ne nous est épargné. L'on ne peut malheureusement se dire que tout n'est pas vraiment fictif dans ce récit violent, cru et puissant. Cru, tant sur le récit que sur le dessin. En effet, la mise en page dynamise le scénario, les expressions des visages sont stupéfiantes, les yeux sont emplis de haine et les scènes de combat sont intenses. La toute dernière page ne fait qu'affirmer le ressenti général.

    Le ventre de la hyène... criant...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par boubously, Aujourd'hui

    Le Second Empire (Les Monarchies divines, Tome 4) de Paul Kearney

    Ce tome se divise en 2 parties, la 1 ère explique le retour du périlleux voyage de l'ouest d Hawkwood accompagné de Bardolin qui n'est plus vraiment le même et la 2 ème relate la grande bataille des toruniens avec a leur tête le général Corfe contre les sans pitié Medruks. Ce livre est beaucoup plus sombre que les précédents car nous voyons les conséquences de la guerre tant au niveau de la population que des soldats. Nous sommes comme d'habitude transporté dans ces aventures d'une manière sans concession et efficace par Paul Kearney. On ne s'ennuie pas une seconde et la fin cerise sur le gâteau est vraiment emprunte d'émotions. Un régal !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Insomnie et autres poèmes de Marina Tsvetaieva

    DEUX

    Là où chacun
    Est bave et bosse
    J'en sais un ― qui
    A même force.

    Là où tous n'ont
    Que vains espoirs
    J'en sais un ― qui
    A même pouvoir.

    Là où tout n'est
    que rouille et rance
    Toi seul ― tu es
    De même essence

    Que moi.
    3 juillet 1924

    p.165

    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Cantilènes en gelée de Boris Vian

    CANTATE DES BOÎTES

    BOÎTES

    Boîte à malice ou boîte à sel
    Boîte à huile et boîte à ficelles
    Baguier, trousse ou boîtillon
    Buste, canastre ou serron
    Castre, cassette, carton
    Coffret, drageoir, esquipot
    Droguier, fourniment, fourreau
    Carré, coutelière ou barse
    Galon, giberne et grimace
    Utricule ou vésicule
    Pyxide ou boîte à pilules
    Boîte à poudre d'escampette
    Boîte à outils, à gâteaux
    Boîte à onglet, boîte à lettres
    Tabagie, boîte saunière
    Boîte avant ou boîte arrière
    De vitesses, de lenteur
    Boîte à prendre les souris
    Tiroir, layette ou trémie
    Boîte à buter les facteurs

    BOÎTES

    On peut tout mettre dans les boîtes
    Des cancrelats et des savates
    Ou des œufs durs à la tomate
    Et des objets compromettants
    On peut y mettre aussi des gens
    Et même les gens bien vivants
    Et intelligents
    Oui oui décidément la boîte
    Est bien le plus indispensable
    Des progrès faits depuis les temps
    Que l’on nomme préhistoriques
    Faute d’un terme plus subtil
    Pour désigner la vague époque
    Où le dinosaure dînait
    Dans les marais de l’Orénoque
    Où le Brontosaure brutal
    Broutait des brouets brépugnants
    Où le ptérodactyle enfin
    Ancêtre extrêmement voisin
    Du sténodactyle ordinaire
    Ouvrait pareil à Lucifer
    Des ailes de vieux cuir de veau
    Dans un crépuscule indigo
    En faisant claquer ses mâchoires
    Pour effrayer nos grands parents.

    Différence fondamentale
    Avec notre vie d’aujourd’hui
    La boîte, messeigneurs, n’existait pas encore.

    BOÎTES

    Je vous aime toutes, je vous aime
    Vous vous suffisez à vous-mêmes
    Et jamais ne nous encombrez.

    Car pour ranger les BOÎTES
    les BOÎTES
    les BOÎTES
    On les met dans des BOÎTES
    Et on peut les garder.
    28 mai 1954

    p. 111-112-113
    Extraits Cantilènes en gelée U. G. E. 1970 Coll.10/18

    > lire la suite

  • Par MarianaFortes, Aujourd'hui

    Pour un jour avec toi de Gayle Forman

    J’ai l’impression qu’avec Melanie je suis en train de perdre une compétition à laquelle j’ignorais participer.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio