> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Carlo Rovelli
    Carlo Rovelli
    Faut-il tuer le temps ?- 3e partie : les questions avec le public Débat (en trois parties)..
  • Carlo Rovelli
    Carlo Rovelli
    Faut-il tuer le temps ?– 1ère partie : les exposés Débat (en trois parties) entre Carlo..
  • Carlo Rovelli
    Carlo Rovelli
    Faut-il tuer le temps ? - 2e partie : le débat Débat (en trois parties) entre Carlo Rovelli et..

On fête Halloween avec un challenge de listes
Ecrivez un texte sur le thème d'Halloween
Découvrez notre entretien avec Olivier Adam

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Myriam  Myriam Levain

    Si vous deviez présenter Romy en quelques mots à un ou une amie qui s`apprête à la rencontrer, que diriez-vous ?

    Qu`il ou elle va l`adorer, car Romy, c`est nous en pire.


    Y comme Romy fait suite à la publication de La génération Y par elle-même, un essai à quatre mains que vous aviez publié en 2012. Après ce travail d`enquête, qu`est-ce qui vous a donné l`envie d`incarner cette génération sous forme fictionnelle ?

    Y comme Romy, finalement c`est la suite de la génération Y par elle-même. Mais cette fois-ci, on a choisi de partir d`une individualité pour parler de notre génération de façon plus personnelle et plus intime. Romy Idol incarne la génération de ces jeunes adultes, qui ont gardé un côté ado tout en étant dans la vie active, qui galèrent en amour et au travail et sont les rois du système D.


    On sent la part documentaire (autobiographique ?) dans les anecdotes qui émaillent la vie de Romy. Mais a-t-elle des antécédents romanesques ? On pense par exemple à Bridget Jones d`




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que per...


Enrique Rodríguez Ramírez est professeur d’Histoire de l’Art à l’université du Pays Basque (où Altarriba a enseigné la li...


Après la contre-attaque de Negan sur Alexandria, les dégâts et les pertes sont lourds. Negan a réuss...


Le nouveau Le Chat est de sortie. Comme le précédent, La bible selon Le Chat...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Elamia, Aujourd'hui

    Witch Song de Amber Argyle

    Une très belle découverte !

    Je défie quiconque de résister à la beauté et à la douceur de la couverture de Witch song ! En effet, le papier a un effet velouté très agréable au toucher, et l'illustration aux couleurs automnales est magnifique, en parfait accord avec la saison !
    Je lis rarement de la littérature jeunesse, mais le thème de la sorcellerie m'intéresse beaucoup. Les sorcières de cette histoire sont étroitement liées à la nature. D'ailleurs, elles sont souvent désignées sous le terme plus flatteur de « Gardiennes ». Elles ont le pouvoir de maîtriser les éléments et les végétaux (j'ai grandement apprécié ce petit côté Poison ivy ^^). Quatre de ces gardiennes sont des maîtresses, autrement dit, chacune est la représentate d'un élément : la Terre, l'Eau, la Lumière, et la Végétation. A l'origine de ces gardiennes sont quatre Déités appelées les Créatrices, mais je n'en dirai pas plus.

    Dans cette histoire nous suivons Brusenna, jeune sorcerelle de 15 ans, dans sa quête iniatique pour devenir une Gardienne. Or, le chemin est semé d'embûches et elle devra déjouer les pièges de la cruelle Espen qui a emprisonné toutes les sorcières, parmi lesquelles se trouve sa propre mère. Livrée à elle-même, Brusenna devra compter sur la protection de son familier : son chien Bruke et croisera la route de nombreux alliés insoupçonnés. Elle, qui a toujours vécu dans la méfiance et la moquerie des villageois, devra apprendre à faire confiance et à ouvrir son coeur. Et oui, car bien évidemment, il y a comme souvent, une histoire d'amour à la clé. Heureusement pour moi, les moments niais sont rares. La candeur et l'insouciance de Brusenna, font sourire mais je trouve qu'elle gagne rapidement en maturité. Elle doit affronter des ennemis coriaces et redoutables et résister aux forces maléfiques qu'Espen déverse sur terre, ce qui ne lui laisse pas beaucoup de temps pour les badineries.

    L'univers imaginé par Amber Argyle est enchanteur et merveilleux. Le refuge des sorcières, caché sous les flots, me fait indubitablement penser à l'île d'Avalon. Je trouve l'usage du chant original, cela renforce le côté mystique et poétique de l'histoire. Le chant est l'atout majeur des sorcières, et Brusenna devra avant tout, apprendre à travailler sa voix pour réussir ses incantations. Le chant confère aux Gardiennes le pouvoir de maîtriser les végétaux. Elles peuvent les faire pousser, se servir de leurs vertus à des fins thérapeutiques, ou comme armes (le poison, les épines, etc...). Les plantes ont donc un côté ambivalent, à la fois alliées des Gardiennes, mais également un piège redoutable lorsqu'elles sont soumises à des sorts maléfiques.

    Finalement, l'univers imaginé par Amber Argyle (rien que son nom est féérique), est dense et fascinant. Certains éléments de l'histoire ont beau être convenus, il n'en reste pas moins agréables. C'est une ode,une célébration de la nature. La menace ultime ici est l'extinction de la faune et de la flore et la disparition des saisons. Pour une fois, il ne s'agit pas seulement de la destruction des hommes, mais bien de la vie terrestre dans son intégralité. J'y vois une tentative pour sensibiliser les lecteurs à la préservation de la nature, et je ne peux que saluer l'initiative de l'auteur. J'espère ne pas être passée totalement à côté en émettant cette hypothèse, mais c'est l'impression que j'ai ressentie en refermant le livre.
    J'ai beaucoup aimé l'aspect poétique général qui se dégage de ce roman. D'ailleurs, les chants qui servent d'incantation sont courts, et c'est très plaisant (oui, j'avoue sauter des passages poétiques dans certains ouvrages lorsqu'ils sont trop longs, ça a tendance à me casser le rythme). L'histoire est cadencée, l'action est prenante. J'ai apprécié le dénouement que j'ai trouvé très approfondi, je ne suis pas restée sur ma fin. J'ai grandement apprécié le thème de la nature, et cette symbiose particulière entre les Gardiennes et la flore.

    Ce livre empreint de mysticisme et de magie a d'emblée eu toute mon affection et mérite amplement d'être lu. Je le conseille à tout le monde sans exception !
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par gwenleen, Aujourd'hui

    De chez nous de Christian Authier

    Voici un de ces paradoxes sur pages comme il arrive d'en croiser. Je m'explique en une phrase: je n'ai pas aimé ce bouquin qui pourtant est bourré de qualités.

    Ce court roman aborde foultitude de sujet propices à la réflexion et poussant à creuser certains points, à se documenter davantage. Ce bouquin est construit sur une base d'informations bien fournie et nul doute que beaucoup de travail fut nécessaire à sa rédaction (d'ailleurs cela se sent). De plus, la plume venant servir le sujet reflète une certaine assurance ainsi qu'une certaine volonté de vouloir faire passer un message fort.

    Mais voilà, c'est dense, très dense ... Et je n'ai pas pu m'évader dans mon roman. Je n'ai pas réussi à me laisser emporter parce que cela aurait nuit à ma compréhension de l'histoire. Limite si il ne faudrait pas prendre des notes pour ne pas oublier le fil de l'histoire ... C'est bourré d'informations, c'est très intéressant, mais je n'ai rien ressenti d'autre. Je n'ai pas eu cette agréable sensation qu'est celle de sentir une émotion (quelle qu'elle soit) monter en moi et m'envahir, je n'ai pas réussi à m'attacher à l'un ou l'autre personnage, je n'ai tout simplement pas réussi à m'évader ...

    En résumé, un très bon roman ouvrant la porte à la recherche d'informations, ouvrant la porte de la réflexion documentée. Mais un court roman qui ne laisse pas l'occasion de réellement s'évader au risque de s'y perdre.

    Je remercie Babelio et les éditions Stock pour la découverte qui ne fut certes pas dépaysante, mais tout de même très intéressante!
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par LaurenceGresse, Aujourd'hui

    Bison de Patrick Grainville

    Découvert en lisant "Le voyage à Paris" de David Mc Cullough, j'ai voulu connaître d'avantage George Catlin, le peintre des Indiens. Patrick Grainville avec son roman nous emmène sur les rives de la rivière Cheyenne au coeur de l'Ouest amériacain. C'est avec un grand plaisir que nous partageons la vie d'une tribu sioux et que nous comprenons mieux l'attirance et la passion qu'avait le peintre pour ce peuple amené à disparaître. Une visite au musée du quai Branly est un complément intéressant à cette lecture puisqu'y sont exposées des toiles de Catlin.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par verobleue, Aujourd'hui

    White Trash de John King

    La menace d'un lavement ou d'un laxatif c'est très efficace pour la discipline.

  • Par Nastasia-B, Aujourd'hui

    Mrs Dalloway de Virginia Woolf

    Septimus fut l'un des premiers à se porter volontaire. Il partit pour la France afin de sauver une Angleterre qui se réduisait presque aux pièces de Shakespeare et à Miss Isabel Pole en robe verte marchant dans un square. Là-bas, dans les tranchées, le changement souhaité par Mr Brewer quand il préconisait le football, s'opéra instantanément ; il devint plus viril ; il fut promu ; s'attira l'attention, et même l'affection de son chef, du nom d'Evans. On aurait dit deux chiens jouant sur le tapis devant la cheminée ; l'un s'agitant avec un tortillon de papier, grondant, prêt à mordre, attrapant parfois l'oreille du vieux chien ; l'autre couché et somnolent, clignant des yeux devant le feu, levant une patte, se retournant et grognant de bonne grâce. Il fallait qu'ils soient ensemble, qu'ils partagent tout, qu'ils se battent, qu'ils se querellent. Mais lorsqu'Evans (Rezia, qui ne l'avait vu qu'une fois, l'avait décrit comme " un calme ", un homme robuste aux cheveux roux, peu démonstratif envers les femmes), lorsqu'Evans fut tué, juste avant l'armistice, en Italie, Septimus, loin de manifester la moindre émotion ou d'admettre que c'était la fin d'une amitié, se félicita d'avoir aussi peu de réactions et d'être aussi raisonnable. La guerre l'avait formé. C'était sublime. Il avait participé à tout le spectacle, l'amitié, la guerre en Europe, la mort, il avait gagné une promotion, n'avait pas encore atteint trente ans et il allait forcément survivre. Là, il avait raison. Les derniers obus le manquèrent. Il les regarda exploser avec indifférence. Lorsque la paix arriva, il se trouvait à Milan, cantonné chez un aubergiste ; il y avait une cour, des fleurs dans des bacs, de petites tables dehors, les filles de l'aubergiste fabriquaient des chapeaux et c'est avec c'est avec Lucrezia, la plus jeune, qu'il se fiança un soir où la panique s'était emparée de lui — il ne ressentait plus rien.
    > lire la suite

  • Par verobleue, Aujourd'hui

    White Trash de John King

    C'est juste que les gens ne comprennent pas ce qui se passe la plupart du temps. La majorité des maladies reste un mystère. Une fois que l'on leur a bien expliqué, ils soufflent un peu.
    [...]
    Parfois, elle se pose des questions sur les médecins, ils veulent bien faire, ils sont surmenés et stressés, mais niveau relationnel, ils n'y sont pas. La fille de Percy a appris qu'il avait eu une insuffisance cardiaque aux urgences et deux jours sont passés comme ça, avant que Ruby n'explique que c'est un terme qui fait plus peur que mal, en attendant sa famille est restée bloquée sur l'idée que son cœur était foutu.
    Beaucoup de médecins sont incapables de créer un lien avec les gens qu'ils soignent, ils s'imaginent que tout le monde sait ce qu'ils savent;
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio