> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Antonin Artaud
    Antonin Artaud
    C'était le 2 juin 2015, à Paris, Denis Lavant lisait un extrait de LAVA, de Rémi David, paru aux..
  • Karine Papillaud
    Karine Papillaud
    #RentréeLittéraire : Explorateurs 2015 voici venu le temps des chroniques | lecteurs.com..
  • Jean-Benoît Nadeau
    Jean-Benoît Nadeau
    (Version originale anglaise) Mai 2015 ? 35 min. Welcome to Between the Pages, the program where..

Gagnez le dernier roman de Paul Colize et venez le rencontrer
Participez au challenge éditeurs de la rentrée
Prix du roman Fnac : la sélection finale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Astrid  Astrid Manfredi


    Votre roman se déroule dans un cadre très sombre, celui d’une banlieue sauvage et désespérée. Quelle expérience avez-vous de la banlieue ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour donner vie à ce décor ?


    En premier lieu, je suis animée par une insatiable curiosité pour les êtres humains, sans discrimination et quels que soient leurs horizons. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse notamment, de fréquenter divers milieux, dont celui de la banlieue. La cocotte-minute frémissait déjà et on sentait que le vent allait tourner. Un vent aussi rouge qu’impitoyable, issu d’un fort sentiment d’abandon et de rejet. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée. Après, c’est une histoire de littérature et de liberté, celle du romancier, qui par le travail de l’écriture peut s’approprier n’importe quel milieu s’il sait l’écouter et l’observer un peu.



    Vos personnages sont brisés et semblent enfermés dans un quotidien auquel ils ne voient pas d’issue possible. C’est le manque d’espoir qui précipite la chute ?


    Oui. Pour eux, l’espoir c’est vouloir. Vouloir quelque chose puisque l’avenir n’est pas un mot qui fait partie de leur vocabulaire. La petite barbare et sa bande de jeunes animaux féroces ne veulent rien d’autre qu’accumuler des biens, ces biens vides et rutilants qu’exposent les vitrines des magasins. Ils...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Javi, dit le maigrichon, est un adolescent de 16 ans qui, à l'insu de sa famille, a quitté l'école pour devenir une sorte de m...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce se...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par stephanieplaisirdelire, Aujourd'hui

    Profession du père de Sorj Chalandon

    Profession du père est un récit moitié loufoque moitié effrayant. Quand on découvre l’enfance d’Emile, on alterne les sourires et les pincements au cœur. Les missions secrètes pour l’OAS s’enchaînement au rythme des mensonges d’André Choulans, si gros qu’ils passent encore mieux dans l’esprit du jeune garçon (pas plus crédule qu’un autre, juste seul et désireux de plaire et d’être à la hauteur).
    Puis, quand le récit des années 60 passe vers celui de 2010, avec comme transition la violente rupture familiale à peine imaginable, le lecteur s’enfonce dans un texte beaucoup plus dur. L’innocence et la naïveté enfantines s’effacent et la réalité et la folie cruelle prennent le dessus.

    Après avoir suivi Emile dans son enfance chaotique faite de missions et de corrections, l’empathie est forte. Très attaché à lui, la suite devient alors douloureuse. Entre distances familiales, paroles blessantes et absence d’amour, le texte se gorge de tristesse que le cœur du lecteur a bien du mal à supporter. Les mots du médecin à la fin du livre, des mots doux et simple, auront eu raison de ma retenue et réussit à me faire verser quelques larmes............................................
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Moon_Spell, Aujourd'hui

    Twilight, tome 1 : Fascination de Stephenie Meyer

    Je ne vais pas m'attarder sur ce roman que presque tout le monde connais à présent, je tiens seulement à donner mon avis.
    L'année dernière quelqu'un m'a conseillé de regarder les films et lire les livres, j'ai alors commencé par les films qui m'ont plutôt plu. Ensuite j'ai emprunté les livres, la j'ai eu LA révélation: c'était la meilleure saga du monde! (Mais après Harry Potter évidemment). J'étais tellement excitée, j'ai savouré chaque mot, car la différence entre l'adaption et le roman était énorme "ils ont massacré ce chef d'œuvre" voilà ce que j'ai répété une centaine de fois. Cette année j'ai eu envie de les relire et là que j'ai eu (encore une fois) LA révélation: je n'étais qu'une idiote d'avoir adoré cette saga. Maintenant je me rend compte combien elle manque de choses qui aurait pourtant fait de cette série une histoire fabuleuse, j'ai aussi remarqué que dans le 3ème tome le premier événement important est en page 200... donc on doit lire 200 pages inutiles avec une Bella qui conduit sa camionette en discutant de tout et de rien (surtout de rien) avec Edward ou bien Jacob. Stephenie a voulu créer le mec vraiment parfait qui serait amoureux d'une fille ordinaire et banale pour nous montrer que les mecs parfaits ça existe, et que les gens ordinaire et les moins populaires auront une vie géniale (et éternelle qui plus est) .... ouais c'est ça... C'est pourtant dommage car elle ne manque pas d'imagination, le monde qu'elle a créé c'est ça qui me plait! La vie des vampires leurs relations avec les autres créatures, tout ça aurait fait une histoire époustouflante, mais malheureusement au lieu de ça on se retrouve avec une jolie histoire d'amour entre une humaine à l'esprit et aux jambes défectueux, et un vampire représentant l'homme dont toutes les filles rêvent depuis la nuit des temps, le genre altruiste, généreux, parfait et qui ne cesse de répéter à quel point il est égoïste, dangereux et méchant... sincèrement c'est toute cette perfection que je déteste chez lui, alors que c'est la logique (qui n'à rien de logique) de Bella qui fait qu'elle m'énerve. Bref peut être que je suis devenue trop âgée pour ce genre d'histoire, dans ce cas cette saga pourrait plaire aux filles de 13 ou 14 ans, mais autant les prévenir: l'amour dans la vraie vie n'a rien à voir avec celui de cette saga!
    Merci d'avoir lu ma critique et n'hésitez pas à commenter.
    PS: j'ai mit 3 étoiles pour le monde dans lequel se déroule l'histoire et aussi par nostalgie (enfin peut être...)
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, Aujourd'hui

    Tyler Cross, tome 2 : Angola de Fabien Nury

    Van Geld, un riche bijoutier, met au point un braquage afin d'éviter de laisser à sa future ex-femme tout son argent. Arnaque à l'assurance. Il s'octroie les services de Sid le foireux qui lui-même fait appel à Tyler Cross. Même s'il n'a pas besoin d'argent, ce dernier accepte. Malgré la présence d'une conductrice, en la présence de la belle Iris, et de Neville, le braquage tourne mal. Iris s'enfuit tandis que Tyler Cross est emmené directement à la prison Angola, la plus grande prison de Haute Sécurité des Etats-Unis. Le capitaine Kroeker accueille les nouveaux prisonniers sans ménagement. Bien vite, Tyler apprend qu'il ne s'est pas retrouvé dans ces couloirs par hasard et que sa tête est mise à prix par la mafia....

    L'on retrouve avec un plaisir certain ce cher Tyler Cross. Dans ce deuxième volet, indépendant du premier, Tyler Cross passe directement par la case prison sans avoir pu toucher le pactole. Qui plus est dans le pénitencier d'Angola, établissement dirigé d'une main de maître par un directeur charismatique et violent dont la femme aime passer du bon temps avec les prisonniers et rempli d'individus qui, visiblement, ne lui veulent pas que du bien. Tyler va devoir ruser et magouiller s'il veut mener à bien son plan d'évasion. Magouilles, complots, violence et trahisons sont au coeur de cet album. Fabien Nury nous offre une galerie de personnages tous plus ou moins corrompus et au fort caractère. L'intrigue est menée tambour battant sans un seul temps mort. Toujours aussi original et dynamique, le dessin de Brüno est impeccable et sans fioriture. Les couleurs rendent grâce à cette ambiance très sombre.

    Tyler Cross, à feu et à sang!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Paul Claudel : Oeuvre poétique de Paul Claudel

    POÉSIES DIVERSES

    ŒILLETS


    QUARANTAINES, giroflées,
    Les œillets, les œillets surtout !
    Phlox, pétunias, fumées,
    Puissant encens du mois d'août !

    Œillets surtout, pointes et poivre
    Des jardins de la canicule,
    Efforts à travers le cadavre
    De l'esprit qui pointe et qui brûle !

    Chaleur humaine de la chair,
    Bouffée de braise et d'incendie,
    Promenade payée cher
    Dans la fournaise de midi !

    Œillets !... Adieu, la compagnie !
    Le grain de poivre est éteint !
    C'est comme quelqu'un de parti
    Dont sombre le pas lointain.

    Alors que me voulez-vous ?
    Et pourquoi quand je me réveille
    Ceci dans le noir et le trou
    Qui dégage du soleil ?

    Souvenir, présence, élixir,
    Tout à la fois, qu'est ceci
    Pour dire ce qu'il veut dire
    Qui profite de la nuit ?

    Après tant d'orage et de bruit
    Remontante vers le seuil
    C'est l'âme enfin qui a compris
    Et qui parle toute seule !

    Tous les sens aux aguets, j'attends,
    Je remémore et respire
    Le noir œillet intermittent,
    Sentinelle du désir !
    [10 août 1935]

    p.905-906
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Poésie : Rester vivant ; Le sens du combat ; La poursuite du bonheur ; Renaissance ; Configuration du dernier rivage de Michel Houellebecq

    LA POURSUITE DU BONHEUR II

    LA FÊLURE


    Dans l'immobilité, le silence impalpable,
    Je suis là. Je suis seul. Si on me frappe, je bouge.
    J'essaie de protéger une chose sanglante et rouge,
    Le monde est un chaos précis et implacable.

    Il y a des gens autour, je les sens qui respirent,
    Et leurs pas mécaniques se croisent sur le grillage.
    J'ai pourtant ressenti la douleur et la rage ;
    Tout près de moi, tout près, un aveugle soupire.

    Cela fait très longtemps que je survis. C'est drôle.
    Je me souviens très bien du temps de l'espérance
    Et je me souviens même de ma petite enfance
    Mais je crois que j'en suis à mon tout dernier rôle.

    Tu sais je l'ai compris dès la première seconde
    Il faisait un peu froid et je suais de peur
    Le pont était brisé, il était dix-neuf heures
    La fêlure était là, silencieuse et profonde.

    p.180
    > lire la suite

  • Par Danieljean, Aujourd'hui

    Le secret de Shambhala : La quête de la onzième prophétie de James Redfield

    - Il fallait que je te voie, déclara-t-il en se tournant vers moi. Tout a changé. Je suis revenu au point de départ.
    - Que veux-tu dire ?
    Il me sourit:
    - Je pense que tout cela était programmé : je ne peux plus rejoindre mentalement les autres dimensions, comme je le faisais auparavant. Je réussis encore à augmenter un peu mon énergie, mais je suis maintenant bloqué dans ce monde. (Il détourna les yeux un instant.) C'est presque comme si tous nos efforts pour comprendre la dixième révélation n'avaient été qu'un avant-goût, qu'un aperçu fugace du futur, comme dans une NDE, une expérience de mort imminente, et que maintenant tout était terminé. Quoi que nous fassions désormais, nous devons le faire ici, sur cette terre.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio