> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Angela Bargenda
    Angela Bargenda
    LA COMMUNICATION VISUELLE DANS LE SECTEUR BANCAIRE EUROPEEN - Angela Bargenda..
  • Walter Benjamin
    Walter Benjamin
    "Écrits radiophoniques" de Walter Benjamin - "Du jour au lendemain" sur France culture
  • Milan Kundera
    Milan Kundera
    La chronique de Gérard Collard - Kundera vs Musso

Lecteurs numérique, tentez de remporter un titre Chemin vert
Rejoignez notre club de lecture !
Challenge : La Première Guerre mondiale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Camille  Camille Emmanuelle

    Comment s`est opérée la sélection des lieux conseillés dans le livre ? Quels types de lieux avez-vous voulu mettre en avant ?

    J`ai sélectionné une soixantaine de lieux ou d`expériences. J`ai privilégié la diversité des lieux (cela va de la créatrice de lingerie, à la boutique de sex toys, jusqu`au club BDSM). L`idée était de montrer comment Paris peut être une capitale érotique, si on s`amuse à la voir ainsi. Proust a écrit « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » Dans ce livre, j`ai tenté d`apporter un regard érotique et léger sur la capitale.



    Y a-t-il au contraire des lieux que vous avez voulu garder pour vous ? Des adresses que vous avez voulu écarter ?

    Il y a, à Paris, beaucoup de clubs libertins, mais je ne voulais pas faire un « guide libertin », donc je n`en ai sélectionné que six. Par ailleurs, il y a des lieux gays, où en tant que femme, je n`étais la bienvenue. Mais j`ai trouvé une solution : j`ai missionné un ami journaliste !



    Qu`est-ce qui vous a le plus surpris à propos du Paris coquin au cours de vos pérégrinations nocturnes ?

    Dans les « guides roses » de l`entre deux-guerres, ou dans les revues...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Problème de poids, manque de confiance en soi, timidité, peur d’être ridicule, absence d’es...


Face à la colère des villageois, et alors qu'Aaricia semble croire que Thorgal est bel et bi...


Il est L'oracle. Au travers de 5 tomes il voyage en Grèce antique et conte les vengeances de 5 mortels contre les...


Certains livres peuvent changer une vie... Camélia est assise sur un banc public. À côté d’elle, un livre...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Alzie, Aujourd'hui

    Raga : Approche du continent invisible de J.M.G Le Clézio

    "Raga" s'inscrit dans la collection "peuples de l'eau" dirigée par Edouard Glissant.

    Raga, dans la langue apma désigne l’île Pentecôte au Vanuatu, archipel du Pacifique devenu indépendant en 1980 et comprenant quelques 83 îles dont 70 habitées, ayant pour capitale Port-Vila sur l'île d'Efate et pour langue officielle le bislama. Archipel anciennement connu sous le nom de « Nouvelles Hébrides », que lui avait donné le capitaine Cook, et resté longtemps sous administration franco-britannique.

    Ile volcanique et montagneuse, faite de pentes et de côtes, comme se plait à le dire Charlotte Wèi Matansuè qui va guider Jean Marie Gustave Le Clézio pendant son séjour de l’hiver austral 2005 au Vanuatu. Le livre lui est d'ailleurs dédicacé, elle qui a permis aux femmes de Raga, en reprenant l’activité traditionnelle du tressage de nattes, de conserver leur autonomie et d’entretenir l’économie locale.

    Raga est un voyage au bout du monde dressant un constat impitoyable sur le sort qui a été réservé aux peuples du Pacifique, mélanésiens et polynésiens, depuis que les premiers découvreurs ou missionnaires occidentaux s’y frayèrent une voie. Recueil sans concession, aux accents de colère, parfois. Quelques propos assassins à l'encontre de tel ou tel (Gauguin, Pierre Benoît) qu'il y a probablement lieu de nuancer. La recherche anthropologique échappe à juste titre à ce courroux : Maurice Leenhardt, Margaret Mead, Elie Tattevin, Margaret Jolly ou Jean Guiart, d'autres encore, dont les recherches ont révélé notre grande ignorance.

    Difficile en effet pour l'écrivain voyageur d'oublier les chiffres terribles de la dépopulation : en 1800, on estime à 1 000 000 d'habitants la population des Nouvelles-Hébrides, à 45 000 en 1935, (recensement du gouvernement britannique) ; d'ignorer comment se développa le " blackbirding", trafic humain développé sous couvert de légalité pour fournir de la main-d’œuvre aux plantations du Queensland en Australie, des Fidji, ou des mines de Nouvelle-Calédonie, en réalité une traite humaine qui ne prit fin officiellement qu'en 1904, mais se poursuivit longtemps. De faire l'impasse sur le rôle que tinrent les religions dans la déculturation de ses habitants autrefois et sur celui que l'industrie touristique tient aujourd'hui. C'est au couvent de Melsissi que J.M.G. Le Clézio est pourtant accueilli...

    Cependant Raga témoigne surtout de la rencontre sincère d'un écrivain avec des femmes et des hommes mélanésiens dont il rapporte avec émotion et justesse l'harmonie silencieuse qui les lie à la mer d'où ils sont venus. Premières pages vibrantes qui relatent les mythes et dessinent les contours du ciel austral, boussole au firmament, qui permit sans doute à leurs pirogues anciennes d'aborder un jour une plage de Raga. Cette mer, tôt apprivoisée, qui leur apporta régulièrement son lot d'épouvantes, c'est avec elle qu'ils entretiennent, d'îles en îles et depuis toujours, leur science si sophistiquée de l'échange ; Mélanésiens indéfectiblement liés aussi à la terre qu'ils ont appris à cultiver et irriguer, transformant les hauteurs de Raga en un jardin tropical où l'igname est mâle, le taro féminin et le Kava censé répandre la paix. Les pages écrites ici rendent compte des esprits et des sortilèges, relatent les coutumes et les rituels qui les unissent et la diversité de tous leurs arts, en un mot leur formidable résistance. D'autres dangers les guettent à nouveau, glissés dans une modernité envahissante et en même temps désirée, perpétuation d'anciennes dominations, rien n'aurait-il changé ? La note finale est somme toute assez pessimiste.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par idevrieze, Aujourd'hui

    Charley Davidson, Tome 5 : Cinquième tombe au bout du tunnel de Darynda Jones

    Après toutes ces expériences, j'ai l'impression que Charley prend ses affaires sous un nouvel angle.

    Souvenez vous, au précédent tome, Charley commençait à découvrir ce qu'était la vie avec Reyes dans le coin. De plus elle a été une victime d'une séquestration par le beau père de celui-ci, où elle a failli y laisser sa peau. N'importe qui dans ces conditions auraient changé un tant soit peu son comportement. Que ce soit dans son bagou ou dans sa manière de foncer tête baissée dans son dossier, on peut dire que Charley n'a pas énormément changé.

    Par contre, en ce qui concerne les victimes qu'elle retrouve dans son appartement, je l'ai trouvée encore plus douce avec les victimes (et pourtant elle y était déjà grandement). De plus, elle a tendance cette fois ci à s'associer à sa sœur que maintenant elle tente de protéger envers et contre tous les dangers. On voit une réelle complicité s'instaurant de plus en plus entre elles, complicité qui a été perdue pendant longtemps. Et surtout. Elles se font réellement confiance maintenant et quelque part, cela me fait réellement plaisir.


    Et sinon, Charley reste ma boîte à sketches favorite

    Que ce soit Cookie, son marathon Supernatural, ses cours un peu particuliers du dimanche, le nouveau cuisinier, l'ancienne copine de lycée, Oncle Bob... Autant de personnages secondaires mais aussi autant de gags qui enrichissent le mystère de cette grande enquête. C'est comme lire les aventures d'une amie de la famille à qui il arrive tout et n'importe quoi. On a un réel plaisir à passer du temps avec cette joyeuse bande, que ce soit dans les bons comme dans les mauvais moments.

    Quant à la résolution de l'enquête, je suis tout de même bluffée que l'auteure ait pris le temps de nouer son intrigue policière de sorte que oui, on attend la prochaine pirouette de Cookie ou le petit post it de Reyes. Mais on se demande aussi et surtout qui a tué ces femmes, pourquoi et comment Charley va résoudre tout ceci (en plus de ses gags habituels).

    Je vous dis donc à bientôt pour le sixième volet dont j'attends la publication en VF pour lire avec Gilwen et Ptitelfe (et je confirme, la quatrième de couv elle craint)
    > lire la suite

    • Livres 2.00/5
    Par Alexielle63, Aujourd'hui

    L'École des saveurs de Erica Bauermeister

    Un roman-détente, où chaque chapitre est consacré à un personnage, lesquels sont neuf au total et vont se croiser à la faveur d’un cours de cuisine donnée par Lillian, l’une d’entre eux. Autant j’ai beaucoup aimé les premières lignes et le premier chapitre, autant j’ai trouvé la suite un peu trop fade à mon goût. Ça dégouline de bons sentiments mais malheureusement, ça manque d’épaisseur. Seules nous sont présentées les grandes lignes de la vie de chacun, de leur personnalité déjà peu étoffée. Je n’ai donc pas vraiment accroché, ne me suis attachée à aucun des protagonistes en particulier, à part peut-être Tom, pour qui j’ai versé une petite larme et Lillian enfant lorsqu’elle tente de sortir sa mère de sa « torpeur littéraire ». C’est sympa mais ça ne casse pas trois pattes à un canard, on reste beaucoup trop en surface. Par contre, la plume de l’auteur est vraiment très belle, sachant faire naître les couleurs, les senteurs et les saveurs de tous les plats évoqués et qui nous mettent l’eau à la bouche. Dommage que ce ne soit pas plus creusé…
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par orbe, Aujourd'hui

    Les filles au chocolat, Tome 5 : Coeur Vanille de Nathan

    Je croyais pouvoir me débrouiller seule, régler ça avant que ça dégénère. Je craignais que personne ne me croie. J'ai essayé d'en parler à papa, mais il était fatigué, et je me suis mal exprimée, alors il ne m'a pas écouté. J'ai peur, Skye. Vraiment peur.
    - Tu n'y est vraiment pour rien ?
    - Bien sûr que non !
    > lire la suite

  • Par jeunejane, Aujourd'hui

    Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène

    Le deuxième message était plutôt dans le genre : "Souffrir toute ma vie pour subir ça ! Pourquoi je suis venue dans ce pays ingrat ! Pourquoi j'ai suivi un campagnard de l'Ouest que je ne connaissais pas ! Est-ce que tu sais comme j'étais belle quand j'étais jeune ! J'aurais pu épouser le ministre du Gaz et de Pétrole en Algérie ! J'aurais pu épouser un prince ! A la place, je me suis mariée à un cordonnier ! Il m'a clouée ici, comme il cloue ses chaussures ! Et maintenant je suis humiliée par le monstre que j'ai enfanté moi-même !
    > lire la suite

  • Par soso1009, Aujourd'hui

    Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne

    En effet, en marchant vers l'est Phileas Fogg allait au-devant du soleil, et, par conséquent, les jours diminuaient pour lui d'autant de fois quatre minutes qu'il franchissait de degrés dans cette direction.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

roman   aventure   littérature   récits   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   témoignage   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   psychologie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   italie   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio