> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Christian Authier
    Christian Authier
    Rentrée Littéraire 2014 - Christian Authier De chez nous, de Christian Authier. Présentation à..
  • Vanessa Schneider
    Vanessa Schneider
    Rentrée Littéraire Stock - Vanessa Schneider Le jour où tu m'as quittée, de Vanessa..
  • Adrien Bosc
    Adrien Bosc
    Rentrée Littéraire Stock - Adrien Bosc Constellation, d'Adrien Bosc Présentation à..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Christophe  Christophe Maris

    « Les entrelacs de la mémoire » est votre neuvième journal. Vous avez également écrit des romans. Qu`est-ce-qui vous attire dans ce genre particulier qu`est l`écriture d`un journal ?


    Le travail autour du journal est totalement différent puisque genre littéraire différent. En ma qualité de journaliste, c`est une autre façon d`aborder le quotidien mais aussi la possibilité pour moi de jouer entre le grave et le léger à savoir : quand un événement marquant est d`ordre plutôt lourd, je le traite avec une certaine légèreté, il m`arrive même d`en faire un petit sketch et de jongler avec les mots ; à l`inverse quand je traite d`un sujet dit « léger », je m`applique à le traiter avec gravité. Cela permet la distance et la résistance à la sympathie, à ne pas confondre avec l`empathie.



    Lorsqu`on lit votre journal, on vous imagine écrire au jour le jour, comme une tâche quotidienne parmi d`autres. Est-ce le cas ? Vous imposez-vous d`écrire tous les jours ?


    J`écris effectivement quasiment tous les jours mais ce n`est pas une tâche anodine, presque vide de sens, loin de là. Cela demande une rigueur et une veille permanente autour de l`info ; il en va de même pour les rencontres effectuées (rencontres personnelles, interviews relatées de personnes connues ou pas). Je ne m`impose pas d`écrire tous les jours, je m`y applique avec un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...


1918. Au lendemain de la guerre, dans le sympathique village de Sweet Cove, tout respire...


Je m'appelle Eugène Ysaÿe. Je suis violoniste. Le Gouverneur m'avait invité au Congo pour donner un concert. Je comptais passer ens...


C'est dans la ville d'Aspen logée dans le froid du nord que commence cette histoire... Alors qu...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par EtrangesHistoires, Aujourd'hui

    Le matin des magiciens de Louis Pauwels

    Le matin des magiciens est paru en 1960. Essai mélant pour le plus grand plaisir du lecteur, parapsychologie, alchimie, sociétés secrètes, ésotérisme, sciences occultes... jusqu'à l'idéologie nazie...
    Ce livre est comme un hommage à l'irrationnel et l'étrange.

    • Livres 3.00/5
    Par Aelynah, Aujourd'hui

    L'Insigne du Boiteux de Thierry Berlanda

    2014/61
    L'insigne du boiteux de Thierry Berlanda

    Quatrième de couverture:
    Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l'arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu'il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ? Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s'adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d'un petit garçon de 7 ans. Détail qui n'échappera sans doute pas au Prince...

    Mon avis:
    On peut dire que Thierry Berlanda a décidé de ne pas nous ménager car dès les premières pages nous sombrons dans l'horreur. Un tueur sévit et ses victimes ne sont pas belles à voir. Le pire étant qu'il s'acharne sur la femme et ce devant son enfant après avoir généralement tué d'une balle le père.
    Quel est ce fou qui terrorise?
    L'inspecteur Falier en charge du dossier appelle à ses côtés Jeanne, spécialiste de l'orfèvrerie moyen-orientale au XIIIe siècle. Seul indice laissé par le tueur, un bijou qu'elle doit faire parler. Pour la situation elle retrouve aussi son mentor de l'université avec qui cela s'était mal terminé.

    Entre le meurtre particulièrement sanglant et brutal et la relation plutôt malsaine qui persiste entre son mentor et Jeanne, les débuts sont prometteurs pour nous laisser un sentiment de moiteur froide dans le dos.
    Ces deux personnages ont un passif et le professeur semble s'y rattacher pour régulièrement "piquer" Jeanne dans sa sensibilité.
    Au fil des pages qui se déroulent devant vous, l'enquête semble avancer et reculer à la fois. Tout comme pour nos personnages, certains indices semblent apparaître pour mieux être laminés parfois juste après. Mon cerveau trépigne et surchauffe d'essayer de comprendre et trouver ou repérer une chose qui m'aiderait à prendre un peu d'avance. Mais non! Je reste comme eux, dans le flou artistique total.
    De plus l'auteur sait faire entrer dans le jeu de nouveaux personnages pour nous perdre, nous envoyer sur d'autres pistes, bonnes ou mauvaises. A tort ou à raison notre cœur penche vers une idée et petit à petit notre raison s'enfonce dans ses réflexions et nous laisse exsangue d'idée.
    Le Prince, tel qu'il se fait appeler est un personnage fascinant tant par l'image qu'il a de lui-même que celle qui apparaît au fil de l'eau dans l'esprit de nos personnages principaux.
    Cette ambiguïté, ce don d'oubli de soi le rend d'autant plus dangereux car qui dit qu'il n'est pas votre voisin timide ou cette petite vieille assise à côté de vous dans le bus? Certain voit dans ses absences de la poésie, d'autres de la schizophrénie , rien, non rien ne semble le distinguer d'un autre. Et c'est ce qui fait que nous nous enfonçons toujours plus dans notre lecture.

    Plus vous avancez dans votre lecture plus le doute vous assaille. J'y ai cru l'avoir démasqué et puis je doute, et un détail semble me le remettre en mémoire et le doute encore.
    Un suspens qui vous tient en haleine, une plume qui vous lie au livre. C'est pour moi un pur bonheur que ce livre.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Shan_Ze, Aujourd'hui

    The Lying Game, tome 2 : Ne jamais dire jamais de Sara Shepard

    Finalement Emma reste… Elle soupçonne toujours son entourage d’avoir tuer sa sœur. Mais qui est coupable ? Est-ce qu’il y a plutôt des meurtriers ?
    Il ne m’a pas fallu longtemps pour me remettre dans cette histoire. J’ai replacé tous les principaux protagonistes et guetté les réactions de chacun. De nouveaux indices mènent vers d’autres personnes. Emma est toujours aussi sur ses gardes, elle se méfie. Le passé de Sutton s’est un peu éclairci mais il reste des zones d’ombres. Je surveille les petits indices qui parsèment la lecture mais franchement à la fin, je suis tout aussi perdue. Un peu déçue par la fin, ça ressemble beaucoup à celle du tome 1... j'espère que le troisième sera plus originale. C’est très frustrant de se dire qu’on aura sans doute le nom du coupable dans 2 ou 3 tomes (voir plus). Mais... du coup, c’est addictif. J’ai déjà emprunté le tome 3.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Le confesseur de Ted Dekker

    Les sens sont la clé pour vivre la vie au maximum. Les goûts, vues, odeurs, sentiments, sons.Mangez ce que vous aimez, regardez ce que vous pouvez, touchez qui vous voulez

  • Par petitsoleil, Aujourd'hui

    France-Allemagne : une union menacée ? de Jacques-Pierre Gougeon

    Aujourd'hui, l'Allemagne est du fait de ses bons résultats économiques présentée par les dirigeants français et une large partie de la presse comme "modèle" et elle se vit d'ailleurs elle-même comme tel, incarnation de (...) la "culture de la stabilité" dont elle appelle l'Europe à s'imprégner.

    Loin de se limiter à la seule sphère économique (...) la peur française du déclassement traduit aussi une interrogation plus large face à une Allemagne émancipée de ses obligations traditionnelles, comme la solidarité avec les Etats-Unis et la France, ayant développé un rapport plus décomplexé que la France avec son passé récent et articulant un discours européen plus tranché et plus directif.

    Se trouve ainsi finalement soulevée la question centrale : rivalité ou complémentarité ? De la réponse dépend en grande partie l'avenir de l'Europe.
    > lire la suite

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Le confesseur de Ted Dekker

    Diffamer n’est-il pas aussi mal que n’importe quel vice ? Ce qui est particulièrement dommageable dans les deux cas est que ni l’homme qui nourrit de la colère ni la diffamatrice ne réfléchissent sérieusement au mal de leurs propres actions. Leurs péchés restent cachés. C’est là le véritable cancer de l’Église.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio