> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • François Fourn
    François Fourn
    Étienne Cabet ou le temps de l'utopie - François Fourn - Ed. Vendémiaire Mars 1948...
  • Bernard-Henri Lévy
    Bernard-Henri Lévy
    Quand Petro Porochenko remercie Bernard-Henri Lévy .Le discours du président ukrainien à l'issue..
  • Michèle Lesbre
    Michèle Lesbre
    Michèle Lesbre - Page des Libraires Entretien accordé à la revue Pages de Libraires à..

Gagnez le premier roman d'Ivan Calbérac et venez le rencontrer
Rejoignez le Club des Lecteurs Relay 2015
Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Delphine  Delphine Bertholon

    D`où vous est venue l`idée de l`insensibilité physique du personnage principal de votre roman ? Aviez-vous entendu parler d`un tel cas réel, avez-vous fait des recherches médicales ?

    J`aime beaucoup les perturbations sensorielles. J`avais déjà exploré l`hyperacousie dans L`effet Larsen (hypersensibilité au bruit) et, dans une moindre mesure, l`achromatopsie (daltonisme extrême) dans Twist. Si l`hyperacousie est une affection réelle et terrible, je l`avais traitée dans le roman de manière symbolique : quand le sens de la vie est atteint, le sens physique est touché. J`ai poussé cette idée plus loin, avec une maladie qui n`existe pas – en tout cas, pas à un tel degré. Pour l`héroïne des Corps inutiles, cette affection est psychosomatique et, d`un point de vue romanesque, métaphorique. Je suis partie du fait que les victimes de violences, en particulier sexuelles, évoquent souvent l`impression d`un corps anesthésié.


    Votre héroïne cumule les particularités physiques : cheveux roux, yeux vairons… Ce qui lui arrive était-il trop exceptionnel pour arriver à un personnage au physique plus banal ? Est-ce une forme d`adéquation entre son apparence et son âme torturée ?

    Au contraire, j`ai voulu parler d`un fait...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Zack et Archer Goodwoody ont été envoyé à Fort Apache à cause de leur non respect des règles. Fort Ap...


Depuis quelques temps, sur l'église du village, monsieur Garg...


Alors que Louve, toujours traquée par Crow, traverse la forêt pour retrouver son village, Aaricia...


Un petit renard ridicule veut devenir la terreur du poulailler. Le co-réalisateur d'Ernest et Célestine signe un...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par Elana, Aujourd'hui

    Perles de parents de Marie Thuillier

    Je ne pensais pas que l'on pouvais sortir des merveilles pareils en étant parents. Les enfants font ils autant perdre la tête ?!? En tous cas, merci aux parents sans qui ce recueil n'existerai pas.

    • Livres 3.00/5
    Par Titania, Aujourd'hui

    Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat

    Ce roman épistolaire à quatre mains, nous fait partager les échanges de mails entre plusieurs personnages dont Pierre-Marie Sotto, 61 ans, écrivain reconnu, en panne d’inspiration et ses correspondants : Adeline, sa principale interlocutrice qui lui a adressé une mystérieuse enveloppe, Josy et Max un couple d’amis, Gloria la fille de sa dernière épouse disparue, Olivier son éditeur, et Lisbeth, la copine de Josy.
    Avec ce livre, je suis vraiment sortie de ma zone de confort. Il ne raconte que des histoires d’amour « hors-sol ». Je ne m’attendais pas à cela de la part de l’auteur des "Larmes de l’assassin" et de celui de "La rivière à l’envers",pour leur passage à la littérature adulte. Chagrin d’amour, trahison, aventures d’un soir, badinage, jeu de séduction, amour pour les enfants, mariages heureux et mariages ratés, un vrai concentré de vie. Sur le sujet, il doit y avoir toute la gamme.
    Pas le moindre problème historique, sociologique ou politique à l’horizon, rien que des sentiments sur 280 pages, je me suis sentie comme orpheline, s’il n’y avait ce dialogue assez intéressant sur la vie et l’écriture, la réalité et la fiction.
    Comment rendre compte d’un objet pareil quand on est dérouté ? D’abord, ça se lit bien, l’écriture est fluide pleine de trouvailles et de bons mots, un vrai régal. Les auteurs sont des virtuoses. Par moment on peut déplorer des longueurs dans les épanchements, Mais on fait comme lorsqu’on écoute patiemment au téléphone une copine qui vous raconte ses chagrins d’amour. Et l’issue est totalement prévisible, comme pour une comédie romantique à diffuser en prime time.
    Les écrivains sont de bien curieux personnages de roman, ils font feu de tout bois, ils s’inventent en permanence, on ne sait jamais trop la limite entre la vérité et le mensonge, s’ils sont dans la réalité de l’échange ou dans la création. Ainsi, l’anecdote sur le grand-père à Verdun est resservie à tous ses correspondants, jusqu’à ce que Pierre Marie avoue qu’il l’a empruntée d’un autre. Raison de plus d’imaginer que cette correspondance dont il évalue avec Adeline, le volume, en la comparant en nombre de pages à l’un de ses livres, ne soit en fait que la matière de son prochain livre. La fiction prend racine dans la vie. Les mots dévoilent et dissimulent avec autant d’énergie ce qu’on est. Et puis ce débat quasi philosophique, entre les adeptes des parenthèses, et ceux des pointillés, au-delà de l'humour, la question du sens est posée.
    C’est cette réflexion sur la langue et la vie qui m’a plu au-delà de cette histoire. Une bluette sentimentale et optimiste ça ne fait de mal à personne, par les temps qui courent, et je suis ravie de pouvoir grâce à Babelio et l'éditeur rencontrer les auteurs un mercredi de mars à Paris.


    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par MmeButterfly, Aujourd'hui

    La Prisonniere du présent : Rencontres aux frontières du cerveau de Michael Paul Mason

    Ce livre a été écrit par un coordinateur médical, qui reçoit -dans des conditions d'urgence extrêmes- des personnes victimes de traumatismes crâniens.
    Certains arriveront aux urgences et seront déjà en mort cérébrale, d'autres passeront leurs journées à se demander qui ils sont, qui sont les personnes qui les entourent. D'autres encore resteront "prisonniers" de leurs visions. Chaque traumatisme est une histoire différente.

    Un voyage médical qui permet de comprendre pour les néophytes comme moi, que le cerveau n'est pas un tout et un seul, mais plusieurs parties distinctes formant un tout.
    Selon la partie du cerveau qui aura été commotionnée par le traumatisme, le patient ne pourra plus parler, ne pourra plus marcher, ou bien ne saura plus qui il est et quelle a été sa vie avant.

    Un livre qui se lit comme un recueil de nouvelles, mais très axé, selon moi, pour les étudiants en médecine ou en psycho. Ce n'est pas le genre de livre que je lirai de mon propre chef, bien que je sois contente d'avoir appris pas mal de choses sur le cerveau et le comportement humain.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    A l'ombre des vainqueurs de Marie-Laure de Cazotte

    Ici, on se raconte des histoires qui vont au cœur de gens comme nous. Ça ne fait pas une amitié, mais une présence. Une mémoire. Une famille. On se parle mécanique d’armes, stratégie de guerre, batailles et morts, du silence qui nous est imposé, de nos cauchemars, de nos problèmes de santé. De notre mépris pour toute personne qui n’a pas connu ce que nous avons connu.
    > lire la suite

  • Par Crazynath, Aujourd'hui

    Lonesome Dove : le dernier western. 2 de Larry McMurtry

    Mais bientôt les Blancs arriveraient. Ainsi le spectacle qu'il avait sous les yeux était une sorte d’intermède. Ce n'étaient plus les plaines telles qu'elles avaient été, ni ce qu'elles allaient devenir, c'était un moment de vide véritable constitué de milliers de kilomètres d'herbe sauvage et peuplé seulement de quelques survivants- spectres de bisons, d'Indiens et de chasseurs.
    > lire la suite

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    A l'ombre des vainqueurs de Marie-Laure de Cazotte

    On a toujours le choix. Celui de se prendre une balle dans la nuque, d’accepter que sa famille soit déportée ou d’obéir aux ordres. Quand cela arrive, on comprend confusément que l’on met le pied dans un territoire sans nom, mais on ne réalise pas ce que cette signature fait de soi : un ersatz d’homme. Une marionnette de chair, une mécanique, un gladiateur dans un cirque sans spectateurs.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio