> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Hamid Benchaar
    Hamid Benchaar
    L'ENFANT DE LA HAUTE PLAINE - Hamid Benchaar..
  • Jean-Baptiste de Foucauld
    Jean-Baptiste de Foucauld
    Jean-Baptiste de Foucauld : Argent, morale et religion .A l?occasion d?une table-ronde sur le..
  • Valentine Zuber
    Valentine Zuber
    Valentine Zuber : A l?école du religieux ? Formation et transmission religieuses en Méditerranée..

Les Babelionautes rencontrent Eleanor Catton
Remportez la Babelio Box de Noël
10 exemplaires de la nouvelle collection

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Ayroles

    De cape et de crocs, tome 11 : Vingt mois avant raconte les aventures d`Eusèbe le lapin, l`un des personnages secondaires de la série De Cape et de Crocs. Ses nombreuses tentatives pour raconter son récit sont l`un des running gags de la série. Aviez-vous déjà son histoire dans un coin de la tête ? Souhaitiez-vous depuis longtemps la raconter ?

    L`engouement des lecteurs pour Eusèbe s`est manifesté très tôt. Lors des premières séances de dédicaces, on nous posait déjà des questions sur les raisons de sa condamnation aux galères. Nous avons alors eu l`idée de dévoiler son passé dans un album. Jean-Luc n`ayant pas le temps de le dessiner parallèlement à la série, nous avons décidé de le garder pour la fin. L`histoire d`Eusèbe s`est étoffée au fil des tomes et des indices que nous y avons disséminés, et l`album s`est finalement transformé en diptyque.


    Si Eusèbe a toujours été très apprécié des lecteurs, la série reposait jusqu`alors sur les charismatiques personnages de Don Lope et Armand. Aviez-vous des doutes sur le fait qu`Eusèbe puisse porter à lui tout seul ce diptyque ?

    Le passage de personnage secondaire à principal était en effet risqué. A la fois valet de comédie, faire-valoir kawaii et deus ex machina, Eusèbe offrait un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



"Tes pas nulle, toi, tu vas de l'avant, tu es forte... Tu restes pas figée comme une idiote dans un cocon, même si tu pre...


Une terrible guerre civile prend fin en Aswana, avec l'élimination physique du dic...


Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’ava...


Jacques Ferrandez est un auteur de BD bien connu, pour ses adaptatio...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par khtulu4, Aujourd'hui

    Blue note - Les dernières heures de la Prohibition, tome 1 de Mathieu Mariolle

    Au cœur d'une ville corrompu un ancien grand champion de boxe doit faire face à un dernier combat. Probablement le plus important de sa carrière.
    Mon gros coup de cœur 2013. J'ai trouvé la narration soigné à la manière d'un vieux polar. C'est noir et déprimant, c'est crade et porteur d'espoir. Cette mise en parallèle entre le boxer et son combat et les 30 derniers jours avant que la prohibition disparaisse donne une vraie grande épaisseur et atmosphère à cette bd. Et puis le cadre de la nouvelle Orléans se prête bien à cette histoire. À la fois sexy et dangereux.
    Et quel premier rôle que ce boxer. Bien loin de l'image de gros bourrin assoiffé de violence. Il est posé et réfléchi et même plutôt intelligent. J'ai vraiment aimé cette première partie.
    Surtout au niveau des dessins qui donnent une vraie impression de mouvement et de fluidité et servent à merveille un très bon scénario
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par NMTB, Aujourd'hui

    Histoire universelle de l'infamie de Jorge Luis Borges

    La plupart des petites histoires qui composent cette Histoire Universelle de l’Infamie (un titre volontairement emphatique) sont des biographies imaginaires de personnages historiques comme Billy the kid, le chef de gang Monk Eastman ou le pseudo-prophète musulman Hakim al-Moqannâ.
    Sous la grandiloquence apparente se cachent, en fait, d’humbles et plaisantes histoires. Elles sont presque toutes écrites dans le même style, abusant des longues énumérations et d’adjectifs pompeux et superfétatoires. Un style que Borges qualifie, dans le prologue, de baroque. Elles ont pour sujet des personnages sinon infâmes au moins peu fréquentables, violents, falsificateurs, voleurs, mais quelques-uns possèdent quand même de belles qualités, comme l’honneur ou le courage. La dernière histoire, L’Homme au coin du mur rose, est différente, puisqu’elle ne se réfère, apparemment, à aucun personnage historique précis et que le style est beaucoup plus argotique. Enfin, cette Histoire de l’infamie, qui nous a mené aux quatre coins du monde, se clôt par une dizaine de toute petites fictions (quelques lignes, quelques pages au plus), des réécritures d’histoires piochées ici et là par Borges, en particulier dans Le Livre des Mille et Une Nuits.
    Dans « Histoire de l’éternité » sont réunis un ensemble d’essais disparates qui ont peu de rapports entre eux et encore moins avec l’Histoire Universelle de l’infamie, même s’ils peuvent donner, au détour, quelques indications sur le style des fictions de la première partie. Sur les sept essais, trois sont consacrés au temps et à l’éternité. L’un retrace rapidement l’histoire de l’éternité linéaire, de l’idée platonicienne aux doctrines chrétiennes. Si Borges se montre méfiant vis-à-vis de ce concept, il n’en récuse pas l’intuition. Sa conclusion : « la vie est trop pauvre pour ne pas être, aussi, immortelle. Mais nous ne possédons même pas la certitude de cette pauvreté, car le temps, facilement réfutable dans le domaine de la sensation, ne l’est pas dans celui de l’intelligence, de l’essence de laquelle le concept de succession paraît inséparable. » Les deux autres essais sur le temps se réfèrent davantage à Nietzsche et à sa théorie de l’éternel retour et, plus largement, aux visions cycliques du temps.
    Deux autres petits essais ont pour sujet la métaphore, dont un sur les Kenningar de la poésie scandinave et l’influence qu’ils ont pu avoir dans les mots composés des langues anglo-saxonnes. Un autre compare les différentes traductions des Mille et Une Nuits. Enfin deux notes terminent cet ouvrage éclectique, l’une est une sorte de critique d’un livre qui n’existe pas, l’autre une analyse de l’art du polémiste.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par NMTB, Aujourd'hui

    Art de Yasmina Reza

    Serge a acheté une peinture toute blanche, ou presque, deux-cent mille francs (j’ai dû compter, ça fait à peu près trente mille euros). Marc, son ami, trouve que c’est une merde. Et Yvan, un ami commun, a une opinion à mi-chemin entre Serge et Marc.
    Il n’y a pas vraiment une prise de position sur l’art moderne dans cette pièce. Les rares arguments qu’échangent les personnages pourraient être valables, d’un côté comme de l’autre s’ils étaient plus développés. Serge a raison de reprocher à Marc son manque d’ouverture d’esprit et Marc a raison de penser que l’art contemporain est mystificateur.
    Mais ce n’est vraiment pas le propos de la pièce, l’art n’est qu’un argument pour faire une énième pièce sur les relations humaines et, en particulier, sur l’amitié masculine. Et de ce point de vue, je trouve que Yasmina Reza a capté quelques vérités, que je crois assez répandues, notamment sur les rapports de domination.
    Elle use d’un comique assez facile, mais le remet tout de suite en question. Finalement, c’est une pièce sur l’acceptation d’autrui et de son étrangeté. Et c’est peut-être Yvan qui donne à la fin de la pièce une clef pour cette acceptation : « En réalité, je ne supporte plus aucun discours rationnel, tout ce qui a fait le monde, tout ce qui a été beau et grand dans ce monde n’est jamais né d’un discours rationnel. »
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Loin des yeux près du coeur (Nous deux) de Françoise Lesveyriès

    Beaucoup de choses avaient disparu. La confiance, la décontraction, le rire, la tendresse... Finie la belle insouciance affichée ces dernières semaines. Finis les mots d'amour qui l'avaient tant émue à Genève. Même leurs nuits n'étaient plus les mêmes... Alors, que restait-il ?
    Il restait un roman difficile à finir, un amant souvent de mauvaise humeur et une envie de partir qui devenait de plus en plus pressante.
    > lire la suite

  • Par Groucho, Aujourd'hui

    Plaintes de Ian Rankin

    - J'ai bien le droit de m'amuser un peu, non ? plaisanta McEwan, qui se rembrunit aussitôt en ajoutant : Cela étant dit, ne t'en fais pas, toi et moi, on reparlera de ces conclusions que tu as tirées un peu trop à la va-vite...

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Loin des yeux près du coeur (Nous deux) de Françoise Lesveyriès

    Elle l'avait aimé de façon brutale, sans réfléchir, et ils avaient passé de bons moments ensemble. Non, mieux que ça. Ils avaient vécu une histoire d'amour physique plus qu'intellectuelle. Ils avaient été heureux, tous les deux, pendant plusieurs semaines. Et même si elle ne voulait pas poursuivre cette histoire, elle ne pouvait nier la relation intense qui avait été la leur.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio