> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Eric-Emmanuel Schmitt
    Eric-Emmanuel Schmitt
    Liste des livres présentés : La nuit de feu - Eric-Emmanuel Schmitt Bone Season - Samantha..
  • François Laplantine
    François Laplantine
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=36388 ECOLOGIE DES..
  • Régis Lejonc
    Régis Lejonc
    Carte Blanche à Régis Lejonc .A l'occasion de l'Escale du Livre de Bordeaux 2015, rencontre avec..

Rencontre spéciale avec Françoise Bourdin le 5 octobre
Participez à notre club de lecture
Participez à notre défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...


Un adolescent nain, Redwin, de l'ordre de la Forge, malmené régulièrement par un sale gosse Rom, veut de...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par yom_gui, Hier

    Mauvais genre de Naomi Alderman

    Très décevant.

    C'est un roman écrit de manière simple, avec un style linéaire. On retrouve le même type de phrases durant tout le livre. Les évènements s'enchaînent les uns après les autres, sans grandes surprises. Les personnages ne sont pas assez fouillés et le personnage principal est complètement plat.

    De plus, l'amalgame qui est fait entre l'homosexualité, la pédophilie, et la violence montre que sont auteur ne connait pas du tout le sujet et le traite très mal. Je ne pense pas que les homosexuels deviennent homosexuels, les homosexuels sont homosexuel.

    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Junie, Hier

    Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert Louis Stevenson

    Ce voyage-là est un modèle d'excentricité britannique, dont nous les Français aimons bien nous moquer. Il s'agit en l'occurrence d'un Ecossais, sans kilt ni cornemuse, qui se choisit comme compagne une ânesse pour partir bivouaquer dans les sombres forêts de châtaigners et arpenter les causses désolés autour de Langogne et du Monastier, autant dire le bout du monde.
    Notre touriste cherche la solitude, la nature, la lenteur, l'odeur de la terre et le bruit des ruisseaux. Il marche au pifomètre, s'égare, se fourvoie, croise des indigènes étranges, et dort comme les bergers, à la belle étoile. Il ne se préoccupe ni du pittoresque, ni de sociologie ou de géographie. Il connait le folklore local: la bête du Gévaudan, la mémoire des Camisards, quelques légendes. Mais au fond il s'en fiche, il est venu là pour presque rien, juste pour se sentir accordé à la marche du soleil, de la Terre et des étoiles, pour avoir mal aux reins, sentir la faim ou la soif, la fatigue, l'inquiétude de la nuit, du chemin trop long, des amis trop loin.
    Si Robert Louis nous amuse au début en narrant ses déboires de novice dans l'art de bâter et de diriger un âne, le ton devient plus pensif, presque méditatif au fil du voyage. Bien des marcheurs ont suivi ses traces depuis, et il pourrait revendiquer le titre d'ancêtre des routards modernes.
    Le récit de voyage reste un succès de librairie, que l'écrivain revienne de Sibérie ou de Patagonie, il a de bonnes chances d'assurer ses ventes. Certains en ont fait leur fonds de commerce.
    Rien à voir avec ce qui pousse les vrais poètes de la route, chemineaux, trimardeurs et vagabonds poursuivant les étoiles filantes, tels des Clochards Célestes.
    > lire la suite

    • Livres 2.00/5
    Par litolff, Hier

    La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

    Miss Nunuche au pays des Stetson
    Miss Nunuche from Sweden, libraire de son état, débarque en Iowa (un peu in the middle of nowhere, il faut bien le dire) et entreprend de faire découvrir un objet étrange aux habitants de Broken Wheel : un livre !
    Après quelques dizaines de pages réjouissantes, l’intrigue devient rapidement poussive et le style lourdingue : on hausse un premier sourcil à la comparaison de cet opus avec « Le cercle des éplucheurs de patates », et le deuxième encore plus haut lorsque l’auteur associe Jane Austen à Helen Fielding, l’auteure de Bridget Jones…
    L’histoire tourne rapidement en rond, l’intrigue sentimentale, cousue de fil blanc, peine à éveiller l’intérêt et la traduction n’aide en rien un style extrêmement répétitif…
    Bref, après m’être passablement ennuyée, et sur les conseils d’une babeliote avisée, j’ai sauté 100 pages qui ne m’ont absolument pas manqué pour la compréhension de l’histoire et qui m’ont évité l’assoupissement immédiat…
    Un titre un peu racoleur pour un roman bourré de clichés et de bons sentiments, cucul la praline à souhait !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par GabySensei, Hier

    Bhagavad Gita de Stephen Mitchell

    Tu as foi en moi ; aussi vais-je
    T'exposer ce qu'est la sagesse,
    Ce secret de vie : le comprendre
    Bannit à jamais la souffrance.

    C'est cela, la sagesse vraie
    Qui transcende tous les savoirs ;
    Son expérience est intuitive,
    Éternelle et source de joie.

    Qui n'a pas foi en mes préceptes
    Ne parviendra jamais à moi ;
    Sans fin, il revient en ce monde
    Et transite de mort en mort.

    Ma forme non-manifestée
    Pénètre l'univers entier ;
    En moi existent tous les êtres,
    Mais je suis si étonnamment

    Vaste, si au-delà des êtres,
    Que, bien que ce soit ma puissance
    Qui les conçoive et les soutienne,
    Je les excède infiniment.

    Comme le vent toujours mouvant,
    Qui va partout mais reste
    Dans les limites de l'espace,
    Tous les êtres restent en moi.

    Ils retournent dans ma matrice
    Au terme du cycle cosmique -
    Ce qui fait cent cinquante mille
    Milliards de tes années terrestres -

    Et un nouveau cycle débute,
    Où je les renvoie à nouveau,
    Déversant dans mon abondance
    D'innombrables formes de vie.

    Ces actions ne me lient en rien :
    Je me tiens à l'écart de toutes,
    Indifférent à leur issue,
    Radieux, serein et détaché.

    Sous ma main, la Nature en gendre
    Tous les êtres, toutes les choses
    Animées ou inanimées,
    Et fait tourner la roue du monde.

    Les imbéciles me méprisent
    Sous mon incarnation humaine,
    Aveugle à ma vraie nature :
    Le Seigneur de Vie et de Mort.

    [...]

    Je suis commencement et fin,
    Origine et dissolution,
    Foyer, refuge, amant fidèle,
    Matrice et germe impérissable.

    Je suis la chaleur du soleil,
    Je retiens ou verse la pluie ;
    Je suis la mort et l'immortel,
    Et tout ce qui est ou n'est pas.

    (P114-117)
    > lire la suite

  • Par GabySensei, Hier

    Bhagavad Gita de Stephen Mitchell

    Jusqu'au royaume de Brama,
    Tout individu doit renaître :
    Mais, Arjuna, ceux qui m'atteignent
    Plus jamais ne se réincarnent.

    Si tu comprends qu'un seul jour ou
    Qu'une seul nuit de Brahma
    Dure quatre milliard d'années,
    Tu comprend la nuit et le jour.

    A l'aube, les choses émergent
    Des fonds du non-manifesté ;
    Le soir, les choses se résorbent
    Au sein du non-manifesté.

    Ces milliers d'êtres, dans un cycle
    Sans début ni fin, se résorbent
    Lorsque vient la nuit de Brahma,
    Puis ils émergent à nouveau.

    Mais sous ce non-manifesté,
    Il existe un état latent,
    Une vie primordiale qui
    Subsiste quand tout se résorbe.

    C'est là le non-manifesté
    Éternel, c'est le but ultime,
    Ma demeure suprême ; l'homme
    Qui l'atteint ne renaît jamais.

    (P108)
    > lire la suite

  • Par GabySensei, Hier

    Bhagavad Gita de Stephen Mitchell

    Sache que je suis la matrice
    D'où surgit l'ensemble des êtres ;
    C'est en moi que naît l'univers,
    C'est en moi qu'il sera détruit

    Il n'est rien de plus primordial
    Que moi : les mondes et les êtres
    Sont tous suspendus en moi, comme
    Un rang de perles sur un fil.

    Je suis la clarté de la lune
    Et du soleil, le son dans l'air,
    La syllabe Ôm dans le Véda,
    Et je suis la saveur de l'eau.

    Je suis le parfum de la terre
    Et la virilité des hommes,
    L'éclat du feu, la vie des êtres,
    Et l'abstinence des ascètes.

    Je suis le germe primordial
    Au sein même de tous les êtres,
    La sagesse de ceux qui savent,
    La splendeur des grands de ce monde.

    Je suis la force chez le fort
    Libre d'attache et de désirs,
    Et je suis le désir lui-même
    Lorsqu'il se conforme au devoir.

    (P99)
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio