> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Laure Limongi
    Laure Limongi
    A l'occasion de la rentrée littéraire 2015, Laure Limongi a présenté, devant les libraires, son..
  • Laurent Binet
    Laurent Binet
    A l'occasion de la rentrée littéraire 2015, Laurent Binet a présenté, devant les libraires, son..
  • Catherine Dousteyssier-Khoze
    Catherine Dousteyssier-Khoze
    A l'occasion de la rentrée littéraire 2015, Catherine Dousteyssier-Khoze a présenté, devant les..

Rencontre spéciale avec Françoise Bourdin le 5 octobre
Participez à notre club de lecture
Participez à notre défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Après "Une métamorphose iranienne", dans lequel Mana Neyestani racontait son exil d'Iran, ce Pet...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Loryane, Aujourd'hui

    Les Loups de Riverdance, tome 2 : Léo de H. V. Gavriel

    C'est assurément la seule saga de Bit-lit qui me fait autant vibrer. Il y a une panoplie d'émotions dans ce second tome, et elles valent le premier livre. Encore maintenant, après avoir tout juste terminé ma lecture ; l'histoire me manque déjà et en particulier les personnages. La peur, le courage, la tristesse, l'amour, la passion sont les sentiments essentiels qui enrichis le plus ce roman. Mais dans ce deuxième opus de la saga « Les loups de Riverdance », l'humour rentre aussi en scène et au fond c'est une distraction que j'apprécie avec tous les malheurs que les protagonistes vivent. D'ailleurs dans cette suite c'est Léo, le fils de l'ancien Alpha, qui est mis en avant ; avec un autre héros inconnu, du nom de Zacharie.

    Léo a toujours le même caractère, 7 ans après la rencontre entre Lucas et Marcus. Homme au grand cœur, détestant la violence. Mais c'est un père divorcé d'une petite fille maintenant, avocat et encore dans la recherche de lui-même. Perdu, terrorisé par ce qu'il peut ressentir ; il ne sait plus vers qui se tourner malgré sa meute, sa famille. Il m'a ému d'une certaine manière, pas parce qu'il est quelqu'un de sensible ; son manque de confiance et son côté protecteur et doux avec son entourage parvient suffisamment à le rendre bon et touchant. Je me suis attachée fortement à ce garçon, rien que dans la précédente œuvre il m'a séduite par son humanité, son amour pour les autres. Il est très attendrissant pour un homme de vingt-huit ans. Mais il n'est pas parfait, son Loup peut devenir sauvage comme tous les autres et parfois la haine prend le dessus et rien ne peut l'arrêter. Par contre il prend tout sur ses épaules, il veut faire de son mieux ce qui montre sa force ; sauf qu'il a aussi la capacité à avoir des faiblesses, ce qui en fait un être à part entière. Sa personnalité, sa vie, son autorité quand il s'autorise à l'utiliser, ses peurs et son cœur ; un héros comme ça j'en veux tout les jours et dans tout les livres !

    Zacharie Blackhawke est un homme arrogant et assez frimeur ; du moins au début. Il est gay et père adoptif d'un petit garçon, petit à petit je l'ai découvert, il s'est ouvert en restant toutefois distant sur son passé et ses sentiments. Il ne connaît pas vraiment la tendresse, les câlins d'un père à un fils alors il ne donne que ce qu'il peut à Cody. En tout cas c'est un protagoniste assez surprenant, il est humain mais il possède quelque chose d'inimaginable et de très original. Je me suis pris d'affection pour ce héros, différent et un peu lasse de sa propre vie. Il aime voyager et vagabonder, mais il a aussi besoin d'amour même s'il ne le dit pas. Zach est plutôt du genre fière et ne parle pas de lui-même, il ne se consume pas dans ses problèmes, il essaye d'avancer. Il n'est ni égoïste, ni bête et ce n'est pas non plus un véritable bad boy, pour cela il fait semblant. Ce qui le rend si vrai et sincère, c'est sa fuite ; certains peuvent considérer ça comme de la lâcheté mais venant de son personnage c'est plutôt de la peur d'être abandonné un jour ou l'autre, donc il préfère pendre les devants.

    Dans cette histoire tous les protagonistes sont importants et attachants. Ils ont pour chacun d'entre eux, une personnalité unique.
    Tout d'abord il y a Benny, le métamorphe ours ; il est un peu agaçant mais malgré ça j'ai adoré son caractère. C'est un chasseur de prime, un détective, c'est aussi un cousin qui s'inquiète pour une partie de sa famille et c'est là où il est le plus touchant. C'est quelqu'un que j'aimerais découvrir un peu plus.
    J'ai pu retrouver Marcus et Lucas, quel bonheur ! Marcus est le père que tout le monde rêverait d'avoir, il est de bon conseil et il sait être tendre envers son grand garçon ; Léo. Lucas est plus mature, mais il a gardé cette sensualité et surtout cette chaleur en lui.
    Lily-Rose fille de Léo et Cody fils adoptif de Zach sont deux enfants merveilleux, tout les deux sont entrés dans mon cœur, tout comme leur père respectif.

    L'histoire en elle-même est plutôt bien construite, même si elle tourne parfois en rond. Des enlèvements d'enfants et des meurtres ; ça donne la touche thriller en plus. Au-delà de ça, c'est de la Bit-lit et de la Romance Slash. La meute va se mettre en quête de ces kidnappings et en dehors de ça il y a aussi l'histoire d'amour entre Léo et Zach ; ils ont des sentiments l'un pour l'autre mais ne se les avouent pas, mais un accident vont toucher leur cœur et leur âme et à partir de là, ils sont vraiment en couple. Franchement par rapport au premier tome c'est moins centré sur la meute et leur culture, au fond ce n'est pas plus mal. Ici il y a moins de magie, de pouvoir ; c'est le côté policier et investigation qui prend ces places là. Ce n'est pas forcément très original, mais il y a une grande authenticité dans les sentiments et rien que pour ça, je suis fan ! Ensuite c'est clair qu'il y a du suspense, pendant toute la lecture l'auteur m'a tenu en haleine ; pourtant H.V. Gavriel laisse des indices ici et là. Il y a de très bons rebondissements, ils sont plutôt mis au bout moment et pour la plupart ils sont pleins d'actions.

    L'émotion est intense, forte, sensible. Comme je l'ai dis précédemment, c'est la saga Bit-lit qui me fait ressentir milles sentiments à la fois. J'ai eu les larmes aux yeux, le sourire aux lèvres, la peur au ventre, le cœur qui bat pour cette famille. J'ai admiré la loyauté, le courage et la force des personnages tout autant que les faiblesses qui les rendent si humains, les larmes qu'ils versent pour les pertes ou l'inquiétude, les peurs qu'ils rencontrent pour lesquelles ils se battent sans relâche. C'est un gouffre à émotions et à sensations cette œuvre, un feu d'artifice tout simplement.

    L'écriture de l'auteur est magnifique, ses mots sont pratiquement chantés ; de la poésie à l'état pur avec une pointe de propos crus. C'est fluide et pleins de rythme, H.V. Gavriel m'a emmené dans son univers du début à la fin. Les déclarations d'amour sont d'une qualité magistrale, elles sont authentiques. Je suis tombée encore une fois sous le charme de la plume de cet écrivain.

    En conclusion ce second opus de la série « Les loups de Riverdance » m'a totalement conquise ; c'est un coup de cœur de nouveau ! Les personnages ont tellement l'air d'être proche de la réalité en dehors de leurs pouvoirs surnaturels que s'en est déconcertant. Chacune des émotions éprouvées par les héros m'ont touchés de plein fouet. L'intrigue est captivante malgré certaines longueurs ; l'histoire d'amour est douce, attendrissante et passionnante. Il y a du suspense, de l'action de temps en temps qui relance toujours le rythme, une originalité minime sur la synopsis ; mais une authenticité sur les protagonistes et les sentiments ; grandiose. Une écriture prenante, vivante où il y a une fluidité sans faille. L'auteur nous emmène droit vers son monde avec de belles descriptions et des développements sur les personnages quasiment parfait. Léo est quelqu'un d'unique en son genre tout comme Zacharie, ils se complètent tout les deux ; je suis totalement ravie de les avoir rencontrés, connus et découverts au fil du récit. Ce roman est fascinant et électrisant de sensation, je suis plus que curieuse pour la suite de cette saga.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Nyuka, Aujourd'hui

    Les Salauds Gentilshommes, tome 1 : Les Mensonges de Locke Lamora de Scott Lynch

    Une très belle découverte qu'en ce début du mois d'août !
    700 pages avalées assez facilement avec des personnages haut en couleur, une intrigue qui ne cesse d'évoluer et des rebondissements à chaque chapitre !
    Et, sans oublier, une véritable fin même si ce n'est que le premier tome d'une trilogie !
    Un sans faute dans tout ce que j'aime et ce que j'attends dans un livre.

    Je suis tombée amoureuse de Locke Lamora ! Un personnage qui n'est pas forcément fort mais atrocement intelligent et avec un sacré culot !
    J'ai tremblé pour lui du début jusqu'à la fin de ses aventures... Il est juste incroyable !

    Puis, Le surnom "Salaud Gentilhomme" lui va comme un gant tout comme ses complices. Il nous montre à certains moments de l'aventure qu'il n'est pas un gentil mais véritablement un salaud... Qu'il n'hésite pas à utiliser tous les moyens qui lui viennent à l'esprit pour se sortir de n'importe quelle situation !

    Mais tous les autres personnages sont attachants que ça soit Moucheron, les jumeaux Sanza, Jean, Don et Donna Salvara.... Je les aime beaucoup et je suis un peu triste de tous les quitter !


    Pour revenir sur les rebondissements, il y en a vraiment beaucoup et on ne s'en lasse jamais ! Quand on pense la situation se stabiliser enfin, bam ! Tout bascule pour le meilleur ou le pire !
    Et le tout vraiment bien dosé ! L'auteur est vraiment fort !


    Sinon, pour les interludes, j'aimais bien les lire car on en apprenait toujours plus sur l'univers des Salauds-Gentilhommes. C'est vrai que sur la fin, cela pouvait agacer mais l'interlude était là pour nous fournir la référence dont on avait besoin pour comprendre toute l’ampleur dans le chapitre suivant. Cela m'a beaucoup plu !
    Par contre, c'est truffé de descriptions et ce détail m'a parfois gênée... Des dizaines de pages pour nous décrire l'architecture de la ville pouvaient sauter !

    Bref, un excellent livre !
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Laviniaa, Aujourd'hui

    Les Anges, tome 2 : La femme de Gabriel de Robin Schone

    Victoria est désespérée. Après avoir perdu son emploi de gouvernante à cause d'un homme mal intentionné, elle survit quelques mois à une vie difficile dans les mauvais quartiers. La situation ne s'améliorant pas, ne trouvant pas de nouveau travail, elle ne voit qu'une solution: vendre son dernier bien précieux: sa virginité. Mais pas dans la rue, non, dans un bordel chic, celui de Gabriel.

    Gabriel est un ange déchu. Ancien prostitué pour hommes, il recueille à présent les gens perdus et leur donne un emploi dans son établissement. C'est un être brisé, avide de vengeance, prêt à tout pour tuer l'horrible personnage qui l'a violé il y a maintenant quinze ans. Quinze ans à éviter tout contact physique, que ce soit avec les femmes comme avec les hommes.

    Malheureusement Victoria arrive dans sa vie et arrive à le toucher de toutes les manières possibles, au risque de les mettre tous les deux en danger..


    Je n'ai pas lu le premier tome de cette saga, aussi n'avais-je absolument aucune idée de ce qui m'attendait. En plus je n'ai pas pour habitude de lire cette sous-collection, mais j'ai quand même essayé.. et je suis assez perdue car je suis incapable de dire si j'ai aimé ou pas.

    Tout d'abord, j'ai eu du mal avec l'ambiance générale du roman, tout est très sombre et très glauque, carrément torturé même! Aucune des personnes rencontrées ne va vraiment bien, tous portent un bagage immense dont ils ont du mal à se détacher, même - et surtout - nos deux héros principaux. Victoria est désespérée, la vente de sa virginité est son dernier espoir de survie dans un univers qu'elle ne connaît absolument pas. Malgré ça, elle est tentée malgré elle de connaître enfin l'intimité physique après trente-trois ans de solitude intense. Gabriel était un poil trop brisé pour moi, sans vouloir avoir l'air d'une sans-cœur. Toutes ces histoires de viol, de prostitution, de meurtres, de vengeances.. C'était lourd et étouffant presque, il y avait vraiment de quoi déprimer avec toute cette souffrance intense. Je sais que j'ai tendance à être maso et à lire des livres tristes mais même pour moi c'était trop poussé. Certaines scènes de sexe même sont difficiles à lire, trop lourdes de sens et de "pensées négatives".

    Ce qui a rattrapé un peu cette mauvaise impression est l'écriture originale et très intense de l'auteure. Des phrases très courtes, des répétitions d'anciennes conservations, une narration qui passe du personnage masculin au féminin et qui ne nous épargne rien des détails de leur vie ou de leurs pensées les plus intimes. C'était très fort et je crois que c'est ça qui m'a poussé à finir le roman malgré les quelques fois ou je me sentais tellement mal à l'aise que j'hésitais à abandonner.

    Enfin voilà, un roman étrange qui plaira sans aucun doute aux amatrices d'histoires et de personnages torturés. J'en ressors séduite et un peu dégoûtée à la fois, c'est très étrange.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par maddie, Aujourd'hui

    Sale temps pour les braves de Don Carpenter

    Comment se réveille-t-on ? C'était une chose de savoir qu'on passait sa vie endormi, mais c'en était une autre de s'extirper de ce sommeil, de se prouver qu'on était vraiment en vie et que ce n'était la faute de personne sinon la sienne.

  • Par Musardise, Aujourd'hui

    Le chat qui jouait Brahms de Lilian Jackson Braun

    - J'en ai par-dessus la tête d'écrire des chroniques louangeuses sur les restaurants privilégiés du Fluxion. J 'ai envie d'aller dans le Nord et de m'éloigner de ces magouilles de villes, de la pollution des villes, des bruits et des crimes des villes.
    - Vous sentez-vous bien, Qwill ? demande Riker, avec inquiétude, vous n'êtes pas malade, au moins ?
    - Est-il aussi anormal de souhaiter respirer un peu d'air frais ?
    - Ça vous tuera ! Je vous connais. Vous êtes un homme de la ville, Qwill, comme moi. Nous avons tous deux té élevés en respirant de l'acide carbonique, de la fumée et tout ce qui pollue la ville de Chicago. Je suis votre plus vieil ami et je vous adjure : ne faites pas ça !
    > lire la suite

  • Par Amnezik666, Aujourd'hui

    Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck

    La liberté, il y en a partout. Il faut juste avoir le courage de la prendre.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio