> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Alex Alice
    Alex Alice
    Interview d'Alex Alice pour Planète BD .Lors du festival international de bande dessinée..
  • Arnaud Teyssier
    Arnaud Teyssier
    Arnaud Teyssier, Richelieu .Arnaud Teyssier nous présente son livre Richelieu : l'aigle et la..
  • Patrick Deville
    Patrick Deville
    Autour d'un verre avec Patrick Deville .Viva, deuxième volet de la nouvelle trilogie de Patrick..

Masse critique revient le 18 septembre à 7h
Découvrez notre lecture du mois
Découvrez les nouveaux insignes

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Denis  Denis Michelis

    Une phrase des frères Grimm en exergue, une demeure au cœur de la forêt, jusqu`à la pomme symbolique que le héros est obligé de croquer, La chance que tu as est résolument situé dans l`univers du conte. Qu`est-ce qui vous a porté vers cet univers ?

    Lorsque j`ai commencé à écrire La Chance que tu as, j`avais une idée assez précise de ce qui allait advenir au personnage, du moins jusqu`à la deuxième partie du roman où il subit une humiliation physique particulièrement cruelle et retorse.
    Le problème de cette situation (qu`on ne révèlera pas !), est qu`elle sortait du cadre "réaliste".
    J`ai donc opté pour une écriture proche du conte car ce genre me permettait d`être à la fois dans quelque chose de très concret (le héros de La Chance que tu as, tout comme les héros chez Grimm, travaille dur, très dur même, et ce malgré les obstacles - comme Cendrillon !) tout en restant en retrait de la réalité (la neige en été, un chat qui pleure, une temporalité mystérieuse, des personnages qui lisent dans les pensées….).
    C`est en cela que le Conte est "pratique" : il nous parle du quotidien (le travail et les difficultés qui en découlent : rapports de force, jalousie etc.) mais il...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu’il est cocu. Armé d’un fusil, il se rend au motel où sa...


Grâce au sacrifice de la princesse Llali et d'Yfass le Sylvain, fils de la reine de la forêt ...


Un voyage en Alzheimer. Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune. Il a tenté d’élever seul sa trop petite Lilie...


Avec ce premier tome de Mort au Tsar, Fabien Nury et Thierry Robin imaginent un diptyque où polar et his...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par gill, Aujourd'hui

    Heroic Pizza, Tome 2 : Hasta la pizza, Baby ! de Augustin

    Il y a bien longtemps, les contrées libres étaient menacées par le mal...
    Mais il en fut certaines qui résistèrent.
    L'ultime alliance des hommes et des elfes entra en guerre...
    Ne vous battez pas ! Le dîner est servi ! Enfin presque...
    Albert Colin est de retour pour un deuxième opus tout simplement intitulé :
    "Hasta la pizza, baby".
    Y'en a qui bossent ! Et toujours vêtu de son ridicule costume rouge, inlassablement, il arpente les royaumes merveilleux, les clairières au fond des bois, les châteaux maléfiques, il fréquente les nains, les dragons, les vikings, les enchanteurs, afin de livrer, sans retard aucun, la fameuse "Héroïc' Pizza" !
    Mais si sa petite entreprise ne semble pas connaître la crise, la vie pourtant n'est pas un bocal de cerises !
    Il est guetté par l'emploi précaire ! Il n'aura pas de pourboire !
    - C'est à cette heure-là qu'on arrive ?
    - Ça a encore augmenté, gros voleur !
    - Z'êtes con ou quoi ? J'avais dit une végétarienne !
    - C'est quoi cette cadence de cul-de-jatte, Colin ?
    - Finissez-moi cette tournée au trot !
    Et il se fera traiter de feignasse, de sale pauvre moche et de tocard !
    Le malheureux Colin finira brûlé, dévoré, atomisé, ridiculisé, décomposé mais jamais démoralisé !
    Une grande aventure, oserai-je dire une épopée, "la vie sauvage" vient clore l'album en faisant souffler sur les dernières pages un vent venu du large et du n'importe quoi...
    Augustin, peut-être, est fou. Peut-être est-il un grand malade ?
    Il est en tout cas bourré de talent. Son humour, sa fantaisie font mouche dans ce deuxième album des aventures débridées d'Albert Colin.
    Mais est-ce qu'un de ces albums ne pourrait-il pas être offert avec chaque forestière champignons cancoillotte achetée ?
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Mahpee, Aujourd'hui

    Blueberry, tome 2 : Tonnerre à l'Ouest de Jean-Michel Charlier

    Ce tome 2, qui en compte 5, des aventures de Blueberry fait partie du cycle "Fort Navajo". On y retrouve le lieutenant en pleine guerre indienne. Une centaine de "Tuniques Bleues" est coincée dans fort Navajos. Ils détiennent des Apaches. Le colonel est au plus mal, mordu par un crotal et son second, Bascom a pris le commandement et sa haine des indiens risque de déclencher la perte de Fort Navajo et de ses hommes.
    Dans cet épisode, Blueberry doit faire face à la folie d'un commandant fou de haine et à son racisme face à "un sang mélé" le lieutenant Crowe. Le scénario est un classique du genre et augure déjà du caractère bien trempé de Blueberry qui lui posera bien des problèmes par la suite. Les dessins de Giraud sont encore classiques mais, un peu à l'image des premiers Tintin, les traits de Mike Blueberry ainsi la qualité des dessins vont évoluer au fil des albums.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Phooka, Aujourd'hui

    Go to Hell, tome 1 de Oxanna Hope

    Un ratage pour moi, un roman trop superficiel, axé sur une romance sans intérêt, alors que si la partie action/ fantastique avait été un peu plus élaborée, si les personnages avaient eu un peu de profondeur, on aurait tout à fait pu avoir un roman très sympa. Dommage ...La fin a beau se présenter comme un cliffhanger "de ouf", je ne serai pas là pour la suite ...
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par colimasson, Aujourd'hui

    Évangiles apocryphes de France Quéré

    Papyrus 1
    Jésus dit : « J’étais au milieu du monde et je me suis montré à eux dans la chair. Et je les ai tous trouvés ivres et n’en ai pas vu un qui fût assoiffé. »

  • Par Adraste, Aujourd'hui

    Le merdier : full métal jacket de Gustav Hasford

    Personne ne se demande pourquoi nous nous marrons, parce que personne ne tient à le savoir. Les civils ne retiennent de l'horreur de la guerre que les tripes et l'hémoglobine. Mais la laideur de l'être humain... la laideur du sourire qui a intégré la mort... la guerre est laide parce que la vérité est parfois laide et la guerre est tout ce qu'il y a de plus sincère. Et le visage du Viet-ncong dit cette vérité sans fard. Et la face noire de la mort frappe chacun de tes frères de la foudre purificatrice de la mort.
    > lire la suite

  • Par belette2911, Aujourd'hui

    Dans le grand cercle du monde de Joseph Boyden

    [...] Son corps nu m'apparaît comme celui d'une jeune femme avec ses seins hauts et fermes aux mamelons durcis et, à cette vue, je durcis à mon tour.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio