> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Sylvie Dallet
    Sylvie Dallet
    Collection Ethique de la création - Sylvie Dallet..
  • Sylvie Dallet
    Sylvie Dallet
    ETHIQUES DU GOUT - Sylvie Dallet..
  • Gérard Bensussan
    Gérard Bensussan
    Colloque «Heidegger et "les juifs"» - Gérard Bensussan .Colloque «Heidegger et "les juifs"»..

Gagnez le premier roman d'Ivan Calbérac et venez le rencontrer
Rejoignez le Club des Lecteurs Relay 2015
Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Delphine  Delphine Bertholon

    D`où vous est venue l`idée de l`insensibilité physique du personnage principal de votre roman ? Aviez-vous entendu parler d`un tel cas réel, avez-vous fait des recherches médicales ?

    J`aime beaucoup les perturbations sensorielles. J`avais déjà exploré l`hyperacousie dans L`effet Larsen (hypersensibilité au bruit) et, dans une moindre mesure, l`achromatopsie (daltonisme extrême) dans Twist. Si l`hyperacousie est une affection réelle et terrible, je l`avais traitée dans le roman de manière symbolique : quand le sens de la vie est atteint, le sens physique est touché. J`ai poussé cette idée plus loin, avec une maladie qui n`existe pas – en tout cas, pas à un tel degré. Pour l`héroïne des Corps inutiles, cette affection est psychosomatique et, d`un point de vue romanesque, métaphorique. Je suis partie du fait que les victimes de violences, en particulier sexuelles, évoquent souvent l`impression d`un corps anesthésié.


    Votre héroïne cumule les particularités physiques : cheveux roux, yeux vairons… Ce qui lui arrive était-il trop exceptionnel pour arriver à un personnage au physique plus banal ? Est-ce une forme d`adéquation entre son apparence et son âme torturée ?

    Au contraire, j`ai voulu parler d`un fait...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Depuis quelques temps, sur l'église du village, monsieur Garg...


Zack et Archer Goodwoody ont été envoyé à Fort Apache à cause de leur non respect des règles. Fort Ap...


Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le fil...


"L'humour est un coup de poing dans la gueule." Cavanna, cofondateur avec le Professeur Choron de CHARLIE HEBDO Ce liv...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par liredelivre, Aujourd'hui

    Noël en février de Sylvia Hansel

    Je marche souvent à l'instinct en matière de romans, encore plus lorsque je suis en terrain inconnu. Mais il suffit que le résumé possède les bons mots et je fonds comme Olaf au soleil. Qu'importe que ce ne soit pas ce que j'ai l'habitude de lire, qu'importe que je sorte un peu de ma zone de confort. Après, c'est quitte ou double, ça passe ou ça casse. Noël en février a fait parti de ce cas de figure. Il y a quelque chose qui a rapidement retenu mon attention dans ce roman et en le découvrant pleinement, j'ai fait une très bonne découverte.

    Clairement, si vous cherchez une romance pleine d'action, il vaut mieux passer votre chemin. Cependant, si la romance pleine et entière vous intéresse, découvrir un premier béguin d'ados avec ses espoirs et ses doutes, ses hauts et ses bas, alors notez Noël en février de Sylvia Hansel sur un papier puis foncer chez votre libraire.
    Camille va nous livrer trois années de sa vie, dans tout ce qu'elles ont eu de plus intimes et de moins privé. Le récit commence à son entrée au lycée Grands-Bois, où elle se prépare à des études en arts. Là, elle croisera le regard de Mathieu, un regard bleu des mers du sud qui envoûtera notre jeune artiste. Mathieu, qui deviendra alors son grand amour, le garçon qu'elle ne pourra pas oublier. Pourtant, on sait bien que les histoires d'ados sont toujours difficiles. A peine Camille commence-t-elle à faire la connaissance de Mathieu que celui-ci quitte le lycée.
    Sur le coup, j'ai eu un petit peu de mal à me faire à ce ton qu'emploie Sylvia Hansel, cette familiarité dans le langage de Camille. Puis j'ai pris du recul : Camille nous parle comme elle parlerait à n'importe qui. Je suis passée de lectrice à confidente, la plume tissant rapidement un lien ténu entre Camille et moi. J'ai ainsi vécu chaque instant avec elle, comme une amie l'aurait fait. Je me suis sentie très proche d'elle et je regrettais seulement de ne pas pouvoir l'aider dans ses choix, la défendre dans les mauvaises passes.
    Sylvia Hansel et ses personnages m'ont montré une autre facette de l'adolescence. En 1996, j'avais six ans et j'étais loin de me soucier de ce qu'il adviendrait à mes seize ans, l'âge de Camille quand on la rencontre. Et aujourd'hui, je suis loin d'avoir connu ce qu'elle a connu à cet âge. Drogue, alcool, sexe, sorties, à un âge où l'on se cherche et où l'on peut se perdre si facilement. Camille a été plongée dans des dérives qui m'ont effrayée, suscitant mon inquiétude bien trop à mon goût. Des détours que je n'ai pas su voir venir, mais que j'aurais tellement aimé qu'elle puisse éviter.
    Toutefois, je reste moins convaincue par le reste des personnages. En dehors de Camille, ce sont des ados que j'ai eu du mal à comprendre, qui font partie de sa vie mais que je n'ai pas su cerner. A commencer par Mathieu. Le point de vue interne ne permettait pas de connaître ses doutes, ses hésitations. C'est quelque chose qui m'a manqué. D'autant que ce garçon n'est pas des moins timides... Malgré tout, on comprend l'attrait qu'il représente pour Camille. Et on espère tout du long que Noël puisse avoir lieu en février.
    Une fois plongée dans Noël en février, il est difficile d'en ressortir. Je me suis sentie happée par l'histoire, par Camille, incapable de la lâcher tant que je ne savais pas si tout irait bien. La fin m'a presque parue arriver vite, trop vite. Trois ans sont passés et une année de plus, quelques pages de plus m'auraient fait beaucoup de joie. Je suis ravie du temps que j'ai passé avec Camille et de la découverte que j'ai faite avec Sylvia Hansel.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par mulg31, Aujourd'hui

    Les lauzes de Jujols de Gérard Muller

    Le livre se situe entre Signol et Michelet. Une écriture fluide et très agréable, une intrigue bien menée, des personnages attachants dont la psychologie est bien cernée.
    On est dans les Pyrénées-Orientales, on sent ses parfums, on s'imprégne de la nature avec un Canigou omniprésent.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par djoulpim, Aujourd'hui

    Une place à prendre de J.K. Rowling

    Livre que l’on m’a offert, j’avais hâte de lire JK.Rowling dans un autre style qu’Harry Potter.
    Je fus déçue..On est loin d’un roman qui nous rend accro, dans lequel on se plonge jusqu’au bout de la nuit.

    J’ai trouvé le nombre de personnages trop important pour qu’on puisse s’y attacher ; les intrigues ne m’ont pas réellement captivée et je dois dire que c’est avec un certain soulagement que j’ai tourné la dernière page.

    J’en retiendrai un sentiment bizarre, c’est un lire qui reste bien écrit, et qui intrigue, je sais qu’il restera malgré tout dans ma mémoire pour son style particulier. Néanmoins je ne suis pas prête à retenter l’expérience de suite…
    > lire la suite

Dernières citations RSS

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio