> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Maxime Gillio
    Maxime Gillio
    Salon du livre Les Halliennales 2014 - interview de Maxime Gillio, coorganisateur Interview de..
  • Laurent Gounelle
    Laurent Gounelle
    "Le jour où j'ai appris à vivre" par Laurent Gounelle Laurent Gounelle nous parle de son..
  • Laurent Gounelle
    Laurent Gounelle
    4 questions à Laurent Gounelle sur son livre "Le jour où j'ai appris à vivre" Laurent..

Découvrez notre entretien avec Alex Alice
Découvrez notre nouveau Challenge ABC Critiques
Découvrez la lecture commune du mois d'octobre

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Annie  Annie Pietri

    Dans cette histoire criminelle qui touche de près Louis XIV, le Roi demande à Louis Alexandre Bontemps de mener une enquête "moderne". Qu`est-ce que cela signifie en cette fin de 17ème siècle ? Comment se résolvaient les enquêtes à la cour du Roi ?

    Je ne suis pas une grande spécialiste du droit au 17è siècle, mais en résumé, à cette époque lorsqu`on était accusé d`un délit quelconque, on devait prouver son innocence. Aujourd`hui, le tribunal doit apporter la preuve de la culpabilité du suspect. C`est en demandant au héros du roman de fonctionner de cette manière que Louis XIV veut expérimenter ce qu`il appelle une enquête « moderne ». Bien sûr, cela relève de la fiction. Dans mon scénario, il fallait que je trouve un moyen pour justifier le fait que le roi ne confie pas l`enquête au chef de sa police, mais au héros qui n`a rien à voir avec la police.


    L`histoire commence par la découverte du corps sans vie d`Appolline de Flez-Cluzy. Comment présente-t-on ce type de macabre découverte à des jeunes lecteurs ? Quelles limites vous imposez-vous dans la description de ce genre de scènes ?

    Je ne m`interdis rien, à priori, mais je n`ai pas non plus envie de me lancer dans le genre « gore ».
    En l`occurrence, ce qui arrive à la...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



La vie d'Agatha Christie - auteure de 80 romans et nouvelles vendus à deux milliards d'exemplair...


Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu’il est cocu. Armé d’un fusil, il se rend au motel où sa...


Elevée par les vieilles barbes du Jordan College à Oxford, la jeune Lyra ne pense qu'à faire les qu...


Je me suis levée, les mains tremblantes. J’entendais des chuchotements, des rires dans mon dos. J’ai pris le...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par nathalie_MarketMarcel, Aujourd'hui

    La maison Nucingen de Honoré de Balzac

    La Maison Nucingen permet d’en apprendre plus sur l’origine de la fortune du banquier (si, toutefois, vous comprenez quelque chose aux affaires financières, ce qui n’est pas mon cas) et par contrecoup sur l’ascension de Rastignac qui reste, sinon, assez inexpliquée (que devient-il après le « À nous, Paris ! »). C’est sans doute ce qui est le plus intéressant. La narration est menée par le groupe d’hommes de lettres et de journalistes des Illusions perdues, qui se font le récit de ces bonnes fortunes. Cette scénographie m’a un peu lassée.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par temps-de-livres, Aujourd'hui

    Typos T2 - Poison Noir de Sgardoli Guido

    L’agriculture connaît une crise sans précédent à cause d’un champignon noir. Miraculeusement, une entreprise, AgroGen, trouve une solution miracle. Pour l’équipe de Typos, le lien semble trop évident. Mais depuis leur dernière action, K-Lab veille…

    Le premier tome de la série Typos n’était pas abouti et pourtant, certains détails étaient intéressants. Avec Poison Noir, le collectif d’auteurs va plus loin dans son concept. On rappellera aux lecteurs que Typos est une oeuvre collective italienne de jeunes auteurs. Si la série suit normalement son cours, nous aurons douze tomes créés par douze auteurs. Le concept reste le même : une équipe d’apprentis journalistes (ayant chacun une particularité) dénoncent les agissements du gouvernement.
    Le deuxième tome est une surprise puisque l’enquête menée par les journalistes est ardue. Ils ne devront leur salut qu’à une vieille dame, que tout le monde croît folle. Les relations entre les personnages s’intensifient et certains (comme Gipsy) prennent de l’importance. Sous couvert de polar, c’est une dénonciation des entreprises qui détournent l’usufruit de la science. C’est montrer aussi tout ce qu’on peut trouver sur les réseaux sociaux et leurs dangers. Bien construit, Poison Noir n’a qu’un défaut. Sa fin est rallongée et n’en finit pas… Et pourtant, comme un feuilleton, le livre se finit en question. Le lecteur devra attendre le prochain tome pour qu’on en sache plus.

    Le concept du roman-feuilleton fonctionne très bien. Les personnages se dévoilent sans que ça apporte un ralentissement à la narration. Même s’il est question de technologie, celle-ci est sommairement expliquée pour ne perdre personne. Entre pamphlet et polar futuriste, Typos semble avoir gagné son rythme de croisière.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par 0titi85, Aujourd'hui

    N'embrassez pas qui vous voulez de Sandrine Revel

    J'avais adoré la série Marzi qui raconte l'enfance de Marzena Sowa dans cette Pologne communiste. Ici, on retrouve une part d'Histoire dans le comportement de ces gens qui se devaient de penser comme leurs dirigeants, de respirer et parler communisme sous peine de voir leurs proches arrêtés.
    Nous ouvrons la BD avec une scène anodine en elle-même. Les écoliers sont devant un film de propagande. Un jeune garçon essaie d'embrasser sa voisine, qui surprise crie. On arrête alors la projection et le garçon finit chez le directeur. S'ensuit alors une pression sur lui, mais aussi sur ses camarades pour savoir pourquoi il a perturbé le film.
    J'ai trouvé impressionnant cet esprit de persécution, cette volonté d'amener des enfants à la délation par la torture psychologique. Il est vrai que ceux-ci devaient être endoctrinés très jeunes, éloignés des influences néfastes. Après cette scène, nous retrouvons chaque acteur de celle-ci face à ses remords ou ses convictions profondes, dans l'intimité de son foyer.
    Cette BD nous montre l'importance de l'intégrité de sa pense. Comme le dit Florent Pagny dans sa chanson (pardonnez-moi la comparaison...) "vous n'aurez pas ma liberté de pensée".
    Le dessin sur la quatrième de couverture illustre bien le fond du livre. Nous voyons le petit garçon 4 fois : sur un dessin, il se bouche les oreilles, sur un autres les yeux, sur le troisième la bouche, et sur le quatrième, il se cache le coeur...
    Les illustrations touchent. Tout est rond mais sombre. On ressent énormément la tristesse, la retenue des personnages; de leur vie.
    Un très beau livre.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par zaphod, Aujourd'hui

    Selected Early Poems de Robert Frost

    My father’s brother, he went mad quite young.
    Some thought he had been bitten by a dog,
    Because his violence took on the form
    Of carrying his pillow in his teeth;
    But it’s more likely he was crossed in love,
    Or so the story goes. It was some girl.
    Anyway all he talked about was love.
    > lire la suite

  • Par zaphod, Aujourd'hui

    Selected Early Poems de Robert Frost

    For, dear me, why abandon a belief
    Merely because it ceases to be true.
    Cling to it long enough, and not a doubt
    It will turn true again, for so it goes.
    Most of the change we think we see in life
    Is due to truths being in and out of favour.

  • Par nathalie_MarketMarcel, Aujourd'hui

    La maison Nucingen de Honoré de Balzac

    Cet éléphant de la Finance vendrait des Députés au Ministère, et les Grecs aux Turcs.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio