> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Bernardo Carvalho
    Bernardo Carvalho
    Autour d'un verre avec Bernardo Carvalho .Invité brésilien du Salon du livre 2015, Bernardo..
  • Jean Rouaud
    Jean Rouaud
    Jean Rouaud - Eclats de 14 .À l'occasion du Salon du Livre de Paris 2015, Jean Rouaud vous..
  • Corine Pelluchon
    Corine Pelluchon
    Corine Pelluchon - Les nourritures .Corine Pelluchon vous présente son ouvrage "Les nourritures,..

Recevez un des deux romans à paraître de Linwood Barclay
Gagnez le premier roman d'Alain Gillot et venez le rencontrer
Participez au Prix des Lectrices 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Frédéric  Frédéric Aribit

    Dans Trois langues dans ma bouche, le narrateur redécouvre, presque subitement, la langue de son enfance, c`est-à-dire le basque, une langue qu`il n`a jamais vraiment apprise. Comment expliquer cette redécouverte ? Que provoque-t-elle pour le narrateur ?

    C`est comme une mémoire enfouie qui revient à travers quelques mots en basque que le narrateur entend de la bouche de sa mère, à la manière d`une madeleine de Proust.


    Par accident, on retrouve parfois des pans entiers de mémoire qui surgissent, qui jaillissent à partir de quelques mots entendus au hasard d`une conversation. Les mots font rejaillir des souvenirs, et inversement les souvenirs font rejaillir toute une langue. Au départ ce sont quelques bribes seulement, quelques comptines d`enfance peut-être, et tout à coup c`est un rideau qui tombe et un théâtre de souvenirs qui s`ouvre derrière. Et il redécouvre alors une langue oubliée.

    La langue basque a d`ailleurs ceci de particulier que c`est une langue menacée qui aurait pu disparaître de la surface de la Terre. C`est la métaphore même de la langue de l`enfance, que nous avons tous sue puis parfois oubliée. C`est en cela qu`il ne s`agit pas d`une autobiographie : cela n`aurait pas eu de sens de raconter ma vie...



> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Après leur première collaboration sur American Vampire Legacy, les deux plus grands talents actuels de l’industrie des comics, Scot...


112 pages N&B + couleur...


Le jour de son mariage, Simon aperçoit Héléna sur la grande place de la mairie de Nice. Héléna, la beauté de sa classe quand il était enfant...


Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le fil...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Bigmammy, Aujourd'hui

    La Place de l'étoile de Patrick Modiano

    Je l’avoue tout de go : avant l’annonce du Prix Nobel de littérature attribué à Patrick Modiano, je n’avais lu aucun de ses livres. J’ai donc commencé par le premier, publié à 22 ans en 1968. Dès les premières pages, je me suis demandée dans quel guêpier j’étais tombée : délire hallucinatoire, névrose judaïque, yiddish paranoïa ? Dieu – ou Yahvé – merci, j’avais en mémoire les articles publiés sur l’auteur et sa judéité, son obsession de la période de l’occupation et de la collaboration … parce que sinon, j’aurais refermé le petit bouquin aussitôt.

    Car voici un étalage des plus répugnantes réflexions antisémites que l’on puisse imaginer, dans une accumulation onirique de situations caméléonesques vécues tour à tour par le narrateur, Raphaël Schlemilovitch : juif collabo, juif normalien, juif bucolique, juif tuberculeux, trafiquant de jeunes filles blanches approvisionnant les bordels brésiliens, juif noble empruntant l’identité d’un de ses camarades déjantés, dans un kaléidoscope de temps et de lieux qui défie la compréhension.

    On trouve dans ce roman au style étincelant, acéré, parfois drôle, tous les thèmes qui perdureront (dixit l’exégèse du Maître) dans l’œuvre de l’écrivain : la quête de l’identité, l’amour-haine du père, la honte, la fascination des écrivains juifs ou antisémites et les figures réelles ou fictives, travesties de noms fantaisistes, de collaborateurs notoires, devenues obsessionnelles : Maurice Sachs et Otto Abetz, Lévy-Vendôme et le docteur Louis-Ferdinand Bardamu, Brasillach et Drieu la Rochelle, Marcel Proust et les tueurs de la Gestapo française Bonny et Lafont, le capitaine Dreyfus et les amiraux pétainistes, Freud, Rebecca, Hitler, Eva Braun.

    C’est de la ciselure, du grand art, certes, mais pas assez pour me donner l’envie de décliner les autres livres de l’auteur, même s’il vient d’être couronné de l’honneur suprême. En revanche, j’ai apprécié l’explication du titre en remarquant qu’il n’est pas de majuscule à "étoile" : elle figure en exergue : « Au mois de juin 1942, un officier allemand s’avance vers un jeune homme et lui dit : « Pardon, Monsieur, où se trouve la place de l’Etoile ? » Le jeune homme désigne le côté gauche de sa poitrine. (Histoire juive). »
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Chro, Aujourd'hui

    La favorite de Matthias Lehmann

    La beauté des images de Lehmann est bien de s’en tenir toujours au cauchemar, (...) sans s’égarer dans les dévoilements faciles d’une sauvagerie qui ne serait que du voyeurisme.

    • Livres 3.00/5
    Par zabeth55, Aujourd'hui

    La confrérie des moines volants de Metin Arditi

    De Metin Arditi, j’avais adoré Le turquetto, un peu moins La fille des louganis.
    Ici le sujet me passionnait peu au départ, mais l’auteur a su faire de cette histoire vraie de moines russes un roman très intéressant.
    La première partie se passe en 1937. Des moines vagabonds, échappant au régime bolchevique, errent dans la forêt, se retrouvent et forment une confrérie.
    La deuxième partie se passe en 2000, où leurs actions vont être mises à jour et des secrets de famille seront révélés.
    A l’histoire des bouleversements de la politique soviétique, se mêle l’histoire de Mathias, photographe de renom, mêlé malgré lui à un passé familial dont il ignorait tout.
    C’est bien trouvé, c’est bien raconté, c’est bien écrit.
    Au palmarès de mes peu nombreuses lectures de Metin Arditi, celui-ci se retrouve en deuxième place.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Amortentia, Aujourd'hui

    La Perle de John Steinbeck

    ....Un scorpion descendait lentement le long de la corde fixée au plafond. Sa queue piquante se tendait, rigide derrière lui, prête à se dresser en un éclair
    . La respiration de Kino devint oppressée et il ouvrit la bouche pour couper le léger sifflement que son souffle faisait dans ses narines. Et soudain l'alerte quitta ses yeux, son corps se détendit : un nouveau chant du mal avait pris possession de sa tête, le chant du Mal, la musique de l'ennemi, de tout adversaire de la famille; c’était une mélodie sauvage, secrète et dangereuse, et, l'accompagnant en sourdine, la Chanson de la Famille pleurait plaintivement.
    > lire la suite

  • Par moravia, Aujourd'hui

    Maréchal, nous voilà... : 1940-1944 - Souvenirs d'enfances sous l'Occupation de Maria Carrier

    Mon père a été mobilisé le 10 septembre 1939. Ce jour-là, ma mère a arrêté d'effeuiller l'éphéméride, qui n'a repris sa course qu'au retour de captivité de mon père, le 25 juin 1943.
    Mon père est parti en nous disant : "Je pars le temps de tirer les oreilles à Hitler et je serai là pour Noël."
    > lire la suite

  • Par LeManegeDePsylook, Aujourd'hui

    Killing Time de Kid Toussaint

    "Je crois que j'ai un ticket avec cette infirmière. A chaque fois que je la vois, elle me demande de me désaper et veut un échantillon d'urine.
    -J'ai le même genre de relation avec le proctologue. Si je sors d'ici, je l'épouse.

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio