> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Sébastien Roffat
    Sébastien Roffat
    ESTHÉTIQUE ET RÉCEPTION DU DESSIN ANIMÉ FRANÇAIS SOUS L'OCCUPATION (1940-1944) - Sébastien..
  • Pascal Hachet
    Pascal Hachet
    RAHAN CHEZ LE PSYCHANALISTE - Pascal Hachet..
  • Claire Mestre
    Claire Mestre
    MALADIES ET VIOLENCES ORDINAIRES DANS UN HÔPITAL MALGACHE - Claire Mestre..

Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent
Rendez-vous à Angoulême !
Quand nos membres rencontrent Chimamanda Ngozi Adichie

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Amélie  Amélie Lucas-Gary

    A l`image du Minotaure dans son labyrinthe, ou du gardien d`hôtel du Shining de Stephen King, le gardien de votre livre est intimement lié à sa Grotte. Existerait-il sans elle ? Où s`arrête le gardien, et où commence la grotte ?

    J`aime bien penser leur relation en terme de volume. Ils sont tous les deux à la fois forme et contre-forme : le gardien invente la grotte et en même temps son récit vient épouser les parois de la cavité. L`un commence exactement où l`autre s`arrête.


    Chapitre après chapitre, la Grotte est tour à tour un refuge, une matrice, un boudoir, un musée, une tombe, un piège, un temple, un portail, un inconscient refoulé etc. Aviez-vous une volonté d`épuisement systématique des significations, à la manière d`un Georges Pérec ou d`un Italo Calvino ?

    J`avais davantage à l`esprit un débordement : occuper tout l`espace et même plus. L`aspect parodique de Grotte tient à cette outrance : il se passe beaucoup trop de choses, et en même temps, c`est assez creux, les mots résonnent. Ce paradoxe me réjouit.
    Je n`entretiens pas de rapport particulier avec l`écriture de Georges Pérec.




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Taniguchi met ici en scène la rencontre entre deux adolescents dans le Japon de l'entre-deux guerres (1925-1932). T...


"Lorsqu'un Don Juan se retrouve prisonnier sur une île remplie de femmes... Céleste Bompard est un « Coq en l'air », un as de la...


La Colline, Alexandria Quelque temps après la Guerre totale. Une autre vie commence pour les surviva...


Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’ava...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Deanerys, Aujourd'hui

    Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l'Anneau de J.R.R. Tolkien

    Après avoir entendu dans mon entourage et ailleurs que les livres étaient difficiles de part des descriptions trop importantes et des longueurs qui gâchaient la lecture, je n’ai jamais voulu m’y mettre. Evidemment j’ai vu et revus les films que j’adore. Puis finalement, j’ai décidé de me lancer et … j’ai a-do-ré !!!
    Ce n’est pas pour rien qu’on dit de Tolkien qu’il est le père de la fantasy, je partage bien cet avis ! Lorsqu’on pense qu’il a écrit ce livre il y a plus de 50 ans, on se dit qu’il était vraiment avant-gardiste dans l’histoire qu’il propose, ce monde complexe et ces personnages variés. Il avait une imagination folle et a réussi à nous faire accepter des créatures ou situations toute droit sortie de son imaginaire.

    Alors peut-être le fait que je connaisse les films par cœur m’a aidé à mieux appréhender l’histoire … Quoi qu’il en soit, les longueurs ne m’ont pas dérangé plus que ça. Tolkien aime décrire chaque lieu que traversent les personnages tout en donnant multitudes de détails pour nous plonger toujours plus profondément dans son monde. Je comprends que ça puisse en lasser certains, sans compter les chansons que l’on retrouve régulièrement tout au long du récit.
    Mais l’histoire est extrêmement bien construite. On sent que l’auteur maitrise son sujet à fond, qu’il pourrait nous parler pendant des heures des différents peuples de la Terre du Milieu en nous racontant leur histoire passé ou futur. Je trouve d’ailleurs fou qu’il est été jusqu’à créer des langues différentes pour chacun d’entre eux. En tout cas, il sait où il va et on ne peut qu’avoir envie de suivre l’histoire de cet anneau du mal en compagnie de personnages aussi variés qu’attachants.

    Enfin, j’avoue avoir pris plaisir à comparer le livre aux films, savoir quels passages étaient passés à la trappe, mieux comprendre certaines choses, etc. De ce fait, le livre est beaucoup plus riche que le film. Grâce à Tolkien, on a l’impression de suivre avec Frodon, Aragorn, Gandalf et les autres leur voyage, marcher à leur côté, et avoir cette envie de détruire l’anneau pour que le Mal n’envahisse pas cette terre.

    Une très bonne lecture donc, je ne regrette absolument pas de m’être lancé dans ce récit que je vais continuer avec plaisir !
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par majero, Aujourd'hui

    Le prince de la brume de Carlos Ruiz Zafón

    Dans son introduction, l'auteur nous dit qu'il cherche à écrire des livres qu'il aurait aimé lire étant jeune. Et quelle réussite!

    • Livres 5.00/5
    Par Corinne70190, Aujourd'hui

    L'Effet Papillon de Jussi Adler-Olsen

    dès le premier livre de la série j'ai littéralement adhéré aux dialogues savoureux et aux personnages. Une nouvelle fois encore me voilà conquise avec l'effet Papillon. Une toute petite remarque malgré tout ; je me suis demandé à un moment si la cavale de Marco n'allait jamais s'arrêter. Mais celà n'a en rien gâché mon plaisir.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Marti94, Aujourd'hui

    La maison atlantique de Philippe Besson

    Avant même d’aller déposer mes bagages dans ma chambre, j’ai mis un peu de musique ; et je dois reconnaître que la voix de Rufus Wainwright dans les pièces inoccupées depuis des mois a produit un écho sinistre.

  • Par Aline1102, Aujourd'hui

    Cristal noir de Michelle Tourneur

    Son attention allait de lui aux houppes roses ouvertes pour quelques jours sur les branches de l'orme. Féminité passagère. Souffle à saisir. Bref moment avant l'apparition des feuilles.

  • Par Dixie39, Aujourd'hui

    Poèmes de Paul Celan

    D'emblée le monde de la poésie germanophone prend connaissance de l'avènement d'un poète de premier plan, d'emblée aussi, la "Todesfuge", qui occupe à elle seule la deuxième des quatre sections du volume, concentre-t-elle l'attention des lecteurs, même si, comme Wolfgang Emmerich le note avec raison, son succès repose sur une équivoque : là où Celan visait à une représentation critique du génocide dont la régularité rythmique de son poème reflétait la cruauté "mécanique", les lecteurs allemands ne voulurent entendre que la musique "transfiguratrice" d'une "passion" qui leur permettait d'oublier la responsabilité politique du régime hitlérien.
    Présentation - Paul Celan, de John E. Jackson
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio