> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Antonin Artaud
    Antonin Artaud
    C'était le 2 juin 2015, à Paris, Denis Lavant lisait un extrait de LAVA, de Rémi David, paru aux..
  • Karine Papillaud
    Karine Papillaud
    #RentréeLittéraire : Explorateurs 2015 voici venu le temps des chroniques | lecteurs.com..
  • Jean-Benoît Nadeau
    Jean-Benoît Nadeau
    (Version originale anglaise) Mai 2015 ? 35 min. Welcome to Between the Pages, the program where..

Gagnez le dernier roman de Paul Colize et venez le rencontrer
Participez au challenge éditeurs de la rentrée
Prix du roman Fnac : la sélection finale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Astrid  Astrid Manfredi


    Votre roman se déroule dans un cadre très sombre, celui d’une banlieue sauvage et désespérée. Quelle expérience avez-vous de la banlieue ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour donner vie à ce décor ?


    En premier lieu, je suis animée par une insatiable curiosité pour les êtres humains, sans discrimination et quels que soient leurs horizons. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse notamment, de fréquenter divers milieux, dont celui de la banlieue. La cocotte-minute frémissait déjà et on sentait que le vent allait tourner. Un vent aussi rouge qu’impitoyable, issu d’un fort sentiment d’abandon et de rejet. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée. Après, c’est une histoire de littérature et de liberté, celle du romancier, qui par le travail de l’écriture peut s’approprier n’importe quel milieu s’il sait l’écouter et l’observer un peu.



    Vos personnages sont brisés et semblent enfermés dans un quotidien auquel ils ne voient pas d’issue possible. C’est le manque d’espoir qui précipite la chute ?


    Oui. Pour eux, l’espoir c’est vouloir. Vouloir quelque chose puisque l’avenir n’est pas un mot qui fait partie de leur vocabulaire. La petite barbare et sa bande de jeunes animaux féroces ne veulent rien d’autre qu’accumuler des biens, ces biens vides et rutilants qu’exposent les vitrines des magasins. Ils...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Grandis un peu, Titeuf ! La vie de Titeuf est bien bousculée ! Lui qui avait jusqu’ici l’habitude de se p...


La chance tourne. Ce qui devait être un coup sans risque, garanti sur facture, se transforme en descente aux enf...


Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Javi, dit le maigrichon, est un adolescent de 16 ans qui, à l'insu de sa famille, a quitté l'école pour devenir une sorte de m...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par zaphod, Aujourd'hui

    Schubert de Peter Härtling

    Bien que les livres tiennent une place importante dans ma vie, ça fait un bout de temps que je me suis rendu compte qu'il valait mieux que je n'essaie pas d'en parler sérieusement.
    Mais ce n'est pas grave. Je trouve des subterfuges.
    Je raconte des histoires, je raconte ma vie. De toute manière, tout parle toujours un peu des livres finalement, puisque tout est lié et qu'ils sont bien présents. J'en parle sans en parler.

    Mais il y a une chose dont j'étais absolument sûr, c'est que je serais incapable, et que je n'essaierais jamais de parler de musique.
    Et voilà que je me suis lancé dans un blog sur la musique (ce qui explique en partie mes infidélités temporaires à la littérature).
    Bah, j'ai appris à ne pas me faire confiance, à ne pas croire en mes propres promesses.

    Aussi, ce que j'avais décidé il y a longtemps, c'est de ne plus lire de biographies de musiciens ou de compositeurs.
    Cela n'apporte pas grand chose. Ce que j'aime, c'est la musique.

    Mais me connaissant, j'étais à peine étonné lorsque j'ai craqué pour ce petit livre sur Schubert. Ce qui m'a tenté, c'est le sous-titre: "Douze moments musicaux et un roman".
    Je me suis dit que ça ne devait pas être une biographie conventionnelle, et j'avais raison.

    J'ai l'impression qu'on sait relativement peu de choses sur Schubert, parce qu'il n'a commencé à être vraiment connu qu'après sa mort.
    Pourtant, Schubert est un musicien très touchant, et parmi tous ceux que j'admire, c'est le seul que j'aurais aimé vraiment connaître.

    Je crois que l'auteur partage ce sentiment, et faute de mieux, il utilise la littérature pour "recréer" Schubert tel que son imagination l'a peu à peu construit à l'écoute de sa musique.

    Cette approche me plaît énormément, et je la préfère nettement à une approche plus froide, scientifique, basée sur la recherche des faits historiques. Härtling prend le risque de laisser parler son émotion, et réussit un portrait très vraisemblable de Schubert. C'est un musicien qui met beaucoup de lui-même dans sa musique et je pense que l'auteur s'en approche au plus près.

    Bien sûr, j'ai alterné les moments de lecture et d'écoute des oeuvres de Schubert, je crois que c'est la bonne manière de lire ce livre.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par trust_me, Aujourd'hui

    Désirs d'évasions de Collectif

    Avouez que le titre est parfait pour un jour de rentrée, non ? Avec ce recueil de nouvelles coquines destination le Maroc, le Brésil, la Russie, les États-Unis, le Japon et l’Écosse. La diversité n’est pas que géographique, les situations sont elles aussi très variées.

    La première nouvelle permet de commencer le voyage en douceur avec une aventure plutôt sage se terminant dans un hôtel de Fes (un nom de ville parfaite pour mettre en scène une rencontre « épicée » !). On enchaîne dans un registre beaucoup plus délirant et sarcastique avec une histoire de vengeance pas piquée des hannetons (où l’on découvre par ailleurs qu’une amante brésilienne peut avoir la rancune tenace). La nouvelle moscovite est celle qui a le plus titillé mon imagination, je l’avoue (un cinq à sept improvisé avec une russe sculpturale assise à coté de moi dans un terminal d’aéroport, ça ne m’arrivera évidemment jamais mais j’ai le droit rêver après tout), alors que la mésaventure d’un routard traversant les USA d’Est en Ouest m’a laissé de marbre. Le séjour express et mouvementé d’une jeune française dans le cadre d’un jeu de téléréalité au Japon m’a paru trop tarabiscoté et peu crédible, même si les scènes « d’action » méritent le coup d’œil. Quant à la dernière se déroulant dans un château hanté écossais, c’est clairement la plus construite, la plus romanesque, la plus drôle et la plus jolie plume, ma préférée quoi !

    Six nouvelles à prendre pour ce qu’elles sont, des histoires coquines et divertissantes, ni plus ni moins. Et c’était ce qu’il me fallait à la veille de la rentrée.

    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par ElFrances, Aujourd'hui

    Le crime du comte Neville de Amélie Nothomb

    Ce roman ne fait aucune allusion au Japon, n'est pas une autobiographie, mais n'ayez crainte le style Nothomb est la!
    L'histoire commence après qu'une voyante annonce à un père de famille aristocrate désargenté qu'il tuera lors de sa prochaine Garden party un invité. Ce huit-clos nous fait partager les doutes et les valeurs (le paraitre) de cette famille pour le moins atypique et atypique.
    Une tragédie grecque pour le moins loufoque, qui se lit très facilement.
    NB.: L'auteur nous fait tout de même un petit clin d'œil en soulignant que sa famille est elle aussi aristocrate "... les Nothomb vendaient le Pont d’Oye ..."
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par jovidalens, Aujourd'hui

    Tourner la page de Audur Jónsdóttir

    Trop tard.
    Pardon.
    Elle a envie de dire pardon.
    Mais alors, les mots sont si nombreux qu'ils s'enroulent les uns autour des autres, muets et vides. Elle dit : Pardon.
    Maman répond : Cesse donc ces manières ampoulées d'écrivain.
    Et de ça, elle est reconnaissante envers sa mère pour l'éternité.

    Merci.

    Dit-elle, bien plus tard.

    > lire la suite

  • Par Moovanse, Aujourd'hui

    Cheval fou (d'amour et de colère) de Jean-Michel Sananes

    Quand on me revêtira
    de cette robe à la taille de la nuit
    à la mesure de mes silences

    Mes enfants, ma femme

    Quand j’aurai eu mon comptant
    d’oxygène et d’heures

    Mes amours, mon amour

    Quand après avoir été présent
    il me faudra crier absent

    Ma femme, mes amours, mes enfants
    ne gardez que nos bonheurs
    vous n’êtes pas de mes regrets

    Quand j’aurai été

    Quand cette robe
    à la taille de la nuit
    à la mesure de mes silences
    sera ma dernière maison

    Je reviendrai
    dans des cris de mémoire

    Vous serez mon sourire d’éternité
    comme les yeux verts d’une chatte
    comme griffe de satin
    comme un frisson du vent
    qui agite des ombres

    Mes enfants, mes amours
    je reviendrai

    Comme un frisson dans le vent
    repeindre mes regrets
    effleurer les myosotis.


    (La Robe Étoilée p109) *
    > lire la suite

  • Par Tatooa, Aujourd'hui

    Le Paris des merveilles, tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer de Pierre Pevel

    Cet univers (Ndr : L'Outremonde, le monde des fées) voisine avec le nôtre. Jadis, ils étaient si proches qu'ils se frôlaient parfois. Alors naissaient des passages fugitifs, des chemins de traverse déguisés, des ponts incertains jetés sur l'abîme qui, d'ordinaire infranchissable, sépare les mondes. Tel promeneur pouvait ainsi rencontrer, au détour d'un sentier perdu, une reine attristée caressant un grand cerf blanc dont une flèche perçait le flanc; tel berger explorait une ravine et découvrait au-delà une vallée que la vengeance d'un sorcier condamnait à un hiver éternel; tel chevalier solitaire passait, en quête de gloire, le rideau étincelant d'une cascade vers des régions inconnues où l'attendait l'aventure. Combien firent semblables expériences? Combien de poètes et de ménestrels contèrent ces voyages? Assez pour être entendus, sans doute. Trop peu pour être crus. A l'époque déjà, les esprits sages niaient l'existence de l'OutreMonde et de ses prodiges. Et les mêmes, aujourd'hui, continuent doctement à vouloir peindre nos rêves en gris...
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio