> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Annie Barrows
    Annie Barrows
    Annie Barrows vous présente son dernier roman ! Ce n'était pas le projet estival dont Layla..
  • Michèle Declerck
    Michèle Declerck
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47233 MÉMOIRES D'UN..
  • Alain Snyers
    Alain Snyers
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47326 LE RÉCIT D'UNE..

Les écrivains et Twitter
Découvrez notre dossier sur Jean Teulé
Gagnez la Babelio Box de l'été

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Milena  Milena Busquets


    Blanca, l’héroïne de votre roman, vient tout juste de perdre sa mère. Au début de l’ouvrage, cette dernière est décrite par sa fille comme une personne amère et égoïste, mais son portrait s’adoucit à mesure que le récit avance. Pensez-vous que le deuil implique une phase de rejet du défunt ?


    Je ne crois pas du tout que la mère soit décrite comme une personne amère, comme quelqu’un de compliqué peut-être, comme quelqu’un qui soufre (on devient tous un peu méchants quand on souffre), mais pas amère. Et non, dans mon cas, il ni a pas eu « une phase de rejet ».


    Les femmes apparaissent comme les actrices principales de ce roman, notamment Blanca, sa mère et ses amies. Souhaitiez-vous faire passer un message particulier à ce sujet ?


    Non. Je crois que c’est un roman avec plein d’hommes, et que les hommes sont des personnages importants, à travers d’eux Blanca cherche à se sauver, à retourner à la vie.


    Le père de la narratrice n’est d’ailleurs que très peu évoqué dans l’ouvrage. Pensez-vous que les relations mères-filles soient les plus fortes et les plus compliquées ?


    Pas plus fortes, plus compliquées peut-être. J’ai choisi de parler de la relation mère-fille dans ce roman, peut-être dans le prochain je parlerais de la relation père-fille,...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deu...


Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaite*. Vous y découvrirez no...


Agathe n'a qu'un but quand elle arrive dans ce petit village normand : retrouver son père. Mais, dans ce coin reculé du bord ...


Lou pensait en avoir fini avec ses fantômes. Elle s'est jetée à corps perdu dans sa vie de jeune fem...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par JoyeuxDrille, Aujourd'hui

    A poil en civil de Jerry Stahl

    Complètement déjanté ! Un humour pas toujours très fin, mais on se bidonne d'un bout à l'autre tant les personnages et les situation sont improbables...

    • Livres 4.00/5
    Par boudicca, Aujourd'hui

    Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin de Julie Proust Tanguy

    Difficile lorsqu'on parle de sorcières de se départir aujourd'hui de l'image de la vieille femme au chapeau pointu s'envolant en ricanant sur son balai ou touillant l'intérieur d'un chaudron dans lequel baignent des ingrédients peu ragoutants. La sorcière peut cela dit aussi prendre l'apparence d'une belle séductrice dotée de dangereux pouvoirs menaçant l'intégrité ou la virilité des hommes à l'image de l'antique Médée ou de la Morgane des légendes arthuriennes. Elle peut aussi se faire effrayante, comme la Carrie de Stephen King, érudite comme l'Hermione Granger de J.K. Rowling, ou encore bienveillante et espiègle à l'instar de la Samantha de « Ma sorcière bien-aimée ». Une figure complexe et en perpétuelle mutation sur laquelle s'est penchée Julie Proust Tanguy dans son dernier ouvrage intitulé « Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin ». Parue chez Les Moutons Électriques, cette étude captivante permet d'aborder toutes les facettes de ce personnage controversé et de suivre son évolution de l'Antiquité à nos jours. L'auteur nous livre ici le résultat d'un abondant et minutieux travail de documentation qui va bien au delà de l'aspect purement historique puisqu'il est également question d'étudier l'évolution de la figure de la sorcière dans la littérature, la musique ou encore le cinéma. Nul doute que vous ressortirez vous aussi de cette lecture avec une quantité de références de films, séries, livres ou encore groupes de musique à découvrir.

    Si les nombreuses références qui le parsèment rendent l'ouvrage particulièrement ludique, son principal atout reste la qualité de l'analyse de Julie Proust Tanguy qui nous plonge ici au cœur des mentalités des sociétés antiques, médiévales, modernes et contemporaines. On découvre par exemple que la sorcière a toujours possédée une image assez ambiguë, et ce dès l'Antiquité où elle apparaît tour à tour comme un être bénéfique de part son statut de guérisseuse, ou au contraire malveillant car usant de ses redoutables pouvoirs pour de mauvaises raisons. Il faudra toutefois attendre le Moyen Age pour que la sorcière perde tout aspect positif et que l'on voit apparaître, sous l'égide de l'Inquisition, les principaux stéréotypes qui la caractériseront pour les siècles à venir. Elle est désormais la fiancée du diable, être maléfique et perverti, cause des malheurs vécus par la communauté pour qui elle ne tarde pas à devenir le bouc-émissaire idéal (l'épisode des procès de Salem en est le parfait exemple). Les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles seront toutefois encore moins cléments et on voit alors fleurir un peu partout des bûchers censés débarrasser la société de la nuisance que représentent ces femmes trop puissantes et trop libres. Les persécutions finissent toutefois par cesser au XIXe siècle qui marque la véritable libération de la figure de la sorcière qui connaît depuis lors une formidable résurgence, que ce soit dans la littérature (merci Terry Pratchett), au cinéma, à la télévision ou dans les histoires destinées aux enfants.

    Julie Proust Tanguy signe avec cet ouvrage une étude passionnante et remarquablement documentée consacrée à un personne phare de notre imaginaire, toute période confondue. Une lecture d'autant plus intéressante et instructive que l'auteur détaille l'évolution du personnage sous des angles extrêmement variés tout en abordant abondamment la question de l'image de la féminité au fil des siècles. Une très bonne découverte que je recommande chaudement.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par EosMayonnaise, Aujourd'hui

    La Dernière Lettre de son amant de Jojo Moyes

    Jojo Moyes... j'ai tellement vu passer son nom en même temps que des commentaires enflammés, donc quand j'ai vu ce livre neuf, imprimé il y a moins de trois mois, trôner au milieu des livres d'occaz', je n'ai pas beaucoup réfléchi, j'ai immédiatement sauté dessus.
    Le paradoxe qui vit en moi et qui fait que je suis peut-être la créature la plus niaisement fleur bleue de la région avait quand même un peu peur qu'avec un titre pareil, on se retrouve dans une banale histoire à l'eau de rose.
    Mais chassez-moi donc ces idées-là, si loin de la réalité de la chose!

    C'est avec un plaisir certain que l'on suit l'histoire de Jennifer, cette femme au foyer bien comme il faut, donc une histoire de couple conventionnelle et qui ne sied guère à son âme d'aventurière. Cette partie est magnifiquement contée, la société des années 60, la bourgeoisie de cette époque, les idées étriquées au-delà desquelles on ne pouvait même pas imaginer penser. Un vrai bonheur, c'est très bien dépeint.
    J'ai mis un peu plus de temps à m'attacher à Ellie et notre monde actuel, sa relation sans avenir avec un homme marié, aussi sublime soit-il...
    Mais ça vient, on s'attache, on veut savoir. Le récit est magnifiquement découpé, les flash-black s'arrêtent toujours au bon moment, on est tenu en haleine du début à la fin, tout s'imbrique parfaitement, et les 550 pages se laissent manger sans faim.

    Un pur bonheur ! Jojo Moyes, je resigne dès que j'en retrouve un !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par rkhettaoui, Aujourd'hui

    Révélée de Renee Knight

    Il vaut mieux écrire que parler. Elle se méfie de ce qu’elle pourrait dire au téléphone. Il ne la croirait pas de toute façon – mieux vaut rédiger quelques mots et les lui faire parvenir.

  • Par genou, Aujourd'hui

    Ariane jeune fille russe - LNGLD de Claude Anet

    Ils continuèrent longtemps à se déchirer l’un l’autre, souriants, impassibles, cherchant chacun la place faible de l’adversaire pour y enfoncer un trait acéré.
    Constantin conclut en ces termes :
    – Nous sommes tout près l’un de l’autre. Mais entre nous, il y a un abîme que rien ne peut combler. J’y renonce… Allons-nous-en. (p98)
    > lire la suite

  • Par Alzie, Aujourd'hui

    Poussin de Alain Mérot

    Dans ses oeuvres les plus abouties, le coloris n'est pas un ornement inutile ; il n'est pas non plus exalté pour lui-même, comme le fait Rubens dans les tons de chairs ou Vélasquez avec ses gammes argentées. Il est choisi et déployé en fonction du sujet traité ; il a donc une valeur essentiellement expressive - comme les sonorités des mots. D'où les tonalités lugubres de la Crucifixion de Hartford, aigres et pénibles de La Déposition de Dublin, ou celles, claires et joyeuses, d'Eliézer et Rébecca ou des Aveugles de Jéricho. Il y a parfois chez Poussin une véritable symbolique des couleurs. Les vêtements de ses personnages nous renseignent sur leurs caractères et leurs motivations. [...] Aux yeux de Roger de Piles comme, plus tard, d'Eugène Delacroix, ce souci d'intelligibilité nuit à l'harmonie colorée du tableau, à la douce union des couleurs entre elles. Poussin prend ses distances avec l'unité tonale des Vénitiens, refuse le clair-obscur des Flamands et les modulations dans une même gamme qui nous fascinent chez Rembrandt.
    Théorie et pratique de la peinture, p. 204.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio