> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos


Le 24 avril, recevez un livre en l'échange d'une critique !
Gagnez peut-être une Babelio Box !
Challenge : La Première Guerre mondiale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Camille  Camille Emmanuelle

    Comment s`est opérée la sélection des lieux conseillés dans le livre ? Quels types de lieux avez-vous voulu mettre en avant ?

    J`ai sélectionné une soixantaine de lieux ou d`expériences. J`ai privilégié la diversité des lieux (cela va de la créatrice de lingerie, à la boutique de sex toys, jusqu`au club BDSM). L`idée était de montrer comment Paris peut être une capitale érotique, si on s`amuse à la voir ainsi. Proust a écrit « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » Dans ce livre, j`ai tenté d`apporter un regard érotique et léger sur la capitale.



    Y a-t-il au contraire des lieux que vous avez voulu garder pour vous ? Des adresses que vous avez voulu écarter ?

    Il y a, à Paris, beaucoup de clubs libertins, mais je ne voulais pas faire un « guide libertin », donc je n`en ai sélectionné que six. Par ailleurs, il y a des lieux gays, où en tant que femme, je n`étais la bienvenue. Mais j`ai trouvé une solution : j`ai missionné un ami journaliste !



    Qu`est-ce qui vous a le plus surpris à propos du Paris coquin au cours de vos pérégrinations nocturnes ?

    Dans les « guides roses » de l`entre deux-guerres, ou dans les revues...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Picasso est le quatrième et dernier tome de Pablo, la série que Julie Birmant et Clément Oubrerie consacrent au ...


Face à la colère des villageois, et alors qu'Aaricia semble croire que Thorgal est bel et bi...


"C'est ainsi qu'a commencé cette semaine extravagante. Extravagante à l'échelle d'une vie où il ne s'était finalement rie...


Il est L'oracle. Au travers de 5 tomes il voyage en Grèce antique et conte les vengeances de 5 mortels contre les...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Gustave, Aujourd'hui

    Vie et Destin de Vassili Grossman

    Une fois encore, après Tolstoï, Dostoievski, Tourgueniev, Boulgakov, Pasternak, et bien d'autres, les Russes donnent la preuve de leur génie littéraire qui ne semble pas connaître de bornes. Ce n'est pas par hasard que Norman Mailer avait un jour affirmé qu'un romancier russe valait dix mille autres bons écrivains.

    Vie et Destin mérite amplement d'être considéré comme le Guerre et Paix du front de l'Est de la Seconde Guerre mondiale, pour ne pas dire celui du 20ème siècle. Si je n'étais pas limité par le seuil de six livres, je crois que je n'hésiterais pas à emporter ce livre sur mon île déserte.

    On y retrouve certains caractéristiques propres aux grandes fresques historiques russes: la recréation d'un monde dans son ensemble, créant une continuité entre les espaces marqués par la guerre et celles de l'arrière à la paix précaire, des personnages dotés d'une vie pleine et entière (professionnelle, sentimentale, intellectuelle, sociale) et pas seulement traités comme des personnages historiques, le primat donné à des personnalités anonymes au regard de l'Histoire (c'est à dire ceux crées par l'auteur) et non aux grands hommes.

    Vie et Destin, c'est aussi le récit de la prise de conscience de l'identité profonde qui existe entre les totalitarismes staliniens et hitlériens, de la tragédie que portent en elles toutes les utopies, toutes les idéologies les plus généreuses à l'instar du christianisme ou du communisme, à savoir le fait qu'elles finissent toujours par légitimer des entreprises d'oppression des hommes. C'est également la révélation de la perversité propre aux régimes totalitaires, où sauvegarder son intégrité est une épreuve de chaque jour, face aux exigences de délation qu'impose le stalinisme, comme en témoigne la fin du roman, où Strum, inspiré du romancier lui-même, est contraint de signer une lettre de critiques envers un collègue physicien.

    C'est aussi avant tout le tableau intérieur d'un déchirement de l'auteur entre une identité russe, dans laquelle il s'est toujours reconnu, au point qu'il célèbre au détour d'une page "la grandeur du peuple russe en armes, depuis Souvorov" et une identité juive auquel il est renvoyé, d'abord par les nazis, meurtriers de la mère de Sturm comme de Grossman lui-même (la dernière lettre de la mère envoyée à son fils est sans doute un des passages les plus poignants du roman), ensuite par le régime stalinien lui-même au cours de la campagne contre le complot des blouses blanches, commis supposément par les Juifs.

    Cependant, au milieu de ce désespoir, c'est également une profession de foi déchirante en une bonté de la nature humaine, en la liberté, contre laquelle le mal demeure impuissant, comme en témoigne le discours d'Ikonnikov, qui suit la conversation entre Liss, officier de la Gestapo et Mostovskoi, le vieux bolchevik prisonnier d'un camp de concentration nazi.
    Liberté auquel aspirent d'ailleurs les Soviétiques eux-mêmes, qui se battent contre l'envahisseur nazi avec l'espoir que le monde de l'après-guerre sera celui de la libération de la terreur stalinienne, comme en témoignent le major Erchov, qui monte une cellule de résistance à l'intérieur du camp de prisonniers de guerre où il est détenu avec Mostovskoi et Ikonnikov, ainsi que le capitaine Grekov, en première ligne à Stalingrad (le passage de sa confrontation avec le commissaire politique Krymov est à cet égard révélateur).

    C'est pour toutes ces raisons que le roman de Grossman atteint à l'universel, tout en étant profondément ancré dans la Russie soviétique et plus encore dans le fracas de la bataille de Stalingrad, aux odeurs mêlées de fer et de sang.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Shally_, Aujourd'hui

    Calvin et Hobbes, tome 7 : Que fait la police ? de Bill Watterson

    Série surtout intéressante par ses personnages et du fait de l'ambiance ambiguïté toujours préservée quant à la capacité de bouger et de parler d'un certain tigre en peluche... qui elle même donne certains indices sur la condition psychologique du petit garçon. Au delà de ces élément, sans lui reprocher grand chose, je ne trouve pas la série plus extraordinaire que ça.
    Après, c'est uniquement la nécessité de classer mes appréciations qui a entraînée cette note...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Cielvariable, Aujourd'hui

    Revanche de Cat Clarke

    Je suis toujours fascinée par les histoires qui me rappellent Le comte de Monte Cristo, c'est-à-dire les histoires de vengeance tordue avec plan à long terme et faux-semblants. Ce doit être parce qu'il existe en chacun de nous le fantasme de pouvoir rendre à quiconque la monnaie de sa pièce. Quoi qu'il en soit, ce roman jeunesse est bien ficelé et le personnage principal élabore tout doucement un plan pour venger la mort de son meilleur ami, victime d'homophobie et d'intimidation l'ayant poussé au suicide. On participe activement à l'enquête du personnage principal, puis à son "infiltration" à l'intérieur d'un groupe d'amis qu'elle croit responsable de la mort de son meilleur ami. Évidemment, c'est poussé, c'est cruel, la vérité n'est pas toujours celle qu'on croit et le personnage sera souvent déchiré entre son plan de vengeance et la tentation de vivre une nouvelle vie en étant heureuse. J'ai lu très rapidement et avec beaucoup de plaisir ce roman!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Je ne suis pas un poète d'eau douce: Poésies complètes (1945-1994) de Alain Bosquet

    EN SOUVENIR DE NERVAL

    Je suis l'autre et le Même et celui qui invente
    le bel Absent pour à la fois se remplacer
    par l'Inconnu et se confondre dans la peur
    avec le Nul et l'Innommable. Ô jeu pervers !

    n'importe qui se veut Abstrait : si le dégoût
    de notre entendement nous dédouble, celui
    de notre corps sans corps exerce un tel ravage
    dans chaque mot ! De quel affreux Non-être l'Être

    serait-il le refus ? Je suis l'Inachevé
    qui demande une grâce : un homme aux mille chairs
    pourrait-il effacer la mienne, cette insulte

    au gratuit ? Je serais, ne le comprenant pas,
    l'Inverse, avec un peu de sang que coagule
    la mémoire, ô veuvage en mal de quelque Veuf !

    p.440
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Je ne suis pas un poète d'eau douce: Poésies complètes (1945-1994) de Alain Bosquet

    PARIS
    À Nadia Blot

    Si je vous racontais que Paris est un port
    bâti sur les coraux, où viennent s'abreuver
    la girafe de neige et la tortue géante ?
    Si je vous racontais que chaque jour Paris

    s'éveille comme une île au large du Japon
    et glisse doucement sur la peau du Mexique,
    parmi les baobabs et les mimosas bleus ?
    Si je vous racontais que Paris vagabonde

    au moindre vent chez les étoiles qui mendient
    une tranche de pain, et les comètes riches
    qui sèment sur l'espace un peuple de toucans ?

    Si je vous racontais, comme un ami raconte
    dans la brume pesante une histoire de chasse,
    qu'au milieu de mes vers Paris se sent heureux ?

    p.434
    > lire la suite

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Je ne suis pas un poète d'eau douce: Poésies complètes (1945-1994) de Alain Bosquet

    LE RÔLE DU VERBE

    Je pourrais vous ouvrir mon thorax : les angoisses,
    les fatales amours et les beaux sentiments...
    Je pourrais étaler sur vos tables de nuit
    mes intestins tout chauds où se loge, dit-on,

    une sincérité profonde. Je pourrais
    pratiquer devant vous, sans gêne, l'autopsie
    de mon cerveau peuplé d'ineffables cigognes.
    Je pourrais inviter dans mon indifférence,

    ce palais de cristal infesté de vipères,
    ceux d'entre vous qui n'ont pas peur de se dissoudre
    élan après élan dans les miroirs sceptiques.

    Je vous livre plutôt un proverbe discret,
    une syllabe nue, une voyelle en feu,
    à qui vous donnerez un jour un sens précis.

    p.433
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

roman   aventure   littérature   récits   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   témoignage   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   psychologie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   italie   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio