> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Tony Millionaire
    Tony Millionaire
    « Je me nourris d'illustrations classiques. J'adore Ernest Shepard (Winnie l'ourson), Johnny B...
  • Andrea Bruno
    Andrea Bruno
    Tel Caron, le Passeur du Styx, un Arlequin en noir et blanc nous fait traverser un marais brumeux..
  • Steve McCurry
    Steve McCurry
    A short film about the legendary photojournalist, Steve McCurry made to celebrate the publication..

Recevez un livre en échange d'une critique mercredi 27 mai
Découvrez notre nouveau dossier sur George Sand
Participez au défi d'écriture autour du thème

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Kettly  Kettly Mars



    Suite au séisme de 2010 en Haïti, Alexandre ne peut plus être pris en charge par l`institution qui le garde. Son retour au sein de sa famille constitue un immense bouleversement, faisant ressurgir secrets et questions. Avec le recul, ce retour est-il une bonne chose pour les personnages principaux ?



    Il ne fallait surtout pas présenter de certitudes. Le sujet de la maladie mentale dans les familles est extrêmement complexe, quelles que soient les sociétés considérées. Oui, je crois qu`avec le recul le retour d`Alexandre parmi les siens est une bonne chose, mais qui n`est pas arrivée sans douleurs. Ce retour d`Alexandre après 40 ans d`enfermement dans une institution psychiatrique est une sorte d`exorcisme, qui va provoquer la cautérisation d`une blessure secrète longtemps portée par chacun des membres de cette famille.




    Eliane, la matriarche est également la narratrice. Pourquoi avoir choisi de vous exprimer au travers de ce personnage ? Vous ressemble-t-elle ?


    Je dirais qu`il y a plusieurs narrateurs dans ce roman polyphonique, mais Eliane est la voix de l`autorité, de la blessure et de l`amour qui s`élève par-dessus celle des autres. Je ne crois pas que ce personnage me ressemble, sinon peut-être par sa façon d`être directe et de ne pas se leurrer d`illusions. A 86 ans, on ne peut plus se...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Avril 1945. Alors qu'Hanna a pour mission de sauver le IIIe Reich, Werner, un ami proche d'elle 15 ans aupa...


Recueil de sept histoires parues au Japon entre 1968 et 1973, dans lesquelles l'angoisse côtoie l'horreur. Elles mette...


Paris 1910. Alors que la ville est envahie par les eaux de la grande crue de la Seine, un couple d'américains croulant sous les ...


Willa Ayre s'est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des peti...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Belzaran, Aujourd'hui

    Blankets manteau de neige de Craig Thompson

    Une fois lu « Habibi », j’avais bien envie de continuer de découvrir Craig Thomson. Après une incursion (dispensable) en carnet de voyage, je récupérais enfin « Blankets », proclamé chef d’œuvre par de nombreuses critiques. « Blankets » est un ouvrage autobiographique sur la jeunesse de l’auteur. On y trouve un peu de son enfance et beaucoup de son adolescence. Au centre de cet épais bouquin (pas loin de 600 pages quand même…), sa première relation amoureuse. Le tout est publié chez Casterman dans la collection écritures.

    Craig Thomson nous met tout de suite dans un certain misérabilisme. Enfant, il dort avec son petit frère et ils ont froid quand bien même. Quelques anecdotes se succèdent, montrant une éducation à la dure où mieux valait filer droit. Hélas, la plupart des pages traitant de l’enfance n’ont pas vraiment d’intérêt pour la suite. On pourrait bien sûr penser que cela forge le caractère de Craig, mais tout cela est quand même bien décousu. On rentre réellement dans le vif du sujet quand il rencontre son premier amour.

    Les amourettes, quand on est a vécues, c’est très touchant. Mais ici, l’histoire entre Craig et Raina n’a pas beaucoup d’intérêt. Tout cela est très plat et manque cruellement de recul. Et pourtant il y aurait de quoi dire : Raina a pour frère et sœur deux enfants handicapés et adoptés. Il ne reste plus qu’à ajouter des parents en plein divorce pour parfaire le tout. Du coup, les pistes de développement se multiplient (on peut ajouter la religion qui saupoudre le tout en permanence) sans vraiment nous intéresser. Et au fur et à mesure de la lecture, on se fatigue un peu de tout ça. Le personnage de Craig est très passif, peureux et on n’a finalement que peu d’empathie pour lui.

    Au niveau du dessin, j’aime le trait de Craig Thomson. Dessiné au pinceau, il a beaucoup de force. C’est vraiment le point fort du livre. Le noir et blanc permet de bien traiter la neige (le livre n’est-il pas sous-titré « manteau de neige » après tout ?). Malgré tout, il n’y a pas l’incroyable force des planches de « Habibi ». Le sujet s’y prête moins, certes.

    Quelle déception que ce « Blankets ». C’est long, lent, peu passionnant et pas touchant pour un sou. On sent l’intention derrière de traiter de nombreux sujets « graves », mais c’est finalement une amourette banale à laquelle on a droit. Les thèmes annexes, survolés, auraient peut-être mérité plus d’attention et non pas quelques pages rapides entre deux coups de téléphone à sa chérie.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par jhilaire22, Aujourd'hui

    Au cœur de ta vie de Catherine Puech

    Un parcours de la maladie de son fils et du combat engagé raconté avec sincérité et limpidité qui en fait un témoignage fort.

    • Livres 4.00/5
    Par lestribulationsdunelectrice, Aujourd'hui

    Spores ! de Olivier Saraja

    Quand l’auteur m’a proposé de découvrir sa nouvelle, j’ai tout de suite été conquise par la quatrième de couverture et je ne regrette pas du tout de m’être laissé tenter.
    Dès le départ, on se retrouve plongé dans un univers post apocalyptique très sombre et très angoissant. Tout va très vite, les éléments s’enchaînent et le lecteur n’a pas le temps de reprendre son souffle tellement il est happé par l’intrigue. L’auteur arrive plus d’une fois à nous surprendre très agréablement avec des révélations totalement inattendues.
    Les personnages sont peu nombreux et on a bien le temps d’apprendre à les découvrir et de s’y attacher. On avance dans l’histoire en compagnie de Pieter et on a envie de savoir où toutes ses explorations vont le mener.
    L’apparition mystérieuse d’Ana est très agréable. On se pose des questions, on veut avancer et avoir les réponses à ces interrogations.
    Le seul reproche que je peux faire à cette nouvelle, c’est d’être arrivée trop vite à la fin qui m’a d’ailleurs laissée un peu sur ma faim. On est tellement pris par l’histoire qu’on aimerait que cette nouvelle continue et on ne veut pas qu’elle s’arrête comme ça.

    Bref, si vous aimez les univers post apocalyptiques et angoissants ainsi que les histoires courtes, n’hésitez pas à vous laisser tenter par cette nouvelle qui mérite d’être lue.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Marymary, Aujourd'hui

    Le mieux est l'ennemi du chien de Leon Rooke

    Donald n'avait pas tort. Monica, la chienne blanche de Charmaine, se confondait avec le marbre blanc ; elle se faisait marcher dessus et mettre K.O. sans arrêt. Vous déambulez tranquillement en sirotant votre Moët et Chandon et soudain oups ! vous vous étalez.
    Ce que Donald omettait diplomatiquement d'ajouter, c'était, d'une part, qu'il y avait trop de marbre à son goût, quatre mille mètres carrés de marbre, de quoi devenir aveugle dans sa propre maison ; d'autre part que, n'eussent été ses jappements, Monica ressemblerait depuis longtemps à un pancake. "Au moins, dit-il à sa femme, quand elle aboie, on voit sa langue. Le reste du temps, c'est un putain de cauchemar."
    > lire la suite

  • Par pyrouette, Aujourd'hui

    La Famille Middlestein de Jami Attenberg

    Chacun de nous prend des décisions. Bonnes ou mauvaises, on ne peut pas revenir dessus.

  • Par seblac, Aujourd'hui

    Nurburgring 57 de Christophe Merlin

    Si un pilote vous dit qu'il n'a pas peur sur le Nurburgring, il existe deux possibilités : soit il ment, soit il ne va pas assez vite pour comprendre ce qu'est réellement le Nurburgring. (Jacky Stewart)

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio