> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Jessica L. Nelson
    Jessica L. Nelson
    Jessica L. Nelson - Tandis que je me dénude .Jessica L. Nelson vous présente son ouvrage "Tandis..
  • Dominique Conil
    Dominique Conil
    Martin Suter parle de Montecristo .Martin Suter parle de son roman Montecristo, thriller..
  • Jérémy Fel
    Jérémy Fel
    Rentrée littéraire: entretien avec Jeremy Fel .

Gagnez le dernier roman de Paul Colize et venez le rencontrer
Participez au challenge éditeurs de la rentrée
Prix du roman Fnac : la sélection finale

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Moine


    Faits d’hiver raconte le destin de dix hommes et femmes habitant un immeuble, juste avant que ce dernier n’explose à cause d’une fuite de gaz. Veille femme, jeune homme, vous incarnez tous types de profils. De quoi vous êtes-vous inspirée pour imaginer les réactions de chacun ? Certains profils sont-ils plus facile à mettre en scène que d’autres ?


    L`inspiration me vient de mes expériences personnelles, de mes observations et des fruits de mon imagination. Au quotidien, je passe mon temps à me mettre dans la peau des autres, à envisager comment je réagirais à leur place. Dans Faits d`hiver écrit à la première personne, je me suis mise dans la peau d`une vieille femme acariâtre, d`un jeune maquettiste, d`une femme trahie ou d`un garagiste retraité. Il y a un peu de moi dans chacun d`eux mais ils possèdent leur logique propre. L`essentiel est de rester à l`écoute de ces « moi » virtuels.



    Le roman est constitué de dix chapitres, peignant chacun le portrait d’un habitant. Pourquoi avez-vous choisi ce format de nouvelles qui se déroulent dans une temporalité très courte et pas celui d’un unique roman ?


    Les histoires me sont venues les unes après les autres. Un beau jour, j`ai remarqué qu`elles avaient des points communs : une grande ville, l`immeuble… J`ai réuni les destins sous le même toit...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Javi, dit le maigrichon, est un adolescent de 16 ans qui, à l'insu de sa famille, a quitté l'école pour devenir une sorte de m...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Une histoire étrange et envoûtante, sombre comme le destin de son héroïne, mais aux couleurs éclatantes et généreuses. Une histoire réu...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par cilijoya, Aujourd'hui

    La maladroite de Alexandre Seurat

    J'avais déjà entendu parler de ce livre avant sa sortie, mon libraire qui me connaît bien l'avait lu en service presse et m'avait dit, celui-là, retiens le titre, tu vas prendre une gifle.
    Inspiré de l'affaire de la petite Marina Sabatier, torturé par ces parents qui ont su jouer avec les complexité de l'administration et manipuler un grand nombre de personnes avant de commettre un infanticide. Ce roman nous raconte l'histoire de Diana, une petite fille maltraitée par ses parents, qui est morte des sévices qu'elle a subit. L'auteur a choisit de raconter cette histoire sous forme de roman choral. Chacun vient tour à tour s'exprimer, grand-mère, tante, institutrice, gendarme, assistante sociale...tous les témoins de cette descente aux enfers. J'ai vécu cette lecture comme si j'assistais à une exécution, petit à petit, pas à pas, j'ai vu Diana avancer, subir les maltraitances, j'ai vu ses proches, les enseignants, gendarmes, médecins qui ont croisé sa route s'empêtrer dans les méandres de l'administration, dans les méandres de la manipulation orchestrée par ses parents, et qui ont vu doucement cette petite fille sombrer. Diana est au centre de l'histoire et pourtant, elle est la seule à ne pas avoir voix au chapitre, sauf pour dire exactement ce que ses parents attendent d'elle, qu'elle est maladroite, qu'elle se cogne tout le temps, que tout va bien. Diana est maladroite, elle est aussi une absence qui prend beaucoup de place.
    La force d'Alexandre Seurat, c'est de réussir, dans ce mélange de voix, à faire parler tout ceux qui ont vu, qui auraient pu faire quelque chose mais qui ont été coincés, sans les dédouaner de leurs responsabilités, mais sans les juger. On entend leur voix, l'écriture qui s'affranchit de certaines règles de grammaire, de ponctuation laisse complètement monter la mélopée des témoignanges. L'auteur évite tous les écueils, rien de larmoyant ni de putassier ou de péremptoire. Une histoire livrée avec justesse, qui m'a glacée, remuée. L'épilogue est aussi glaçant qu'émouvant, qu'aurait -on fait ? que faisons nous ?
    Un auteur à suivre tant son écriture est juste. Un roman profondément glaçant et tellement marquant dans cette rentrée littéraire. Un premier roman qui est donc un véritable coup de poing, à la hauteur du sujet abordé.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par AliceW, Aujourd'hui

    La gigantesque barbe du mal de Stephen Collins

    Nous sommes ICI, un endroit où règnent l’ordre et la netteté. Tout est parfaitement soigné, millimétré, tous les individus se ressemblent tellement ils sont lisses, le vêtement impeccable, la maison proprette, les haies taillées, les trottoirs soignés. Tout est prévisible dans cette ville où l’on se cale dans confort ouaté du familier qui ne dépasse pas.
    Au-delà d’ICI, il y a la mer. Ici, les côtes ne sont pas convoitées, car la mer indique la fin d’ICI, la porte ou-verte sur l’inconnu et surtout sur LA. Là, on ne sait pas trop ce qui s’y trouve, des légendes circulent, à n’en pas douter, le chaos guette.

    Dave vit ICI. Dave n’a pas un poil sur le caillou, mis à part quelques-uns perdus entre les sourcils, ceux plantés sur sa perruque, et un misérable poil posté sous le nez. La journée, il collecte des données, présente des tableaux. Chez lui, il s’adonne à ses deux passions, le dessin et les Bangles, croquant les passants devant sa fenêtre en écoutant à fond Eternal Flame.

    Un matin, les données que Dave a l’habitude de traiter sont anormales. L’inopportun monte en stress aux joues de notre pauvre Dave qui voit bientôt son poil s’allonger, sa barbe naître et grossir jusqu’à ne plus s’arrêter et prendre des proportions ahurissantes qui imposeront des déviations et bouleverseront l’ordre l’établi.

    Pour sa première BD, Stephen Collins fait très très fort avec cette fable contemporaine qui dénonce la peur de l’autre, le voyeurisme, les médias, la société du spectacle en somme. Le scénario se déploie dans une mise en case qui sort de l’ordinaire, précise et structurée mais aussi complètement fantaisiste avec des jeux d’enchainement et de perspective. Le dessin entièrement crayonné est fabuleux.
    Un ensemble à la fois décalé, poétique et délicat, à mi-chemin entre Roald Dahl et Kafka.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Calimero25, Aujourd'hui

    L'Epée de Vérité, Tome 7 : Les piliers de la création de Terry Goodkind

    Je dois dire que j'ai commencé ma lecture avec beaucoup d'appréhension parce que on ne suit pas Richard dans ce livre.
    J'étais vraiment très tentée de ne pas le lire et de passer directement au 9 mais mon côté maniaque n'aime pas sauté des étapes!
    Bref, une fois passé quelques chapitres, on commence à s'attacher à Jensen même si on a envie de lui mettre des gifles de temps en temps.
    Mais bon ça passe. Ce livre se lit facilement comme les précédents et le fait de nous mettre de nouveaux personnages à se stade de l'histoire apporte un peu de fraîcheur.
    J'ai tout de même bien aimé se livre mais seulement 3 étoiles car je suis frustré de n'avoir vu mon trio préféré que dans les 3 derniers chapitres!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par aouatef79, Aujourd'hui

    Le peuple d'en bas ( Le peuple de l'abîme ) de Jack London

    Pour la première fois de ma vie, la peur de la foule s' empara de moi. C' était
    comme la peur de la mer, et toutes ces misérables multitudes qui défilaient rues
    après rues, me semblaient autant de vagues moutonnant sur quelque océan,
    immense et nauséabond,
    m' enserrant de toutes parts, menaçant de bondir sur moi et de m' ensevelir .
    > lire la suite

  • Par gouelan, Aujourd'hui

    Seul le silence de R.J. Ellory

    Les enfants, aussi perspicaces soient-ils, ont néanmoins un aveuglement sélectif. Ils voient tout, aucun doute là-dessus, mais choisissent d'interpréter ce qu'ils voient en fonction de leur sensibilité.

  • Par PhilOche, Aujourd'hui

    L'erreur de Descartes : La raison des émotions de Antonio R. Damasio

    La théorie des marqueurs somatiques est donc compatible avec l’idée que, pour se comporter efficacement sur le plan personnel et social, les individus doivent se représenter théoriquement de façon adéquate leur propre psychologie et celle des autres. A partir de cette représentation on peut prédire celle que les autres individus se forment de nos propres dispositions mentales. L’exactitude de telles prédictions est, bien sûr, essentielle lorsque nous avons besoin de prendre une importante décision dans le domaine des relations interpersonnelles. Là encore, le nombre de possibilités à envisager est immense, et je pense que des marqueurs somatiques (ou quelque chose y ressemblant) doivent aider à faire le tri des innombrables variantes – ce qui, en pratique, diminue le volume des opérations de tri à effectuer, puisqu’ils fournissent une détection automatique des éléments de scénario probablement les plus pertinents. Tout cela montre clairement que les processus dits cognitifs ont véritablement partie liée avec ceux que l’on appelle généralement « émotionnels ».
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio