> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Maxime Gillio
    Maxime Gillio
    Salon du livre Les Halliennales 2014 - interview de Maxime Gillio, coorganisateur Interview de..
  • Laurent Gounelle
    Laurent Gounelle
    "Le jour où j'ai appris à vivre" par Laurent Gounelle Laurent Gounelle nous parle de son..
  • Laurent Gounelle
    Laurent Gounelle
    4 questions à Laurent Gounelle sur son livre "Le jour où j'ai appris à vivre" Laurent..

Nouvelle compétition autour de l'écologie et de la nature
Découvrez notre entretien avec Alex Alice
Découvrez la lecture commune du mois d'octobre

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Annie  Annie Pietri

    Dans cette histoire criminelle qui touche de près Louis XIV, le Roi demande à Louis Alexandre Bontemps de mener une enquête "moderne". Qu`est-ce que cela signifie en cette fin de 17ème siècle ? Comment se résolvaient les enquêtes à la cour du Roi ?

    Je ne suis pas une grande spécialiste du droit au 17è siècle, mais en résumé, à cette époque lorsqu`on était accusé d`un délit quelconque, on devait prouver son innocence. Aujourd`hui, le tribunal doit apporter la preuve de la culpabilité du suspect. C`est en demandant au héros du roman de fonctionner de cette manière que Louis XIV veut expérimenter ce qu`il appelle une enquête « moderne ». Bien sûr, cela relève de la fiction. Dans mon scénario, il fallait que je trouve un moyen pour justifier le fait que le roi ne confie pas l`enquête au chef de sa police, mais au héros qui n`a rien à voir avec la police.


    L`histoire commence par la découverte du corps sans vie d`Appolline de Flez-Cluzy. Comment présente-t-on ce type de macabre découverte à des jeunes lecteurs ? Quelles limites vous imposez-vous dans la description de ce genre de scènes ?

    Je ne m`interdis rien, à priori, mais je n`ai pas non plus envie de me lancer dans le genre « gore ».
    En l`occurrence, ce qui arrive à la...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



La vie d'Agatha Christie - auteure de 80 romans et nouvelles vendus à deux milliards d'exemplair...


Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu’il est cocu. Armé d’un fusil, il se rend au motel où sa...


Elevée par les vieilles barbes du Jordan College à Oxford, la jeune Lyra ne pense qu'à faire les qu...


Je me suis levée, les mains tremblantes. J’entendais des chuchotements, des rires dans mon dos. J’ai pris le...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par silencieuse1, Aujourd'hui

    Aucun souvenir de Césarée de Marie-Ange Guillaume

    Très beau roman intimiste qui ne peut laisser indifférent quand on a soi-même vécu le deuil. Bien écrit, mêlant tristesse et humour, cette histoire touche au coeur et laisse derrière elle le souvenir des jours heureux. Même si tous les souvenirs ne sont pas heureux ...

    • Livres 5.00/5
    Par BlackHaru, Aujourd'hui

    Les Révélations de Riyria, Intégrale 1 : Les voleurs d'épées de Michael J. Sullivan

    Un duo de voleurs sévit dans le royaume pour accomplir les missions les plus impossibles qui soient ! Quand on leur demande de dérober une épée, ils acceptent volontiers, mais se font attraper et pire, accuser du meurtre du roi ! Aidés par la princesse, ils s'enfuient avec un otage... le prince bientot couronné...

    Une superbe intrigue ! Dès le départ, on est plongé dans une "mission impossible". Puis, on suit ces protagonistes dans les tumultes de leur aventure, de plus en plus périlleuse. Humour, Cynisme, Aventure, Rebondissements en tout genre : voici les clefs du succès ! Et je valide ce livre sans aucun défaut ! On plonge dans un monde de conquête entre magouilles ecclésiastiques et domination humaine, soumission elfique et révolte des nains et gobelins ! MIAM
    > lire la suite

    • Livres 2.00/5
    Par Dionysos89, Aujourd'hui

    Ghostopolis de Douglas TenNapel

    Ghostopolis, la « ville des morts », nous allons la visiter en compagnie d’un jeune humain qui ne devrait pas y être. Doug TenNapel propose un récit loufoque et macabre, publié chez Milady.

    Nous débutons avec l’alternance intéressante entre Garth Hale, un enfant atteint d’une longue maladie, et l’agent Frank Gallows, chasseur de fantômes : le second finit par envoyer par accident le premier dans le monde des morts où il renvoie d’habitude tous les fantômes qui ne souhaitent pas y rester. En effet, pour la Force d’Intervention de l’Immigration Surnaturelle, dirigée par le lieutenant Brock, la règle est claire : « pas de fantômes chez les vivants » ! La mythologie de l’au-delà est intéressante avec la rencontre successive de Joe, pilote de Tuskegee, de Vaugner, maître des insectes, du roi des spectres du Sud (il y a un Sud dans l’au-delà ?), de la reine des Faes, du pharaon noir, du duc des gobelins, du roi squelette venu du Nord, du seigneur des zombies et du roi des croque-mitaines, rien que ça ! Le tout est lié par un rassemblement des « Sept royaumes ». Nous pouvons ajouter à tout cela que l’ex-femme fantôme du héros est bizarrement nommée « Claire Voyante » et son conjoint précédent est tout simplement « un cador dans sa partie » (pas davantage de secrets dévoilés) et que, pour finir, comme par hasard, son oncle est loup-garou !
    Bon donc, le scénario est plutôt facile. Mais les gags se révèlent efficaces tandis que les personnages sont attendrissants ; le dessin prend d’ailleurs le même chemin. Nous accompagnons le jeune héros dans sa découverte du monde des morts, à la suite du cheval dénommé « Côtelette » et c’est l’occasion de croiser quelques personnages complètement barrés qui détonnent, ainsi qu’un humour relativement garni dans ces passages. Graphiquement, justement, c’est clairement tourné vers un esprit enfantin ; une question peut quand même poindre à l’horizon : pourquoi faire de temps en temps des cases en noir et blanc ou en jaune et noir au milieu d’une quantité d’autres tout à fait normales ? J’imagine que c’est pour mettre en valeur un aspect, un objet, un personnage ou une situation, mais dans les cas que j’ai repérés, impossible de les justifier autrement que par une envie subite de l’auteur. On regrettera également que l’humour devienne par moment vraiment pipi-caca, c’est ainsi, avis aux amateurs. On remarque enfin, pour pinailler, un art de l’onomatopée mal maîtrisé quand il s’agit, par exemple, de mettre un « bloque » pour illustrer une parade lors d’un combat... Ce n’est pas grand-chose, mais ce sont les détails qui font les avis les plus précis.

    Avec un final qui gâche un peu les bonnes dispositions prises par le début de l’histoire et une fin fondée sur un simple retour à la normale très convenu, Ghostopolis ne se termine pas aussi bien qu’il pouvait nous avoir attirés. Pourtant, pour un jeune public, cela peut se révéler une très bonne lecture sur des sujets comme devenir adulte ou ne pas avoir peur de la mort (deux sujets que je n’aborderais surtout pas moi-même !).

    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par greg320i, Aujourd'hui

    50 ans de rock de Gered Mankowitz

    Joe Cocker.

    Il était très drôle et n'arrêtait pas de faire des grimaces tordantes devant l'objectif. Tout à fait le contraire de la plupart des musiciens de l'époque , qui préféraient un air sombre, maussade et sexy.
    Lui venait juste de quitter son boulot d'installateur gazier dans sa ville natale de Sheffield et il était sur le point de sortir le disque qui le placerait en tête des charts britanniques avec " With a Little Help from My Friends "
    > lire la suite

  • Par greg320i, Aujourd'hui

    50 ans de rock de Gered Mankowitz

    Statut Quo est une légende et j'étais ravi d'avoir l'occasion de travailler avec eux , même s'ils se sont révélés être les musiciens les plus défoncés que j'aie jamais connus dans mon travail ! Chacun avait son roadie personnel qui arrivait en avance , avec un carton rempli de tout ce dont le musicien pouvait avoir besoin , y compris la pharmacie complète du parfait rockeur !
    > lire la suite

  • Par Gwenlan, Aujourd'hui

    Les Outrepasseurs, tome 2 : La Reine des neiges de Cindy Van Wilder

    « Que sont les Outrepasseurs en fin de compte? Des victimes d’une malédiction? Des gens qui ont dompté leur destin et pris leur revanche? Des exploiteurs d’autant plus féroces que personne ne connaître l’existence de leurs victimes? Qui sommes nous? En fin de compte, si on oublie le luxe de nos Maison et le poids de nos traditions, il ne nous reste qu’une double face: celle de l’homme de de la bête. Un être déchiré en deux, incapable de s’adapter dans le monde actuel, où il ne peut jouer qu’à faire semblant, tels les animaux du Roman de Renart, qui singeaient les puissants en se prenant pour des hommes. »
    Fragment d’un journal retrouvé dans les archives du lion House- Auteur Anonyme
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio