> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  •  Aristote
    Aristote
    Chronique littéraire du roman Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin..
  • Simone de Beauvoir
    Simone de Beauvoir
    Livres mentionnés dans la vidéo : - le deuxième sexe (Simone de Beauvoir) - Une chambre à soi..
  • HISA Masato
    HISA Masato
    Toutes les créatures mythologiques et légendaires existent et vivent dans une île : Area 51 ! Les..

Jouez autour du thème des vacances
Découvrez notre dossier sur Edgar Allan Poe
Derniers jours pour participer au défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deu...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par PREFACE, Aujourd'hui

    La Sage-femme de Venise de Roberta Rich

    Un roman passionnant ...Une évasion garantie...J'ai beaucoup aimé le contexte de cette histoire du début 16ème siècle, découverte des religions: Juifs et Chrétiens, de leurs mœurs, description de la ville de Venise à cette époque... J'ai apprécié aussi l'histoire émouvante de cette sage- femme exemplaire. Je pensais vraiment lire une histoire vécue... Et c'est en terminant le livre que j'ai appris que l'histoire était fictive !

    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par sariahlit, Aujourd'hui

    Jamaica Lane de Samantha Young

    La série de Samantha Young est toujours aussi agréable à lire, ce volet ne faisant pas exception même si les personnages se connaissent déjà lorsque l'histoire commence. Le problème de confiance d'Olivia est un sujet qui peut faire écho chez de nombreuses personnes. Et ce petit côté garçon manqué fait d'elle un protagoniste accessible. Cet accord entre elle et Nate....
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par mellemars, Aujourd'hui

    La Trilogie de Wielstadt, tome 1 : Les Ombres de Wielstadt de Pierre Pevel

    "La trilogie de Wielstadt" sont les derniers bouquins qui me restaient à lire de Pevel, à croire que j'avais gardé le meilleur pour la fin. J'ai toujours une tendresse toute particulière pour le cycle du "Paris des Merveilles", mais ce premier tome est particulièrement bien écrit et j'aime tout dedans: le héros, les personnages hauts en couleurs (Chandelle, you rock!), l'époque et l'intrigue policière bien menée, pleine de morts-vivants, de massacres bien dégueu et de rituels classes, avec ce qu'il faut de combats à l'épée et de vieux bibliothécaires ensevelis sous leurs bouquins poussiéreux (un leitmotiv de Pevel, ça.). Il y a quelques passages particulièrement beaux, notamment SPOILER la mort de Thadeus et le conte dans le conte. Bref, je suis contente d'en avoir encore deux sous le coude !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par shamandalie, Aujourd'hui

    Le train du diable de Mark Sumner

    Le grand rongeur croisa ses pattes antérieures velues sur sa poitrine. " Tu sais, fit-il, t'es dans un drôle de pétrin.
    - Je sais ", reconnut Jake. Il baissa les yeux sur sa jambe esquintée, là où le pantalon déchiré s'était décollé pour mettre à nu la blessure sanguinolente de son tibia. "Tu devais faire quelque chose pour ma jambe, t'as dit, non ?
    - J'ai dit que nous allions faire quelque chose, oui ", précisa le chien de prairie. Il secoua sa tête ronde. " Ta jambe s'est déjà gâtée. Va falloir que je l'ampute quasiment tout en haut, j'imagine. Avec les dents." L'animal ouvrit la gueule sur des crocs blancs longs comme la main de Jake.
    " Avec les dents? " Jake regarda autour de lui les ouvertures obscures des tunnels. Il n'était pas en condition pour tenter de s'échapper. Il ne savait même pas précisément par quel tunnel on l'avait amené.
    Le chien de prairie lâcha son rire essoufflé. " Je blague, dit-il.
    - Dieu merci. " Jake se força à sourire. " J'ai besoin de ma jambe.
    - Oh, la jambe, faudra l'amputer, dit le rongeur. C'est pour les dents que je blaguais.
    > lire la suite

  • Par genou, Aujourd'hui

    Contes philosophiques et exotiques, L’orphelin de la Chine - LNGLD de Voltaire

    LES AVEUGLES JUGES DES COULEURS

    DANS les commencements de la fondation des Quinze-Vingts, on sait qu’ils étaient tous égaux, et que leurs petites affaires se décidaient à la pluralité des voix. Ils distinguaient parfaitement au toucher la monnaie de cuivre de celle d’argent ; aucun d’eux ne prit jamais du vin de Brie pour du vin de Bourgogne. Leur odorat était plus fin que celui de leurs voisins qui avaient deux yeux. Ils raisonnèrent parfaitement sur les quatre sens, c’est-à-dire qu’ils en connurent tout ce qu’il est permis d’en savoir ; et ils vécurent paisibles et fortunés autant que des Quinze-Vingts peuvent l’être. Malheureusement un de leurs professeurs prétendit avoir des notions claires sur le sens de la vue ; il se fit écouter, il intrigua, il forma des enthousiastes : en-fin on le reconnut pour le chef de la communauté. Il se mit à juger souverainement des couleurs, et tout fut perdu. (p64)
    > lire la suite

  • Par genou, Aujourd'hui

    Contes philosophiques et exotiques, L’orphelin de la Chine - LNGLD de Voltaire

    JEANNOT ET COLIN

    toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami. (p63)

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio