> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Michel Conversin
    Michel Conversin
    Michel Conversin en interview pour PlaneteBD.com .
  • Minh Tran Huy
    Minh Tran Huy
    Minh Tran Huy - Voyageur Malgré Lui .Minh Tran Huy vous présente son ouvrage "Voyageur Malgré Lui"..
  • Ruedi Baur
    Ruedi Baur
    Conference graphisme / Ruedi Baur / 19.06.2013 Designer, graphiste, Ruedi Baur fonde en 1983..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Notre entretien avec Carine Fontaine, éditrice jeunesse
Les meilleurs livres de la rentrée littéraire 2014

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alice  Alice Scarling

    .

    Sascha est l`héroïne de votre premier roman, Requiem pour Sascha, tome 1 : Lacrimosa. Un peu rebelle et quelque peu blasée, il faut un certain temps au lecteur pour l`apprécier. Comment la définiriez-vous ?

    Sascha est une fille "paumée". Son histoire personnelle compliquée en a fait une personne peu sûre d`elle qui sait que la moindre faille peut représenter un danger mortel ; alors elle se blinde contre le monde extérieur, fait semblant d`être bien plus assurée que ce qu`elle n`est, ce qui n`est sûrement pas la meilleure façon d`aborder les choses. Elle ne veut pas qu`on puisse percer son armure donc elle se cache derrière ses attitudes rebelles et blasées. C`est une "badass" à la fragilité cachée.


    Ce premier tome raconte une histoire de vengeance mais ne se résume pas à cette intrigue. Que cherche Sascha tout au long de ce roman ? Retrouver ses origines ?

    Comme je le disais, Sascha est paumée. Paumée au point d`ignorer même ce qu`elle cherche. Elle pense vouloir venger les bonnes sœurs et souhaiter mener une vie normale mais les deux sont incompatibles et elle est incapable de choisir. C`est ce déchirement profond qui la fait avancer, pas toujours dans la bonne direction.
    Sans le savoir, ce qu`elle cherche, c`est une sorte de...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



A la fin du XIXe siècle, la communauté scientifique pense l'espace fait d'éther, q...


Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias améric...


Une réécriture des contes de fées dans un décor steampunk Il était une fois un couple de fées, le...


Après un dernier briefing, Rick rassemble ses troupes et va au Sanctuaire. Il annonce ...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Fofie64, Aujourd'hui

    Moi je déteste, maman adore ! de Elisabeth Brami

    Nous avons emprunté ce petit livre à la bibliothèque et quelle belle découverte!!
    Je connaissais l'auteur Elisabeth Brami qui écrit aussi pour les ados et j'adore sa façon d'écrire. Les illustrations sont très sympas et drôles avec des petits détails. Cet album reflète ce que les mamans adorent faire et que leurs enfants n'aiment pas!!
    Je me suis retrouvée parfois dans certains commentaires.....

    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Puszi, Aujourd'hui

    Nos étoiles contraires de John Green

    C'est la première fois que je lisais un livre sur le cancer vu du point de vue d'ados et cela m'a beaucoup intéressée.

    Tout au long du livre, Hazel et Gus nous font bien sentir qu'ils aimeraient ne pas être considérés uniquement en fonction de leur maladie mais pour eux-mêmes, avec leurs qualités et leurs défauts, leurs revendications d'ados. Même si le thème est dur, même si la mort est inévitable, il ne s'agit pas d'un livre qui m'a plombé le moral. J'ai parfois rigolé, souri. J'ai surtout été très touchée par leurs souffrances, j'ai compati à leurs douleurs physiques et psychologiques. J'ai bien apprécié également la manière dont l'auteur a traité le comportement des parents, leurs réactions. J'ai trouvé le ton toujours très juste, très respectueux de tous les acteurs qui gravitent autour des ados malades.

    Tous les passages qui ont trait au livre écrit par Van Houten allègent le propos et prouvent quels vie continue malgré la maladie. Je trouve ça très réaliste et porteur d'espoir.

    Au final un livre qui m'a fait du bien et qui m'incite à profiter de tous les bons moments qui me sont donnés.
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par EricM, Aujourd'hui

    Le roi disait que j'étais diable de Clara Dupont-Monod

    Un récit haletant servi par une langue époustouflante. Le dialogue à deux voix qui se répondent et s'ignorent à la fois est formidablement maîtrisé. Un grand roman.

Dernières citations RSS

  • Par Fofie64, Aujourd'hui

    Moi je déteste, maman adore ! de Elisabeth Brami

    Me réveiller les matins d'école en me chatouillant alors que j'ai encore envie de dormir.

  • Par Charybde2, Aujourd'hui

    Penser avec la science-fiction : Tome 2 d'Archéologies du futur. Le désir nommé utopie de Fredric Jameson

    Tous ceux qui continuent de penser que la science-fiction est affaire de science voudront certainement considérer que la trilogie de Mars relève de cette catégorie. Car si d’une part les scientifiques et autres ingénieurs comptent parmi ses principaux personnages, d’autre part on trouve là des pages et des pages de courts essais consacrés à une multitude de sujets qui relèvent assurément de la science dure, et qui pour la plupart ont trait à la terraformation : par exemple, la biochimie des roches et des solides ; la dynamique des gaz et la composition de l’atmosphère ; les aquifères et la libération de l’eau et d’autres liquides ; des micro-organismes génétiquement fabriqués et de l’ADN génétiquement reconstitué ; la radiation, la lumière, la chaleur ; la chaîne alimentaire ; la structure de la terre ; la météorologie et la dynamique du vent et du climat ; les systèmes botaniques et de classification ; la théorie des cordes et celle des champs unifiés en physique ; la mécanique de la vitesse dans le contexte astronomique et militaire. Au cours de ces brèves et ludiques explications, Robinson parvient à capter l’attention du lecteur ; et l’on aimerait savoir ce qu’en pensent les scientifiques, ou compulser un recueil d’articles écrits par des experts concernant son traitement de ces questions spécialisées, que je considère comme un mélange de conceptualisation fondée sur les toutes dernières recherches et de "spéculation" plus conventionnelle. Le critique littéraire, il est vrai, voudra placer ici un rappel : le roman propose une mimèsis de la science et de l’activité scientifique, non la chose même. (…)
    À mon sens, c’est la manière dont ces faits et découvertes scientifiques sont présentés qui possède la plus grande pertinence : ils sont ici mis en scène comme données et comme matériaux bruts destinés à résoudre des problèmes, plutôt que comme éléments abstraits et contemplatifs d’une épistémologie ou d’une image scientifique du monde. Non seulement les "problèmes" – les crises, les dilemmes, les catastrophes – ont une plus grande portée dramatique que les questions de science théorique qui classiquement restent sans réponse ; mais potentiellement, ils libèrent un type d’imagination très différent, et suscitent un ensemble de propositions et de solutions bien plus folles (…).
    > lire la suite

  • Par Charybde2, Aujourd'hui

    Penser avec la science-fiction : Tome 2 d'Archéologies du futur. Le désir nommé utopie de Fredric Jameson

    Car après tout, nous avons affaire, avec le mercerisme comme avec les combinés P.P., à un spectacle télévisuel interactif (l’omniprésence actuelle de cette technologie de communication est peut-être une bonne excuse pour rappeler sa nouveauté dans les années 1950, ainsi que les peurs et les préoccupations culturelles qu’elle inspirait alors, et qu’elle continue de susciter). Ainsi, nous pouvons avancer que ces épisodes englobent effectivement une méditation sur la culture de masse, hypothèse du reste renforcée par Cornel West, qui a souligné que la religion fait pleinement partie de la culture de masse américaine (ce pourquoi il déplorait qu’elle fût absente du domaine des Cultural Studies). Les drogues participent aussi, peut-être, de la culture de masse américaine ; la crainte qui, dans tous les cas, se manifeste, c’est justement celle d’une certaine "fusion" avec le médium, donc celle d’une perte de l’autonomie individuelle. La télévision relève en tout cas de ces thèmes propres au contexte des années 1950, de ces références aux événements d’alors qui, comme nous l’avons vu, sont (au même titre que la dramatisation de la poupée Barbie, alors une nouveauté) absorbés dans l’œuvre de Dick ; et l’on pourrait suggérer que si, chez Dick, les drogues et la schizophrénie sont mauvaises, ce n’est pas parce qu’elles provoquent des hallucinations, mais parce que ces hallucinations sont trop étroitement liées à la télévision.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio