> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Romain Slocombe
    Romain Slocombe
    ROMAIN SLOCOMBE - Avis à mon exécuteur RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 Parce que la réalité dépasse..
  • GONZAGUE TOSSERI
    GONZAGUE TOSSERI
    GONZAGUE TOSSERI - Le Bal des hommes RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 La Brigade mondaine mène..
  • Jennifer Murzeau
    Jennifer Murzeau
    JENNIFER MURZEAU - Il bouge encore RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 Jennifer Murzeau analyse la dérive..

Inscrivez-vous au pique-nique Babelio
Challenge de listes d'été : Les animaux dans la littérature
Découvrez la lecture commune du mois de juillet

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Christophe  Christophe Maris

    « Les entrelacs de la mémoire » est votre neuvième journal. Vous avez également écrit des romans. Qu`est-ce-qui vous attire dans ce genre particulier qu`est l`écriture d`un journal ?


    Le travail autour du journal est totalement différent puisque genre littéraire différent. En ma qualité de journaliste, c`est une autre façon d`aborder le quotidien mais aussi la possibilité pour moi de jouer entre le grave et le léger à savoir : quand un événement marquant est d`ordre plutôt lourd, je le traite avec une certaine légèreté, il m`arrive même d`en faire un petit sketch et de jongler avec les mots ; à l`inverse quand je traite d`un sujet dit « léger », je m`applique à le traiter avec gravité. Cela permet la distance et la résistance à la sympathie, à ne pas confondre avec l`empathie.



    Lorsqu`on lit votre journal, on vous imagine écrire au jour le jour, comme une tâche quotidienne parmi d`autres. Est-ce le cas ? Vous imposez-vous d`écrire tous les jours ?


    J`écris effectivement quasiment tous les jours mais ce n`est pas une tâche anodine, presque vide de sens, loin de là. Cela demande une rigueur et une veille permanente autour de l`info ; il en va de même pour les rencontres effectuées (rencontres personnelles, interviews relatées de personnes connues ou pas). Je ne m`impose pas d`écrire tous les jours, je m`y applique avec un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement bien organisées, appelées les Mimics, ont l...


À quelques jours de leur mariage, Lynette et Bran partent se promener en forêt. Le rendez-vous amoureux tourne rapidement au cauchemar qu...


Pedrosa s'attaque à nouveau, dans sa chronique du quotidien vert, à cette constante du militantisme politique qui touche...


Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’i...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par BVIALLET, Aujourd'hui

    Compte à rebours : Jusqu'où pourrons-nous être trop nombreux sur Terre ? de Alan Weisman

    Sous-titré « Jusqu'où pourrons-nous être trop nombreux ? », cet essai-reportage annonce ouvertement la couleur. La population de notre planète en est à 7 milliards d'habitants, ce qui représente déjà un record unique dans son histoire ainsi que le résultat d'une croissance exponentielle qui fait froid dans le dos. Toutes les projections des démographes tendent à prouver que nous nous acheminerons assez rapidement vers les 10 milliards de terriens et même plus. Il semble que cette perspective proche (entre 2050 et 2100) ne soit pas supportable eu égard aux ressources limitées de la Terre. L'eau potable, les terres arables, les capacités halieutiques vont se révéler insuffisantes pour un tel afflux de population. Déjà aujourd'hui, plus d'un milliard d'humains ne mange pas à sa faim. L'eau commence à manquer dans plusieurs régions (Sahel, Inde, Pakistan et même aux Etats-Unis avec le triste bilan du Colorado). Du fait de la monoculture extensive, des intrants chimiques, insecticides et autres pesticides, des milliers d'hectares de terres agricoles sont devenus stériles et retournent peu à peu au désert. Qu'en sera-t-il demain ? Famines, guerres, migrations, émeutes de la faim. Si nous ne faisons rien, tout est envisageable et surtout le pire.
    Pour étayer ce triste constat, l'auteur fait voyager son lecteur d'Israël, une terre « lasse », surpeuplée au bord de l'explosion ou de l'épuisement, en Inde en passant par le Pakistan, les Philippines, le Japon, l'Iran, les Etats-Unis, la Thaïlande, le Royaume-Uni et quelques autres. Un tour du monde des problèmes, des aberrations, des folies qui pose toujours les mêmes questions : Comment convaincre les gens qu'il est de leur intérêt bien compris de limiter les naissances au strict renouvellement des générations ? Comment faire évoluer notre mode de vie et de consommation pour ne pas épuiser les ressources de notre planète et qu'un avenir soit possible pour la race humaine ? Si les découvertes sont la plupart du temps dramatiques à un point tel que le lecteur se demande s'il n'est pas déjà trop tard, (L'Inde va dépasser la Chine. L'Afrique noire est en route pour le milliard de bouches à nourrir etc... ), quelques embryons de solution apparaissent ici où là. La meilleure prévention de la démographie galopante reste toujours l'éducation des petites filles. L'abandon de la consommation de viande permettrait de nourrir deux fois plus de monde. Pour ne citer que deux exemples. Un livre important, un brin aride et déprimant, mais indispensable car il montre à quel point la situation est grave... mais peut-être pas désespérée...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par CDemassieux, Aujourd'hui

    Sa majesté des mouches de William Golding

    Et dire qu’on les croyait charmants nos bambins !
    Ce livre nous fait déchanter : aussi violents que les hommes dans leurs « meilleurs » jours !
    A partir d’enfants des classes aisés – c’est-à-dire éduqués et civilisés –, isolés sur une île à la suite d’un crash, Golding nous décrit, en un crescendo, leur effrayante régression : petit-à-petit, ces robinsons adoptent un schéma de société ancestral et primitif, fait de domination, de soumission, de luttes pour le pouvoir, de croyances tribales, comme si, privés de l’autorité tutélaire des adultes – aucun n’ayant survécu à la catastrophe aérienne –, ils redécouvraient leurs instincts, bridés jusque-là par un cadre de vie protégé.
    Autrement dit, un anti-conte pour enfants !
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par Fortuna, Aujourd'hui

    Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal

    Aïn Deb, 1994 : un village algérien victime des islamistes.
    Tous ses habitants sont sauvagement massacrés. Parmi eux un couple germano-algérien, les parents de Rachel et Malrich qui vivent en France.
    Rachel (Rachid-Helmut) a réussi sa vie : une bonne situation, un mariage heureux, un pavillon de banlieue. Mais, suite au décès de ses parents, il va récupérer les papiers de son père, un Allemand, Hans Schiller, devenu le cheikh Hassan, homme respecté du village, et prend connaissance de son effroyable passé. Parti sur ses traces, il découvre l'horreur du nazisme à travers un périple qui le mènera jusqu'à Auchwitz. Il n'aura bientôt plus qu'une idée en tête : se sacrifier afin que les crimes de son père ne demeurent pas impunis.
    Malrich (Malek Ulrich), son jeune frère est un adolescent des banlieues, insouciant et désoeuvré, tenté un moment par l'islamisme radical mais assez conscient de sa liberté pour en réchapper. Au lendemain de la mort de Rachel, le commissaire du quartier lui confie le journal intime de ce dernier. C'est alors seulement qu'il va apprendre la vérité : le massacre de ses parents, le passé de son père...Prendre conscience de la dimension historique et dramatique de l'existence, découvrir le nazisme et sa parenté avec l'islamisme qui commence à infiltrer insidieusement les banlieues françaises. Et commencer à rédiger lui-même un journal, témoin de sa transformation.
    Le roman de Boualem Sansal, composé de ces deux journaux croisés écrits à deux ans d'intervalle, est l'occasion d'une profonde réflexion sur la pérennité du Mal et la vigilance que nous devons lui opposer, car rien n'est plus dangereux que la résignation ou l'indifférence. et sur l'urgence à réagir, car si les Nazis sont des spectres du passé, les Islamistes marchent sur leurs pas.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Kenehan, Aujourd'hui

    Spike: Into the Light de James Marsters

    I was like some nocturnal lion. Low effort, high reward.

  • Par Ezzox, Aujourd'hui

    Mécano girl de Janet Evanovich

    — Vous souriez, me lança Hooker. Pourquoi ?
    Estimant que ce n’était pas une bonne idée de lui dire que je souriais en l’imaginant en sous-vêtements, je lui sortis un bobard.
    — C’est Brian, mentis-je. Vous ne le trouvez pas mignon ?
    — Ce n’est pas un sourire « je-trouve-ce-chien-mignon », rétorqua Hooker. Je reconnais ce sourire quand je le vois, et ce n’en est pas un.
    — Me traitez-vous de menteuse ?
    — Ouais.
    — Oh, oh ! fit Judey. Aurions-nous une querelle d’amoureux ?
    — Nous ne sommes pas amoureux, dis-je à Judey. Hooker m’entraîna en direction du traiteur.
    — Pas encore, ajouta-t-il.
    > lire la suite

  • Par Myriam3, Aujourd'hui

    La Poésie surréaliste de Jean-Louis Bédouin

    Une goutte d'homme

    Une goutte d'homme
    un rien de femme
    achèvent la beauté du bouquet d'os
    c'est l'heure de l'aubade
    dans la fourrure de feu
    le vent arrive sur ses quatre plantes
    comme le cheval sur ses quatre roues
    l'espace a un parfum vertical

    l'espace a un parfum vertical
    le vent arrive sur ses quatre plantes
    comme le cheval sur ses quatre roues
    c'est l'heure de l'aubade
    dans la fourrure de feu
    une goutte d'homme
    un rien de femme
    achèvent la beauté du bouquet d'os

    Louis Aragon
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   guerre   seconde guerre mondiale   cuisine   voyages   romance   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio