> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Laird Hunt
    Laird Hunt
    ?Tout en sobriété, un superbe roman, si profondément ancré dans le sol de l?Amérique et dans la..
  • François Mallet
    François Mallet
    Simplissime : le livre de cuisine le plus facile du monde de Jean-François Mallet aux éditions..
  • Guy de Maupassant
    Guy de Maupassant
    Alexis Vassilkov ou la vie tumulteuse du fils de Maupassant de Bernard Prou aux éditions Brouette..

Participez au club de lecture de septembre
Prenez part au défi d'écriture de septembre
Laurent Binet, lauréat 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Astrid  Astrid Manfredi


    Votre roman se déroule dans un cadre très sombre, celui d’une banlieue sauvage et désespérée. Quelle expérience avez-vous de la banlieue ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour donner vie à ce décor ?


    En premier lieu, je suis animée par une insatiable curiosité pour les êtres humains, sans discrimination et quels que soient leurs horizons. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse notamment, de fréquenter divers milieux, dont celui de la banlieue. La cocotte-minute frémissait déjà et on sentait que le vent allait tourner. Un vent aussi rouge qu’impitoyable, issu d’un fort sentiment d’abandon et de rejet. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée. Après, c’est une histoire de littérature et de liberté, celle du romancier, qui par le travail de l’écriture peut s’approprier n’importe quel milieu s’il sait l’écouter et l’observer un peu.



    Vos personnages sont brisés et semblent enfermés dans un quotidien auquel ils ne voient pas d’issue possible. C’est le manque d’espoir qui précipite la chute ?


    Oui. Pour eux, l’espoir c’est vouloir. Vouloir quelque chose puisque l’avenir n’est pas un mot qui fait partie de leur vocabulaire. La petite barbare et sa bande de jeunes animaux féroces ne veulent rien d’autre qu’accumuler des biens, ces biens vides et rutilants qu’exposent les vitrines des magasins. Ils...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Le Chat est désespéré: sa maîtresse, Zlabya, est enceinte... Que va-t-il se pa...


La chance tourne. Ce qui devait être un coup sans risque, garanti sur facture, se transforme en descente aux enf...


Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 2.00/5
    Par JaneEyre, Aujourd'hui

    Titus Andronicus de William Shakespeare

    Même si je pense que cette pièce n'est pas la meilleure de Shakespeare, je ne rejoins pas totalement l'avis de ceux qui la trouvent très différente du reste de son œuvre, et qui disent avoir du mal à croire que Shakespeare en est l'auteur. On y retrouve déjà les thèmes recurrents du dramaturge: les guerres de pouvoir au plus haut niveau de l'Etat (Richard III, MacBeth...), la vengeance (Hamlet...), l'opposition de deux familles (Romeo et Juliette), les personnages jouant double jeu (Richard III, Hamlet...) et la folie (Titus Andronicus faisant déjà penser au roi Lear...)! Question vulgarité et scènes choquantes, Shakespeare n'a jamais joué les timides non plus. Ca me fait toujours penser aux gens qui croient que Roméo et Juliette est un concentré de mièvreries alors que je vous rappelle qu'il y a pas mal de passages violents (dans mon souvenir, notamment une insulte du type "je vais t'eventrer et recouvrir les murs des latrines avec tes intestins", c'rst déjà un peu violent ca non?).
    Par contre il est vrai que Shakespeare est un cran plus violent qu'à son habitude, notamment parce que la plupart des scènes de mises à mort et de mutilation se déroulent sur scene. Je me demande d'ailleurs si la pièce est réellement "jouable" sur scene (tranchage de mains, têtes coupées...)...
    Bref j'ai lu cette piece avec plaisir parce que c'est du Shakespeare (oui je persiste et je signe!) et que j'aime de manière generale les thématiques de lutte de pouvoir et de vengeance. J'aime également les nombreuses références à des thèmes de la mythologie, qui donnent toujours une résonance intéressante à la pièce. Par contre j'ai trouvé la fin très peu crédible et un peu bâclée, comme si après tout le reste, il s'était dit "zut va falloir trouver un truc pour conclure tout Ca!"!
    Ce n'est pas ma piece favorite, mais je l'ai trouvée intéressante car il s'agit de la première tragedie écrite par Shakespeare, quand il ne parvenait pas encore à trouver son équilibre entre la violence et les idées. À conseiller seulement à ceux qui connaissent déjà un peu Shakespeare, au risque de refroidir un novice!
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par Alfaric, Aujourd'hui

    Mär, Tome 6 de Nobuyuki Anzai

    Malgré un tome 1 médiocre et des couvertures pas spécialement engageantes, "Mär", ou "Märchen Awakens Romance", est petit shonen nekketsu magique divertissant qui pourra pleinement trouver son public auprès des plus jeunes. Mais si vous cherchez une histoire qui développe scénarii et personnages, passez votre chemin !





    Dans ce tome 6, le 2e tour du War Games se termine par le match décisif entre Dorothy et Maïra, qui prend la forme d’un combat d’invocation, la sorcière de l’ouest opposant successivement les guardian ärms Ring Armor, Brikin (AR "Dragon Quest") et Toto le rain dog (un lointain parent du Fenrir de la mythologie nordique) au blob dénommé Bakyur… Dorothy montre à la fois qu’elle est terriblement puissante mais aussi terriblement sans pitié !

    L’entracte tease sur les nouvelles capacités de la team Ginta et sur les futurs adversaires de l’Echiquier…

    Dans les terres volcaniques, le 3e tour oppose :
    - Alan éclate en un seul coup Ali Baba (rang tour) et son mauvais génie
    - Jack retrouve Pano (rang tour), que cette fois-ci il parvient à battre avec des champignons hallucinogènes ^^
    - Snow affronte Mister Hook (rang fou), et doit concéder la victoire à son adversaire à cause de la chaleur environnante
    - Ginta affronte Canotti (rang fou), qui pense pouvoir l’emporter car au tour de passe-passe des bougies (AR "Hunter X Hunter") sauf que par le plus grand des hasards Ginta a durant son dernier entraînement élaboré Babbo 4 : Alice, une holy ärrm qui neutralise les darkness ärm (un sylphide gothique à la Yoshihiro Togashi, sauf que comme tout shonen qui tombe bassement dans le fanservice on lui octroie une grosse poitrine et des jambes dénudées… Soupir)
    Reste l’affrontement entes Alviss et Roland, le premier cavalier du zodiaque (AR "Saint Seiya") à leur être opposé, qui aura lieu dans le tome suivant...
    > lire la suite

    • Livres 5.00/5
    Par 7878751021, Aujourd'hui

    Celle qui en savait trop de Linwood Barclay

    Ca se confirme .... j'aime beaucoup les livres de Linwood Barclay et leurs ingrédients!
    Vous ne serez donc pas étonnés que je pointe à nouveau, pour ce livre, les éléments que j'ai appréciés dans les autres :
    - certes c'est une histoire avec des morts (juste quelques unes) ...... violentes (un peu d'hémoglobine mais juste ce qu'il faut)
    - mais on y retrouve ce que j'appelle la "patte Linwood" :
    * des personnages d'un commun ....vraiment banal à commun
    * et qu'il place dans des situations ubuesques (qui déclenchent le rire, hé oui ! la fameuse dose d'humour !).... et pourtant fort vraisemblables (le côté un peu jaune du-dit rire, quand on se dit "hé ! ça pourrait bien se passer dans la vraie vie, voire nous arriver à nous !!! brrrrrr !").

    Et dans ce polar, le suspense ne tient pas forcément à la recherche et la découverte de(s) l' assassin(s) (sinon vous risquez de vous arrêter à la moitié du livre )....mais peut-être plutôt à la question suivante :
    comment l'auteur va-t-il s'en sortir avec ses ingrédients préférés (morts violentes / personnages lambda / situations ubuesques) pour faire un livre dont l'histoire est crédible et vraisemblable et qu'on a envie de lire jusqu'au bout ?
    Hé hé !!!!! ma réponse à moi correspond bien à une autre caractéristique des livres de Linwood Barclay. J'ai donc déjà dû la mentionner dans d'autres critiques ..... si vous souhaitez la connaitre, il ne vous reste plus qu'à lire le livre ... ou la trouver dans mes autres critiques (mais il est possible qe je ne l'ai pas mentionnée dans toutes, sorry !)

    donc un polar amusant et pas stressant, très sympa à lire !
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par colimasson, Aujourd'hui

    Le monde comme volonté et comme représentation de Arthur Schopenhauer

    Et comme ce que la volonté veut, c’est toujours la vie, c’est-à-dire la pure manifestation de cette volonté, dans les conditions convenables pour être représentée, ainsi c’est faire un pléonasme que de dire « la volonté de vivre », et non pas simplement « la volonté », car c’est tout un.

  • Par naimak, Aujourd'hui

    Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène

    Et puis, il y a eu une période où ça claquait si souvent que mon père, furieux, a dévissé la porte de la chambre des filles pour accrocher un rideau à la place. "Essaie de claquer le rideau, maintenant !"

  • Par cecilit, Aujourd'hui

    Karen Blixen de Violaine Gelly

    Quand Wilhelm avait fait la connaissance d’Ingeborg,
    elle portait sur son visage cette austérité à laquelle l’avait
    contrainte sa mère. Les cheveux tirés en chignon autour d’une
    raie au milieu parfaitement droite, le regard sérieux, le visage
    soigneusement inexpressif. Elle qui espérait si peu de la vie et
    pas grand-chose des hommes tomba rapidement amoureuse
    de celui-ci, attentionné et affectueux. À la grande inquiétude
    de sa mère. «Comment allons-nous faire une avec un élément
    érotique parmi nous, écrivit-elle quand elle apprit qu’Inge-
    borg était amoureuse.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio