> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Eric-Emmanuel Schmitt
    Eric-Emmanuel Schmitt
    Liste des livres présentés : La nuit de feu - Eric-Emmanuel Schmitt Bone Season - Samantha..
  • François Laplantine
    François Laplantine
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=36388 ECOLOGIE DES..
  • Régis Lejonc
    Régis Lejonc
    Carte Blanche à Régis Lejonc .A l'occasion de l'Escale du Livre de Bordeaux 2015, rencontre avec..

Jouez autour du thème des vacances
Découvrez notre dossier sur Edgar Allan Poe
Participez à notre défi d'écriture

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Defossé


    Avez-vous déjà été victime ou témoin d’un cambriolage ? De quoi vous êtes-vous inspiré pour imaginer le ressenti d’Anna, l’héroïne du roman elle-même victime d’un cambriolage ?



    J’ai en effet été victime d’un cambriolage, il y a quelques années. Qui ne l’a pas été au moins une fois ? Des objets auxquels je tenais beaucoup m’ont été dérobés, contrairement à mon personnage : Anne n’a chez elle rien à quoi elle tienne, rien qui fasse sens ou souvenir, sauf une photo. Elle dit elle-même : « repeindre l’appartement, ce serait comme ripoliner du vide ». Le cambriolage en soi la laisse presque indifférente.



    Le roman traite principalement du thème de la mémoire. Pourquoi avez-vous choisi de mettre en avant cette thématique ?



    Tous mes livres sont basés sur ce thème. Tous réinventent, recréent des fantômes, parfois littéralement (L’Homme en habit). C’est la mémoire qui nourrit mon écriture, la mienne ou celle que je prête à mes personnages. Sans mémoire, on n’est rien.



    Effraction est l’autoportrait d’une vieille femme. Votre précédent roman On ne tue par les gens...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’auj...


Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et s...


Goulwen est un petit garçon (presque) comme les autres. Il vit dans une petite maison au bord d’une falaise avec vue...


Un adolescent nain, Redwin, de l'ordre de la Forge, malmené régulièrement par un sale gosse Rom, veut de...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par zabeth55, Aujourd'hui

    L'antilope blanche de Valentine Goby

    Basé sur une histoire vraie, ce roman retrace l’histoire d’une jeune femme qui, par dépit amoureux, s’exile au Cameroun où elle deviendra directrice d’une école de filles.
    La vie en Afrique, le sort des filles, l’évolution de la vie sociale et politique au Cameroun….. tout est minutieusement décrit.
    Certes, c’est parfaitement documenté, mais j’avoue m’être parfois ennuyée, non du fait de l’histoire elle-même, mais peut-être à cause d’une certaine froideur et du détachement apparent avec lequel Charlotte Marthe raconte ses douze années de vie africaine dans des carnets.
    Si Valentine Goby a bien su raconter comment elle a réussi, contre vents et marées, à imposer son école et faire reconnaître le droit à l’enseignement pour les filles, elle n’a pas su, à mon goût, rendre toutes les émotions que l’on aurait pu attendre de cette vie peu commune.
    Cela reste cependant un bel hommage à la réelle Charlotte Michel et un bon document sur le Cameroun.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Amnezik666, Aujourd'hui

    Wilt, Tome 3 : Wilt prend son pied de Tom Sharpe

    C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la famille Wilt, Henry, Eva et leur quatre gamines débordantes d’énergie et d’inventivité (et avec un solide sens de la répartie). Et fort heureusement en leur compagnie n’est pas un long fleuve tranquille ! L’auteur prend un malin plaisir à les confronter aux situations les plus improbables ; nous offrant de fait quelques scènes d’anthologie (si je devais n’en retenir qu’une ce serait la réaction de Wilt après avoir ingurgité, à l’insu de son plein grè, un stimulant sexuel).

    Au niveau des personnages secondaires on retrouve notre brave inspecteur Flint, mais cette fois il a le droit à un peu de répit en se tenant éloigné de la famille Wilt. C’est son collègue, l’inspecteur Hodge, qui va faire les frais de la confrontation avec les Wilt ; inutile de préciser qu’il n’en sortira pas indemne !

    Je craignais de m’ennuyer un peu mais c’était sans compter sur le talent de Tom Sharpe, à l’absurde des situations viennent s’ajouter des dialogues hauts en couleurs (et parfois tès imagés). Franchement je me suis autant marré que lors des deux précédents opus et c’est avec plaisir que je continuerai le voyage en compagnie de Wilt.

    Sous titré Wilt prend son pied, ce troisième opus vous fera assurément prendre le vôtre. Difficile de rester à l’humour so british de l’auteur, tantôt tout en finesse, tantôt brut de décoffrage. Fous rires assurés…
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par SMadJ, Aujourd'hui

    Derrière la haine de Barbara Abel

    Ah les voisins, ça commence par vous emprunter du sel puis ça finit par ouvrir votre frigo et bouffer toutes vos victuailles si vous faites pas gaffe. Comme disait de Gaulle "Les voisins, c'est la chienlit" et de toutes façons j'ai toujours préféré aux voisins les voisines.

    Barbara Abel nous concocte ici une comptine malicieuse et perverse à base d'amitiés frelatées et aussi stables que des sables mouvants.

    Barbara est capable de nous décrire des arcs-en-ciel lumineux, de distiller du bonheur de vie et ensuite, la vilaine, d'instaurer un malaise permanent, de créer de petites boules d'angoisse dans votre joli ventre. Petites boules qui vont s'empiler les unes aux autres pour vous faire rendre gorge.

    Inspirez, expirez, inspirez, expirez...

    Ce malaise diffus va donc s'insinuer insidieusement en vous au fur et à mesure que nos deux couples de voisins vont s'aimer puis se déchirer. Barbara s'y entend pour faire grimper la tension.
    Ce qui est effrayant ici, c'est la montée pernicieuse de l'angoisse, marche glissante après marche glissante. Si on n'y prend garde, on a vite fait de les dégringoler la tête en arrière et de s'y fracasser le crâne à l'aune des incertitudes, peaux de bananes jetées sous vos pieds par l'auteur elle-même tandis qu'elle vous regarde de ses grands yeux bleus emplis d'une délicieuse candeur.

    Barbara use d'une écriture faussement naïve pour mieux vous ensorceler. Vous faire perdre raison.

    Vous l'avez deviné, ce thriller sera psychologique. Travaillé avec précision et passion.

    Dommage que pour arriver à ses fins et retomber sur ses pattes, Barbara use d'artifices et de ficelles un peu faciles. La mécanique est bien huilée certes mais on en voit les coutures.

    Ce qui fait qu'aux trois quarts du roman, on devine la fin, implacable, tombant comme un couperet. Logique même.
    Mais du coup, on regrettera le manque d'ampleur dans les enjeux...

    Une première incursion en demi-teinte dans l'univers de Barbara Abel. Une très jolie découverte avec un goût de trop peu, il va donc falloir se plonger rapidement dans la suite de ce roman : "Après la fin".
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Le livre d'images de Gustave Kahn

    LA TAPISSERIE DES OUATRE ÉLÉMENTS

    I L'EAU


    …Et les Néréïdes reprennent ce rouet
    à l'accent si félin, si doux, que l'on entend
    quand la voix colère de l'autan
    n'effarouche pas l'éphémère,
    ce rouet si ronronnant, ce fil d'herbe si parfumé,
    que les pilotes croient respirer
    quand cette aube s'élève des vagues de la mer
    l'odeur lointaine des îles enchantées,
    que les vivats de découverte
    s'élancent, avec le rêve des lingots rapportés
    vers les pontons rongés de mousses vertes.

    Et qu'importe ! ceux-là passent.
    Les belles nymphes sont immortelles,
    comme le thyrse et le caducée,
    comme la vague, comme la dentelle
    de l'herbe, et l'ouate des nuées,
    comme la roche aux repos noirs sous l'ondée
    arc-en-ciélée par le même soleil,
    comme le vin pourpre ou le vin vermeil
    ou les chaînes de Prométhée.
    Ils se penchent, c'est de l'ombre ; ils crient, c'est de l'écho ;
    Ils meurent, c’est du silence ; ils chantent, c’est une phrase
    à la beauté sereine du soleil et des flots.

    Encore un regard à la fraîche toilette,
    car voici les Tritons, ivresse, beauté, force
    apportant les plus odorantes cassolettes,
    et les nacres, peintes sur leur torse
    qui viennent amuser les déesses
    et persuader leurs agiles traîtresses.

    p.84
    > lire la suite

  • Par fannyvincent, Aujourd'hui

    Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc

    Personne, soit, mais Arsène Lupin ? Pour Arsène Lupin, est-ce qu'il existe des portes, des ponts-levis, des murailles ? A quoi servent les obstacles les mieux imaginés, les précautions les plus habiles, si Arsène Lupin a décidé d'atteindre le but ?

  • Par coco4649, Aujourd'hui

    Poésie : Rester vivant ; Le sens du combat ; La poursuite du bonheur ; Renaissance ; Configuration du dernier rivage de Michel Houellebecq

    LE SENS DU COMBAT III


    Un moment de pure innocence,
    L'absurdité des kangourous
    Ce soir je n'ai pas eu de chance,
    Je suis cerné par les gourous.

    Ils voudraient me vendre leur mort
    Comme un sédatif dépassé
    Ils ont une vision du corps,
    Leur corps est souvent ramassé.

    Le végétal est déprimant,
    À proliférer sans arrêt
    Dans la prairie, le ver luisant
    Brille une nuit, puis disparaît.

    Les multiples sens de la vie
    Qu'on imagine pour se calmer
    S'agitent un peu, puis c'est fini ;
    Le canard a des pieds palmés.

    p.102
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio