> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • François Fourn
    François Fourn
    Étienne Cabet ou le temps de l'utopie - François Fourn - Ed. Vendémiaire Mars 1948...
  • Bernard-Henri Lévy
    Bernard-Henri Lévy
    Quand Petro Porochenko remercie Bernard-Henri Lévy .Le discours du président ukrainien à l'issue..
  • Michèle Lesbre
    Michèle Lesbre
    Michèle Lesbre - Page des Libraires Entretien accordé à la revue Pages de Libraires à..

Gagnez le premier roman d'Ivan Calbérac et venez le rencontrer
Rejoignez le Club des Lecteurs Relay 2015
Devenez jury du concours Nos lecteurs ont du talent

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Delphine  Delphine Bertholon

    D`où vous est venue l`idée de l`insensibilité physique du personnage principal de votre roman ? Aviez-vous entendu parler d`un tel cas réel, avez-vous fait des recherches médicales ?

    J`aime beaucoup les perturbations sensorielles. J`avais déjà exploré l`hyperacousie dans L`effet Larsen (hypersensibilité au bruit) et, dans une moindre mesure, l`achromatopsie (daltonisme extrême) dans Twist. Si l`hyperacousie est une affection réelle et terrible, je l`avais traitée dans le roman de manière symbolique : quand le sens de la vie est atteint, le sens physique est touché. J`ai poussé cette idée plus loin, avec une maladie qui n`existe pas – en tout cas, pas à un tel degré. Pour l`héroïne des Corps inutiles, cette affection est psychosomatique et, d`un point de vue romanesque, métaphorique. Je suis partie du fait que les victimes de violences, en particulier sexuelles, évoquent souvent l`impression d`un corps anesthésié.


    Votre héroïne cumule les particularités physiques : cheveux roux, yeux vairons… Ce qui lui arrive était-il trop exceptionnel pour arriver à un personnage au physique plus banal ? Est-ce une forme d`adéquation entre son apparence et son âme torturée ?

    Au contraire, j`ai voulu parler d`un fait...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Zack et Archer Goodwoody ont été envoyé à Fort Apache à cause de leur non respect des règles. Fort Ap...


Depuis quelques temps, sur l'église du village, monsieur Garg...


Alors que Louve, toujours traquée par Crow, traverse la forêt pour retrouver son village, Aaricia...


Un petit renard ridicule veut devenir la terreur du poulailler. Le co-réalisateur d'Ernest et Célestine signe un...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par floyd2408, Aujourd'hui

    Place de la République: Pour une spiritualité laïque de Abd al Malik

    Abd Al Malik dans pamphlet libre sur la continuité des événements des attentats de janvier 2015 crie sa révolte et son espoir face au monde absurde qui nous gouverne .
    Entre Hessel , Camus , Voltaire Abd Al Malik nous narre son désir de réunir nos différence comme une force nouvelle face à l'impérialiste religieux et économique ...Alors "il est temps , allons-y "
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Lady_K, Aujourd'hui

    Cocaina de Massimo Carlotto

    Ce livre regroupe trois nouvelles de trois auteurs italiens. Elles suivent toutes une ligne directrice, une ligne non pas rouge, mais « blanche » : la cocaïne. Elles traitent donc toutes les trois d’un seul et même sujet. Pourtant on découvre trois nouvelles très différentes les unes des autres. Le sujet est bien exploité par les auteurs, qui nous livrent des œuvres variées et surprenantes. Faisons rapidement le tour de ces nouvelles.

    La piste de Campagna : Campagna, un flic, a pour mission de coincer un gros poisson dans le domaine du trafic de cocaïne. C’est plus qu’une mission pour lui, c’est une question de survie. S’il veut sauver sa peau et prouver qu’il n’est pas un flic corrompu – comme le laissent croire certaines rumeurs – il doit réussir. En conséquence, il n’hésite pas à utiliser des manières peu conventionnelles.

    La vitesse de l’ange : On assiste ici à la rencontre et aux conversations entre un écrivain en manque d’inspiration, voire blasé, et une inconnue au comportement étrange et déroutant. Tout d’abord, on ne voit pas très bien où veut en venir l’auteur. Mais petit à petit le lien avec le sujet du roman se dessine. Cette nouvelle est d’autant plus surprenante qu’elle n’a rien de « policier », au sens strict du terme.

    Bal poudré : Je l’ai trouvée très prenante, mais c’est aussi la plus difficile à décrire. Tout gravite autour d’un réseau mafieux calabrais. Cela prend la forme de plusieurs actes séparés dans le temps et dans l’espace, mais comportant toujours un lien avec ce qui a été vu précédemment. Jusqu’à ce que tout se mette en place à la fin. C’est-à-dire, que toutes les pièces du puzzle s’emboitent et on comprend où voulait en venir l’auteur. Une nouvelle vraiment réussie et captivante.

    Si ces trois nouvelles sont très différentes les unes des autres, les auteurs cherchent à faire passer le même message. Ils nous montrent, chacun à leur manière, que la cocaïne est partout. C’est le côté un peu fataliste du livre. D’un autre côté, il y a une touche d’espoir, celle de faire changer les choses même si cela semble impossible. Les auteurs montrent également les conséquences de ce trafic sur les personnes qui s’en approchent de trop près : que ce soient les consommateurs, les vendeurs ou les dommages collatéraux.

    J’ai trouvé ces nouvelles très riches et complètes. Cela a beau être des textes courts, ils racontent une vraie histoire qui n’est pas bâclée et surtout on arrive à s’attacher aux personnages. Ils ont une réelle substance. On sent la maîtrise des auteurs dans ces textes, on croirait lire trois romans et non pas trois nouvelles ! Cela donne réellement envie de découvrir les autres ouvrages de ces plumes remarquables.

    Enfin, dernier aspect que j’ai apprécié : ce livre nous fait voyager en Italie. On est loin de la visite touristique. Au contraire, on découvre la face cachée de ce pays, une facette souvent méconnue. Cela permet de mieux appréhender et comprendre ce contexte mafieux si particulier, cette mainmise sur le pays, qui n’a rien à voir avec ce qu’on peut trouver en France.

    En conclusion, une superbe lecture. Je ne m’attendais pas à être autant emballée par ce roman… J’ai donc été agréablement surprise ! J’ai adoré chaque ligne lue et les trois nouvelles m’ont captivée. De plus, ce recueil permet d’approfondir ses connaissances sur la « situation mafieuse » en Italie. Rien ne doit vous retenir de lire cet ouvrage !

    Merci à la Librairie Dialogues pour cette lecture !
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Gruizzli, Aujourd'hui

    Comme un roman de Daniel Pennac

    Un des meilleurs essais qu'il m'ait été donné de lire dans ma vie, extraordinaire pour tout lecteur et rempli de belles choses. On peut citer l'ouvrage entier tant les propos sont justes et beaux.

    Amoureux de la littérature, de la lecture ou simplement des livres, jetez-vous dessus et dévorez ce guide pratique de la lecture, qui invite au respect, à la lecture et au plaisir.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par petitsoleil, Aujourd'hui

    Contre Zemmour : Réponse au Suicide français de Noël Mamère

    Qui sont ces imbéciles heureux, ces valets de la mondialisation ?
    D'abord les humoristes.

    Eric Zemmour consacre de longues tirades à critiquer Coluche, Thierry Le Luron, les Guignols de l'info, coupables de tourner en dérision les valeurs de la politique et de la société.

    Les humoristes, selon lui, détournent l'attention des vrais problèmes.
    Aux yeux des nouveaux réacs, le rire est suspect parce que l'ironie désacralise et met à nu les rigidités de la société française.
    > lire la suite

  • Par petitsoleil, Aujourd'hui

    Contre Zemmour : Réponse au Suicide français de Noël Mamère

    La décentralisation que dénonce Zemmour n'a été qu'une revanche des territoires spoliés par une concentration excessive (...)
    Pour faire des petits Français bien de chez nous, on a interdit les langues locales et réprimé violemment ceux qui voulaient vivre et travailler au pays, chez eux. A commencer par les Bretons et les Occitans, transformés en immigrés de l'intérieur.
    > lire la suite

  • Par fanfanouche24, Hier

    Mon voisin de Milena Agus

    A mon avis, il y a les vrais écrivains et ceux qui écrivent, et le qualificatif d'écrivain, ça se mérite. Tout comme nous ne dirions jamais de quelqu'un qu'il est cuisinier uniquement parce qu'il nous a préparé deux ou trois bons petits plats, de la même façon, pour être écrivain, deux ou trois livres ne suffisent pas. C'est pour cela que je me sens "quelqu'un qui écrit", que le terme "écrivain" me fait peur et que, pour le moment, je le refuse. (p. 49)

    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio