> voir tous les lecteurs

Lecteurs les plus actifs cette semaine


> tous les quiz littéraires Derniers quiz littéraires


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Kery James
    Kery James
    Hip Hop Live 2014 du 19-12 .Retrouver ce contenu dans son intégralité sur pluzz.francetv.fr.Pour..
  • Cédric Prévost
    Cédric Prévost
    Ô et courts du 19-12 .Retrouver ce contenu dans son intégralité sur pluzz.francetv.fr.Présenté par..
  • Félix Leclerc
    Félix Leclerc
    Rature et lit: lecture Rature et lit font bien littérature est une citation tirée du Calepin..

Les Babelionautes rencontrent Eleanor Catton
Remportez la Babelio Box de Noël
10 exemplaires de la nouvelle collection

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Alain  Alain Ayroles

    De cape et de crocs, tome 11 : Vingt mois avant raconte les aventures d`Eusèbe le lapin, l`un des personnages secondaires de la série De Cape et de Crocs. Ses nombreuses tentatives pour raconter son récit sont l`un des running gags de la série. Aviez-vous déjà son histoire dans un coin de la tête ? Souhaitiez-vous depuis longtemps la raconter ?

    L`engouement des lecteurs pour Eusèbe s`est manifesté très tôt. Lors des premières séances de dédicaces, on nous posait déjà des questions sur les raisons de sa condamnation aux galères. Nous avons alors eu l`idée de dévoiler son passé dans un album. Jean-Luc n`ayant pas le temps de le dessiner parallèlement à la série, nous avons décidé de le garder pour la fin. L`histoire d`Eusèbe s`est étoffée au fil des tomes et des indices que nous y avons disséminés, et l`album s`est finalement transformé en diptyque.


    Si Eusèbe a toujours été très apprécié des lecteurs, la série reposait jusqu`alors sur les charismatiques personnages de Don Lope et Armand. Aviez-vous des doutes sur le fait qu`Eusèbe puisse porter à lui tout seul ce diptyque ?

    Le passage de personnage secondaire à principal était en effet risqué. A la fois valet de comédie, faire-valoir kawaii et deus ex machina, Eusèbe offrait un...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Le duo Sente et Jigounov en fait voir de toutes les couleurs à XIII dans ce tome 23! Betty à l'hôpital, l...


Une terrible guerre civile prend fin en Aswana, avec l'élimination physique du dic...


"Tes pas nulle, toi, tu vas de l'avant, tu es forte... Tu restes pas figée comme une idiote dans un cocon, même si tu pre...


Rescapées du tremblement de terre qui a dévasté Paris, Pauline et Gaëlle tentent par tous les moyens de reto...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par Presence, Aujourd'hui

    Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island de Warren Ellis

    Ce tome contient une histoire complète et indépendante de toute autre, soit les 4 épisodes parus en 2010/2011.

    À Londres, en 1830, un policier municipal est retrouvé empalé sur les grilles d'une demeure, ses intestins se dévidant à l'extérieur, par une ronde de 3 de ses collègues. Charlie Gravel et ses collègues sont tirés de la contemplation du cadavre les tripes à l'air, par le bruit d'une crécelle signifiant qu'un autre policier appelle à l'aide. Ils tombent face à face avec un individu tout de noir vêtu ayant chaussé d'étranges bésicles qui crépitent dans la nuit. Constatant son infériorité numérique, Captain Swing s'enfuit et échappe à ses poursuivants grâce à ses bottes étranges et crépitantes qui lui permettent de sauter par-dessus les murs de clôtures. Charlie Gravel va recroiser la route du Capitaine Swing dans un complot qui implique également les gendarmes nationaux.

    Ce n'est pas la première fois que Warren Ellis s'adonne au rétro-futurisme, avec une touche de steampunk : Aetheric Mechanics (en anglais) qui se déroule en 1907 avait déjà prouvé sa capacité à s'inspirer d'un genre littéraire pour une histoire pleine de saveur. Ici, Ellis remonte un peu plus loin dans le temps pour un récit steampunk dans l'esprit, même si le magnétisme prend la place de la vapeur.

    L'histoire est illustrée par Raulo Caceres qui avait déjà mis en images Crecy (en anglais) de Warren Ellis, et une partie des premières aventures de William Gravel également d'Ellis. Il a également fait dans le zombie et l'abject avec le troisième tome de "Crossed" : Psychopath (en anglais). Caceres est un dessinateur appliqué, qui soigne chaque trait de chaque case et qui ne rechigne pas au détail. Il a un style légèrement suranné qui évoque parfois celui d'Eduardo Baretto, en moins naïf. Ce qui est vraiment agréable, c'est que Caceres fait tout ce qu'il faut pour que le lecteur puisse se sentir dans le même environnement que les personnages. Il ne manque pas un seul pavé mouillé dans les rues de Londres. Les façades de Bow Street présentent toutes leurs briques, ainsi qu'une architecture authentique. Les intérieurs disposent d'une décoration d'époque. Les uns et les autres s'habillent avec des vêtements crédibles. Et les visions des toits de Londres avec leurs cheminées sont dépaysantes et évocatrices. Le mélange d'artisanat (métallurgie et ébénisterie) avec la technologie d'anticipation atteint un équilibre en état de grâce (en particulier une magnifique balle de révolver finement ouvragée). Il n'y a peut être que les visages qui manquent de mesure et de nuances dans leurs expressions. Le décolleté du seul personnage féminin dénote également une facilité aguicheuse, dans ces illustrations plutôt réalistes. Par contre, les responsables des couleurs ont opté pour des teintes très sombres qui s'ajoutent à un encrage déjà bien appuyé, et il faut prévoir un environnement avec une forte luminosité pour distinguer tous les détails.

    De son coté, Ellis a également vu les choses en grand, malgré le nombre de pages relativement faible. Il a inséré quelques pages de textes (entre 4 et 6 par épisode, en très gros caractères) pour approfondir le contexte de l'histoire, avec pour commencer un rappel historique sur la différence entre les "Copper" (policier municipal londonien) et les "Bow street runners" (policiers sous les ordres des magistrats). Ellis a donc l'ambition de raconter une aventure haute en couleurs, distrayante, fantastique, mais aussi d'intégrer une dimension sociale. Effectivement l'aventure est au rendez-vous avec un goût de merveilleux technologique qui fleure bon les romans pour jeunes adolescents du dix-neuvième siècle. Effectivement, les personnages se divisent entre les bons et les méchants. Mais très vite, le camp des bons se révèle plus complexe que prévu. Warren Ellis réussit à développer les caractéristiques psychologiques du Capitaine Swing et de Charlie Gravel, et à leur donner des motivations complexes. Ces dernières reflètent aussi bien les idées sociétales de l'époque que leurs personnalités. Si le récit semble se terminer sur une fin trop classique, la dernière page de texte ouvre la narration sur une problématique éloignée des clichés manichéens. Ellis a su transcrire sous forme de récit d'aventures, une problématique philosophique complexe et d'une actualité toujours plus délicate et paradoxale dans notre société.

    Derrière son apparence de récit d'anticipation du dix-neuvième siècle, avec une légère composante steampunk, Warren Ellis et Raulo Caceres projettent le lecteur dans un Londres aussi réel que fantasmé en 1830, pour de grandes aventures mettant en évidence une question de fond sur la nature du progrès scientifique et sa classe sociale.
    > lire la suite

    • Livres 3.00/5
    Par psambou, Aujourd'hui

    Oublier Camille de Gaël Aymon

    Se glisser dans la peau d'un adolescent, Gael Aymon y réussit très bien.
    Ne pas savoir comment dire que l'on aime, s'interroger sur son apparence, prendre des risques, être clairvoyant et plein de doutes, attendre que la "vraie' vie commence pour être libéré des contraintes parentales et scolaires.
    Dans l'écriture fluide de G. Aymon se côtoient une une superficialité convenue, limite agaçante, et une profondeur juste et touchante à l'image de Yanis, l'adolescent héros de ce roman de littérature jeunesse.
    > lire la suite

    • Livres 4.00/5
    Par Cap0CapesDoc, Aujourd'hui

    M comme... de Yaël Hassan

    une idée originale de présenter le roman : c'est l'héroïne qui parle et le titre de chaque chapitre commence par "M comme... (Mylène, Mamadou, Mathieu, Méchancetés...). La lecture est rapide, les chapitres sont courts et s'enchainent. Le thème de la médiation (remplacer la violence par les mots) est l'objet de ce livre. Encore un bon roman de Yaël Hassan, qui permet d'aborder le harcèlement à l'école.
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par Pazou, Aujourd'hui

    Permanence de Karl Schroeder

    A long terme, les raisonneurs qui disposent d'une multitude de machines ne sont les plus aptes à vivre dans un milieu donné... Le jour où il n'a plus besoin de ses outils, il perd sa capacité à les créer... Et à très long terme, des millions d'années, ce sont toujours les espèces vivant dans leur milieu naturel qui l'emportent. Autrement dit, celles qui y survivent sans n'avoir besoin de rien.
    > lire la suite

  • Par Pazou, Aujourd'hui

    Permanence de Karl Schroeder

    ... il faut que différents facteurs se combinent pour qu'apparaissent des êtres à la fois aptes à survivre et inadaptés à leur milieu d'origine au point de devoir s'en remettre au plus fragile des organes, le cerveau, pour rester en vie.

  • Par bibsetboobs, Aujourd'hui

    Graver sur le mur du vent de Georges Perros

    Il n'y a pas de raison en fait à la poésie, comme on dit. il n'y a pas de raison au poème. Et sin prend le poème, si on le détache du langage pour s'en occuper d'une manière un peu spécieuse ou spéciale, je ne vois pas le résultat ou le travail là-dessus.

    Peut-être que le poème est le fragment de langage le plus utile à l'homme qui veut changer le monde.

    Peut-être ? Aujourd'hui, c'est peut être ça ? Je ne sais pas.
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio