> tous les quiz littéraires Quiz littéraires à l'affiche


> voir toutes les vidéos / RSS

Dernières vidéos

  • Rémi David
    Rémi David
    C'était le 2 juin 2015, à Paris, Denis Lavant lisait un extrait de LAVA, de Rémi David, paru aux..
  • Jean-Benoît Nadeau
    Jean-Benoît Nadeau
    (Version originale anglaise) Mai 2015 ? 35 min. Welcome to Between the Pages, the program where..
  • Wes Craven
    Wes Craven
    Wes Craven : le meilleur de l'horreur .Scream (1996), Freddy, les griffes de la nuit (1984), Red..

Gagnez le dernier roman de Paul Colize et venez le rencontrer
Participez au challenge éditeurs de la rentrée
Laurent Binet, lauréat 2015

> tous les entretiensEntretien avec…

    photo de Astrid  Astrid Manfredi


    Votre roman se déroule dans un cadre très sombre, celui d’une banlieue sauvage et désespérée. Quelle expérience avez-vous de la banlieue ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour donner vie à ce décor ?


    En premier lieu, je suis animée par une insatiable curiosité pour les êtres humains, sans discrimination et quels que soient leurs horizons. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse notamment, de fréquenter divers milieux, dont celui de la banlieue. La cocotte-minute frémissait déjà et on sentait que le vent allait tourner. Un vent aussi rouge qu’impitoyable, issu d’un fort sentiment d’abandon et de rejet. C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée. Après, c’est une histoire de littérature et de liberté, celle du romancier, qui par le travail de l’écriture peut s’approprier n’importe quel milieu s’il sait l’écouter et l’observer un peu.



    Vos personnages sont brisés et semblent enfermés dans un quotidien auquel ils ne voient pas d’issue possible. C’est le manque d’espoir qui précipite la chute ?


    Oui. Pour eux, l’espoir c’est vouloir. Vouloir quelque chose puisque l’avenir n’est pas un mot qui fait partie de leur vocabulaire. La petite barbare et sa bande de jeunes animaux féroces ne veulent rien d’autre qu’accumuler des biens, ces biens vides et rutilants qu’exposent les vitrines des magasins. Ils...




> voir plus Bandes dessinées les plus populaires de la semaine



Grandis un peu, Titeuf ! La vie de Titeuf est bien bousculée ! Lui qui avait jusqu’ici l’habitude de se p...


La chance tourne. Ce qui devait être un coup sans risque, garanti sur facture, se transforme en descente aux enf...


Dans le Paris des années cinquante, où règnent Sartre et l'existentialisme, nous faisons la connaissance de Daniel Br...


Javi, dit le maigrichon, est un adolescent de 16 ans qui, à l'insu de sa famille, a quitté l'école pour devenir une sorte de m...

> voir plus Listes de livres


Dernières critiques RSS

    • Livres 5.00/5
    Par muse2805, Aujourd'hui

    Otages Intimes de Jeanne Benameur

    Il est là , il est arrivé , le dernier Benameur .
    Moyennement emballée par la 4 ème de couv' , mais bon sang c'est un Benameur, je dois y goûter !
    Je suis ici , sans l'avoir terminé encore pourtant .
    Mais ces mots, si justement posés , les émotions qui leur font écho ! Une équilibriste je vous dis.
    Besoin d'une pause , y poser mes mots et retrouver le souffle pour la lire à nouveau .
    J'me disais "mais comment peut-elle savoir ce qui se passe dans la tête d'une homme enfermé même quand il est libéré ?" .Je ne sais pas si elle sait mais je la crois .Et ça me touche . Et j'y retourne.

    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Magalitdeslivres, Aujourd'hui

    Le Cycle des Robots, Tome 6 : Les robots et l'Empire de Isaac Asimov

    Cette chronique j’ai eu beaucoup de mal à la rédiger. Isaac Asimov c’est l’auteur qui m’a réconcilié avec la science-fiction (et je ne peux que remercier mon chéri pour cette découverte). Sa simplicité d’écriture, son imagination et sa capacité à vulgariser des concepts scientifiques en font, pour moi, l’un des meilleurs écrivains de science-fiction. Il m’est donc ardu d’écrire quelque chose de neutre ou même de négatif sur un de ses ouvrages.

    "Les robots et l’empire" est le dernier tome du "cycle des robots". Personnellement, j’ai lu tous les tomes précédant mais ce livre peut tout aussi bien se lire seul. Isaac Asimov fait suffisamment de rappel pour nous le permettre.

    Les événements relatés dans cet ouvrage se déroulent plusieurs siècles après la fin du roman précédant ("Les robots de l’aube"). Toutefois, nous retrouvons des personnages et des robots déjà là dans le tome précédant. Cela génère une impression de continuité, ce que j’ai apprécié. J’ai particulièrement aimé les dialogues entre les robots Daneel et Giskard. Leur point de vue sur l’humanité mais aussi sur les trois lois de la robotique est très intéressant. Isaac Asimov leur donne les premiers rôles allant jusqu’à leur fait jouer un rôle décisif dans l’avenir de l’humanité. J’ai trouvé que les personnages humains étaient bien pâles comparés à eux, qu’ils n’étaient là que pour les mettre en valeur.

    Mais pour moi la fonction principale de ce livre est de servir de lien entre le "cycle des robots" et le "cycle de fondation". Entre les deux plusieurs millénaires se sont écoulés et bien des choses ont changé. Grâce à lui on comprend enfin ce qui est arrivé à la Terre, aux mondes Spatiens et aux robots. Petit bémol, j’aurais vraiment aimé que l’auteur prenne le temps de nous expliquer ce qu’était devenu les Solariens. Au début du livre on apprend qu’ils ont disparu de leur planète, planète sur laquelle ils sont de retour dans le « cycle de fondation ». Cela a fait naître des questions auxquelles j’aurais souhaité avoir des réponses.

    Je regrette le manque d’action et d’intrigue qui m’ont parfois rendu la lecture pénible. Le livre faisant presque 600 pages cela m’a donné l’impression qu’il se traînait en longueur et que certains passages auraient pu être supprimés.

    Si vous êtes à la recherche d’un livre avec des intrigues à foison et un rythme soutenu, je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin. Par contre, si vous êtes un inconditionnel d’Isaac Asimov et que vous voulez en apprendre encore d’avantage sur son univers, ce livre est fait pour vous.

    Je ne regrette pas de l’avoir lu ce livre car il fait le lien avec le "cycle de fondation" qui reste pour moi ce que j’ai lu de mieux en science-fiction.
    > lire la suite

    • Livres 0.00/5
    Par Ticafouillou, Aujourd'hui

    Mirage de Douglas Kennedy

    Attention, pépite! MIRAGE est un bon, un grand Douglas KENNEDY!

    Robyn et Paul, de 18 ans son aîné, sont mariés depuis 3 ans. Alors que le côté artiste bohème insouciant est ce qui lui a immédiatement plu chez son mari, à elle l'expert-comptable raisonnable, aujourd'hui l'inconséquence et l'irresponsabilité - notamment financière - de Paul lui pèsent et menacent le couple. Pour tenter de donner un nouveau souffle à leur union et se faire pardonner de lui avoir caché une énième dépense somptuaire, Paul emmène Robyn au MAROC pour leur permettre de se retrouver.

    Alors que là-bas son époux semble renouer avec sa créativité de peintre et déploie tout son talent, Robyn a enfin l'impression de se détendre et d'oublier les contraintes du quotidien pour se concentrer sur l'objectif qu'elle et Paul se sont fixés : faire un enfant.

    Mais lorsqu'elle met à jour l'horrible trahison à laquelle Paul s'est livrée, elle décide, furieuse, de rentrer aux ETATS-UNIS en lui laissant seulement une lettre très dure le prévenant qu'elle a tout découvert et qu'il ne mérite pas de vivre. Robyn sans nul doute ne croyait pas si bien dire...Alors qu'elle est déjà rattrapée par l'amour qu'elle lui porte et revient le chercher à l'hôtel, elle apprend que son mari a disparu dans des circonstances tout aussi mystérieuses qu'inquiètantes. Se sentant coupable, Robyn n'a d'autre choix que de se lancer à la poursuite de Paul dans un périple qui la mènera d'ESSAOUIRA à MARRAKECH en passant par CASABLANCA, OUARZAZATE, TATA et le dangereux désert du SAHARA.

    Avec MIRAGE, on retrouve la formidable écriture de Douglas KENNEDY, celle qui transporte le lecteur au MAROC aux côtés de Robyn, qui nous fait ressentir avec elle la chaleur suffocante, l'atmosphère du souk et la cordialité des marocains. L'aventure est trépidante, impitoyable avec son héroïne, qui au-délà de courir après son mari court aussi après des réponses : Ouvrons-nous jamais vraiment les yeux, sur l'autre, mais aussi sur nous-même? Comptons-nous sur les bonnes personnes pour être heureux et réaliser ses rêves?

    A méditer...mais en attendant, lisez!
    > lire la suite

Dernières citations RSS

  • Par fanfanouche24, Aujourd'hui

    Le jeu des ombres de Louise Erdrich

    Il avait conscience de sa jalousie. Il savait qu'il voulait Irène tout à lui. Ils avaient tous deux été élevés par une mère célibataire, et le lien, qui les unissait n'avait d'abord pas fait de doute- leur rôle l'un envers l'autre serait autant celui de parents que d'amants. (p. 60)

  • Par Danieljean, Aujourd'hui

    La fraîcheur de l'instant : La fin d'un rêve d'individualité de Betty

    Tant que vous percevez et interprétez votre état, il faut reculer encore et voir le mécanisme de récupération du personnage en marche, encore et encore. Rester vigilant en se ramenant sans cesse vers le point zéro, cʼest cela le vrai travail de méditation.

    Comment fonctionne ce personnage qui rêve? Il se bâtit autour dʼexpériences non résolues, généralement survenues dans lʼenfance. Les émotions qui en découlent, cristallisées dans le temps, sont en attente de solutions. Comme le rêveur veut demeurer dans le corps, il se sert des émotions pour se cimenter à sa demeure imaginaire. Quand une émotion surgit, le mental réactif trouve une solution temporaire pour sécuriser le rêveur. Les différentes approches thérapeutiques visent justement à transformer lʼémotion, ou à lʼaméliorer. Regarder lʼémotion bien en face, sans autre but que de la voir, permet à celle-ci de se déployer et allège graduellement la sensation dʼenfermement dans le corps.

    Le corps retrouve ainsi la fraîcheur et la spontanéité de son fonctionnement naturel.
    > lire la suite

  • Par Danieljean, Aujourd'hui

    La fraîcheur de l'instant : La fin d'un rêve d'individualité de Betty

    Le lâcher prise est la reconnaissance, lʼévidence que la vie nʼa pas besoin du rêveur pour être, pour sʼexprimer au travers du corps. Lâcher prise partiellement est vouloir garder vivant ce personnage. Si ce lâcher prise est partiel, il est conditionnel et relève dʼune décision mentale qui garde le contrôle.
    Sʼinterroger sur la validité de soi est la seule vraie remise en question, la seule véritable interrogation et elle créera un doute fondamental au cœur même de ce personnage fictif. Se pourrait-il que je nʼexiste pas et que le «je » ne sois quʼune illusion ? Quʼil nʼy ait pas dʼêtre lumineux à lʼintérieur de vous qui attend juste dʼêtre éveillé ?
    Se pourrait-il que je sois seulement lʼidée que je me suis faite de moi même? Lʼhonnêteté vis à vis de cette question va déterminer votre disponibilité véritable à voir la Réalité une fois pour toute, va créer une ouverture qui donnera le recul nécessaire pour voir ce personnage en action. Cet ultime lâcher prise vous laissera seul, positionné sur le seuil de la grande machine à rêver, libre pour Voir qui est ce personnage que vous imaginez être.
    Ce lâcher prise déstabilisera lʼégo, lʼindividu, le rêveur, le chercheur qui croit contrôler sa vie et celle des autres. Désirez-vous encore travailler à améliorer ce personnage fictif ? A le sauver ? A lui donner de la force, du courage ? A le consoler de ses peines imaginaires ? A lʼamener sur un chemin imaginaire vers une libération remplie dʼamour et de réconfort ?
    > lire la suite

> voir toutes les etiquettes

Etiquettes les plus populaires

aventure   littérature   récits   roman   fantasy   science-fiction   anticipation   dystopie   fantastique   roman historique   historique   manga   essai   bande dessinée   théâtre   nouvelles   poésie   classique   biographie   autobiographie   jeunesse   littérature jeunesse   roman d'amour   témoignage   histoire   thriller   suspense   romans policiers et polars   contes   société   art   enfance   magie   adolescence   enfants   drame   amitié   mort   femmes   maladie   deuil   enquêtes   humour   religion   musique   horreur   politique   psychologie   peinture   amour   romance   guerre   seconde guerre mondiale   première guerre mondiale   voyages   science   mythologie   famille   vampires   philosophie   meurtre   états-unis   littérature française   littérature américaine   Paris (France)   littérature anglaise   chine   afrique   japon   littérature japonaise   littérature italienne   littérature allemande   moyen-âge   19ème siècle  

> voir plus Les médias parlent de Babelio