Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Dernières Cette semaine Ce mois-ci Depuis la nuit des temps


Dernières citations RSS

  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marcel Proust Marcel Proust


    « Il est vraiment rare qu'on se quitte bien, car si on était bien, on ne se quitterait pas. »

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marcel Proust Marcel Proust


    « Il semble que le goût des livres croisse avec l'intelligence. »

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marcel Proust Marcel Proust


    « Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination ! »

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marcel Proust Marcel Proust

    « L’art véritable n’a que faire de proclamations et s’accomplit dans le silence. »

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marguerite Duras Marguerite Duras


    « Cet amour insensé que je lui porte reste pour moi un insondable mystère. »

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par natta, aujourd'hui


    A l'orient de tout de François Cheng

    Rose au cœur de lave
    née d'un chaos
    feu d'émeraude
    Cendre d'indigo

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marguerite Duras Marguerite Duras

    « On ne trouve pas la solitude, on la fait. »

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Marguerite Duras Marguerite Duras


    « Il n'y a rien de plus dégoûtant qu'un bijou. Ça ne sert à rien. Et ceux qui les portent n'en ont pas besoin, moins besoin que n'importe qui. »

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    L'Espace du dedans : Pages choisies, 1927-1959 de Henri Michaux

    EN PENSANT AU PHÉNOMÈNE
    DE LA PEINTURE

    La volonté, mort de l'Art.


    Dessinez sans intention particulière, griffonnez machinalement, il apparait presque toujours sur le papier des visages.
    Menant une excessive vie faciale, on est aussi dans une perpétuelle fièvre de visages.
    Dès que je prends un crayon, un pinceau, il m’en vient sur le papier l’un après l’autre dix, quinze, vingt. Et sauvages, la plupart.
    Est-ce moi, tous ces visages ? Sont-ce d’autres ? De quels fonds venus ?
    Ne seraient-ils pas simplement la conscience de ma propre tête réfléchissante ? (Grimaces d’un visage second, de même que l’homme adulte qui souffre a cessé par pudeur de pleurer dans le malheur pour être plus souffrant dans le fond, de même il aurait cessé de grimacer pour devenir intérieurement plus grimaçant.) Derrière le visage aux traits immobiles, déserté, devenu simple masque, un autre visage supérieurement mobile bouillonne, se contracte, mijote dans un insupportable paroxysme. Derrière les traits figés, cherchant désespérément une issue, les expressions comme une bande de chiens hurleurs…
    Du pinceau et tant bien que mal, en taches noires, voilà qu’ils s’écoulent : ils se libèrent.
    On est surpris, les premières fois.

    p.305-306

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Charles Dickens Charles Dickens


    « La route du véritable amour n'est pas aussi unie qu'un chemin de fer. »

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Charles Dickens Charles Dickens


    « Si j'avais le pouvoir d'oublier, j'oublierais. Toute mémoire humaine est chargée de chagrins et de troubles. »

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par marieclaire14, aujourd'hui


    Charles Dickens Charles Dickens


    « Les plus jolies choses du monde ne sont que des ombres. »

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    Denudare de Pierre Torreilles

    La solitude
    Est un visage qui s'éloigne
    À l'intérieur des mots,
    Dans l'espace l'intérieur du silence des mots
    Où creuse incessamment l'ordre assuré des choses.

    Dans le temps de nommer
    La mort se hisse,
    Elle ouvre grand tes yeux
    Dans l'orage qui les traverse.

    p.134

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par tanagre, aujourd'hui


    Des larmes sur les draps de

    L’ennui.
    Le temps qui passe…
    comme une limace.
    Je me pose sous un lampadaire, encore inutile à cette heure. Il fait bon. J’ouvre un livre de S., première fois depuis longtemps, si longtemps que l’on pourrait abréger en première fois tout court. Je parcours les premières pages à une lenteur déconcertante, égalant celle du temps.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    Vaguedivague de Pablo Neruda

    SORTONS

    L'homme a dit oui sans qu'il sût
    déterminer de quoi il s'agissait,
    et il fut emporté et il fut soulagé,
    et plus jamais il n'est sorti de son baluchon,
    et c'est ainsi : nous tombons
    dans le puits des autres êtres
    et un fil arrive et nous entoure le cou
    et un autre nous cherche le pied et déjà on ne peut plus,
    déjà on ne peut plus aller sinon au puits :
    personne ne nous arrache aux autres hommes.

    Il semble que nous ne sachions plus parler,
    il semble qu'il y ait des paroles qui fuient,
    qui ne sont plus là, qui sont parties et nous ont laissé
    avec des pièges et des fils.

    Et tout à coup ça y est, nous ne savons déjà plus
    de quoi il s'agit mais nous sommes dedans
    et nous ne nous mettons plus à regarder
    comme lorsque enfants nous jouions,
    ces yeux-là se sont éteints déjà,
    déjà nos mains sortent d'autres bras.

    Voilà pourquoi lorsque tu dors tu rêve seul
    et tu cours libre à travers les galeries
    d'un seul rêve qui t'appartient,
    et ay qu'on ne vienne pas nous voler des rêves,
    ay qu'on ne nous enchevêtre pas au lit.
    Gardons l'ombre pour nous
    afin de voir si de notre nuit
    nous pouvons sortir et examinons les murs,
    guettons la lumière pour l'appréhender
    et qu'une fois pour toutes
    le soleil de chaque jour nous appartienne.

    p.42-43

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Chib, aujourd'hui


    Cygne Noir, tome 2 : Reine des ronces de Richelle Mead

    — Toi !
    Même avec les poignets entravés, Jasmine n’hésita pas à
    m’attaquer. Le visage ravagé par la fureur, elle bondit à travers la pièce. J’ignorais si elle comptait me frapper ou me renverser, mais on ne lui en laissa pas l’occasion. Mes gardes furent sur elle en un éclair et la repoussèrent. Un fluide magique commença à vibrer autour d’elle, mais un de ses geôliers le contra avec un faible charme de neutralisation. Ses bracelets en fer l’empêchaient d’utiliser ses pouvoirs à pleine puissance, mais la part d’humain en elle lui conférait une plus grande résistance. Je me retournai quant à moi vers mon entourage pour m’exclamer, incrédule :
    — Ce n’est pas la fille disparue : c’est ma sœur ! Comment
    avez-vous pu ne pas la reconnaître ? Elle était la maîtresse d’Aeson !
    Ce fut Rurik qui se chargea de répondre.

    — Les effectifs de la garde ont beaucoup évolué depuis Aeson. Nombre de ceux qui sont là étaient au service du Roi de Chêne.

    Il n’avait pas tort. Dorian m’avait prévenue que même si j’avais conquis le royaume « à la régulière », beaucoup de ceux qui avaient servi le précédent monarque auraient du mal à se libérer de leur ancienne loyauté. Par conséquent, Rurik avait dû effectuer une grande purge dans les rangs des domestiques et des soldats en se débarrassant de ceux dont il ne pouvait être sûr.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    Denudare de Pierre Torreilles

    Lumière inverse de la nuit
    Dans le regard jauni de l'herbe.
    Alors se lève la colère.
    Dans le grand rire des éclairs,
    L'herbe à nouveau perçoit le battement de ses racines,
    Pose les paumes de ses mains
    Sur le visage de l'attente.
    Déjà la terre s'illumine.
    À l'intérieur de son miroir
    La mort brille à nouveau.

    p.94

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    À distance / Annonciation de Henri Michaux

    Bouclier sous les coups

    Temps
    temps s'écoule
    manne de temps
    quel temps ?
    Cependant du tréfonds un appareil volant sans cesse s'élève
    sur les cercles de l'être endormi
    C'est l'heure où le pauvre et le déchu
    comme le riche et l'important
    recueille une moisson-surprise dans des champs inconnus
    où chacun, de retour chez soi, vit avec ses parasites
    mais balai à son tour balayé
    reviennent les dehors
    se rapprochent les dehors
    on perçoit
    on perçoit qu'on perçoit
    afflux
    Afflux sur soi
    afflux contre afflux
    Et prédateur comprend

    Soleil à qui sait réunir

    p.91-92

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par tanagre, aujourd'hui


    Sage comme une image de

    Kristian, pour lui, était un vrai lecteur. Il était de ces êtres, qui ont besoin pour vivre qu’on leur conte des histoires. Toutes étaient bonnes du moment que pour quelques pages, pour un instant, elles parvenaient à l’arracher à la torture permanente d’une trop grande lucidité. Et quelle que fût l’origine de cette nécessité, Joren Hässel, quand il la reconnaissait, toujours pour elle éprouvait du respect.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    Denudare de Pierre Torreilles

    Voici
    Dans le rien suspendu
    Le geste né soudain
    Fait apparaître l'évidence.
    Toute pratique alors reviens
    Dans l'ordre du projet

    Avec le vent tout recommence
    Et le silence avec l'oubli,
    Mort et perfection
    En leur vol nuptial.

    p.95

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation