AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
iris2929 août 2016
Haute fidélité de Nick Hornby
; ce serait plus agréable si ces possibilités délicieuses , cette attente rêveuse qu'on a à quinze, vingt ou vingt-cinq ans, même, quand on sait que la femme la plus sublime du monde va peut-être entrer dans votre boutique ou votre bureau, ou dans la fête de vos amis d'un instant à l'autre ...eh bien, ce serait plus agréable si tout cela existait encore quelque part, dans une poche arrière ou un tiroir du bas .
Commenter  J’apprécie          00
clementine129 août 2016
Qui es-tu Alaska ? de John Green
La peur n'est pas une bonne excuse! a-t-elle hurlé des profondeurs du canapé. La peur est l'excuse dont tout le monde s'est toujours servi!
Commenter  J’apprécie          00
colimasson29 août 2016
Le sommeil et le rêve de Michel Jouvet
La plupart des drogues qui suppriment les accès de narcolepsie empêchent la venue du sommeil paradoxal en agissant sur les mécanismes de sécurité qui protègent le rêve. C’est le cas des inhibiteurs des monoamines oxydases ou des antidépresseurs tricycliques […] lesquels, en augmentant la concentration de 5HT ou de catécholamine, excitent les récepteurs qui bloquent l’apparition du sommeil paradoxal.
Commenter  J’apprécie          00
clementine129 août 2016
Qui es-tu Alaska ? de John Green
Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, moi j'étais de la bruine et elle, un ouragan.
Commenter  J’apprécie          10
Cathy7429 août 2016
Sous le joug de Ivan Vazov
Ognianov s'arrachait les cheveux de désespoir.

- C'en est fait, oui c'en est fait de la Bulgarie ! disait-il en contemplant les flammes ; voilà tout le fruit de nos efforts héroïques. Ainsi ont sombré nos fières espérances : dans le sang et dans les flammes ! Dieu du ciel !
Commenter  J’apprécie          00
okka29 août 2016
Locke & Key, tome 2 : Casse-tête de Joe Hill
p.37.



- J’ai une vie qui m’attend, Nina.

- Une vie, hein ? Veinard.

Commenter  J’apprécie          00
clementine129 août 2016
Qui es-tu Alaska ? de John Green
On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer de trouver le moyen d'en sortir, en se régalant à l'avance à cette perspective. Et rêver l'avenir permet de continuer, sauf qu'on ne passe jamais à la réalisation. On se sert de l'avenir pour échapper au présent.
Commenter  J’apprécie          00
Colette29 août 2016
La Trève de Primo Levi
J'avais tous les membres douloureux, le sang battait précipitamment dans mes artères et je sentais la fièvre monter. Mais ce n'était pas tout: comme si une digue s'était ouverte, juste au moment où toute menace semblait s'évanouir, où l'espoir d'un retour à la vie cessait d'être insencé, j'étais en proie à une douleur nouvelle, plus grande, enfouie d'abord aux frontières de la conscience sous d'autres douleurs plus urgentes: celle de l'exil, de la maison lointaine, de la solitude, des amis perdus, de la jeunesse enfuie et de la multitude de cadavres autour de moi.
Commenter  J’apprécie          20
zanoni29 août 2016
Psychanalyse et connaissance de Georges Dubal
"La névrose est, en réalité, un tribut que nous payons, à des degrés divers, à la civilisation. c'est une sorte d'impôt psychique. chez les primitifs, la sujétion aux tabous du clan empêche l'épanouissement du Moi. Mais l'intériorisation des tabous (Surmoi) nous fait encore payer une taxe trop élevée et nous verrons comment il est possible de la réduire."
Commenter  J’apprécie          00
gill29 août 2016
La barque de nuit de Gilbert Dupé
Sens dessus dessous, oui, pareille à une barque retournée, et déjà prête à l'enfoncement, l'île disparaissait complètement sous l'avalanche des eaux.

Mais le vent ne l'avait pas démâtée encore.

Le phare, la pointe de l'église, se dressaient toujours bravement ...
Commenter  J’apprécie          10
mamangel129 août 2016
Les petits magiciens font des tours de Lawrence Leyton
La boite à malice

Imagine un instant que, sous les yeux éberlués de ton public, tu fasses sortir un lapin d'une boite complètement vide!

C'est possible grâce à une boite à malice, que tu fabriqueras toi même.
Commenter  J’apprécie          00
Grégory Pichot
Leavinghope29 août 2016
Grégory Pichot
Dussions-nous revenir de tout, aiguisés et tranchants. Sûres de rien, lorsqu'une insouciante ferveur guide l'ordinaire. Je suis arrivé jusqu'ici, en ce lieu de renaissance, que l'on me nomme, la légère, l'incision vive, celle qui l'emportera toujours sur la pesanteur.
Commenter  J’apprécie          00
gill29 août 2016
La barque de nuit de Gilbert Dupé
Sein, l'isolée, l'île sans printemps ni automne, la terre sans arbres ni prairies, prenait ou recevait de la mer la verdure qui n'a pas de saisons.

Chaque jour, au battement de la houle, apportés de loin, arrachés au fond, les koulkougns, le goémon, la plante océane aux tiges laminées, aux grains d'un étrange raisin, étaient poussés vers la côte, s'attachaient aux pierres, couvraient le sable, entourant l'étroit radeau de granit d'une ceinture mouvante et gonflée, d'un noir humide jaspé de reflets jaunes ou verts ...
Commenter  J’apprécie          00
Albert Camus
domisylzen29 août 2016
Albert Camus
Ceux qui s'aiment et qui sont séparés peuvent vivre dans la douleur, mais ce n'est pas le désespoir : ils savent que l'amour existe.

Commenter  J’apprécie          40
clementine129 août 2016
Qui es-tu Alaska ? de John Green
Vous fumez par plaisir. Moi, c'est pour mourir.
Commenter  J’apprécie          00
clementine129 août 2016
Qui es-tu Alaska ? de John Green
Assis à une table ronde en compagnie du Colonel et de cinq autres types que je ne connaissais pas, j'ai ressenti en mordant dans l'enveloppe croustillante de ma première tortifrite un orgasme culinaire. Ma mère se débrouillait en cuisine, mais j'ai eu envie de ramener Maureen à la maison pour Thanksgiving sur-le-champ.
Commenter  J’apprécie          00
motspourmots29 août 2016
Bonneville de Laurent Saulnier
Même en rêve, on a rarement tout ce qu'on veut, il n'y a guère que les enfants pour s'imaginer le contraire.
Commenter  J’apprécie          10
gill29 août 2016
Morceaux choisis. prose et poesie. de VALERY PAUL.
Puisque la connaissance ne se connait pas d’extrémité, et puisque aucune idée n'épuise la tâche de la conscience, il faut bien qu'elle périsse dans un événement incompréhensible que lui prédisent et que lui préparent ces affres et ces sensations dont je parlais ...
Commenter  J’apprécie          00
servana29 août 2016
L'innocence des animaux de Laurence Couteille
Nous sommes à l'aube d'une révolution de la conscience morale qui pourrait nous hisser vers une étape supplémentaire dans notre processus de civilisation.
Commenter  J’apprécie          00
Grégory Pichot
Leavinghope29 août 2016
Grégory Pichot
Le glas est impensable, nos existences sont des histoires

de rédemptions et de dettes à la malignité de l'esprit.
Commenter  J’apprécie          00