Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Dernières Cette semaine Ce mois-ci Depuis la nuit des temps


Dernières citations RSS

  • Par rkhettaoui, aujourd'hui


    J'ai aimé un manipulateur de Caroline Brehat

    La plupart du temps, l’histoire commence comme un conte de fées.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par gabrielleviszs, aujourd'hui


    Black Angel de Sleven Cage

    Anna se trouvait au milieu de sépultures, ces tombes, elle les connait bien, si bien, c’était celles des membres de sa famille qui avaient été décimés. Sur chacune des tombes, il y avait une rose rouge qui avait été déposée devant celles-ci.

    Elle s’agenouilla devant celle de son père. Ses yeux reflétaient de la tristesse et de la honte. Elle ouvrit la bouche après un moment de silence en murmurant :

    « Où que j’aille, je serai toujours près de l’obscurité, n’est-ce pas. Une rose pour chaque tombe, une rose pour chaque péché. »

    Elle laissa échapper un soupir et mit sa main sur la sépulture. Elle déclara avec hargne :

    « Je le mérite bien après tout, c’est ma punition pour tant de lâcheté. Lâche...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par bdelhausse, aujourd'hui


    La bête est morte ! : Quand la bête est déchaînée ; Quand la bête est terrassée de Calvo

    Le Grand Loup, se croyant bien malin, avait aupravant pris la précaution d'aller lécher les pattes du Grand Ours dont la puissance s'étendait bien loin au-delà de la Barbarie.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par genevieve1705, aujourd'hui


    Mamette, Tome 1 : Anges et pigeons de Nob

    - Tu manges une sucette si tôt dans la matinée?
    - Yêche
    - Tu sais que c'est très mauvais pour les dents? Si tu continues, tu auras la bouche pleine de caries...
    - Ouais, ben j'ferai comme toi, j'mettrai un dentier!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par kobaitchi, aujourd'hui


    Be x Boy, N°10, Janvier-Février de Raphaël Pennes

    Je l'ai tabassé pour pouvoir venir chez toi, qu'est-ce que tu croyais ?

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par Alfaric, aujourd'hui


    Hammerfall, Tome 4 : Ceux qui savent de Boris Talijancic

    - Je voulais savoir… A quoi ressemble Dieu ? Son fils a-t-il les mêmes traits que lui ?
    - Ce n’est pas en ces termes que tu dois penser Dieu. Il est amour et omnipotence. Dans les ténèbres, Dieu est lumière.
    - Une lumière ? Peut-être… Mais elle reste encore invisible à mes yeux.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par rkhettaoui, aujourd'hui


    Les Amants du presbytère de Marie-Bernadette Dupuy

    Nous sommes innocents, nous le jurons sur ce que nous avons de plus cher, sur notre salut même que notre action va compromettre. Dans ces circonstances, je ne vois pas pourquoi nous nous donnerions en pâture à une stupide populace, qui ne manquerait pas de se réjouir de nous envoyer au bagne ou à l’échafaud.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par rkhettaoui, aujourd'hui


    Les Amants du presbytère de Marie-Bernadette Dupuy

    On nous jalouse, on nous critique. Si, en plein été, un jour de grosse chaleur, je sors en robe légère, je deviens suspecte d’indécence; si, l’hiver, afin de me préserver du froid, je m’enveloppe d’une cape, je suis également soupçonnée de courir à un rendez-vous galant.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par bdelhausse, aujourd'hui


    La bête est morte ! : Quand la bête est déchaînée ; Quand la bête est terrassée de Calvo

    C'est ainsi qu'on vit des Dogs femelles tourner des obus, conduire des trains, extraire le charbon dans les mines, éteindre les incendies avec une bravoure admirable, faire la police aux carrefours, soigner les blessés et mêmd servir aux armées dans des corps auxilliaires.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par rkhettaoui, aujourd'hui


    Les Amants du presbytère de Marie-Bernadette Dupuy

    Le destin est injuste. Des êtres innocents qui n’ont pas fait le moindre mal trépassent, d’autres, mauvais et violents, demeurent. Si seulement une maladie emportait Annie, et même ton mari, nous serions libres, riches et heureux. Tu quitterais la région, moi ma soutane et, après un an de deuil, je t’épouserais.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par TRIEB, aujourd'hui


    Clair-obscur de

    C’était enfin un visage, une silhouette qui commençait à être connue des Français. Damien Rubot crut remarquer que durant le défilé sur cette artère, le général de Gaulle se tenait en avant de la première rangée de manifestants composée de ses ministres, et collaborateurs immédiats. Était-ce pour des raisons de protocole ?

    C’était peu probable, car le fonctionnement régulier des institutions de la République était loin d’être rétabli. Pour marquer sa prééminence, ou pour illustre les retrouvailles avec la France, qu’il allait, peut-être, incarner ? Pour signifier que celle-ci ne l’avait jamais vraiment quitté ?

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par sasouh08, aujourd'hui


    Demain de Guillaume Musso

    Quand la souffrance est ce que l'on connaît le mieux, y renoncer est une épreuve.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation


  • Par Lilou789, aujourd'hui


    Un coeur en silence de Blanca Busquets

    La salle est pleine à craquer. Tout à l'heure, quand je suis entré, l'orchestre s'est levé et tout le monde m'a applaudi. Je me tourne vers le parterre. Je suis ébloui par les feux des projecteurs dirigés sur moi. J'ai des papillons dans l'estomac comme avant tout concert. L'adrénaline qui monte et descend finit par s'installer là où elle doit pour provoquer ce mélange d'émotion et de peur. Cette peur qui après remplacée par la satisfaction et qui doit être ce que nous cherchons tous quand nous faisons des choses qui sortent de l'ordinaire, qui nous rendent nerveux, qui nous changent, et que malgré tout nous faisons. Ce doit être ça.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par rkhettaoui, aujourd'hui


    Les Amants du presbytère de Marie-Bernadette Dupuy

    Les lèvres sensuelles, rouges et pleines de son amant la tentaient comme un fruit d’été gorgé de promesses. Cet homme la bouleversait.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par ladyoga, aujourd'hui


    L'allée du roi de Françoise Chandernagor

    Les hommes ont ordinairement la vue si courte qu'ils n'envisagent rien au-delà du premier objet qu'on pose devant eux. Rares sont ceux qui, par-delà les murs, les arbres, les êtres, portent leurs regards jusqu'à l'horizon et, s'élevant au-dessus d'eux-mêmes, parviennent à considérer le monde en perspective.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par SuzyBess, aujourd'hui


    Secrets et préjugés de Anne Barton

    - Dennison ! hurla-t-il.
    Le majordome apparut sur le seuil de son cabinet de travail.
    - Mon nom est Hodges, Votre Grâce. Dennison est à Londres.
    Owen se pinça la racine du nez. Il le savait, bien sûr, mais il y avait quelque chose d'intimement satisfaisant à crier le nom de Dennison quand il était perturbé.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par Lisa1789, aujourd'hui


    La Révolution française (des fiches à détacher + 1 histoire + 1 dossier "spécial exposé") de Martine Houmeau-Borda

    Le peuple s’habille et se coiffe différemment. Pour les femmes, jupes, corsages et camisoles de coton bleu, jaune, violet ou rose et bonnets à rubans ou fichus. Pour les hommes, des pantalons et une courte veste (la carmagnole) et sur la tête le bonnet phrygien. On s’appelle « citoyen » ou « citoyenne » et on se tutoie. Il n’y a plus de fêtes religieuses, mais des fêtes républicaines.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par SuzyBess, aujourd'hui


    Secrets et préjugés de Anne Barton

    - Je ne m'étais pas rendue compte que vous étiez si fatiguée, Olivia. Dois-je vous ouvrir votre lit ?
    - Juste ciel, non ! J'ai plaidé l'épuisement pour pouvoir finir mon livre. Je suis presque à la fin.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par SuzyBess, aujourd'hui


    Secrets et préjugés de Anne Barton

    Pour sa défense, c'était elle qui avait commencé... et son corps à lui avait trouvé l'idée excellente.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation


  • Par coco4649, aujourd'hui


    Triolets des Parisiennes de Paris de

    POUR LES FEMMES


    L’amour, je l’ai beaucoup aimé,
    Non pas tant pour leur petite âme
    Que pour leur goût de fleur de mai.
    L’amour je l’ai beaucoup aimé !
    Meurtri, mais plus souvent charmé,
    J’ai répété l’épithalame.
    L’amour, je l’ai beaucoup aimé,
    Non pas tant pour leur petite âme ;

    Pour l’étoile des yeux charmants
    Où l’on ne peut pourtant pas lire
    Et qui font pleurer les amants ;
    Pour l’étoile des yeux charmants :
    Dans la beauté des firmaments
    Les seuls astres qu’on doive élire.
    Pour l’étoile des yeux charmants
    Où l’on ne peut pourtant pas lire ;

    Pour la caresse de deux bras
    Qui sont la chaîne la meilleure
    Et la plus forte d’ici-bas ;
    Pour la caresse de deux bras
    « Fais de moi ce que tu voudras »…
    On le fait, hélas ! et l’on pleure.
    Pour la caresse de deux bras
    Qui sont la chaîne la meilleure ;

    Pour la bouche qui sent le thym,
    La lavande, la marjolaine,
    Où rit le clair et beau matin ;
    Pour la bouche qui sent le thym.
    Comment garder son cœur lointain
    Quand on respire leur haleine ?
    Pour la bouche qui sent le thym,
    La lavande, la marjolaine ;

    Pour les dents qui narguent le sel
    De leurs blancheurs humiliantes,
    Dont la morsure vaut le ciel ;
    Pour les dents qui narguent le sel ;
    Pour les lèvres au sang cruel
    Vers qui nos mains sont suppliantes ;
    Pour les dents qui narguent le sel
    De leurs blancheurs humiliantes ;

    Pour l’or qui frise sur le cou,
    Le coquillage de l’oreille
    Qui nous tente, qui nous rend fou,
    Pour l’or qui frise sur le cou ;
    Pour le nez rose, ce bijou
    Par qui Roxelane émerveille.
    Pour l’or qui frise sur le cou,
    Le coquillage de l’oreille ;

    Pour le sein de marbre plus beau
    Que tous les marbres pentéliques
    Et qu’on souhaite pour tombeau ;
    Pour le sein de marbre si beau !
    La mémoire comme un flambeau
    Éclaire ces pures reliques.
    Pour le sein de marbre plus beau
    Que tous les marbres pentéliques.

    C’est près du cœur que va finir
    Ce court et tout petit poème,
    Leur cœur si doux à retenir.
    C’est près du cœur qu’il va finir.
    Caresses de mon souvenir,
    Gloire de mes yeux, je vous aime !
    C’est près du cœur que va finir
    Ce court et tout petit poème.

    p.11-12-13

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


> voir plus

Lecteurs actifs cette semaine

Dernières critiques

  • Par eterlutisse, Aujourd'hui

    Projet 17 mai : Tome 2, Contre les LGBTphobies

    Cet album m'a beaucoup plu, il présente le vécu de ceux qui sont stigmatisés pour leur orientation sexuelle, leur apparence ou leur désir de fonder une famille. 30 dessinateurs et scénaristes font...

  • Par kobaitchi, Aujourd'hui

    Be x Boy, N°10, Janvier-Février

    Cinq nouvelles séries dans ce numéro dans certaines dont on entendra hélas plus trop parler dans le magazine.En même temps comme la publication a stoppé quatre numéros plus tard on ne peut pas...