AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
GuyMontag29 juin 2016
La carte et le territoire de Michel Houellebecq
Un cadre d'un certain niveau n'a pas seulement des obligations par rapport à l'entreprise mais aussi par rapport à lui-même, il se doit de soigner et de chérir sa carrière comme le Christ le fait pour l'Église, ou l'épouse pour son époux, il se doit tout du moins de prêter aux appels de sa carrière ce minimum d'attention sans lequel il montre à ses supérieurs consternés qu'il ne sera jamais digne de s'élever au-dessus d'une position subalterne.
Commenter  J’apprécie          00
Lovelyfenelon2429 juin 2016
Lait noir de Elif Shafak
Mais pourquoi est-ce que nous recherchons , pourquoi est-ce que je recherche toujours " la largesse de l'existence " à l'extérieur ? Pourquoi suis-je persuadée que la vie devient étriquée lorsqu'elle prend un tour domestique, apprivoisé, et qu'elle est plus vaste lorsqu'elle est chaotique et tournée vers l'extérieur ?
Commenter  J’apprécie          00
genevieve170529 juin 2016
Les aristochats : D'après une histoire de Tom Rowe de Disney
Quel dommage que mes jambes soient si vieilles alors que j'ai les idées si jeunes!
Commenter  J’apprécie          00
coco464929 juin 2016
L'homme naît grâce au cri : Poèmes choisis (1950-2012) de Claude Vigée
LA DEMEURE EST LE SECRET





La demeure est le secret

dont l'exil fut la quête :

une présence errante

dans le vent du désert.



Nous pourrons revenir à la maison perdue

grâce aux paroles tues,

comblées par le silence.

Lèvres toujours en mouvement,

coupure et lien,

passage du vivant,

hiatus franchi d'un bond

entre la lettre et le souffle :

dans un cri s'enracine

le secret de la demeure, son silence est ma source….



p.212

Commenter  J’apprécie          00
genevieve170529 juin 2016
Les aristochats : D'après une histoire de Tom Rowe de Disney
Au début su siècle, Paris était une ville bien agréable. On pouvait se promener tranquillement dans les rues sans risquer de se faire écraser. On pouvait prendre son temps, flâner, rêver...sans être dérangé par la cohue ou les bruits de klaxons. Il y avait encore si peu de voitures...
Commenter  J’apprécie          00
coco464929 juin 2016
Murmure de rizières de Claudine Bertrand
Langue de voyage

à travers la fenêtre

envolée d’étoiles



Les paysages défilent

le dehors s’est retiré

place à l’impalpable



Dans un temple sacré

gravir les échelons

déesse de la mer



Les nuages

à la petite cuillère

font frémir l’éternité

Commenter  J’apprécie          00
zanoni29 juin 2016
La Saga des émigrants, volume 2 : La Traversée de Vilhelm Moberg
Cette traversée était plus pénible et plus dommageable pour la santé qu'il ne l'avait imaginé. Nul ne pouvait savoir cela à l'avance, puisque personne n'avait encore essayé.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Seulement, lorsque vous avez décidé que vous ne vouliez pas passer le reste de votre vie à Humboldt Creek, à bien gagner votre vie mais à travailler dur, il vous fallait une femme plus facile à contrôler. Une femme qui ferait ce que vous vouliez avec reconnaissance.
Commenter  J’apprécie          00
colimasson29 juin 2016
Ces EMI qui nous soignent de Eric Dudoit
La maladie ne se résumerait pas à une interaction moléculaire ou enzymatique mais bien plus à un profond déséquilibre de ce tout qu’est l’être humain bio-psycho-social.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Ce qu’on ne vous dit jamais, dans les histoires d’assassinat, c’est qui trinque à la fin.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Sa robe rouge était remontée sur ses hanches. Hannah avait caché son merveilleux corps aussi longtemps que certains côtés de sa personnalité. Mais on finit toujours par tout découvrir.

Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Je ne suis pas toujours très gentil non plus. On m’a tellement répété quand j’étais môme que je valais mieux que tout le monde que, malgré mes efforts, j’en arrive quelquefois à le croire.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Si le vêtement ne fait pas la femme, il sert au moins à faire remarquer à l’homme la différence des sexes.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Très intéressant de voir comment un esprit habile et rompu aux problèmes juridiques peut déformer quelques faits pour les insérer dans une trame logique, mais mensongère, absurde et ridicule. Tout cela est de la plus pure fantaisie !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
Ils vont toucher un gros paquet de fric un de ces jours. Personne ne semble s’en rendre compte, mais la richesse est une grande responsabilité.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 juin 2016
La fete d'une mere de Carter Brown
L’imbécile qui a sorti un jour que le cœur de l’homme passe par son estomac n’a rien compris à la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          00
kpotrapeliouk29 juin 2016
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry
― On ne connaît que les choses que l'on a apprivoisées, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe pas de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

(…) Il faut être très patient (…). Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près... (…) Si tu viens, par exemple, à quatre heures, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. A quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquièterai : je découvrirai le prix du bonheur ! (…)

Ainsi, le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche :

''Ah ! Dit le renard... Je pleurerai.

― C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...

― Bien sûr, dit le renard.

― Mais tu vas pleurer ! Dit le petit prince.

― Bien sûr, dit le renard.

― Alors, tu n'y gagnes rien !

― J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé. [Le renard lui avait dit : ''Je m'ennuie un peu. Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera comme une musique. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...''
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kpotrapeliouk29 juin 2016
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry
Je n'ai alors rien su comprendre ! J'aurais dû juger [cette fleur qui était sur ma planète] sur les actes et non sur les mots. Elle m'embaumait et m'éclairait. Je n'aurais jamais dû m'enfuir ! J'aurais dû deviner sa tendresse derrière ses pauvres ruses. Les fleurs sont si contradictoires ! Mais j'étais trop jeune pour savoir l'aimer.
Commenter  J’apprécie          00
kpotrapeliouk29 juin 2016
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry
Mon ami ne donnait jamais d'explications. Il me croyait peut-être semblable à lui. Mais moi, malheureusement, je ne sais pas voir les moutons à travers les caisses. Je suis peut-être un peu comme les grandes personnes. J'ai dû vieillir.
Commenter  J’apprécie          00
kpotrapeliouk29 juin 2016
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry
Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d'un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l'essentiel. Elles ne vous disent jamais : ''Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu'il préfère ? Est-ce qu'il collectionne les papillons ?'' Elles vous demandent : ''Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père ?'' Alors seulement elles croient le connaître. Si vous dites aux grandes personnes : ''J'ai vu une belle maison en briques roses, avec des géraniums aux fenêtres et des colombes sur le toit...'' elles ne parviennent pas à s'imaginer cette maison. Il faut leur dire : ''J'ai vu une maison de cent mille francs.'' Alors elles s'écrient : ''Comme c'est joli !''
Commenter  J’apprécie          00