AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
MissSherlock18 janvier 2017
Un Noël à New York de Anne Perry
L'étrangère ici était Jemina, fille d'un policier respecté et petite-fille d'un garde-chasse. Sa mère, quoique bien née, était issue d'un milieu bourgeois dépourvu de richesse et de noblesse.

Cependant, rien de tout cela n'était censé avoir de l'importance dans ce nouveau monde où tous les hommes étaient égaux, et où la seule chose qui comptait était l'avenir, pas le passé.
Commenter  J’apprécie          00
joedi18 janvier 2017
La grande vie de Christian Bobin
C'est le croyant qui fait exister Dieu, mais ce dieu n'est pas pour autant une idée ou un fantasme. Il est la fleur du rien, la rose aux pétales d'air, le souffle à marée haute.
Commenter  J’apprécie          10
Sonic458718 janvier 2017
Shutter Island de Dennis Lehane
- [...] Mais un jour, marshal, un jour peut-être pas si lointain, l'expérience humaine sera tellement soumise aux traitements médicamenteux qu'elle n'aura plus rien d'une expérience humaine, justement.
Commenter  J’apprécie          10
joedi18 janvier 2017
La grande vie de Christian Bobin
... un jour j'ai vu, planté dans un livre d'André Dhôtel, un panneau indicateur du paradis.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui18 janvier 2017
Qu' est-ce que le hasard ? - Psychologie Science Arts Philosophie Societe de Denis Lejeune
On peut donc dire chance et malchance sont des coïncidences qui impliquent une réponse émotionnelles ,positive dans le premier cas, négative dans l'autre cas.

Cette dualité fascine , et explique que, de l'avis général, le hasard n'est pas aussi aveugle que la justice , qu'en somme , il a ses chouchous et ses têtes de turcs. Autrement dit , par l'effet d'un hasard pas tout à fait objectif , certains naîtraient sous une bonne étoile.
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_18 janvier 2017
Hitler de François Delpla
Le 1er février 1933, dans la déclaration gouvernementale qui accompagne l'annonce de la dissolution du Reichstag, Hitler proclame à l'intention, notamment, du Vatican que le christianisme sera protégé par le nouveau régime, en tant que « base de toute morale ». On peut sans doute voir là un écho de Schopenhauer, tout autant qu'une déformation significative, et encore une hypocrisie flagrante. Le philosophe développe, dans sa brochure sur le Fondement de la morale (1841), l'idée que ce fondement ne découle pas de l'expérience et qu'il est donc de nature métaphysique : c'est la pitié, avatar de la fameuse « volonté »... et elle se retrouve dans la charité chrétienne. On peut donc, sans perdre le fil de la théorie nazie, rendre hommage à Jésus et mimer une génuflexion devant Rome... tout en nourrissant le projet de remiser un jour ces meubles inutiles, vecteurs de la pensée « aryenne » parmi d'autres, plus essentiels et moins ambigus.



Là-dessus, le témoignage de Christa Schröder est éclairant. D'abord par un fait anecdotique : cette jeune personne, qui lisait les philosophes à ses moments perdus, eut un jour la surprise de retrouver mot pour mot, dans une tirade que le Führer était en train de proférer comme étant de son cru, une page de Schopenhauer qu'elle avait lue récemment, et elle eut l'audace de lui en faire la remarque. Il reconnut les faits et expliqua : « Chaque homme ne contribue à l'ensemble des sciences que pour unepart infime » (p. 43-44). Le capitaine Zoller n'a malheureusement pas jugé utile de faire préciser la date de l'anecdote, ni le contenu du passage, et le livre Er war mein Chef, écrit dans les années 80, ne revient pas sur la question. Cependant les paragraphes ci-après, où la secrétaire traite de la philosophie du Führer, pourraient bien traduire à la fois l'influence de Schopenhauer et la liberté que son disciple prenait avec ses conceptions :



« Hitler rejetait tous les concepts philosophiques qui ne s'appuyaient pas sur le matérialisme intégral. Il proclamait que le rôle de l'homme finit avec la mort et se permettait les jeux de mots les plus ordinaires lorsqu'on parlait de la survivance dans un au-delà meilleur. Je me suis souvent demandé par qui, dans ces conditions, il pouvait se sentir appelé à remplir une mission sur terre. De même, je n'ai jamais compris pourquoi il terminait régulièrement ses grands discours par une invocation au Tout-Puissant. Je suis persuadée que s'il agissait ainsi, c'était uniquement pour s'assurer les sympathies de la population chrétienne du Reich. Là encore, il jouait une comédie affreuse. »



Chaque fois que la conversation traitait de la vie spirituelle, il s'élevait en termes cyniques contre le christianisme, dont il combattait les dogmes avec une violence ordurière. Sa conviction se résumait dans cette phrase qu'il a souvent répétée : « Le christianisme a retardé le monde de deux mille ans dans son développement naturel. L'humanité a été scandaleusement exploitée et privée de ses droits les plus absolus. La foi dans un meilleur au-delà a détaché l'homme des réalités terrestres et des devoirs qu'il contracte envers l'humanité dès sa naissance. » (p. 211-212) (chapitre 15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tchouk-tchouk-nougat18 janvier 2017
Les Aigles de Rome, tome 5 de Enrico Marini
-Arminius... Ce gars est surévalué par tout le monde. Il a certes fait une belle carrière chez nous. Je comprends que tu cherches à salir son nom, je serai ravi de le voir se casser la figure... Mais il y a quelqu'un qui m'agace plus que lui... et ce type c'est toi!

-Tu ne comprends pas... Arminius veut anéantir les trois légions!

-Qu'il essaie! Quels dégâts pourrait cause une bande de barbare mal organisée à trois légions romaines? On écrasera ces sauvages. Nous ne sommes pas venus pour visiter ce pays... Nous sommes venus pour le conquérir!
Commenter  J’apprécie          00
ILLE18 janvier 2017
Le vieux qui déjeunait seul de Lea Wiazemski
Oh ma vie,comme tu vas me manquer!Malgré tous tes coups durs je te bénis de m'avoir donné la joie d'avoir une enfant à moi et de la quitter n la sachant heureuse.
Commenter  J’apprécie          00
nelly7618 janvier 2017
L'amante d'Étretat de Stanislas Petrosky
Elle m'a dit mon petit il y a trois choses

que jamais,

Au grand jamais tu n ' devras oublier

Premièrement ne touche pas à tes aiguilles

Deuxièmement ta colère tu devras maîtriser

Et surtout ne jamais oublier quoiqu'il arrive,

ne jamais se laisser tomber amoureux,

car alors pour toujours,

à l'horloge de ton coeur la grande aiguille des

Heures transpercera ta peau,

explosera l'horloge, imploseront tes os, la

mécanique du coeur sera brisée de nouveau.

DYONYSOS
Commenter  J’apprécie          00
ILLE18 janvier 2017
Le vieux qui déjeunait seul de Lea Wiazemski
Un silence s'installe entre nous.Et,chose très étonnante,c'est comme si elle savait de quoi je veux parler,comme si elle aussi avait vu ses rêves brisés par la guerre...
Commenter  J’apprécie          00
missmolko118 janvier 2017
Branches obscures de Nikolaj Frobenius
J'aime Agnete, me disais-je, je ne m’étais jamais perçu comme un mari infidèle; Mais c'est ce que j’étais. Un menteur lâche qui rôdait sur les sentiers forestiers tard le soir à la recherche de son amoureuse putassière. Je m’étais toujours considéré comme loyal et franc, mais quand j'avais embrasé Katinka pour la première fois et aussitôt eu envie de coucher avec elle, j'avais été frappé par combien la trahison me paraissait naturelle. Comme un talent que j'avais toujours eu - et développé dans le plus grand secret - mais dont je m’étais jamais servi. Je savais comment trahir, mentir, recouvrir mes traces. Je n'avais pas été obligé de l'apprendre à la "dure école de la vie". Cela m'était venu avec une facilité choquante.

Les opérations de couverture, le téléphone supplémentaire, le mensonge et le sourire masquant la trahison, le baiser, la baise, l’infidélité ; c’était comme un jeu dont j'avais des souvenirs d'enfance et qu'en quelques minutes seulement j'avais maîtrisé à un haut niveau d'aptitude.

Effrayante, cette facilité avec laquelle un homme apparemment digne d'amour et en harmonie avec lui-même se mue en un monstre traître et égoïste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ILLE18 janvier 2017
Le vieux qui déjeunait seul de Lea Wiazemski
Notre jeunesse était une promesse d'avenir et pour la première fois mon cœur allait s'ouvrir à l'amour aux sons des flonflons d'un bal.
Commenter  J’apprécie          00
CocoetYvette18 janvier 2017
Ma petite couture de Sophie Bouger
Grâce aux patrons et aux schémas explicatifs, aucun risque de vous tromper. Vous pourrez enfin offrir de magnifiques cadeaux de naissance à vos amis et confectionner de véritables vêtements de créateurs !

Une couture plaisir pour l'amour des tissus et des formes simples et élégantes
Commenter  J’apprécie          00
Neneve18 janvier 2017
Un amour exemplaire de Daniel Pennac
Pendant une partie de bridge

Curé : Nom de Dieu, qu'elle joue mal cette pétasse !

P'tite dame : Je vous demande pardon mon père ?

Curé : Pas de pardon ! Tu joues comme un pied, p... borgne !

P'tite dame : C'est intolérable !!!
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui18 janvier 2017
Qu' est-ce que le hasard ? - Psychologie Science Arts Philosophie Societe de Denis Lejeune
Là où il y a volonté consciente ,il n' y a pas hasard.
Commenter  J’apprécie          00
alberthenri18 janvier 2017
L'auberge de la mort de Michel Peyramaure
L'Ardèche du premier tiers du siècle passé*,c'était encore une de ces contrées à demi sauvages sur les cartes desquelles jadis, à défaut d'appellation les explorateurs écrivaient : "Ici sont les lions" ("Hic sunt leones").



*(Le livre date de 1976)
Commenter  J’apprécie          10
ILLE18 janvier 2017
L'île des beaux lendemains de Caroline Vermalle
Quand je suis arrivée chez toi,je me suis dit que peut-être je pourrais recommencer.Que peut-être je pourrais hériter d'un peu de ce courage que tu avais eu et qui m'avait manqué il y a cinquante-six ans.Mais que veux-tu,tout est joué,maintenant,il n'y a plus rien à recommencer.
Commenter  J’apprécie          00
ninosairosse18 janvier 2017
L'art du pardon, de la bonté et de la paix de Jack Kornfield
Jusqu'où vous allez dans la vie dépend de votre capacité à faire preuve de douceur envers les jeunes, de compassion envers les personnes âgées, de bonté envers ceux qui ont faim et de tolérance envers les faibles et les forts. Parce qu'un jour, vous aurez été tout cela.

George Washington Carver.



p102
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaoui18 janvier 2017
Qu' est-ce que le hasard ? - Psychologie Science Arts Philosophie Societe de Denis Lejeune
Le hasard a quelque chose d'Arsène Lupin ,car, comme lui, il a mille visages,et, même qu'on le détient dans une cellule ,qu'il semble contenu , maitrisé , il se débrouille pour organiser son évasion Et, une fois dehors , le même cirque recommence : il apparait ici , il apparait là , aimable et narquois,gentleman et cambrioleur, chaque fois dérobant un peu plus nos certitudes , rongeant notre conviction que tout a un sens bien défini

Arsène lupin ne s'explique pas , et toutes les raisons du monde échouent à le contenir , idem du hasard.
Commenter  J’apprécie          00
ceciliafinne18 janvier 2017
Roméo et Juliette de William Shakespeare
Mon cœur a-t-il aimé jusqu'ici ? Non ; jurez-le, mes yeux !

Car jusqu'à ce soir, je n'avais pas vu la vraie beauté.
Commenter  J’apprécie          00