AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
HornedSerpent24 février 2017
Phobos, tome 1 : Les éphémères de Victor Dixen
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.
Commenter  J’apprécie          00
AudryEsprint24 février 2017
Ronces Blanches et Roses Rouges de Laetitia Arnould
La lune, accrochée au firmament, se mit à grignoter un à un les nuages qui la masquaient. Sirona leva les yeux vers sa face blanche et tachée, et eut presque envie de la remercier pour son retour. Elle baissa la tête et suivit les contours du carrosse – qui était toujours là –, d’arbres élancés, et d’un chemin sinueux qui serpentait entre des bosquets. Plus loin, elle vit une étendue d’eau tumultueuse qui s’en allait jusqu’à l’horizon. Ce devait être cela, la mer…

Une falaise subissait l’assaut répété des vagues, avec à son sommet, les ombres d’une demeure qui ressemblait presque à une créature contrefaite. Sirona cligna des paupières pour acclimater ses yeux à la semi-clarté que déversait la lune. La bâtisse était un assemblage de pignons, de faîtes et de hautes tours. Noueuses et biscornues, ces dernières se mêlaient les unes aux autres, elles s’en allaient dans des directions opposées et dans des courbes et des hauteurs qui paraissaient défier les lois de la gravité. Les toitures, noires et lustrées, faisaient office de miroirs à la lune et renvoyaient de multiples reflets de son visage rond et pâle.

Pressée de détailler rapidement le reste du paysage, Sirona se retourna. Comme elle ne vit rien d’autre que le néant, elle reporta son attention sur le château, la falaise et la mer.

C’était un décor à faire froid dans le dos.

Pourtant, Sirona attrapa sa jupe à deux mains et allongea le pas.

En approchant de la muraille d’enceinte qui protégeait les tours, elle constata qu’elle était hérissée de statues de bêtes hideuses, et tout autant de longues lames acérées. Cette vision n’augurait rien de bon, mais Sirona contourna la muraille jusqu’à se retrouver devant une herse de fer, haute de plus de dix mètres et ornée de faciès grimaçants et de corps difformes qui s’enroulaient sur le métal froid.

Dans la nuit, une plainte monta. Sirona eut une brusque envie de faire demi-tour, quand une ombre gesticula, par-delà la herse. Elle se figea sur place.

— Bonsoir, mademoiselle… Ce n’est pas courant de recevoir de la visite par ici. Puis-je vous aider ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Litonya24 février 2017
Silhouette de Jean-Claude Mourlevat
Il convint qu'il avait eu tord d'écrire à l'avance le scénario de sa rencontre avec Lherbier. Les choses se déroulent rarement comme on les imagine. La vie dans son infinie variété se joue bien de nos prévisions.
Commenter  J’apprécie          00
sabine5924 février 2017
Notre coeur de Guy de Maupassant
La parole éblouit et trompe, parce qu'elle est mimėe par le le visage, parce qu'on la voit sortir des lèvres , et que les lèvres plaisent, et que les mots séduisent . Mais les mots noirs sur le papier blanc, c'est l'âme toute nue.
Commenter  J’apprécie          10
cici89924 février 2017
Le Secret de Pembrooke Park de Julie Klassen
- Je sais que je suis plus âgé que vous mais je suis jeune d'esprit. Vous ne pouvez le nier.

- Certes, non.

- Et vous êtes plus vieille que votre âge.

Abigail le regarda, mortifiée.
Commenter  J’apprécie          00
Blog_Oceane24 février 2017
Les sautes d'humour du docteur Freud de Olivier Mannoni
Il y a sur mon bureau deux chiens en porcelaine de Chine qui se moquent de moi, je crois, quand j'écris.
Commenter  J’apprécie          00
Jmlyr24 février 2017
Le jeu inconscient des relations amoureuses de Christophe Itier
LA RECETTE DU BONHEUR

Pour être heureux, nous avons besoin :

- d'avoir un but, un désir dans la vie

- de se sentir aimé et d'aimer

- de se sentir en sécurité

- de se sentir puissant, capable, créatif

- de se sentir libre

- d'être cohérent

-d'avoir la conscience tranquille



(page 185)
Commenter  J’apprécie          00
Mermere24 février 2017
Une contrée paisible et froide de Lindemuth Clayton
La différence entre les hommes et les femmes, c'est que les femmes désirent cent choses différentes d'un seul homme et les hommes désirent une seule chose de cent femmes.
Commenter  J’apprécie          00
Jmlyr24 février 2017
Le jeu inconscient des relations amoureuses de Christophe Itier
Pour faire l'amour, il faut être détendu. Un travail prenant n'y aide pas, les soucis non plus. La créativité est tellement jouissive que certains artistes en oublient le sexe. La méditation a aussi cet effet là, une fois en contact avec son âme, le plaisir sexuel peut paraitre fade à côté.
Commenter  J’apprécie          00
KateLine24 février 2017
Make me bad, tome 1 de Elle Seveno
– On va y arriver, la rassuré-je. Ils vont simplement croire que nous sommes amants, pas que nous complotons contre eux. Et si vraiment ça te fait peur, je vais m’occuper de Matt. Il ne dira rien. Ok ?

Elle remue la tête dans mon cou pour acquiescer. Je souris.

– Je ne peux pas lutter si tu es si gentil…

Pourquoi me dit-elle ça ?

– Je ne suis pas gentil. J’en profite pour mater ton décolleté.

Elle se met à rire et provoque le mien. Ce que j’aime ce son ! 
Commenter  J’apprécie          00
Blog_Oceane24 février 2017
Les sautes d'humour de Marcel Proust de Marcel Proust
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination.
Commenter  J’apprécie          00
Jmlyr24 février 2017
Le jeu inconscient des relations amoureuses de Christophe Itier
Nous sommes tous carencés en matière d’amour , il est vraiment rare de rencontrer des personnes qui ne sont pas en demande, c’est un fait et nous devons faire avec. ….tant que nous n’avons pas trouvé en nous la source de notre être , nous serons dépendant de la source des autres.Cette dépendance n’est pas grave si elle est faible et diversifiée , quand elle devient importante, elle crée un déséquilibre qui s’exprime à travers la jalousie et le contrôle.

Certains vont jusqu’à justifier leur jalousie maladive par des phrases du style « si tu n’es pas jaloux c’est que tu ne tiens pas à ton ta partenaire » .

Derrière la jalousie, il n’y a que la peur( peur d’être seul, abandonné, non - reconnu, peur de ne pas avoir de valeur…) j’ai beau chercher , je ne vois aucun amour la dedans. Le mot amour est synonyme de confiance, liberté, compréhension , pas d’enfermement ou de spécification qui ne flatte que l’ego.

Don c si vous êtes jaloux, observez quel est votre degré de confiance en vous et d’amour propre, vous trouverez surement de quoi entreprendre un travail sur vous «
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
clement_M24 février 2017
Rose minuit de Marina de Van
- Eh bien monsieur, vous ne reconnaissez pas votre fille ? Vous n'aviez pas de séquelles hier !

- Je n'ai pas d'enfant...

Je répète cette phrase obstinément, malgré la peine causée à ma fille, Florence. De fait, je la reconnais bien, mais je ne peux pas la sentir.
Commenter  J’apprécie          00
bouma24 février 2017
L'école est finie de Yves Grevet
– La plupart des adultes disent que c’est trop tard, qu’on ne peut plus revenir en arrière. Mais mes amis et moi, le soir dans le dortoir, on rêve de tout changer et on s’est juré d’y parvenir un jour.

J’ai vu dans ses yeux sa détermination. C’était comme si, d’un seul coup, elle me passait son énergie et que je devenais plus fort.

– Ce jour-là, Lila, lui ai-je dit en la regardant bien en face, je serai avec toi et nous serons nombreux.
Commenter  J’apprécie          00
pgremaud24 février 2017
Les friandises de Betty Bossi de Betty Bossi
Confectionner des friandises avec ce livre sera pour vous une partie de plaisir. Et vous ne tarderez pas à vous rendre compte qu'il ne faut pas plus de temps ni de travail que cela que pour faire un gâteau.

A vous maintenant de mettre la main à la pâte du premier au dernier jour de l'an, pour la plus grande joie de votre famille et de tous vos amis. Bonne chance et bon amusement !
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_24 février 2017
Marx : critique du marxisme de Maximilien Rubel
Contrairement à Engels, Marx ne pensait pas que la transformation révolutionnaire de l’avenir se ferait à la manière des révolutions du passé, tel un cataclysme naturel qui broie hommes, choses et consciences. Avec l’avènement du travailleur moderne, l’espère humaine commençait le cycle de sa vraie histoire : elle entrait dans la voie de la raison et devenait capable de réaliser ses rêves et de se donner un destin à la mesure de ses facultés créatrices. Les conquêtes de la science et de la technologie rendaient possible une telle issue, mais le prolétariat devait intervenir pour que la bourgeoisie et son capital ne changent pas cette évolution en marche à l’abîme.



« Les triomphes de la science semblent achetés au prix d’un avilissement moral. A mesure que l’humanité dompte la nature, l’homme semble devenir la proie de son prochain et de sa propre infamie » (Discours devant les chartistes, 1856).



La révolution prolétarienne n’aura donc rien d’une aventure politique ; ce sera une entreprise universelle, menée de concert par l’immense majorité des membres de la société ayant pris conscience de la nécessité et de la possibilité d’une régénération totale de l’humanité. L’histoire étant devenue mondiale, la menace d’asservissement par le capital et son marché s’étend à toute la terre ; par contrecoup doivent apparaître une conscience et une volonté de masse toutes tendues vers un changement profond et universel des relations humaines et des institutions sociales. (p. 98)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChtiSuisse24 février 2017
Les Annales du Disque-Monde, Tome 20 : Le Père Porcher de Terry Pratchett
Quand on est adulte, on ne craint, disons, que des désagréments logiques. La pauvreté. La maladie. Se faire démasquer. Au moins, on ne devient pas fou de terreur à cause de quelque chose sous l’escalier. Le monde ne se compose pas d’ombre et de lumière arbitraires. Le monde merveilleux de l’enfance ? Eh bien, ce n’est pas une version tronquée de celui des adultes, pas de doute. C’est plutôt la version adulte écrite en grosses lettres. Tout est… davantage quelque chose. Davantage tout
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui24 février 2017
Deadly Heaven - Tome 1 de Mauï Basquin
Il est beau, si beau que cela en devient effrayant. C’est peut-être bête de dire ça, mais il a l’air tout droit sorti d’un de ces films d’horreur où le méchant séduit la fille pour mieux la tuer. Je secoue la tête pour chasser ces pensées morbides. Gabriel n’est rien de tout ça. Il est gentil, quand il le veut, intelligent et drôle. Mon tiraillement entre ma raison et mon cœur ne peut être synonyme que d’une chose… Gabriel, ce garçon que je repousse tant, me plaît. Et je suis morte de trouille à l’idée d’être vulnérable.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui24 février 2017
Deadly Heaven - Tome 1 de Mauï Basquin
Je commence à regretter mon comportement avec Gabriel. Je m’assieds sur un banc tout en pensant à la façon dont je l’ai traité. Pourquoi suis-je comme ça avec lui ? Il ne m’a jamais rien fait. Il n’a jamais rien dit de mal. Je ne connais rien de lui et je le juge. J’ai toujours détesté les gens qui critiquent par des a priori et voilà que maintenant, j’en fais partie.
Commenter  J’apprécie          00
cyrcar3524 février 2017
Les mains du miracle de Joseph Kessel
- La tragédie de la grandeur, dit-il, est d'avoir à fouler les cadavres.
Commenter  J’apprécie          00