AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
coco464927 juillet 2016
Les Gaîtés du chat noir, 1894 de Georges Auriol
J’ai mis le Surplus de mon Trop

Dans le Néanmoins de ton Pire…





Deux vers irrésistibles tirés de :



POÈME FUGACE

J’ai mis le Surplus de mon Trop

Dans le Néanmoins de ton Pire ;

Avec des airs de maestro,

J’ai mis le Surplus de mon Trop.

Un cheval passait au grand trot,

Nous étions encor sous l’Empire…

J’ai mis le Surplus de mon Trop

Dans le Néanmoins de ton Pire.



Le Chat Noir, 17 août 1889

Commenter  J’apprécie          00
Piatka27 juillet 2016
C'est avec mains qu'on fait chansons de Lyonel Trouillot
la petite fille au regard d'île

prit alors l'homme par la main

et lui parla tant et si bien

que d'arc-en-ciel en arc-en-ciel

par voeu d'amour et d'abondance

ils inventèrent l'eau et le pain
Commenter  J’apprécie          00
MarquePage27 juillet 2016
Choc, Tome 2 : Les fantômes de Knightrgrave : Deuxième partie de Stéphane Colman
- Le mariage est l'art de résoudre à deux les problèmes que l'on n'a pas seul. Méditez cela avant de commettre l'irréparable.
Commenter  J’apprécie          00
MarquePage27 juillet 2016
Choc, tome 1 : Les fantômes de Knightgrave de Stéphane Colman
- Il n'avait pas de chance, ce monsieur.

- La chance, on ne l'a que si on se la fabrique, bout' chou !
Commenter  J’apprécie          00
gigi_weasley27 juillet 2016
La mort s'habille en crinoline de Jean-Christophe Duchon-Doris
Une beauté hors du commun, note Mme Roger, qu'elle n'a pas le souvenir d'avoir remarquée lors de la première visite. Et puis, pense-t-elle, un air indéfinissable de Vierge peinte qui, s'ennuyant trop, a décidé de descendre de sont tableau et de se mêler à la médiocrité des hommes.
Commenter  J’apprécie          00
gigi_weasley27 juillet 2016
La mort s'habille en crinoline de Jean-Christophe Duchon-Doris
J'ai été jolie très jeune, savez-vous. Et non pas d'une beauté charmante qui attire l'affection, mais d'une beauté froide, quasi parfaite, celle qui déchaîne les passions. Je ne demandais qu'à être heureuse, mais les regards des hommes ne m'ont pas laissé le choix.
Commenter  J’apprécie          00
OttoDidakt27 juillet 2016
Louons maintenant les grands hommes de James Agee
Mais puisqu'il en est ainsi, je ferai le peu qui est en mon pouvoir en écrivant. Seulement ce sera très peu. Les capacités me manquent et si je les avais, vous ne vous approcheriez pas du tout du résultat. Car vous ne pourriez guère continuer à vivre si vous vous en approchiez.
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleil27 juillet 2016
La confrérie du corbeau de Peter Tremayne
- Alors aura lieu l'Oenach, notre grande foire, qui marque le début de l'été.

- Je l'avais oublié ... Il est vrai que je n'ai encore jamais été à Cashel en cette époque de l'année. Au moment de la foire, nos voyages nous entraînaient toujours vers d'autres parties du monde, Fidelma et moi.



- Vous allez donc avoir l'occasion de l'apprécier pour la première fois. Elle dure neuf jours pendant lesquels se succèdent des divertissements de toutes sortes : tournois d'archers, démonstrations d'adresse dans le maniement des armes, courses de chevaux, spectacles de saltimbanques, festins présidés par le roi et son chef brehon ...

Même les grandes foires de Taillteann, Tlachtga et Carman font pâle figure en comparaison.
Commenter  J’apprécie          00
OttoDidakt27 juillet 2016
Louons maintenant les grands hommes de James Agee
Mon vœu est de parler avec autant de soin et d'aussi près de ce qui est vrai que j'en suis capable.
Commenter  J’apprécie          00
Myriam327 juillet 2016
La Guerre d'Alan de Emmanuel Guibert
Au bout de dix-huit mois, j'en suis arrivé à la conclusion que je n'avais pas vécu ma propre vie. Je n'avais pas vécu la vie de la personne que je suis. J'avais vécu la vie de la personne qu'on voulait que je sois, c'est différent.

Et cette personne-là n'a jamais existé.
Commenter  J’apprécie          00
OttoDidakt27 juillet 2016
Histoire de ma soeur de M. Ossorguine
Ceux qui sont nés pour l'amour ne le trouvent pas tous, parce que le temps n'attend pas et que la lassitude s'approche furtivement de nous, sans qu'on s'en aperçoive.
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleil27 juillet 2016
La confrérie du corbeau de Peter Tremayne
- Les êtres humains ressentent le besoin de symboles, convint Fidelma avec lassitude.

Dans la nouvelle foi, nous vénérons les représentations du poisson et de la croix (...)

Ce n'est pas le symbole, mais ce que nous voyons en lui, qui est la véritable source de pouvoir.
Commenter  J’apprécie          00
OttoDidakt27 juillet 2016
Histoire de ma soeur de M. Ossorguine
Y'a-t-il un homme qui soit si petit que l'axe du monde ne passe pas par son existence ?
Commenter  J’apprécie          00
OttoDidakt27 juillet 2016
Histoire de ma soeur de M. Ossorguine
[Au printemps] toutes les jeunes filles deviennent jolies, non parce que les toilettes de printemps les embellissent, mais simplement parce qu'elles en sont convaincues.
Commenter  J’apprécie          00
Zakuro27 juillet 2016
La femme dans le soleil de Breyten Breytenbach
Le coeur- étoile



Les nuages resteront

entre eau et vent

pour forger la lumière

en un noeud plongeant

dissolvant les rêves dont on se souvient





Commenter  J’apprécie          10
OttoDidakt27 juillet 2016
Blues castillan : Edition bilingue français-espagnol de Antonio Gamoneda
Les spirituals (chanson religieuse) et les blues (évidence profane) ont une double fonction, qui s'ajoute à leur fonction esthétique : exprimer la souffrance et s'en consoler.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui27 juillet 2016
Hou, les vilaines ! de Carter Brown
Tout ce qui l’intéressait, c’était baiser et faire la foire avec quelqu’un qui paye l’addition. On peut dire que ce n’étaient pas les hommes qui manquaient dans sa vie.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui27 juillet 2016
Hou, les vilaines ! de Carter Brown
C’est tellement assommant quand une fille se met à vous raconter tous ses problèmes, son patron qui cherche à la peloter ou la sœur malade qui veut qu’elle garde les gosses.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui27 juillet 2016
Hou, les vilaines ! de Carter Brown
Tous les métiers ont leurs astuces. Quand la rigidité cadavérique a disparu, on peut modeler la figure et lui rendre un semblant d’aspect normal. Un mélange à parts égales de glycérine et d’eau est injecté dans les yeux, les paupières soulevées. On peut badigeonner les lèvres d’une solution de carmin dans de l’alcool et poudrer la figure en massant bien pour faire pénétrer la poudre. Alors la photo aura absolument l’apparence de la vie. Enfin, presque.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui27 juillet 2016
Hou, les vilaines ! de Carter Brown
Il faut qu’elles soient vierges quand il les épouse, et il les épouse parce qu’il estime qu’un homme doit respecter leur virginité... Un dingue, bien sûr, mais avec son fric il peut se le permettre.
Commenter  J’apprécie          00