AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Siabelle06 février 2016
Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants de Terry Pratchett
- Tu as déjà jeté un coup d'oeil aux queues de rat, mademoiselle ? demanda Maurice.

- Comment ça ? fit Malicia.

- Elles sont fausses. Certaines, en tout cas. Ce ne sont que de vieux lacets de chaussure. J'en ai vu dans la rue.

- Pas de vraies queues ? demanda Keith.

- Je suis un chat. Tu crois que je ne sais pas reconnaître des queues de rat ?

- Les gens s'en seraient sûrement aperçus !

- Ah ouais ? répliqua Maurice. Tu sais ce que c'est un ferret ?

- Ferret ? Ferret ? Qu'est-ce qu'un ferret viens faire là-dedans ? cracha Malicia.

- C'est le petit morceau de métal au bout des lacets expliqua Maurice.

- Comment ça se fait qu'un chat connaisse un mot pareil ?

- Tout le monde connaît forcément quelque chose.
Commenter    J’apprécie          00
papachou200206 février 2016
Hôtel - Chambre un de Emma Mars
Parler de sex était pour elle un plaisir au moins égal à l'acte lui-même. Un prolongement naturel, comme si la langue était chez elle un organe aussi érectile que son clitoris, les deux paraissant connectés par un lien secret.
Commenter    J’apprécie          00
coco464906 février 2016
Où se dressait le cyprès blanc de Pierre Torreilles
Comme une tache d'eau

sur le silence des montagnes









Ténébreux entrelacs.

Oblique,

        la pensée.

L'énigme

         éclaire et tue

quand disloqué s'avère le poème,

flèche labiles de la voix





Torrent

soliloque sonore aux voix aigües d'outre-mémoire

en d'infinis affinements

                      le temps

l'impénétrable phonation

, chants enviables.



p.25
Commenter    J’apprécie          00
coco464906 février 2016
Michaux - Oeuvres complètes. tome 3 de Michaux.Henri (2004) Cuir/luxe de Henri Michaux
 Pour se délivrer d'incertitude, ils défilent, pensant qu'ils

déferlent, cœurs d'enfants dans un corps de foule.

 Et toi ?





Poteaux d'angle, p.1069
Commenter    J’apprécie          10
coco464906 février 2016
Où se dressait le cyprès blanc de Pierre Torreilles
En miroir étonné du ciel







Fleuve paradoxal

quand

      inarticulé

                , l'horizon me le rend durable,

sans limite

          le ciel.





Cent matins pour y parvenir.





Un soir nous en sépare encore,

la montagne nimbée de jour,

ouverte à son éternité. . .





et rameutées,

ombres flairant la nappe sombre,

                   en son éclat saisie



. . . brièveté d'une géode.



p.22



Commenter    J’apprécie          10
josepina06 février 2016
Tes ordres sont mes désirs, tome 2 de Phoebe P. Campbell
Mais bien vite,je n'ai plus à m'en préoccuper.Darius se recule,ses mains sur ma peau,puis me murmure de sa belle voix grave:

-Je t'aime,Juliette.

Une vague de chaleur s'empare de moi.Je m'entends répondre''moi aussi'',puis mon pyjama vole,tandis que je m'efforce de détacher la boucle de ceinture de Darius.
Commenter    J’apprécie          20
coco464906 février 2016
L'inacheve de Jean Todrani
Je dois maintenant

désormais je dois

serrer mes lignes

que nul n'en sorte.



Ne plus refuser

le nom et sa voix

ne pas recouvrir

la pierre reverdie.



Loi des heures

passant noircies,

la parole amputée

l'art du silence.



Et la peur d'arracher

un mot au marbre

un soupir à l'ombre

un cheveu au sommeil.

                   20.12.93.
Commenter    J’apprécie          10
coco464906 février 2016
Où se dressait le cyprès blanc de Pierre Torreilles
En miroir étonné du ciel







Où séjourne l'objet

                 l'audible création,

vocable manifeste

                en promesse de mots

rendant visible le sonore,

vestiges apparents

par notre bouche remâchés.



. . .



L'antique tumulus

élève la lumière en miroir étonné du ciel.

Visible

et soudaine prédiction

l'inachevé joint bout à bout. . .





puis reconnues, celées,

ces pierre d'angle.







Tourné vers leur mutisme,

en cela que dure la terre

                        et l'érige,

sommets d'où plus aucun sentier ne part. . .



p.21-22



Commenter    J’apprécie          10
josepina06 février 2016
Tes ordres sont mes désirs, tome 2 de Phoebe P. Campbell
Soudain,je comprends:il a de nouveau glissé sa main entre mes jambes et observe attentivement mes réactions tandis que ses doigts s'avancent inexorablement vers ma culotte.Pour échapper à la lueur fauve,je ferme les yeux.Sa main s'immobilise aussitôt.
Commenter    J’apprécie          20
coco464906 février 2016
D'un pas suspendu de Pierre Chappuis
INSOMNIE





 Montée des jardins en terrasses, l'ombre par effluves entre

dans la chambre, dans les vides qu'elle ne comble pas

s'installe.



 Cette heure-ci, oui, aux dimensions du temps, érodé.



 Sans heurts, sans craquements, le mobilier de la nuit est

remis en place.



p.41
Commenter    J’apprécie          10
coco464906 février 2016
L'inacheve de Jean Todrani
Je ne suis pas ici

ici n'est pas

il n'y a pas d'ici

si ici était

je ne pourrais

marcher

ni faire paroles

ici est prétexte

dire : je pars

est mensonge

Il y a tant d'ici

qu'aucun ici n'est

et ne s'arrête

mais volatil

on ne l'attrape

ni s'y couche

ou s'endort

ici est un mot.

            17.06.93.
Commenter    J’apprécie          10
Maks06 février 2016
Positif de David Wellington
Les panneaux de tôle ondulée de six mètres de haut avaient été peints en blanc pour éviter la rouille. Au sommet, des gardes armés de fusils à lunette occupaient une passerelle métallique. Devant l’entrée, des os de toutes sortes remplissaient un grand espace vide : des squelettes humains, par centaines, non, par milliers. Ils formaient des piles où se mélangeaient crânes, bassins, fémurs et phalanges, jaunis par le soleil. Des oiseaux noirs les examinaient, même s’il ne restait apparemment plus grand-chose pour eux. Seul un étroit ruban d’asphalte dégagé permettait la circulation des véhicules – à part ça, ce vaste charnier n’était composé que d’os.

Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Quand il sourit comme ça, j'ai l'impression que le soleil perce à travers les nuages.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Être juste amis, ça fonctionne tant que tout le monde souhaite la même chose. Dès lors que les besoins de l'un changent, le château de cartes s'effondre.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Les palpitations de mon cœur s'accélèrent, j'aimerais me faire toute petite et glisser sous sa peau. Seigneur. Est-ce la définition de la passion ? Le cœur devient hybride, à moitié vôtre, à moitié sien. J'aimerais posséder son cœur.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
J'expérimente un feu d'artifice de sensations. Je l'aime si fort que c'en est douloureux. Il est l'homme avec qui j'ai envie de passer toutes mes journées à plaisanter, discuter, me décharger de mes angoisses, partager mes réussites
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Je t'aime toujours. (Il tire sur le drap, m'embrasse sur le menton et me regarde en souriant, le regard pétillant). Quoi que tu sois en train de penser... rien n'a changé depuis le lever du soleil. Je t'aimais hier soir. Je t'aimerai demain.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Je n'ai jamais aimé quelqu'un comme je t'aime. D'un amour aussi fort, impérieux, bouleversant tout sur son passage. Je n'ai jamais connu de fille avec qui je pouvais m'imaginer pour le reste de mes jours.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
C'est ce qu'on appelle l'alchimie, j'en sis persuadée. Ce sentiment qui nous paralyse et nous transperce, qui me donne l'impression d'être en vie pour la première fois en assassinant des moments qui l'ont précédé. Des souvenirs affadis de ce que je ressentais en étant si loin de lui.
Commenter    J’apprécie          10
Cielvariable06 février 2016
Irrésistible folie de Christina Lauren
Que tout ce qui est bon dans ma vie pourrait s'évanouir, qu'il pourrait me quitter.

Que nous pourrions construire une vie ensemble qui nous serait arrachée devant nos yeux.

que je pourrais me retrouver seule à nouveau, et voir toute ma vie s'effondrer.

Maintenant, il est tout pour moi.
Commenter    J’apprécie          10