Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Dernières Cette semaine Ce mois-ci Depuis la nuit des temps


Dernières critiques RSS

    • Livres 3.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Apparitions de Ivan Tourgueniev

    C'est à la fois simple et compliqué, beau et étrange.
    Un texte qui ne laisse pas indifférent.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


    • Livres 2.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Une banale histoire : Fragments du journal d'un vieil homme de Anton Tchékhov

    Ce petit livre porte bien son titre.
    L'histoire n'est pas très intéressante mais se laisse lire.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


    • Livres 2.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Roman avec cocaïne de M. Ageev

    Grosse déception.
    Après une première moitié qui démarrait bien, d'un coup tout devient brouillon, ça part dans tous les sens et j'ai fini par abandonner à quelques pages de la fin.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par lovedesigne, aujourd'hui


    Boys Out ! de Arroum-R

    Franchement j'ai adoré ce livre du début jusqu'à la fin. Sauf les dernière s lignes ou lyra meurt !!! Ça m'a foutu trop la haine. Mais il faut quand même reconnaitre que c'est un livre bien pensé, très prenant et qui pourrait être malheureusement réalisable.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par Moro, aujourd'hui


    Dimension W, tome 1 de Yuji Iwahara

    Ce manga est vraiment très intéressant, et ne présage que du bon. L'histoire apparaît déjà comme complexe, avec un bon scénario de science-fiction bien réfléchi, décrivant le quotidien de Kyoma « récupérateur » dans un monde de science-fiction pas si éloigné du nôtre, où les sources d'énergie habituelles ont été remplacées par les coils, machines reliées à une autre dimension. De nombreux mystères demeurent cependant, autour de ces fameux coils, dont certains illégaux, et également autour de Mira, mystérieuse jeune fille à la nature étrange (robot ? androïde ? humaine ?), et liée au créateur des coils. L'auteur maîtrise visiblement son monde, et distille parfaitement l'information au bon moment. On peut sentir le début d'une réflexion sur l'impact des énergies, sans toutefois décrire un monde uniquement négatif. Le personnage principal est sympa dans son genre, bourru au grand coeur, débrouillard, mais présente lui aussi des parts d'ombre. Sa nostalgie pour les anciennes technologies nous le rend plus attachant, et proche de nous, lecteurs contemporains de ces mêmes technologies. Les autres personnages ne sont pas en reste, heureusement, avec quelques traits d'humour bien sentis. J'aimais déjà beaucoup ce que l'auteur proposait avec Nekoten (pour le coup, ce n'est pas du tout le même genre), notamment au niveau du dessin : c'est sombre, c'est fouillé, détaillé, les personnages ont tous un design propre à eux, et un caractère intéressant. J'ai vraiment hâte de lire la suite !

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par Tristou, aujourd'hui


    Malavita de Tonino Benacquista

    J'ai lu ce livre il y a déjà quelques années et j'avais adoré découvrir cette famille qui doit se cacher, qui doit faire profil bas pour éviter la mort alors que c'est d'ordinaire tout le contraire.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par taboubi_soumaya, aujourd'hui


    La petite galerie de Picasso de Patricia Geis

    merci

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par marina53, aujourd'hui


    Little Tulip de Jérôme Charyn

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Signé Le Lombard....

    New-York, 1970. Paul, tatoueur renommé, travaille à l'occasion pour la police new-yorkaise. Son talent de dessinateur ainsi mis à contribution aide la plupart du temps les agents lors de la recherche de malfrats ou de criminels. Cette fois encore, le témoin ayant décrit son agresseur croit l'avoir devant lui. Pourtant, une bien sombre affaire n'avance guère pour l'instant. Un homme sème la terreur dans toute la ville. Il viole et assassine les jeunes femmes, surtout le soir dans les rues sombres et laisse un bonnet de Père-Noël sur les lieux du crime. Pour cette enquête, Paul n'est pour l'instant d'aucun secours.
    Un jour où il se fait sauvagement agressé par trois jeunes, il se retrouve à l'hôpital. A moitié dans les vapes, il se rappelle son enfance bousculée, le talent de son père au dessin, comment il a appris grâce à lui mais surtout des périodes plus sombres. Soupçonné d'être un espion, le père de Paul fut arrêté et toute la famille fut déportée dans un goulag sibérien...

    Toujours chez la même maison d'édition, le duo Boucq/Charyn qui m'avait peu convaincue avec "La femme du magicien" revient avec un album dense et fort. L'on retrouve Paul à deux époques de sa vie, dans les années 70 où il essaie d'aider la police dans ses recherches et à la fin des années 40 où l'on apprend comment il est devenu ce tatoueur hors-pair. Les descriptions de la vie dans les camps sibériens sont très fortes, et Paul, devenu adulte bien avant l'âge, n'a eu d'autres choix que de se battre, les épreuves de la vie étant cruelles parfois. Alternant habilement le récit entre ces deux périodes, l'auteur nous livre un scénario fort malgré ce dénouement un peu tiré par les cheveux. Le dessin puissant et racé dessert à merveille ce récit poignant.

    Little Tulip... à jamais gravé...

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par titifra, aujourd'hui


    Bleu-Argent de Olivier Paquet

    Tout d'abord, je tiens à remercier le site Babelio, leur opération Masse Critique et surtout la maison d'édition l'Atalante, qui m'a fait embarquer tout droit pour un voyage en apesanteur.

    Je dois avouer que je suis bien surprise ... Je suis complètement tombée sous le charme de l'histoire. J'aime bien la littérature de l'imaginaire mais je ne suis pas une grande fan de la science fiction... Mais, ça c'était avant ! J'ai commencé cette lecture alors que je ressortais tout juste du cinéma pour Interstellar ... J'ai trouvé que ce livre en était une très bonne continuité - cependant, je rappelle que ce sont deux entités différentes.

    Dans ce récit, nous sommes dans l'espace, foulant la planète Poéia où des humains se sont réfugiés il y des années de cela (là s'arrête la comparaison avec Interstellar ^^). On y suit deux adolescents qui sont à un tournant de leur vie : Joris veut entrer sur la navette Université, le Melkine pour tout apprendre de l'espace et Lyzia souhaite intégrer l'anneau intérieur pour devenir la meilleure conteuse de la planète. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Les deux jeunes gens vont se rendre compte que le Haut Trameur - équivalent d'un président - ne dit pas toute la vérité.

    La raison principale pour laquelle je suis tombée sous le charme de ce récit est le style de l'auteur. J'ai trouvé l'histoire très bien écrit ; le style m'a captivé. Dès le début de l'histoire, j'ai plongé dans l'histoire pour n'en ressortir que quelques 224 pages plus tard.

    Je ne connaissais pas cet auteur, ni la précédente série de livres qu'il a écrit avant celui-ci. Toutefois, j'ai cru comprendre que chacun de ses livres avait pour point commun le vaisseau du Melkine. Sur le Melkine, on n'en apprend pas beaucoup mais on en apprend suffisamment pour avoir envie par la suite d'entamer les autres livres. Quand j'ai fermé la dernière page du livre, j'ai eu comme un pincement au cœur de quitter les personnages principaux. Grâce à eux, j'ai voyagé et je suis passée dans à peu près mille émotions différentes. Si, au début de l'histoire, j'étais aussi naïve qu'eux, ça passe très rapidement. Par une certaine mise en abîme, on plonge dans l'histoire et l'histoire nous plonge dans d'autres récits. En effet, la jeune Lizya raconte à plusieurs endroits des contes qu'elle connaît. Ces passages-là m'ont donné envie de les lire à haute voix. Je les ai trouvés très poétiques, mélodieux. Il y a eu tout un travail de la part de l'auteur qui montre par cette mise en abîme ses prouesses d'écrivain.

    En bref, cette histoire est un petit joyau à lire, à chérir et à relire. J'ai créé du lien avec les deux personnages principaux et je les ai trouvés touchants. C'est avec un petit pincement au cœur que j'ai tourné la dernière page. Par ailleurs, l'épilogue .... il est génial ! Il permet de finir l'histoire et de la ponctuer avec brio. Ce roman m'a sérieusement donné envie de renouer avec la science fiction "pure et dure" (bon, je vais peut-être pas tout de suite me replonger dans le Arthur C. Clark que j'ai lâchement abandonné il y a déjà plus de ... quatre ans). En tout cas, il n'y a pas à dire : l'Atalante m'a comblé de joie avec ce livre de leur collection Young Adult. Un coup de cœur incroyable ! Lisez-le ;)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par Takateru, aujourd'hui


    Juste une ombre de Karine Giebel

    Tout bonnement excellent. Si vous vous apprêtez à lire de thriller psychologique, préparez-vous un thermos de thé ou de café car vous allez y passer un bon bout de temps. Lorsque l'aube pointera le bout de son nez, vous achèverez ce petit bijou (dont le dénouement est magistral), mais dans quel état. ? En achevant ce livre, je viens de boucler la bibliographie de l'auteur, et j'en suis triste. Vivement le prochain !!! Mme GIEBEL, par pitié, abandonnez vos marchés publics et livrez-nous encore des merveilles de ce type !!!

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par xnewlo, aujourd'hui


    Nos familles dans la grande guerre de Jean-Louis Beaucarnot

    " Nos familles dans la Grande Guerre" est en réalité un livre documentaire, retranscrivant la vie conjugale et familiale durant la Guerre 14-18. A travers des dizaines de témoignages de descendants de poilus, le livre aborde des sujets parfois peu exploités dans nos manuels d'histoire...

    On parle souvent de la vie quotidienne des soldats dans les tranchées, des tactiques de guerre, ou encore des lourdes pertes durant les diverses batailles. Mais qu'en est-il des femmes et des enfants restés à l'arrière ? Comment vivent-ils l'absence de nouvelles ? Comment certaines familles supportent-elles le deuil ? Comment s'organise la vie sans les hommes ?

    Grâce à de nombreuses recherches, l'auteur va aborder bon nombre de points peu abordés encore à l'heure actuelle: le système des pensions d'invalidité, l'organisation des veuves pour survivre avec leurs enfants, l'épidémie de grippe espagnole, la souffrance psychologique et physique des poilus à leur retour de la guerre, les mariages arrangés pour des histoires d'honneur et de gros sous, les familles déchirées, décimées, déracinées et tant d'autres sujets.

    D'une manière générale, j'ai trouvé ce recueil de témoignages très intéressant. La lecture a été rapide, fluide, ponctuée de dossiers documentaires, de témoignages, de photographies... L'auteur a effectué un réel travail de recherches. Les thèmes variés exposés dans l'oeuvre étaient agréables à suivre. J'ai appris pas mal de choses, m'en suis remise d'autres en mémoire.

    Au final "Nos familles dans la Grande Guerre" est une mine d'or pour les passionnés de la guerre 14-18. Riche en informations, c'est un livre à ne pas louper, pour en apprendre plus sur le destin tragique de milliers de familles... Je recommande.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par ClaudeCClaude, aujourd'hui


    La confusion des peines de Laurence Tardieu

    Comment devenir une femme en parvenant à se détacher de son père, de ses silences, de sa douceur. Par l' écriture du livre que la délivrera de ces non dits qui pèsent et la hantent. Une superbe écriture émouvante, pas un mot inutile, tout est en retenue, en silences, en dialogues inventés pour se liberer de ces souvenirs qui lui manquent. Une leçon de vie.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 3.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Le sumo qui ne pouvait pas grossir de Eric-Emmanuel Schmitt

    Une bonne histoire avec une belle morale.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par enkidu_, aujourd'hui


    Le Philosophe autodidacte de Ibn Tufayl

    Ibn Tufayl (m. 1185), esprit universel - philosophe, médecin, mathématicien, astronome ou encore vizir - est l'une des figures importants de l'al-Andalus du 12éme siècle, disciple d'Ibn Bajjah - et son "Régime du solitaire" - et maître d'Ibn Rushd, mieux connu sous le nom d'Averroès en Occident, et à qui il a recommandé d'écrire des commentaires sur l’œuvre aristotélicienne, ce qui a fait sa renommée en Occident - dans sa préface, nous devinons pourquoi Ibn Tufayl aurait demandé pareille entreprise, car il critiquait la vision avicenienne (de qui il se réclame, toutefois) du Stagirite, ce que combattra, non pas sans coïncidence, Ibn Rushd plus tard. Il exprime aussi des critiques d'al Farabi ou d'al Ghazali, autres monuments intellectuels de l'Islam classique.

    Le récit en lui-même nous raconte l'histoire de Hayy ibn Yaqzan ("Le Vivant, fils de l’Éveillé), qui est soit le fruit d'un amour déchiré (sœur d'un roi cajolant sans sa permission...) ou alors un produit par génération spontanée (problématique pour le monothéisme et son Dieu "créateur" !) - peu importe - qui naît dans une île prés de l'Inde, "sous l’équateur" - on considère généralement que c'est le Sri Lanka actuel. Élevé par une gazelle dans un endroit sans humanoïde, il fait son éducation ; il apprend sa relation avec son corps, et surtout, celui des autres, en l’occurrence les animaux - jusqu'à l'âge de sept ans, il apprend les expériences sensibles, mais soudan la mort bouscule ; la mère-gazelle meurt, et il est amené à explorer la question de la finalité du corps. Finalement, il sera arrivé à l'existence d'une part subtile qui unifie les fonctions corporelles, et qui les transcende : l'âme.

    Pendant l'adolescence, il portera sa réflexion sur la technique et, à l'âge adulte, après avoir ausculté le monde phénoménal - qui, en fait, est une unité atomisée (le wahdat al wujud que développera Ibn Arabi plus tard) - il est amené à poser l'existence d'un Auteur ou Agent, parfait et infini - il conçoit l'existence de Dieu et l’arbore des attributs qui Le démarquerait de la création, comme le fait qu'il n'est pas limité par la corporalité (longueur, largeur et profondeur.)

    Il veut Le connaître, mais il doit passer par une première étape, qui est le contrôle ascétique du corps (dans ses désirs et élans, par le jeûne ou la méditation), ensuite une deuxième viatique, celle qui consiste à refléter Ses attributs de perfections (le conatus spinozien) qui sont dans les mondes célestes - c'est la compassion pour tous les étants. Enfin parvenu à son union (theosis) avec Lui, pour la première fois, il est dans l'ivresse mystique : comme nous l'ont raconté les gnostiques de toutes les traditions, il "monte" (mi'raj, sur le modèle prophétique) dans un état (ou station, maqam) tel que les mots ne peuvent décrire ce qui se soumet à ses sens, avec l'infinité du monde de la "réalité", qu'il pensait ne jamais défricher entièrement, devenir une modeste unité - après des scènes hautes en métaphores quasi-cosmiques, il retourne au "réel"... par la suite, il pourra faire ces expériences de plus en plus facilement, et de manière plus prolongée.

    Dans une seconde partie, loin de son isolement insulaire, on aborde le cas d'une région où les habitants suivraient une religion, et deux personnages, Asal et Salman, respectivement le religieux à tendance spirituelle et le légaliste ; le premier, en voyage, s'échoue sur l'île de Hayy, et rencontre notre "Tarzan". Les deux discutent, et Hayy remarque qu'il est arrivé aux mêmes conclusions que Asal concernant les réalités divines et les préceptes de la religion - plus tard, le "rigoriste" Salman fait apparition avec quelques autres, et Hayy lui exposa sa "doctrine"... mais ceux là sont réfractaires, et il tire une conclusion que beaucoup de soufis ont répété : alors que certains, une minorité, peuvent comprendre les subtilités, un second groupe, majoritaire, doit se "contenter" de la religion légale...

    Ibn Tufayl, à travers ce récit, nous montre donc que la volonté d'union mystique à l'Être, dont parlent toutes les traditions, est "naturelle" (puisque autodidacte), qu'elle pré-date la religion mais que , loin de la contrarier, celle-ci non seulement la confirme dans ses fins, mais procure aussi des moyens (les rituels) à ceux qui ne pourraient pas - par manques de moyens pratiques ou intellectuels - viser l'altitude chancelante du gnostique, ce qui requiert une démarche rationnelle d'abord (mais pas seulement, ce qui l'oppose à Ibn Bajjah) et, surtout, une pédagogie spirituelle ensuite.

    C'est donc un conte philosophique qui justifie l'expérience du murid sufî quant à la gustation de la fana' wa baqa' (extinction et pérennité en Dieu et par Dieu), et, plus généralement, toute démarche spirituelle de la sorte qu'on trouve dans les autres courants de la Tradition théosophique mondiale.

    Pour finir, il faut aussi souligner la postérité heureuse que cette œuvre connue, par delà même les frontières islamiques, notamment en influençant la majorité des philosophes les plus importants de l'Occident (John Locke, Spinoza, Voltaire, ...)

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 3.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Numéro six de Véronique Olmi

    Une histoire bien sympathique.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par Laeti355, aujourd'hui


    Queen Betsy, tome 1 : Vampire et célibataire de MaryJanice Davidson

    Avec ce premier tome j'ai pu trouver un livre qui allie bit-lit, chick - lit, humour, mode (amour inconditionnel des chaussures! ), amour (et sexe), tout ce que j'aime trouver dans mes lectures.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par Virginie94, aujourd'hui


    Comme moi ! de Lucie Albon

    Lili et une éléphante sont amies. L’éléphante les décrit toutes deux et elles ont visiblement beaucoup de points communs.


    J’aime bien cette petite collection et ce titre m’a particulièrement plu.

    Tout est limpide : il n’y a que quelques mots et des phases simples sur chaque page, les illustrations sont faites à partir d’empreintes de la main (les secrets de cette fabrication sont d’ailleurs révélés à la dernière page). C’est justement la force de l’album : réussir à faire passer autant d’émotions, de tendresse, à exprimer l’amitié… aussi simplement.

    Avec le retour du comme moi régulièrement, un rythme s’instaure. Les personnages sont souriants, la chute est amusante.

    Vraiment j’aime beaucoup et j’ai hâte de le lire à des tout-petits.


    Lien : http://bloguiblogas.blogspot.com/2014/12/comme-moi.html

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par Laeti355, aujourd'hui


    Les névroses de Jean-Louis Pedinielli

    Un livre qui doit être lu par tous les étudiants de psychologie. Très bien fait, il explique très bien et de façon simple les névroses.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 3.00/5
    Par SebastienCreo, aujourd'hui


    Les histoires les plus étranges et inexpliquées de Christian Vignol

    J'avoue que depuis maintenant deux ans que je lis beaucoup de documentaire ayant attrait aux paranormal. Malgré une entrée en matière un peu fâcheuse comme quoi nous utiliseront que dix pour cent de notre cerveau un vrai scénario de Luc Besson avec Lucy mais cela est faux. Quelques soient les activités que nous font notre cerveau utilise différent partie qui s'emboîte. Dire que ce mythe perdure en 2014 est inacceptable. Revenons au documentaire, l'écrivain Christian Vignol à une bonne plume mais ces sujets sont super-classique et notre d'auteurs ont utilisé les mêmes sujets encore et encore. Seul les citations que j'ai mise sortent un peu du lot.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 2.00/5
    Par Kirsten, aujourd'hui


    Ca va la vie si vite de Ahmed Kalouaz

    Un recueil de nouvelles pas mal mais sans plus.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


Découvrez toutes les critiques du Magazine littéraireCritique

Suivez toutes les critiques de la presse >voir plus

> voir plus

Lecteurs actifs cette semaine

Dernières citations