Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Dernières Cette semaine Ce mois-ci Depuis la nuit des temps


Dernières critiques RSS

    • Livres 0.00/5
    Par Rika972, aujourd'hui


    Sexe, diamants et plus si affinités... de Lauren Weisberger

    Même si l’histoire est intéressante, elle ne m’a pas captivé plus que ça, et reste légère.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par sabine972, aujourd'hui


    Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

    http://sabariscon.wordpress.com/2014/04/17/les-hirondelles-de-kaboul-de-yasmina-khadra-julliard-2002/

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par sabine972, aujourd'hui


    La Guerre des Lulus, Tome 2 : 1915 : Hans de Régis Hautière

    http://sabariscon.wordpress.com/2014/04/16/la-guerre-des-lulus-t-2-1915-hans-hautiere-et-hardoc/

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, aujourd'hui


    Le Portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

    Unique roman d'Oscar Wilde sur le thème très usité de la jeunesse éternelle, mais à quel prix ?
    Dorian voit s'assombrir son âme via son portrait peint à l"apogée de sa jeunesse, de sa beauté et de son innocence.
    Un roman sur le thème de la morale et de l'esthétique écrit par l'excellent Oscar Wilde !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par PiertyM, aujourd'hui


    Raison et sentiments suivi de Persuasion de Jane Austen

    Les hommes, en écrivant l’histoire, ont sur nous (femmes) tous les avantages ; ils ont plus d’instruction, et la plume est dans leurs mains.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par fx131, aujourd'hui


    Clint Eastwood de Clint Eastwood

    Eastwood c'est le paradoxe du cinéma américain : un acteur majeur mais trés cantonné au final dans les roles de personnages violents et assez nihilistes , à l'image de l'emblématique Dirty Harry ou bien encore d'un film comme Impityoyable et dans le méme temps il peut surprendre comme sur Un monde parfait , Million dollard baby ou Pale rider. Dans le méme temps le méme écart s'affirme sur le plan de la réalisation puisque l'on passe du Maitre de guerre à des bijoux comme Bird , Minuit dans le jardin du bien et du mal , ect . Eastwod c'est une intrigue vivante . Il n'a jamais réussi a se séparer de son image réactionnaire que Dirty Harrty lui à mis sur le dos . Amplifiant méme cela avec des roles ambigus . A coté il y a une facette beraucoup plus légére de lui , qui apparait avec Doux , dur et dingue , et Ca va cogner , deux métrages clairement comiques. Cet ouvrage si il ne répond pas à tout , aborde quand méme tout les sujets ,et permet d'avoir une idée plus précise de qui se cache réelement sous l'aspect sévére de ce personnage . Un ouvrage captivant , à l'image de son sujet .

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, aujourd'hui


    Les Tommyknockers de Stephen King

    Un roman très dense dont l'atmosphere devent de plus en plus pesante et angoissante au fur et à mesure de la lecture.

    Un très bon Stephen King !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par marina53, aujourd'hui


    Réparer les vivants de Maylis de Kérangal

    Le jour n'est pas encore levé en ce dimanche matin hivernal. Pourtant, Simon Limbres quittera le lit douillet et la chaleur du corps de Juliette à ses côtés quand l'alarme du portable retentira dans la chambre. Chris, Johan et Simon, les trois Caballeros, se sont donné rendez-vous pour une session, à savoir profiter de la forte marée, trouver la vague comme on n'en rencontre que deux ou trois dans l'année. La mer est comme ils l'espéraient, le plaisir se fait sentir au contact de cette mer si froide et les sensations fortes font palpiter le cœur des jeunes garçons. Mais, au retour, la fatigue aidant, Chris qui conduisait le van n'a pas pris correctement un virage. Et, c'est le choc. Un poteau, pas d'airbag, pas de ceinture pour Simon qui se retrouve éjecté, son crâne ayant heurté le pare-brise. Les secours arrivent, désincarcèrent les corps et prennent la direction de l'hôpital au service de réanimation où le docteur Révol prend son service. Malheureusement, il est déjà trop tard pour Simon. Mort cérébrale. Le diagnostic est sans appel. Il faudra prévenir les parents, la famille mais surtout aborder un sujet épineux et ô combien brutal pour quiconque n'envisage évidemment pas la mort si violente et cruelle de son enfant de 19 ans à savoir le don d'organe.

    Avec un sujet aussi difficile à aborder mais ô combien salutaire, Maylis De Kerangal nous interpelle, nous émeut et nous touche droit au cœur. La mort est là, insidieuse, impromptue et cruelle. Et au-delà, il y l'espoir d'une vie sauvée, d'une vie meilleure qui ne sera plus rythmée par l'attente de l'appel de l'hôpital. Autour de Simon gravitent les médecins, les infirmières, les encadrants ou bien les chirurgiens. Comme pour alléger le propos, l'auteur s'attarde sur leurs vies, sur leurs petits soucis du quotidien, que ce soit le résultat d'un match de foot ou l'attente d'un message de l'homme rencontré fougueusement la nuit précédente. Chaque personnage est ancré dans l'opération et joue son rôle magistralement.
    Retenez votre souffle car l'auteur ne nous laisse aucun répit. En effet, on admire ici l'effet de style avec ces phrases interminables mais terriblement poétiques et tout en légèreté. Le lecteur est ainsi pris dans un tourbillon. Les descriptions médicales minutieuses, loin d'être ennuyeuses, nous entraînent encore plus au cœur de l'opération.
    Maylis De Kerangal nous offre un roman poignant, tout en délicatesse et porteur de vie.

    Réparer les vivants... et faire son deuil...

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


    • Livres 3.00/5
    Par Aniram, aujourd'hui


    Le coeur cousu de Carole Martinez



    Lien : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20080522.BIB1346/carole-martinez-l-incon...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par gege255, aujourd'hui


    Astérix, tome 10 : Astérix légionnaire de René Goscinny

    Quel bon cru ! Une "promenade" pour nos héros qui s'engagent dans la légion pour retrouver l'amoureux de falbala. Et pauvre Obélix qui soupire pour la belle.
    Comme souvent, le choc des cultures est déterminant et donne tout son sel à l'histoire. Le gag récurrent sur la traduction du légionnaire égyptien est impayable. A ce jour, mon aventure préférée.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par fx131, aujourd'hui


    Kenneth Branagh: Traînes de feu, rosées de sang de Pierre Berthomieu

    L'un des maitres du cinéma anglais qui hélas depuis quelques années se perd dans des productions indignes de son immense talent. En spécialiste de Shakespeare qu'il est , Branagh a toujours su apporter un souffle épique et théatral a ces films , ce qui pour plusieurs d'entre eux en a fait des classiques . Le retrouver par lasuite à la téte d'une production Marvel , cela a du mal à passer , car ce talent mérite largement mieux . Cet ouvrage fort bien fait donne une trés bonne vision d'ensemble de sa carriére et l'on se prend à souhaiterqu'il revienne au plus haut dans les plus brefs délais . Un livre vraiment remarquable .

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, aujourd'hui


    Autobiographie d'une courgette de Gilles Paris

    J'ai lu ce livre il y a très longtemps.
    Si le titre est peu évocateur, le livre se découvre d'une seule traite.
    L'histoire d'Icare, surnommé Courgette, démarre tragiquement: voulant "tuer le ciel" responsable d'après lui de l'alcoolisme de sa mère et du départ de son père, il tue accidentellement sa mère (maltraitante) et se retrouve en foyer.

    Malgré la tragédie, ce roman écrit à la première personne montre le monde tel que le voient les enfants: beaucoup d'humour, d'aventures et de bétises e perspective ! Un personnage très attachant qui restera longtemps dans vos mémoires!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par Hammerklavier, aujourd'hui


    Les Carnets du sous-sol de Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski

    Lucide :

    Le discours initial (la première partie du livre) présente la vision d'un homme a la première personne qui s'est retiré dans "son sous-sol", il rumine mais il ne geint pas. Je l'ai trouvé d'une lucidité éclatante, noire aussi, mais convaincante.

    Il me semble que le processus qui a acculé ce personnage au fond de son trou est l'absence du désir de vengeance. Vengeance porté par l'homme d'action spontanée (son anthitèse) comme l'oeuvre de la justice. Cet homme ne s'excuse rien, alors il amasse autour de lui "une sorte de fange mortifère, un genre de boue mal-odorante qui vient composer ses doutes, ses inquiétudes et , pour finir, les crachats que lui envoient les hommes d'action spontanées qui l'entourent gravement comme ses tyrans ou ses juges, le couvrent, riant à gorge déployée, de ridicule."

    Dur. et pourtant, il en tire une satisfaction, "l'essence d'une jouissance bizarre" et cela est je crois en rapport à ce fameux mur, le mur des lois naturelles, le mur du 2+2=4, le mur contre lequel s'écrase l'homme d'action spontané qui se résigne, puisque son oeuvre de justice, sa vengeance, ne peut que s'y briser. De son sous-sol, Son discours prend de la hauteur et semble survoler la "comédie humaine". L'homme qui ne s'excuse rien a cette liberté, disons cette volonté, de ne pas être fait de la substance de ceux qui se cognent sur le mur de la réalité. Une volonté puissante certes, mais qui le force a ne plus agir.

    ne plus agir :

    L'homme du sous-sol nous délivre a la suite de son premier monologue, les carnet qui sont, les mémoires d’une époque où il arpentait encore la surface, parmi les hommes d'actions spontanées (surface couverte de neige mouillées) ; et nous le voyons alors stopper sa ronde, s’immobiliser dans la foule, et entamer sa descente, alors qu’autour de lui, Le monde s’amuse (ces anciens camarades de classes) ou espère (la jeune prostituée), subit (le valet) ou exerce un pouvoir (Le militaire qu’il tentera de frapper de l’épaule). Car L’homme du sous-sol est quelqu’un qui ne se soumet pas, qui ne se soumet à rien, (pas même au 2+2=4), alors il s’élève contre l’autre pour monter qui il est. C’est le chercheur d’une vérité qu’il veut faire éclater au grand jour, dont il se sert comme d’un miroir dresser sur le visage de l’autre, pour lui montrer son ricanement, son pouvoir pitoyable, sa beauté éphémère, sa lâcheté dans sa soumission.
    Mais qu’a-t-il à gagner. ? Une honnêteté vis-à-vis de lu même, lui permettant de se libérer d’une vengeance personnelle quant à sa condition ? Au prix de la solitude et des ténèbres, a macérer dans la bile et avec son foie malade.

    La toute fin du texte nous laisse avec cet homme qui en en est venu à descendre lui même, pour ainsi dire volontairement, mais non sans douleur les marches de son caveau, quittant la surface pour trouver le seul espace possible lui permettant d’exercer son art de la vérité. Heureusement (c'est la petite lumière dont je craignais l'absence), au-delà de la surface, un narrateur nous met en garde. Car bien que l’homme du sous-sol nous dit qu’il écrit en ces dernières pages la fin de son carnet, ce narrateur nous informe que « c’était plus fort que lui, il a continué… ».

    J’ai compris cela comme une invitation à le laisser avec sa bile, le laisser tranquille tandis qu’il mange son propre foie, le lasser faire son travail de souris depuis son royaume de morts, ramassant les détritus de l’humanité, pour les concasser et faire éclater au grand jour toutes la misérable condition de notre existence. Il reste alors toute la tension de la lecture de ce texte, c'est a dire le questionnement qui émerge de cette lucidité écrasante face à l'envie de vivre.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par fx131, aujourd'hui


    Caligula de Albert Camus

    Caligula c'est peut étre le plus beau de l'oeuvre de Camus. Un personnage si nihiliste , violent , perfide , totalitaire , qui envisage le monde et ces habitants comme des jouets , c'est presque du jamais vu . Le tyran est l'homme du pouvoir absolu sans aucune limite . Ce qui est fort ici , et qui au fond résume trés bien la philosophie de Camus , c'est le sentiment que Caligula au fond c'est tout le monde . Cet étre abject peut étre présent en chacun de nous , tout comme à l'inverse son opposant peut également étre en nous . Au fond , Camus prend ici ces distances avec Nietzche en refusant de dire OUI a tout . Camus s'impose des limites , le démontre au travers des opposants de Caligula , et cela cette piéce le fait remarquablement ressentir. Une oeuvre capitale pour compendre la philosophie de Camus .

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, aujourd'hui


    Cinquante nuances : Intégrale de E-L James

    Après avoir été déçue du premier tome, j'ai pensé qu'il y aurait une montée en puissance du jeu érotique dans les tomes suivants. Ca n'a pas été le cas. Je n'ai rien apprit. L'écriture et les dialogues sont gnangnans.
    Je conseille la trilogie aux jeunes ados de la génération youporn qui apprendront peut être ce qu'est l'érotisme.

    Pas de quoi choquer mémé ! J'ai été déçue, pas de dénouement intéressant.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par melina1965, aujourd'hui


    Le retour de Dulce Maria Cardoso

    Le roman des «pieds-noirs portugais».


    Le 25 avril 1974, la Révolution des Œillets a mis fin à la dictature salazariste qui dominait le Portugal depuis 1933. S'installe alors un projet démocratique et se met en place la décolonisation.

    Quand ce roman commence, on est en 1975 ; Rui, le jeune narrateur, et sa famille prennent leur dernier repas avant que son oncle vienne les chercher pour les conduire à l’aéroport de Luanda. Ils vont quitter l'Angola pour le Portugal, un pays que les parents ont quitté pour fuir la pauvreté et que les enfants n'ont jamais connu. Tout en faisant le récit de cette soirée, l'adolescent évoque l'histoire de sa famille, son enfance et les convulsions de ce nouvel Angola qui se construit.

    Mais le lendemain, alors qu'ils sont prêts à partir, l’armée de libération croit reconnaître en son père un criminel de guerre et l’arrête. C’est accompagné seulement de sa mère et de sa sœur que Rui arrive à Estoril, près de Lisbonne ; il découvre un pays dont il ne connaît que ce qu'en racontait les enseignants à l'école -ce qui est bien loin de la réalité- et doit apprendre à (sur)vivre dans l'hôtel cinq étoiles où sont entassés les rapatriés.

    Il vit dans la crainte que son père soit mort et ne les rejoigne jamais, l'incertitude du lendemain et le rêve d'emmener sa famille aux Etats-Unis. Ils vont rester un an dans cet hôtel, le temps pour Rui de devenir un homme et pour sa famille d'être prête à commencer une nouvelle vie dans ce Portugal qui ne les attendait pas.

    Ce roman initiatique évoque avec subtilité et une vraie tendresse pour le personnage principal la nostalgie du paradis perdu récit, la douleur du déracinement et de l'exil. Il sonne vrai à travers le prisme du regard de Rui dont les pensées et le récit sont exprimés avec naturel, l'émotion laissant quelquefois place à la drôlerie.


    Retrouvez Dulce Maria Cardoso qui par le de son livre sur le site de la librairie Mollat...


    Lien : http://www.youtube.com/watch?v=CSDmVXB0kFg

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par Mortuum, aujourd'hui


    Langelot et les espions de Lieutenant X

    Ce livre est donc rythmé grâce à l’action présent, l’humour et des personnages sympathiques bien que pas très travaillé. C’est donc un livre sympa à lire en soit, mais vraiment pour jeunesse et que l’on oublie très vite.


    Lien : http://helran.fr/lecture/book/langelot-et-les-espions/

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par Mortuum, aujourd'hui


    Virus L.I.V.3 ou la mort des livres de Christian Grenier

    J’ai donc trouvé excellent, j’ai vraiment accroché aux principaux personnages dont Lund, Allie et Emma, j’en ai évidemment détesté d’autres pour leurs comportements, que je vous laisse découvrir en lisant le livre. Le scénario est bien ficelé même si rapide vu que le livre fait 190 pages. Il y a donc quelques facilités, mais l’ensemble passe tellement bien, ainsi que le style de l’auteur, que finalement je lui pardonne les facilités du livre. J’ai vraiment envie d’en lire plus de cet auteur et c’est clairement le genre de lecture que j’aurais aimé lire lorsque j’étais ado.


    Lien : http://helran.fr/lecture/book/virus-l-i-v-3-ou-la-mort-des-livres/

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, aujourd'hui


    Persepolis de Satrapi Marjane

    L'autobiographie de Marjane Satrapi nous informe sur l'histoire de l'Iran à travers les yeux d'une enfant qui devient adolescente puis femme qui partage son expérience avec énormément d'humour et d'autodérision sur fond de guerre, de république islamique, de chagrin d'amour et d'exil.

    A lire absolument !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par AMANDLUNIK, hier


    En censurant un roman d’amour iranien de Shahriar Mandanipour

    Un thème intéressant, l'auteur nous montre à quel point il est difficile d'écrire une histoire d'amour en Iran, d'abord à cause de la censure littéraire mais aussi parce que la république islamique interdit aux garçons et aux filles de s'approcher. Ils se côtoient dans des espaces séparés, ne marchent pas sur les mêmes côté du trottoir,...

    L'auteur illustre et contextualise l'histoire d'amour de Sara et Dara de son expérience personnelle d'écrivain et de citoyen iranien afin d'éclairer le lecteur sur une culture aux antipodes de la nôtre.

    Malheureusement, les nombreuses interruptions du récits par des anecdotes personnelles, interessantes au début pour comprendre la culture iranienne, devient vite pesant, on en perd le fil de l'histoire. Je n'ai pas achevé ce roman.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Découvrez toutes les critiques du Magazine littéraireCritique

Suivez toutes les critiques de la presse >voir plus

> voir plus

Lecteurs actifs cette semaine

Dernières citations