Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Dernières Cette semaine Ce mois-ci Depuis la nuit des temps


Dernières critiques RSS

    • Livres 4.00/5
    Par gpicard, aujourd'hui


    Le journal d'une fille du sud de Nelly Pérez

    J'ai été littéralement séduit par cette jeune plume débordante d'esprit publiée chez NUM Éditeur. En effet, c'est le sourire aux lèvres que j'ai suivi le singulier parcours qui a mené l'auteure de Conques-sur-Orbiel jusqu'à Montréal. Je vous le recommande chaudement !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par cdi_LMG, aujourd'hui


    La nuit des temps de René Barjavel

    Une aventure incroyable, aux confins de l'humanité. Un récit prophétique qui se plonge dans le passé avec en filigrane la beauté d'un amour impossible.
    Tout simplement renversant !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par SylvieDoc65, aujourd'hui


    Belles dans la jungle de Libba Bray

    Une robinsonnade drôle et crue avec des Miss à la découverte d'elles-mêmes. C'est "Sa Majesté des mouches" de William Golding au pays des concours de beauté. Bien que publié en jeunesse, à réserver aux plus grands.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par SylvieDoc65, aujourd'hui


    La fille mirage de Elise Broach

    Un récit initiatique pour Lucy à partir d'une enquête policière sur une mort pas si accidentelle. Lecture facile mais le sujet est dur. Belle description de l'Amérique profonde.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par livraline, aujourd'hui


    Secrets d'Histoire, Tome 1 de Stéphane Bern



    Lien : http://leslecturesdelivraline.blogspot.fr/2013/11/secrets-dhistoire-de-stepha...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par ensial, aujourd'hui


    Les entretiens de Confucius de Confucius

    Maître Kong revient à la mode en Chine, après avoir été interdit, brocardé.

    En Occident, sa pensée nous a été transmis par les Jésuites, d'où le nom de Confucius.

    Ses entretiens forment un petit livre. Mais c'est un livre de vie, un peu comme le manuel d'Epictète. Chaque parole doit être comprise et méditée. Elle se déguste lentement. Il faut compléter cette pensée par le Tao et Lao Tseu son contemporain, mais aussi par le Yi King (livre des divinations) qui est en soi un traité de la morale agissante.

    La citation : "un père doit être un père, un fils doit être un fils..." nous renvoie à la nécesssité de jouer notre partition et non celle du voisin. Nous sommes dans l'idée de la pensée juste, l'action juste, etc... Il y a beaucoup à en apprendre, sur la durée.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par SylvieDoc65, aujourd'hui


    La Gazelle de Hubert Ben Kemoun

    Dans la tête de Valérie, on découvre à la fois sa vie (avec beaucoup de non-dit) et la difficulté de la course (un marathon). Court, facile à lire.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par livraline, aujourd'hui


    Complot à Versailles de Annie Jay



    Lien : http://leslecturesdelivraline.blogspot.fr/2013/11/complot-versailles-tome-1-d...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par Presence, aujourd'hui


    Homunculus, Tome 5 de Hidéo Yamamoto

    Il s'agit du cinquième tome d'une série complète en 15 tomes. Il faut impérativement avoir commencé par le début de l'histoire, c'est-à-dire le premier tome. Ce manga est en noir & blanc, écrit et dessiné par Hidéo Yamamoto. Cette édition se lit dans le sens japonais, de droite à gauche.

    Musumu Nakoshi a raccompagné Yukari chez elle en voiture où elle a été accueillie par sa maman. Yukari dîne en famille avec ses parents, en expliquant qu'elle passe beaucoup de temps à réviser ses partiels. Excédée par la sollicitude de son père et sa mère (qui ignorent tout de ses activités de la journée), elle monte s'enfermer dans les toilettes. Nakoshi est resté dans sa voiture et il se rend compte que Yukari a oublié son téléphone. Il farfouille dans son album photo et ses messages. Chacun des deux finit par exécuter un acte compulsif qui s'achève par l'absorption d'un fluide corporel : du sang pour Ukari (après une automutilation), du sperme pour Nakoshi.

    Yukari s'étant rendu compte de la perte de son téléphone portable, elle demande à Nakoshi de lui rapporter, et saute depuis sa chambre au premier étage, pour le rejoindre dans sa voiture. Les 2 derniers tiers du tome sont consacrés à leur face-à-face.

    Dans le précédent tome, le lecteur s'est rendu compte que les individus manipulés par Ito et Nakoshi (grâce aux informations sur leur homoncule perçu par Nakoshi) ont une tendance marquée à refuser le rôle de victime consentante. Nakoshi observe de visu comment leur homoncule (l'incarnation de leur personnalité) s'adapte aux pressions psychiques qu'ils exercent et les mécanismes de défense qu'il développe, qu'il s'agisse d'évitement ou de contrattaque.

    Dans le premier tiers de ce tome, Yamamoto déstabilise son lecteur par le comportement déviant de Yukari et de Nakoshi. Le lecteur avait déjà perçu la dimension malsaine des personnages dans le tome précédent, avec ce jeu psychologique du chat et de la souris entre Ito et Yukari, le premier voulant clairement imposer sa volonté en manipulant la seconde jusqu'à la soumettre à sa volonté (= avoir un rapport sexuel avec une mineure). Pour un lecteur occidental, Manabu Ito brisait un interdit légal et un interdit moral. Le comportement de Yukari pouvait apparaître comme simplement vénal pour une adolescente aux valeurs morales trop matérielles. Avec ce cinquième tome, leurs névroses prennent une ampleur relevant de la psychiatrie. Au final, ce tome raconte le viol d'un mineur par un SDF dans sa voiture.

    L'art de la narration d'Hidéo Yamamoto est toujours aussi exceptionnel. Alors que le récit se compose essentiellement de scènes de dialogues, et de moments où les personnages se retrouvent seuls (il n'y a que Nakoshi qui prononce quelques mots à voix haute quand il est seul), il reste très visuel. Lorsque les personnages parlent entre eux, ils accomplissent également les gestes du quotidien, montrant ainsi au lecteur de quoi il est fait. Le format même d'un manga offre à Yamamoto la liberté de consacrer autant de pages qu'il le souhaite à une séquence. Il utilise cet espace pour adapter l'écoulement du temps, pouvant décomposer certains moments au plus fin de chaque mouvement. Il peut également consacrer une double page à une image n'ayant rien à voir avec les gestes des personnages. Ainsi après que Yukari et Nakoshi aient ingéré leur fluide corporel respectif, il insère un dessin en double page d'une vue de la ville vue depuis les hauteurs. Charge au lecteur de donner une interprétation à ce dessin en fonction de son contexte : moment de recul devant ces comportements déviants, prise de recul venant avec l'assouvissement d'une compulsion, indifférence de la ville ou de la société à ce comportement sans conséquence directes sur le reste de la société, etc.

    Le huis clos dans la petite voiture de Nakoshi distille un suspense étouffant et insoutenable. Dans le tome précédent, Yamamoto a été établi sans doute possible que les stratégies comportementales de Yukari sont d'une efficacité éprouvée. Cette fois-ci elle doit faire face à Nakoshi dont le lecteur ne sait finalement pas grand-chose, mais qui a priori n'a pas de visées particulières vis-à-vis de Yukari. Malgré tout, il est établi que Nakoshi n'est pas le plus équilibré des individus : il est devenu SDF dans des circonstances inconnues, il éprouve une affection anormale pour sa voiture, et il a quand même accepté de se laisser faire un trou dans le crâne.

    Il s'en suit donc un huis clos où tout peut arriver. Yamamoto rend la séquence claustrophobique avec des prises de vue en plan serré et rapproché, comme si la caméra se trouvait également enfermée dans la voiture, sans aucune possibilité de recul. Les personnages s'observent, échangent de brèves phrases, se touchent, s'agrippent. Nakoshi regarde parfois à l'aide de son œil gauche, mettant ainsi en évidence l'homoncule de Yukari, mais aussi une partie du sien (sa main gauche). Le lecteur ressent les états d'esprit des 2 protagonistes avec une grande acuité, ainsi que leurs fluctuations, sans bulle de pensée, sans accès au flux de pensée intérieur. C'est une séquence d'une rare intensité, à nouveau foncièrement perverse dans la mesure où il s'agit d'un rapport de force ayant pour objet la domination sans condition, une relation où l'homme souhaite imposer sa volonté par la force, et la femme insinue la sienne par une manipulation protéiforme.

    Ce tome est à nouveau très éprouvant par son intensité dramatique. Hidéo Yamamoto a l'art et la manière d'attirer le lecteur par un voyeurisme intelligent mettant à nu la psyché des personnages, provoquant une implication émotionnelle allant au-delà de toute zone de confort habituelle, jusqu'à ce que le lecteur se rende compte de l'étrangeté de ces individus, de leurs petites névroses, de leurs petites déviances. Il est alors trop tard : la lecture a généré un niveau d'affect tel que le lecteur est trop impliqué pour pouvoir se détacher

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par livraline, aujourd'hui


    La nuit des temps de René Barjavel



    Lien : http://leslecturesdelivraline.blogspot.fr/2013/11/la-nuit-des-temps-de-rene-b...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par SylvieDoc65, aujourd'hui


    Noé Nectar et son voyage étrange de John Boyne

    Sous prétexte d'un conte merveilleux dans lequel Pinocchio est devenu un vieil homme, l'auteur aborde le thème du décès d'un parent et de la difficulté à dire au revoir et faire son deuil. De nombreuse référence au "Pinocchio" de Collodi.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par We-wereinfinite, aujourd'hui


    L'épreuve, tome 2 : La terre brûlée de James Dashner

    L'épreuve est définitivement une saga que j'adore ! J'avais peur qu'une fois les Blocards sortis du Labyrinthe, on s'ennuie un peu ou bien que l'histoire n'est plus grand intérêt mais pas du tout. Ils évoluent dans un nouvel environnement, certes, mais James Dashner a su rendre ce second tome aussi bien que le premier. Les pages défilent une nouvelle fois toutes seules.

    On retrouve tous nos Blocards que ceux-ci viennent de sortir du Labyrinthe et qu'ils se croient enfin sortie de ce cauchemar. C'était sans compter sur le WICKED qui leur réserve encore bien des surprises. Thomas et ses amis sont livrés à eux mêmes sur la Terre Brûlée, un endroit très hostile qu'ils ne connaissent pas. De nouvelles épreuves les attendent pour les tester à nouveau.

    J'ai adoré retrouvé Thomas, Newt et Minho dans ce deuxième tome. Bon par contre, je l'avais déjà dit dans ma chronique du Labyrinthe, j'ai un peu plus de mal avec Teresa et ça ne s'arrange pas dans ce tome là, bien qu'elle soit très importante. On rencontre aussi de nouveaux personnages mais je les ai trouvé moins attachants que nos garçons. Par exemple, Brenda. Je ne me suis pas du tout attachée à elle, si elle n'avait pas été là, ça aurait été pareil pour moi.

    La Terre Brûlée est plein de rebondissements, de révélations (je pense notamment au deuxième groupe) et d'action. On ne s'ennuie pas une seconde, il se passe toujours quelque chose. Le rythme de ce livre est très bon. On a également droit à des sortes de flash backs, de temps en temps, qui se déroulent avant le labyrinthe et j'ai trouvé ça très intéressant, ça permet de mieux comprendre certaines choses qui jusqu'ici étaient assez flous.

    Ce que j'ai particulièrement aimé ici, c'est qu'il est pratiquement impossible de démêler le vrai du faux. En effet, on doute tout le temps et on commence à suspecter tout le monde. Cette nouvelle étape est particulièrement dur pour les personnages puisque le WICKED s'amuse pas mal avec leurs sentiments (je pense à une certaine scène avec Teresa). Bref, je me demande si ce tome là n'est pas encore plus dur psychologiquement pour nos personnages, surtout qu'ils ne s'attendaient pas à se retrouver à nouveau confronter à un épreuve.

    L'extérieur est hostile et ici ils n'ont plus à faire aux griffeurs mais aux fondus, des humains transformés et devenus fous par la Braise.
    Des questions subsistent toujours mais je pense que le troisième tome saura y répondre.

    En conclusion, un second tome qui poursuit à merveille le premier. Un nouveau coup de coeur pour La Terre Brûlée ! Si vous n'avez toujours pas commencé cette saga, je pense que vous passez à côté de quelque chose. J'attends beaucoup du prochain tome, j'espère qu'il sera à la hauteur de ces deux merveilleux premiers tomes !


    Lien : http://we-wereinfinite.blogspot.fr/2014/11/lepreuve-tome-2-la-terre-brulee-ja...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par blanchedina, aujourd'hui


    Nos étoiles contraires de John Green

    jaime

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par livraline, aujourd'hui


    Le fait du prince de Amélie Nothomb



    Lien : http://leslecturesdelivraline.blogspot.fr/2013/11/le-fait-du-prince-damelie-n...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, aujourd'hui


    Le Pays sous le ciel de Matilde Asensi

    Nous sommes en 1923. Lorsque Elvira apprend qu’elle apprend que son mari – dont elle est séparée depuis des années, d’un commun accord et en bonne camaraderie – vient de mourir en Chine, l’héroïne ne se doute pas que sa vie va être chamboulée à jamais par l’extraordinaire périple qui commence. Dès son arrivée, elle se trouve embarquée malgré elle sur la piste du mausolée du premier empereur, immergée dans le milieu interlope des gangsters, de l’opium et des intrigues politiques.

    Car son mari n’a pas été victime d’un simple cambriolage qui aurait mal tourné, mais des conséquences de ses dettes et de sa consommation excessive de drogues, qui a attiré sur lui l’attention d’une terrible bande chinoise, à la poursuite d’un mystérieux trésor … Pour se sauver de la situation financière catastrophique dans laquelle elle se retrouve, notre narratrice n’a pas d’autre choix que d’être la première à retrouver ce fameux trésor, disparu depuis des siècles …
    Pour l’aider elle ne pourra compter que sur un vieil antiquaire, un jeune servant chinois et sa propre nièce, Espagnole dure, sans fantaisie ni qualités. Cette bande hétéroclite va parcourir la Chine, résolvant énigmes sur énigmes pour gagner de vitesse leurs poursuivants …

    Roman d’aventures par excellence, mais aussi roman historique passionnant et très bien documenté, Le Pays sous le ciel est un vrai régal de lecture. On en ressort grandi et avec l’impression d’avoir réellement voyagé à l’autre bout du monde. A chaque page, l’auteur met en exergue la philosophie chinoise, ce qui en fait ses fondements, et la sagesse qui est nécessaire à nos héros pour s’en sortir. De plus, j’ai pu apprécier que ce ne soit pas seulement un roman d’aventure, mais aussi un texte qui fait appel à notre intelligence, nous efforçant de résoudre également les énigmes, et non pas un simple récit à rebondissements.

    Épais roman, il ravira les lecteurs avides d’Histoire et d’histoires !


    Lien : http://missbouquinaix.com/2014/11/20/le-pays-sous-le-ciel-matilde-asensi-2013/

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


    • Livres 5.00/5
    Par wiggybis, aujourd'hui


    Artistes célèbres de Ruth Brocklehurst

    "Artistes célèbres" présente pas moins de 35 peintres. Trente-cinq des plus grands artistes/peintres qui ont existé entre le 13e siècle et le 20e parmi lesquels Giotto, Goya, Picasso et Warhol.

    La vie de chacun de ces artistes est résumée sur une double-page qui contient également certaines de leurs œuvres, des analyses, une frise chronologique des événements les plus marquants de sa vie, d'anecdotes et de photographies.

    Un livre très intéressant à découvrir.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, aujourd'hui


    Enchantement de Orson Scott Card

    975. A cause de la répression soviétique, la famille d’Ivan, juifs russes, est obligée de fuir le pays. Destination : L’Amérique ! Mais juste avant de partir, ils font une escale chez un cousin, en Ukraine. C’est là qu’Ivan va faire une expérience particulière … égaré, il découvre une clairière mystérieuse, où il pense apercevoir une jeune femme endormie, gardée par un monstre. Effrayé, il fuit mais le souvenir restera toujours présent dans sa mémoire. Des années plus tard, jeune homme brillant, diplômé, il se rend en Ukraine pour faire des recherches sur les contes et légendes russes. Irrésistiblement attiré, il se retrouve dans cette même clairière. Et cette fois-ci, il prendra son destin en main …

    « Il avait accompli ce qu’il était venu faire : dégager les feuilles, vaincre la bête, franchir la fosse, réveiller la princesse. Les contes s’arrêtaient là ; dans aucun d’entre eux le prince charmant ne restait tout nu à trembler de froid entre la forêt et la fosse. » Ce qui est troublant dans ce roman, que l’on peut lire comme une réécriture moderne du mythe de la Belle au Bois-Dormant, c’est qu’il commence a priori comme un roman tout ce qu’il y a de plus normal. Mais petit à petit, Orson Scott Card introduit des éléments de magie, dont le moindre n’est pas celui d’une jeune femme endormie depuis des siècles, et des ponts entre les différents mondes ! Il maîtrise si bien le mécanisme insidieux de la narration que j’en suis même venue à me demander si la magie n’existait pas dans notre monde aussi … !

    Ce que j’ai pu trouver intéressant, au-delà de l’aventure extraordinaire que vit Ivan, c’est l’analyse qui est faite des contes de fées : le héros est un chercheur, tout ce qu’il y a de plus rationnel, spécialisé dans le folklore ancien, et il ne s’en laisse pas conter … « Le vieux conte de la Belle au bois dormant se terminait peut-être bien en France ou dans les pays anglo-saxons, mais Ivan se trouvait en Russie et il fallait être fou pour avoir envie de vivre la version russe d’un conte de fée. »

    Et par la même occasion, l’auteur nous en dit plus sur les us et coutumes de la Russie du IXe siècle, les comparant avec les valeurs de l’Amérique actuelle : si cela peut surprendre, en réalité il s’en sert pour nuancer et relativiser ce que l’on considère comme « normal », ce qui fait partie de notre culture, de notre éducation, de notre nature, qui nous semble évident et que nous ne remettons jamais en cause. Une manière pour lui de prêcher la tolérance envers les différences et le respect des valeurs de chacun.

    A noter également l‘analyse psychologique des personnages, profonde et intéressante : Ivan et Katharina sortent des caractères habituels des contes, pour acquérir une réalité humaine, qui explique leurs faits et gestes, au regard de la manière dont ils ont été élevés. Bref tout en servant d’éléments mythologiques bien connus ou de croyances populaires oubliées, Orson Scott Card nous propose un conte moderne, déstabilisant mais jouissif.

    Mais surtout c’est l’humour et la finesse de l’auteur qui m’ont séduite : de clins d’œil en clins d’œil, avec une petite touche cynique croustillante, il va jusqu’au bout de son conte, imaginant ce à quoi les enfants ou les adultes lecteurs ne réfléchissent pas forcément. Et si la princesse ne tombait pas amoureuse de celui qui l’a libéré ? Et si ce dernier avait une culture et un mode de vie qui ne s’adapte pas à celle qu’il a libéré ? Et si l’amour n’était pas quelque chose de foudroyant mais un lent processus, qui correspond mal à la forme courte du conte ?

    En bref un roman incroyable, d’une grande richesse culturelle, entre fantastique, mythologie et réalisme, mené d’une main de maître et truffé de petites merveilles qui demanderaient presque une seconde relecture …


    Lien : http://missbouquinaix.com/2014/11/22/enchantement-orson-scott-card-1999/

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique


    • Livres 3.00/5
    Par claire50, aujourd'hui


    Théo et le trésor de Vercingérorix de Didier Leterq

    Tous les ingrédients sont réunis pour que ce roman plaise aux jeunes. Le vocabulaire est adapté, on y retrouve les bêtises du collège ( chamaillerie, jalousie...), l'auteur manie l'Histoire avec l'histoire ( autour d'un mystère) et l'humour.
    Lors d'un voyage scolaire en Bourgogne, le héros Théo , va se retrouver au temps des Gaulois. L'arrivée inattendue du grand père (archéologue farfelu ) va rajouter du piment à ce voyage : résoudre une énigme proposée par Napoléon III
    L'auteur a tout compris pour faire aimer l'Histoire à nos pré- adolescents. Mon fils ( en CM2) a beaucoup aimé.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par SylvieDoc65, aujourd'hui


    L'enfant du trottoir d'en face de Marc Cantin

    Un récit amusant et touchant sur une amitié improbable. La rencontre entre un Français vivant en Colombie pour y suivre sa femme et son jeune voisin délaissé par sa mère qui se drogue et se prostitue. Une façon de découvrir la Colombie à travers les yeux de différentes personnes : le Français, le petit garçon, les voisins...

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique


    • Livres 0.00/5
    Par livraline, aujourd'hui


    Sauver Noël de Romain Sardou



    Lien : http://leslecturesdelivraline.blogspot.fr/2013/11/sauver-noel-de-romain-sardo...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique


Découvrez toutes les critiques du Magazine littéraireCritique

Suivez toutes les critiques de la presse >voir plus

> voir plus

Lecteurs actifs cette semaine

Dernières citations