AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Le désastre du Moyen-Orient : L'Europe coupab..
amontion24 juillet 2016
Le désastre du Moyen-Orient : L'Europe coupable ou complice ? de Salim Badaoui
  • Livres 5.00/5
Panorama des situations par pays (Tunisie, Egypte, Libye, Syrie, Bahrein, Yemen) lors et après le printemps arabe et de l'action de l'Europe face à ces différentes situations. Seul bémol, l'implication politique et diplomatique sont très bien abordées, mais très peu l'implication économique
Commenter  J’apprécie          00
L'Homme qui valait 35 milliards
Croquignolle24 juillet 2016
L'Homme qui valait 35 milliards de Ancion N
  • Livres 3.00/5
Cet été est propice aux belles découvertes ! C'est mon premier roman de Nicolas Ancion, auteur belge que je ne connaissais pas même de nom. Mais grâce à une amie de Liège, j'ai pu découvrir son univers décalé, disjoncté, d'une originalité et d'un imaginaire rares.

Mais où a-t-il été chercher ces idées ? Certainement dans ce coin de pays qu'il aime, pays en proie à la récession économique et aux promesses de grands industriels non tenues.

Sur fond de combat social, voilà les héros, Richard, Léon, Octavio déployant une énergie hors du commun pour dénoncer une nouvelle injustice - la fermeture des usines d'acier - en kidnappant la 4eme fortune du monde, leur patron. Cette équipe délirante et improbable souhaite, grâce à son action, créer une oeuvre d'art contemporain pour réveiller les consciences et atteindre un large public.



D'autres histoires aux personnages attachants se mêlent au fil des pages : celle de cet homme et son fils toxicomane et sa rencontre avec Marie-Ange sur un lit d'hôpital; celle de Nafisa aux rêves si légitimes et à l'honneteté si exemplaire...



Le sujet des inégalités sociales est présent en filigrane dans ces pages. Mais, lors de la lecture, pas de place à l'accablement. L'esprit est au sourire, à la folie joyeuse, à la vie croustillante qui anime tous les êtres qui décident d'oser être fous. Le ton est frais, drôle et la plume de Nicolas Ancion, enthousiaste, savoureuse et généreuse.

Une lecture pétillante, pleine de rebondissements et de surprises !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Addictive Love, tome 3
llianesiarra24 juillet 2016
Addictive Love, tome 3 de Amber James
Ce tome est ce qu'on pourrait appeler de fleur bleue, ou bien de guimauve! Que de bons sentiments mièvres dans cette histoire. Je t'aime comme un fou, oh oui moi aussi je suis folle de toi au bout d'un mois où j'ai du te voir 10 fois a tout casser! Prof ca en deviens lassant car tous se passe trop bien et va bien trop vite.

Je vais quand même lire le tome suivant mais si c'est aussi gnangnan j'abandonne!
Commenter  J’apprécie          00
Dis, est-ce que ça repousse les ailes ?
argali24 juillet 2016
Dis, est-ce que ça repousse les ailes ? de Brigitte Jacques L.
  • Livres 5.00/5
Il y a un an qu’une amie m’a offert ce livre.

Je ne sais pourquoi, je ne l’ai jamais chroniqué. Pourtant, il fait partie de ceux que je relis volontiers. Je l’ouvre aussi parfois au hasard et savoure quelques lignes. C’est un conte optimiste qui parle à tous. Il fait du bien.



Cet ouvrage rectangulaire, horizontal attire l’œil par son style épuré et atypique. Des aquarelles dans les tons verts illustrent le texte imprimé sur papier glacé, uniquement du côté droit. Ainsi, on jouit de l’entièreté de la page en un clin d’œil.



Mélodie, une fillette curieuse, dialogue avec un oiseau. Sa principale interrogation est de savoir si les ailes repoussent une fois brisées. De fil en aiguille, les réponses de l’oiseau amèneront d’autres questions et celui-ci invitera Mélodie à trouver ses propres réponses.



Mélodie et l’oiseau blanc ressemblent au Petit Prince et au renard. L’une et l’autre se pose des questions sur la vie. Ici on parle de souffrance, d’orage, de cages, de liberté... Un animal doué de sagesse leur répond. C’est un conte philosophique à plusieurs lectures. Les enfants y trouveront une belle histoire, les grands seront renvoyés à leur propre vie et questionnement.



On est touché par la beauté du texte et des illustrations qui s’harmonisent parfaitement. Le tout peut sembler naïf si on s’arrête au premier degré. Mais c’est un livre qui fait du bien et que l’on devrait tous s’offrir les uns les autres. C’est d’ailleurs de cette façon que Brigitte Jacques, l’auteur belge de ce conte a vu son livre se vendre à près de trente mille exemplaires depuis sa sortie en 2011. Le bouche à oreille a servi de promotion à un ouvrage qui n’en a eu aucune.



Je ne peux que vous encourager à lire ce conte car, comme le dit si bien Yves Duteil dans la préface, à sa lecture on se met à cultiver l’espérance.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mars et Vénus se rencontrent
Reda2724 juillet 2016
Mars et Vénus se rencontrent de John Gray
  • Livres 5.00/5
Ce livre passionnant de mars et vénus se rencontrent, John Gray nous livre les secrets et les bases d’une bonne rencontre avec son âme sœur, en passant par les 5 étapes essentielles du parcours amoureux: L’attirance, L’incertitude, l’exclusivité, l’intimité et les fiançailles, en mettant le point sur le fait que l’homme et la femme ont une différence quasiment totale sur leurs modes de pensée, sur la perception des choses et des situations sur lesquelles ils auront confronté dans leurs quête amoureuse ( chose qui est inévitable ).



Une approche psychologique sur les 2 sexes, un style d’écriture très fluide et totalement américain , l’auteur nous dévoile les obstacles et les difficultés dans chacune des étapes du parcours amoureux, et nous donne des clés pour les dépasser.



Et à la fin du livre, l’auteur nous donne les 100 idées pour trouver son âme sœur (des idées qui paraissent simple, mais qui font vraiment la différence)



Vu que ce livre m’a été très utile sur le sujet, je le conseille vraiment pour tous ceux qui sont en quête de leur âme sœur, un sujet qui nécessite vraiment une compréhension de soi et de l’autre.

Bonne Lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le fils du capitaine
argali24 juillet 2016
Le fils du capitaine de Nedim Gürsel
  • Livres 4.00/5
Ce récit est avant tout celui de la lutte d’un homme contre l’autoritarisme.

Orphelin de mère très jeune, le fils du capitaine ne pourra jamais compter sur l’amour paternel, pas même sur sa considération. Très vite, il sera envoyé en pension et confié à sa grand-mère le reste du temps. Arrivé en fin de vie, encouragé par sa fille, il confie ses souvenirs à son magnétophone. Du haut de son appartement, solitaire, il contemple Istanbul, aussi belle qu'indifférente et se raconte, puisant son inspiration dans le soleil levant sur le Bosphore. Le fil est un peu décousu, un souvenir chassant l’autre, et on a quelques fois du mal à suivre. Mais n’en va-t-il pas de même de tout récit d’une personne âgée ?



La plus grande partie se déroule au lycée Galatasaray d’Istanbul que le Général de Gaulle visitera lors d’un voyage officiel. La dure vie de l’internat est adoucie par les amitiés nouées et les bêtises d’adolescents. En parallèle à ses souvenirs personnels, le narrateur relate la radicalisation de la politique et les changements qu’elle apporte au pays. Sans jamais nommé l’autorité turque actuelle, Nedim Gürsel l’égratigne dès qu'il peut. Le personnage du Premier ministre qui énerve tant le narrateur en raison de son omniprésence sur les chaines turques est le double littéraire du président Erdogan.



A travers l’histoire d’une famille à la dérive, Nedim Gürsel nous raconte la Turquie contemporaine, déchirée entre modernité et tradition, orient et occident. Le journaliste devenu vieux a la voix de l’auteur, exilé à Paris depuis que ses écrits lui ont valu plusieurs procès en Turquie.



Ce roman oscillant entre nostalgie et ironie est à la fois un récit émouvant sur la vieillesse, la mort, la solitude et une histoire riche mêlant avec finesse le passé et l’avenir.

Un ouvrage que je ne peux que vous conseiller, non seulement pour l'écriture de l'auteur mais parce que l'actualité rejoint une fois de plus la fiction.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mjöllnir, tome 3 : Un monde sans dieux
MarquePage24 juillet 2016
Mjöllnir, tome 3 : Un monde sans dieux de Pierre-Denis Goux
  • Livres 4.00/5
Je ne suis pas fan des histoires de nains, je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi. Mais je me suis laissée tenter par cette série grâce au talent d'Olivier Peru (que je découvert avec Martyrs, série dont il serait dommage de passer à côté) allié par les beaux dessins de Pierre-Denis Goux.

Si nous avons les hommes, les nains et les elfes comme toutes bonnes histoires d'heroic fantasy, il est moins courant que Thor prenne visage d'un nain. Car nous avons ici la revisite du mythe d'Asgard en compagnie de Loki et Thor. Un récit avec de l'espoir mais pourtant bien sombre. Des récits de combats et de guerres, de pouvoirs, de vengeance et de monde meilleur.

Deux entités s'affrontent. Thor, réincarné en nain, impulsif mais attachant qui se refuse d'être un dieu et qu'on le traite ainsi mais qui sait prendre ses responsabilités. Et Loki le frère manipulateur, sournois, par qui vient les ennuis. Il a beau avoir toujours le mauvais rôle, il fait quand même un peu de peine. Au fil des trois tomes on voit leur évolution ce qui fait d'eux des personnages complets.

Une belle série, distrayante, qui nous fait voyager dans le mythe nordique. Une petite touche de gaité n'aurait été pas pour me déplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'arbre du pays Toraja
marina5324 juillet 2016
L'arbre du pays Toraja de Philippe Claudel
  • Livres 4.00/5
Le narrateur a parcouru, durant le printemps 2012, l'île de Sulawesi, en Indonésie. C'est ici qu'il a pu voir un arbre particulier et majestueux. Un arbre où reposent les très jeunes enfants venant à mourir au cours des premiers mois. Au fil des ans, l'arbre se referme, gardant ainsi le corps de l'enfant dans son grand corps à lui.

De retour chez lui, ce cinéaste apprend tragiquement le cancer de son producteur et meilleur ami, Eugène. Un cancer ordinaire, un débutant selon lui, pris à temps. Malheureusement, il n'aura rien d'ordinaire. Bien au contraire. Puisqu'Eugène meurt moins d'un an plus tard.

Ce sera l'occasion pour cet artiste, depuis qu'il a perdu une part de bonheur et d'équilibre, de méditer sur la mort. Sur la place qu'elle occupe dans nos vies. Sur le vide qu'elle laisse en perdant ceux qu'on aime. Sur la peine qu'elle nous afflige.



Philippe Claudel, dans ce récit quelque peu autobiographique, donne à voir, à réfléchir et à (re)penser. Autant de réflexions sur la vie, la mort, l'amour, l'amitié, dans ce qu'elle de plus intense et sincère, l'absence, la vieillesse, le temps qui passe, le bonheur, la maladie, le chagrin ou encore le cinéma et la littérature. Autant de sujets abordés avec finesse, émotion, lucidité et poésie.

L'histoire émouvante d'un homme, au mitan de sa vie, qui s'interroge sur sa propre place dans le monde. Un homme partagé entre le passé et l'avenir, représentés l'un et l'autre par les deux femmes de sa vie. L'une jeune, l'autre plus âgée.

Un bel hommage de la part de l'auteur à Jean-Marc Roberts.

Un hymne à la vie dans ce qu'elle a de plus précieux, lumineux et inattendu.

Un roman sur la mort, paradoxalement gorgé de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Addictive Love, tome 2
llianesiarra24 juillet 2016
Addictive Love, tome 2 de Amber James
Encore une fois n'ai du mal à me mettre dedans. Je trouve l'histoire plan plan pour le moment c'est à dire que tous vas bien dans le meilleur des mondes. Ils ne s'engueulent pas, évitent les sujets qui fâchent mais au final Tom se confie pour la "premiere" fois bref tous est trop beau pour être vrai.

A les regarder on croirait qu'ils sont déjà ensemble depuis longtemps, fou amoureux l'un de l'autre même si elle a toujours peur qu'il la quitte n'étant pas assez bien pour lui.

Un début d'action apparaît à voir la suite si ça continu.
Commenter  J’apprécie          00
Les Naufragés du métropolitain, tome 2
MarquePage24 juillet 2016
Les Naufragés du métropolitain, tome 2 de Berr Nathalie
  • Livres 4.00/5
Un deuxième et dernier tome bien étonnant. Loin de ce à quoi on pouvait s'attendre. De rebondissements en révélations, l'histoire prend de l'ampleur et de la consistance. Adieu petit vol à moitié organisé, bonjour course poursuite dans le métro avec retournement de situation. On est vite embarqué.

On a des personnages très sympathiques pour la plupart, dont on connaît au fur et à mesure leurs parcours difficiles, leurs erreurs et leurs espoirs. Rien de très joyeux j'en ai bien peur.

On ne s'attend pas du tout à la fin, qui donne un tout autre tournant à l'histoire dans sa globalité.

Ca se lit très facilement, les dessins nous plongent en 1910 avec son ambiance.
Commenter  J’apprécie          00
L'héritage du diable, tome 4
MarquePage24 juillet 2016
L'héritage du diable, tome 4 de Gastine
  • Livres 4.00/5
Suite et fin. Enfin la résolution. Si il faut réussir à tout suivre, c'est au final plus simple que ce qu'on pourrait craindre. Mais quand même tordu. Je ne peux pas en dire plus sans trop en dévoiler de l'histoire.

Tout au long de cette série, on a pu voir l'évolution positive des dessins devenus de plus en plus précis, et des personnages. Constant devient de plus en plus consistant, moins naïf et moins bêta sur les bords. Il a même le droit à une nouvelle coloration car même si dans le tome deux quelqu'un l'appelle le blondinet il était franchement roux.

Page par page, on nous dévoile l'ampleur du mystère de Juliette, son commencement et son but. Plus on en apprend plus on se pose des questions, jusqu'aux dernières révélations qui nous tiennent en haleine tout au long de ce dernier tome. J'ai quand même trouvé ça un peu tiré par les cheveux à certains moments. Très rares heureusement.

Il faut saluer les recherches de l'auteur, et c'est très appréciables de montrer ,au début du premier tome et à la fin du dernier, la différence entre la réalité et la fiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mémoire de fille
ladymi24 juillet 2016
Mémoire de fille de Annie Ernaux
  • Livres 3.00/5
Je ne suis pas une lectrice régulière d'Annie Ernaux. Je n'avais jusqu'à maintenant que lu "Les Années", livre que j'avais bien apprécié autant dans son récit que dans le style de l'écriture.

Mon frère m'a offert "Mémoire de fille" pour mon anniversaire et j'avais bien hâte de m'y plonger. Je dirais que j'ai été déçue jusqu'au 3/4 du livre environ. Les lamentations de la jeune fille qui souhaite perdre sa virginité dans les bras de H qui n'arrive pas à la pénétrer, m'ont ennuyée. Je trouvais l'auteur obsédée par le sexe, tout ou presque tournant autour de la chose.

Annie D perdra ainsi sa réputation et cherchera alors sa voix. C'est quand elle se met à lire Simone de Beauvoir que le récit devient intéressant. J'ai alors reconnu l'Annie que j'avais rencontrée dans les Années.

Inégal donc, mais intéressant. L'auteure arrive avec brio à nous plonger en 1958 au fil de ses souvenirs, aussi flous soient-ils.

C'est vers la fin du roman que j'ai aussi compris ce que les adeptes d'Ernaux voulaient dire, en affirmant que ce livre était le chaînon manquant. Tout est en place pour que Annie D. devienne la Annie Ernaux que nous connaissons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Christine
le_nouvel_homme_invisible24 juillet 2016
Christine de Stephen King
  • Livres 5.00/5
Je termine à l'instant la relecture, 20 ans après la découverte du bijou, le terrifiant roman de King qui parle d'une voiture "hantée". Ça se lit facilement, l'intrigue est simple (plus simple que les interminables romans de la plus récente production du maître, me semble-t-il) et on ne décroche pas. Le seul mystère qui demeure lorsque le livre est refermé, c'est le pourquoi du comment... Dans le film de Carpenter, Christine est mauvaise depuis sa conception, sur la chaîne de montage de Detroit. Ici, on apprend assez rapidement qu'elle a été un maillon dans la chaîne mortelle qui a décimé la famille de l'ancien propriétaire. Mais, à part la haine du dit individu qui aurait passé à la voiture, je ne vois pas. L'histoire est donc simple et découpée en trois gros chapitres eux-mêmes en morceaux. Deux narrateurs se partagent ces trois parties et une certaine symétrie sous-tend l'ensemble du roman.
Commenter  J’apprécie          10
Everything, Everything
LesMotsPourRever24 juillet 2016
Everything, Everything de Nicola Yoon
Madeline Whittier, dix-huit ans, n’a jamais connu le monde extérieur à cause de son système immunitaire défaillant. Elle occupe ses journées avec des livres, ses cours d’architecture en ligne, les jeux avec sa mère et les check-up de Carla, son infirmière. Madeline n’est pas malheureuse. Elle accepte la situation, comprend que le monde extérieur peut la tuer, et suit sa routine avec un certain plaisir dans cette maison aseptisée, véritable forteresse contre les bactéries en tous genres. Un jour, la maison en vente juste en face de la sienne ne l’est plus, et de nouveaux voisins arrivent. Une famille en apparence normale, un père, une mère, une fille mais surtout un fils, Oliver (dit Olly). Si leurs premiers échanges se font d’abord par internet, Carla va vite leur permettre de se rencontrer en vrai du moment que Olly applique bien le principe de décontamination et s’engage à ne jamais toucher Madeline. Au contact de Oliver, Madeline va réaliser tout ce qu’elle manque, tout ce à côté de quoi elle passe à cause de sa maladie comme, par exemple, le fait de ne pas pouvoir vivre une vraie histoire d’amour.



Je n’ai vraiment rien à redire sur la première partie du roman. L’auteur commence par nous plonger dans le quotidien de Madeline et surtout par nous faire comprendre qu’elle n’est pas malheureuse. Maldeline a parfaitement accepté la situation et ne se plaint jamais. J’avais vraiment peur de commencer l’histoire avec une héroïne taciturne ou totalement blasée qui rejetterait sa maladie en bloc et ne jurerait que par le monde du dehors. Heureusement pour nous, Everything Everything nous épargne bon nombre de clichés.



Dès le moment où Madeline croise le regard de Olly, on sait déjà qu’ils vont finir par tomber amoureux. La relation qui évolue entre eux est adorable et tous deux sont atrocement mignons dans leur hésitation et leurs tâtonnements. Aucun ne sait comment se comporter l’un avec l’autre (Madeline parce qu’elle n’a jamais connu ça et Olly parce qu’il a peur de lui faire du mal par inadvertance). Madeline a beau avoir dix-huit ans, elle traverse ses premiers émois comme si elle en avait douze. Ça devrait être ridicule, voire franchement niais, mais la plume de l’auteur fait que ça marche. Madeline change, évolue, en apprend beaucoup sur elle-même et il y a un côté gratifiant à assister à tout ça.



La seconde partie de Everything Everything m’a moins accroché. Peut-être parce que la fugue de Madeline ne m’a pas semblé crédible. Je ne saurais dire pourquoi exactement mais la voir brusquement partir pour Hawaï presque du jour au lendemain m’a laissé de marbre. Peut-être parce qu’elle ne songe pas assez à ce qui va inévitablement se passer lorsqu’elle sera dehors (peut-on réellement se dire qu’on va mourir et n’en avoir rien à faire ?) ou bien parce que ses réflexions sur le « partir ou rester ? » ne sont pas assez développées. Il n’y a pas de véritable débat, pas de « pour » et de « contre ». Pareil pour Olly qui ne pose pas beaucoup de questions et accepte de la suivre en un battement de cœur sans même prendre le temps d’emporter une brosse à dent. Ou peut-être parce que, comme par hasard, Olly a justement un ami à Hawai, comme c’est pratique. D’une manière générale leur séjour à là-bas ne m’a pas fait beaucoup d’effet. J’aurais préféré non pas plus de passion mais plus de sentiments, tout simplement. L’auteur nous dit que Madeline est amoureuse mais je ne l’ai pas éprouvé, ressenti. Mon cœur ne s’est pas emballé comme le fait soi-disant celui de Madeline Tout est presque trop lisse. Mon intérêt pour cette histoire est réapparu lorsque la maladie de Madeline est venue briser leur rêve éveillé. A partir de là on se dit « c’est fini, game over, la romance s’arrête là ». Je me suis longuement demandé comment allait finir cette histoire. Est-ce que ça allait être une romance inachevée, chacun dans son coin triste à en pleurer ? Une fin à la Roméo et Juliette ? Je peux dire honnêtement que je n’avais pas prévu cette fin. J’en étais venue à penser que Madeline allait guérir miraculeusement (ce qui aurait été le plus beau raté de l’histoire de la littérature jeunesse parce que crédibilité zéro) ou bien que Olly allait se plier aux règles stricts qu’engendre sa maladie pour pouvoir rester avec elle tout de même, bien que je ne le voyais pas s’engager avec de tels responsabilités si vite et surtout à un âge aussi jeune. Donc non, je n’avais pas prévu ce retournement de situation. Il est réaliste, crédible, la folie de l’esprit dans toute sa splendeur. Là où j’accroche moins, c’est dans les conséquences de cette nouvelle révélation. Le regard de Madeline sur sa mère a changé et pourtant ça non plus je ne l’ai pas assez ressenti. On ne sait pas non plus ce qu’il advient vraiment d’elle à la fin et j’ai horreur d’un livre qui me laisse avec plein de questions sans réponse.



Les chapitres sont très cours, ce qui donne un certain rythme à l’histoire. De plus on croise au fil des pages quelques illustrations ici et là, comme les poissons les plus connus à Hawai ou bien les graphiques de santé de Madeline. On croise aussi parfois des extraits de pages internet, ce qui nous permet de savoir ce qu’a fait Madeline sans qu’elle n’ait à nous le dire. J’ai parfois eu un peu de mal avec ces fameuses pages internet parce que je ne voyais pas toujours où l’auteur voulait en venir. Mais d’une manière générale, les illustrations sont un petit plus appréciable. J’aime aussi énormément les spoiles que nous fait l’héroïne concernant ses lectures. Avec peu de mots on capte facilement son humeur du moment.



Ce fut pour moi une lecture « montagne russe » mais pas dans le bon sens. Une lecture trop inégale, en fait. Les choses qui m’ont plu m’ont vraiment plu mais les autres m’ont plus d’une fois fait lever les yeux au ciel. Et c’est dommage parce que l’idée avait vraiment un potentiel énorme ! Avec le recul je pense que l’auteur a voulu être trop lisse, qu’elle n’a pas voulu trop approfondir ni trop creuser certains points parce qu’elle restait dans l’objectif Young Adult. Attention, je ne dis pas non plus que Everything Everything est une nullité ! Il y a un véritablement questionnement sur le fait de continuer à rester vivant si on ne peut pas vivre et j’ai vraiment adoré. J’ai aimé assister à la transformation de Madeline et son éveil est vraiment touchant. Sans parler de ce retournement auquel je ne m’attendais pas !



En fait je crois que j’aurais juste aimé qu’il y ait plus que ça.
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sang
MarquePage24 juillet 2016
Les Ogres-Dieux, tome 2 : Demi-sang de Bertrand Gatignol
  • Livres 5.00/5
Une série avec une ambiance très particulière, assez sombre mais pas glauque. Des dessins en noir et blanc somptueux. Un récit très complet.

Yori, le personnage principal au visage angélique, était un enfant très prometteur jusqu'à ce que son père ne le chasse avec sa mère. Il devient alors très vite manipulateur et de moins en moins sympathique, jusqu'à méchant et cruel. Pourtant impossible de le détester ou de le trouver agaçant. Son évolution est très bien faite, on suit son cheminement. On arriverait presque à lui pardonner tout ça. A côté de lui les personnages secondaires sont effacés et font plutôt pitié.

C'est l'histoire de rêves déçus, de déception, de vengeance et d'ascension au pouvoir. Une fois lancé dans cet univers et dans les folies de grandeur de Yori, on n'en ressort pas jusqu'à la dernière page. Il n'y a pas de temps mort, pas de longueur.

Un nouveau sans faute. Une série qui va un peu hors des sentiers battus, ça fait du bien. On attend le troisième tome avec impatience en se demandant qui en sera le héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'élégance du hérisson
benedicteetxavier24 juillet 2016
L'élégance du hérisson de Muriel Barbery
  • Livres 3.00/5
Sentiment mitigé pour cette lecture. Une satire de la différence des classes... Mais presque une parodie à lui seul tant ce roman est parfois intellectualise. C'est agréable de lire de jolies phrases et de la réflexion philosophique mais on frise parfois la masturbation intellectuelle propre à la haute société que l'auteure cherche justement à ridiculiser. Alors est-ce moi qui n'ai pas tout compris et qui passe à côté de quelque chose...? Possible. De jolis extraits issus de cette lecture quand même. Des personnages tellement caricaturaux que peu crédibles... Un "classique" que je suis contente d'avoir découvert mais sans plus.
Commenter  J’apprécie          00
Storyteller
maina350023 juillet 2016
Storyteller de James Siegel
Tom Valle est un journaliste tombé dans la déchéance suite à un scandale dans le grand quotidien new yorkais pour lequel il travaillait. Il a inventé et falsifié plus de 56 articles! Le fraudeur est devenu une sommité, lui-même en première page de tous les journaux. Il a perdu son poste et sa réputation de génie dans le métier. La seule solution était l'exil, loin, dans une petite ville californienne au milieu du désert. Il est embauché par le rédacteur en chef du journal local et reprend l'une des enquêtes de son prédécesseur, qui a disparu dans des circonstances nébuleuses. Mais le passé de "Tom le menteur" le suit, ou qu'il aille. En se penchant sur la disparition de son confrère, Tom découvre un scandale à l'échelle nationale. Mais qui est-il à part ce menteur notoire? Tom s'acharne sur cette histoire, tant pour réhabilité son nom que pour exposer la nouvelle aux yeux du monde, sans réaliser qu'il fait partie intégrante de l'histoire lui-même...

J'ai adoré d'un bout à l'autre l'humour noire, la dérision du personnage principal face à sa propre situation! On comprend d’où lui vient cette imagination fertile qui a desservi sa carrière.

Mon seul petit point ambivalent, c’est la fin ouverte du roman. Bien sûr, ça "colle" parfaitement à l'histoire. Je crois même qu'il ne pouvait y avoir une autre fin à bien y penser, mais j'ai une profonde aversion pour les fins ouvertes!

à lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ekhö monde miroir, tome 5 : Le Secret des Pres..
MarquePage23 juillet 2016
Ekhö monde miroir, tome 5 : Le Secret des Preshauns de Alessandro Barbucci
  • Livres 3.00/5
Un tome qui conclut les mystère de ce monde. Un tome au dessus des autres. Ici pas d'enquête pas très approfondie sur le mort qui possède Fourmille. Mais c'est toujours aussi drôle et distrayant, avec un univers semblable au notre très intéressant avec des tas de détails et clichés. Des dessins toujours lumineux, colorés et très agréables.

Le duo Fourmille/Yuri fonctionne toujours, je dirais même qu'ils ont un peu muris. Et puis il y a aussi toujours Sigisbert pour la touche trop mignon.

L'histoire est mieux faite, moins superficielle. Ca va quand même un peu vite parfois mais il faut bien réussir à tout caser dans un tome. Des rebondissements et des révélations inattendus.

Un très bon tome.
Commenter  J’apprécie          00
La grève des enfants
Jangelis23 juillet 2016
La grève des enfants de Julien Artigue
  • Livres 4.00/5
Une courte histoire très drôle, en même temps qu'une petite explication sur la grève, pourquoi, à quoi ça sert.



Bastien et ses copains n'aiment pas, mais alors vraiment pas l'école ; du moins les temps entre deux récréations.

Quand leur maîtresse les avise qu'elle sera absente pour cause de grève, bien entendu, tout ce qu'ils entendent, c'est l'absence, et ils sont ravis.

Dommage que ça passe vraiment trop vite (du moins de leur point de vue, car les avis des quelques adultes qui ont pu les garder tous pendant les grèves précédentes sont assez différents)

J'ai aimé d’ailleurs ce récit des jours de grève précédents, tout en humour, sans insister, mais où l'on devine fort bien la lassitude des adultes.



Et donc si la maîtresse a eu le droit de s'absenter pour cause de grève, pourquoi les élèves n'en feraient-ils pas autant à son retour ?

Très intelligemment, la maîtresse va fort bien jouer le jeu :

Vous voulez faire grève, pas de problème, mais quelles sont vos revendications ?

Ah, ne pas aller en cours ne suffit pas ?

Les élèves ne peinent pas pour trouver des tas de choses à corriger.

Et la maîtresse de leur promettre que tout va s'arranger selon leurs souhaits : ne pas travailler de toute la journée, manger tout ce qu'ils préfèrent, faire du sport tout l'après-midi....

Est-ce finalement si bien que ça ?



Un humour léger, une belle démonstration. Facile à lire et vraiment drôle.

Un auteur à suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le prodige
maina350023 juillet 2016
Le prodige de Charles Akins
  • Livres 3.00/5
Ce livre a tout de suite piqué ma curiosité. Classé en Épouvante, intrigue policière : il était fait pour moi.

J'ai aimé, mais pas adoré.

Le récit est très bien écrit. L'auteur, un psychiatre, étale sa connaissance des maladies et distorsions de la pensée humaine de façon simple et accessible. Il ne jette pas son jargon psychologique aux yeux de ses lecteurs en les narguant d'en savoir plus et ce simple détail m'a permis d'apprécier encore plus son univers.

J'étais captivée par l'intrigue, mais j'ai été déçu à la toute fin. L'auteur m'avait si bien préparé à quelque chose de gros, que j'ai déchanté.

Il a choisi la solution facile alors que j'aurais préféré une autre option.

J'attendais une finale encore plus tordue, un jeu de manipulation encore plus intense, au lieu de quoi, tous les éléments sont là, mais il manque...une certaine profondeur. Il manque indubitablement un dose d'intrigue dans ce roman. La psychose est là, mais à quoi bon sans le suspense glaçant qui tient en haleine? Peut-être cette maladresse que je ressentais est due à l'expérience d'un premier roman?



Le personne principale a beaucoup de défauts et j,avais bien du mal à sympathiser avec elle. Par contre chapeau pour tous les personnages secondaires qui ont su me convaincre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1060 critiques

LeFigaro

1370 critiques

LeMonde

1121 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1396 critiques

Bibliobs

1061 critiques

LePoint

490 critiques

LesEchos

832 critiques

Lexpress

3150 critiques

Telerama

2078 critiques

LaPresse

1386 critiques

LaLibreBe...

736 critiques