AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.7 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Delphine, de son nom de plume Pythna, est une jeune femme anarchiste dotée d'une sensibilité à fleur de peau. Elle utilise l'écriture et la peinture comme exutoire.

Ajouter des informations
Bibliographie de Pythna   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Pythna   06 janvier 2022
Journal d'une femme à fleur de peau de Pythna
Cela doit bien faire six mois que je n’ai pas écrit la moindre ligne. Je profite d’être très très légèrement bourrée, disons que j’ai bu trois bières et deux gros verres de vin rouge.



Je fais craquer mes doigts en écrivant ce paragraphe. Mon psychiatre, décédé récemment par le covid, me disait alcoolique. Je ne l’ai jamais cru, aujourd’hui il est vrai que je me pose quelques questions. J’ai besoin de sentir l’effet de l’alcool dans mon sang. Je ne compte plus les soirs où j’ai fini par perdre toute conscience dans les bars ou chez des amis, finir chez la croix rouge en festival par exemple [...]
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   08 janvier 2022
Fanny de Pythna
Nous étouffions dans la pollution, dans le brouhaha incessant de la ville.
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   08 janvier 2022
Lucie de Pythna
Il était une fois, un étrange esprit appelé l’Oracle.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   12 novembre 2021
Isis de Pythna
Nos corps entrelacés, le rythme de notre souffle se ralentit. Une musique résonne en moi, je me sens danser devant le regard hypnotisant de Nataraja. Nous nous basculons d’avant en arrière, nos mouvements de bassins nous offrent une pénétration lente et, subitement, je me sens partir. Nous fusionnons parfaitement. Nos âmes se libèrent, s’enlacent. Nous ne formons qu’un. Des spasmes de joie me foudroient, un orgasme violent se propage alors en nous et nous irradie d’un amour infini…

 
Commenter  J’apprécie          20
Pythna   21 décembre 2021
Nadja de Pythna
Cette cinglée de nymphomane m’a présenté à toi, le sourire aux lèvres, quelques jours avant les fêtes de fin d’année.

Tu te souviens ?



Drogué à ta merde, tu me regardais d’une sinistre vénération…

Tristement fougueuse et imperturbable, je ne me suis pas posée de questions et, accompagnée de quelques amis, adolescents indomptables, nous avons tranquillement discuté.

Au moment de nous séparer, tu m’as gentiment proposé de me rapprocher de mon village ; m’évitant ainsi de rouler en stop. Tu en as bien sûr profité pour me suivre jusque chez moi.



Le jour de l’an, tu as sonné à ma porte et, malgré ta dégaine de branleur, mes parents t’ont ouvert et t’ont directement envoyé dans ma chambre.

Tu es donc entré, tu m’as violée et tu es reparti.



Durant le mois qui a suivi, tu me harcelais littéralement au téléphone. Tu ordonnais, à travers les grilles du collège, que les élèves aillent me chercher en vitesse. Ils me faisaient passer le message, me mettaient en garde contre toi. Tu étais apparemment connu… Je ne t’obéissais évidemment pas. Tu m’attendais alors à l’arrêt du bus qui me ramenait de l’école, puis tu me poursuivais dans la rue. Tu escaladais le portail de mon jardin, tu forçais les portes. Tu t’invitais chez mes voisins, pour m’observer de là-haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   12 novembre 2021
Isis de Pythna
Je suis restée seule dans cette cave sombre, faiblement éclairée par le couloir d’où s’étendaient les lumières de l’étage. Dans ce lieu sans vie, ni bruit, je n’ai pas vu le jour depuis qu’ils m’y ont emmenée. Je ne sais plus si le soleil est levé, si nous sommes en journée ou en pleine nuit. Ils ne m’ont quasiment pas adressée la parole et ont toujours refusé mes questions. Je ne sais rien d’eux hormis qu’ils semblent à l’aise dans cette situation : je ne dois pas être la première. Je les ai insultés, menacés de les envoyer en justice et, pourtant, ils sont restés imperturbables. Ils sont restés distants, se sont contentés de me garder enfermée, bien attachée, et de m’apporter ce dont j’avais besoin : nourriture immangeable et seaux d’eau savonneuse pour la toilette, en attente de mon « futur Maître ».
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   03 octobre 2021
Isis de Pythna
— Au repas, d’un coup, sans rien contrôler, c’est arrivé une deuxième fois. Cet état m’a à nouveau transportée, je ne pouvais plus bouger, ni parler. Mon égo n’était plus, je me sentais dissoute. Je quittais mon fardeau, sans peur, j’étais libre. J’affichais certainement un sourire béat. Je n’étais qu’amour. Cette fois-ci, j’ai vu la vie que je menais ; notre société malade et ses règles improbables, notre mode de vie effarant. J’ai eu un fou rire intérieur en observant, avec un recul colossal, l’humain.
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   30 mars 2020
Ma schizophrénie de Pythna
J’ai entendu une femme me suppliant de l’aider. Elle était en pleurs, elle n’en pouvait plus. [...] Cette femme criait, de sa voix aiguë, contre quelqu’un. Elle voulait qu’il la laisse tranquille, elle paraissait se débattre contre cette personne. Je l’ai à mon tour supplié, de se taire, de me laisser. J’étais trop mal pour pouvoir être en capacité de l’aider. Elle n’a rien voulu savoir, elle a continué à me crier à l’aide. Puis, sans réaction de ma part, elle a fini par me laisser.
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   30 mars 2020
Ma schizophrénie de Pythna
Mes trois psychiatres m’ont diagnostiquée schizophrène paranoïde. Cela se traduit par des hallucinations, des sentiments de persécution, des grosses difficultés à gérer mes émotions et à vivre socialement.

Je ne suis pas d’accord avec eux. J’ai, certes, de grosses difficultés sociales et une tendance à me sentir persécutée, [...] mais ce qu’ils appellent « hallu » n’est simplement qu’une représentation du monde invisible dans le monde matériel, que j’arrive à percevoir.
Commenter  J’apprécie          10
Pythna   30 mars 2020
Ma schizophrénie de Pythna
Plus je le côtoyais, plus ma dépression grandissait. Il avait une influence négative sur moi, son énergie était si noire. Les idées suicidaires prenaient insidieusement le dessus. Et un jour je l’ai réentendu. Venu de loin, sa voix chuchotante… Comme venu d’un autre plan, ce qui est finalement le cas. Il m’a susurré de prendre une corde, celle qui traînait par terre en l’attente d’une création. Il m’a murmuré de sortir, de le rejoindre dans la forêt.
Commenter  J’apprécie          10

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Molière dans le texte

Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées.

Le Tartuffe
Le Dépit amoureux

13 questions
107 lecteurs ont répondu
Thème : MolièreCréer un quiz sur cet auteur

.. ..