AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 11/07/1869
Mort(e) à : Antibes , le 06/09/1942
Biographie :

André de Latour, comte de Lorde est un écrivain et dramaturge français.

Fils d'un médecin, issu d'une famille d'aristocrates désargentés, il devient l'auteur emblématique des pièces de Grand Guignol du début du XXe siècle.

Après un stage au barreau et un autre au Ministère des Finances, il occupe un paisible poste de bibliothécaire, à la Bibliothèque de l'Arsenal, puis à la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Parallèlement, il mène une carrière d'auteur et publie 150 pièces de théâtre, dont quelques comédies et des adaptations de romans et nouvelles à la scène, mais pour l'essentiel presque toutes dévolues à la mise en scène de l'horreur.

Certaines de ses pièces furent écrites avec l'aide de collaborateurs, et notamment avec le psychologue Alfred Binet (1857-1911), qui le secondait lorsque le sujet de la pièce traitait de sujets médicaux comme l'hystérie ou l'aliénation.

Il signe aussi, presque toujours en collaboration avec Maurice Landay (1875-1931), quelques romans policiers, dont "L'Étrange amant du mal" (1923), "ténébreuse histoire de vengeance dans laquelle l'auteur évoque les divers procédés de l'hypnotisme".

Il est en outre l'auteur de nombreux contes extraordinaires, peuplés de criminels, de fous, de damnés, de spectres, d'où se dégage une véritable poésie de la peur et de l'épouvante.

Il a également signé les scénarios de plusieurs films de l'époque du cinéma muet.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Mon curé chez les riches" d'André de Lorde et Pierre Chaine.


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
gill   09 novembre 2017
Mon curé chez les riches de André de Lorde
La pièce garde le ton du roman.

Et, comme le roman, elle est des plus vivante et des plus actuelle.

Toutes les situations - théâtralement excellentes du roman de Mr Vautel - ont été exploitées habilement par les excellents écrivains dramatiques que sont André de Lorde et Pierre Chaine.

Cette comédie est une satire bon enfant, mais intelligente et qui frappe juste, des moeurs et des caractères d'à présent.

Le type créé par Mr Clément Vautel, déjà populaire dans l'esprit de milliers et de milliers de lecteurs, est devenu un magnifique personnage de Théâtre.

( Écrit dans "l'Excelsior" par Charles Méré à la suite de la représentation générale)
Commenter  J’apprécie          190
gill   09 novembre 2019
La Galerie des monstres de André de Lorde
La vie est sacrée ; aucune considération, si légitime soit-elle, ne nous autorise à supprimer brutalement la pensée, les espoirs, les rêves d'un être pareil à nous, à détruire ce fragile trésor qu'est l'âme humaine ...
Commenter  J’apprécie          190
gill   07 décembre 2013
René Jeanne. Le Château de la mort lente, roman d'après le drame de MM. A. de Lorde et H. Bauche, abondamment illustré par les photographies du film de Donatien. Star-Film édition de André de Lorde
Le Grand Guignol n’a rien du spectacle de marionnettes : c’est le théâtre de l’épouvante et du rire qui s’est élaboré et développé à Paris de 1897 à 1962.

Genre théâtral méconnu et disparu, le Grand Guignol met en scène les peurs de la Belle Époque et des Années Folles : la folie, la crainte de la contagion et du progrès.

Il exploite aussi les faits divers, vrais ou faux, sur fond de vengeance ou de méprise et dépeint d’une plume acerbe une nature humaine trop encline à la cupidité, au cynisme et à la cruauté.

Les pièces de son répertoire sont des mécaniques bien huilées où le visuel a une place prépondérante. «Le château de la mort lente» contient bon nombre de personnages truculents et traditionnels du théâtre : l’amoureux déçu, le voyou et la veuve richissime, dans un cadre des plus pittoresques. Mais rapidement, les frontières entre folie maladive et normalité s’abattent. Tandis que les masques tombent, le pire devient réel, pis encore, il est poussé à son paroxysme. Chacun se retrouve alors coincé dans sa propre part de folie sans jamais pouvoir faire marche arrière. Oscillant entre angoisse et rire, le Grand Guignol est un théâtre atypique qui ne peut laisser le spectateur indifférent.

(extrait du site internet du théâtre de la Couvée de Limoges - saison 2012/2013)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
gill   14 novembre 2015
Pour jouer la comédie de salon : Guide pratique du comédien mondain de André de Lorde
Ronfler, en terme de théâtre, c'est trop vibrer, et trop vibrer, c'est rouler les "r", c'est dire "mysterre" pour "mystère", c'est encore marteler avec excès les syllabes, surtout les finales ; ainsi par exemple "solldat" pour "soldat".

C'est un défaut aussi insupportable, aussi irritant, si ce n'est plus, que le grasseyement.

Il se rencontre surtout chez les comédiens de province, les acteurs de mélodrame qui vibrent à outrance, croyant arriver à un effet plus grand.

Aussi dit-on, en argot de théâtre, qu'ils ronflent ou qu'ils font la roue ...
Commenter  J’apprécie          120
gill   17 novembre 2015
Le theatre de la peur - tome premier de André de Lorde
Je crois que, jusqu'ici, on a mal jugé le caractère d'André de Lorde.

Dans un délicieux article qu'il a écrit sur son théâtre, l'illustre et regretté historien Albert Sorel commence par faire un portrait physique très piquant de notre auteur ; il le compare à un petit abbé aux manières douces, polies, élégantes, mais un abbé d'un genre spécial, à l'aspect trompeur, qui cacherait une sorte de mystificateur ...
Commenter  J’apprécie          120
gill   14 novembre 2015
Pour jouer la comédie de salon : Guide pratique du comédien mondain de André de Lorde
Sous ce titre, il faut entendre une sorte de petit cours théâtral, ou, pour remplacer par un terme plus modeste cette étiquette prétentieuse de cours théâtral, une causerie sur la comédie de salon ...
Commenter  J’apprécie          120
gill   12 juillet 2013
L'illustration Théatrale - Terre d'épouvante/Monsieur Codomat de André de Lorde
Il n'est pas de pièce ni de genre de théâtre qui, par sa forme et par son fond, diffère de "Terre d'épouvante" autant que "Monsieur Codomat".

Là-bas une catastrophe terrifiante anéantissant une ville : des décors, des jeux de lumière, des clameurs et des cris.

Ici, un petit épisode de vie bourgeoise et moderne ; point d'action violente, pas de gestes tumultueux ; pas même de couleurs appuyées, non plutôt un pastel, ou mieux, un dessin au crayon gris, un croquis, un simple tracé de silhouette, mais exécuté à petits traits par une main si adroite, si experte, si sûre d'elle et guidée par un esprit si profond et si fin que tout un caractère y est révélé, comme mis à nu.

Et cela fait un type humain de plus définitivement fixé et enregistré par la littérature dramatique française.....

(extrait de "l’illustration Théâtrale" n° 70 parue le 09 novembre 1907)
Commenter  J’apprécie          90
gill   17 avril 2013
Théâtre d'Epouvante. Une leçon à la Salpétrière, L'obsession, La Dormeuse, Au Rat Mort ..., Le Système du Docteur Goudron, La dernière Torture, Sur la Dalle. de André de Lorde
Un cabinet de travail - Intérieur sévère de médecin aliéniste. Grande fenêtre au fond, avec balcon. Porte à gauche, lorsqu'elle s'ouvre, on aperçoit un long corridor. Porte basse à droite. Près de cette dernière, une cheminée sur laquelle se trouvent quelques appareils électriques, des livres, une carafe, etc...

Bureau très en désordre.

Dans un coin de la chambre, une bibliothèque, chaises, fauteuils, etc...

Après-midi d'été, grand soleil.

Au lever du rideau, grand silence sur la scène. Puis on entend frapper à la porte de gauche. Nouveau silence. On refrappe. La porte de gauche s'ouvre ensuite lentement. Un homme passe la tête, regarde dans la chambre, pénètre, puis se tourne et parle à quelqu'un qui le suit....

(lever de rideau de "Le système du docteur Goudron et du professeur Plume")
Commenter  J’apprécie          90
gill   08 avril 2019
Une nuit d'Edgar Poë de André de Lorde
La chambre d'un misérable hôtel, dans un quartier pauvre de New-York.

Il est huit heures du soir.

Un maigre feu de bois brûle dans la cheminée.

La fenêtre - au fond, dans un creux de la chambre - est fermée par des rideaux sombres, lamentables.

Un lit de fer, à gauche, est défait.

Au moment où le rideau se lève, Poë, assis à une petite table en bois, près du feu, écrit à la lueur d'une bougie vacillante.

Il a auprès de lui une bouteille et un verre.

Au dehors, un vent d'hiver fait rage ...
Commenter  J’apprécie          80
gill   09 août 2019
Les drames célèbres du Grand-Guignol de André de Lorde
A moi ! à moi ! au secours ! ...
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de André de Lorde (16)Voir plus


Quiz Voir plus

Pastiches poétiques

Eh bien ! C'en est donc fait, Seigneur, et le sénat / S'est enfin prononcé après tant de débats. / Rien n s'oppose plus à ce grand hyménée : / Je peux à vos destins joindre mes destinées.

Charles Baudelaire
Gérard de Nerval
Alfred de Musset
Victor Hugo
Alfred de Vigny
Alphonse de Lamartine
Nicolas Boileau
Jean de la Fontaine
Jean Racine
Pierre Corneille

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , theatre français , poésie française , pastiche , parodie , humourCréer un quiz sur cet auteur